Knowtex Blog

20 sites qui vous donnent envie d’apprendre

Le 17 septembre 2012 par Audrey Bardon

De nombreuses initiatives visant à « révolutionner » l’apprentissage tout au long de la vie ont émergé avec le numérique. Des enseignants et universités ont mis en ligne leurs cours, les ont ouverts aux commentaires et aux échanges. Certains ont même lancé des Massive Open Online Courses (MOOC), des sessions de cours en ligne ouvertes à des milliers de participants qui partagent et alimentent le programme. Des particuliers se sont également investis dans cette transformation de l’apprentissage par le numérique en proposant des échanges entre pairs, accessibles au plus grand nombre. Petit tour d’horizon de ses initiatives intéressantes et inspirantes pour apprendre autrement, à son rythme, à sa façon (1).

Les plateformes de ressources éducatives libres (REL)

Quelques sites proposant des cours en ligne avec une dimension « sociale » relativement développée.

1.   Khan Academy : une plateforme ludique et efficace
Prise en exemple par de nombreux spécialistes du web éducatif, la Khan Academy lancée par Salman Khan, attire toujours autant d’amateurs. Elle propose des milliers de cours vidéo gratuits au format efficace, des exercices interactifs et une visualisation originale de sa progression à travers un arbre des connaissances. Et pour vous motiver, des badges sont à gagner et à collectionner. Les enseignants peuvent, par ailleurs, réutiliser les vidéos (Creative Commons) et suivre le parcours de plusieurs élèves sur un tableau de bord.

2.   OpenCourseWare Consortium : le club des universités ouvertes
L’OpenCourseWare Consortium est une communauté mondiale réunissant une centaine d’établissements d’enseignements supérieurs telles que le MIT, la Beijing Normal University ou Paris Tech qui mettent à disposition gratuitement du matériel pédagogique de haute qualité. Les ressources sont organisées en cours, souvent accompagnés d’un programme planifié. Le tout en Creative Commons ! Un moteur de recherche indépendant a été créé afin de vous guider dans votre recherche parmi les nombreuses ressources rassemblées.

3. Alison : des milliers de ressources interactives de grands éditeurs
Cette gigantesque banque de ressources en ligne propose des cours gratuits conçus par des organismes et professeurs réputés du monde entier. On y trouvera notamment des cours proposés par le British Council, Google ou Microsoft. Tous les cours sont interactifs et proposent sons, vidéos, quizz… Des certificats « maison » sont remis en fin de parcours. Dommage cependant qu’il n’y ait pas d’entrée par langues. Les enseignants peuvent également utiliser la plateforme pour encadrer et suivre l’apprentissage en ligne de leurs élèves.

4.   iTunes U : les universités en poche
La célèbe plateforme de podcasts a lancé en 2007 un espace dédié au monde de l’éducation en proposant de nombreux cours gratuits d’établissements d’enseignement supérieur, dont ceux de nombreuses universités et écoles françaises. Les étudiants peuvent ainsi écouter ou visualiser les cours et conférences sur leur ordinateur ou un appareil mobile. Les établissements ont pour consignes de respecter une charte graphique et de ne pas diffuser que des conférences. Avec l’arrivée des iPad, de nouvelles fonctionnalités ont vu le jour, offrant la possibilité aux enseignants des établissements partenaires de créer et diffuser des cours enrichis.

5.   UNT : des ressources par et pour les universitaires français
Impulsées en 2003 par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la Recherche, les Universités Numériques Thématiques, ou UNT, sont des portails en ligne thématiques spécialement créés pour fournir de nombreux contenus multimédias aux étudiants et enseignants : documents, vidéos, podcasts, animations, exercices… Dynamiques et interactives, toutes les ressources sont créées, expertisées et validées par des enseignants des établissements d’enseignement supérieur français. La plupart intègrent désormais des espaces d’échanges et de partage : réseau social, groupes de discussion, blogs…

Voir aussi : CanalU.tv, TED-Ed, YouTube Edu, etc.

Les MOOCs connectivistes

Ces cours ouverts massivement multi-apprenants s’appuient sur ses nombreux participants et échanges qui alimentent au fur et à mesure la session de cours, allant jusqu’à constituer la matière première de la formation.

6.   DS106 : apprentissage collectivement à la créativité
Ce cours de digital storytelling (narration à travers les médias numériques) a été lancé avec succès par un enseignant de l’University of Mary Washington. Utiliser les technologies numériques pour construire un récit, y porter un regard critique, étudier de nouvelles formes de narration… tels sont les objectifs de ce cours de 15 semaines qui s’appuie sur la créativité de milliers d’apprenants. Chaque semaine débute par une vidéo donnant les travaux à faire et se termine par une réunion collective sur Google Hangouts. Au programme : un récit à construire, une radio et une webTV à animer et des exercices quotidiens de créativité à réaliser sur le Daily Create.

7.   MobiMOOC : réflexion sur l’apprentissage avec mobiles
Ce MOOC dédié à l’apprentissage avec les appareils mobiles (mLearning) s’appuie sur une communauté d’échanges en utilisant les outils collaboratifs en ligne : wiki, Google groupes, Twitter, mindmap, Delicious… Une participation active vous permettra d’obtenir un badge en récompense. Vous pouvez également soumettre un projet de mLearning à la communauté, le développer avec elle, et même le soumettre aux votes des participants pour gagner un prix de 500$.

8.   Edfuture : échanges sur le futur de l’enseignement supérieur
Réfléchir à plusieurs sur le futur de l’enseignement supérieur, ça vous tente ? Lancé cet automne, ce MOOC proposera chaque semaine aux participants des lectures, vidéos, activités (création de contenus et apports), ainsi que des échanges avec des conférenciers invités. Au programme : nouveaux modes d’enseignement, TICE, leadership, compétitivité des universités… Il n’y a plus qu’à convaincre les responsables de nos universités de s’y inscrire !

9.   iTyPA : le premier MOOC français
Un MOOC made in France ! Acronyme de « Internet, tout y est pour apprendre », iTyPA débutera dès le mois d’octobre et proposera d’explorer les différentes techniques pour créer un environnement d’apprentissage en ligne. Apprendre à apprendre, en somme. Un thème sera abordé chaque semaine, enrichi par les divers apports et discussions des participants. Une réunion synchrone hebdomadaire sera également organisée et enregistrée avec un invité expert.

10.   Codeacademy : pour apprentis codeurs
Envie de vous mettre à l’HTML, à javascript ou Ruby ? Codeacademy propose des cours gratuits de programmation. Vous pouvez aussi partager vos connaissances en construisant votre propre cours. Les plus ? Un environnement convivial, une console en ligne pour apprendre à taper des commandes tout en voyant immédiatement le résultat et un système de badges à collectionner à l’instar de la Khan Academy. Cette année, le site a attiré l’attention d’un large public en lançant la Code Year. Les inscrits reçoivent chaque semaine des cours et exercices à résoudre.

Voir aussi : Connectivism and Connective Knowledge, Crypt4you, Change.MOOC, etc.

Les plateformes de MOOCs

Depuis un an, les plateformes réunissant de nombreux cours ouverts et gratuits fleurissent sur le web…

11.   Udacity : la Silicon Valley n’est plus très loin
Des cours gratuits sur l’intelligence artificielle ou la cryptographie, des professeurs émérites, des milliers d’autres étudiants avec qui interagir… c’est ce que propose la plateforme Udacity. Des cours d’informatique, mathématiques et physique de haut niveau sont dispensés par des professeurs volontaires sous forme de courtes vidéos accompagnées de quizz et de notes de cours. Les interactions se font quant à elles à travers des forums en ligne et des rencontres. Mais pour une certification, il faudra ouvrir son porte-monnaie.

12.   Coursera : un complément à l’université
Très similaire à Udacity, Coursera est une plateforme de cours libres et gratuits créée par deux professeurs de Standford. Les cours sont issues des universités partenaires et sont également découpés en séquences vidéo et exercices interactifs. Mais à la différence d’Udacity, Coursera – qui se veut non pas comme une alternative, mais plutôt comme un complément à l’Université – propose une offre plus vaste allant de l’économie à la médecine, ainsi qu’un système d’évaluation exercée entre étudiants. Coursera ne va néanmoins pas jusqu’à délivrer des crédits des universités.

13.   edX : une plateforme signée Harvard et MIT
Le MIT et Harvard vous font rêver ? Ces deux prestigieux établissements viennent de lancer leur plateforme mutualisée de MOOCs nommée edX. En fin de parcours, pas de diplôme d’Harvard, mais un certificat estampillé par « l’Université X » selon la provenance du cours : MITx, Harvardx… Outre son objectif « d’étendre la portée des cours à une large communauté mondiale », edX constitue un laboratoire de recherche sur l’apprentissage en ligne. Loin d’être fermée aux autres établissements, la plateforme est opensource et accueille depuis peu l’Université de Berkeley.

14.   Peer 2 Peer University : l’apprentissage entre pairs
Contrairement à edX et Coursera qui offrent les cours d’universités partenaires, et Udacity d’enseignants bénévoles sélectionnés, les cours de la P2PU sont créés et animés par une communauté de volontaires. Chaque membre peut créer son propre cours, qui sera ensuite soumis à des « mentors » garants de sa qualité. On peut aussi relever des challenges, discuter sur le chat, rejoindre des groupes de discussions, etc. Pour motiver un peu plus la communauté, la P2PU s’est « gamifiée » en s’associant à Mozilla pour créer un système de badges « ouverts » à gagner, certifiant les compétences acquises.

15.   Mechanical MOOC : un MOOC automatisé
Plutôt que de créer encore une nouvelle plateforme de MOOCs, la P2PU a voulu tester un MOOC automatisé qui s’appuie sur les nombreuses ressources libres présentes sur le web. À l’aide d’une liste de diffusion, ce MOOC pioche dans les grands sites reconnus de cours ouverts et gratuits et envoie chaque semaine un email listant les documents (vidéos, exercices, lectures…) à consulter. Les forums de discussion seront eux aussi « délocalisés » sur des sites existants. Premier essai : un cours d’introduction au langage Python qui débutera en octobre.

Voir aussi : World Education University, Udemy, Open University, Academic Room, etc.

Les plateformes qui connectent enseignants et apprenants

Voici quelques initiatives qui encouragent l’apprentissage collaboratif ou favorisent les échanges et rencontres entre ceux qui souhaitent apprendre tout au long de leur vie – à un rythme et pour un prix raisonnables – et ceux qui ont envie de transmettre.

16.   Unishared : partage de notes de cours à grande échelle
Aujourd’hui, un certain nombre d’étudiants utilisent Google doc pour prendre des notes de cours. Mais peu le font de manière collaborative et encore moins à l’échelle mondiale. Les fondateurs d’Unishared ont eu la bonne idée de créer une plateforme utilisant les Google doc pour mettre en relation des étudiants à travers le monde. Chacun peut partager en direct ses prises de notes, accéder à des notes de cours ou y contribuer en ajoutant des commentaires et des ressources. La prise de notes bien assommante en amphi devient alors plus efficace et enrichissante.

17.   Openstudy : un Yahoo! Questions pour étudiants
OpenStudy est un réseau social dédié à l’apprentissage, très similaire à Yahoo! Questions. Il permet aux étudiants de poser leurs questions, d’y répondre et d’échanger sur leurs sujets de cours en formant des groupes de travail. Openstudy connecte également les étudiants d’autres plateformes partenaires tels que certains cours de l’OpenCourseWare ou le Mechanical MOOC. Et pour ceux qui répondent avec soin aux questions, OpenStudy leur remet des médailles pour l’aide fournie.

18.   CupofTeach : une « université entre particuliers »
CupofTeach propose de mettre en relation des entrepreneurs qualifiés souhaitant partager leurs savoirs avec ceux qui souhaitent apprendre, en organisant des ateliers dans plusieurs villes de France. Les cours vont du e-marketing à l’improvisation théâtrale, et peuvent aussi accueillir un seul élève que toute une classe. Pour les intervenants, c’est un bon moyen de faire valoir leurs compétences tout étant accompagnés et rétribués. Pour les apprenants, c’est un accès aux savoirs de professionnels reconnus pour une somme raisonnable.

19.   E-180 : un site de rencontres un peu particulier
Prendre un café avec un inconnu pour partager des connaissances : c’est que propose cette initiative québécoise totalement ouverte et gratuite. Contraction d’éducation et de 180 degrés, E-180 est une plateforme sociale encore en version bêta. L’initiative reste locale, mais si le succès est au rendez-vous, elle inspira sans doute des initiatives similaires à travers le monde.

20.   Lyon Zéro : une liste de diffusion pour échanger des savoirs
Clin d’œil aux numéros attribués aux universités (Lyon 1, Lyon 2…) et inspiré de l’UFR 0, Lyon Zero est initiative lyonnaise qui vise à mettre en relation des personnes souhaitant échanger des savoirs tout en leur offrant une grande autonomie. Ici les cours sont remplacés par des ateliers participatifs sur des thématiques telles que l’économie, la biologie ou le jonglage. L’initiative ne fait cependant que diffuser une liste d’ateliers proposés par les volontaires qui doivent se charger d’organiser l’atelier, trouver le lieu et choisir l’horaire.

Mais aussi : Skillshare, Citiversity, Lerning Shelter, Leeaarn, Schoolofeverything, etc.

Note

  1. Les sites choisis proposent essentiellement des cours d’enseignement supérieur. Il existe également de nombreuses initiatives pour les plus jeunes. N’hésitez pas à suggérer d’autres initiatives !

Pour aller plus loin

5 commentaires

  1. Geoffrey-lyclic le 17 septembre 2012 à 14:47

    Bonjour à la communauté!
    Je me permets d’écrire un mot pour notre propre site, tout nouveau, lyclic.fr, car il est en plein dans le sujet.
    Celui-ci est entièrement gratuit, il s’agit d’une plateforme dédiée au lycée permettant à chaque acteur du lycée (profs, parents, élèves…) d’y avoir sa place et d’accéder librement à des ressources pédagogiques de qualité grâce à une bibliothèque collaborative. Vous pouvez découvrir notre site en vidéo http://www.youtube.com/watch?v=6yw7R0JeqiU
    A bientôt!

  2. E-180 le 17 septembre 2012 à 17:02

    Bonjour et merci de partager ces initiatives inspirantes!

    Une petite note afin de mentionner que nous ouvrirons effectivement au grand public de par le monde. ;)

  3. bubu le 17 septembre 2012 à 21:59

    Bonjour ,

    je trouve un peu ironique d’écrire:
    « De nombreuses initiatives visant à « révolutionner » l’apprentissage tout au long de la vie ont émergé avec le numérique » ou encore « Les plateformes de ressources éducatives libres (REL) »

    et de donner comme lien:
    http://www.apple.com/fr/education/itunes-u/

    effectivement c’est une révolution.

    Ne trouvez-vous pas contradictoire d’être obligé de payer (acheter un ipad par exemple) pour apprendre,
    ou de donner de l’argent (en l’occurrence à Apple) à une société qui brevette des concepts, des idées
    qui ne viennent pas de la firme de cupertino, et qui bride le travail des créatifs et des gens du libre ?

    Au passage je viens d’aller sur ce site et on me demande d’utiliser Safari: bravo la liberté, ce site ne me donne pas envie d’apprendre, désolé.

  4. Audrey Bardon le 17 septembre 2012 à 22:26

    @Geoffrey-lyclic @E-180 Je vous remercie pour ces ajouts et vous souhaite une très belle réussite dans vos projets respectifs que je manquerai pas de suivre :-)

    @bubu Personnellement, je ne possède aucun matériel Apple, à l’exception de iTunes pour écouter des podcasts. Cela reste des contenus de qualité accessibles et gratuits. Car on peut aussi dire dans ce cas que chacune de ces initiatives nécessitent de dépenser de l’argent (avoir accès à un ordinateur, à des écouteurs, à Internet, aller sur des sites avec publicité…).
    Mais vous avez tout à fait le droit de ne pas adhérer, et préférer les autres plateformes ;-)

  5. bubu le 17 septembre 2012 à 22:46

    @Audrey Bardon:

    Je répondrai en deux temps.

    Tout d’abord la nécessité de dépenser de l’argent, certes mais très peu, avec moins de 30 euros pour le hardware , il est possible d’accéder à des podcasts de qualités et gratuits. En revanche il n’est pas possible d’accéder ni à safari ni à ITunes.

    Enfin, ce n’est pas une question d’aimer ou non telle ou telle plateforme, c’est de donner
    le droit à tous et à toutes d’accéder à la même information, et surtout sans être
    fliqué constamment, c’est cela aussi être libre.

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA