Knowtex Blog

Le Scientibus : quand les sciences viennent au public

Le 11 novembre 2010 par Marion Sabourdy

En ce froid, lundi 25 octobre, direction la Faculté des sciences et techniques de Limoges pour visiter un des tous premiers bus de sciences, le bien nommé Scientibus, aménagé et animé par l’Université de Limoges et soutenu par le CCSTI Récréasciences (1).

Le responsable, Frédéric Louradour, m’y attend près d’un hangar. À mon arrivée, il entrouvre la porte et m’invite à monter dans l’ancien bus scolaire aménagé en « laboratoire d’expérimentation scientifique ambulant » et dont la carrosserie a été entièrement taguée par une équipe de l’association CMDeco venus spécialement en juillet 2003 en Limousin.

Pendant une heure, Frédéric me présente un laser de l’institut de recherche Xlim, une souris fluorescente née dans l’animalerie du CHU de Limoges, des lames minces de roches vues à la lumière polarisée et des roches fluorescentes… Le bus comprend également un magnifique hologramme de wagon prêté par la société Hololaser.

Et il ne s’agit que d’un aperçu ! L’intérieur est ainsi complètement aménagé avec deux compartiments de 17 et 25 manipulations. 15 autres sont stockées dans la soute pour être déployées en dehors du bus par exemple dans une cour d’école.

Bien qu’originaire du Limousin, je découvre seulement ce jour là que tous les objets présentés « sortent » des laboratoires de ma région de naissance. Et je ne suis pas la seule à l’ignorer me confirme Frédéric. « Le grand public limousin ne connait pas trop les sciences alors que la région accueille des antennes de gros instituts (CNRS, Inserm, INRA) et met beaucoup d’argent dans la recherche. Ce bus est une sorte de vitrine ». Autre but avoué : motiver les jeunes à faire des études en science, et leur montrer qu’ils ne sont pas obligés de quitter la région après le bac.

Le Scientibus, c’est d’abord une équipe d’une vingtaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, enseignant du secondaire et étudiants en sciences (majoritairement des thésards à la faculté des sciences ou à l’IUT), sans oublier le chauffeur, qui travaille comme technicien à la faculté et la secrétaire.

« Contrairement à d’autres initiatives de ce type, nous restons dans un cadre professionnel et non bénévole. L’activité des animateurs est rémunérée, soit par l’université soit par le CCSTI ». Avec un noyau dur de 5 permanents, le Scientibus a connu entre 60 et 70 animateurs depuis son inauguration en 2003 par le prix Nobel de physique Claude Cohen-Tannoudji. « Cette année, 7 jeunes animateurs ont arrêté et 5 ont été embauchés et formés » précise Frédéric.

Si vous dites Scientibus à un jeune limousin pris au hasard, vous ferez sûrement mouche car depuis 8 ans, le bus arpente les trois départements et se gare environ 30 fois par an dans une école, un collège ou un lycée. Parfois, il fait même des « heures sup’ » avec des classes préparatoires et le grand public, comme par exemple pour la Fête de la Science qui a été une franche réussite cette année. « On a même été obligés de faire sortir les gens du bus à la fin de la journée ! ».

Lors des interventions – gratuites – en classe, le programme est toujours le même. Deux groupes de 11 élèves visitent simultanément les deux compartiments du bus tandis qu’un troisième assiste aux manipulations de la soute déployées dans la cour ou une salle de classe. Toutes les 20 ou 30 minutes, les groupes changent d’atelier et les animateurs également. En une journée, le bus accueille ainsi 6 classes soit une moyenne de 160 élèves. « Ce rythme est sans doute un peu trop élevé. Nous aimerions plutôt accueillir 4 classes par école mais il faut bien contenter tout le monde… »

Les jeunes découvrent les sciences exactes (chimie, physique, mathématiques, biologie, géologie, informatique) à travers des « expériences choisies pour leur côté récréatif et spectaculaire. Un accent particulier a été mis sur le côté esthétique des sciences exactes qualifiées souvent à tort d’abstraites » comme on peut le lire sur le site. Frédéric glisse même fièrement que le prix Nobel de physique Pierre-Gilles de Gennes à été étonné par la manipulation des bulles géantes.

2010 est l’occasion de fêter les 50 ans du laser. Comme l’équipe est constituée de plusieurs chercheurs en optique, ce fut pour le Scientibus, l’année des grands voyages. L’Aquitaine d’abord au printemps avec un bus entièrement configuré autour du laser et de la lumière. « Nous avons fait plus de 1000 km en 6 jours en passant par Bordeaux, Dax, Bayonne, Sarlat… ».

A peine revenu à Limoges, il repart à Paris à l’occasion de l’événement « La Ville Lumière » le 23 juin dernier. Le « bus magique » va découvrir l’Ecole Polytechnique située à Palaiseau. En compagnie de laboratoires parisiens, l’équipe limougeaude a présenté ses manipulations aux prix Nobel présents.

La réussite était au rendez-vous, tout comme avec les élèves lors des sorties classiques. Pour preuve, le carnet de commande d’interventions dans les écoles est complet pour les deux ans à venir et les commentaires sur le site internet sont dithyrambiques.

Seul bémol : l’absence de local. Le hangar étroit est le seul espace offert par la faculté pour garer le bus. Pour l’instant, « les manipulations sont créées dans les laboratoires de l’université ou dans les garages des animateurs ». Mais l’équipe va bientôt récupérer un bâtiment pour pouvoir se réunir et travailler « mais pas accueillir des publics » précise Frédéric. L’esprit nomade du Scientibus restera intact.

Les bus et camions de sciences en France

Petite liste non exhaustive des projets apparentés au Scientibus. Merci à @isa2886, @Capsciences, @Espace_sciences, @science_societe et @antonydbzh pour leur aide. Si vous connaissez d’autres sites, n’hésitez pas à les mentionner en commentaires.

  • Le Débrouillo’bus breton : propriété de la ville de Brest, il est mis en œuvre par l’association les Petits Débrouillards Bretagne
  • Le bus polaire : c’est en fait le Débrouillo’bus « déguisé » à l’occasion de l’Année polaire internationale
  • Le camion-exposition bordelais mis en place pour l’exposition « Devenez Aquacitoyen » en 2008
  • Le bus des sciences né au synchrotron SOLEIL lors de l’Année Mondiale de la Physique en 2005. L’Institut Pierre-Simon Laplace et le CNRS sont partenaires scientifiques du projet
  • Le Camion des sciences lancé par le Comité régional rhônalpin lors de l’Année mondiale de la Physique 2005
  • Roule ta science est une semi-remorque déployable d’environ 55 m² gérée par l’ABRET depuis 1986
  • Edit du 13 décembre 2010 [Le bus Marinexus, équipé d’une bibliothèque scientifique, d’un laboratoire d’observation et d’une installation multimédia permettant l’accès à internet. Dès le début 2011, il ira à la rencontre du public à travers le Nord-Finistère, et traversera la Manche chaque année pour visiter la région de Plymouth]

Note

  1. Le projet, dont la maîtrise technique est assurée par la Faculté des sciences, est soutenu par le président de l’Université de Limoges, la direction régionale de la recherche et technologie (émanation du ministère) et subventionné par Récréasciences à hauteur d’un tiers des moyens humains (les deux autres tiers sont fournis par l’Université.). Le fonctionnement est financé par la Faculté, l’Université, la région Limousin et le CNAM.

>> Illustrations : Scientibus et notre galerie photo Flickr

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA