Knowtex Blog

Science et Humour

Le 25 mai 2011 par Dr. Goulu

C’est assez facile de faire rire des scientifiques ou des ingénieurs, car ils sont sensibles à de nombreuses formes d’humour.

Blagues

Il y a bien sûr les histoires classiques comme « Dans un jeu télévisé,  un ingénieur, un physicien et un mathématicien doivent construire une clôture tout autour d’un troupeau de moutons en utilisant aussi peu de matériel que possible.

  • L’ingénieur fait regrouper le troupeau dans un cercle, puis construit une barrière tout autour.
  • Le physicien construit une clôture d’un diamètre infini et tente de relier les bouts de la clôture entre eux jusqu’au moment où tout le troupeau peut tenir dans le cercle.
  • Le mathématicien, voyant ceci, construit une clôture autour de lui-même et se définit comme y étant à l’extérieur. »

Vous en trouverez de nombreuses autres de ce genre ici.

(Auto)-Dérision

Les désormais fameux prix igNobel récompensent les recherches les plus étranges, republiées dans le Journal of Improbable Research. Je vous avais parlé ici des prix 2007, les 2008 ne vont pas tarder à être décernés : préparez vos zygomatiques. Ce qui me surprend le plus, c’est de voir la plupart des lauréats accepter leur prix avec le sourire et gratifier l’assistance d’une présentation en bonne et due forme de leur sujet de recherche farfelu, diffusée largement en video.

L’auto-dérision est également très appréciée dans la communauté scientifique. En particulier, le Journal of Irreproductive Results publie des articles parodiques voire délirants, mais respectant scrupuleusement le formalisme formellement formel des publications scientifiques de plus haut niveau.

Dans le même ordre d’idées, quelques aménagements du système international d’unités ont été proposés pour étendre le domaine d’application de la science tout en intégrant quelques expressions du langage populaire dans le formalisme scientifique. Voir en particulier la norme NF UNM 00-000 dite des « unités pifométriques » dont je vous ai déjà parlé ici.

Lois Universelles

Un moyen assez simple de faire coller la dure réalité expérimentale aux belles théories scientifiques consiste à tenir compte de quelques lois universelles additionnelles, complétant voire supplantant occasionnellement la logique pure.

Les lois de Murphy sont les plus connues puisqu’elles sont absolument fondamentales en ingénierie et dans la plupart des sciences expérimentales

Les devises Shadok

Depuis 1968, les extraterrestres surréalistes de Jacques Rouxel continuent d’émailler les conversations de scientifiques et d’ingénieurs avec leurs devises célèbres, comme:

  • Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? (oui, c’est bien des Shadoks, à l’origine …)
  • S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème.
  • Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
  • Pour qu’il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes.

Pour notre plus grand bonheur, certains épisodes aussi épiques que surréalistes des Shadoks sont disponibles sur le web, et d’autres en DVD. Voici par exemple une merveille de mixture cours de maths + délire :

Les informaticiens

L’humour des informaticiens est particulièrement caustique car leur discipline repose essentiellement sur un sur-ensemble des lois de Murphy faisant qu’un ordinateur qui exécute sans erreur un programme réalisant la fonction pour laquelle il a été conçu tient du pur miracle.

De ce fait, les informaticiens sont des mystiques assez prompts aux blagues métaphysiques, mais aussi aux blagues à connotation religieuse voire racistes visant les minorités comme les adeptes de Fortran ou les Cobolistes.

L’humour informaticien est notamment très présent dans les Perlisismes, tels que « Il y a deux manières d’écrire des programmes sans erreurs. Seule la troisième marche. »

N’hésitez pas à mettre en commentaire d’autres références que vous pourriez connaître !

>> Illustrationxkcd (licence CC)

>> Billet initialement publié le 14 septembre 2008 sur Pourquoi Comment Combien – le blog du Dr Goulu.

1 commentaire

  1. Manon Corbin le 26 mai 2011 à 00:25

    J’avais aussi écrit un ptit truc sur le sujet, pour le grandpublic:
    http://www.legrandpublic.fr/spip.php?article866&id_mot=364 *
    et sur les Ig Nobels: http://www.legrandpublic.fr/spip.php?article865&id_mot=364

    *Il ressort de mon étude qu’on peut classer les blagues scientifiques en trois catégories principales :

    - Les jeux de mots et calembours, exploitant le double sens de certains mots dans le langage courant et en sciences.

    Exemple : Logarithme et Exponentielle vont dîner au restaurant. Qui paie la note ?

    C’est Exponentielle qui paie. C’est bien connu : Logarithme népérien.

    - Le détournement de démonstrations scientifiques.

    Exemple : Pourquoi les scientifiques sont-ils moins bien payés que les hommes d’affaires ?

    Notre démonstration s’appuie sur deux postulats très connus :

    P1. La Connaissance c’est la Puissance

    P2. Le Temps c’est de l’Argent

    Comme Puissance=Travail/Temps

    Et puisque Connaissance = Puissance, et que Temps = Argent

    Nous avons donc Connaissance = Travail/Argent

    Nous obtenons alors facilement Argent = Travail/Connaissance

    Ainsi quand la Connaissance tend vers zéro, l’Argent tend vers l’infini quelle que soit la valeur attribuée à Travail, cette valeur pouvant être très faible. A l’inverse quand la Connaissance tend vers l’infini, l’Argent tend alors vers zéro, même si la valeur Travail est élevée.

    D’où la conclusion évidente suivante : moins vous en connaissez, plus vous gagnez d’argent.

    - L’auto-dérision : moqueries sur les scientifiques des différentes disciplines, insistant sur leur côté « déconnecté de la réalité » (ce qui prouve contre toute attente qu’ils en sont bien conscients).

    Exemple : un biologiste, un physicien et un mathématicien sont attablés à la terrasse d’un café, lorsque ils voient deux personnes entrer dans une maison en face.

    Quelques instants plus tard, trois personnes en sortent.

    « Ils se sont reproduits ! » dit le biologiste

    « Il y a forcément une erreur de mesure … » dit le physicien

    Le mathématicien : « Si une personne entre dans la maison, elle sera vide. »

    - Au sein de ces différentes catégories, on trouvera quelques réinterprétations des blagues sur les femmes, les blondes en particulier, l’absence de réaction d’indignation dans les forums démontrant de facto que celles-ci ne fréquentent pas ces sites douteux.

    Les lectrices apprécieront sûrement les morceaux choisis parmi l’étalage de clichés concocté par des chimistes et le commentaire de l’auteur « Désolé pour les femmes, c’est de l’humour ! Ne le prenez pas mal ! ;-) » :

    Actualité : découverte d’un élément chimique :

    ÉLÉMENT NUMÉRO : 115

    NOM : Femme

    SYMBOLE : Fm

    MASSE ATOMIQUE : Acceptable 60 kg mais des isotopes connus de 40 à 250 kg

    PROPRIÉTÉS PHYSIQUES :

    - Entre en ébullition pour un rien et gèle sans raison

    - Coefficient de dilatation : augmente avec les années

    - Structure moléculaire : parfaite 90/60/90, existe aux USA sous forme croissante 60/90/120 et dans les pays nordiques sous forme dite plate 50/50/50

    PROPRIÉTÉS CHIMIQUES :

    - Très grande affinité pour l’or, l’argent, le platine et tous les métaux nobles. Absorbe de grandes quantités de substances onéreuses

    - Peut exploser spontanément sans avertissement

    - Sensible aux érections qui lui transmettent parfois la migraine

    UTILISATIONS COURANTES :

    - Hautement décorative surtout dans les voitures de sport

    - Puissant agent nettoyant

    TEST :

    Tourne au vert si placée à côté d’un spécimen de meilleure qualité

    PRÉCAUTIONS D’EMPLOI :

    Il est illégal d’en posséder plus d’un spécimen, mais il est possible d’en entretenir plusieurs à des endroits différents tant que les différents spécimens n’entrent pas en contact (risque d’explosion)

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA