Knowtex Blog

Un forum et beaucoup de questions

Le 13 octobre 2010 par Marion Sabourdy

Ordinateur sur les genoux et dûment badgée, me voici à la Cité des sciences le 28 septembre dernier pour le Forum territorial de la Culture scientifique technique et industrielle (CSTI) organisé par Universcience (programme ici).

Je me fais toute petite au milieu d’une salle comble – 423 inscrits – et observe les visages – pour le moins tendus – des acteurs de la culture scientifique française. Quelques ordinateurs sont présents mais nulle trace de « gazouillis » sur Twitter… L’événement semble presque se passer à huis clos. Un comble pour un monde qui souhaite s’ouvrir à de nouveaux publics ! Heureusement, je suis vite rejointe par Antony Auffrey (@antonydbzh) des Petits Débrouillards Bretagne pour un sympathique live-twitt.

Une partie des personnes présentes s’était quitté lors du colloque « Communiquer la science en territoire » en juin dernier (2) sur ces paroles : « L’Etat délègue ses responsabilités traditionnelles, la mission de diffusion de la CST n’est plus de son ressort. Comment va-t-il aider les opérateurs à assumer leurs nouvelles missions ? ». C’est en partie pour tenter de répondre à cette question que ces opérateurs se sont retrouvés dans la capitale, en réponse à l’invitation du comité de pilotage du forum (3).

D’après Laurent Chicoineau, directeur du CCSTI grenoblois La Casemate et membre du comité, « le Ministère de la Recherche a réorienté sa ligne d’action en matière de CSTI : disparition de la mission culture scientifique, création d’une nouvelle direction scientifique « Science et Société » et transfert annoncé des crédits CSTI centraux à Universcience – charge au nouvel établissement de gérer et distribuer ces crédits dans les régions ». La somme ? 50 millions d’euros, annoncés dès l’ouverture par Ronan Stéphan, directeur général pour la Recherche et l’Innovation au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Au programme dès le début de l’année 2011, une mutualisation des supports (l’Agenda de la culture scientifique déjà mis en place par Universcience en est un exemple) mais aussi des moyens et des productions. Claudie Haigneré souhaite impulser au niveau national une stratégie de la CST en synergie avec les universités, les collectivités et les industriels, selon un modèle qui pourrait d’apparenter à l’ANR. En plus de son activité propre, Universcience deviendrait une structure nationale de valorisation des productions régionales. « L’enjeu n’est pas que financier. Il s’agit de profiter de ces réorganisations pour inventer de nouvelles formes de collaborations entre Paris et les régions – voire des collaborations intra-régionales » poursuit Laurent Chicoineau.

Durant la journée, les participants ont fait preuve d’inquiétude. J’ai noté un certain besoin de reconnaissance de la part des acteurs en région, qui se sentent souvent comme la cinquième roue du carrosse, les bénévoles notamment. L’organisation du forum était telle (quatre tables rondes de 4 à 6 intervenants en moyenne) que le public n’a pas vraiment pu poser les questions qui le rongeait visiblement. La plus partagée concernait le futur statut d’Universcience, à la fois opérateur, animateur et agence de financement.

Aucune réponse satisfaisante n’a pu être apportée dans l’instant. Claudie Haigneré, présidente d’Universcience, a botté en touche en évoquant la constitution d’une instance nationale autour d’Universcience, formée notamment par les membres du comité de pilotage du forum rejoints par d’autres acteurs.

Du coté des régions, ça s’active également. Le buffet proposé aux participants le midi me semble symbolique. Les petits groupes se forment, les poignées de main se multiplient. On n’a pas attendu Universcience pour mettre en place des projets entre les centres de science en région. En parallèle de l’événement, l’AMCSTI a publié sur son site internet un livre blanc intitulé « Pour une nouvelle gouvernance de la culture scientifique, technique et industrielle en France ». Une effervescence qui sera sans doute positive et obligera les opérateurs à repenser leur action pour contrer les baisses de subventions annoncées par les collectivités.

D’après un mail envoyé par Universcience aux participants quelques jours après le forum, celui-ci constitue « une première étape que nous souhaitons prolonger avec vous, dans le de cadre de rencontres en région et de groupes de travail ».

Sur ce blog, nous souhaitons participer à ce débat avec nos lecteurs et les acteurs de la CST française. Nous publierons dans les semaines qui viennent des réactions, réflexions et autres articles sur le thème de la culture scientifique en région. Le prochain épisode concerne les axes de travail proposés lors du forum et le suivant fera la part belle aux réactions « à chaud ». Restez attentifs !

Notes

  1. Durant cette journée, @antonydbzh et moi (@Fuzzyraptor et @Knowtex) avons eu l’occasion de commenter les événements du forum et d’interagir avec d’autres webacteurs, notamment les CCSTI @Capsciences (Bordeaux), @Espace_sciences (Rennes) et @atlas_sciences (Saint-Ouen), le webmaster du Muséum de Toulouse @samuelbausson, le site de démocratie participative @sciencesetdemoc et le réseau social de l’Université Paris-Descartes @Carnets2
  2. Colloque « Communiquer la science en territoires, regards croisés des producteurs de science et des acteurs territoriaux », le 3 juin 2010. A ce sujet, lire Les Cahiers de l’Association « Communication Publique » de septembre 2010
  3. Le comité de pilotage est constitué par l’Association des Musées et Centres de Science pour le développement de la CSTI (AMCSTI), l’Association nationale Les Petits Débrouillards, l’Office de coopération et d’information muséographiques (Ocim), les associations d’élus locaux, la Conférence des présidents d’universités (CPU), l’Agence nationale de la recherche (ANR), les Délégations régionales à la recherche et à la technologie (DRRT), les Directions régionales des affaires culturelles (Drac) et l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST)

Pour aller plus loin

- La weblist Knowtex « Les sciences dans les régions »

- Le débat sur « Sciences et Démocratie » : La culture scientifique et technique

>> IllustrationUniverscience (©)

Nous tenons à remercier Mélodie Faury qui nous a cités et toutes les personnes qui prennent le temps de parler de leurs expériences.

3 commentaires

  1. Kymographe le 13 octobre 2010 à 19:04

    Pas de questions particulières, mais ce retour est complémentaire à celui de Laurent Chicoineau sur son blog, notamment sur le livre blanc dont je n’avais pas connaissance, j’attends la suite^^

  2. GregFICCA le 15 octobre 2010 à 12:03

    « une stratégie de la CST en synergie avec les universités, les collectivités et les industriels, selon un modèle qui pourrait d’apparenter à l’ANR »

    Et si c’était le CNRS qui assurait le rôle de l’ANR, on se poserait de vrai question sur l’avenir de la recherche…
    N’est-ce pas ce qui est en train de se passer avec la CST ??

    Tout le monde rêve d’être le juge et partie. Et bien j’en ai rêvé, Claudie l’a fait !

  3. Marion le 18 octobre 2010 à 15:23

    @Kymographe : merci beaucoup, comme tu as sans doute pu le voir, la suite est arrivée ;-)
    @GregFICCA : le problème du financement de la recherche et celui de l’autonomie des universités (entre autres) sont en effet étroitement apparentés à celui du financement et de l’organisation de la CST. Est-ce qu’un coup d’oeil vers le privé (industries, petites boîtes innovantes…) ne permettrait pas de redonner du pep’s à un secteur qui se cherche ? Sans tourner le dos au public bien sûr. A voir…

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA