Knowtex

38790 liens
  • 22838

    À la rencontre de la science-fiction

    Nous avons rencontré Roger Musnik, bibliothécaire au Département « Littérature et Arts » de la Bibliothèque nationale de France, chargé d’acquisition en littérature française et passionné de science-fiction.

    • Deckard 8/06/2011
      Une interview intéressante, mais je pense que situer les origines de la science-fiction au XIXe siècle avec Jules Verne et H. G. Wells insiste trop, (comme le fait Roger Musnik dans cette interview) sur le fait que le progrès scientifique de cet époque ait pu donner l'impulsion, décisive, certes, pour que la science-fiction puisse se développer comme genre littéraire à part entière.
      Mais qu'en est-il de la dimension philosophique de la science-fiction? Si Verne et Wells proposent certes des pistes de réflexion qui nous passionnent toujours aujourd'hui, je crois qu'il vaut mieux remonter, en ce qui concerne la civilisation "moderne" occidentale, jusqu'aux récits philosophiques et scientifiques apparus dès le XVIe siècle, dont "Utopia" de Thomas More peut-être l'initiateur, dès 1516. Il s'agit déjà, à but philosophique, d'imaginer un monde utopique (ce que fera Campanella dans "La Cité du Soleil" en 1623), puis avec Kepler, de se situer sur la Lune pour prouver la relativité de notre perception des mouvements des astres ("Le Songe ou l'Astronomie lunaire", 1634), ou avec Cyrano de Bergerac, aller sur d'autres planètes pour évoquer avec humour l'hérétique thèse de la pluralité des mondes ("Les Etats et empires de la Lune", 1657). Il s'agissait aussi déjà d'imaginer le futur ("L’Histoire du siècle futur", Jacques Guttin Epigone, 1659).
      Ce que je trouve important, c'est de rappeler que l'imagination est nécessaire à la réflexion, en philosophie comme dans la science-fiction. Il faut dire "Et si...", faire comme un enfant des hypothèses, c'est là, je pense, la vraie origine de ce genre. On peut remonter jusqu'à Platon...
    • Laisser un commentaire :

      Connectez-vous pour laisser un commentaire.

    Demande de confirmation

    Etes-vous sûr de vouloir continuer ?