Knowtex Blog

Une simulation expérimentale pour faire bouger les négociations internationales

Le 6 juin 2011 par Gayané Adourian

À quelques jours de l’ouverture de « Copenhague : et si ça s’était passé autrement ? » l’ambiance est fébrile pour deux des organisateurs, Grégory Quenet et Sébastien Treyer. Né d’un projet entre la direction scientifique de Sciences Po et l’IDDRI (1), cette opération réunira environ 200 étudiants. Le challenge : rejouer les négociations internationales sur le climat tout en laissant une large place à la créativité des étudiants…

L’idée a été lancée par  Bruno Latour (directeur adjoint de Sciences Po) en avril 2010. « On cherche à voir à quel point on peut brouiller les cartes entre art, science (avec le laboratoire SPEAP) et pédagogie. S’il est possible de rénover la pédagogie et d’explorer de nouvelles pistes de recherche » explique Sébastien Treyer.

Chercheur en sciences de gestion et sociologie des organisations à l’IDDRI, il s’intéresse à la prospective dans les politiques environnementales. Son acolyte Grégory Quenet est, lui, chargé de mission pour le développement de l’axe « Politique de la Terre » à Sciences Po (2). Les deux travaillent avec François Gemenne, politologue et spécialiste des simulations de migrations liées aux changements climatiques.

Un exercice innovant

« Copenhague Autrement » rassemble à la base 100 étudiants d’une dizaine de masters de Sciences Po. Difficulté du début : convaincre… Pareille simulation n’est, en effet, pas forcément bien vue quand autant d’étudiants sont impliqués. Mais « les étudiants ont été faciles à convaincre alors que chercheurs étaient beaucoup plus sceptiques » nous dit Grégory. Parmi ces étudiants, quelques convaincus de l’action environnementale. « Des étudiants qui ont envie de changer le monde avec une double critique environnementale et sociale, notamment au niveau du développement des pays du sud. »

Très vite, les chercheurs se sont mis dans une logique d’ajustement avec le souci d’être crédible. « Il fallait avoir des moments forts pour que ça tourne » indique Grégory. De son côté, Bruno Latour préférait se fier à l’innovation des étudiants et à leurs enthousiasme pour laisser la place à leur capacité de création. Pas simple à gérer… car ces derniers demandaient plus de cadrage. « Au départ, tout le monde attendait qu’on tranche, que tout soit décidé à l’avance mais dans ce cas cela aurait été simplement un jeu de rôles. » souligne-t-il.

S’amuser et être créatif

« On n’est pas dans une logique de science expérimentale au sens où on pourrait explorer une hypothèse, en modifiant un paramètre avec un groupe témoin et une comparaison des résultats. » explique Grégory. Il s’agit plutôt de mettre en condition les étudiants pour qu’ils proposent une forme d’arrangement afin de repenser et reposer le cadre des négociations climatiques.

De son côté, Bruno Latour tenait à ce que ce soit amusant (!). Heureusement pour lui, les deux chercheurs remarquent que depuis un mois tout le monde se prend  au jeu.  On se rapproche même de la performance… « On a un peu le trac sachant que des choses vont se passer sans qu’on puisse les maitriser. » sourit Sébastien. Au niveau de l’évaluation, un débriefing est prévu. Mais pour l’instant, la fatigue de porter un projet aussi lourd se fait sentir et les deux chercheurs n’ont qu’une envie : vivre la semaine de négociations !

Notes

(1) L’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales est une fondation de recherche reconnue d’utilité publique qui se rapproche du think tank. Dirigée par Laurent Tubiana, elle réunit une quarantaine de chercheurs dans le but d’orienter les politiques publiques.

(2) Il travaille également sur les catastrophes naturelles à l’Université de Versailles Saint Quentin.

>> Illustration : Page Fan Facebook « Copenhague : et si ça c’était passé autrement ? »

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA