Knowtex Blog

Toile de Fond : la forme au service du sens

Le 9 novembre 2011 par Marion Sabourdy

Vendredi 7 octobre dernier, au Palais de la Découverte. Une jeune femme brune évolue sur scène devant un groupe de lycéens. Pendant une heure, Coline Aunis change de personnalité comme de chemise pour évoquer la vie de Marie Curie côté cour – et côté cœur. Tour à tour jeune auteure stressée, vieille polonaise nostalgique, professeur qui ose des envolées lyriques malgré un air stressé, académicien anglais quelque peu hautain et journaliste américaine survoltée, la webmaster du Musée des Arts et Métiers (1) prouve avec brio qu’elle a plus d’un tour dans son sac.

Coline Aunis en séduisante journaliste américaine

Au fond de la salle, Alexandra de Kaenel, co-auteur du « Petit monde de Marie Curie » (2) avec Coline, et Clara Bensoussan, fondateur de Toile de Fond agence de communication des sciences (aussi sur Knowtex !), observent avec attention les réactions des jeunes spectateurs. Clara, Alexandra et Coline sont toutes trois issues du Master de médiation scientifique, à Strasbourg. En 2005, le Palais de la Découverte, désireux d’accueillir du théâtre de sciences, a demandé à Alexandra et Coline de rédiger une pièce sur Marie Curie dans le cadre de l’Année internationale de la Physique. Le texte écrit en quelques semaines sur un coin de table donnera lieu à plus de 40 représentations au Palais ou lors du Festival Sciences sur Seine de 2005 à 2007. Il sera ensuite retravaillé et produit en 2011 par Toile de Fond.

Dès leurs premiers jours de formation et le fameux cours de théâtre, les jeunes femmes sont devenues complices. A la fin des études, chacune a pris une route différente afin de continuer à se former. « Clara est partie plutôt du côté du multimédia et de la scénarisation d’animations, explique Alexandra, pour ma part, je suis devenue médiatrice scientifique dans le département de physique du Palais et j’ai exercé cette activité pendant cinq ans. J’ai appris la médiation orale, la conception d’expositions, la rédactions d’articles pour le magazine du Palais, la préparation des contenus des bornes multimédia… ». Quant à Coline, nous en avons parlé par ailleurs (1).

Une dose de médiation, un soupçon d’entreprenariat…

En 2006, Clara crée Toile de fond avec pour activité principale la scénarisation d’animations multimédia. Rapidement, la société ajoute des cordes à son arc avec des ateliers de découverte et du théâtre de sciences. En 2008, Clara met notamment en place un atelier pour enfants autour de la Théorie de l’évolution au sein du Muséum d’histoire naturelle de Marseille intitulé « Atelier Science sur scène : Dans les pas de Charles Darwin… ». Cet atelier croise les univers du théâtre et de la science, une façon décalée de travailler autour d’un thème maintes fois traité.

« Suite à une phase de jeux/découverte autour de spécimens pour s’approprier la théorie, les enfants étaient invités à écrire des saynètes sur la vie de Darwin, sa théorie de l’évolution et le scandale qu’elle provoque au sein de la société du XIXème siècle ». L’expérience s’est avérée concluante, au point que « Clara a ensuite écrit la pièce de théâtre Quelque chose vous turlupine Monsieur Darwin ? mise en scène par Caroline Steinberg et jouée par des comédiens professionnels depuis 2009 » (2).

Une scène de « Quelque chose vous turlupine, Monsieur Darwin ? »

C’est un an plus tard qu’Alexandra rejoint Clara et le champ d’action de Toile de fond continue de s’élargir avec de nouvelles activités, stands, expositions, formations à la médiation, etc. C’est ainsi que la petite forme théâtrale « Le Petit monde de Marie Curie » est ajoutée au répertoire de Toile de fond, avec quelques modifications dans la mise en scène et dans le texte, et surtout un format qui offre un temps de rencontre et d’échange avec un spécialiste du domaine suite à la représentation. Coline, la comédienne « historique » de la pièce continue à la jouer en parallèle de son activité.

Le but de cette équipe dynamique est de « chercher un angle d’approche qui va donner aux gens – et pas seulement aux lecteurs de Science & Vie – l’envie de croquer le monde sous le regard des sciences, précise Alexandra, quelle que soit la nature des activités que l’on crée, on s’entoure et on se fait conseiller pour gagner en qualité, pour respecter les contenus et une mise en forme professionnelle sans oublier de rester créatifs voire poétiques ». Revers de la médaille : Toile de Fond (TDF) est parfois uniquement assimilée au théâtre. « Les spectacles ont donné une image publique de notre travail. Du coup, on a parfois du mal à montrer que nous ne sommes pas une compagnie de théâtre et que nous faisons d’autres choses ».

Affiche du spectacle et couverture du livre (voir la fiche sur le site de L’Harmattan)

Qu’on se le dise ! TDF est donc bien plus que ça ! On peut d’ailleurs parler d’une « marque de fabrique », véritable identité entretenue par Clara et Alexandra aussi bien dans leurs actions « clé en main » que dans leurs productions « sur mesure » : « nous créons une accroche, un élément d’appel qui chatouille la curiosité, des pistes pour que le public s’intéresse à des thèmes variés. Nous aimons croiser des approches et des cultures différentes, avoue Alexandra, poser un autre regard sur la vulgarisation scientifique : c’est un défi qui nous plait et nous motive ». D’où leur phrase d’accroche : « la forme au service du sens ».

La médiation scientifique sur son 31

Ainsi, du côté du théâtre, le spectacle est une belle mise en bouche avant une rencontre avec des médiateurs ou des chercheurs. Autre exemple avec un café des sciences organisé à deux reprises avec l’Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) à Paris. Plutôt qu’un modèle classique où les chercheurs parlent devant une assemblée de « profanes », Alexandra a choisi de scénariser l’événement et de mélanger tout le monde.

« L’idée, c’est de se sentir vraiment dans un café, avec peu de monde et pas assez de chaise pour provoquer des discussions. Des mots et des images sont accrochés aux murs et entrainent des discussions dans l’assemblée. Déguisée en garçon de café, je fais le lien entre les personnes présentes. Les chercheurs, quant à eux, sont identifiés avec un badge et viennent mettre leur grain de sel dans les discussions ».

Un fonctionnement risqué, qui a pourtant rencontré un vif succès. « Les chercheurs ont joué le jeu malgré une exposition au public très engageante. Ils étaient très motivés et le public ravi ». Il faut dire qu’avec un chercheur pour une dizaine de personnes, les temps d’échange étaient d’une qualité inégalable. « Quand on propose de l’interactivité, on ne fait pas semblant » sourit Alexandra.

Claire Bensoussan parle chimie et cuisine

Expositions pour l’Inserm (La chimie de l’amour) ou l’UPMC (lors de l’Année mondiale de l’Astronomie), ateliers et stand de cuisine pour découvrir la chimie au contenu validé par les doctorants de Doc en Stock, scénarisation d’animations multimédias notamment pour Aréva ou encore pour le laboratoire pharmaceutique Bristol-Meyers Squibb… Les pistes ne manquent pas, toujours dans le domaine scientifique et technique d’où TDF tire sa valeur ajoutée.

Octobre a été un mois particulièrement chargé avec la Fête de la science. TDF était présente dans plusieurs endroits du pays en même temps. « Il a fallu élargir l’équipe, s’enthousiasme Alexandra, nous animions les ateliers et stands « Cuisinons les sciences » labellisés « Année internationale de la Chimie » à Saint-Priest dans le Rhône, à Gignac-la-Nerthe dans les Bouches-du-Rhône [ndlr : voir les photos d'un atelier cuisine au collège Le Petit Prince de Gignac], à Tournon et Saint-Fortunat en Ardèche alors qu’en parallèle la petite forme théâtrale suivie d’un débat sur Marie Curie était en tournée au Palais, au CNAM de Nantes, à l’Université d’Avignon et au Centre culturel de Forcalquier. Le public était au rendez-vous, nombreux et enthousiaste. Nous nous sommes régalées : cette semaine a été riche en découverte, en surprises et en évasion ! » (3).

Le site internet de l’agence

La page est maintenant tournée et le prochain défi est de se plonger dans le thème de l’Année internationale 2012, à savoir les énergies renouvelables et le développement durable. « On a déjà des idées que l’on souhaiterait tester sur le public ». Elles aimeraient également former des doctorants à la médiation des sciences et les accompagner dans leurs projets. Et pourquoi pas se frotter au spectacle vivant : « on est toujours partantes pour défricher des terrains… ».

Notes

  1. Voir notre interview de Coline Aunis dans le cadre de son travail au sein du Musée des Arts et Métiers
  2. « Le Petit monde de Marie Curie » est une « petite forme théâtrale » d’environ une heure, suivie d’un débat avec un spécialiste, très léger d’exploitation technique afin de s’adapter à plusieurs endroits. « Quelque chose vous turlupine M. Darwin » est une pièce de théâtre suivie d’un débat avec un spécialiste, d’1h20 avec 5 comédiens. La première sera jouée en décembre dans un établissement scolaire en Vendée. La seconde compte à son actif depuis 3 ans plus de 30 représentations tout public et public de collégiens. Pour plus de renseignements, voir la rubrique « théâtre de science » du site internet.
  3. En temps normal, l’équipe est constituée uniquement de Clara, basée à Marseille et d’Alexandra à Paris

>> Illustrations : photos du théâtre, site internet et affiches par Toile de Fond, stand cuisine par F.Demurger (tous droits réservés)

de la société Toile de Fond, agence de communication des sciences

1 commentaire

  1. Toile de fond le 09 novembre 2011 à 11:04

    Un grand merci à Marion pour son professionnalisme, son enthousiasme et son investissement. Jolie rencontre !

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA