Knowtex Blog

François Millet présente le concours Têtes Chercheuses

Le 23 mai 2012 par Gilles Grenot

François Millet est responsable de la médiation scientifique à Relais d’sciences. À l’occasion de la délibération du jury de la 3ème édition du concours Têtes chercheuses, il revient sur cette initiative qui encourage les chercheurs à mettre en place des projets de médiation scientifique.

Qu’est-ce que le concours Têtes Chercheuses ?

L’idée de ce concours, créé en 2010 par Relais d’sciences avec le soutien de la Fondation Musée Schlumberger, est de concrétiser des projets de médiation scientifique issus des laboratoires de Basse-Normandie. Il y a beaucoup d’idées qui restent dans les cartons faute de temps et de moyens. En accompagnant ces chercheurs et en les dotant d’un budget de 10 000 euros, le vainqueur peut prendre le temps et se lancer. Les participants sont des équipes de recherche, elles postulent et nous les aidons à formuler avec eux des projets réalisables. Un jury désigne l’équipe lauréate. La réalisation du projet court du mois de mai jusqu’au début de l’automne. Chaque année, il est présenté à l’occasion de la Fête de la Science, première rencontre avec le public.

Quels sont les critères pour être lauréat ?

Avant tout, le dispositif de médiation doit illustrer une problématique en lien avec les recherches de l’équipe candidate. Il doit être attractif, la composante esthétique ne doit pas être négligée, il doit être original et itinérant. Le projet doit également permettre au public de manipuler des objets ou au moins de participer. Finalement, nous souhaitons que les éléments issus de ce concours puissent être réutilisés, nous ne voulons pas d’expérience « one shot », la dimension durable est donc également un critère important.

Peux-tu nous donner un exemple de réalisation ?

Une équipe de recherche en physique des particules a réalisé le Billotron en 2010. Il s’agit d’un dispositif qui permet de simuler le bombardement de la matière par un faisceau de particules et de comprendre comment il est possible de déduire les propriétés du noyau de l’atome à partir des résultats obtenus. Autour de cet outil central ludique, et visuel, des éléments numériques et multimédia présentent les matériaux réels des laboratoires et les résultats obtenus. Aujourd’hui, deux Billotrons sont en construction à Paris et à Marseille.

Le jury s’est réuni. Qui a gagné l’édition 2012 ?

Cette année, après la physique et les mathématiques en 2011 (réalisation : le Labosaique), c’est au tour des sciences du cerveau d’être mises à l’honneur avec une unité de l’INSERM. L’équipe lauréate mène des travaux sur le traitement des accidents vasculaires cérébraux. Nous sommes heureux de ce choix car, pour la première fois, le dispositif retenu est à l’ère du digital, de la réalité augmentée plus particulièrement. Cependant,  la réalisation démarre,  le projet, intitulé « Cérébro »  entre dans sa phase de construction, je ne peux pas en dire plus pour le moment. Ce que je peux dévoiler en revanche, c’est que nous travaillons avec cette équipe de l’INSERM sur la manière de raconter une histoire avec du digital, c’est passionnant.

Pour aller plus loin

>> Illustrations Relais d’sciences/F. Millet (Flickr, CC)

>> Source : Communiqué sur le site de Relais d’sciences

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA