Knowtex Blog

Révoluscience : le lancement

Le 30 novembre 2010 par Antoine Blanchard

Le Manifeste a été lancé au mois de juillet 2010, une fois une première version rédigée et le blog mis en place. Le date du lancement coïncidait avec un moment où la réflexion sur les questions liées à la culture scientifique, technique et industrielle était particulièrement vive, en France mais également en Suisse avec :

(1) le lancement d’un manifeste suisse, intitulé « Manifeste pour une culture de sciences citoyennes », issu des Assises du Réseau romand Science et Cité, destiné à être diffusé auprès des responsables de la culture scientifique.

(2) le projet de rédaction d’un texte commun par les acteurs de la CSTI en Rhône Alpes, en juin 2010.

(3) la perspective du Forum territorial de la Culture Scientifique et Technique, le 28 septembre 2010.

L’édition 2010 du colloque Pari d’avenir n’a pas permis d’atteindre les objectifs que le collectif Révoluscience souhaitait atteindre, du fait notamment d’un calendrier finalement peu favorable à une organisation satisfaisante en amont de ces rencontres avec les participants au festival Paris-Montagne, et du fait de l’absence d’un grand nombre des membres du collectif Révoluscience à cet événement.

Objectifs de la mise en débat

Ce colloque constituait une première confrontation aux réactions et aux critiques des médiateurs sur la pertinence d’un tel texte pour leur pratique professionnelle. Les objectifs du collectif Révoluscience dans ce contexte pourraient être listés de la manière suivante :

  • Ouvrir la discussion et inciter ceux qui le souhaitent à contribuer à la réflexion ;
  • Réaffirmer qu’il ne s’agit pas d’un travail abouti mais bien d’un travail en construction ;
  • Voir dans quelles mesures les propositions du Manifeste pourrait être applicables très concrètement sur le terrain, dans la pratique de chacun ;
  • Tester la possibilité pour les acteurs de la culture scientifique de s’approprier ce texte en l’état et envisager le cas échéant les adaptations ou évolutions qui paraissent nécessaires suite aux retours
  • Inventer collectivement, multiplier les outils et les idées qu’il pourrait s’agir de développer pour prolonger les propositions du manifeste dans la pratique ;
  • Présenter les suites actuellement envisagées pour poursuivre la réflexion.

Difficultés rencontrées et premières réactions

Des problèmes de clarté et d’organisation

Les objectifs du colloque et ce qui était attendu des participants n’ont pas été clairement définis au début des ateliers-débats. Ajoutons à cela la quasi absence de cadre pour l’animation des discussions, qui ont compromis dès le départ la richesse potentielle des échanges.

D’autre part, la totalité des textes du manifeste n’était pas sortie au moment du colloque (deux textes seulement avaient été communiqués aux participants : Objectifs et pratiques ; Rapports au publics), ce qui rendait impossible l’accès à une vision globale de la démarche du collectif Révoluscience et de ses intentions.

Des réactions mitigées sur l’intérêt de ces réflexions

Les premiers retours des participants ont dès lors permis de prendre la mesure de certains obstacles induits par les formulations et le mode de diffusion séquentielle du Manifeste.

Quand certains médiateurs nous rétorquaient simplement qu’ils n’avaient ni le temps, ni l’envie et qu’ils se sentait forcés à des discussions dans le cadre du colloque pour lesquels ils n’exprimaient pas d’intérêt, d’autres répondaient que c’était bien joli, et ensuite ? Que pouvait-on faire d’un texte de cette sorte ? Quel était concrètement l’apport de celui-ci pour leurs activités professionnelles quotidiennes ?

Enfin, plusieurs personnes ayant déjà mené ce type de réflexions sur leurs pratiques se demandaient ce qu’il pouvait bien y avoir d’original dans le manifeste. Tout cela est connu, alors à quoi ça sert ? Notre réponse était alors de dire qu’il s’agissait d’un effort de formalisation pour élargir les lieux de réflexion commune sur ces réflexions, mettre en commun pour avancer plus vite.

Le problème de l’appropriation d’un texte encore bien théorique

Ainsi, plusieurs personnes nous ont à juste titre fait remarquer que, dans sa forme actuelle, le texte du manifeste n’était justement pas très accessible. Il fallait se donner les moyens de rendre possible cette appropriation concrète des propositions formulées, puisqu’il s’agissait d’un de nos principaux objectifs !

Ainsi, certains participants ont noté par exemple que pour les jeunes médiateurs, ce ne serait pas adapté alors qu’ils pourraient être une cible importante pour changer les manières de faire dans l’avenir… Une version vulgarisée de ce manifeste sur la vulgarisation semblerait dès lors nécessaire !

Dans le même sens, l’idée est venue de faire des courts métrages d’exemples caricaturés allant à l’inverse du manifeste ou des récits d’expériences des personnes soutenant la démarche du manifeste (plusieurs personnes motivées). Plus largement, une demande de concrétisation des idées s’est faite entendre.

>> Article co-écrit avec Mélodie Faury

>> Illustrations : zachad et 姒儿喵喵 (Flickr, CC)

>> Source : Initialement publié sur L’Infusoir

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA