Knowtex Blog

Anne-Sophie Novel, la red-chef d’Ecolo-Info

Le 9 mai 2011 par Gayané Adourian

Pendant la dernière Université de la Terre, une partie de la couverture médiatique a été assurée par l’équipe d’Ecolo-info sur FacebookTwitter ou encore sur la web-tv d’écolo-info. Parmi les acteurs de la retransmission, Anne Sophie Novel, fondatrice du blog et seriale twitteuse. Son retour sur l’édition 2011 de l’Université de la Terre permet de présenter cette jeune femme (écolo) pleine d’idées et d’énergie !

« Je suis entrée dans le journalisme par une voie détournée » me dit-elle en riant. Embarquée en 2009 dans une thèse de recherche en économie, elle commence par étudier les relations entre économie et terrorisme en s’intéressant de près aux politiques économiques de lutte contre le terrorisme mises en place par les Etats-Unis. Mais son dada, c’est l’écriture. « J’ai toujours eu un a-côté et Ecolo Info est né pendant ma deuxième année de thèse. » En plus elle a également publié un livre sur les locavores. C’est un thème qui lui tient particulièrement à cœur, elle a même un blog sur le sujet.

Autre intérêt : le « web 2.0″. La gestion de communautés, les outils et possibilités offerts par le web la passionne et elle est souvent sollicitée pour des conférences ou des séminaires… ou comment allier web 2.0 et développement durable dans des formations. « Le journalisme m’intéresse énormément mais le monde de la pige ne me tente pas. Pourtant, je fais un boulot de journaliste mais n’ose pas m’affirmer en tant que tel. » Elle ne veut pas découpler écriture et formations. Aujourd’hui, Anne-Sophie est une référente pour certains journalistes qui l’appellent pour leur sujet.

Ecolo-Info : un collectif de blogueurs et des outils

Ça tombe plutôt bien, cela correspond peu ou proue au modèle qu’elle insuffle sur Ecolo-Info. Cinq ans plus tôt, Anne-Sophie commençait à bloguer. Très investie dans l’information, elle a découvert le monde des blogs et s’est rapidement demandée ce que faisaient les gens pour s’informer, au delà des blogs. « À ce moment j’ai aussi eu la chance d’être tirée au sort pour assister à la signature du pacte écologique de Nicolas Hulot par tous les candidats à l’élection présidentielle » .

Alors en combinant sa bonne connaissance du web et une démarche collaborative avec d’autres blogueurs qui écrivaient sur les mêmes sujets, elle décide de créer Ecolo-Info en mai 2007, juste après la présidentielle. L’objectif affiché : donner des clés à chacun pour qu’il puisse faire son propre cheminement et peut-être une opinion personnelle. « Ecolo-Info est d’abord un collectif de blogueurs. En fait, on fait de la « curation » depuis longtemps puisqu’ici, l’information est vérifiée et structurée dans une arborescence collaborative. »

En juillet 2007, elle ouvre le blog d’Ecolo-Info pour raconter l’intérieur, les gens, la vie du site. Aujourd’hui, le blog compte à peu près 20 blogueurs qui se situent dans toute la France. Chaque année des rencontres IRL (In Real Life) sont organisées mais ce n’est pas n’est pas toujours évident. Depuis 2007, le but n’a pas changé : partager des convictions et de l’information. Sans orienter.

Rencontre à l’Université de la Terre

Pour ma part, c’est lors de l’Université de la Terre que j’ai recontré Anne-Sophie IRL via…twitter. Le web a ça de pratique, et twitter en particulier, il accélère les rencontres. Anne-Sophie et moi faisions partie des plus « grosses » twitteuses de l’événement et très vite, il était devenu impensable de repartir sans s’être rencontré.

Ce n’est pas sa première université de la Terre puisqu’elle y était venue l’édition précédente mais plutôt « en touriste ». « Du coup je n’ai pas d’élément de comparaison pour voir l’évolution, mis à part le fait qu’il y avait déjà beaucoup de monde ! » raconte-t-elle. Pour elle, cet événement est une sorte de grand rassemblement qui permet de faire parler de ces problématiques. « Globalement, les gens sont contents d’être là, d’entendre ces belles paroles de courage. » Les gens ? Plutôt des quidam, des familles – surtout avec la naissance de l’université de la terre junior cette année – des gens qui viennent s’informer. Par contre, les interactions IRL sont faibles et … il n’y a pas de suite, c’est le problème de ce type d’événement ponctuel.

S’il y avait UNE conférence à ne par rater, c’est bien celle sur « Bâtir une nouvelle société en plaçant l’homme au cœur des débats avec Pierre Rabhi comme invité de marque ! « C’est la conférence que j’ai préférée car  l’interaction entre les trois intervenants étaient très nourissante ! ». Ayant déjà eu l’occasion de rencontrer et d’interviewer, Pierre Rabhi elle a vraiment apprécié la conversation avec les 2 autres invités – André Comte-Sponville et Samuel Rouvillois (Frère Samuel) – qui était très riche. « En plus, il y avait une sorte d’énergie dans la salle que je n’ai ressenti à aucune autre conférence. Camille (Ecologirl) qui venait pour la première fois a adoré! » Pas de doute, j’y étais aussi et Pierre Rabhi était la star que les gens venait applaudir. (signe que l’Université de la terre semble plutôt rassembler des sensibilités « écolo » déjà exprimées ?)

Pour une suite plus à la sauce 2.0

Quant à la suite à donner à cet événement, Anne-Sophie est plus dubitative. Elle ne sait pas trop. « Je pense que ce type d’événement a la capacité d’évoluer vers des formats plus interactifs et capitaliser sur le public présent. » Tant d’énergie et d’argent sont dépensés dans ce type d’événement qu’on aurait envie d’imaginer un peu mieux. Elle connaît bien la société CHK qui organise l’Université tout comme le parlement des entrepreneurs d’avenir et la Cité de la Réussite et elle a déjà eu l’occasion d’aborder le sujet avec ses dirigeants. « Je crois qu’aujourd’hui il faut aller plus loin et l’adapter à la sauce web 2.0 »

D’ailleurs, en bonne exploratrice du web, Anne-Sophie est une grande fan des conférences TED. « Je suis persuadée qu’il y a quelque chose à faire avec ce nouveau type de format. Il faudrait vraiment un format  plus  »bottom-up »… mais on est dans la culture française et… il faut le temps que ça change ! »

Ecolo-Info est devenu partenaire de l’événement  : il  y a deux ans, le site avait déjà relayé l’information et faisait un peu de publicité. Mais cette année, des nouveautés ont été ajoutées pour rediffuser l’événement, notamment la présence de la web-tv qui s’est aussi invitée. Comme les thématiques abordées durant ces 2 jours sont très proches de celles des blogueurs d’Ecolo-Info, un couplage semblait évident. Des interviews en live ont pu être réalisées et diffusées via la web-tv ou même Facebook suivies par plus de 2000 personnes. Ainsi, les internautes pouvait eux aussi participer en posant des questions. De même, la veille, était organisé un tchat pour permettre aux gens de poser des questions…qui a réuni 2568 tchateurs !

Vers un nouvel Ecolo-Info

Pour la suite, la refonte d’Ecolo Info permettra de lui donner une autre image, une image plus professionnelle. Mais comme sur beaucoup d’autres médias, le problème du modèle économique se pose également. « On fonctionne comme une vraie rédaction avec un calendrier de publication et un travail de rédaction en chef que j’assure avec Agnès Séjournet, fidèle de longue date dans le projet». En plus de ça, le site propose aussi des outils web et comporte surtout un véritable réseau d’experts.

Des partenariats avec quelques acteurs de l’information se profilent aussi notamment avec Rue89 ou Terra Eco. Bref, il y a des ouvertures. Mais c’est difficile à porter et surtout le souhait d’Anne-Sophie reste de valoriser toute l’équipe. « Vivement la mise en ligne du nouveau site! » En attendant les prochaines présidentielles… qui risquent de prendre une autre dimension, non seulement avec la candidature de Nicolas Hulot, de l’accident survenu au Japon et de notre hyperconnexion. Le rôle des médias devrait être différent de 2007. À suivre.

Pour aller plus loin

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA