Knowtex Blog

Un CCSTI à la recherche d’une identité différente

Le 7 décembre 2010 par Marion Sabourdy

L’Université de Lyon, c’est 19 établissements (universités et grandes écoles) sur Lyon et Saint-Étienne, 120 000 étudiants, 230 laboratoires de recherche publics, 11 500 enseignants-chercheurs… Pas facile pour le service Science et Société, créé en 2007, de se faire connaître de tous…

Pourtant, « sur le site internet de l’Université, nos pages sont les plus visitées, notamment l’Agenda de la culture scientifique et technique dans le Rhône où sont centralisés tous les événements de nos partenaires » annonce Isabelle Forestier, la chargée de communication du service.

Le service Science et Société fait d’ailleurs office d’interface culturelle entre le monde de la recherche et le grand public. « Ça donne à l’Université une image innovante, loin des conférences poussiéreuses, et surtout une image décalée par rapport aux autres universités focalisées sur les classements de leurs chercheurs » poursuit la jeune femme. Encore faut-il que ces chercheurs connaissent le service en question.

C’est un des rôles de Mélodie Faury, chargée de mission Science et Société. Arrivée en septembre dans le service, elle anime la commission Science-Société de l’Université qui possède 19 membres (un dans chaque établissement).

« La commission est interdisciplinaire, à l’image des établissements, avec des sciences dures, du théâtre, de l’architecture… Notre mission est d’abord de sensibiliser les membres aux problèmes Science-Société » explique Mélodie. L’état des lieux en cours permettra de connaître les besoins de chacun. « J’ai déjà relevé une demande très forte de reconnaissance institutionnelle des activités de culture scientifique et une volonté de partage. En revanche, le degré d’implication est très divers entre les établissements ».

Autre projet de Mélodie, pour un peu plus tard : la mise en place de formations des étudiants et doctorants sur les problématiques science-société, en complément des formations à la médiation qui existent depuis 20 ans. « Cela existe déjà dans certaines écoles doctorales. L’objectif sera de mutualiser les connaissances ».

En parallèle, le service souhaite se faire connaître du grand public. Comme il ne possède pas de lieu d’accueil – seulement des bureaux dans l’ancienne caserne du quartier Sergent Blandan – ses projets essaiment sur le territoire du Grand Lyon et dans le département du Rhône.

Ces actions de médiation, véritables évènements tout au long de l’année, vont très prochainement trouver une seconde vie sur Internet. Un projet de lieu culturel numérique est en effet en train d’être réfléchi, pour retrouver les actions menées sur le terrain mais également pour innover en matière de médiation culturelle de sciences sur le web.

« Nous sommes en train de revoir toute l’identité visuelle du service, avec un nouveau nom, une charte graphique et un site internet, annonce Isabelle et Mélodie, le site sera à la fois destiné aux publics de notre action culturelle mais il sera aussi une plateforme de rencontre et d’échange entre les chercheurs, les médiateurs, le public, les enseignants autour des problématiques Science-Société ». En clair, le site web sera bel et bien « un outil de médiation, de créativité et d’expérimentation » pour le service. Un projet pas banal dans le monde de la Culture scientifique et technique, fortement attaché aux relations dans le monde réel.

Le service planche actuellement sur l’aspect et les fonctionnalités du site. « Nous sommes dans une phase d’incubation. Nous avons entrepris un travail sur les réseaux sociaux (1) et ne souhaitons pas refaire ce qui fonctionne déjà bien ailleurs. Nous souhaitons faire des ponts avec les sites et blogs existants » indique Mélodie. Isabelle se risque à une description idéale : « Nous aimerions que notre site soit la métaphore d’une ville où les visiteurs pourront déambuler ».

Sur le cahier des charges : un espace d’information sur les actualités et les évènements de la structure et sur la culture scientifique dans le département, la mise à disposition de ressources (documents, cours), un espace donnant la parole aux publics de la structure, la mise en relation d’acteurs pour donner naissance à des projets de culture scientifique sur les problématiques sciences et société… Mélodie souhaite également un univers très graphique et évolutif. Désireux de faire entrer ce futur site dans les « canons » du web 2.0, le service est ouvert à vos conseils. À bon entendeur…

Note

  1. Voir le compte Twitter et la page Facebook du service Science et Société.

1 commentaire

  1. Laurent Chicoineau le 01 février 2011 à 08:48

    Belle initiative en résonance avec nos projets grenoblois… des actions à mener en concertation !

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA