Knowtex Blog

La Rotonde à Saint-Étienne : 11 ans d’innovation

Le 1 décembre 2010 par Marion Sabourdy

« Le département de la Loire a été marqué, des décennies durant, par une histoire industrielle où le noir du charbon se mêlait au rouge des fonderies » (1). Cette phrase d’Hervé Jacquemin, le charismatique ancien directeur du CCSTI La Rotonde de Saint-Étienne, géologue passionné par la vulgarisation scientifique, résume bien l’histoire et le patrimoine de la Loire.

Située au sein de l’École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne (2), La Rotonde est dépositaire de ce patrimoine. Mais, loin de se replier sur le passé industriel de la Loire et de se morfondre face aux voisins lyonnais et grenoblois, le CCSTI a constamment innové en matière d’animation, de théâtre et de graphisme. Aujourd’hui, La Rotonde entame un nouveau cycle avec son directeur Arnaud Zohou, philosophe arrivé en juillet 2009 lors des dix ans de La Rotonde.

Attablés au restaurant de l’École des Mines, établissement créé en 1816, Arnaud et Guillaume Desbrosse, le responsable science & multimédia retracent l’histoire de ce projet. Au milieu des années 1990, Hervé Jacquemin et le directeur de l’École des Mines de l’époque, Philippe Hirtzman, montent un projet de délégation à la culture scientifique et technique au sein de l’École. Projet qui donnera naissance à La Rotonde en 1999 dans le bâtiment A circulaire, construit en 1973 pour héberger le centre de calcul du département informatique (voir la visite virtuelle).

Rapidement labellisé CCSTI, c’est le seul en France à être rattaché à une école d’ingénieur. « Les toutes premières activités constituaient en des animations face public dans La Rotonde, surtout orientées géologie, avec Hervé, Ségolène Courant puis Aurélie Monin, explique Guillaume, l’arrivée de Florence Delaporte a contribué à élargir les thématiques » (voir la présentation de La Rotonde sur leur site).

Les activités ont rapidement dépassé le cadre de l’École des Mines avec des expositions hors-les-murs, l’organisation de la Fête de la Science, le premier festival de théâtre de science « Scènes de Méninges » en 2003, des productions audiovisuelles… Au fil des années, l’équipe est passée de deux à six puis à neuf personnes (voir les animations annuelles qui présentent l’équipe).

L’Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne

L’art en fil conducteur

Selon Arnaud, « l’approche artistique est un des fils conducteurs de notre action. Nous avons la volonté d’être décalés, d’éviter les expos-panneaux, de pousser la recherche graphique avec nos publications et notre site. Nous sommes avant tout un centre culturel, en questionnement identitaire permanent » (voir la programmation 2010-2011).

La Rotonde est originale à plusieurs titres : « notre structure n’est pas un musée avec des expositions comme à la Galerie Eurêka, à Chambéry. Comme nous sommes dépendants des horaires d’ouverture de l’École des Mines, nous ne sommes ouverts au grand public que le mercredi après-midi. Une partie de notre action se déroule pendant les événements » précise Guillaume.

En 2009, La Rotonde a enchanté près de 30 000 personnes dont 11 000 uniquement pour la Fête de la Science et plus de la moitié de scolaires (voir le rapport d’activités). Les animateurs Émilie Renaude et Kevin Fauvre se déplacent également auprès des centres de loisirs et des centres sociaux, pour toucher un public plutôt hermétique aux sciences, dans les villes de Rive-de-Giers et Saint-Chamond par exemple.

Une programmation de théâtre scientifique

L’activité phare du CCSTI, entre 2003 et 2009, a été l’organisation du festival  Scènes de Méninges. « Le lancement enthousiaste nous a permis d’avoir une visibilité nationale, estime Arnaud, mais il est dur de pérenniser un événement ». S’il est pour l’instant impossible de maintenir le festival faute de financements, La Rotonde ne souhaite pas stopper le théâtre scientifique.

Le 15 novembre, date de ma visite, la compagnie « Les ateliers du spectacle » était justement en train de terminer l’installation de leur spectacle « Le t de n-1 » sur les maths et le fonctionnement du cerveau. Les comédiens animeront également pendant 15 jours des ateliers et profiteront de leur résidence à La Rotonde pour rencontrer des chercheurs qui travaillent sur les domaines qui les intéressent.

Le CCSTI fait également profiter le Centre microélectronique de Provence Georges Charpak et la ville de Gardanne (Bouches-du-Rhône) de son expérience pour préparer l’événement « Marseille Provence 2013, capitale européenne de la Culture ». Toujours dans son rôle de Pygmalion, La Rotonde a mis en place une base de données des compagnies de théâtre scientifique, bientôt remise à jour, « pour que les programmateurs de salles de théâtre s’intéressent aux sciences ».

Un site internet en création permanente

Le site internet de La Rotonde est un exemple du questionnement identitaire et de la recherche graphique évoqués plus haut, avec des innovations permanentes notamment de la page d’accueil (en cliquant sur une des lettres en haut à droite, on peut jouer à Tetris !).

« L’ancien site accueillait déjà 10 000 visiteurs uniques par mois dont 70 % des entrées via la Boîte à Bidouilles (3). Il a été réalisé avec le graphiste Fabien Cornut (société 642) et le webmaster Hubert Blein (société Pixelsmills) en étroite collaboration avec Guillaume Desbrosse. Il se veut ouvert afin de laisser la place à d’autres artistes de s’emparer de la mise en valeur du contenu. En ce moment l’artiste Florence Delaporte (atelier Padgom), anciennement chargée des spectacles à La Rotonde, travaille sur le graphisme de la partie jeune public du site ».

Dans cette veine et à l’occasion de la Biennale du design, La Rotonde s’investit avec L’Ecole supérieure d’Art et de Design de Saint-Etienne dans un projet autour du libre : une imprimante 3D qui pourrait faire le lien entre designers et ingénieurs. « C’est l’occasion d’associer l’imprimante avec un scanner pour créer une sorte de mini-fonderie portative ; avec l’objectif de monter un FabLab autour de ce projet…. » explique Arnaud.

Des relations à tisser avec les industries

Depuis début septembre et sous l’impulsion de l’École des Mines, le nouveau venu Emmanuel Baroux s’occupe de la valorisation de la recherche et de l’industrie. Cet ancien géologue spécialisé dans les séismes et la tectonique a une expérience de valorisation de la recherche à Sofia-Antipolis dans le cadre du programme « Sismos à l’école ».

Pour La Rotonde, il pense axer son travail sur les métiers de la recherche et de l’industrie. Le 17 novembre dernier avait d’ailleurs lieu le lancement de l’opération C.Génial sur le bassin stéphanois (4). Cette initiative fait venir les ingénieurs et techniciens locaux dans les classes. Un bon moyen de développer le carnet d’adresse pour le CCSTI qui n’a pas souvent travaillé avec les entreprises locales. « Ce projet permet également d’impliquer la chambre de commerce, les collectivités locales, l’inspection académique… note Emmanuel, on va tourner dans une dizaine d’établissements de janvier à juin ».

Le deuxième projet sur lequel Emmanuel travaille est le Camion des sciences, une semi-remorque qui abrite l’exposition itinérante « La physique fait du sport », financé par la région Rhône-Alpes, à destination des collèges et lycées. « Chaque année, le camion fait quatre étapes d’une semaine par département, au sein des deux académies (Lyon et Grenoble). Les établissements de zones rurales ou difficiles sont privilégiés ». Le CCSTI de Grenoble, la Casemate, s’occupe de la coordination régionale et La Rotonde joue le même rôle à l’échelle de la Loire.

Notes

Hervé Jacquemin dans « Éprouvette », une recension des acteurs de Culture scientifique, technique et industrielle datant de 1999 et éditée par La Rotonde.

L’École des Mines met à disposition le bâtiment de La Rotonde ainsi que des bureaux et deux salaires. C’est aussi elle qui gère le CCSTI financièrement (budget de 400 000 euros).

Au sujet de la Boîte à Bidouilles, lire un article d’universcience.

Ont participé des délégués, experts ou directeurs des entreprises : Areva, France Télécom Orange, EADS, Schlumberger, Technip.

>> Illustrations : Licence CC, Knowtex (la 3ème) et CCSTI La Rotonde – École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne

>> Voir notre album photo du reportage à La Rotonde.

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA