Knowtex Blog

Antoine et Benjamin : rencontre autour d’un C@fé

Le 7 avril 2011 par Audrey Bardon

À première vue, rien ne laissait présager une rencontre entre Antoine Blanchard et Benjamin Bradu. L’un travaille à Édimbourg, l’autre à Genève. Le premier, ingénieur agronome de formation, dirige une entreprise de services pour le monde de la recherche, le second est ingénieur-chercheur au CERN.

Pourtant, les deux jeunes hommes se retrouvent régulièrement autour d’un C@fé… un peu spécial. Ici, le service est assuré par la crème des blogueurs qui étanche la soif de savoir des habitués. Bienvenue au C@fé des sciences ! Le « C@fé des sciences » est un site internet qui regroupe une trentaine de blogs scientifiques francophones qui mêlent passion, débats et curiosité. Antoine Blanchard, Matthieu et Tom Roud [ce sont des pseudos ndlr] en sont les trois bâtisseurs. Pour comprendre la genèse du projet, un petit retour en 2006 s’impose.

Cette année-là, fraîchement diplômé, Antoine décide de cultiver une double identité : ingénieur agronome le jour, il se transforme en « Enro », acteur d’une blogosphère scientifique naissante le soir. « Je sortais d’une école qui m’avait un peu formaté. Je ne comprenais pas les interrogations des gens concernant les OGM ou l’alimentation. J’ai eu envie d’en discuter, et le blog m’a paru être un bon moyen pour cela. »

C’est ainsi qu’il explore les relations entre sciences et société pour les coucher sur la Toile. Le jeune blogueur décide alors de pousser plus loin sa réflexion en intégrant un Master en sociologie des sciences à l’Université Louis-Pasteur de Strasbourg, pour mieux comprendre les enjeux de la recherche contemporaine. « Une formation qui a nourri mon blog ».

Antoine Blanchard

À quelques adresses IP de là, Benjamin Bradu évolue aussi dans la blogosphère. Ce jeune ingénieur en électronique parti en Espagne pour un projet de fin d’études, a décidé au même moment de consacrer son temps libre à bloguer « sur les sciences en général ». Son blog, il le définit plutôt comme « une approche épistémologique », une manière d’explorer différents territoires scientifiques, parfois éloignés de son travail. Il ne s’impose « pas d’objectif précis » et traite « peu de sujets polémiques ». Benjamin a juste une envie d’expliquer « cette chose étrange » qu’est la recherche scientifique. Puis vient son doctorat au CERN – « une formidable expérience » – qui l’incitera à poursuivre son blog, malgré des journées qui ne font que s’allonger.

Benjamin Bradu

Des échanges, qui mènent à une plateforme

Les blogueurs scientifiques étant une espèce rare en 2006, ils se sont tous vite repérés. « On était une petite communauté de blogueurs à aller commenter chez les uns et chez les autres », se rappelle Antoine. L’idée germe alors : pourquoi ne pas se regrouper en un seul site, sorte de « porte d’entrée vers l’univers du blog scientifique » ? Cette plateforme offrirait une plus grande visibilité aux blogs esseulés et permettrait de valoriser cette pratique en créant une véritable « communauté d’esprits » autour d’elle.

Le C@fé des sciences est officiellement lancé en décembre 2006. Les membres sont alors au nombre de six : Chez Matthieu, Tom Roud, Enro, Le Blog du Doc’, Boîte noire [qui n'en font maintenant plus partie ndlr], et Bactérioblog. Leur enthousiasme s’est très vite propagé, entrainant dans sa course Benjamin Bradu : « Antoine m’a contacté quelques mois après le lancement du C@fé. J’ai tout de suite trouvé l’initiative très bonne », se souvient-il.


Originalité et implication des membres

Agrégés au sein d’une même plateforme, les blogs des membres du C@fé ne perdent pas pour autant leur identité. Seuls le titre et les premières lignes sont affichés sur la plateforme : à l’internaute de choisir s’il veut ou non poursuivre la lecture sur le blog de l’auteur. Benjamin le conçoit lui-même : « Je n’ai pas assez de temps pour aller fouiller le web à la recherche d’un bon billet. Le C@fé invite vraiment à aller voir les blogs ».

Mais attention, les blogs du C@fé ne sont pas choisis par hasard. Pour faire partie des membres, le blogueur doit montrer patte blanche : un esprit curieux, qui « ose se mouiller » et fait preuve d’originalité. « On doit sentir la patte de l’auteur, explique Antoine. Les blogs qui ne font que reprendre des communiqués de presse sont proscrits ». Autre critère « plus formel » : l’auteur doit faire vivre son blog et répondre aux commentaires. Un bon blog se fera vite repérer par le C@fé. Pour les plus impatients, il reste la possibilité de candidater : les membres votent alors pour décider s’il peut entrer ou non dans la communauté.

Cinq ans après l’ouverture du site, Antoine et Benjamin portent un regard empli de satisfaction : ils sont aujourd’hui 31, chercheurs, doctorants, enseignants, journalistes, acteurs de la culture scientifique ou amateurs. Une véritable mosaïque qui révèle la richesse de la blogosphère scientifique. Si les sciences « dures » constituent le cœur du C@fé, ce dernier accueille également les sciences humaines et sociales ou la médiation scientifique. Antoine regrette toutefois « qu’il y ait si peu de chimie », surtout en cette année internationale. À bon entendeur…

Le C@fé fait des petits

Pour Benjamin, le C@fé, c’est aussi de « beaux échanges » instigateurs de projets communs : blog thématique partagé, billets rédigés à plusieurs, rencontres « offline ». En 2010, des rendez-vous réguliers ont été instaurés sur Paris, qui ont évolué vers les apéros « Science & Web » ouverts à tous ceux qui aiment marier ces deux univers. Un rendez-vous incontournable pour toute l’équipe de Knowtex !

De gauche à droite : Marion (Knowtex + Quand les singes prennent le thé + Pris(m)e de tête),
une amie de Lydie,
Benjamin (Bactérioblog), Elifsu (penser/classer),
Emmanuel (le trésorier de l’association C@fetiers des sciences), Lydie (Le fabuleux destin du pingouin),
Nicolas (Knowtex +
Pris(m)e de tête), Gayané (Knowtex + Sciences en bulles + Pris(m)e de tête)

En véritables pionniers du genre en France, Antoine et Benjamin ont eu la chance de voir les blogs de sciences dures évoluer, prendre de l’ampleur et se diversifier, malgré une certaine pesanteur. « On était six au début à se regarder en chiens de faïence » s’amuse Antoine. Selon lui, la blogosphère scientifique française, c’est un peu le « long fleuve tranquille », loin du bouillonnement anglo-saxon. Mais « il y a un véritable mouvement de fond ». Les blogs scientifiques fleurissent sur la Toile, et les plus pertinents deviennent même une source d’inspiration des journalistes scientifiques selon une enquête réalisée par les membres du C@fé.

Autre aspect de cette évolution : la création de plateformes de blogs par les institutions comme les carnets2 de l’Université Paris-Descartes ou la plateforme Hypotheses.org. « Un bon moyen pour pousser les chercheurs à bloguer », selon Antoine. Benjamin regrette néanmoins que très peu de chercheurs ne se lancent dans l’aventure. Bloguer ou même lire régulièrement un blog sont des « activités assez marginales dans le monde de la recherche et même parfois mal vues ».

Pas de souci de ce côté là au CERN « très enclin à soutenir ce genre d’initiative. C’est même un atout dans mon évaluation professionnelle », dit-il avec bonheur. Mais le jeune homme confie avoir eu vent de quelques affaires où des blogueurs s’étaient heurtés à une hiérarchie peu disposée à cette activité. Et il ne cache pas son ressentiment : « Je trouve ça inadmissible ! » Pour le jeune ingénieur-chercheur, le changement va « surement prendre du temps, même si la nouvelle génération commence à prendre la relève ».

Une chose est sûre, à les écouter, on sent un véritable attachement pour cette communauté, qui semble être devenue un second foyer. « Je suis impressionné par la qualité des gens. Il y a une vraie énergie, de la passion » confie Antoine. Même enthousiasme du côté de Benjamin : « On apprend beaucoup en bloguant : par les recherches, par les interactions avec les gens… Ça a été très enrichissant pour moi ». Parmi les blogs favoris de Benjamin, on retrouve celui de Dr Goulu, Pris(m)e de tête et Les indispensables mathématiques et physiques. Antoine, quant à lui, est un inconditionnel du blog « très fouillé » de Tom Roud, qui « traite de sujets chauds comme les sondages en politique avec l’œil d’un physicien ».

Des projets à la pelle

Succès grandissant, ce petit groupe d’enthousiastes a décidé en 2008 de créer une association baptisée « C@fetiers des sciences ». Pour « structurer et aider à financer des projets collectifs », explique Antoine, qui en est l’actuel Président. L’association n’est pas réservée qu’aux « habitués » du C@fé : « tous ceux qui ont envie de soutenir nos actions et de participer aux activités sont les bienvenus, qu’ils soient blogueurs ou non ». Et aucune contrainte pour les membres du C@fé, souligne Benjamin : « Chacun est libre de s’investir comme il le souhaite ».

C’est bien simple, aujourd’hui, si vous tombez sur une initiative au carrefour des sciences et du web, vous pouvez parier qu’elle a été initiée par un C@fetier ! Parmi les petits : Ownisciences, « spin off » du média Owni, entièrement consacré aux questions science-société-culture. « C’est un véritable média en ligne qui valorise le contenu de blogs extérieurs ». Tiens, ça nous rappelle quelque chose…

« Le C@fé, c’est un flux temporel qui affiche chaque nouveau billet des membres. Pour Ownisciences, il y a un travail d’éditorialisation. On peut reprendre des billets tombés dans les archives, les remettre au goût du jour, voir même les traduire depuis d’autres langues ». L’objectif est d’attirer un public différent de celui du C@fé. L’association, c’est donc ça : un laboratoire de concepts où des savants – fous ? – expérimentent de nouveaux croisements.

Autre initiative, collective elle aussi : le Grand Mix. Il s’agit d’une série d’évènements (conférences, tables-rondes…) qui « valorise des gens et des projets au carrefour des sciences et du numérique ». Derrière tout ça ? L’aventureux Antoine et ses amis du C@fé, mais aussi Knowtex, Sciences et Démocratie, Pris(m)e de Tête, Recherche en cours… Bref, les nouveaux acteurs de la culture scientifique sur le web, devenus maintenant un vrai collectif.

Nouveau chantier pour 2011 ? Antoine a toujours une idée d’avance, comme par exemple créer une véritable plateforme d’hébergement de blogs scientifiques. Un moyen de « créer un environnement favorable à l’éclosion d’autres blogs ». Le projet est pour l’instant en débat : « J’aime beaucoup l’idée, commente Benjamin. À voir s’il est bon ou non d’uniformiser les blogs ».

Dites les garçons, on peut se joindre à vous ?

>> Illustrations : Photos-portraits d’Antoine Blanchard et de Benjamin Bradu, Photo collective d’Enro (Flickr, licence CC), les deux cartes ont été créées par Benjamin Bradu et David Larousserie du C@fé des Sciences.

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA