Knowtex Blog

Docteo, magazine et réseau social qui abat les murs universitaires

Le 14 juillet 2011 par Audrey Bardon

16 juin, Polly Maggoo. Une quarantaine de passionnés discutent de réseaux, de sciences et de pratiques digitales. Blogueurs, journalistes et codeurs se sont donnés rendez-vous pour le 6e opus des apéros Science & Web consacrée ce soir là aux « réseaux sociaux scientifiques ».

Assis à une table, un jeune homme attire mon attention par son enthousiasme : « les réseaux sociaux scientifiques ont de l’avenir ! » Je découvre Mathieu Rouault, fondateur de Docteo, un magazine et réseau social dédié aux jeunes chercheurs. Sa détermination a très vite conquis l’équipe de Knowtex. Une semaine plus tard, nous le recevions dans nos locaux afin d’en savoir plus…

Un doctorat dévalorisé

Pour le fondateur de Docteo, les chercheurs sont non seulement isolés les uns des autres, mais ils le sont également des citoyens et des entreprises. « On parle de société de la connaissance… mais on ne fait rien pour faire connaître les jeunes chercheurs », lance-t-il. Selon lui, la France n’encourage pas les doctorants, leur offrant peu de visibilité et d’accompagnement. « On s’étonne après du nombre de thèses abandonnées ! Nous avons pourtant un vivier d’intelligence assez remarquable ».

« Il fallait réagir ». Selon lui, il s’agit d’abord de changer les pratiques. Et quoi de mieux pour cela que le web, « cet outil prodigieux capable d’accélérer des pratiques vertueuses en termes d’échanges ». Mais si mettre en ligne des thèses est un bon début, cela ne suffit pas… Il faut les rendre compréhensibles et ne pas hésiter à les croiser avec d’autres disciplines.

Un magazine par et pour les jeunes chercheurs

Docteo, c’est donc d’abord un magazine en ligne, dédié « mais pas réservé » aux jeunes chercheurs, où ils vont pouvoir publier sur leurs recherches, présenter leurs travaux à travers une vidéo, apporter leur point de vue sur les enjeux universitaires ou sur des questions de sociétés. Chaque membre peut suggérer un article quelque soit son université ou sa discipline.

Pour la rédaction, il pourra se référer à la charte éditoriale et sera accompagné par une équipe composée de chercheurs qui donnent un coup de main pour la relecture et la modération. « C’est un joli travail collaboratif » s’enthousiasme Mathieu. « Pour l’instant il y a six rubriques, mais les membres peuvent très bien en créer de nouvelles ». L’un des contributeurs souhaite écrire régulièrement ? Pourquoi ne pas avoir sa propre chronique ! « Nous sommes ouverts à toutes suggestions », lance le fondateur. L’essentiel est néanmoins de « privilégier la qualité à la quantité ».

Derrière le magazine, le réseau

« Le contenu que vous voyez en page d’accueil, c’est la partie émergée de l’iceberg. En dessous, vous trouvez le réseau » Car Docteo, c’est non seulement un magazine, mais également un réseau social, inspiré par les lecteurs de l’ancien mensuel en ligne : « ils nous écrivaient pour nous demander le contact de chercheurs dont ils avaient lu les articles ». Une première démarche « sociale ».

Le réseau offre de nombreuses possibilités en termes d’échanges et de collaborations : discussions autour des bonnes pratiques, des thèses en préparation ou d’idées de sujets, mise en commun de travaux, création de groupes de travail, organisation d’évènements scientifiques, etc. Avec toujours l’idée de réseau « orienté vers la production de savoirs ». On y retrouve ainsi un agenda, des forums ou encore un espace pour poster des actualités et des vidéos.

Et lorsqu’on demande à Mathieu quel pourrait être le slogan de Docteo, il répond du tac au tac : « Ils se rencontrent, ils dialoguent, ils produisent ». L’ambition du jeune entrepreneur est de créer « un lieu de convergence ». Ce média social est « une respiration pour les chercheurs, une nouvelle manière de pratiquer la recherche ». Pour lui, sa mission sera remplie si cela débouche sur des rencontres « réelles ».

Mais Docteo n’est pas le seul sur ce créneau, comme l’atteste ce top 20 des réseaux scientifiques. Depuis 10 ans, Mathieu Rouault observe cette évolution numérique : « On est passé d’un désert à une champignonnière de réseaux sociaux ». Mais selon lui, la question essentielle est de savoir « où le chercheur se sentira-t-il vraiment chez lui ? »

Dans les coulisses…

Une question qui brûle les lèvres : et comment gagne-t-il de l’argent ?! « Grâce à la vente de services multimédias dédiés à la recherche et à l’enseignement supérieur » comme de la captation vidéo de conférences, la rédaction de compte-rendu de colloques, ou même de la formation aux pratiques numériques. Le fondateur de Docteo aimerait par ailleurs développer une plateforme d’offres d’emploi conséquente, payante pour les employeurs, et « les convaincre que s’ils cherchent des professionnels, Docteo est le lieu idéal ».

Pour le moment, le site est en version bêta. Il sera véritablement lancé en septembre prochain. Mathieu a préféré privilégier le contenu et la déontologie avant la technique. Un forum a été mis en place afin de recueillir les avis, « d’où un lancement un peu en lenteur, mais gage de qualité » précise Mathieu. « Nous sommes à l’écoute et nous avançons petit à petit grâce à la communauté ».

Quelles perspectives ?

Docteo, c’est l’histoire d’un concept qui s’affine avec le temps. « Grâce à ce “chemin de croix”, j’ai fait de belles rencontres, sur le Net ou sur le terrain, qui m’ont permis de savoir si ce projet en valait la peine ». C’est sans véritable surprise qu’il a découvert un réel enthousiasme de la part des jeunes chercheurs. « Maintenant, je n’ai plus aucun doute que cela va marcher ! »

« Notre principale faiblesse est de ne pas être encore traduit dans plusieurs langues ». Conscient que les échanges entre chercheurs se font à l’échelle internationale, le fondateur souhaiterait ouvrir Docteo à l’Europe dès l’an prochain, et proposer rapidement une version anglaise des articles les plus appréciés. Pour cela, un petit coup de main est le bienvenu… « Je suis en train de constituer une équipe pour développer Docteo. Donc si des gens veulent s’associer à ce projet, ils sont les bienvenus ! » Message reçu ;o)

>> Illustrations : photographie par Mattfoster, University of Denver (Flickr, licence CC)

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA