Knowtex

38787 liens
  • 17607

    Le Modèle de l'Atome à Electrons Statiques MAES

    Avec ce nouveau modèle de l'atome, les électrons prennent une place primordiale pour expliquer moult comportements observables comme par exemple la géométrie particulière, stable et répétitive des molécules.

    • R_Robert 26/01/2011
      Le Modèle de l'Atome à Électrons Statiques présenté dans le livre "Les Sciences revisitées" est disponible en format PDF au bas de la page du blog :
      http://rogerrobert.unblog.fr/ces-theories-qui-derangent/
    • pepejul 26/01/2011
      édifiant ! vous écrivez dès la première page : "Je sais que je suis dans le vrai, car toutes mes démonstrations permettent de comprendre comment définir l'état dynamique d'un objet, "

      vous n'avez fourni aucune démonstration ! Vous affirmez que votre modèle est le bon sans en accepter les failles mises en évidences à de nombreuses reprises... et vous conseillez aux scientifiques de douter de leurs certitudes, c'est hilarant !

      Ensuite : vous dites " Que la Science est belle et simple lorsque la compréhension est présente !"... vous vous êtes encore trompé, dans votre cas il faut écrire : "Que la Science parait facile quand la compréhension est absente"
    • pepejul 26/01/2011
      tout est résumé ici : "Le dernier chapitre est consacré à une théorie, issue de mon éternel questionnement, et pour laquelle je n'ai pour l'heure aucun moyen de contrôle. Malgré cela et suite à toutes les précédentes découvertes je mets un terme à une théorie relativement complexe…"

      - vous vous posez des questions, ça c'est bien, c'est ce qu'il faut faire quand on ne comprend pas quelquechose...
      - vous ne contrôlez pas votre raisonnement (on l'a remarqué c'est lié à la pathologie dont vous souffrez)
      - vous pensez avoir mis à bas des siècles de raisonnements scientifiques solides réalisés par des génies très intelligents (c'est l'aspect mégalomaniaque de votre psychose, là encore vous confirmez le diagnostic)

      mon conseil pour vous aider à vous en sortir :

      cliquez ici pour en parler à des gens compétents : http://psychiatriinfirmiere.free.fr/definition/psychose/psychose-theorie.htm

      lisez ceci, vous y retrouverez de nombreux aspects de votre personnalité : http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychiatrie/adulte/pathologie/delire.htm

      envoyez enfin votre livre à un service de psychiatrie d'un hopital de votre choix, leur diagnostic sera plus précis que le mien...

      Courage !
    • R_Robert 26/01/2011
      @ pepejul,
      J'ai demandé de lire les pages de mon livre pour vous faire une impression de la façon dont j'explique le MAES, et non pas uniquement la page du blog. Les pages de mon livre sont un fichier au format PDF qui se trouve au bas de cette page, avant les pubs. Il suffit de cliquer dessus pour y avoir accès.
      Lisez le et revenez avec un esprit moins chahuteur, pour que la conversation se fasse entre adultes et non pas des gamins turbulents.
    • R_Robert 29/01/2011
      Qu'en pensez-vous des explications concernant les interfaces et le principe d'équibullage ?
    • koeuf 29/01/2011
      Avant de parler d'équibullage, vous n'avez pas répondu à mes remarques sur l'image fausse de la voiture, le MEB et l'absence de données expérimentales
    • R_Robert 29/01/2011
      @ koeuf,
      La voiture est une image pour montrer l'incohérence de la physique de l'atome. Nous devons toujours avoir en tête le modèle de Bohr, mais le principe d'incertitude ne considère plus ce mouvement.

      Les Microscopes Électroniques à Balayage permettent de donner une vision d'un agencement de la matière au niveau des atomes.

      Je n'ai pas besoin de faire des expériences, elles existent, seuls les résultats peuvent être interprétés différemment.
      Dans mon modèle ce sont les bulles électroniques qui interagissent entre elles. Elles ne peuvent pas être dissociées du noyau. De ce fait, les interprétations des expériences avec des plasmas donnent des explications très différentes comme nous l'avons discuté avec grindaizer.
      Je suis désolé, mais je dois partir. A plus tard.
    • koeuf 29/01/2011
      je répète : votre image est fausse : l'arrêt au stand ne représente rien dans le modèle de l'atome de bohr

      les MEB n'ont pas une résolution suffisante pour aborder le niveau de l'atome

      si les expériences existent, il aurait été intéressant de la citer et de montrer comment elles permettaient de valider votre modèle. sans cette démarche, on reste sur du dogmatique
    • Picdelamirandole 29/01/2011
      Bonjour
      J'ai un peu du mal à comprendre comment vous pouvez utiliser un microscope électronique alors que les électrons sont statiques et sont dépourvus de charge...
    • R_Robert 31/01/2011
      @ koeuf,
      Vous avez raison, l'image de la voiture arrêtée au stand ne s'applique pas au modèle de Bohr, mais ce n'est pas de ma faute si la physique quantique a 2 modèles : le modèle de Bohr et le modèle quantique avec leurs incohérences.

      Concernant le MEB, vous avez une fois encore raison, sa définition n'est pas suffisante, mais dans le livre je cite les différents appareillages et également le microscope à effet tunnel qui permet cette visualisation de la structure atomique de la matière solide.
      L'essentiel étant de focaliser nos réflexions sur ces formes particulières et stables que nous sommes en mesure d'observer de nos jours. Visualisations qui n'étaient pas encore accessibles lors de l'élaboration du modèle planétaire de Bohr.

      Ma démarche pour l'élaboration du MAES est exactement la même que toutes celles qui servent à construire un modèle. Sur la base de différentes observations dans tous les domaines de la physique, nous cherchons à établir une représentation physique de quelque chose d'imperceptible sur la base de certaines hypothèses.
      L'électron n'a jamais été observé directement ni-même le proton et le neutron. Les charges électriques du proton et surtout de l'électron sont des hypothèses pour expliquer les expériences au niveau électromagnétique. Le modèle de Bohr est la conséquence de toutes ces hypothèses, mais sans tenir compte des interactions des électrons entre eux.
      Il ne permet pas d'expliquer clairement les états solide, liquide et gazeux.
      L'électricité serait un flux d'électrons. Comment ce flux se propage-t-il à l'intérieur d'un solide alors que toutes ces particules se repoussent ?
      La liste des expériences qui permettent d'établir un modèle atomique est longue et par rapport à la connaissance de l'époque, elle s'est grandement allongée.…
      Afficher la suite @ koeuf,
      Vous avez raison, l'image de la voiture arrêtée au stand ne s'applique pas au modèle de Bohr, mais ce n'est pas de ma faute si la physique quantique a 2 modèles : le modèle de Bohr et le modèle quantique avec leurs incohérences.

      Concernant le MEB, vous avez une fois encore raison, sa définition n'est pas suffisante, mais dans le livre je cite les différents appareillages et également le microscope à effet tunnel qui permet cette visualisation de la structure atomique de la matière solide.
      L'essentiel étant de focaliser nos réflexions sur ces formes particulières et stables que nous sommes en mesure d'observer de nos jours. Visualisations qui n'étaient pas encore accessibles lors de l'élaboration du modèle planétaire de Bohr.

      Ma démarche pour l'élaboration du MAES est exactement la même que toutes celles qui servent à construire un modèle. Sur la base de différentes observations dans tous les domaines de la physique, nous cherchons à établir une représentation physique de quelque chose d'imperceptible sur la base de certaines hypothèses.
      L'électron n'a jamais été observé directement ni-même le proton et le neutron. Les charges électriques du proton et surtout de l'électron sont des hypothèses pour expliquer les expériences au niveau électromagnétique. Le modèle de Bohr est la conséquence de toutes ces hypothèses, mais sans tenir compte des interactions des électrons entre eux.
      Il ne permet pas d'expliquer clairement les états solide, liquide et gazeux.
      L'électricité serait un flux d'électrons. Comment ce flux se propage-t-il à l'intérieur d'un solide alors que toutes ces particules se repoussent ?
      La liste des expériences qui permettent d'établir un modèle atomique est longue et par rapport à la connaissance de l'époque, elle s'est grandement allongée. C'est pour cette raison que le modèle quantique a vu le jour en complément du premier et avec ses incompatibilités.
      J'espère que depuis votre dernier message vous avez pris la peine de lire l'intégralité des pages de mon livre. Je sais que ce n'est pas facile de lire tout cela à l'écran, mais bon nombre de réponses à vos éventuelles remarques y sont clairement exposées.
      Si, à la suite de cette lecture, vous deviez admettre que ma vision semble répondre à une logique plus évidente, il ne serait pas honteux de changer votre fusil d'épaule en acquiesçant, pour une fois, la teneur de mes propos. Ce ne serait pas honteux, car tout ceci est une nouveauté et le reste de mes dires semblent déranger trop d'acquis.
    • R_Robert 31/01/2011
      @ Picdelamirandole,
      Vous savez pertinemment que ces appareillages sont nommés en fonction des interprétations des réactions perçues sur la base des hypothèses présupposées.
      Faites comme les autres, lisez intégralement les pages de mon livre à disposition et vous redeviendrez certainement le soutien que vous étiez.
    • koeuf 31/01/2011
      Bien, vous commencez à admettre vos erreurs, on progresse.

      pour la suite, j'aimerais que vous expliquiez concrètement quels faits ne sont pas en adéquations avec la théorie de l'atome planétaire et sont expliqués par le MAES
    • R_Robert 31/01/2011
      @ koeuf,
      Principalement le fait que les électrons sont statiques d'où ce nom MAES (Modèle de l'Atome à Électrons Statiques).
    • R_Robert 31/01/2011
      Les états de la matière, la composition d'une molécule, les fonctions de l'électron, etc.
    • pepejul 31/01/2011
      Mais c'est pas possible de lire ça : " Ce ne serait pas honteux, car tout ceci est une nouveauté et le reste de mes dires semblent déranger trop d'acquis."

      Vous ne les maîtrisez même pas les acquis.... qu'est-ce que vous croyez déranger ?
    • R_Robert 31/01/2011
      @ pepejul,
      Ayez l'intelligence de lire les pages et revenez avec des remarques constructives !
    • R_Robert 31/01/2011
      @ pepejul,
      Voici vos propos du 19 janvier :
      "Allez, chiche, je m'engage à lire tout ce que vous publierez ici et a en faire une analyse objective ! Alors ? allons-y pour votre premier chapitre... "
      Respectez vos engagements.
    • koeuf 31/01/2011
      J'ai manqué de précision, quel fait expérimental, observable, vérifiable.
    • grindaizer 31/01/2011
      Salut c'est re-moi, je vois qu'on s'amuse par ici !

      Juste une question : savez comment a été mesuré ce fameux angle de la molécule d'eau ?
    • grindaizer 1/02/2011
      Tiens je viens de feuilleter un peu votre livre, et qu'est-ce que je lis, que le plasma n'existe pas ? Mais alors toutes ces TV elles viennent d'où ? Ils sont fort quand même ces gens de la publicité de nous faire croire qu'ils nous vendent un truc qui n'existe pas !!!!
    • grindaizer 1/02/2011
      Et l'éther existe ? je me demande si vous avez entendu parler de Michelson et Morley ?
    • grindaizer 1/02/2011
      Je vois également que vous n'avez besoin que de 5 rayons lumineux ! Vous savez ce que c'est qu'un réseau optique ? C'est un objet qui dévie la lumière d'un angle qui est proportionnel à la longueur de la lumière. Or on le constate tous les jours, cet angle prend des valeurs continues, donc vous avez un problème avec votre cas discret !
    • grindaizer 1/02/2011
      Et sinon votre problème avec l'électron vient de ce que vous voulez absolument le considérer comme un corpuscule ponctuel, or on diffracte des électrons tous les jours, ce qui prouvent leur structure ondulatoire. Donc personne à part vous ne s'inquiète de ce qui se passe quand ils se croisent sur leurs orbites !!!!
    • grindaizer 1/02/2011
      Sinon vous vous rendez compte que toutes vos "constructions" sont basées sur des résultats qu'on n'aurait jamais sans les FORMULES de la mécanique quantique ?

      Il y a comme un problème de cohérence là-dedans ...
    • grindaizer 1/02/2011
      Ah oui l'atome d'hydrogène parlons-en ! je vous avais dit qu'on mesurait en laboratoire le spectre discret, vous savez avec des chiffres et tout, je vous ai même trouvé une vidéo :

      http://www.youtube.com/watch?v=OJzW2RoZq1Y

      Pour ceux qui ne comprennent pas, vous voyez que chaque couleur est déviée d'un certain angle, cet angle se mesure, et il existe une formule facilement démontrable qui met en relation angle et longueur d'onde. On retrouve la fameuse loi de http://fr.wikipedia.org/wiki/Formule_de_Rydberg vous vous souvenez je vous en avez parler déjà avant ! Et je vous avez dit qu'on retrouvait INDÉPENDAMMENT cette loi grâce à la mécanique quantique et l'équation de Schrödinger, avec des CHIFFRES à la virgule près !

      J'attends toujours la prédiction de votre idée, qui n'est toujours pas un modèle soit-dit-en-passant !
    • grindaizer 1/02/2011
      Ah oui un conseil, laissez tomber cette image de la voiture de course et du stand, tout ce que j'ai compris avec, c'est que vous n'avez rien compris à la mécanique quantique.
    • grindaizer 1/02/2011
      Le faisceau thermique ??? ça sonne bien. Mais vous n'avez jamais suivi de cours de thermodynamique !

      De la même façon qu'avec la mécanique quantique, en va essayer de voir une formule empirique en thermodynamique. Jetons un oeil par exemple à la loi des gaz parfaits, PV=nRT. Cette loi est empirique, ça veut dire qu'elle DÉMONTRÉE expérimentalement pour des gaz diluées. Donc interdit de dire qu'elle est fausse, ou alors c'est comme dire qu'il fait nuit en plein jour !
      Tiens je vous ai trouvé des vidéos là aussi :

      http://www.youtube.com/watch?v=J_I8Y-i4Axc
      http://www.youtube.com/watch?v=r8lzf7xsQpI

      Vous aurez compris bien entendu que pour une température T fixée, on retrouve PV=constante

      La thermodynamique permet de RETROUVER cette formule, voir ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_parfait ! Pouvez-vous retrouvez cette formule avec votre faisceau thermique ? J'en doute !
    • grindaizer 1/02/2011
      Tiens vous ne croyez pas au mouvement brownien ! c'est bizarre ! vous connaissez le phénomène de diffusion ?

      Parce que figurez vous que des élèves avaient comme projet la diffusion d'une goutte d'encre dans l'eau le semestre dernier, et ils ont fait des relevés de la tâche qui leur ont donné son évolution au cours du temps, et vous savez quoi, leurs mesures étaient en accord avec la solution issue du mouvement brownien ! Tiens encore une validation expérimentale que vous n'avez pas...
    • grindaizer 1/02/2011
      Bon j'arrête là, j'ai de la vraie science qui m'attend !
    • grindaizer 1/02/2011
      Ah tiens je vois plus haut qu'on parle de microscope à balayage ! Vous savez comment ils ont été construit ? C'est après que Gamow ait remarqué que la mécanique quantique prédisait l'effet tunnel. Tiens encore une fois j'ai trouvé des vidéos, et cette fois c'est même en français :

      http://www.dailymotion.com/video/x97meg_au-coeur-des-nanosciences-microscop_tech
      http://www.universcience-vod.fr/media/636/microscope-a-effet-tunnel---jouer-avec-les-atomes.html

      Encore un exemple où la prédiction théorique est arrivée avant la découverte expérimentale. On ne peut pas construire ce genre d'engin au hasard, il faut une théorie derrière qui donne au moins les bons ordres de grandeurs des CHIFFRES pour que la machine soit construite aux bonnes dimensions, et les faisceaux calibrés correctement et focalisés au bon endroit ! L'existence de cette machine doit tout aux lois de la mécanique quantique.

      Donc vous comprendrez que quand vous venez dire au physiciens que leurs modèles sont faux, c'est comme dire à un médecin que le cerveau est dans les pieds et pas dans la tête ! Dites comment je peux vous prendre au sérieux, parce que là franchement c'est dur...
    • grindaizer 1/02/2011
      Ah oui un autre point que j'ai déjà soulevé : comment vous faites du pompage optique avec votre modèle d'électrons fixées, alors que par définition le pompage implique de changer les niveaux d'énergies des électrons, et donc de les mettre dur des orbitales autres que les leurs ?

      Et n'allez pas me dire que les lasers ça n'existe pas ! ça passera pas ça non plus !
    • grindaizer 1/02/2011
      J'avais oublié que vous avez un problème avec la physique nucléaire !
      Vous n'avez toujours pas expliqué comment vous fabriquez une centrale nucléaire ou une bombe atomique avec votre idée ! Comment vous faites les réactions de désintégrations en chaînes qui fournissent 80% de l'énergie électrique en France (si j'en crois ma facture EDF) !
    • R_Robert 1/02/2011
      @ grindaizer,
      Je vois que vous avez enfin pris la bonne décision de lire un chapitre de mon livre. Malheureusement, ces 14 messages démontrent que vous l'avez survolé, vous avez lu par ci par là avec vos convictions profondes de ne surtout pas essayer de comprendre ma démarche.

      Vos messages sont dans le désordre de votre mauvaise lecture. Je ne parle pas de 5 Rayons lumineux, mais qu'ils sont plusieurs, en nombre impair et que cinq c'est trop. Essayez donc de trouver le nombre impair compris entre 1 et 5.

      Concernant le plasma, j'ai commenté, sur un autre blog, une entrevue d'un grand spécialiste des plasmas qui n'arrive pas à donner une définition catégorique du plasma. Quand ça arrange les physiciens, le plasma est uniquement constitué de noyaux atomiques et dans d'autres cas, il y a également des électrons dans cette soupe. Dans un tel mélange, les mouvements orbitaux des électrons autour des noyaux ne sont plus présent. Alors pourquoi ces charges électriques opposées ne se rapprochent-elles pas ? Pourquoi les électrons ne viennent-ils pas se poser sur les protons ?
      Vous allez me rétorquer que les électrons ne sont plus des corpuscules mais des ondes et que vos modèles chiffrés le démontrent. Ceci est votre façon de reporter ce que vous n'êtes pas en mesure d'expliquer derrière vos mathématiques qui vous donnent raison.
      Le terme plasma des téléviseurs n'est pas significatif de cet état supposé, tout comme mon dentifrice quantique n'est pas issu de vos formules magiques. Vous vous réfugiez derrière ces mauvaises désignations pour nous faire croire que, grâce à la quantique, nous avons des écrans plats, or cette technologie n'a pas été développée sur la base des théories de l'atome mais autour des observations des différentes expériences que nous savons reproduire…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      Je vois que vous avez enfin pris la bonne décision de lire un chapitre de mon livre. Malheureusement, ces 14 messages démontrent que vous l'avez survolé, vous avez lu par ci par là avec vos convictions profondes de ne surtout pas essayer de comprendre ma démarche.

      Vos messages sont dans le désordre de votre mauvaise lecture. Je ne parle pas de 5 Rayons lumineux, mais qu'ils sont plusieurs, en nombre impair et que cinq c'est trop. Essayez donc de trouver le nombre impair compris entre 1 et 5.

      Concernant le plasma, j'ai commenté, sur un autre blog, une entrevue d'un grand spécialiste des plasmas qui n'arrive pas à donner une définition catégorique du plasma. Quand ça arrange les physiciens, le plasma est uniquement constitué de noyaux atomiques et dans d'autres cas, il y a également des électrons dans cette soupe. Dans un tel mélange, les mouvements orbitaux des électrons autour des noyaux ne sont plus présent. Alors pourquoi ces charges électriques opposées ne se rapprochent-elles pas ? Pourquoi les électrons ne viennent-ils pas se poser sur les protons ?
      Vous allez me rétorquer que les électrons ne sont plus des corpuscules mais des ondes et que vos modèles chiffrés le démontrent. Ceci est votre façon de reporter ce que vous n'êtes pas en mesure d'expliquer derrière vos mathématiques qui vous donnent raison.
      Le terme plasma des téléviseurs n'est pas significatif de cet état supposé, tout comme mon dentifrice quantique n'est pas issu de vos formules magiques. Vous vous réfugiez derrière ces mauvaises désignations pour nous faire croire que, grâce à la quantique, nous avons des écrans plats, or cette technologie n'a pas été développée sur la base des théories de l'atome mais autour des observations des différentes expériences que nous savons reproduire et miniaturiser.

      L'éther est le milieu dans lequel baigne notre Univers et la sonde Planck est en train de cartographier la température qui règne dans ce milieu et non pas un écho fossile du big bang.
      Vous ne diffractez pas des électrons chaque jour, mais vous interprétez vos expériences de la sorte parce que vous voulez toujours tout dématérialiser pour que votre théorie du big bang tienne la route.

      Vous découvrirez dans le second tome des Sciences revisitées la thermodynamique. Vous constaterez alors que le Faisceaux thermique est issu de la compréhension de cette discipline avec une vision différente des expériences connues. Pourquoi les faces d'une cuve prismatique, contenant un liquide chaud, émettent plus ou moins de chaleur en fonction de leur couleur ?

      Pour le mouvement brownien, je parle des conclusions qui veulent que les molécules des gaz s'entrechoquent. Et vous donnez un exemple en relation avec le mélange de deux liquides. Vous auriez dû lire correctement.

      Concernant les différents types de microscopes j'expliquerai leur principe après avoir expliqué la lumière, avec la polarisation et bien entendu le LASER. Ces développements techniques ne sont pas issus d'un modèle quantique, mais des comportements des Rayons lumineux exprimés par leurs "longueurs d'onde". Ce sont ces longueurs d'onde qui sont à la base des dimensionnements et non pas un principe quantique caché là derrière et encore moins un changement de niveau des électrons sur leur orbitale.

      Pour les centrales nucléaires, votre dernier lien sur Wikipédia que vous avez mis à jour, parle de barres qui captent les neutrons !
      Comment ces barres arrivent-elles à éviter que la réaction en chaine ne se propage dans les barres du combustible ?
      Tout comme les hommes des cavernes savaient faire du feu sans comprendre les principes scientifiques, nous savons faire des centrales nucléaires sans comprendre exactement les principes en jeu. Heureusement, que ce ne sont pas les principes de réaction en chaine qui permettent à cette technologie de fonctionner sinon elles n'auraient jamais vu le jour.
      Ces centrales fonctionnent comme ce qui se déroule sous nos pieds et qui permet à notre planète de continuer à déverser des flots de lave par ci par là.

      Je sais que vous avez une vie, mais faites l'effort de lire les pages dans l'ordre jusqu'aux phénomènes présents aux interfaces et vous découvrirez qu'un seul et unique modèle physique de l'atome, le MAES, explique des principes du microscopique au macroscopique.
      Pour un physicien, qui se consacre exclusivement au noyau de l'atome, je sais que cette démarche est difficile, mais en remettant la logique au centre de la pensée, les découvertes qui s'en suivront seront bien au-delà des quelques renoncements qu'il faudra faire !
    • grindaizer 1/02/2011
      C'est vous qui ne voulez pas comprendre ma démarche !

      N'essayez pas de faire croire que vous y connaissez quoi que soit à la physique ! Vous êtes comme ces gens qui critiquent un film sans l'avoir vu.

      Vous me répondez complétement de travers à chaque fois, dès que je vous demande de faire vos preuves, vous vous dépêchez de me dire que machin est faux et que truc n'existe pas (sans la moindre preuve). On n'a pas raison simplement en croyant très fort que les autres ont tort. À aucun moment vous n'avez été capable de me dire ce qui cloche dans tout ce que j'ai cité. Aucun ! Vous vous contentez de dire que tout est faux, et vous n'offrez rien en échange.

      Et vous ne connaissez absolument rien à l'épistémologie des sciences. Votre problème c'est que quand la fenêtre ferme mal, vous voulez démolir le bâtiment.

      Maintenant vous m'obligez à le dire, mais vu toutes les remarques que je vous ai faites, et vu comment vous les avez lues et comprises, je suis dans le regret de vous dire que vous êtes limité intellectuellement. Vous n'avez fait absolument aucun effort depuis le début.

      Vous crachez sur les chiffres, mais vous refusez de comprendre que c'est le seul et unique lien avec le monde réel, tout le reste n'est qu'ombres projetées au fond de la caverne, et vous vous voulez rester au fond de la caverne et regarder bouger des ombres sur les murs.

      Vous le savez que les chiffres sont importants, mais vous n'en avez aucun, vous n'avez aucun modèle à proposer, aucune expérience. Rien qui conforte vos idées. Vous le savez parce que vous dires fièrement que vous avez retrouvé l'angle de la molécule d'eau, c'est le seul chiffre en lien avec une réalité expérimentale que vous pouvez exhiber, et vous le sortez fièrement, parce que vous savez qu'il est important ce chiffre.

      Et…
      Afficher la suite C'est vous qui ne voulez pas comprendre ma démarche !

      N'essayez pas de faire croire que vous y connaissez quoi que soit à la physique ! Vous êtes comme ces gens qui critiquent un film sans l'avoir vu.

      Vous me répondez complétement de travers à chaque fois, dès que je vous demande de faire vos preuves, vous vous dépêchez de me dire que machin est faux et que truc n'existe pas (sans la moindre preuve). On n'a pas raison simplement en croyant très fort que les autres ont tort. À aucun moment vous n'avez été capable de me dire ce qui cloche dans tout ce que j'ai cité. Aucun ! Vous vous contentez de dire que tout est faux, et vous n'offrez rien en échange.

      Et vous ne connaissez absolument rien à l'épistémologie des sciences. Votre problème c'est que quand la fenêtre ferme mal, vous voulez démolir le bâtiment.

      Maintenant vous m'obligez à le dire, mais vu toutes les remarques que je vous ai faites, et vu comment vous les avez lues et comprises, je suis dans le regret de vous dire que vous êtes limité intellectuellement. Vous n'avez fait absolument aucun effort depuis le début.

      Vous crachez sur les chiffres, mais vous refusez de comprendre que c'est le seul et unique lien avec le monde réel, tout le reste n'est qu'ombres projetées au fond de la caverne, et vous vous voulez rester au fond de la caverne et regarder bouger des ombres sur les murs.

      Vous le savez que les chiffres sont importants, mais vous n'en avez aucun, vous n'avez aucun modèle à proposer, aucune expérience. Rien qui conforte vos idées. Vous le savez parce que vous dires fièrement que vous avez retrouvé l'angle de la molécule d'eau, c'est le seul chiffre en lien avec une réalité expérimentale que vous pouvez exhiber, et vous le sortez fièrement, parce que vous savez qu'il est important ce chiffre.

      Et pourtant vous ne savez même pas comment il a été mesuré. Y'a des gens qui ont tripoté des formules mathématiques, et à l'aide de ces formules ils ont fabriqué des instruments, et ces instruments ont fonctionné comme prévu par la mécanique quantique. Ensuite vous croyez quoi ? qu'on a regardé de nos yeux la molécule d'eau, non on ne peut pas, donc il faut trouver le moyen de convertir le propriétés de la molécule d'eau en signal électrique, et cette conversion, c'est la mécanique quantique qui nous la donne. Et c'est avec les lois de la mécanique quantique qu'on déduit un angle ! on appelle ça communément de la spectrographie. Et des milliers de gens l'utilisent tous les jours.

      Votre problème c'est que vous ne comprenez absolument pas comment sont utilisés les modèles physiques, vous n'y connaissez absolument rien. Vous croyez que les formules sont la pour décorer, et qu'on est juste content de les avoir. Ce que vous êtes incapables de comprendre, c'est que sans chiffres, on ne peut rien faire dans un monde trop petit pour nos yeux. Vous croyez que les gens ont tout déduit des manipulations, vous pensez que les gens se lèvent dans leurs blouses blanches, et vont brancher au hasard des fils électriques, et mélanger des fioles jusqu'à ce qu'ils observent quelque chose d'intéressant.

      Non ça ne marche pas comme dans votre tête, votre vision est erroné, vous n'y connaissez absolument rien. Dans un monde où on ne peut pas voir avec nos yeux, les chiffres nous disent ou regarder, ce sont les chiffres et les formules qui nous disent qu'on doit s'attendre à telle énergie, et que par conséquent si on veut voir quelque chose, il faut mettre un calorimètre de telle taille, et si avec un calorimètre de telle taille on observe bien une truc avec telle énergie, alors l'expérience et la théorie sont en accord. Ce sont les formules et les chiffres qui disent que si je reçois telle longueur d'onde, alors c'est parce que la molécule a émis tel photon, et si la molécule a émis tel photon, c'est parce qu'elle avait telle forme.

      Vous me faites franchement rire avec votre image totalement erronée de comment on fait la physique, sans chiffres tangibles. Non mais vous vous êtes entendu, les gens se basent sur leurs modèles pour construire des choses, si ça marche, c'est la preuve que le modèle est valide. Le modèle a dit, mettez tant de ceci, mettez le à tant de degrés et vous devriez mesurer tant de ceci. Quand ça marche, alors le modèle est valide, quoi que vous puissiez en penser ! Vous pouvez dire tout ce que vous voulez, mais dire qu'il fait nuit quand il fait jour ne vous apportera aucun respect. Les Bogdanov eux au-moins avaient compris ça...

      Vous n'avez à aucun moment expliqué comment une théorie fausse peut faire des prédictions justes, et surtout vous n'avez à aucun moment essayez de faire ces prédictions avec votre idée, et vous n'avez absolument aucun modèle. Rien qui puisse être lié à la réalité.

      Tant que vous n'avez pas compris ça, vous resterez seul dans votre coin à délirer. Je vous recommande encore une fois de suivre une licence de physique, et en plus vous lirez un livre d'épistémologie pour apprendre ce que ça veut dire que faire de la science.

      Sachez qu'avec des idées, on peut faire absolument ce qu'on veut, et les tordre à volonté pour coller à la réalité, c'est pour ça qu'on n'appelle pas ça de la science...
    • R_Robert 1/02/2011
      @ grindaizer,
      Nous ne nous comprenons car vous ne voulez plus faire l'effort de revenir dans le monde du réel, du concret, du matériel, ce monde dans lequel les choses sont physiques et non pas une simple interprétation mentale de quelque chose d'immatériel.

      La science a fait des progrès sur la base de concepts qui donnaient une apparence physique à ce que nous ne pouvions voir. C'est ainsi que le modèle de Bohr est apparu. Les avancées technologiques ont démontré ces formes géométriques de la matière, mais les théories d'Einstein avaient déjà lié la matière et l'énergie. Un second modèle quantique a dû être établi pour répondre à ces observations complémentaires.
      Tout ce qui faisait la beauté des sciences s'est évaporé avec la physique quantique qui n'explique plus rien et qui se contente des résultats chiffrés comme preuve irréfutable. Or ces résultats n'ont de prédiction que dans la comparaison des observations en fonction des conditions initiales.
      Vous avez tout dématérialisé et exprimez la masse des particules et sous-particules en électron-volt. Tous ces sous-composants sont conforment à vos attentes car vous croyez exploser les noyaux atomiques. Si vous remettez une logique plus cartésienne au centre de vos réflexions, toutes vos conclusions, toutes vos impressions et toutes vos explications prennent une tournure différente. Et c'est ce que j'essaie de vous faire comprendre. C'est ma démarche qui est parfaitement scientifique car j'ai confronté mon modèle à toutes les disciplines de la physique et la grande majorité des expériences fiables.

      Retrouvons-nous après votre lecture de ma vision de l'atome et démontrez-moi toutes mes erreurs.
    • pepejul 1/02/2011
      ça fait 50 pages qu'on le fait....

      mais vous NE COMPRENEZ PAS...
    • grindaizer 1/02/2011
      Qu'est ce qui est plus concret que les faits expérimentaux ?
      C'est vous qui ne vivez pas dans le monde concret. Les faits ce sont les phénomènes que l'on quantifie et qu'on manipule.

      Vous parlez de progrès technologiques, mais vous ne comprenez pas comment ça marche. Derrière chaque bond technologique, il y a une formule qui prédit quelque chose. C'est là que vous n'arrivez pas à comprendre, c'est ici le point crucial que vous ne voulez pas voir. Ces progrès sont là parce que quelqu'un a manipulé une formule et a dit ; d'après la mécanique quantique, si on fait comme ça on va voir ça. Et c'est parce que ça marche qu'on valide le modèle !

      Les avancées technologiques n'ont pas montré les formes des molécules, les instruments mesurent l'énergie des photons, et ce sont les formules de la mécanique quantique qui lient l'énergie des photons à la géometrie de la molécule. C'est ce point précis que vous ne voulez pas commentez.

      D'ailleurs vous ne commentez jamais les points techniques, à chaque fois c'est la même chanson, je vous montre de bonne foi comment on est arrivé là ou on est, et vous vous faites le gosse qui fait : "non non de toute façon ce que tu dis c'est pas vrai... "
      Vous êtes fatigant à la fin. Je suis sûr que vous n'avez même pas regardé les vidéos, ne serait-ce que celle sur les raies de l'hydrogène, le cas le plus simple à considérer.

      À aucun moment vous ne donnez d'argument contre la physique, vous vous contentez simplement de la nier !

      J'ai lu votre livre, et je n'ai vu aucun modèle que je puisse comparer à quelque chose de concret, si ce n'est cette "prédiction" de l'angle de la molécule d'eau, angle qui est une interprétation directe de la mécanique quantique, cette angle n'a de sens que dans le cadre quantique, on n'a pas pris un compas…
      Afficher la suite Qu'est ce qui est plus concret que les faits expérimentaux ?
      C'est vous qui ne vivez pas dans le monde concret. Les faits ce sont les phénomènes que l'on quantifie et qu'on manipule.

      Vous parlez de progrès technologiques, mais vous ne comprenez pas comment ça marche. Derrière chaque bond technologique, il y a une formule qui prédit quelque chose. C'est là que vous n'arrivez pas à comprendre, c'est ici le point crucial que vous ne voulez pas voir. Ces progrès sont là parce que quelqu'un a manipulé une formule et a dit ; d'après la mécanique quantique, si on fait comme ça on va voir ça. Et c'est parce que ça marche qu'on valide le modèle !

      Les avancées technologiques n'ont pas montré les formes des molécules, les instruments mesurent l'énergie des photons, et ce sont les formules de la mécanique quantique qui lient l'énergie des photons à la géometrie de la molécule. C'est ce point précis que vous ne voulez pas commentez.

      D'ailleurs vous ne commentez jamais les points techniques, à chaque fois c'est la même chanson, je vous montre de bonne foi comment on est arrivé là ou on est, et vous vous faites le gosse qui fait : "non non de toute façon ce que tu dis c'est pas vrai... "
      Vous êtes fatigant à la fin. Je suis sûr que vous n'avez même pas regardé les vidéos, ne serait-ce que celle sur les raies de l'hydrogène, le cas le plus simple à considérer.

      À aucun moment vous ne donnez d'argument contre la physique, vous vous contentez simplement de la nier !

      J'ai lu votre livre, et je n'ai vu aucun modèle que je puisse comparer à quelque chose de concret, si ce n'est cette "prédiction" de l'angle de la molécule d'eau, angle qui est une interprétation directe de la mécanique quantique, cette angle n'a de sens que dans le cadre quantique, on n'a pas pris un compas et mesuré une molécule d'eau, on ne peut pas faire ça, on a juste des signaux, qu'on confronte à la théorie. C'est une formule dans le modèle théorique qui dit que pour telle géométrie, je dois recevoir tels photons avec telles énergie.

      Encore une fois, arrêtez avec vos pseudo-remarques philosophiques et métaphysiques. Je vous ai donné une liste énorme de points techniques, soit vous pouvez y répondre, soit vous laissez tomber. Arrêter de dévier à chaque fois le terrain sur le pauvre génie incompris, vous êtes incompris parce qu'il n'y a rien à comprendre.
    • R_Robert 1/02/2011
      @ grindaizer,
      Qu'est-ce qui est plus concret que les faits expérimentaux ? C'est de les comprendre !!!
      Sans entrer dans le monde invisible de la quantique, je vous cite un exemple parfaitement palpable que vous découvririez si vous aviez la bonne intention de lire l'intégralité de mon livre.
      La mécanique est la première discipline à avoir utilisé les mathématiques pour quantifier les phénomènes. Lorsque nous cherchons à quantifier l'énergie cinétique totale d'un objet roulant, nous devons faire intervenir un artifice qui se nomme la masse réduite. Pourquoi cette masse réduite ? La démonstration est simple, c'est parce que nous sommes partis de certaines formules pour élaborer la théorie. Pour ma part, je fais une approche différente en privilégiant la compréhension sur la base de graphiques, pour arriver au même résultat sans utiliser le moindre artifice.
      De votre côté, vous me parlez de l'énergie du proton et de l'électron, car vous n'admettez plus que ces entités soient physiques mais des choses qui sont physique ou virtuelle selon l'interprétation mathématique applicable.

      Vous êtes de mauvaise foi, lorsque vous dites que je critique sans apporter d'arguments. La physique nucléaire est dans l'erreur car elle a interprété ses observations en se basant sur l'idée qu'elle n'intervenait que sur les noyaux atomiques. Cette erreur est liée à l'hypothèse que l'électron est doté d'une charge électrique. Or, rien ne permet d'affirmer cette hypothèse, bien au contraire.
      Si nous essayons de visualiser l'électricité au moyen de ces électrons qui circulent à la queue leu leu, nous n'arrivons pas à comprendre pourquoi ils arrivent à pénétrer la matière et pourtant les formules applicables dans cette branche démontre qu'ils passent dans toute la section du conducteur.
      Avec…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      Qu'est-ce qui est plus concret que les faits expérimentaux ? C'est de les comprendre !!!
      Sans entrer dans le monde invisible de la quantique, je vous cite un exemple parfaitement palpable que vous découvririez si vous aviez la bonne intention de lire l'intégralité de mon livre.
      La mécanique est la première discipline à avoir utilisé les mathématiques pour quantifier les phénomènes. Lorsque nous cherchons à quantifier l'énergie cinétique totale d'un objet roulant, nous devons faire intervenir un artifice qui se nomme la masse réduite. Pourquoi cette masse réduite ? La démonstration est simple, c'est parce que nous sommes partis de certaines formules pour élaborer la théorie. Pour ma part, je fais une approche différente en privilégiant la compréhension sur la base de graphiques, pour arriver au même résultat sans utiliser le moindre artifice.
      De votre côté, vous me parlez de l'énergie du proton et de l'électron, car vous n'admettez plus que ces entités soient physiques mais des choses qui sont physique ou virtuelle selon l'interprétation mathématique applicable.

      Vous êtes de mauvaise foi, lorsque vous dites que je critique sans apporter d'arguments. La physique nucléaire est dans l'erreur car elle a interprété ses observations en se basant sur l'idée qu'elle n'intervenait que sur les noyaux atomiques. Cette erreur est liée à l'hypothèse que l'électron est doté d'une charge électrique. Or, rien ne permet d'affirmer cette hypothèse, bien au contraire.
      Si nous essayons de visualiser l'électricité au moyen de ces électrons qui circulent à la queue leu leu, nous n'arrivons pas à comprendre pourquoi ils arrivent à pénétrer la matière et pourtant les formules applicables dans cette branche démontre qu'ils passent dans toute la section du conducteur.
      Avec le MAES, cette visualisation est possible et les conséquences sur l'apparition d'une force perpendiculaire se comprend.

      Les grandes découvertes techniques sont le fruit d'expériences et tests de toutes sortes. C'est par la suite la théorie qui a cherché à expliquer les choses et non le contraire. Le transistor en est un exemple. Éventuellement le pompage lumineux était prévisible encore fallait-il trouver le moyen technique pour réaliser le premier Laser.
      En parlant de pompage, connaissez-vous le pompage cinétique ? Non, car c'est un nouveau développement qui apparait dans mon livre. Si vous avez un dispositif articulé avec deux charges qui s'éloignent ou se rapprochent de leur axe de révolution, nous savons que lorsqu'elles sont plus proches de l'axe, la vitesse angulaire est plus grande. Le pompage cinétique apparait lorsque la phase de rapprochement des charges est plus rapide que la phase d'éloignement. Ceci veut dire qu'en réitérant ces manœuvres le dispositif acquiert une vitesse angulaire de plus en plus importante. Aucune théorie mécanique n'annonce cela et pourtant les tests, si simples à réaliser, témoignent de ce comportement. Ce pompage cinétique est issu de la compréhension des grandeur présentes lorsque le rayon de giration varie.

      Vous témoignez d'un certain agacement parce que la lecture de ces pages vous ont démontré qu'une vision différente est possible. Vous ne dénigrez pas point par point ce modèle mais tout en bloc pour éviter le dialogue. Vous avez constatez, que contrairement à la physique quantique, les explications sont présentes, que tout devient simple, mais cette vision porte un coup fatal à votre discipline et toutes les subventions pour vos "recherches".
      Tous ceux qui ont lu ce chapitre sont unanimes pour dire qu'il est vraiment parlant et nombreux sont ceux qui m'encouragent face à la difficulté que je rencontre à faire connaître cette découverte. J'invite tous ceux qui lisent ce fil de commentaires à faire leur propre avis sur les explications que je donne en lisant, si ce n'est fait, les quelques pages sur le lien : http://rogerrobert.unblog.fr/files/2011/01/modlemaes.pdf
    • R_Robert 1/02/2011
      Ne pas oublier de lire "les interfaces" qui démontrent par de nombreux exemples le principe d'équibullage.
    • grindaizer 1/02/2011
      Et voila comme prévu vous n'avez absolument répondu à rien !

      J'ai compris votre technique maintenant, il me reste juste à comprendre si vous le faites exprès ou si vous êtes vraiment atteint.

      En fait vous avez 3 ou 4 récitations bien préparée, et vous basculez sur une récitation 2 à chaque qu'on vous pose des questions sur la 1, et sur la 3 dès qu'on vous parle de 2...

      Quand je vous dis que votre argument de la molécule d'eau tombe à l'eau parce que cette valeur est issue de formules de la mécanique quantique, vous me parlez de la physique nucléaire, et vous faites bien comme si je n'avais rien dit, en espérant déviez l'attention des gens. Et c'est comme ça qu'on tourne en rond, et c'est pour ça que vous êtes gonflant. Vous ne faites que vous esquivez systématiquement.

      Ensuite je vous dis de m'expliquer comment une théorie peut être fausse alors que toutes les prédictions qu'elle fait sont juste, et là vous me dites que ce qui compte ce n'est pas les phénomènes du monde réel, mais la réalité (???), mais alors qu'est ce que vous appelez réalité? Comment vous connaissez la réalité de ce que vous ne pouvez pas voir ni toucher ? Vous êtes medium ?

      Et surtout votre super argument contre la physique nucléaire, attention roulement de tambour :
      "La physique nucléaire ça marche, parce que c'est erroné !" wa comment je suis trop convaincu.

      Ensuite vous osez me parlez du transistor, et vous osez me dire que ça serait un argument contre la mécanique quantique ! Mais vous êtes complétement fou ! Vous croyez qu'un gars a fait qui lui a dit comment fabriquer des semi-conducteurs, et ensuite comment les coller très exactement pour avoir tel effet très particulier. Mais vous délirez complétement là-dessus. Il y a eu un énorme travail théorique en amont, et le transistor…
      Afficher la suite Et voila comme prévu vous n'avez absolument répondu à rien !

      J'ai compris votre technique maintenant, il me reste juste à comprendre si vous le faites exprès ou si vous êtes vraiment atteint.

      En fait vous avez 3 ou 4 récitations bien préparée, et vous basculez sur une récitation 2 à chaque qu'on vous pose des questions sur la 1, et sur la 3 dès qu'on vous parle de 2...

      Quand je vous dis que votre argument de la molécule d'eau tombe à l'eau parce que cette valeur est issue de formules de la mécanique quantique, vous me parlez de la physique nucléaire, et vous faites bien comme si je n'avais rien dit, en espérant déviez l'attention des gens. Et c'est comme ça qu'on tourne en rond, et c'est pour ça que vous êtes gonflant. Vous ne faites que vous esquivez systématiquement.

      Ensuite je vous dis de m'expliquer comment une théorie peut être fausse alors que toutes les prédictions qu'elle fait sont juste, et là vous me dites que ce qui compte ce n'est pas les phénomènes du monde réel, mais la réalité (???), mais alors qu'est ce que vous appelez réalité? Comment vous connaissez la réalité de ce que vous ne pouvez pas voir ni toucher ? Vous êtes medium ?

      Et surtout votre super argument contre la physique nucléaire, attention roulement de tambour :
      "La physique nucléaire ça marche, parce que c'est erroné !" wa comment je suis trop convaincu.

      Ensuite vous osez me parlez du transistor, et vous osez me dire que ça serait un argument contre la mécanique quantique ! Mais vous êtes complétement fou ! Vous croyez qu'un gars a fait qui lui a dit comment fabriquer des semi-conducteurs, et ensuite comment les coller très exactement pour avoir tel effet très particulier. Mais vous délirez complétement là-dessus. Il y a eu un énorme travail théorique en amont, et le transistor est le bébé de la mécanique quantique ! c'est l'un de ses plus beaux succès. C'est parce que les gens ont manipulé les modèles de la mécanique quantique qu'ils ont compris qu'en faisant comme-ci et ocmme ça, et bien on pouvait amplifier le signal des électrons qui passent dedans. Exactement comme le microscope à effet tunnel, le transistor n'aurait jamais été découvert sans une théorie derrière pour dire comment faire, vous ne réalisez pas le nombre d'opérations à effectuer pour y arriver, la probabilité de tomber dessus par accident est quasi-nulle...

      Si mon modèle est correcte, vous n'allez bien entendu répondre à aucune de mes objections. Vous allez me dire, non votre monde avec des chiffres qui sont le résultat directe de notre interaction avec le monde n'ont aucune valeur, parce que j'ai décidé que ce n'était pas ça la réalité. La réalité c'est cette image simple que j'ai dans la tête, qui explique tout, mais sans la moindre confrontation avec le monde réel. C'est vrai quoi, le monde de l'expérience concrète et tangible, c'est pas pour moi, je suis un esprit trop pur pour me salir les mains à expliquer ce qu'on observe et mesure tous les jours. Tant que je peux jouer aux billes dans ma tête.

      Ensuite vous allez me dire que les gens se trompent ... parce qu'ils utilisent des modèles erronés !!! wa encore une fois je vais me cogner la tête contre le mur parce que vous avez l'air de croire sincèrement que ceci est une preuve, alors que c'est tout au plus un tautologie. Je vais être tenté de vous demander pourquoi le modèle est erroné? et là vous allez me dire qu'il est erroné... parce qu'il se trompe et qu'il utilise des concepts faux. Puis je vais vous demander pourquoi les concepts sont faux ? Et là vous allez me dire parce que vous ne les comprenez pas vous !!! Et encore une fois on va tourner en rond longtemps comme ça...

      Mais oui eureka, je vais changer d'approche, je vais faire mon Roger Robert moi aussi !

      Je ne comprends pas comment vos bulles font pour créer des raies discrètes dans l'atome d'hydrogène !
      Je ne comprends pas comment avec un modèle où vos électrons se rejettent à ce point, comment vous pouvez expliquer l'expérience de Rutherford, qui s'oppose entièrement à votre théorie (comme je l'avais signalé, mais que vous avez esquivé encore une fois) !
      Je ne comprends pas comment vous faites des inversions de populations avec votre modèle pour faire des lasers !
      Je ne comprends pas comment vous pouvez avoir de la superconductivité dans vos modèles !
      .
      .
      .

      Donc je décréte que votre modèle est erroné parce qu'il se base sur des interprétations fausses. Avec l'interprétation de la mécanique quantique, on a fabriquer le 20ème siècle. Avec le vôtre, nous ne pouvons plus rien fabriquer, c'est que votre modèle doit être faux.

      Voila comme je sais maintenant que de toute façon vous ne répondrez à rien, puisque ça fait trois plombes que j'attends mes réponses, je ne vous poserai ni ne vous signalerai rien du tout.

      PS : Arrêtez d'utiliser l'argument comme quoi plus les gens sont d'accord avec vous, plus vous avez raison, parce que je vous signale que la aussi c'est la mécanique quantique qui l'emporte ...
    • koeuf 1/02/2011
      "Tous ceux qui ont lu ce chapitre sont unanimes pour dire qu'il est vraiment parlant et nombreux sont ceux qui m'encouragent face à la difficulté que je rencontre à faire connaître cette découverte"

      encore une fois, un mensonge éhonté, tous ceux qui sont intervenus sur ce fil ne partagent pas vos conclusions.
      Je rejoins grindaizer sur votre attitude : vous ne répondez pas aux question qui ne collent pas avec vos idées, quand on vous demande des faits expérimentaux, des explications cohérentes, vous partez dans de longs discours sur la physique et les maths, ennemis des sciences. je ne suis pas un spécialiste de la physique, votre théorie peut donc paraitre cohérente à sa lecture, mais en tant que scientifique, j'attends que vous me montriez son interet, c'est à dire quels faits expérimentaux sont en désaccord avec l'atome de Bohr (pour simplifier) et sont expliqués par le MAES. c'est la millième fois que cette question vous est posée par moi ou d'autres, mais j'ai peur qu'encore une fois, vous ne répondiez que "tout n'est qu'hypothèse et interprétation fumeuse, et que seul votre vision éclairée et logique s'impose". Or ce type de réponse, c'est du vent.
    • pepejul 1/02/2011
      Je reviens à mon diagnostic de départ : Névrose obsessionnelle.....

      Tous les symptomes sont présents chez notre patient qui est un véritable cas d'école.... des soins sont nécessaires pour que cette névrose ne se transforme pas en régime dépressif (voire suicidaire) si le patient en question se rend compte de l'inanité de son délire....soyons prudent et indiquons à M.Robert l'adresse d'un centre de soins spécialisé....
    • grindaizer 1/02/2011
      Juste pour être sûr d'enfoncer le clou sur le transistor :
      Voir ici :

      http://en.wikipedia.org/wiki/John_Bardeen#The_invention_of_the_transistor

      " To figure out what was going on, Bardeen had to remember some of the quantum mechanics research that he had done on semiconductors while he was completing his Ph.D. at Princeton University "

      Et voici le papier THÉORIQUE que Bardeen a publié juste avant que la découverte du transistor :

      http://prola.aps.org/abstract/PR/v71/i10/p717_1

      son modèle sur le comportement des électrons à la surface des semi-conducteurs, modèle entièrement bâti sur les principes de la mécanique quantique bien évidemment, qui lui a mis la puce à l'oreille et qu'il a utilisé pour guider son collègue Brattain, l'expérimetenteur dont le génie à permis de CONFIRMER les idées de Bardeen issues de la mécanique quantique.

      J'insiste : les expériences ont été guidé par la théorie, pas de théorie, pas de possibilité aux expérimentateurs de comprendre ce qu'ils font. Le hasard ne favorise que les gens qui savent où regarder !!!
    • R_Robert 1/02/2011
      @ grindaizer,
      C'est facile de dire que je ne réponds à aucune de vos questions, regardez les commentaires sur le sujet de l'expansion terrestre et vous verrez que c'est vous qui ne voulez pas voir mes réponses.

      Pour la molécule d'eau, vous n'êtes pas très au point, car pour le modèle quantique cette molécule est un tétraèdre. Chaque orbitale héberge une paire d'électrons, excusez-moi des nuages électroniques correspondant à des paires de quelque chose d'immatériel. Ce tétraèdre donnerait des angles de 109°, si vous aviez lu correctement, et non pas les 118° du MAES.

      Pourquoi dire qu'une théorie est fausse alors que les prédictions sont correctes?
      Là, je reprends les clichés obtenus après collision. Si vous pouvez prédire le tracé d'un constituant c'est à la suite des premiers tracés autour desquels vous avez établi des relations en fonction de l'énergie supposée. Vos relations sont un nouveau modèle sans aucun lien avec une représentation graphique de l'atome.

      La réaction en chaine pour expliquer le fonctionnement des centrales nucléaires n'est pas crédible si nous essayons de comprendre comment réguler ce processus. Nous savons les faire fonctionner, mais nous n'avons pas encore tout compris de ce fonctionnement.

      Les premiers transistors étaient des lampes qui n'étaient pas écloses d'une quelconque théorie mais d'expérimentations.
      Les propriétés du silicium ne sont pas le fruit de la mécanique quantique et son dopage expérimental a montré ces propriétés particulières. Vous voulez tout ramener à la physique quantique, pour justifier de ces bien-fondés, mais là, vous racontez de gros bobards.

      Je n'ai pas très bien compris le paragraphe suivant. Je présume que vous parlez d'un de vos modèle mathématique de l'atome. Je vous ai déjà dit qu'il existe des relations…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      C'est facile de dire que je ne réponds à aucune de vos questions, regardez les commentaires sur le sujet de l'expansion terrestre et vous verrez que c'est vous qui ne voulez pas voir mes réponses.

      Pour la molécule d'eau, vous n'êtes pas très au point, car pour le modèle quantique cette molécule est un tétraèdre. Chaque orbitale héberge une paire d'électrons, excusez-moi des nuages électroniques correspondant à des paires de quelque chose d'immatériel. Ce tétraèdre donnerait des angles de 109°, si vous aviez lu correctement, et non pas les 118° du MAES.

      Pourquoi dire qu'une théorie est fausse alors que les prédictions sont correctes?
      Là, je reprends les clichés obtenus après collision. Si vous pouvez prédire le tracé d'un constituant c'est à la suite des premiers tracés autour desquels vous avez établi des relations en fonction de l'énergie supposée. Vos relations sont un nouveau modèle sans aucun lien avec une représentation graphique de l'atome.

      La réaction en chaine pour expliquer le fonctionnement des centrales nucléaires n'est pas crédible si nous essayons de comprendre comment réguler ce processus. Nous savons les faire fonctionner, mais nous n'avons pas encore tout compris de ce fonctionnement.

      Les premiers transistors étaient des lampes qui n'étaient pas écloses d'une quelconque théorie mais d'expérimentations.
      Les propriétés du silicium ne sont pas le fruit de la mécanique quantique et son dopage expérimental a montré ces propriétés particulières. Vous voulez tout ramener à la physique quantique, pour justifier de ces bien-fondés, mais là, vous racontez de gros bobards.

      Je n'ai pas très bien compris le paragraphe suivant. Je présume que vous parlez d'un de vos modèle mathématique de l'atome. Je vous ai déjà dit qu'il existe des relations pour prédire les coefficient des marées. Ce modèle mathématique démontre que nous savons prédire l'observation, mais par contre il n'est pas en mesure d'expliquer les phénomènes qui créent ces marées. Vos modèles sont du même acabit, ils savent prédire les observations sans pour autant expliquer ce qui génère ce comportement.

      - Je parlerai des raies spectrales dans un prochain volume. Nous découvrirons qu'elles sont engendrées par la vibration de l'atome due au tournoiement des électrons. Nous découvrirons que ces vibrations vont bien au-delà des raies spectrales et qu'elles interviennent dans des notions en rapport avec nos sens que sont le goût et l'odorat. Pour l'instant c'est trop prématuré pour aller plus loin.
      - L'expérience de Rutherford était de bombarder avec des particules alpha soit des noyaux d'hélium. Pouvons-nous être persuadés que c'était des particules alpha ? La conclusion était que l'atome est en grande partie constitué de vide avec un tout petit noyau en son centre. Cette conclusion est parfaitement applicable au MAES. Ce rayonnement alpha peut être interprété plus facilement sur la base de l'intensité et la fréquence des Rayons lumineux.
      - Dans le MAES, la population des photons n'a aucun sens, par contre les Rayons lumineux se réfléchissent à l'intérieur du cristal jusqu'à ce qu'ils soient perpendiculaires au miroir pour former ce faisceau lumineux intense qu'est le laser.
      - Pour la supraconductivité j'avoue que je ne me suis pas encore penché sur le sujet.

      Avec la mécanique quantique, vous n'avez pas fabriqué le 20ème siècle. Vous voulez le faire croire à tout le monde par vos annonces reprises dans tous les médias et personne n'ose douter de vos affirmations parce que personne ne vous comprend. Pour justifier vos travaux vous prenez des exemples du quotidien mais sans aucune corrélation. Vous vulgariser pour être crédible et vous attribuez des découvertes qui ne sont pas les vôtres, d'une certaine façon, vous racontez de gros mensonges.
      Le 21ème siècle sera l'ère des Sciences revisitées et les découvertes dans tous les domaines en témoigneront.
    • grindaizer 1/02/2011
      Pour le laser, il suffit de regarder ici :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Laser#History

      "In 1917, Albert Einstein established the theoretic foundations for the laser and the maser in the paper Zur Quantentheorie der Strahlung (On the Quantum Theory of Radiation); via a re-derivation of Max Planck’s law of radiation, conceptually based upon probability coefficients (Einstein coefficients) for the absorption, spontaneous emission, and stimulated emission of electromagnetic radiation"

      1917 la théorie QUANTIQUE prédisait déjà le laser ! Einstein déduit le comportement des populations d'électrons en raisonnant sur le modèle quantique, pas sur des patates, ou des billes, ou je ne sais quoi d'autre...

      "in 1950, Alfred Kastler (Nobel Prize for Physics 1966) proposed the method of optical pumping, experimentally confirmed, two years later, by Brossel, Kastler, and Winter"

      Kastler définit THÉORIQUEMENT le principe du pompage optique, c'est à dire la façon expérimentale de faire un laser. En gros il a utilisé les équations quantiques pour dire à des expérimentateurs : messieurs voila ce qu'il faut faire !!!

      Et ils l'ont fait... Encore une validation de la mécanique quantique, et pas avec les mains non, c'est des formules, avec des chiffres, et les chiffres que la théorie prédit sont ceux mesurés expérimentalement.
    • R_Robert 1/02/2011
      Ou là là, j'ai pris du temps à répondre et voilà que 3 commentaires se sont intercalés.

      @ koeuf,
      A lire le début de votre message, j'avais l'impression que vous aviez commencé à lire les pages et malheureusement la suite me démontre le contraire.
      L'intérêt du MAES est qu'il est la représentation graphique de l'atome au plus proche de toutes les expériences et observations.
      Vous n'avez jamais posé 1000 fois la question sur ses avantages par rapport au modèle de Bohr, vous ne l'avez jamais posé. Il permet d'expliquer la formation des molécules, les états de la matière, la thermique, l'électricité, le magnétisme, la lumière, etc.
      Le principe d'équibullage permet d'expliquer un nombre considérable de réactions classées sous le terme générique de "réaction chimique".
      Vous n'avez pas eu le courage de lire ce PDF, car vous pensez que vous n'êtes pas assez calé dans les sciences de l'atome, mais faites la démarche et vous verrez comme cette discipline devient simple.
    • grindaizer 1/02/2011
      De toute les bêtises que dites, j'aime bien cette question :
      "- L'expérience de Rutherford était de bombarder avec des particules alpha soit des noyaux d'hélium. Pouvons-nous être persuadés que c'était des particules alpha ?"

      J'en reviens au fait qu'on ne peut pas voir avec nos yeux ni toucher avec nos mains. Mais alors comment on caractérise les objets dis-donc ?

      Qu'est ce que regarder après tout, c'est avoir accès à certaines caractéristiques d'un objet comme sa taille sa couleur !

      Dans le monde microscopique, on ne peut plus avoir accès à ces choses-là, donc qu'est-ce qu'on fait, on cherche d'autre façon de caractériser. Par exemple, on met un champ magnétique, et on se rend compte qu'on a 3 types de comportement. Il y des particules qui vont tourner dans un sens, des particules qui vont tourner dans l'autre sens, et des particules qui vont aller tout droit.

      Qu'est ce qu'on fait, et bien on pose un nombre, qu'on appelle la charge, et on va dire que les particules qui vont tout droit n'ont pas de charge, les particules qui tourne dans tel sens ont une charge négative, et les particules qui vont dans l'autre sens ont une charge positive. Et hop, on a une première caractérisation. Je passe sur les détails, mais oui on est sûr que c'est une particule alpha, vous savez pourquoi ? parce qu'elle réagit toujours de la même façon dans les mêmes conditions.

      "La conclusion était que l'atome est en grande partie constitué de vide avec un tout petit noyau en son centre. Cette conclusion est parfaitement applicable au MAES" oui celle-là peut être applicable, et son contraire également, parce que vous n'avez pas de modèle. On peut toujours tout appliquer quand on a juste des idées. Les idées c'est souple et dès qu'on a un problème on peut les modifier un peu. Tandis…
      Afficher la suite De toute les bêtises que dites, j'aime bien cette question :
      "- L'expérience de Rutherford était de bombarder avec des particules alpha soit des noyaux d'hélium. Pouvons-nous être persuadés que c'était des particules alpha ?"

      J'en reviens au fait qu'on ne peut pas voir avec nos yeux ni toucher avec nos mains. Mais alors comment on caractérise les objets dis-donc ?

      Qu'est ce que regarder après tout, c'est avoir accès à certaines caractéristiques d'un objet comme sa taille sa couleur !

      Dans le monde microscopique, on ne peut plus avoir accès à ces choses-là, donc qu'est-ce qu'on fait, on cherche d'autre façon de caractériser. Par exemple, on met un champ magnétique, et on se rend compte qu'on a 3 types de comportement. Il y des particules qui vont tourner dans un sens, des particules qui vont tourner dans l'autre sens, et des particules qui vont aller tout droit.

      Qu'est ce qu'on fait, et bien on pose un nombre, qu'on appelle la charge, et on va dire que les particules qui vont tout droit n'ont pas de charge, les particules qui tourne dans tel sens ont une charge négative, et les particules qui vont dans l'autre sens ont une charge positive. Et hop, on a une première caractérisation. Je passe sur les détails, mais oui on est sûr que c'est une particule alpha, vous savez pourquoi ? parce qu'elle réagit toujours de la même façon dans les mêmes conditions.

      "La conclusion était que l'atome est en grande partie constitué de vide avec un tout petit noyau en son centre. Cette conclusion est parfaitement applicable au MAES" oui celle-là peut être applicable, et son contraire également, parce que vous n'avez pas de modèle. On peut toujours tout appliquer quand on a juste des idées. Les idées c'est souple et dès qu'on a un problème on peut les modifier un peu. Tandis que quand on fait des prédictions, ça oblige à fixer certains paramètres libres de la théorie, ils sont fixés, et donc on peut les tester dans une autre expérience, et ensuite on vérifie la validité sur plusieurs expériences. Ça aussi c'est quelque chose qui vous échappe.

      En plus, je suis sûr que ça ne marche pas, vous savez pourquoi ? à cause de vos bulles qui crée un obstacle sur le chemin de la particule alpha ! Les résultats de l'expérience disent que dans une grande majorité de cas, la particule est sorti avec l'énergie avec laquelle elle est entrée, conclusion : elle n'a rien rencontré. Dans votre modèle, elle traverse des bulles, donc elle intéragit avec quelque chose, donc il y quelque chose d'autre qui se passe à un moment ou à un autre, et donc vous contredisez l'expérience.

      Ah mais non pardon, vous n'avez pas de modèle quantitatif, ce ne sont que des idées, donc avec autant de liberté dans votre modèle, vous allez certainement me pendre un truc qui va me dire que la particule passe quand même, parce qu'il se passe des trucs dedans nouveaux auxquels je n'ai pas pensé. Bien sûr que vous pouvez le faire, puisque vous n'avez pas de modèles, juste des idées totalement arbitraires.
      Et les idées arbitraires, on peut absolument en faire ce qu'on veut. Même si je prouve expérimentalement que vous violez je ne sais combien de choses, vous allez toujours pouvoir faire une pirouette et sortir quelque chose du chapeau.

      C'est exactement la raison pour laquelle une théorie scientifique DOIT ÊTRE PRÉDICITIVE. Pour qu'on puisse la prendre en défaut si elle est fausse. Si la théorie ne donne aucune possibilité de pouvoir dire si elle est juste ou fausse, alors ce n'est pas une théorie. Ce n'est pas qui le dit, c'est ce très cher Karl Popper, philosophe de son état ! Et tiens encore un lien que j'avais posté mais que vous avez joliment ignorer :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_des_sciences#R.C3.A9futabilit.C3.A9

      encore une fois, j'en reviens à mon épistémologie des sciences. Vous ne savez même pas ce que ça veut dire une théorie scientifique !!!!
    • R_Robert 1/02/2011
      @ grindaizer,
      Vous expliquez clairement le départ de la dérive de la physique nucléaire.
      Vous avez admis que l'électron est une charge électrique négative. De ce fait, si la charge est positive c'est le signe que vous êtes en présence d'un noyau sans électron. Or, si cette hypothèse de départ s'avère être fausse, patatras toutes vos théories dégringolent.

      L'électron possédant une charge électrique n'explique pas l'électricité.
      Par contre l'électron du MAES va très loin dans les explications. Un atome avec une charge électrique positive signifie qu'il est avide en énergie électrique et que par contre il n'a pas perdu ces électrons. De ce fait, une particule alpha n'est plus un noyau atomique, mais un rayonnement lumineux et électrique. Il est capable de traverser la fine épaisseur de la feuille d'or et marquer le support arrière.

      Le MAES oblige de réinterpréter toutes les expériences et toutes vos équations, qui vous servent de modèle pour prédire les raies spectrales par exemple, restent valable car la matière est toujours la même.
      Seule la représentation visible et symbolique de cet atome change.
    • grindaizer 1/02/2011
      Et vous vous montrez clairement que vous n'avez rien à compris à rien !

      Malgré tout ce que j'ai dit, le seul truc sur lequel vous vous accrochez c'est l'électron, et en plus pour des dires n'importe quoi !
      Et malgré tout ce que j'ai dit, vous persistez à vouloir me faire croire que vous m'expliquez quelque chose ! Non mais vous lisez ce que j'écris ou quoi ?

      Vous avez une vision sélective ma parole !

      C'est quoi ces techniques à 3 sous pour ne pas répondre aux gens. Où est passé Karl Popper nom de nom ? Ou est passé la réfutabilité ?

      Où sont passés vos excuses pour avoir écrit que je disais des bobards sur le transistor, alors que je vous ai donné les liens et les références historiques et que j'ai démontré mes propos à la terre entière ?

      Non mais ça va pas, vous croyez encore m'avoir avec vos tours de prestidigitation ?

      "Or, si cette hypothèse de départ s'avère être fausse, patatras toutes vos théories dégringolent. " C'est pas moi qui répond à ça, c'est Popper. Allez discuter avec lui de ce que c'est qu'une théorie scientifique !
    • grindaizer 1/02/2011
      Vous ne voulez pas allez à wikipédia, alors wikipédia viendra à vous :

      "Une théorie qui n'est pas réfutable, c'est-à-dire dont les prédictions ne peuvent être prises en défaut par l'expérimentation, n'est pas scientifique"

      "Selon le principe de cohérence, des énoncés peuvent être justifiés par leur appartenance à un système cohérent déjà érigé selon le même procédé"

      "Si cette observation venait à être en discordance avec l'une de ces composantes nécessaires à l'établissement d'un énoncé scientifique la concernant, alors un ajustement du système serait nécessaire pour évincer la contradiction." Rien n'a encore pris en défaut la vision de l'électron, donc les physiciens continueront à l'utiliser tant que rien ne la contredira.
    • grindaizer 1/02/2011
      et là aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Popper

      "On considère souvent qu'un domaine est une science si le corpus des théories qui y sont généralement admises respecte les critères de Popper"

      "puisqu'une théorie n'est considérée comme "possiblement" vraie ou proche du vrai que jusqu'à sa réfutation" Or rien n'est encore venu réfuter le modèle de l'électron dont vous semblez vous plaindre

      "Selon ce critère, l'astrologie, la métaphysique ou la psychanalyse (méthode thérapeutique) ne relèvent pas de la science, puisqu'on ne peut en tirer aucun énoncé prédictif testable et qu'en conséquence, aucune expérience ne permet d'en établir (ou non) la réfutation - et donc une confirmation non plus "
    • grindaizer 1/02/2011
      Et tant que j'y suis, ça vous fera pas de mal de lire ça aussi :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_exp%C3%A9rimentale
    • koeuf 1/02/2011
      "L'intérêt du MAES est qu'il est la représentation graphique de l'atome au plus proche de toutes les expériences et observations."

      lesquelles, quelles expériences prennent à défaut le modèle de bohr et sont expliquées par le MAES ?


      "Vous n'avez jamais posé 1000 fois la question sur ses avantages par rapport au modèle de Bohr, vous ne l'avez jamais posé. Il permet d'expliquer la formation des molécules, les états de la matière, la thermique, l'électricité, le magnétisme, la lumière, etc."

      Tous ces points sont expliqués par la physique traditionnelle, il me semble

      "Le 21ème siècle sera l'ère des Sciences revisitées et les découvertes dans tous les domaines en témoigneront."

      quelle modestie ! et puis si revisiter les sciences signifie qu'on explique tout en s'affranchissant d'apporter la moindre preuve de ce que l'on avance, c'est lpus une destruction qu'autre chose !


      "Vous n'avez pas eu le courage de lire ce PDF, car vous pensez que vous n'êtes pas assez calé dans les sciences de l'atome, mais faites la démarche et vous verrez comme cette discipline devient simple. "

      je l'ai lu et franchement, ce n'est pas passionnant, j'aime les sciences quand elles sont belles, c'est à dire quand elles mêlent la réflexion théorique et la validation pratique. Or là, nous n'avons que des exposés d'idées.
    • pepejul 2/02/2011
      Nevrose obsessionnelle.... on perd notre temps les amis...
    • R_Robert 2/02/2011
      @ grindaizer,
      J’ai pris le temps de répondre, car sous le flot de commentaires agrémentés de nombreux liens, je devais comprendre le sens de vos écrits. Contrairement à ce que vous écrivez, j’essaye, dans la mesure du possible, de lire vos liens, preuve en est, je vous avez fait remarquer que la page sur les barres de contrôle était vide. Vous avez remédié à ce problème en rédigeant personnellement les explications manquantes.

      Pour en finir sur le sujet du transistor, je note que vous avez oublié de reporter les 2 phrases suivantes qui sont :
      « By observing Brattain's experiments, Bardeen realized that everyone had been falsely assuming electrical current traveled through all parts of the germanium in a similar way. The electrons behaved differently at the surface of the metal. If they could control what was happening at the surface, the amplifier should work.”
      C’est par l’observation que Bardeen aperçu que le phénomène se déroulait à la surface. Ce ne sont pas ses théories quantiques de départ, mais l’observation.
      Vous avez également omis de dire qu’en 1925 et 1930 d’autres expérimentateurs avaient déjà développé de tels dispositifs.
      En conclusion, la quantique n’est pas à l’origine de cette découverte.

      Vous prétendez que la formule de Rydberg valide votre modèle. Cette affirmation est totalement fausse car cette formule est le fruit de l’observation issue de la méthode expérimentale et non le témoin d’une quelconque théorie et encore moins d’un modèle.

      Vous me demandez d’aller discuter avec Mister Popper, mais je viens d’apprendre qu’il est mort. Quel manque de chance, il est mort en 1994.
      Je suis plus scientifique que littéraire. Tous ces propos autour des définitions scientifiques avec par exemples les termes tels que fondationnalisme, scientisme, empirisme,…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      J’ai pris le temps de répondre, car sous le flot de commentaires agrémentés de nombreux liens, je devais comprendre le sens de vos écrits. Contrairement à ce que vous écrivez, j’essaye, dans la mesure du possible, de lire vos liens, preuve en est, je vous avez fait remarquer que la page sur les barres de contrôle était vide. Vous avez remédié à ce problème en rédigeant personnellement les explications manquantes.

      Pour en finir sur le sujet du transistor, je note que vous avez oublié de reporter les 2 phrases suivantes qui sont :
      « By observing Brattain's experiments, Bardeen realized that everyone had been falsely assuming electrical current traveled through all parts of the germanium in a similar way. The electrons behaved differently at the surface of the metal. If they could control what was happening at the surface, the amplifier should work.”
      C’est par l’observation que Bardeen aperçu que le phénomène se déroulait à la surface. Ce ne sont pas ses théories quantiques de départ, mais l’observation.
      Vous avez également omis de dire qu’en 1925 et 1930 d’autres expérimentateurs avaient déjà développé de tels dispositifs.
      En conclusion, la quantique n’est pas à l’origine de cette découverte.

      Vous prétendez que la formule de Rydberg valide votre modèle. Cette affirmation est totalement fausse car cette formule est le fruit de l’observation issue de la méthode expérimentale et non le témoin d’une quelconque théorie et encore moins d’un modèle.

      Vous me demandez d’aller discuter avec Mister Popper, mais je viens d’apprendre qu’il est mort. Quel manque de chance, il est mort en 1994.
      Je suis plus scientifique que littéraire. Tous ces propos autour des définitions scientifiques avec par exemples les termes tels que fondationnalisme, scientisme, empirisme, constructivisme, réductionnisme, positivisme, etc. la liste est très très longue. Ce langage me dépasse surtout qu’il essaie de prendre en considération les sciences de la nature et les sciences humaines. Toutes ces complications font que même les scientifiques ont perdu le sens des valeurs.
      Une formule n’est pas forcément issue de la théorie. Elle est l’outil qui permet de quantifier l’observation après l’expérimentation. De certaines formules peuvent émerger des théories mais pas toujours. Comme par exemple les deux cas suivants :
      - La formule qui prédit les coefficient de marrée ne permet l’établissement d’aucune théorie et elle n’est pas issue de la théorie mais de l’observation.
      - Les formules permettant de quantifier le moment d’inertie de masse des objets volumiques en rotation ont été obtenues de façon empirique. Le lien entre toutes les formes a été découvert et une théorie, plus ou moins acceptable, a complété cette approche scientifique. Malheureusement, pour que cette théorie s’applique aux objets roulants, il a fallut faire intervenir cet artifice, déjà mentionné, qu’est la masse réduite.
      Dans mon livre, je développe toute la démarche sur la base des précédents constats en privilégiant la compréhension autour de graphiques. Pour ces objets volumiques, nous devons plus chercher la grandeur qui caractérise ce mouvement au niveau du rayon comme pour le point matériel, mais au niveau du rayon d’inertie. Cette nouvelle approche nous conduit aux mêmes formules, elle explique le théorème de Steiner / Huygens, et se dispense de tout artifice pour les objets roulants.
      Cette approche visuelle et compréhensible est vérifiée parce qu’elle retrouve les mêmes relations qui ont servi à vérifier la précédente théorie.

      Voilà pourquoi je suis formel, une formule, même incontestable dans ses résultats, n’est pas forcément la preuve que la théorie est correcte.

      Au niveau du modèle, nous essayons de schématiser un dispositif complexe ou, à l’échelle de l’atome, une représentation qui permet d’expliquer l’invisible. Il est le support qui doit permettre de visualiser de façon mentale les phénomènes qui se passent en son sein.
      Pour ce faire, nous partons d’hypothèses et les faisons évoluer au fur et à mesure des découvertes complémentaires.
      Les premiers modèles de l’atome se sont construits autour de l’observation que 2 charges électriques de signe opposé s’attirent et que 2 charges de même signe se repoussent. Les expériences de Rutherford ont permit l’élaboration d’un modèle planétaire qui fut amélioré par Bohr avec des orbites différentes pour tenter d’expliquer la lumière.
      Ce modèle est donc parti des hypothèses que l’atome est constitué de protons, de neutrons et d’électrons. Ceci a permis de faire la différence entre les différents atomes.
      Ce modèle n’a jamais reçu les critiques constructives qui auraient mis en évidence cette incohérence de ces électrons qui se repoussent et se croisent.. Elles en seraient arrivées à la conclusion que les électrons ne sont pas forcés d’être en mouvement pour rester à une certaine distance du noyau, mais les complications seraient apparues avec les atomes possédant peu d’électrons.
      Par la suite, un nouveau modèle est apparu, le modèle quantique. Il est complémentaire à l’autre pour certains cas mais pas toujours. Malheureusement, les hypothèses de départ n’ont plus été réévaluées en raison des découvertes et l’électron est resté une charge électrique mais qui s’est dématérialisée sous la forme d’une onde.
      Bref, je ne veux pas réécrire une fois encore tous les reproches que je formule à son encontre, mais seulement insister sur le fait qu’un modèle de l’atome, permet uniquement d’expliquer les interactions entre atomes et éventuellement les formes géométriques qu’il est susceptible d’autoriser. Ce que fait parfaitement le MAES.
      En aucun cas, les formules qui caractérisent les observations de l’expérimentation ne peuvent être considérées comme modèle ou théorie. Quel que soit le modèle, ces observations restent valides car elles se fondent sur la matière et non pas sur un modèle.

      La physique quantique est dans l’erreur car elle a voulu attribuer ses formules à ses modèles. Sur la base d’une relation, elle a décrété que la matière se transforme en énergie. Elle a mis en doute l’observation en prétendant que nous ne voyons pas les choses physiques car elles ne sont que le fruit de notre interprétation mentale. Elle a lié ses relations avec un espace-temps. Elle prouve la justesse de ses théories par des observations douteuses.
      Bref, les sciences sont dans l’errance car elles ont oublié la logique, la simplicité et la volonté d’expliquer les phénomènes naturels.
      Les Sciences revisitées viennent pallier ces manques !
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Je ne sais pas comment vous faire comprendre ces différences. La lecture ne vous suffit pas, alors j’inverse les rôles et vous pose les questions suivantes :
      Comment le modèle de Bohr explique-t-il la géométrie particulière des molécules ?
      Comment et pourquoi les énantiomères ont-ils des propriétés différentes ?
      Comment ce modèle explique-t-il les liaisons dans les solides et les liquides ?
      Pourquoi les électrons sont-ils en mouvement ?
      Si les électrons se repoussent, pourquoi ne le font-ils pas lorsqu’ils se croisent ?
      Pourquoi l’électricité traverse-t-elle la matière ?
      Comment le modèle de Bohr explique-t-il la chaleur dans les corps solides ?
      Pourquoi le magnétisme se propage-t-il dans le vide ?
    • koeuf 2/02/2011
      N'inversons pas les rôles, je vous prie, c'est vous qui prétendez que la physique classique n'explique pas tout, donc c'est à vous d'en faire la PREUVE.
    • pepejul 2/02/2011
      La science ne prétend jamais avoir tout expliqué et tout compris, c'est ce qui lui permet de progresser...exactement à l'inverse de vous...
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Je reporte votre précédente question :
      "quelles expériences prennent à défaut le modèle de bohr et sont expliquées par le MAES ?"
      Et bien, toutes les questions que je vous ai posé n'ont pas de réponse avec le modèle de Bohr.

      Revisiter les Sciences ne signifie pas détruire la connaissance, c'est remettre la compréhension au centre et constater où notre connaissance s'est éloignée de cette démarche scientifique.

      Vous avez lu les pages à contre cœur, c'est pour cela que vous n'avez pas vu, correctement, ce qui est écrit. C'est mieux que de ne pas les avoir lu et de les critiquer.
    • koeuf 2/02/2011
      reprenez une définition de ce qui est appelé une expérience
    • R_Robert 2/02/2011
      @ pepejul,
      Pour progresser il faut reconnaitre ses erreurs et les corriger. La science n'a pas encore fait cette démarche...
      Avez-vous enfin lu ces quelques pages ?
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Le modèle de l'atome ne doit pas se référer à des expériences particulières. Il doit permettre de visualiser l'invisible en répondant à toutes les observations du quotidien. Il doit permettre d'expliquer ces phénomènes physiques, chimiques, électriques, etc.
      Et c'est exactement à quoi répond le MAES
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      L'atome ne peut pas faire l'objet d'une expérience en soi, car il reste invisible, mais son modèle doit expliquer les expériences qui l'utilisent comme support.
    • koeuf 2/02/2011
      et bien ce sont ces expériences que je vous demande
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Dans les pages qui parlent des interfaces, je fais intervenir l'équibullage qui permet de répondre à quelques expériences simples et entièrement décrites.
    • koeuf 2/02/2011
      en quoi ces expériences remettent-elles en cause le modèle classique ?
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Elles démontrent seulement que le modèle de Bohr est incompatible avec les observations. Il n'apporte aucune réponse logique, il n'explique rien.
      Ces expériences démontrent que le MAES change notre regard de bien des phénomènes et explique clairement et simplement ce que nous observons à l'œil nu. Ces expériences prouvent la pertinence de ce modèle.
    • pepejul 2/02/2011
      Vous écrivez : "Dans les pages qui parlent des interfaces, je fais intervenir l'équibullage qui permet de répondre à quelques expériences simples et entièrement décrites. "

      "répondre à une expérience"... voilà bien un concept non-scientifique de plus....

      Effectivement vous ne savez pas ce qu'est une expérience...
    • koeuf 2/02/2011
      encore une fois, vous tournez en rond, je vous demande des expériences remettant en cause le modèle de bohr, et vous noyez le poisson
    • koeuf 2/02/2011
      donc votre modèle est validé par une expérience consistant à dissoudre du sel dans de l'eau ?
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Je ne sais qui tourne en rond ! Vous revenez sans cesse avec : Quelle expérience ?
      Une expérience n'est pas uniquement de mélanger des produits chimiques et d'obtenir une réaction.
      Une expérience peut être de verser du sel dans un verre d'eau rempli et de constater que le niveau n'augmente pas dans les proportions du volume ajouter. L'observation de cette manipulation nécessite des explications que le modèle de Bohr est incapable de donner.
      Le principe d'équibullage permet de donner des réponses à cette expérience.
    • R_Robert 2/02/2011
      @ koeuf,
      Votre mauvaise foi est sans limite.
      Pourquoi l'électron véhicule-t-il les Rayons électriques et lumineux ?
      Et pourquoi est-il doté de Faisceaux thermique et magnétique ?
      Ne serait-ce pas le signe que le MAES intervient dans toutes les disciplines de la physique ?
    • koeuf 2/02/2011
      désolé, ma vision était obstrué, votre génie est sans limite, vous avez trouvé des lois expliquant la physique, la chimie, la mécanique, la géologie, cela tout seul et sans aucune formation préalable. Vos explications sont effectivement d'une telle limpidité qu'elles ne sauraient souffrir aucune objection.
      J'espère que les autorités vont prendre possession de vos découvertes pour tout reconstruire en fonction de votre vision éclairée
    • actarus 2/02/2011
      Je ne suis pas physicien (SVT), cependant :

      > Comment le modèle de Bohr explique-t-il la géométrie particulière des molécules ?

      Où est le problème ?

      J'ai étudié la géométrie des liaisons en licence (Luminy, Marseille) et tous les angles (sauf des exceptions comprises et étudiées comme le cyclopropane) s'expliquaient sans difficulté avec le modèle de Bohr.

      Je me souviens des TD où l'on calculait les angles de telle où telle molécule en fonction des orbitales, des hybridations (sp2 par exemple ...).

      Ensuite j'ai appris les règles de reploiement des macromolécules : hélices alpha, feuillets bêta etc ... et tout ça est fort bien expliqué par les orbitales, confirmé par la diffraction aux rayons X ...

      Vous inventez un problème là où il n'y en a pas. Vous affirmez que le modèle actuel ne peut pas expliquer la géométrie des molécules.

      Sans être physicien (mais vous ne l'êtes pas plus que moi), je peux vous dire que c'est faux.

      > Comment et pourquoi les énantiomères ont-ils des propriétés différentes ?

      Vous devriez préciser.

      Les propriétés sont différentes lorsque l'asymétrie de la géométrie importe.

      Les propriétés biologiques sont bien entendu différentes, étant donnée qu'une enzyme a une géométrie complémentaire d'un substrat et que ce dernier ne pourra pas intéragir s'il s'agit de la symétrie du substrat naturel.

      Ce n'est qu'un aspect de la réponse.

      Pour les propriétés optiques (rotation du plan de polarisation de la lumière), ce n'est même pas la peine qu'on en discute, puisque pour vous et moi la lumière, la polarisation et le reste ne désigne apparemment pas la même chose.

      > Pourquoi les électrons sont-ils en mouvement ?

      Et vous appelez ça une question scientifique ?

      > Comment le modèle de Bohr explique-t-il la chaleur dans…
      Afficher la suite Je ne suis pas physicien (SVT), cependant :

      > Comment le modèle de Bohr explique-t-il la géométrie particulière des molécules ?

      Où est le problème ?

      J'ai étudié la géométrie des liaisons en licence (Luminy, Marseille) et tous les angles (sauf des exceptions comprises et étudiées comme le cyclopropane) s'expliquaient sans difficulté avec le modèle de Bohr.

      Je me souviens des TD où l'on calculait les angles de telle où telle molécule en fonction des orbitales, des hybridations (sp2 par exemple ...).

      Ensuite j'ai appris les règles de reploiement des macromolécules : hélices alpha, feuillets bêta etc ... et tout ça est fort bien expliqué par les orbitales, confirmé par la diffraction aux rayons X ...

      Vous inventez un problème là où il n'y en a pas. Vous affirmez que le modèle actuel ne peut pas expliquer la géométrie des molécules.

      Sans être physicien (mais vous ne l'êtes pas plus que moi), je peux vous dire que c'est faux.

      > Comment et pourquoi les énantiomères ont-ils des propriétés différentes ?

      Vous devriez préciser.

      Les propriétés sont différentes lorsque l'asymétrie de la géométrie importe.

      Les propriétés biologiques sont bien entendu différentes, étant donnée qu'une enzyme a une géométrie complémentaire d'un substrat et que ce dernier ne pourra pas intéragir s'il s'agit de la symétrie du substrat naturel.

      Ce n'est qu'un aspect de la réponse.

      Pour les propriétés optiques (rotation du plan de polarisation de la lumière), ce n'est même pas la peine qu'on en discute, puisque pour vous et moi la lumière, la polarisation et le reste ne désigne apparemment pas la même chose.

      > Pourquoi les électrons sont-ils en mouvement ?

      Et vous appelez ça une question scientifique ?

      > Comment le modèle de Bohr explique-t-il la chaleur dans les corps solides ?

      L'agitation des atomes ça ne vous suffit pas ? (et ne me faîtes pas le coup de croire que je confonds chaleur et température)

      > Pourquoi le magnétisme se propage-t-il dans le vide ?

      Pourquoi (bravo la formulation scientifique) ne le ferait-il pas ? Depuis quand les photons ont-ils besoin d'un substrat matériel pour se propager ?

      Note à Graindizer : quand vous lirez mes réponses, veuillez pardonner mon "amateurisme" dans ce domaine qui est le vôtre. Je n'ai pas la prétention de parler en physicien, et encore moins de me faire passer pour ce que je ne suis pas (mon métier est de transmettre savoirs et méthodes, je ne fais PAS partie de ceux qui "construisent" le savoir).
    • R_Robert 2/02/2011
      @ actarus,
      Je vois que l'utilisation d'un modèle où l'électron est réel et un autre où il devient immatériel, ne vous pose pas de problème, à moi si !
      Et toutes les explications qui en découlent sont d'un illogisme insoutenable à qui aime la simplicité.
      Le MAES a cette vertu et je suis certain que la lecture vous a quelque peu ébranlé dans vos convictions.
    • actarus 2/02/2011
      Il y a bien des lectures qui "ébranlent" mes "convictions" (et je ne m'attache pas aux théories actuelles comme à des dogmes qui me sont chers, ne vous en déplaise).

      Mais certainement pas la lecture de votre théorie décevante.
    • koeuf 2/02/2011
      "Votre mauvaise foi est sans limite"

      pourquoi ? je comprends que vous soyez agacé que je remette sans cesse sur le fil des questions pour lesquelles vous n'avez pas de réponses réelle, mais je ne vois pas en quoi je suis de mauvaise foi.
    • pepejul 2/02/2011
      je vous cite : "Avec l’accueil qu’ont reçu les quelques 350 mails adressés à diverses personnes de l’EPFL(Ecole Polytechnique Federale de Lausanne ndlr),j’avais l’impression que mon livre ne présentait aucun intérêt surtout en raison des quelques réponses pas très courtoises de certains."

      Tous les scientifiques contactés ont indépendamment donné la même évaluation de votre théorie :

      ELLE EST NULLE !!!
    • Dune86 2/02/2011
      pepejul vous etes malhonnete de toujours sortir les phrase de leur contexte. Je voulais juste remettre ça au claire.
      C'est tiré du blog.

      Question! a dit:
      2 février 2011 à 13:09
      Cher Monsieur Robert,

      Suivant depuis quelques temps déjà votre blog et commentaires sur d’autres sites, et ayant bouquiné votre livre à maintes reprises, une question me taraude …

      Vous qui dites sans cesse que les “malheureusement les “scientifiques” préfèrent ignorer le contenu de [vos] propos”, pourquoi ne profitez vous pas du formidable bassin scientifique si proche de vous ?
      En effet, l’EPFL n’est qu’à une dizaine de minutes de Renens, proposez leur de venir faire une conférence un de ces jours par exemple dans le nouveau Learning Center. Je suis sûre que la communauté “scientifique” sera présente et vous pourrez alors exposer vos découvertes.

      Cordialement

      Roger Robert a dit:
      2 février 2011 à 15:33
      @ Question!
      Bonjour,
      Avec l’accueil qu’ont reçu les quelques 350 mails adressés à diverses personnes de l’EPFL,j’avais l’impression que mon livre ne présentait aucun intérêt surtout en raison des quelques réponses pas très courtoises de certains.
      Je pense que votre suggestion est très intéressante, mais je ne sais quelles démarches entreprendre pour organiser une telle conférence.
      Si vous pouviez m’informer auprès de qui m’adresser, je vous en serais très reconnaissant.

      Très cordialement
    • grindaizer 3/02/2011
      Bon comme de toute façon vous allez encore nous faire tourner en rond, autant copier/coller directement ce que j'ai écrit précédemment.

      J'ai compris autre chose maintenant, jamais plus d'une idée à la fois, sinon vous en profitez pour rebondir sur autre chose.

      "...Ah mais non pardon, vous n'avez pas de modèle quantitatif, ce ne sont que des idées, donc avec autant de liberté dans votre modèle, vous allez certainement me pendre un truc qui va me dire que la particule passe quand même, parce qu'il se passe des trucs dedans nouveaux auxquels je n'ai pas pensé. Bien sûr que vous pouvez le faire, puisque vous n'avez pas de modèles, juste des idées totalement arbitraires.
      Et les idées arbitraires, on peut absolument en faire ce qu'on veut. Même si je prouve expérimentalement que vous violez je ne sais combien de choses, vous allez toujours pouvoir faire une pirouette et sortir quelque chose du chapeau.

      C'est exactement la raison pour laquelle une théorie scientifique DOIT ÊTRE PRÉDICITIVE. Pour qu'on puisse la prendre en défaut si elle est fausse. Si la théorie ne donne aucune possibilité de pouvoir dire si elle est juste ou fausse, alors ce n'est pas une théorie. Ce n'est pas qui le dit, c'est ce très cher Karl Popper, philosophe de son état ! Et tiens encore un lien que j'avais posté mais que vous avez joliment ignorer :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_des_sciences#R.C3.A9futabilit.C3.A9

      encore une fois, j'en reviens à mon épistémologie des sciences. Vous ne savez même pas ce que ça veut dire une théorie scientifique !!!! "

      Voila je résume encore les mots clés pour être bien sûr de me faire comprendre :

      Idée pas modèle
      arbitraire
      on peut le déformer comme on veut
      on peut toujours tout expliquer comme ça
      pas prédictif
      aucune réfutabilité
      aucun…
      Afficher la suite Bon comme de toute façon vous allez encore nous faire tourner en rond, autant copier/coller directement ce que j'ai écrit précédemment.

      J'ai compris autre chose maintenant, jamais plus d'une idée à la fois, sinon vous en profitez pour rebondir sur autre chose.

      "...Ah mais non pardon, vous n'avez pas de modèle quantitatif, ce ne sont que des idées, donc avec autant de liberté dans votre modèle, vous allez certainement me pendre un truc qui va me dire que la particule passe quand même, parce qu'il se passe des trucs dedans nouveaux auxquels je n'ai pas pensé. Bien sûr que vous pouvez le faire, puisque vous n'avez pas de modèles, juste des idées totalement arbitraires.
      Et les idées arbitraires, on peut absolument en faire ce qu'on veut. Même si je prouve expérimentalement que vous violez je ne sais combien de choses, vous allez toujours pouvoir faire une pirouette et sortir quelque chose du chapeau.

      C'est exactement la raison pour laquelle une théorie scientifique DOIT ÊTRE PRÉDICITIVE. Pour qu'on puisse la prendre en défaut si elle est fausse. Si la théorie ne donne aucune possibilité de pouvoir dire si elle est juste ou fausse, alors ce n'est pas une théorie. Ce n'est pas qui le dit, c'est ce très cher Karl Popper, philosophe de son état ! Et tiens encore un lien que j'avais posté mais que vous avez joliment ignorer :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_des_sciences#R.C3.A9futabilit.C3.A9

      encore une fois, j'en reviens à mon épistémologie des sciences. Vous ne savez même pas ce que ça veut dire une théorie scientifique !!!! "

      Voila je résume encore les mots clés pour être bien sûr de me faire comprendre :

      Idée pas modèle
      arbitraire
      on peut le déformer comme on veut
      on peut toujours tout expliquer comme ça
      pas prédictif
      aucune réfutabilité
      aucun moyen de tester la validité du modèle

      Je répète encore une fois les mots encore plus clés :

      Idée
      arbitraire
      trop de liberté
      on peut faire ce qu'on veut
      ce n'est pas une théorie scientifique


      Voila j'espère que comme ça vous ne trouvez rien pour dévier encore une fois la conversation... Je ne peux pas faire plus simple !!!
    • R_Robert 3/02/2011
      @ actarus,
      J'attendais de votre part une lecture beaucoup plus objective. Vous n'avez pas essayé de comprendre ce qui est écrit parce que vous étiez convaincu de ne rien découvrir.

      Vous dites que le modèle de Bohr explique les géométries des molécules, que vous avez fait des calculs en utilisant les orbitales de type sp2 (trigonale) par exemple.
      Mais que représentent ces orbitales dans le modèle planétaire de Bohr ? Rien, car elles sont en relation avec le modèle quantique avec ces nuages électroniques, ces nuages de probabilité de présence.

      Le contrôle des angles est obtenu par diffraction des rayons X. Certes, mais il est impossible d'immobiliser la molécule d'un fluide, donc le résultat est une statistique des angles les plus couramment observé. Par cette méthode la molécule d'eau est représentée avec un angle de 104,5°. Or, dans le modèle quantique elle devient un tétraèdre et ne peut en aucun cas afficher cet angle.
      J'ai longuement développé cette molécule d'eau car les conclusions que j'avance sont plus proches des observations directes à l'œil nu lorsqu'elles passent à l'état solide.

      Prétendre que le modèle de Bohr ne pose aucun problème pour comprendre la matière est FAUX, car vous mélangez allègrement 2 modèles dont l'un d'eux suggère une immobilité des électrons.
      Le MAES n'a pas besoin de tricher pour expliquer les choses et c'est là la différence et la force de ce modèle.
      Si vous trouvez le temps, essayez de relire ces pages avec une critique objective de ce que j'avance et de ce que vous connaissez, et ce jusqu'aux interfaces.

      Ce MAES permet également de mettre en évidence l'éther. Fluide qui explique le phénomène de pesanteur en s'affranchissant de cette hypothétique force d'attraction gravitationnelle. Toutes les explications, qui permettent…
      Afficher la suite @ actarus,
      J'attendais de votre part une lecture beaucoup plus objective. Vous n'avez pas essayé de comprendre ce qui est écrit parce que vous étiez convaincu de ne rien découvrir.

      Vous dites que le modèle de Bohr explique les géométries des molécules, que vous avez fait des calculs en utilisant les orbitales de type sp2 (trigonale) par exemple.
      Mais que représentent ces orbitales dans le modèle planétaire de Bohr ? Rien, car elles sont en relation avec le modèle quantique avec ces nuages électroniques, ces nuages de probabilité de présence.

      Le contrôle des angles est obtenu par diffraction des rayons X. Certes, mais il est impossible d'immobiliser la molécule d'un fluide, donc le résultat est une statistique des angles les plus couramment observé. Par cette méthode la molécule d'eau est représentée avec un angle de 104,5°. Or, dans le modèle quantique elle devient un tétraèdre et ne peut en aucun cas afficher cet angle.
      J'ai longuement développé cette molécule d'eau car les conclusions que j'avance sont plus proches des observations directes à l'œil nu lorsqu'elles passent à l'état solide.

      Prétendre que le modèle de Bohr ne pose aucun problème pour comprendre la matière est FAUX, car vous mélangez allègrement 2 modèles dont l'un d'eux suggère une immobilité des électrons.
      Le MAES n'a pas besoin de tricher pour expliquer les choses et c'est là la différence et la force de ce modèle.
      Si vous trouvez le temps, essayez de relire ces pages avec une critique objective de ce que j'avance et de ce que vous connaissez, et ce jusqu'aux interfaces.

      Ce MAES permet également de mettre en évidence l'éther. Fluide qui explique le phénomène de pesanteur en s'affranchissant de cette hypothétique force d'attraction gravitationnelle. Toutes les explications, qui permettent de comprendre cette notion de poids, sont la suite de ces quelques pages et prouvent d'une façon différente les bien-fondés de ce modèle atomique.
    • R_Robert 3/02/2011
      @ Dune86,
      Merci d'avoir remis les propos présentés par pépéjul dans leur contexte.
      Après avoir confondu la période avec la longueur d'onde, il décrète que l'accélération est égale au carré de la vitesse. Les coquilles s'accumulent et je plains ses élèves qui apprennent n'importe quoi avec un tel énergumène.
      Il me reproche d'être malade, mais les propos hystériques qu'il écrit ici et sur mon blog témoignent qu'il devrait se regarder dans un miroir.
      Il se prétend scientifique et ne comprend pas qu'il est impossible de critiquer d'un bloc toutes mes théories sans les avoir lu.
      Je sais que de votre côté vous les avez lu et que vous êtes nombreux dans ce cas à suivre ce fil de commentaires avec les mêmes impressions sur certains intervenants.
      Le chemin est dur, mais les Sciences revisitées s'imposeront tôt ou tard.
      Salutations
    • actarus 3/02/2011
      Pepejul fait des erreurs car il écrit dans l'empressement et certainement l'agacement légitime.
      Des "coquilles" sont considérablement moins nocives qu'un enseignement fondé sur les réflexions et les conclusions péremptoires d'un homme seul.
    • R_Robert 3/02/2011
      @ grindaizer,
      Vous m'aviez habitué à des propos plus intelligibles.
      Je n'ai pas besoin des citations de Popper pour définir la démarche scientifique qu'il faut avoir pour aller vers la logique.

      MODÈLE --> Explications des phénomènes qui le traversent ou qu'il génère.
      OBSERVATION --> Déduction des formules qui caractérisent ce constat.
      FORMULE --> Permettent ou non l'établissement d'une théorie.
      THÉORIE --> Cadre de travail pour la compréhension de la nature.

      Vous prétendez que vos formules, qui permettent de déterminer les raies spectrales par exemple, sont issues d'une théorie en fonction de votre modèle, or ceci est FAUX, vous vous méprenez, ces formules sont en relation avec l'observation.
      Les relations ne sont pas réfutables car elles correspondent à l'observation, par contre elles n'ont aucun lien avec une quelconque théorie éditée sur la base du modèle.
      C'est cette petite nuance que la physique ne veut plus considérer, une FORMULE n'est pas une THÉORIE.
    • R_Robert 3/02/2011
      @ actarus,
      Soutenir votre collègue est tout à votre honneur, même si ses interventions agaçaient certainement tout le monde.

      Mes conclusions ne sont pas péremptoires, mais bien au contraire, j'aime la discussion pour autant que ceux qui y participent fassent l'effort de m'écouter et dans le cas présent de lire objectivement les explications qui apparaissent à l'intérieur de mon livre.
    • actarus 3/02/2011
      Ses interventions me détendent, et me remontent le moral plus qu'elles ne m'agacent.
    • Benoit 3/02/2011
      @R-Robert
      Quelles sont vos formules ? (ce qui permettrait d'établir ou non votre théorie)
    • R_Robert 3/02/2011
      @ Benoit,
      Une formule ne doit pas être à la base d'une théorie, qui se doit d'expliquer les choses.
      Le moment d'inertie de masse en est un exemple. La théorie tente d'expliquer comment nous pouvons retrouver une formule, mais dans le cas présent, cette démarche est erronée.
      Tout ceci est développé dans mon livre et ne figure pas dans les pages disponibles.

      Au niveau du MAES, il y a une confusion entre modèle, formule et théorie.
    • R_Robert 3/02/2011
      Les détracteurs du MAES, font une confusion entre modèle, formule et théorie.
      Ce modèle permet d'expliquer le fonctionnement de la matière. C'est la théorie de son fonctionnement et cette théorie n'est pas chiffrable directement, mais les expérimentations et observations oui.
    • Benoit 3/02/2011
      ...
    • R_Robert 3/02/2011
      @ Benoit,
      La formule de Rydberg, par exemple, permet de déterminer le spectre complet de la lumière émise par l'hydrogène.
      Cette formule fait intervenir la longueur d'onde, la constante de Rydberg, des valeurs entières et le numéro atomique.
      Le résultat de cette formule n'a aucun lien avec le modèle de l'atome, elle ne vérifie aucune théorie mais prédit seulement l'observation après expérimentation.
      Cette formule est issue d'expérimentation sur la matière, elle reste donc valable quelque soit le modèle.
    • grindaizer 3/02/2011
      Et c'est reparti pour un tour, on repart exactement sur les mêmes remarques que vous avez faites précédemment ! je ne sais pas si vous lisez ce que j'écris, mais je suis sûr que vous ne faites aucun effort pour le comprendre.

      Donc, non je ne répondrais pas à votre dernière intervention, j'y ai déjà répondu... Je vous ai déjà expliqué qu'il y avait 2 FORMULES, la formule empirique et la formule théorique. Et c'est lorsqu'elles sont toutes les 2 en accord qu'on valide le modèle ! Donc sur ce point je vous snobe, il vous suffit de relire ce que j'ai écris dans les commentaires de l'autre article : http://www.knowtex.com/posts/l-expansion-terrestre-non-pas-une-theorie-mais-une-realite_17910/comments et cette fois ci vous lisez et vous faites l'effort de comprendre.

      Et donc je reviens à la charge :


      Voila je résume encore les mots clés pour être bien sûr de me faire comprendre :

      "Idée pas modèle
      arbitraire
      on peut le déformer comme on veut
      on peut toujours tout expliquer comme ça
      pas prédictif
      aucune réfutabilité
      aucun moyen de tester la validité du modèle

      Je répète encore une fois les mots encore plus clés :

      Idée
      arbitraire
      trop de liberté
      on peut faire ce qu'on veut
      ce n'est pas une théorie scientifique"

      Vous pouvez toujours tout expliquer avec idée parce que ça reste une idée générale, et que vous ne mettez aucune contrainte expérimentale dessus. Ce n'est pas prédictif, donc ce n'est pas une théorie...

      Je me demande lequel de vos mantras vous allez sortir cette fois pour ne pas réfléchir à ce que je vous demande !
    • R_Robert 3/02/2011
      @ grindaizer,
      Vous dites qu'il y a 2 FORMULES, une empirique et une théorique.
      Où puis-je trouver la théorie qui a amené à cette formule empirique ?

      Précisez la date du commentaire car ils sont nombreux, merci.
    • grindaizer 3/02/2011
      hormis le fait que c'est en filigrane dans quasiment tous mes postes, vous pouvez trouver ici :

      http://www.knowtex.com/posts/l-expansion-terrestre-non-pas-une-theorie-mais-une-realite_17910/comments/#comm3484
      http://www.knowtex.com/posts/l-expansion-terrestre-non-pas-une-theorie-mais-une-realite_17910/comments/#comm3559
      http://www.knowtex.com/posts/l-expansion-terrestre-non-pas-une-theorie-mais-une-realite_17910/comments/#comm3613

      La formule empirique est mesurée expérimentalement, la formule théorique est déduite du modèle théorique. Et j'insiste les deux n'ont absolument aucune raison d'être les mêmes. Sauf que quand c'est pareil, c'est là qu'on dit que le modèle est validé par l'expérience...

      Mais vous n'avez pas encore répondu sur l'excès de liberté de votre idée qui empêche d'en faire un modèle prédictible !!!
    • R_Robert 3/02/2011
      @ grindaizer,
      Je viens de relire vos posts et je peux vous faire la même remarque, vous ne lisez pas ce que j'écris.
      Nous ne parlons pas le même langage et j'ai tenté d'expliquer cette différence plus haut.

      La définition de la théorie sortie de Wikipédia :http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie
      En sciences, une théorie est un modèle ou un cadre de travail pour la compréhension de la nature et de l'humain. En physique, le terme de théorie désigne généralement le support mathématique, dérivé d'un petit ensemble de principes de base et d'équations, permettant de produire des prévisions expérimentales pour une catégorie donnée de systèmes physiques.

      La formule de Rydberg permet de prédire l'observation, OK.
      Autour du modèle de l'atome vous pouvez en déduire le passage d'un électron d'une couche à l'autre, ce qui permet, pour chaque atome, de trouver sa configuration sur la base du modèle de Bohr.
      Si cette formule vérifie la théorie qui dit qu'un électron émet un photon d'une certaine longueur d'onde en sautant d'une couche à l'autre, c'est grâce au modèle qui a été adapté en conséquence.
      Donc la formule vérifie le modèle avec l'hypothèse qu'un saut d'électron produise bien un photon !

      Le MAES n'essaye pas, dans les pages à disposition, d'expliquer les raies spectrales, il le fera dans un second volume.
      Le MAES est un modèle qui permet de façon formelle, car respectant des comportements mécaniques simples, de prédire la forme d'un atome ou d'une molécule.
      La formule de Rydberg lui est toujours applicable pour prédire l'observation des raies spectrales, seules les EXPLICATIONS lors de la transmission des Rayons lumineux changera.

      Les modèles quantique et de Bohr sont issues d'une multitudes d'hypothèses tout comme le MAES, il faut donc confronter toutes…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      Je viens de relire vos posts et je peux vous faire la même remarque, vous ne lisez pas ce que j'écris.
      Nous ne parlons pas le même langage et j'ai tenté d'expliquer cette différence plus haut.

      La définition de la théorie sortie de Wikipédia :http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie
      En sciences, une théorie est un modèle ou un cadre de travail pour la compréhension de la nature et de l'humain. En physique, le terme de théorie désigne généralement le support mathématique, dérivé d'un petit ensemble de principes de base et d'équations, permettant de produire des prévisions expérimentales pour une catégorie donnée de systèmes physiques.

      La formule de Rydberg permet de prédire l'observation, OK.
      Autour du modèle de l'atome vous pouvez en déduire le passage d'un électron d'une couche à l'autre, ce qui permet, pour chaque atome, de trouver sa configuration sur la base du modèle de Bohr.
      Si cette formule vérifie la théorie qui dit qu'un électron émet un photon d'une certaine longueur d'onde en sautant d'une couche à l'autre, c'est grâce au modèle qui a été adapté en conséquence.
      Donc la formule vérifie le modèle avec l'hypothèse qu'un saut d'électron produise bien un photon !

      Le MAES n'essaye pas, dans les pages à disposition, d'expliquer les raies spectrales, il le fera dans un second volume.
      Le MAES est un modèle qui permet de façon formelle, car respectant des comportements mécaniques simples, de prédire la forme d'un atome ou d'une molécule.
      La formule de Rydberg lui est toujours applicable pour prédire l'observation des raies spectrales, seules les EXPLICATIONS lors de la transmission des Rayons lumineux changera.

      Les modèles quantique et de Bohr sont issues d'une multitudes d'hypothèses tout comme le MAES, il faut donc confronter toutes ces hypothèses en regard des observations pour découvrir lequel est le plus proche de la réalité de l'atome.

      Ces explications montrent pourquoi je ne peut pas parler de l'excès de liberté qui le rendrait non prédictible. Ce modèle est la forme physique à très grande échelle de l'atome.
    • pepejul 3/02/2011
      C'est amusant de voir votre acuité à déceler les bourdes des gens qui vous écrivent (hé hé hé... j'ai écrit n'importe quoi, ça s'est vu ? :o) ) et de la comparer à votre aveuglement face à vos propres errances... En tout cas grâce à vous j'ai pu réviser mes bases de cinétique car il faut remonter au programme de première pour se mettre à votre niveau (et encore...) Merci pour ça ! :o)

      VOus connaissez la paille et la poutre ?

      Vous ne décelez même l'ironie des gens qui se moquent de vous (et je ne parle pas de mes messages) car, oui, les gens se moquent de vous... Il y a même des universités où il existe une "minute Roger Robert" où les gens se poilent en lisant vos propos...

      Que faudrait-il pour que vous admettiez vos erreurs ? Y a-t-il quelquechose qui pourrait vous faire douter ? Si la réponse à ces deux question est "rien" je maintiens mes propos : vous êtes un joyeux illuminé...
      La question a été posée plusieurs fois : quels diplomes avez-vous obtenus ? (je rappelle qu'un scientifique doit être validé par ses pairs pour pouvoir prétendre au titre de scientifique...)
      Avez-vous obtenu votre diplome d'aide laborantin à l'école intercantonale de Lausanne ? Avez-vous réellement suivi (et achevé brillament) des études d'ingénieur en mécanique ? Avez-vous un directeurs scientifique qui pourrait témoigner de la validité de vos "travaux" ?

      Allons nous avoir une réponse cette-fois çi ?
    • koeuf 3/02/2011
      "Ces explications montrent pourquoi je ne peut pas parler de l'excès de liberté qui le rendrait non prédictible. Ce modèle est la forme physique à très grande échelle de l'atome. "

      c'est magique, vous ne pouvez pas prouvez que votre idée est valable, donc vous n'en avez pas besoin !

      désolé, mais cela ne marche pas comme ça, moi personnellement, j'attends que vous me montriez quel fait, réèl, mesurable, observable, quantifiable, ne colle pas avec la théorie classique et marche avec le MAES.

      pour vous aider, je vous donne une idée de la réponse que vous alliez sans doute nous donner pour éviter le problème. Comme ça, c'est fait, vous n'avez lpus à le faire et vous pouvez ainsi vous contenter de vous confronter à la difficulté.

      " L'électron n'a jamais été observé et ne peut donc pas être considéré comme expliquant des choses comme l'électricité ou les changements d'états. A l'opposé, le MAES est bien plus clair et plus logique, il représente une vision de la physique nouvelle car non centrée sur de l'invisible et non basée sur de l'hypothétique. J'ai construit cette théorie à partir d'une logique simple qui ne peut que s'imposer si on se donne la pene de l'examiner. Les particules alpha peuvent donc être interprétées de façon très diféfrente à la lumière du MAES, non pas par des éléments du noyau, mais comme un rayonnement
    • R_Robert 3/02/2011
      @ koeuf,
      Vous semblez bien connaître le modèle planétaire de Bohr.
      Allez vous documenter sur le modèle quantique avec ces nuages électroniques et regardez ensuite le MAES.
    • koeuf 3/02/2011
      encore une fois, une pirouette. Vous avancez des idées (que j'ai lues, je le précise), vous prétendez qu'elles vont supplanter ce qui existe aujourd'hui, et vous ne donnez aucune preuve de cela.

      nous devons donc en déduire que vous n'en avez aucune
    • R_Robert 4/02/2011
      @ koeuf,
      Vous qui aimez le concret, les observations de terrain pour en déduire une certaine logique, ce n’est pas une pirouette de ma part de vous demander de considérer le modèle quantique, mais seulement de vous ouvrir les yeux et votre sens critique.
      Pourquoi et comment l’électron qui est une particule réelle dans le modèle de Bohr, devient-il un nuage immatériel dans le modèle quantique ?
      Pourquoi utiliser dans certains cas un modèle ou l’autre ?
      Pourquoi la physique a-t-elle besoin de 2 modèles ?
      Je ne désire pas noyer le poisson, je vous demande seulement de faire appel à votre logique et de voir si le doute ne peut pas également se porter sur notre connaissance actuelle.
    • R_Robert 4/02/2011
      @ pepejul,
      Pour une fois que votre intervention correspond à ce que j'attends de la part des intervenants, je trouve qu'il est inutile de la laisser sur mon blog, et qu'il est préférable de la partager ici sur Knowtex.
      Je reporte tous vos propos et y intercale mes commentaires entre parenthèses et débutant par mes initiales RR.

      PEPEJUL a écrit :

      Alors voilà, j’ai lu vos pages… attentivement et objectivement voici mes commentaires au fil de la lecture :
      - jusqu’à la page 18, des rappels plus ou moins précis des lois en vigueur et des principes de base sur l’atome et les molécules assortis de quelques petits commentaires moqueurs sur le vocabulaire technique.
      - page 19 : un éclair de lucidité : “Mais là, je m’égare un peu !”
      (RR : Dommage que vous sortiez toujours des phrases de leur contexte.)
      - page 20 : “Avec un jeu se composant d’aimants et de boules en acier,
      je fis quelques configurations de molécules.” voilà donc ce qui vous a pris 6 ans de dures recherches…. une modélisation bien hasardeuse
      - “Cette représentation des noyaux de la sorte est totalement fausse, mais le but de ce dessin n’est pas encore de voir une certaine forme de vérité mais de comprendre ce qui pourrait permettre une telle géométrie.” voilà des propos bien peu scientifiques…
      - “Mais ce concept fonctionne tellement bien pour d’autres molécules qu’il fallait que je trouve où se situait l’erreur.” pourquoi prendre justement l’exemple qui ne marche pas sans montrer aucun exemple probant d’autres molécules ?
      (RR : Vous n’auriez pas fait cette remarque si vous aviez lu la suite avant.)
      - page 21 : “”Nager entre deux eaux” : c’est mieux qu’uniquement survoler un thème sans pour autant prétendre l’avoir étudié en profondeur. C’est bien ce qu’on a compris : vous n’approfondissez pas.
      -…
      Afficher la suite @ pepejul,
      Pour une fois que votre intervention correspond à ce que j'attends de la part des intervenants, je trouve qu'il est inutile de la laisser sur mon blog, et qu'il est préférable de la partager ici sur Knowtex.
      Je reporte tous vos propos et y intercale mes commentaires entre parenthèses et débutant par mes initiales RR.

      PEPEJUL a écrit :

      Alors voilà, j’ai lu vos pages… attentivement et objectivement voici mes commentaires au fil de la lecture :
      - jusqu’à la page 18, des rappels plus ou moins précis des lois en vigueur et des principes de base sur l’atome et les molécules assortis de quelques petits commentaires moqueurs sur le vocabulaire technique.
      - page 19 : un éclair de lucidité : “Mais là, je m’égare un peu !”
      (RR : Dommage que vous sortiez toujours des phrases de leur contexte.)
      - page 20 : “Avec un jeu se composant d’aimants et de boules en acier,
      je fis quelques configurations de molécules.” voilà donc ce qui vous a pris 6 ans de dures recherches…. une modélisation bien hasardeuse
      - “Cette représentation des noyaux de la sorte est totalement fausse, mais le but de ce dessin n’est pas encore de voir une certaine forme de vérité mais de comprendre ce qui pourrait permettre une telle géométrie.” voilà des propos bien peu scientifiques…
      - “Mais ce concept fonctionne tellement bien pour d’autres molécules qu’il fallait que je trouve où se situait l’erreur.” pourquoi prendre justement l’exemple qui ne marche pas sans montrer aucun exemple probant d’autres molécules ?
      (RR : Vous n’auriez pas fait cette remarque si vous aviez lu la suite avant.)
      - page 21 : “”Nager entre deux eaux” : c’est mieux qu’uniquement survoler un thème sans pour autant prétendre l’avoir étudié en profondeur. C’est bien ce qu’on a compris : vous n’approfondissez pas.
      - “Je ne sais pas et aucune information sensée ne me permet de me convaincre qu’en vérité, cette grandeur est réellement issue de constats formels et irréprochables. Mon doute est tel que je suis convaincu que notre vision de la molécule d’eau est totalement fausse.” Vous ne savez rien mais vous êtes convaincu que c’est ça… belle rigueur scientifique en vérité
      (RR : Vous qui dites que la science avance en doutant toujours, vous êtes en contradiction.)
      - “Nous continuons nos investigations en admettant que cette forme géométrique caractérise une molécule d’eau” vous ne prouvez rien, vous imaginez puis vous admettez que c’est vrai… c’est de l’autosuggestion
      (RR : C’est ma démarche dans le livre de dialoguer avec le lecteur, de suivre le déroulement des réflexions et par la suite de démontrer que les hypothèses de départ son vérifiée.
      - page 22 : “je me sens conforté dans ma décision de vouloir revisiter cet atome.” pour l’instant il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dents à part quelques vagues idées…
      - “Mais mon entêtement à vouloir imaginer un tel comportement pour d’autres molécules m’a prouvé que ceci tenait la route si tous les acquis étaient mis de côté.” entêtement est le mot juste. Il n’y a ni raisonnement ni logique…
      (RR : C’est vous qui le dites.)
      - “La molécule d’azote (N2)…concrétisait toutes ces hypothèse” où sont les détails ? Les expériences ? Les résultats ? Vous nous dites ça sans le montrer…il faut vous croire sur parole ?
      (RR : Ces explications viendront dans un prochain volume. Je la mentionne car je l’ai déjà étudiée par contre ce premier livre est déjà très gros et présente principalement tout ce qui est en relation avec les fondements de nos théories.)
      - page 23 : “Dans ce chapitre, je ne prétends pas avoir découvert tous les secrets de l’atome.” vous étiez encore modeste à l’époque… maintenant vous prétendez carrément révolutionner la Science !
      - “je me tourne, dans un premier temps, vers cette particule en charge de véhiculer tout ce que nos sens perçoivent, c’est-à-dire l’électron.” d’où sortez-vous cette affirmation ?
      (RR : Une démarche scientifique est d’établir un modèle en évaluant la pertinence de toutes les hypothèses pour retenir celles qui répondent le mieux à toutes les observations. J’ai exploré ce MAES dans TOUTES les disciplines de la physique et par conséquent, j’en suis arrivé à la conclusion que nos sens ne sont pas, comme certains le prétendent, les vecteurs d’une illusion. Nos 5 sens nous délivrent des renseignements de notre environnement que nous interprétons en fonction de l’expérience acquise et qui est notre intelligence, notre sens critique de la réalité matérielle qui nous entoure.)
      -une représentation des forces de répulsion entre les électrons est inversée entre deux schémas… dans quel sens vont les flèches ??? voir ici : http://www.picdo.net/fichiers/2011/2/4/1c06c3b4-283a-4ba9-b25e-e7d29a9d0d7f_rogerobert01.jpg
      (RR : Qu’elle soit représentée dans un sens ou dans l’autre, une force est toujours compensée par une réaction. Dans le cas présent, est-ce la force ou la réaction, il n’y a aucune différence car laquelle est la force ? )
      -page 24 : “Je ne peux concevoir qu’une force puisse se transmettre à distance sans l’intermédiaire d’un support physique.” c’est votre conviction… elle n’a aucune valeur scientifique. Si l’on s’en tient aux observations de nos 5 sens on constate qu’un aimant attire de la limaille de fer sans l’intermédiaire d’un support physique…qu’on n’y croie ou pas, on le constate aisément !
      (RR : Si vous faites abstraction à l’air environnant, oui, il n’y a pas de support matériel, mais notre environnement n’est pas ainsi. Dans le « vide » c’est la même remarque, or le vide est, selon ce modèle, constitué d’électrons libres, l’éther, qui véhiculent, entre autre, les forces.)
      - “Cette énergie ne voyage pas et sa portée est limitée aux alentours du noyau. Elle n’est par
      conséquent, ni perceptible ni même utilisable.” des idées floues invérifiables…c’est tout ce que je trouve dans votre livre pour l’instant…
      (RR : Absolument pas, elles découlent de la logique des pages précédentes. Si l’électron est le vecteur de ce que nos sens perçoivent, ce qui se passe au niveau du noyau ne dépasse pas les bulles électroniques et devient de ce fait imperceptible.)
      - “j’estime”, “je sais que”,”la vision qui me semble”"J’imagine ce concept car il me semble que” : on est loin des preuves irréfutables annoncées à corps et à cris…
      (RR : C’est le cumul de toutes les hypothèses qui se vérifient qui, à la longue, délivre une vision de plus en plus formelle et représentative de notre environnement.)
      - “Tous les développements que j’ai entrepris autour de la thermique et du magnétisme me confortent dans cette voie. Mais par honnêteté, je vous avoue qu’à ce jour, tout n’est
      pas encore finalisé.” oui on a bien compris…en fait vous n’avez encore rien trouvé de convaincant et vous publiez un livre pour nous dire que bientôt vous trouverez…bla bla bla
      (RR : En avouant ceci, je veux seulement dire que le second tome des Sciences revisitées, n’est pas encore achevé et avec l’expérience du premier, si les grandes lignes sont connues, les petits détails peuvent m’entraîner dans des réflexions qui prennent du temps.)
      - “Après de multiples réflexions, j’en suis arrivé à la conclusion que je formule comme l’aurait fait Einstein” Modestie quand tu nous tiens…
      (RR : Et la suite ! Pourquoi ne pas montrer la formulation du même type qu’une faite par Einstein ? Vous ne la connaissez pas ?)
      - “les longs spaghettis d’énergie thermique” : wow ! ça c’est du modèle !
      (RR : Un nuage électronique ne semble pas vous poser de problème, or comme vous je dis : Waw ! ça c’est du modèle !)
      -”La force répulsive est issue du Faisceau thermique. Elle s’exerce lors du tournoiement de l’électron et engendre des fluctuations de l’intensité de la force donc des vibrations. En conclusion, les atomes vibrent.” Affirmation gratuite… ce n’est pas un livre scientifique c’est un évangile !
      (RR : Attendez le prochain volume et vous comprendrez l’importance de cette information.)

      Après je suis directement allé au chapitre sur l’Ether parce que c’est sur cela que portait ma question :
      -”Ces électrons se présentent comme une multitude de bulles sphériques en contact les unes contre les autres.” les bulles électroniques sont donc immenses ou alors le nombre d’électrons est phénoménal… laquelle de mes représentations schématiques de l’éther est en accord avec vos propos ? http://www.picdo.net/fichiers/2011/2/4/9e6259ba-dc85-46d6-bb95-936bb343b832_rogerobert02.jpg
      (RR : Vos 2 représentations sont correctes, tout dépend du facteur d’échelle utilisé.)
      Je reprendrai la lecture demain lorsque vous aurez répondu à cette question : d’après vous l’espace est constitué d’électrons reliés par leur bulle électronique crée par leur faisceau d’énergie qui tournoie autour d’eaux… j’ai bon ?
      (RR : Vous avez bon ! Avant de continuer la lecture, revenez sur les points que vous avez sauté. La suite se réfère à des détails expliqués précédemment et qui pourraient faire défaut.)
    • actarus 4/02/2011
      Il est tout à fait possible, et même souhaitable (sinon on ne parle plus de sciences), qu'un nouveau modèle de l'atome (ou en tout cas d'importantes améliorations du modèle actuel) émerge à l'avenir.
      Ce "nouveau modèle" expliquera peut-être de manière plus satisfaisante les "paradoxes" de la physique quantique.

      Mais :

      - je vous trouve très très très prétentieux quand vous affirmez que ce modèle sera le vôtre (le "MAES")

      - ce modèle "n'effacera" pas le modèle de Bohr, ni la physique quantique, de la même façon que le modèle de la relativité générale n'a pas rendu obsolète la physique newtonienne, alors même que les 2 modèles ne se ressemblent pas !
    • R_Robert 4/02/2011
      @ actarus,
      C'est peut-être très très très prétentieux de ma part de prétendre que le MAES remplacera les modèles actuels, mais tant que la science fera comme Microsoft à faire évoluer son produit sur des bases caduques, les avancées piétineront, stagneront, voire s'enliseront dans des utopies.

      Le MAES n'est pas un réaménagement de ce qui semble marcher, mais une étude profonde de l'atome dans toutes les disciplines de la physique et en mettant le doigt sur toutes les hypothèses de départ, qui avec le temps se sont converties en certitudes.
      Si chacun essaie de confronter dans sa branche les modèles actuels et le MAES, avec toutes ses imbrications (éther, vecteur de l'électricité et de la lumière, etc.), les conclusions risquent de surprendre car le MAES fonctionne toujours sans le moindre artifice.

      C'est cette forme de critique du MAES que j'attends de votre part et non pas un refus catégorique sous prétexte que tout fonctionne ainsi. Remettre à plat toute notre connaissance est très difficile, je le sais, je suis passé par là sans savoir où tout cela m'entrainait.
      Vous avez la chance de trouver toute cette démarche écrite d'une façon simple.
    • pepejul 4/02/2011
      " laquelle de mes représentations schématiques de l’éther est en accord avec vos propos ? http://www.picdo.net/fichiers/2011/2/4/9e6259ba-dc85-46d6-bb95-936bb343b832_rogerobert02.jpg
      (RR : Vos 2 représentations sont correctes, tout dépend du facteur d’échelle utilisé.)"

      non pas du tout car les électrons sont représenté de la même taille sur mes deux schémas.... manifestement vous n'êtes pas très familier avec les règles de schématisation :

      "(RR : Qu’elle soit représentée dans un sens ou dans l’autre, une force est toujours compensée par une réaction. Dans le cas présent, est-ce la force ou la réaction, il n’y a aucune différence car laquelle est la force ? " C'est avec de telles approximations que vous glissez de l'idée vague à la certitude, de la certitude à la Vérité absolue, et de la Vérité absoule à l'idée vague suivante...

      J'ai passé plus d'une heure à lire vos pages... j'y ai trouvé des affirmations gratuites, des schémas compliqués mais peu précis, des approximations et des incertitudes... aucune preuve, aucune démarche réellement scientifique, des promesses de grande découverte dans le prochain livre, des déductions hasardeuses, des convictions tenaces mais non étayées, des modèles divers et variés mais pas très cohérents entre eux... en bref beaucoup de mots pour ne pas dire grand chose !

      Vous vouliez qu'on lise on a lu... Vous vouliez qu'on évalue, on a évalué... ce n'est pas une théorie ni même un modèle recevable par la communauté scientifique : ce n'est pas scientifique...

      Je sais vous allez me répondre que je dois TOUT lire de vous et que VOUS allez révolutionner le monde scientifique... mais non...vous n'allez rien révolutionner du tout... vous allez digérer votre frustration en continuant à cracher sur la science qui ne veut pas de vos charabiages....

      Allez…
      Afficher la suite " laquelle de mes représentations schématiques de l’éther est en accord avec vos propos ? http://www.picdo.net/fichiers/2011/2/4/9e6259ba-dc85-46d6-bb95-936bb343b832_rogerobert02.jpg
      (RR : Vos 2 représentations sont correctes, tout dépend du facteur d’échelle utilisé.)"

      non pas du tout car les électrons sont représenté de la même taille sur mes deux schémas.... manifestement vous n'êtes pas très familier avec les règles de schématisation :

      "(RR : Qu’elle soit représentée dans un sens ou dans l’autre, une force est toujours compensée par une réaction. Dans le cas présent, est-ce la force ou la réaction, il n’y a aucune différence car laquelle est la force ? " C'est avec de telles approximations que vous glissez de l'idée vague à la certitude, de la certitude à la Vérité absolue, et de la Vérité absoule à l'idée vague suivante...

      J'ai passé plus d'une heure à lire vos pages... j'y ai trouvé des affirmations gratuites, des schémas compliqués mais peu précis, des approximations et des incertitudes... aucune preuve, aucune démarche réellement scientifique, des promesses de grande découverte dans le prochain livre, des déductions hasardeuses, des convictions tenaces mais non étayées, des modèles divers et variés mais pas très cohérents entre eux... en bref beaucoup de mots pour ne pas dire grand chose !

      Vous vouliez qu'on lise on a lu... Vous vouliez qu'on évalue, on a évalué... ce n'est pas une théorie ni même un modèle recevable par la communauté scientifique : ce n'est pas scientifique...

      Je sais vous allez me répondre que je dois TOUT lire de vous et que VOUS allez révolutionner le monde scientifique... mais non...vous n'allez rien révolutionner du tout... vous allez digérer votre frustration en continuant à cracher sur la science qui ne veut pas de vos charabiages....

      Allez on repart pour un tour allez-y , pour une fois que vous avez des gens qui prennent le temps de vous écouter !
    • pepejul 4/02/2011
      un espace bourré d'électrons... mais alors quelle masse cela doit représenter...des électrons collés les uns aux autres (tiens ? ils ne se repoussent plus ?)

      Mais si l'espcae est si tout plein d'électrons il doit alors conduire FORTEMENT le courant électrique non ? J'ai encore bon là ?
    • R_Robert 4/02/2011
      @ pepejul,
      Vous critiquez ma démarche peu scientifique, mais quelle démarche hautement scientifique les autres ont faite pour établir, non pas un seul et unique modèle mais deux ?
      Exactement la même que la mienne !!!

      Ils ont interprété les phénomènes autour de leurs modèles en partant d'hypothèses. Mais la seule différence, c'est qu'ils se sont enfermés dans ces hypothèses et n'ont jamais voulu repartir à zéro comme je l'ai fait.

      Quelle est la "masse" de tous les électrons de l'Univers, je connais la réponse, mais pour cela il faudra lire la suite sur le champ de pesanteur.
      L'éther conduit l'électricité mais de façon moindre, comme l'ont observé les spationautes. Vous avez pas entièrement bon, ce coup là.
      Votre démarche est encore très agressive, mais bien plus constructive. Bravo !
    • R_Robert 4/02/2011
      @ pepejul,
      Pourquoi le MAES est-il irrecevable par la communauté scientifique ?
    • koeuf 4/02/2011
      "Vous qui aimez le concret, les observations de terrain pour en déduire une certaine logique, ce n’est pas une pirouette de ma part de vous demander de considérer le modèle quantique, mais seulement de vous ouvrir les yeux et votre sens critique.
      Pourquoi et comment l’électron qui est une particule réelle dans le modèle de Bohr, devient-il un nuage immatériel dans le modèle quantique ? Pourquoi utiliser dans certains cas un modèle ou l’autre ?
      Pourquoi la physique a-t-elle besoin de 2 modèles ?
      Je ne désire pas noyer le poisson, je vous demande seulement de faire appel à votre logique et de voir si le doute ne peut pas également se porter sur notre connaissance actuelle. "

      nouvelle stratégie d'évitement :
      1- je vous demande quels faits concrets remettent en cause le modèle de Bohr
      2- vous êtes de toute évidence incapable de me les fournir (ce serait fait depuis un moment sinon)*
      3- vous retournez le problème en me demandant la même chose sur le modèle classique

      je le répète, c'est à vous de fournir cette preuve, pas à moi
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Si je vous pose ces questions c'est pour que de vous même vous vous rendiez compte que le modèle de Bohr est souvent pris en défaut par rapport au MAES.
      Toutes les preuves que vous demandez sont dans les pages de mon livre, qui sont à disposition. Je ne vais tout de même pas tout réécrire ici.
      Ce n'est pas une stratégie d'évitement que de vous demandez de porter votre critique sur deux hypothèses. Une première qui a besoin de 2 modèles atomiques pour répondre à certaines observations et une seconde qui est le MAES qui se contente d'une forme pour répondre à bien plus de phénomènes observables à l'œil nu.
      Que vous soyez critique c'est bien, mais soyez objectif dans vos critiques.
    • koeuf 5/02/2011
      Je suis objectif, je n'ai vu aucune preuve dans votre livre, mais seulement des réflexions théoriques. je ne vous demande pas de tout réécrire, seulement de m'indiquer les pages et paragraphes où ces preuves sont présentées.
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Le modèle de Bohr a été établi par la même démarche que j'ai faite.
      En fonction des observations expérimentales il a été envisagé qu'une particule chargée électriquement était présente dans l'atome, cette particule est l'électron. Nous présumons qu'elle est là, mais n'avons aucun moyen de la voir directement. Nous supposons que c'est elle, en se déplaçant, qui est mesurable avec nos instruments, mais ceci reste une supposition.

      Nous savons maintenant qu'une molécule possède une géométrie particulière et pour expliquer cela, un second modèle quantique vient le compléter. Mais dans les deux modèles l'électron ou le nuage électronique restent ces entités qui possèdent une charge électrique.
      Ces modèles ne peuvent pas expliquer l'électronisation (la mise en commun d'électron) car une molécule ne serait plus électriquement neutre. Or, en regardant l'atome avec le MAES, toutes les observations doivent être réinterprétées en fonction de toutes ces hypothèses.
      L'électron n'est plus une charge électrique mais le support qui véhicule les Rayons électriques et lumineux.
      De ce nouveau modèle nous en déduisons qu'une molécule possède des liens physiques entre les atomes, ce qui explique la difficulté à les synthétiser et les caractéristiques particulières qu'elles offrent à différents niveaux.

      Au niveau lumineux, l'atome de Bohr prétend qu'un photon est émis lors du saut d'un électron d'une couche à l'autre. Pourquoi tous les observateurs qui regardent dans cette direction voient le même phénomène? Les photons vont-ils dans toutes les directions ? Alors l'électron devrait expulser des photons tout azimut ???
      Les explications sur la lumière ne sont pas claires avec ces photons, tandis qu'avec le MAES elles deviennent simples et plausibles.

      Au niveau de la chaleur,…
      Afficher la suite @ koeuf,
      Le modèle de Bohr a été établi par la même démarche que j'ai faite.
      En fonction des observations expérimentales il a été envisagé qu'une particule chargée électriquement était présente dans l'atome, cette particule est l'électron. Nous présumons qu'elle est là, mais n'avons aucun moyen de la voir directement. Nous supposons que c'est elle, en se déplaçant, qui est mesurable avec nos instruments, mais ceci reste une supposition.

      Nous savons maintenant qu'une molécule possède une géométrie particulière et pour expliquer cela, un second modèle quantique vient le compléter. Mais dans les deux modèles l'électron ou le nuage électronique restent ces entités qui possèdent une charge électrique.
      Ces modèles ne peuvent pas expliquer l'électronisation (la mise en commun d'électron) car une molécule ne serait plus électriquement neutre. Or, en regardant l'atome avec le MAES, toutes les observations doivent être réinterprétées en fonction de toutes ces hypothèses.
      L'électron n'est plus une charge électrique mais le support qui véhicule les Rayons électriques et lumineux.
      De ce nouveau modèle nous en déduisons qu'une molécule possède des liens physiques entre les atomes, ce qui explique la difficulté à les synthétiser et les caractéristiques particulières qu'elles offrent à différents niveaux.

      Au niveau lumineux, l'atome de Bohr prétend qu'un photon est émis lors du saut d'un électron d'une couche à l'autre. Pourquoi tous les observateurs qui regardent dans cette direction voient le même phénomène? Les photons vont-ils dans toutes les directions ? Alors l'électron devrait expulser des photons tout azimut ???
      Les explications sur la lumière ne sont pas claires avec ces photons, tandis qu'avec le MAES elles deviennent simples et plausibles.

      Au niveau de la chaleur, nous disons que c'est une agitation de la matière !!! Le MAES fait le lien entre la chaleur et le rayonnement lumineux. Phénomènes que nous observons avec nos caméras thermiques.
      La chaleur modifie la taille des bulles électroniques et explique ces changements d'états de la matière. États de la matière clairement différenciés et expliqués avec le MAES, qui ne le sont actuellement pas avec le modèle de Bohr.

      Au niveau du magnétisme, nous savons qu’il se propage dans le "vide", sans le moindre support physique. Ceci peut être la source de toutes sortes de dérives étant donné le mystère qui entoure ce phénomène. Avec le MAES, les phénomènes magnétiques se propagent de proche en proche auprès d’éléments physiquement réels. Le mystère disparaît et les explications deviennent cohérentes.

      Au niveau mécanique, l’éther explique le phénomène qui fait qu’une entité possède un poids lorsqu’elle est immobile au sein d’un champ de pesanteur.

      Le preuves que le MAES répond à davantage d’observations que les autres modèles et les explications sont un peu partout sur les pages et dans le livre.
    • koeuf 5/02/2011
      quand vous ne voulez pas comprendre, vous êtes très fort,

      je me moque de vos explications théoriques, ce que j'attends, ce sont des vérifications pratiques réelles.
    • koeuf 5/02/2011
      et sur ces points vous êtes sec, tout comme vous l'avez été concernant la théorie de l'expansion terrestre. Les sciences, ce n'est pas seulement rester sur un fauteuil à bâtir des explications, c'est également mettre en doute ses idées et chercher à les vérifier. Vous enlevez toute notion de doute à vos idées, vous nous demandez de les accepter telle quelle, et vous refuser toute démarche de vérification expérimentale.
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Je ne vous comprends pas !
      Mes explications théoriques sont les mêmes que tous les scientifiques formulent à partir d'un modèle. La seule différence est que mes explications permettent de comprendre des observations pratiques, réelles et vérifiées visuellement par tous, surtout en relation avec l'équibullage dans les zones d'interfaces.
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Vous dites que je veux vous imposer un modèle ! C'est faux, je vous demande d'avoir une démarche scientifique en confrontant les hypothèses actuelles avec une nouvelle hypothèse, je vous demande de confronter les 2 modèles de l'atome avec le MAES.
      Je n'ai pas besoin d'expérience particulière, elles sont toutes disponibles. Je n'ai pas besoin d'aller mesurer la conductivité électrique du vide spatial, les spationautes l'ont déjà fait, les résultats sont à disposition.

      Je ne suis pas un spécialiste dans une discipline particulière et c’est là toute ma force. Mon esprit n’était pas entravé par des acquis indélébiles. J’ai réussi, après plus d’une année de confrontation de modèles de toutes sortes, de trouver celui qui répondait le mieux, dans toutes les disciplines de la physique. Et c’est ce résultat que je vous propose.
      Les effets du MAES se sont, par la suite, imposés au niveau de la mécanique en mettant à mal la force de gravitation de Newton, mais par contre ce modèle a donné des explications différentes et fort simples.
    • actarus 5/02/2011
      "confrontant les hypothèses actuelles avec une nouvelle hypothèse"

      On confronte les hypothèses à des résultats expérimentaux.
    • koeuf 5/02/2011
      Bon je laisse tomber, vous refusez toute validation expérimentale de vos idées, vous vous sortez donc de vous-même du champ de la science. Inutile de chercher à vous convaincre, vous ne raisonnez pas en scientifique, et n'êtes donc pas réceptif aux obligations d'un scientifique. Le débat (ou plutôt son absence) est le même que contre les créationnistes. Vous n'en avez pas les croyances, mais vous en avez les méthodes.

      je laisse les lecteurs juger par eux-même de votre démarche. j'espère que mes posts et ceux de tous les autres intervenants de ce fil les aideront à voir clair et à ne pas se laisser berner par votre discours sur la "simplicité de vos explications"
    • R_Robert 5/02/2011
      @ actarus,
      Vous avez pertinemment compris ce que je voulais dire.
      On confronte une hypothèse à des résultats expérimentaux et par la suite on confronte une autre hypothèse à ces mêmes résultats.
      De ces confrontations on trouve celle qui s'accorde le mieux.
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Très bien, au revoir.
      Vous ne lisiez pas ce que j'écrivais et reveniez sans cesse sur des points dont vous aviez la réponse. Mon attitude est claire et limpide.
    • pepejul 5/02/2011
      ce qui est limpide c'est que VOUS N'AVEZ RIEN DECOUVERT DU TOUT ET QUE LES SCIENTIFIQUES TROUVENT VOTRE "TRAVAIL" INSIGNIFIANT ET RIDICULE...

      voilà où est la simplicité...
    • koeuf 5/02/2011
      j'ai lu
      je n'avais pas la réponse à ces points, vous ne me l'avez pas donnée car vous ne l'avez pas non plus
      votre attitude est effectivement claire et limpide : non scientifique voire malhonnête
    • R_Robert 5/02/2011
      @ pepejul,
      Pour qu'un scientifique puisse juger d'un travail, il faut au moins qu'il est pris la peine de le lire intégralement.
      S'il se prononce sans avoir effectué cette démarche c'est qu'il refuse d'émettre le moindre doute de sa connaissance et s'il ne doute jamais, il ne fera pas avancer la science...
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Si vous revenez au débat, ne partez pas dans la vulgarité avec vos propos !
      A part cela, je n'ai pas compris le sens de votre remarque.
    • R_Robert 5/02/2011
      Pour en revenir au Modèle de l'Atome à Électrons Statiques, je voulais savoir ce que vous pensiez de toutes les explications relatives aux interfaces et faisant intervenir l'équibullage ?
    • R_Robert 5/02/2011
      Que pensez-vous du concept de la bulle électronique engendrée par le Faisceaux thermique et du tournoiement de l'électron ?
      Que pensez-vous de cette énergie thermique contenue dans ce Faisceaux ?
      Que vous suggèrent ces Rayons lumineux qui se transfèrent de proche en proche, d'électron à électron ?
    • R_Robert 5/02/2011
      Croyez-vous que je sois dans le faux lorsque je prétends que les conclusions apportées au mouvement brownien sont erronées, que les molécules d'un gaz ne sont pas distantes et ne s'entrechoquent pas ?
    • koeuf 5/02/2011
      je ne vois pas ce qui est vulgaire dans ce que j'ai dit, quand au sens de ma remarque, il est logique que vous ne la compreniez pas au vu de votre démarche. je vais tâcher de faire très simple :

      - Mr Robert avance une idée sur l'atome

      - Mr koeuf lit cette idée et se demande si elle peut être vraie

      - Mr koeuf demande alors à mr Robert comment il peut montrer que cette idée est vraie

      - Mr Robert n'a jamais cherché à prouver que son idée est juste et n'a pas réfléchi non plus à comment il pourrait faire

      - Mr robert est donc incapable de répondre à mr brunet
    • R_Robert 5/02/2011
      Formulez des critiques autour de ce que j'ai écrit et non pas sous le prétexte que mes idées sont irrecevables parce que personne ne veut émettre le moindre doute sur la validité de celles qui prévalent.
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      La mauvaise foi s'est emparée de vous !
      Relisez mes commentaires, vous avez toutes les réponses.
    • koeuf 5/02/2011
      je vous met au défi de me citer une seule preuve expérimentale de votre MAES, que ce soit par un lien vers un commentaire que vous avez fait ou une page de votre article. Nous verrons qui est de mauvaise foi.
    • koeuf 5/02/2011
      Nous formulons des critiques sur ce que vous écrivez quand nous pointons les erreurs de votre démarche.
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Je vous ai dit que les scientifiques ont établi les premiers modèles atomiques non pas par une expérience, mais en adaptant les observations au modèle le plus approprié. De ce fait, ils sont arrivés à la configuration planétaire de Bohr. Par la suite d'autres observations les ont obligé à trouver un second modèle dans lequel les électrons se sont transformés en nuage.
      Le MAES a été établi avec la même démarche, il permet d'expliquer les observations de toutes les expériences et autres phénomènes naturels. Le sel dans l'eau est une de ces expériences.
      Si vous attendez que je vous donne une photo d'un atome, alors demandez d'abord aux physiciens de vous en procurez une.
    • koeuf 5/02/2011
      ajoutons à votre texte que le modèle final a donné lieu à des vérifications expérimentales de conséquences prédictives.

      Très bien, je vous remercie, votre réponse montre de façon limpide qui est de mauvaise foi
    • R_Robert 5/02/2011
      @ koeuf,
      Vous voulez parler des formules qui donnent entre autre les raies spectrales.
      Ces formules n'ont aucun lien avec le modèle, elles sont issues de l'observation et le modèle a été bâti en conséquence selon l'idée qu'un photon est émis en sautant d'une orbite à l'autre, dans le modèle de Bohr et non pas dans le modèle quantique qui est totalement différent.
    • koeuf 5/02/2011
      Dans un saladier, verser la farine et les oeufs. Puis progressivement ajoutez le lait tout en mélangeant avec votre fouet.
      Ajoutez le sucre vanillé, la pincée de sel. Laissez reposer la pâte à crêpe si possible une heure.Faites chauffer une poêle, une fois chaude, versez un peu de beurre pour graisser la poêle. Versez une demi-louche de votre pâte à crêpe et faites cuire 1 à 2 minutes par face.
    • R_Robert 5/02/2011
      Je suis désolé, mais un match de rugby m'attend (France - Écosse)
      Je ne sais si je pourrais revenir demain. Pour l'instant je vous laisse chercher des réponses aux questions que j'ai préalablement posées et que je rappelles. Koeuf, ne partez pas dans le ridicule.
      - Pour en revenir au Modèle de l'Atome à Électrons Statiques, je voulais savoir ce que vous pensiez de toutes les explications relatives aux interfaces et faisant intervenir l'équibullage ?
      - Que pensez-vous du concept de la bulle électronique engendrée par le Faisceaux thermique et le tournoiement de l'électron ?
      - Que pensez-vous de cette énergie thermique contenue dans ce Faisceaux ?
      - Que vous suggèrent ces Rayons lumineux qui se transfèrent de proche en proche, d'électron à électron ?
      - Apercevez-vous les incidences que peuvent présenter le lien entre le Rayon lumineux et le Faisceaux thermique dans les explications du rayonnement thermique ?
      - Croyez-vous que je sois dans le faux lorsque je prétends que les conclusions apportées au mouvement brownien sont erronées, que les molécules d'un gaz ne sont pas distantes et ne s'entrechoquent pas ?
      Formulez des critiques sur le fond et non pas sur la forme.
    • koeuf 5/02/2011
      ma réponse n'a pas d'autre but que de vous faire comprendre ce que c'est que de poser une question et de voire invariablement la personne répondre à coté;
    • koeuf 5/02/2011
      et la forme est fondamentale, que penser d'une personne qui refuse de penser que son idée puisse être fausse, qui refuse de soumettre ses idées à une validation expérimentale, qui refuse d'admettre qu'il n'a aucune preuve expérimentale pour douter des théories classiques.

      Si une personne me dit : lisez mes idées, voyez comme elles sont logiques, elles ne peuvent donc qu'être vraies et il est inutile de chercher à vérifier leur véracité, je suis très inquiet sur le contenu à proposer.

      il est donc inutile de revenir à la théorie du MAES, elle n'a rien de scientifique, son seul intérêt, comme je le disais, est de fournir un bon support pour développer l'esprit critique de mes élèves.
    • pepejul 6/02/2011
      Tout le monde sait qu'un état de santé dégradé représente une circonvolution des affects à l'état brut et faire savoir que le voyage astral est une cognitivité se constituant à l'échelle des quarks.

      Cela est donc une preuve irréfutable que la biosphère ou la mécanosphère, accrochées sur cette planète, focalisent un point de vue d'espace de temps et d'énergie, elles tracent un angle de constitution de notre galaxie
    • pepejul 6/02/2011
      J'invite tout le monde à lire ce petit article salutaire : http://www.charlatans.info/theorie_charlatanesque.shtml

      Je cite un passage sur les caractéristiques communes à toutes les charlataneries : "Une révolution sans support : Une théorie devient plus spécialement suspecte quand, en plus de souffrir des imperfections précédentes, elle entre directement en conflit avec une théorie vérifiée. L'exemple, de nouveau, de la théorie homéopathique des dilutions est caractéristique, car si cette dernière est vraie, il s'agirait d'une véritable révolution en chimie et en biologie qui rendrait celle de la fusion froide ridicule à côté ! Mais ses preuves restent beaucoup trop indirectes, trop superficielles et trop instables, pour parvenir à une telle révolution malgré les deux siècles de recherche à son sujet."

      Donc je le répète, M.Robert vous êtes un charlatan de pure souche et parmi les pires : les charlatans qui croient eux-même en leur délire...
    • R_Robert 7/02/2011
      Une fois de plus, vous vous défaussez, vous évitez d'entrer dans le débat, vous ne daignez pas vous prononcer sur les reproches à formuler contre le MAES.
      Vous vous prétendez être scientifiques et n'en faites pas la démarche. Dès le départ vous êtes partis avec une attitude réfractaire à tout changement. Vous développez un complexe face aux physiciens de l'atome parce que vous ne les comprenez pas. Vous ne les comprenez pas car ils n'expliquent plus rien et se réfugient derrière leurs formules mathématiques qu'ils qualifient de théories. D'un modèle de l'atome faux, ils interprètent leurs expériences en considérant exclusivement le noyau de l'atome. Avec leurs sciences nucléaires ils sont partis dans une dérive infernale et ne veulent surtout pas voir et entendre parler du MAES, car ce serait l'aveu de ces erreurs dans lesquelles ils se sont enfermés.
      Je ne suis pas un charlatan et toutes les explications données autour des phénomènes rencontrés au niveau des interfaces sont à considérer comme des expériences que les autres modèles sont incapables d'expliquer.
      Regardez ce qu'offre le MAES en comparaison aux autres modèles et vous vous rendrez compte que vous êtes face à une avancée scientifique majeure. C'est en toute humilité que je le dis, mais ceci se vérifiera au vu de tous les tenants et aboutissants de cette nouvelle vision de l'atome.
      Essayez de répondre à mes questions en faisant l'effort de relire les pages avec une attitude critique et non pas bornée.
      Cessez de polluer cette conversation par des propos discourtois et exprimez-vous sur le fond de cet article, c'est-à-dire le MAES.
    • koeuf 7/02/2011
      Quelle est selon vous la démarche d'un scientifique ?
    • pepejul 7/02/2011
      Cette affirmation n'engage que vous : "Je ne suis pas un charlatan et toutes les explications données autour des phénomènes rencontrés au niveau des interfaces sont à considérer comme des expériences que les autres modèles sont incapables d'expliquer" et il faudrait qu'elle soit confirmée par plusieurs scientifiques reconnus pour être valide...or, tous ont évalué votre idée comme une foutaise.

      Votre raisonnement est IDENTIQUE à celui de tous les autres pseudo-scientifiques... ouvrez les yeux !
    • R_Robert 7/02/2011
      @ koeuf,
      La démarche scientifique, au niveau de la définition d'un modèle atomique en particulier, est d'évaluer les hypothèses en rapport des observations qui ne suscitent aucune contestation.
      Les modèles de Bohr et quantique sont le fruit d'une multitude d'hypothèses. Par exemples : l'électron possède une charge électrique, un photon est émis lors d'un saut d'une orbite à l'autre, l'électron se transforme en nuage pour simuler une immobilité, etc.
      Dans le MAES, l'électron est le vecteur de Rayons électrique et lumineux, il est statique et se maintient à distance par le concept de bulle électronique qui caractérise l'état thermique, il met en évidence l'éther, le principe d'équibullage permet l'interprétation des phénomènes à l'interface, etc.
      La démarche scientifique est donc de comparer les avantages et les inconvénients d'un modèle par rapport à l'autre et de trouver celui qui semble se rapprocher au plus près de l'atome.
      Il est sûr que le MAES remet en cause certains principes, comme par exemples l'électricité, la lumière, le magnétisme et la thermique. Mais les modèles actuels répondent-ils à ces observations ?
      Si dans cette démarche nous regardons comment les modèles actuels permettent d'interpréter ces phénomènes, nous constatons qu'ils ne donnent aucune réponse précise.
      C'est pour cela qu'il faut être objectif dans la critique en adoptant une même attitude face à ces deux concepts.
    • R_Robert 7/02/2011
      @ pepejul,
      C'est à vous d'ouvrir les yeux. Aucun scientifique n'a encore évalué mon modèle dans une démarche objective.
      Grindaizer l'a tout bonnement rejeté sans argumentation valable. Sa formule chiffrée n'est pas en relation avec un modèle mais sur la base des observations.
      Les pseudo-scientifiques basent leurs explications autour d'informations invérifiables tandis que de mon côté TOUT est vérifiable.
    • koeuf 7/02/2011
      Vous oubliez une notion clé dans la démarche, la réfutabilité.

      vous prétendez que tout est vérifiable sur votre idée, mais ne proposez rien

      vous n'avez jamais répondu sur les expériences qui réfuteraient le modèle classique
    • R_Robert 7/02/2011
      @ koeuf,
      Je croirais entendre notre physicien.
      Tout ce qui est expliqué avec le MAES et non pas avec les DEUX modèles actuels montrent la réfutabilité de ces concepts.
      Avec le ou les modèles actuels, l'électricité ne peut pas passer au travers de la matière, or le calcul d'une résistance électrique montre qu'il faut tenir compte de la section du conducteur. La liste est très longue.
    • actarus 7/02/2011
      > "Avec le ou les modèles actuels, l'électricité ne peut pas passer au travers de la matière, or le calcul d'une résistance électrique montre qu'il faut tenir compte de la section du conducteur."

      Vous voyez des problèmes là où il n'y en a pas.
    • R_Robert 7/02/2011
      @ actarus,
      Alors expliquez-moi comment les électrons se déplacent !
    • pepejul 7/02/2011
      ...et vous expliquez nous comment un espace constitué d'électrons contigus en contact par leur bulle électronique peut exister...

      Vous confondez affirmation et raisonnement,
      Vous confondez hypothèse et preuve
      vous confondez certitude et réflexion
      vous confondez délire et travail
      vous confondez expérience et hypothèse
      vous confondez Science et bidouillage...
    • pepejul 7/02/2011
      Et vous confondez surtout les limites de votre jugement et de votre raisonnement avec les capacités de compréhension et d'explication des vrais scientifiques....si vous ne comprenez pas quand un scientifique parle ce n'est pas forcément parcequ'il se trompe mais sûrement parceque vous n'avez pas la CAPACITE de comprendre (manque de base, manque de connaissances, manque de culture, manque de vocabulaire...)

      Vous n'êtes pas le mètre étalon de la compréhension humaine...
    • R_Robert 7/02/2011
      @ pepejul,
      C'est tout simple, lorsque vous expliquez simplement, clairement et dans une parfaite logique toutes les observations du quotidien, vous arrivez à la conclusion que le MAES est le modèle de l'atome.
      Sur cette base, l'observation des étoiles ne peut venir que via ce milieu qu'est l'éther.
      De plus, ce fluide explique cette force qu'est le poids, sans faire intervenir une hypothétique force gravitationnelle encore impossible à comprendre.

      Je ne confond rien dans ma démarche, c'est la démarche scientifique actuelle qui n'a plus su remettre sur l'ouvrage ces acquis qui ne se vérifient plus avec nos progrès et pour lesquels nous avons établi un deuxième modèle de l'atome.

      Vous êtes très mal placé pour juger mes capacités intellectuelles, vos coquilles en sont une preuve..
    • actarus 7/02/2011
      Sérieusement, vous ne voulez pas que je vous explique comment les électrons se déplacent dans un conducteur ? Les électrons qui se déplacent d'atome en atome, ça vous pose problème ?

      Et vous ne comprenez pas pourquoi une autoroute offre moins de résistance au déplacement qu'un chemin vicinal ?

      Sachez que dans notre discipline des déplacements d'électrons de transporteur en transporteur c'est la base d'une grande partie du métabolisme respiratoire. Et ça ne choque aucun biologiste.
    • R_Robert 7/02/2011
      @ actarus,
      Si, justement j'aimerais des explications simples et logiques en sachant que dans le solide tous les atomes sont accolés ensemble et que deux électrons de même polarité se repoussent.
      Pour le reste, je pense que ce ne sont pas des exemples analogues.
    • actarus 7/02/2011
      Accolés ensemble ?

      Mais arrêtez de prendre les physiciens et les chimistes pour des niais qui seraient passé à coté de l'évidence pendant des décennies !

      Si les atomes sont "accolés", cela prend en compte leur rayon de van der waals, qui lui même est justement déterminé par les forces de répulsion de leurs nuages électroniques.

      Tout ça s'explique fort bien avec le modèle actuel !
    • R_Robert 7/02/2011
      @ actarus,
      Je présume que vous présentez à vos élèves uniquement le modèle de Bohr, et pour expliquer le courant électrique vous parlez de particules qui se sont soudainement changées en ondes. Vos explications n'en sont pas !

      Oui, les physiciens et les chimistes sont dans l'erreur, parce qu'ils n'ont pas oser remettre en cause certaines idées bancales. Le modèle quantique n'est qu'un plâtre sur une jambe de bois.
    • actarus 7/02/2011
      J'enseigne les sciences de la vie et de la Terre.
    • actarus 7/02/2011
      Vous savez, cet enseignement qui étudie des choses que vous niez, comme la tectonique des plaques ...
    • R_Robert 7/02/2011
      @ actarus,
      Comparez le MAES avec nos modèles actuels et vous comprendrez la simplicité des explications que vous pourrez, un jour, donner à vos élèves.
    • R_Robert 7/02/2011
      @ actarus,
      Je nie la vision que la science tente de nous expliquer les choses, car je n'ai jamais obtenu des réponses satisfaisantes à mes questions.
      J'ai cherché pourquoi je ne les comprenais pas et c'est ainsi qu'avec beaucoup d'acharnement j'en ai déduit ce MAES.
      Modèle qui donne des RÉPONSES bien au-delà de la physique et la chimie.
    • R_Robert 7/02/2011
      Je sais que mes propos heurtent, qu'ils dérangent car je ne suis personne et malgré cela je viens avec des idées qui, si nous les regardons attentivement, semblent proposer une nouvelle vision simple et cohérente de la nature.

      Le jour où les scientifiques les regarderont dans leur ensemble, ils s'apercevront que nous sommes à une date historique de la connaissance humaine. C'est prétentieux de ma part, mais je connais la portée exacte de toutes ces découvertes.
    • Zelle 7/02/2011
      "Je nie la vision que la science tente de nous expliquer les choses"
      " je ne les comprenais pas" "avec beaucoup d'acharnement" " j'en ai déduit ce MAES."


      Vous niez surtout la science tout court et vous faites vos petits bidouillages dans votre coin oui !

      (note : la raison pour laquelle vous ne comprenez pas les réponses qu'il vous ont été fourni se trouve 10 posts plus haut, regardez ce que dit Pepejul...Peut être cela vous éclairera-t-il dans votre illumination)
    • koeuf 7/02/2011
      désolé de revenir quelques posts en arrière, mais je le dois au vu de votre réponse :

      "@ koeuf,
      Je croirais entendre notre physicien.
      Tout ce qui est expliqué avec le MAES et non pas avec les DEUX modèles actuels montrent la réfutabilité de ces concepts."

      Vous n'avez rien compris à ce qu'est la réfutabilité donc j'explique :
      quand un scientifique bâtit une théorie, il doit ensuite réfléchir à sa réfutabilité, c'est à dire "qu'est-ce que je vais pouvoir observer si cette théorie est fausse" . C'est alors qu'il va bâtir une expérimentation pour tester cette réfutabilité. ensuite, soit les résultats valident la théorie, soit ils ne le font pas. Il doit ensuite y avoir une reproductibilité (obtenir toujours le même résultat), une convergence (plusieurs expérimentation concordent vers une acceptation) et une collégialité (résultats publiés et validés par la communauté).

      C'est donc bien à votre idée que doit s'appliquer cette démarche qui est celle des scientifiques depuis la Grèce antique.

      Je me dois également de revenir sur un de mes posts quand vous demandiez de vous répondre sur la forme et non sur le fond. Quand nous critiquons la démarche, nous ne critiquons pas la forme comme je le disais, mais bien le fond.
    • pepejul 7/02/2011
      >>>"Si, justement j'aimerais des explications simples et logiques en sachant que dans le solide tous les atomes sont accolés ensemble et que deux électrons de même polarité se repoussent.
      Pour le reste, je pense que ce ne sont pas des exemples analogues"

      et après cela vous affirmez que l'epsace est constitué d'électrons collés les uns aux autres.....
    • R_Robert 8/02/2011
      @ Zelle,
      Si vous aviez lu les pages sur le MAES, vous ne pourriez pas prétendre que mes écrits ne sont que des bidouillages !
      Ne soyez pas aussi sotte que pepejul, ne partez pas avec de telles idées, sinon le débat est faussé d'avance. Vous n'entendrez plus rien, uniquement ce qui vous fait plaisir.

      @ koeuf,
      Comment imaginez-vous ma démarche intellectuelle pour en arriver à bâtir le MAES ?
      C'était exactement la recherche du concept qui réponde le mieux à toutes les expériences dans tous les domaines de la physique.
      A chaque fois qu'une observation réfutait le modèle, je l'adaptais à cette observation tout en contrôlant qu'il était toujours valable avec le reste.
      Aujourd'hui, je propose la version pour laquelle je ne trouve aucune expérience qui le mettrait en défaut.
      Par contre, une multitude d'observations réfutent le modèle de Bohr et le modèle quantique.

      Vous n'êtes pas objectif lorsque vous critiquez ma démarche, car c'est exactement la même que d'autres scientifiques ont utilisé pour élaborer les modèles de l'atome. Vous ne critiquez toujours pas le fond, mais bien la forme.

      @ pepejul,
      Votre hargne vous aveugle. Oui l'espace est constitué d'électrons collés les uns aux autres, MAIS dans le MAES l'électricité n'est plus un transfert d'électrons mais, et vous l'avez lu, un transfert de Rayons électriques.
    • pepejul 8/02/2011
      "C'était exactement la recherche du concept qui réponde le mieux à toutes les expériences" : un concept nerépond pas à une expérience... une expérience est un montage qui permet de valider ou non une hypothèse, vous ne maîtrisez pas le vocabulaire.

      "A chaque fois qu'une observation réfutait le modèle, je l'adaptais à cette observation tout en contrôlant qu'il était toujours valable avec le reste" c'est un mensonge, l'espace est TRES PEU conducteur d'électricité ce qui invalide votre HYPOTHESE (peut-être que l'espace est formé d'électrons contigus). Voilà un fait concret qui devrait vous faire modifier votre modèle...

      "Aujourd'hui, je propose la version pour laquelle je ne trouve aucune expérience qui le mettrait en défaut" nous en avons trouvé plein que vous refusez d'admettre

      "Vous n'êtes pas objectif lorsque vous critiquez ma démarche, car c'est exactement la même que d'autres scientifiques ont utilisé pour élaborer les modèles de l'atome" c'est faux car vous ne maîtrisez pas la démarche scientifique...

      "dans le MAES l'électricité n'est plus un transfert d'électrons mais, et vous l'avez lu, un transfert de Rayons électriques" qu'est-ce qui valide cette hypothèse ?

      Je résume : votre "théorie" n'est qu'une suite d'hypothèses non vérifiées. Prétendre avoir des preuves et une théorie solide révolutionnaire est DU CHARLATANISME.

      Je n'ai pas de hargne contre vous, plutôt de la compassion. Je n'interviens pas pour vous mais pour vos éventuels lecteurs...
    • R_Robert 8/02/2011
      @ pepejul,
      Votre attitude n'a jamais changé depuis le départ, vous êtes réfractaire à toute forme de débat.
      Au lieu de dire : Si l'espace est composé d'électron contigus, pourquoi est-il si peu conducteur ? Je vous aurez répondu que la conductivité est fonction de la densité électronique, car le transfert s'effectue de proche en proche. J'aurais également rajouté qu'elle est fonction de l'organisation au sein de la matière.

      Mais vous annoncez sans arrêt que vous m'avez démontré mes erreurs, alors que j'attends toujours ces démonstrations.
      Et pour finir, tous vos commentaires se terminent par un diagnostique sur ma santé mentale ou que je suis un charlatan.
      Regardez-vous ! Si vous êtes le scientifique que vous supposez être, agissez comme tel et analysez mes théories en toute objectivité et non pas avec cette rage qui vous anime.
    • koeuf 8/02/2011
      encore une fois, vous ne comprenez pas ce que je dit Je ne parle pas de votre démarche pour bâtir le MAES, mais de celle permettant de la valider :

      réfutabilité : vous devez imaginez une conséquence vérifiable de votre idée, pour la tester
    • R_Robert 8/02/2011
      @ koeuf,
      Vous voyez, le monde scientifique s'est parfois réfugié dans des définitions totalement stupides. Je reporte ci-dessous la définition de la réfutabilité de Wikipédia.

      # Une proposition réfutable est réputée être scientifique, tant que l'observation qui permet de la réfuter n'a pas été faite.
      # En revanche, une proposition non réfutable (irréfutable au sens logique) est considérée comme non scientifique.

      Une proposition non réfutable = non scientifique ???
      Pourquoi chercher ou imaginer ce qui ne marcherait pas pour proposer une solution scientifique? Le plus simple étant de trouver la meilleure solution à toutes les questions !

      La science doit-elle se baser sur des concepts boiteux, pour que ces concepts soient qualifiés de scientifique ???
    • actarus 8/02/2011
      > Une proposition non réfutable = non scientifique ???

      C'est un peu ça oui. Mais il faut aller plus loin dans l'épistémologie (lire Popper) si on ne veut pas rentrer dans un discours caricatural donnant une vision limité de la science.

      Une proposition réfutable n'est pas boîteuse, au contraire.

      Affirmer que le VIH est le vecteur du SIDA est réfutable (même si je suis convaincu que c'est vrai).

      C'est réfutable car on peut imaginer et réaliser des expériences, ou des observations, pour tenter d'infirmer cette affirmation. Elle a des conséquences vérifiables.

      C'est donc une proposition scientifique.

      Affirmer qu'en dehors du temps et de l'espace, il existe des univers parallèles qui n'intéragissent en rien avec le nôtre, ce n'est, par définition, PAS réfutable.

      Il ne s'agit pas d'une affirmation scientifique, ce qui ne veut pas dire que c'est vrai ou faux, ce n'est pas du ressort de la science, un point c'est tout.

      Formuler une proposition scientifique, c'est aussi accepter qu'elle puisse être réfutée par les faits.
    • koeuf 8/02/2011
      merci actarus de m'ôter ainsi les mots du clavier !
    • pepejul 8/02/2011
      La contre-attaque systématique pour ne pas répondre aux questions précises.... on dirait ma femme !
    • R_Robert 9/02/2011
      Nous tournons en rond, nous philosophons autour d'une définition pour savoir si le Modèle de l'Atome à Électrons Statiques est une proposition scientifique ou non.
      Oui, le MAES est une proposition scientifique et ce n'est pas à moi de trouver sa réfutabilité mais à ses détracteurs, ceux qui veulent le prendre en défaut. Le MAES est un concept qui pourra certainement évoluer en fonction des découvertes technologiques.
      Ce modèle réfute les modèles actuels et suggère des comportements différents au niveau de l'électricité, de la thermique, du magnétisme et du transfert lumineux.

      Vous avez admis que ma démarche, pour concevoir ce concept du MAES, est scientifique, alors cherchons à voir où il cloche, où sont les définitions qui le réfutent de ce statut de modèle scientifique. Pour ce faire, je reporte les précédentes questions :

      1 - Que vous pensez de toutes les explications relatives aux interfaces et faisant intervenir l'équibullage ?
      2 - Que pensez-vous du concept de la bulle électronique engendrée par le Faisceaux thermique et le tournoiement de l'électron ?
      3 - Que pensez-vous de cette énergie thermique contenue dans ce Faisceaux ?
      4 - Que vous suggèrent ces Rayons lumineux qui se transfèrent de proche en proche, d'électron à électron ?
      5 - Apercevez-vous les incidences que peuvent présenter le lien entre le Rayon lumineux et le Faisceaux thermique dans les explications du rayonnement thermique ?
      6 - Croyez-vous que je sois dans le faux lorsque je prétends que les conclusions apportées au mouvement brownien sont erronées, que les molécules d'un gaz ne sont pas distantes et ne s'entrechoquent pas ?
    • R_Robert 9/02/2011
      @ pepejul,
      Est-ce vous ou votre femme qui parle de la sorte? car depuis le départ vous ne répondez à aucune question. Vous vous complaisez dans une attitude bornée et ne participez pas au débat ouvertement.
    • koeuf 9/02/2011
      Non, nous ne philosophons pas, nous vous indiquons simplement une des concepts clés d'une démarche scientifique, mais vous ne semblez pas faire la différence entre faux et réfutable, nous avons pourtant fourni des explications simples. Et du coup, ce n'est pas à nous, mais bien à vous de réfléchir à cette réfutabilité, son auteur. C'est trop facile sinon, n'importe qui élabore une théorie (et il y en a des tas qui le font) et demande au monde scientifique de s'en emparer et de montrer qu'elle est fausse. les scientifiques ont autre chose à faire C'est à vous de réfléchir à sa réfutabilité, et de montrer qu'elle n'existe pas. C'est pour cela qu'il ne sert à rien d'aller plus loin pour le moment
    • R_Robert 9/02/2011
      @ koeuf,
      Le théorie de la gravitation de Newton a été réfutée 3 siècles après avoir émis son hypothèse. Il n'avait certainement pas imaginé que des télescopes seraient en mesure de voir les étoiles autour de galaxies lointaines.

      Vous cherchez là le prétexte pour ne pas analyser le MAES, pour ne pas agir en scientifique pour évaluer sa pertinence.
      Vous voulez clore un débat qui n'a pas encore eu lieu sur un prétexte fallacieux.
    • koeuf 9/02/2011
      Vous persistez à ne rien comprendre ou ne rien vouloir comprendre. je ne connais pas assez bien la théorie de la gravitation pour être précis, mais je sais que Newton a vérifié expérimentalement sa théorie avec des tirs de canon il me semble entre autres).

      Je ne cherche pas à clore le débat, mais à vous montrer qu'il manque des étapes pour que votre démarche puisse entrer dans le champ de la science. Je ne vous demande pas de me dire "ma théorie est fausse", mais plutot "qu'est-ce que je pourrais observer et vérifioer expérimentalement si elle est fausse"
    • R_Robert 9/02/2011
      @ koeuf,
      Vous persistez à ne rien comprendre ou ne rien vouloir comprendre.
      J’ai pris du temps pour vous répondre, car je suis allé voir sur le net cette définition un peu déconcertante de réfutabilité selon Popper. Elle est déconcertante, preuve en est le débat actuel sur le forum : http://forums.futura-sciences.com/epistemologie-logique/455094-refutabilite-selon-popper.html

      Popper a donné une définition de la science en précisant le problème de démarcation entre ce qui est scientifique ou non. Il a surtout voulu faire la différence entre les sciences de la nature et celles qui font appel à la pensée humaine.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Popper
      « Popper défendait l'idée que toute science nécessite, à ses débuts, dans ses engagements ontologiques, des énoncés métaphysiques, lesquels doivent être, soit éliminés progressivement, soit transformés en énoncés testables. »

      Il est très difficile de se faire une idée précise par rapport au cas qui nous concerne. En effet, les exemples sont simplistes et la généralisation d’une formulation est en relation avec des termes qui prennent une tournure différente au niveau de la quantique (voir ontologie).
      Cependant, j’ai trouvé une présentation assez complète :
      http://www.unige.ch/fapse/pegei/Enseignement/Seminaire/Documentation/refutabilite.pdf
      La dernière page présente les conclusions suivantes :
      « Une seule série d’observations, reconnue de tous les chercheurs, réfuterait certes une théorie, mais conduirait-elle à abandonner cette théorie et à en construire une nouvelle ?
      • Impossibilité d’abandonner une théorie … avant d’en avoir construit une nouvelle !
      • Une réfutation —> modification de la théorie, amélioration
      • Validité des nouvelles observations (quelle théorie sous-jacente ? )
      • Si une théorie comprend…
      Afficher la suite @ koeuf,
      Vous persistez à ne rien comprendre ou ne rien vouloir comprendre.
      J’ai pris du temps pour vous répondre, car je suis allé voir sur le net cette définition un peu déconcertante de réfutabilité selon Popper. Elle est déconcertante, preuve en est le débat actuel sur le forum : http://forums.futura-sciences.com/epistemologie-logique/455094-refutabilite-selon-popper.html

      Popper a donné une définition de la science en précisant le problème de démarcation entre ce qui est scientifique ou non. Il a surtout voulu faire la différence entre les sciences de la nature et celles qui font appel à la pensée humaine.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Popper
      « Popper défendait l'idée que toute science nécessite, à ses débuts, dans ses engagements ontologiques, des énoncés métaphysiques, lesquels doivent être, soit éliminés progressivement, soit transformés en énoncés testables. »

      Il est très difficile de se faire une idée précise par rapport au cas qui nous concerne. En effet, les exemples sont simplistes et la généralisation d’une formulation est en relation avec des termes qui prennent une tournure différente au niveau de la quantique (voir ontologie).
      Cependant, j’ai trouvé une présentation assez complète :
      http://www.unige.ch/fapse/pegei/Enseignement/Seminaire/Documentation/refutabilite.pdf
      La dernière page présente les conclusions suivantes :
      « Une seule série d’observations, reconnue de tous les chercheurs, réfuterait certes une théorie, mais conduirait-elle à abandonner cette théorie et à en construire une nouvelle ?
      • Impossibilité d’abandonner une théorie … avant d’en avoir construit une nouvelle !
      • Une réfutation —> modification de la théorie, amélioration
      • Validité des nouvelles observations (quelle théorie sous-jacente ? )
      • Si une théorie comprend plusieurs hypothèses plus ou moins liées, qu’est-ce qui sera réfuté ? (la théorie, une hypothèse, un groupe d’hypothèses ?) »

      Le MAES ne fait appel à aucun concept spirituel sorti de mon imaginaire, il est un modèle qui peut à tout moment être soumis à l’observation, à l’expérimentation, il est donc réfutable et par conséquent scientifique.

      Continuer cette polémique autour de définitions plus ou moins abstraites et en conclure que mon livre ne doit pas être lu car il n’est pas scientifique serait un comportement malsain ne voulant pas douter de la connaissance actuelle et la volonté de la faire évoluer.
    • koeuf 9/02/2011
      "Le MAES ne fait appel à aucun concept spirituel sorti de mon imaginaire, il est un modèle qui peut à tout moment être soumis à l’observation, à l’expérimentation, il est donc réfutable et par conséquent scientifique."

      heureux de vous l'entendre dire car cela fait un moment que vous niez cette évidence. OK donc maintenant que vous avez admis qu'il est réfutable, à vous de nous indiquez comment le réfuter.

      et au passage, vous oubliez toujours de nous indiquer ce qui réfute le modèle classique
    • pepejul 9/02/2011
      Vous dites :"Vous avez admis que ma démarche, pour concevoir ce concept du MAES, est scientifique" nous disons exactement le contraire... votre démarche n'est pas scientifique.

      vous ajoutez ensuite :"Le MAES est un concept qui pourra certainement évoluer en fonction des découvertes technologiques." c'est bien, on y vient doucement... ça progresse

      Au fait, ma femme me demande si vous avez répondu à ces deux questions :

      -comment expliquez vous la TRES FAIBLE conductivité de l'espace s'il est formé (c'est que vous affirmez) d'électrons contigus ?


      -"dans le MAES l'électricité n'est plus un transfert d'électrons mais, et vous l'avez lu, un transfert de Rayons électriques" qu'est-ce qui valide cette hypothèse ?
    • R_Robert 9/02/2011
      @ koeuf,
      Changez de rengaine SVP. Soit vous désirez participer à ce débat en conséquence de quoi vous lisez enfin et consciencieusement les quelques pages sur le MAES, soit vous vous abstenez et allez nous attendre sur l'expansion terrestre.
      Jusqu'à présent vous n'avez formulé aucune critique du MAES, sinon de dire :"Donnez des exemples" ou alors: "Ce n'est pas scientifique en reprenant les arguments de grindaizer".

      Pour vous qu'un électron soit tantôt onde tantôt corpuscule, que le modèle les considère mobiles dans le modèle de Bohr et immobiles dans le modèle quantique ne sont pas des arguments pour douter de la fiabilité de nos sciences. Vous ne daignez pas confronter les explications, sur des observations, données par un modèle et celles données par les autres.
      Toutes vos interventions n'apportent rien, nada, nothing, elles sont nulles.
    • pepejul 9/02/2011
      Ceux qui n'ont pas lu le texte doivent le lire...ceux qui l'ont lu ne sont pas mieux considéré...vous refusez en bloc les critiques...

      L'attaque ad-hominem quand on n'a plus d'argument...un vieux truc éculé pour se défendre quand on a tort. Ma femme n'est pas satisfaite de vos non-réponses à ces questions :

      -comment expliquez vous la TRES FAIBLE conductivité de l'espace s'il est formé (c'est que vous affirmez) d'électrons contigus ?

      -"dans le MAES l'électricité n'est plus un transfert d'électrons mais, et vous l'avez lu, un transfert de Rayons électriques" qu'est-ce qui valide cette hypothèse ?
    • R_Robert 9/02/2011
      @ pepejul,
      Dites à votre femme de regarder plus haut, j'ai répondu à la première question.

      Actuellement l'électricité est un transfert d'électrons.
      Qu'est-ce qui valide que l'électron est doté d'une charge électrique négative ? Rien, ceci est une hypothèse invérifiable car il n'est pas possible de le visualiser. Toutes les théories sur l'électricité partent de cette hypothèse.
      Pourquoi l'électricité est capable de se frayer un chemin au sein de la matière ? J'ai posé cette question car avec le modèle de Bohr, il n'y a pas de réponse logique. De nouveau il faut transformer la particule en onde pour donner un semblant d'explication. Ces interprétations dépassent la logique que j'attends de la science.
      Par contre, l'hypothèse des Rayons électriques qui naviguent d'électron à électron et qui modifient ou non le potentiel magnétique de l'atome devient plausible car simple. L'interaction électromagnétique que nous utilisons quotidiennement dans les moteurs électriques prend soudainement une logique qui permet aux enseignants d'expliquer ces phénomènes.
    • pepejul 9/02/2011
      A la question 1 Vous répondez par une affirmation gratuite... le rayon électrique ne peut pas être mis en évidence... cest une hypothèse qui vous est personnelle...

      Je reformule donc ma question en admettant votre hypothèse : Pourquoi ce "rayon électrique" ne se transmettrait pas bien d'électron en électron au sein de l'espace puisqu'il le fait très bien dans la matière (dans les conducteurs seulements...tiens au fait...pourquoi des matériaux isolant alors ? Ils arrêtent le rayon ?)

      Remarque : La charge négative de l'électron n'est pas un fait mais une convention : on dit que la charge est négative pour l'électron comme on définit le courant électrique comme allant du + vers le -...c'est une convention ACCEPTEE ET RECONNUE PAR TOUS qui permet un langage commun... c'est exactement ce qui manque à vos idées : personne n'est d'accord pour utiliser votre cadre car il n'est pas convaincant.
    • Picdelamirandole 9/02/2011
      bon... moi ça commence à me fatiguer tous ces bavardages
      Mr Robert, je pense que vous devriez consulter un psychiatre...
      prenez-vous des médicaments ? avez-vous changé de posologie ou de médicaments il y a quelques années ? (parfois, des molécules interagissent entre-elles et donnent des bouffées délirantes)
      Franchement, je ne vois pas pourquoi on passerait notre temps à lire vos écrits qui partent dans tous les sens, avec des équations, des expressions, des conclusions sans queue ni tête (mdr : l'équibullage... même les frères Grimm n'auraient pas imaginé un tel phénomène)
      Le pire dans tout ça est votre morgue devant ces milliers de personnes qui ont consacré leur vie (ou la consacre encore) à essayer d'expliquer des phénomènes, à les décortiquer au point de les maitriser pour en donner quelque chose de tangible, utilisable au quotidien...
      Le MAES est une bouffonnerie sans nom. Il est facile d'inventer des noms et de faire des schémas pour expliquer ce qu'on ne comprend pas (un enfant de 5 ans a le même genre de fonctionnement que vous... seulement, au fil du temps, il évolue)
      Vous pensez être omniscient, autant que mon pseudo... quelle prétention.
      Je ne comprends pas les autres intervenants... ce que dit Roger Robert échappe à toute sorte de raisonnement, il est dans un monde différent des autres, vous n'arriverez jamais à le faire taire.
      Le MAES n'apporte rien, nada, nothing, il est nul... à peine un compte à raconter aux enfants
      (mais finalement, vous faites peur... on vous laisserait un peu de pouvoir, vous enverriez dans des camps de rééducation tous ces physiciens qui osent vous contredire tellement vous êtes persuadé que vous avez raison)
    • R_Robert 9/02/2011
      @ pepejul,
      La conductivité est fonction de la densité électronique et de l'arrangement au sein de la matière. Un gaz est moins conducteur qu'un solide et l'espace encore moins qu'un gaz.
      Remarque : La convention se rapporte au signe de la charge électrique, charge qui est une hypothèse.
    • koeuf 9/02/2011
      Bon donc sois je suis trop dans les détails, soit pas assez, c'est embêtant ça ! en plus, je n'ai pas repris les arguments de Grindaizer, comme je le disais la mécanique quantique n'est pas mon domaine d'expertise, je ne me sens pas autorisé à intervenir sur ce champ. Par contre je prétends être un scientifique. j'ai donc lu vos écrits, j'y voit un discours très théorique, et surtout, d'une part je ne vois pas une mention d'un fait expérimental qui coince avec le modèle actuel, d'autre part, il m'a fallu un petit moment (aidé par d'autres) pour vous faire comprendre la notion de réfutabilité.
      Je formule une critique sur le MAES quand je pose la question du pourquoi de cette théorie, quand je demande quel fait expérimental n'est pas expliqué par la théorie classique et quand je demande quel fait expérimental (à obtenir) contredirait le MAES.
      Vous pouvez vous agiter si ça vous amuse, mais il n'en reste pas moins que mes critiques sont recevables du point de vue de la démarche scientifique et qu'elle ne reçoivent aucune réponse.
    • R_Robert 9/02/2011
      @ Picdelamirandole,
      C'est bien d'avouer enfin votre jeu.
      Je suis en pleine forme physique et mentale. Merci de vous soucier de mon état.

      Je suis en train de rédiger un billet pour mon blog, dans lequel je confronte les sciences actuelles et les Sciences revisitées au niveau de l'atome.
      Pour ne pas écrire des âneries sur les liaisons moléculaires, je repotasse les cours de chimie. A vomir ! Entre le modèle de Bohr et le modèle quantique, je ne sais si ceux qui ont tenté d'expliquer toutes ces liaisons ont un jour compris ce qu'ils écrivaient. Ils vont même à parler de liaison où 1,5 électron est dans l'orbitale. MDR.

      Oui, je le dis haut et fort, des milliers de personnes ont consacré leur vie à des "recherches" vaines car ils ne savent pas où chercher et surtout ce qu'ils doivent chercher. La physique nucléaire est dans l'erreur la plus totale parce qu'ils sont partis du modèle de Bohr et pensent qu'un milieu électriquement positif est un plasma.
      Si les physiciens étaient persuadés de leur vérité, ils agiraient en scientifique en lisant l'intégralité de mon livre et sur cette base ils pourraient tenter de démontrer mes erreurs. Mais ils préfèrent dénigrer l'ensemble de mon travail car leur profession est en jeu.
      Nous sommes à une époque où l'inquisition n'est plus active, mais c'est le dictat de la physique nucléaire qui juge et condamne ce qui est acceptable ou pas.
      Les propos des physiciens sont acceptés sans broncher car personne n'ose mettre en doute leurs déclarations, mais si chacun savaient que ces découvertes sont validées par un comité de lecture de confrères qui ne peut acquiescer, ils se poseraient la question sur la légitimité de ces dires.
      Ce sont les physiciens qui ne sont pas dans notre monde réel. Leur imaginaire est fécond et alimente grandement…
      Afficher la suite @ Picdelamirandole,
      C'est bien d'avouer enfin votre jeu.
      Je suis en pleine forme physique et mentale. Merci de vous soucier de mon état.

      Je suis en train de rédiger un billet pour mon blog, dans lequel je confronte les sciences actuelles et les Sciences revisitées au niveau de l'atome.
      Pour ne pas écrire des âneries sur les liaisons moléculaires, je repotasse les cours de chimie. A vomir ! Entre le modèle de Bohr et le modèle quantique, je ne sais si ceux qui ont tenté d'expliquer toutes ces liaisons ont un jour compris ce qu'ils écrivaient. Ils vont même à parler de liaison où 1,5 électron est dans l'orbitale. MDR.

      Oui, je le dis haut et fort, des milliers de personnes ont consacré leur vie à des "recherches" vaines car ils ne savent pas où chercher et surtout ce qu'ils doivent chercher. La physique nucléaire est dans l'erreur la plus totale parce qu'ils sont partis du modèle de Bohr et pensent qu'un milieu électriquement positif est un plasma.
      Si les physiciens étaient persuadés de leur vérité, ils agiraient en scientifique en lisant l'intégralité de mon livre et sur cette base ils pourraient tenter de démontrer mes erreurs. Mais ils préfèrent dénigrer l'ensemble de mon travail car leur profession est en jeu.
      Nous sommes à une époque où l'inquisition n'est plus active, mais c'est le dictat de la physique nucléaire qui juge et condamne ce qui est acceptable ou pas.
      Les propos des physiciens sont acceptés sans broncher car personne n'ose mettre en doute leurs déclarations, mais si chacun savaient que ces découvertes sont validées par un comité de lecture de confrères qui ne peut acquiescer, ils se poseraient la question sur la légitimité de ces dires.
      Ce sont les physiciens qui ne sont pas dans notre monde réel. Leur imaginaire est fécond et alimente grandement Hollywood, mais nous laisse dans une ignorance déconcertante.
      Le MAES est la pierre angulaire d'une science simple, logique et explicative. Il permet, entre autre, de mettre un terme à cette force d'attraction gravitationnelle en expliquant le principe de la pesanteur.
      Si vous aviez mon livre entre vos mains vous verriez l'étendue de mes découvertes et vos propos seraient plus nuancés.
    • R_Robert 9/02/2011
      @ koeuf,
      Depuis longtemps déjà, je vous ai dis que le modèle de Bohr n'explique pas les géométries particulières des molécules et qu'il faut pour cela considérer le modèle quantique. Modèle qui sans le dire officiellement considère les électrons statiques.
      Avec le MAES, un seul modèle est nécessaire, dans lequel la mise en commun d'un ou plusieurs électrons, explique parfaitement cela et pour exemple j'ai cité celui de la molécule d'eau.
      Si ces explications ne répondent pas, une fois de plus, à votre attente, alors désolé, je ne sais pas dans quel langage il faut vous parler.
    • koeuf 9/02/2011
      C'est pas ce que me répondent mes collègues physiciens pour le premier point, pour le reste (réfutabilité du MAES) je crois que c'est une notion qui vous échappe
    • R_Robert 9/02/2011
      @ koeuf,
      Je ne vous demande pas de CROIRE ce que vous raconte vos collègues physiciens, je vous demande de faire appel à votre intelligence, à votre sens critique, pour voir comment des liaisons par mise en commun d'électrons est possible avec le modèle de Bohr.
      Si vous devez passer par un second modèle, vous trichez.
      Et rebelote, voila la réfutabilité sur le tapis. Je vous rétorque la même chose ; je crois que c'est une notion qui vous échappe.
    • koeuf 9/02/2011
      et oui la revoilà car vous ne la maîtrisez pas. Vous DEVEZ envisager la validation de votre MAES, donc vous DEVEZ réfléchir à des conséquences vérifiables expérimentalement. Dans ce seul cadre, votre théorie devient réfutable.

      quand à la liaison par mise en commun d'électrons, elle ne me pose pas de problèmes.
    • R_Robert 9/02/2011
      Monsieur Luc Chatel, vous avez vraiment du pain sur la planche.
    • actarus 9/02/2011
      Heureusement que vous n'êtes pas enseignant.
    • koeuf 9/02/2011
      sérieusement, je ne vois pas ce qui vous pose problème avec cette notion de réfutabilité
    • pepejul 9/02/2011
      On attend toujours la révolution scientifique... votre livre a déjà été vendu non ? Si votre idée était recevable elle aurait déjà défrayé la chronique... depuis combien d'années essayez-vous de convaincre les gens ?

      La souffrance devant votre échec est-elle si difficile à supporter ? Vous êtes dans le déni de votre pathologie, c'est tout à fait normal...

      Pic de la Mirandole me rejoins dans mon diagnostic précoce...combien d'avis vous faudra-t-il ?

      - VOUS N'ÊTES PAS UN SCIENTIFIQUE
      - VOUS N'AVEZ RIEN DECOUVERT
      - VOUS N'AVEZ PAS LES COMPETENCES NECESSAIRE POUR JUGER DU TRAVAIL DES SCIENTIFIQUES
      - LES SCIENTIFIQUES QUI ONT LU VOS ECRITS LES ONT JUGE INEPTES ET NON FONDES
      - VOUS AVEZ BESOIN D'AIDE ET DE SOINS
    • pepejul 9/02/2011
      zut ça ne marche pas... chercher "fan de roger robert" sur facebook...
    • R_Robert 10/02/2011
      @ actarus,
      J'ai testé votre métier avec des jeunes et moins jeunes, ils ont tous apprécié le fait que j'explique les choses et je ne leur répondais jamais : c'est ainsi parce que la science a démontré que c'est ainsi, ou alors c'est comme ça parce qu'Einstein l'a dit.
      Vous êtes le moins critiquable des enseignants de cette discussion et vous êtes conscient que j'ai des arguments qui tiennent la route. Mais vous ne voulez pas changer votre position et contredire vos con-frères, alors vous vous retranchez derrière vos convictions en ne regardant surtout pas le fond de mes écrits.
      J'ai dit que l'éther explique le principe de la pesanteur, ce qui remet en cause les théories de Newton et PERSONNE n'a montré le moindre signe de curiosité.
      Que l'électron passe de l'état de particule à celui d'une onde, ou encore qu'il faille 2 modèles atomiques pour expliquer la nature, ne dérangent personne, mais ceci n'est plus de la science c'est de la croyance. Tout le monde adhère au dogme des physiciens car personne ne veut voir plus loin que le bout de son nez. A grand renfort médiatique, ils nous font croire n'importe quoi et personne ne bronche.
      Pour preuve, depuis les années 90, ils produisaient et stockaient de l'antimatière et maintenant ils ne sont arrivés à en produire pendant seulement 0,1 seconde. Ils nous racontent des bobards mais ils ont une certaine immunité face au mensonge parce que personne ne les comprend et ne veut, et surtout ne peut, les critiquer. Moi, si.
      Les sciences sont beaucoup plus belles et faciles à expliquer aux jeunes lorsque la compréhension est au rendez-vous. C'est exactement ce qu'offrent les Sciences revisitées. Mais pour les comprendre, il faut les lire avec l'intention de découvrir ce qu'elles recèlent.
    • R_Robert 10/02/2011
      @ koeuf,
      La réfutabilité est votre argument pour ne pas entrer dans le débat autour du MAES !
    • R_Robert 10/02/2011
      @ pepejul,
      Mon livre est sorti de l'imprimerie le 26 octobre 2010, cela fait 3,5 mois qu'il est accessible au public et actuellement environ 350 exemplaires ont été vendus. Ce n'est pas beaucoup et surtout ce n'est pas le nombre de ventes qu'il mérite.
      Je ne suis pas face à un échec, car AUCUN scientifique n'a encore démontré mes erreurs faute de l'avoir lu.
      Certains "scientifiques" dénigrent mon livre et n'ont pas fait l'effort de le lire. Les "chercheurs" le critique alors qu'ils pourraient enfin TROUVER des réponses à leurs problèmes.
      Faire un diagnostique médical pour invalider mes propos est le signe d'un manque d'argumentation. Vous êtes digne de ces régimes totalitaires qui enferment les penseurs pour ne pas déranger la doctrine en vigueur.

      Un SCIENTIFIQUE confronte des hypothèses et retient celle qui est la meilleure. C'est ma démarche dans mon livre !
      Pour TROUVER quelque chose, il faut le chercher, quitte à tout déranger. Je l'ai fait et j'ai TROUVE.
      Je vis sur Terre, dans un monde matériel et non pas dans une interprétation mentale d'un monde immatériel, voilà pourquoi j'ai le droit et les compétences de dénigrer ce que certains veulent nous faire croire.
      Aucun scientifique n'a encore lu intégralement mes écrits. Ils en ont peur, parce qu'ils savent que la physique est dans un flou total et du peu qu'ils ont vu, ils savent qu'une nouvelle vision est possible avec pour conséquence de grosses pertes dans leur branche.
      Et pour finir, je ne suis pas atteint d'une quelconque maladie. Argumentez autrement.
    • R_Robert 10/02/2011
      Si vous voulez vraiment témoigner de vos compétences, donnez des réponses à ces quelques questions déjà posées à plusieurs reprises :

      1 - Que vous pensez de toutes les explications relatives aux interfaces et faisant intervenir l'équibullage ?
      2 - Que pensez-vous du concept de la bulle électronique engendrée par le Faisceaux thermique et le tournoiement de l'électron ?
      3 - Que pensez-vous de cette énergie thermique contenue dans ce Faisceaux ?
      4 - Que vous suggèrent ces Rayons lumineux qui se transfèrent de proche en proche, d'électron à électron ?
      5 - Apercevez-vous les incidences que peuvent présenter le lien entre le Rayon lumineux et le Faisceaux thermique dans les explications du rayonnement thermique ?
      6 - Croyez-vous que je sois dans le faux lorsque je prétends que les conclusions apportées au mouvement brownien sont erronées, que les molécules d'un gaz ne sont pas distantes et ne s'entrechoquent pas ?
    • koeuf 10/02/2011
      "La réfutabilité est votre argument pour ne pas entrer dans le débat autour du MAES !"

      si ça ce n'est pas une esquive !
      je vous offre la possibilité d'adopter une véritable démarche scientifique. En refusant que votre démarche puisse être réfutable, vous refusez également qu'elle puisse être validée expérimentalement. Or toute théorie scientifique se doit de l'être, je pense que vous serez d'acord là-dessus.
    • R_Robert 10/02/2011
      @ koeuf,
      Vous avez dit : "merci actarus de m'ôter ainsi les mots du clavier ! "
      Relisez ce que vous aviez l'intention d'écrire et voyez que le MAES est une proposition réfutable car elle peut être soumise à l'expérimentation et de ce fait à l'observation, mais en aucun cas c'est à moi de donner l'exemple qui réfute ce modèle mais au monde scientifique, s'il y arrive.
      Mes théories sont réfutables car elles ne se fondent pas sur des concepts imaginaires ne pouvant être vérifiés par l'expérimentation.
      Mes théories sont scientifiques et attendent que les scientifiques les jugent sur leur ensemble.
    • koeuf 10/02/2011
      OK, premier point, vous ne comprenez toujours pas ce que je vous demande : je ne vous demande pas de me prouver que votre MAES est faux, mais de réfléchir à une situation expérimentale dont les résultats pourraient l'invalider. La démarche scientifique n'est pas de dire : "j'ai eu cette idée, prouvez-moi qu'elle est fausse !" mais plutôt "j'ai eu cette idée, si elle est fausse, alors nous devrions avoir tel résultat dans telle condition, donc vérifions"

      replaçons également votre démarche dans son contexte. Il y a une myriade de gens de par le monde qui s'essaient à la théorie scientifique. Ils reprennent des points existants, pensent qu'ils sont faux et proposent autre chose à la place. Ces gens n'ont pas la plupart du temps de formation scientifique solide et donc n'ont qu'une vision partielle des choses (par exemple expliquent la seule disparition des dinosaures au lieu d'expliquer la crise de la fin du crétacé dans son ensemble). Ils réclament tous que le monde scientifique leur apporte la preuve que leur théorie est fausse. Il est impossible aux labos de recherche de répondre à cette demande, sinon, ils y passeraient leur temps.

      enfin pour votre dernière demande, je vous rappelle que personnellement, je ne suis pas compétent dans ce domaine de la science, je réserve donc mes critiques pour la seule démarche (tout aussi fondamentale)
    • R_Robert 10/02/2011
      @ koeuf,
      OK, j'ai compris ce que vous demandez !
      Si la théorie du MAES est fausse, nous devrions observer, lors de la collision de 2 atomes selon ce modèle, l'apparition de 4 mammouths laineux. Si les scientifiques n'observent pas ce résultat, c'est que ma théorie est exacte !

      Soyons sérieux Monsieur Koeuf, il existe des milliers d'expériences de toutes sortes que nous tentons d'expliquer à grand peine avec DEUX modèles atomiques. Le MAES vient remplacer ces 2 modèles et implique des changements dans l'interprétation des phénomènes observables ou mesurables. Il modifie notre vision des liaisons dans la matière, de l'électricité, du magnétisme, de la propagation de la lumière, de la thermique, de moult réactions chimiques, du vide, de la notion de pesanteur, etc.
      Il ne faut pas chercher l'expérience qui le réfute, mais voir si les explications qui découlent de ce modèle sont plus sensées, plus logiques, bref, que ce modèle se rapproche d'avantage de l'atome. Malheureusement, pour cette analyse vous vous sentez incompétent parce que vous ne voulez pas faire appel à votre intelligence et votre sens critique. Vous êtes complexé face aux physiciens car vous ne les comprenez pas. Si vous regardiez la physique au travers du MAES, vous vous rendriez compte que si vous ne les compreniez pas, c'est uniquement parce qu'il n'y avait rien à comprendre dans leur vision de leur monde.
    • koeuf 10/02/2011
      "Si la théorie du MAES est fausse, nous devrions observer, lors de la collision de 2 atomes selon ce modèle, l'apparition de 4 mammouths laineux. Si les scientifiques n'observent pas ce résultat, c'est que ma théorie est exacte !"

      bien vous persistez donc à rester hors du champ de la science

      "l ne faut pas chercher l'expérience qui le réfute"

      si car ce n'est qu'en cherchant cette expérience et en la réalisant que le MAES pourra être validé. C'est comme cela que procède la science depuis toujours

      "Si vous regardiez la physique au travers du MAES,"

      On en revient toujours au même point, vous nous demandez d'admettre votre théorie, mais de ne pas chercher à la valider. ça c'est un dogme, et pas de la science.

      Je ne sais pas si votre MAES est juste ou pas, ce que je sais, c'est que vous tentez de l'imposer en refusant toute idée de validation de ce modèle et cela je le combat.
    • R_Robert 10/02/2011
      @ koeuf,
      Le MAES n'est pas une THÉORIE, c'est un MODÈLE. Un modèle sert à interpréter les observations et en tirer des théories.
      Un modèle peut être confronté à un autre pour voir celui qui caractérise au mieux ces observations. Les théories peuvent en être modifiées.

      Le MAES ne doit pas être validé en lui-même par un principe de réfutabilité, mais voir s'il est plus représentatif de ce qu'il essai de modéliser, c'est-à-dire l'atome.
      Je ne veux pas imposer mon modèle, je veux que les scientifiques jugent de sa pertinence.
    • koeuf 10/02/2011
      et un modèle ne se valide pas ?
    • R_Robert 10/02/2011
      @ koeuf,
      Rutherford a établi son modèle sur la base de ces expériences.
      Bohr a amélioré ce modèle en ajoutant des orbites différentes pour expliquer l'émission des ondes lumineuses.
      Ils n'ont jamais cherché ce qui cloche avec leur modèle.

      Par la suite, nous avons constaté que le modèle de Bohr ne permettait pas d'expliquer la stabilité des liaisons atomiques, alors au lieu de revoir le modèle de base, nous sommes partis dans une certaine dérive, en posant un modèle supplémentaire, le modèle quantique.
      Le MAES corrige cette dérive, il doit être évalué au même titre que les autres, sur les explications qu'il donne.
    • koeuf 10/02/2011
      Bon allez moi j'arrête là-dessus, les dialogues de sourds ça va 5 minutes. Votre démarche manque de consistance du point de vue scientifique, ça a été suffisamment établi. je laisse des physiciens s'occuper du reste si ça les amuse.
    • pepejul 10/02/2011
      350 livres de vendus.... la révolution est en marche... WOUHA HA HA HA
    • R_Robert 11/02/2011
      @ pepejul,
      La révolution est en marche, oui, elle ne court pas encore, mais bientôt elle explosera.
      Vous n'avez pas encore démontré la moindre erreur de ma vision de l'atome et des sciences, vous avez toujours agit comme de "bons petits soldats" sans faire fonctionner votre "esprit critique" (je sais, je vous plagie mais dans l'ordre inverse).

      Les Sciences revisitées sont COHÉRENTES et le revendiquent tout comme la quantique est incohérente et le revendique avec sa théorie de la DÉCOHÉRENCE quantique. http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9coh%C3%A9rence_quantique

      La LOGIQUE n'est plus au centre des sciences et le dogme de la quantique enferme tout le monde dans une secte quantique.
      Critiquez notre vision actuelle de la science comme vous critiquez la mienne, et faite le bilan objectif pour voir où se situe la vérité.
    • pepejul 11/02/2011
      c'est fait... la vérité n'est pas dans votre bouquin. Le pari tient toujours... l'espoir fait vivre.
    • R_Robert 11/02/2011
      @ pepejul,
      Pour que votre jugement soit impartial, voici l'adresse pour vous le procurer : http://www.roger-robert.com 30€ c'est rien face au milliard.
    • Zelle 11/02/2011
      Remarque : ainsi ça fera 350 et...1...(et dire qu'on ose couper des arbres pour ça...)
    • R_Robert 11/02/2011
      @ Zelle,
      Les jeunes de votre age montrent une très grande curiosité, car certaines "explications" pas claires du tout sont encore dans leur mémoire.
      Si vous aviez lu à l'écran (ne pas les imprimer c'est du gaspillage) les quelques pages qui traitent du MAES, vous auriez pu comparer certaines de mes explications avec celles que vous avez reçues, il n'y a pas très très longtemps.
    • actarus 11/02/2011
      Justement, il y a la une question importante. LA question qui fait que je pense que les théories "alternatives" comme la vôtre ne sont pas simplement divertissante à lire, mais représentent un réel danger si elles tombent entre les mains de jeunes qui n'ont pas encore toutes les cartes en main pour faire la part des choses.

      J'espère que Zelle fait confiance, du moins et surtout pour tout ce qui touche aux sciences physiques, à ses enseignants de sciences physique (je précise que je n'en fais pas partie).

      Elle a raison de leur faire confiance car :

      - dans notre lycée l'équipe de physique est particulièrement dynamique (à cause des classes préparatoires, qui apportent une émulation, du BTS matériaux, etc ...)
      - elle le voit certainement, les enseignants discutent, débattent entre eux et se tiennent informés des dernières avancées scientifques (elle a sûrement remarqué le nombre impressionnant de revues scientifiques "froissées par l'usage" qui trainent dans les salles et labos)
      - elle sait que ses enseignants ne sont pas "sectaires" ou "sclérosés" dans un savoir dogmatique
      - elle sait qu'il vaut mieux faire confiance à une équipe qui se concerte, et qui s'appuie sur des données issues de milliers de laboratoires et de chercheurs répartis dans le monde entier
      - elle a très bien compris comment se construit la connaissance scientifique
      - elle sait (du moins je l'espère vu toutes les discussions qu'on a eu) qu'on n'adhère pas à une théorie parce qu'elle nous plait, nous rassure, nous "parait" plus séduisante ou logique, ou nous conforte dans nos croyances

      De la même manière qu'elle fera certainement largement confiance à son professeur d'histoire, bien plus qu'à moi je l'espère, moi qui ne suis absolument pas habilité ou qualifié en histoire, dès qu'il s'agit…
      Afficher la suite Justement, il y a la une question importante. LA question qui fait que je pense que les théories "alternatives" comme la vôtre ne sont pas simplement divertissante à lire, mais représentent un réel danger si elles tombent entre les mains de jeunes qui n'ont pas encore toutes les cartes en main pour faire la part des choses.

      J'espère que Zelle fait confiance, du moins et surtout pour tout ce qui touche aux sciences physiques, à ses enseignants de sciences physique (je précise que je n'en fais pas partie).

      Elle a raison de leur faire confiance car :

      - dans notre lycée l'équipe de physique est particulièrement dynamique (à cause des classes préparatoires, qui apportent une émulation, du BTS matériaux, etc ...)
      - elle le voit certainement, les enseignants discutent, débattent entre eux et se tiennent informés des dernières avancées scientifques (elle a sûrement remarqué le nombre impressionnant de revues scientifiques "froissées par l'usage" qui trainent dans les salles et labos)
      - elle sait que ses enseignants ne sont pas "sectaires" ou "sclérosés" dans un savoir dogmatique
      - elle sait qu'il vaut mieux faire confiance à une équipe qui se concerte, et qui s'appuie sur des données issues de milliers de laboratoires et de chercheurs répartis dans le monde entier
      - elle a très bien compris comment se construit la connaissance scientifique
      - elle sait (du moins je l'espère vu toutes les discussions qu'on a eu) qu'on n'adhère pas à une théorie parce qu'elle nous plait, nous rassure, nous "parait" plus séduisante ou logique, ou nous conforte dans nos croyances

      De la même manière qu'elle fera certainement largement confiance à son professeur d'histoire, bien plus qu'à moi je l'espère, moi qui ne suis absolument pas habilité ou qualifié en histoire, dès qu'il s'agit de problèmes comme le génocide juif, ce qui la mettra a l'abri des thèses révisionnistes ou négationnistes.
    • Zelle 11/02/2011
      @ R_Robert,

      "Les jeunes de votre âge montrent une très grande curiosité, car certaines "explications" pas claires du tout sont encore dans leur mémoire"

      Je pense surtout que vous êtes mal placé pour dire ce qui se passe dans la tête des "jeunes de mon âge" et encore plus mal placé pour dire ce qui ce déroule dans la mienne (à moins que vous soyez "médium"...remarquez ça complèterait bien le tableau...)

      Vous tortillez dans tous les sens pour éviter de répondre aux questions, d'ailleurs vos "réponses" à mes questions sur une toute autre conversation de Knowtex sont plus du vent qu'autre chose, vous n'avez répondu à aucune d'entre elles de façon convenable, vous avez préféré vous draper dans vos beaux discours et éviter de vous mouiller...Lassante comme attitude...

      Voyant une fois de plus qu'aucune conversation avec vous ne mène nul part, je vais m'occuper à des occupations bien plus utiles et intéressantes que de vous voir vous voir tourner en rond, à vrai dire, ça me fait plus pitié qu'autre chose...

      @ Actarus,

      Assez bon résumé de la situation je dois le dire monsieur.

      Bien que ce ne soit pas le sujet de la conversatinon : pour les thèses révisionnistes ou négationnistes qui relèguent au rang de détail de l'Histoire ou vont jusqu'a nier en bloc l'existence d'un tel génocide, prof ou pas je suis convaincu de leurs absurditées, une visite récente d'un camps de concentration et d'extermination rajoute une couche supplementaire si cette dernière n'était pas assez épaisse pour parer à de telle conneries révisionnistes ou négationnistes...
    • R_Robert 11/02/2011
      @ actarus,
      Comment pouvez-vous juger mes théories ?
      Vous n'avez jamais conversé autour du Modèle de l'Atome à Électrons Statiques parce que vous n'osez pas douter de votre savoir et pensez que les physiciens ou chimistes sont plus à même de comprendre les choses.
      Vous n'osez pas lire la simplicité et préférez admettre qu'une particule se transforme en onde pour ne rien bousculer. Qu'il y ait 2 modèles atomiques totalement dissemblables pour expliquer les choses ne vous soulève aucun doute sur la pertinence de ceci.
      Si vous étiez vraiment à la pointe des nouveautés, vous vous seriez procurés mon livre pour en discuter avec vos collègues. Mais non, dès le départ, votre position était figée, les propos de Robert sont irrecevables car c'est un pseudo-scientifique.

      J'espère que votre parenthèse sur les révisionnistes et négationnistes, n'est qu'un égarement...
      Je ne mélange pas les sciences de la Nature et les sciences humaines. L'esprit humain, sa pensée ou sa croyance n'a rien à faire dans les Sciences de la Nature. Nous ne devons pas croire en un phénomène mais le décrire. C'est le point fort des Sciences revisitées qui prouvent que certaines branches de la science ont oublié cette sagesse.

      Je nie et je crie après les sciences quantiques parce qu'elles sont parties dans une dérive intellectuelle infernale qui discrédite à jamais l'intelligence de la pensée humaine. Relisez les et constatez tous les artifices qu'ils ont imaginés pour les faire tenir debout. Les physiciens sont des menteurs, rien n'est issu de prédictions quantiques, mais ils ont raison car leur publicité est forte et bien médiatisée.
      Qu'un chat soit vivant et mort en même temps ne vous cause aucun problème, moi si. Les paradoxes sont légion et malgré cela on continue.
      Plus personne ne veut regarder…
      Afficher la suite @ actarus,
      Comment pouvez-vous juger mes théories ?
      Vous n'avez jamais conversé autour du Modèle de l'Atome à Électrons Statiques parce que vous n'osez pas douter de votre savoir et pensez que les physiciens ou chimistes sont plus à même de comprendre les choses.
      Vous n'osez pas lire la simplicité et préférez admettre qu'une particule se transforme en onde pour ne rien bousculer. Qu'il y ait 2 modèles atomiques totalement dissemblables pour expliquer les choses ne vous soulève aucun doute sur la pertinence de ceci.
      Si vous étiez vraiment à la pointe des nouveautés, vous vous seriez procurés mon livre pour en discuter avec vos collègues. Mais non, dès le départ, votre position était figée, les propos de Robert sont irrecevables car c'est un pseudo-scientifique.

      J'espère que votre parenthèse sur les révisionnistes et négationnistes, n'est qu'un égarement...
      Je ne mélange pas les sciences de la Nature et les sciences humaines. L'esprit humain, sa pensée ou sa croyance n'a rien à faire dans les Sciences de la Nature. Nous ne devons pas croire en un phénomène mais le décrire. C'est le point fort des Sciences revisitées qui prouvent que certaines branches de la science ont oublié cette sagesse.

      Je nie et je crie après les sciences quantiques parce qu'elles sont parties dans une dérive intellectuelle infernale qui discrédite à jamais l'intelligence de la pensée humaine. Relisez les et constatez tous les artifices qu'ils ont imaginés pour les faire tenir debout. Les physiciens sont des menteurs, rien n'est issu de prédictions quantiques, mais ils ont raison car leur publicité est forte et bien médiatisée.
      Qu'un chat soit vivant et mort en même temps ne vous cause aucun problème, moi si. Les paradoxes sont légion et malgré cela on continue.
      Plus personne ne veut regarder les choses en face. Plus personne ne veut voir où la dérive de notre connaissance s'est réfugiée dans l'absurdité.

      Je ne changerai pas de registre car encore personne ne m'a démontré une éventuelle erreur dans ma vision de notre monde RÉEL. Aucun scientifique n'a encore fait des commentaires sur l'ensemble de mon travail.
      Les conséquences de toutes mes remises en cause vont très très loin. C'est l'étendue de cette simplicité et cette logique qui s'installe partout, dans tous les domaines de la physique, qui me démontre que je suis dans le vrai. C'est seulement en lisant ce premier tome et en voyant ce qui viendra dans les deux prochains qu'il est possible à un scientifique de juger mon travail.
    • actarus 11/02/2011
      1) s'il y a bien un trait marqué dans mon caractère, c'est bien le scepticisme, et je doute de tout. Je suis prêt à voir ce que j'enseigne contredit par les FAITS (et rien que par eux) et dans ce cas j'enseignerai la nouvelle théorie.

      2) oui je fais davantage confiance à l'immense communauté des physiciens qu'à un seul homme

      3) j'ai lu le pdf sur votre blog, je l'ai lu en détail

      4) bien entendu les paradoxes de la physique quantique sont dérangeants, et il n'est pas impossible qu'un jour une théorie plus satisfaisante voit le jour ; je dis juste que votre théorie me convainc moins encore.
      Moi aussi, dans ma jeunesse, je me suis dit bien des fois "mais c'est pas possible ces histoires de vitesses qui ne s'additionnent pas, de particules dont on ne peut pas connaître exactement et la vitesse et la position etc ...".
      Moi aussi je me suis longtemps dit "toutes ces incertitudes, ces bricolages, masquent peut-être notre ignorance". Et c'est peut-être le cas. Sur ce point je vous rejoins.
      Cependant je ne suis pas d'accord sur les "preuves" que vous avancez pour réfuter le modèle, comme celle sur la résistivité qui dépend de la section (de son carré) du conducteur. Cela ne me choque pas.
      De plus, nos professeurs de licence se sont entièrement appuyés sur le modèle atomique avec ses orbitales pour décrire la structure et la géométrie des molécules. On est allés très loin dans cette direction et jamais on n'a été "trahi" par le modèle, contrairement à ce que vous dîtes sans arrêt.
      A titre anecdotique : je prépare une formation que je vais dispenser dans un mois sur les logiciel de modélisation moléculaire. Certains utilisent le modèle actuel que vous critiquez tant pour "prédire" à partir d'une simple séquence la forme la plus probable qu'aura une molécule. Et cela marche…
      Afficher la suite 1) s'il y a bien un trait marqué dans mon caractère, c'est bien le scepticisme, et je doute de tout. Je suis prêt à voir ce que j'enseigne contredit par les FAITS (et rien que par eux) et dans ce cas j'enseignerai la nouvelle théorie.

      2) oui je fais davantage confiance à l'immense communauté des physiciens qu'à un seul homme

      3) j'ai lu le pdf sur votre blog, je l'ai lu en détail

      4) bien entendu les paradoxes de la physique quantique sont dérangeants, et il n'est pas impossible qu'un jour une théorie plus satisfaisante voit le jour ; je dis juste que votre théorie me convainc moins encore.
      Moi aussi, dans ma jeunesse, je me suis dit bien des fois "mais c'est pas possible ces histoires de vitesses qui ne s'additionnent pas, de particules dont on ne peut pas connaître exactement et la vitesse et la position etc ...".
      Moi aussi je me suis longtemps dit "toutes ces incertitudes, ces bricolages, masquent peut-être notre ignorance". Et c'est peut-être le cas. Sur ce point je vous rejoins.
      Cependant je ne suis pas d'accord sur les "preuves" que vous avancez pour réfuter le modèle, comme celle sur la résistivité qui dépend de la section (de son carré) du conducteur. Cela ne me choque pas.
      De plus, nos professeurs de licence se sont entièrement appuyés sur le modèle atomique avec ses orbitales pour décrire la structure et la géométrie des molécules. On est allés très loin dans cette direction et jamais on n'a été "trahi" par le modèle, contrairement à ce que vous dîtes sans arrêt.
      A titre anecdotique : je prépare une formation que je vais dispenser dans un mois sur les logiciel de modélisation moléculaire. Certains utilisent le modèle actuel que vous critiquez tant pour "prédire" à partir d'une simple séquence la forme la plus probable qu'aura une molécule. Et cela marche très bien.
      Bref, le modèle actuel, avec ses imperfections, est solide dans ses prédictions. Pour qu'on examine le vôtre, il va falloir être plus convaincant en proposant davantage de réfutabilité.

      4) ces paradoxes, comme le chat de Schrodinger, ne sont pas à prendre au pied de la lettre ; sur ce point j'ai souvent discuté avec des physiciens, et ils sont loin d'être naifs.
      De plus ce qui relève de l'incertitude à l'échelle microscopique (atomique), ne s'applique PAS à l'échelle macroscopique. Le chat n'est PAS à la fois mort et vivant.

      5) je ne suis pas physicien, et donc pas même de juger des limites de l'actuel modèle de la physique quantique. Je le fais en dilettante, avec humilité. Face à un physicien de métier je me fais petit quand on parle de physique quantique.

      6) pour le révisionnisme, ma remarque est une réponse à Zelle qui revient d'une visite d'un camp d'extermination aujourd'hui même.

      7) la croyance n'a en effet RIEN à faire dans les sciences.

      8) pour les "erreurs" je l'ai dit je ne suis pas compétent pour le modèle atomique, par contre pour l'expansion terrestre et la disparition des dinosaures, excusez moi de le dire comme ça mais c'est un tissu d'âneries.
    • R_Robert 11/02/2011
      @ actarus,
      Comme je l'ai déjà dit, je trouve vos commentaires plus constructifs que d'autres. Par contre, vous comme les autres n'avez pas répondu à mes questions sur quelques points particuliers du MAES. Ce qui aurait permis une réelle discussion.

      De ce modèle en découle l'existence de l'éther, fluide qui permet d'expliquer un phénomène que nous connaissons tous, la pesanteur.
      Il faut donc aller plus loin pour voir la logique s'immiscer de partout. Dire que la force d'attraction gravitationnelle n'est pas le phénomène qui confère à une entité son poids, devrait susciter la curiosité de toutes et tous. Mais non, on préfère tout rejeter en bloc et, pour certains, écrire que celui qui annonce de telles âneries est un charlatan malade.

      Les physiciens caractérisent les éléments de matière par différentes grandeurs et en particulier le "moment cinétique". Une très grande partie de ce premier volume est consacrée à l'étude des mouvements. Je démontre que notre démarche, à vouloir écrire la théorie sur la base des formules qui caractérisent un mouvement varié, n'est pas toujours correcte. J'ai déjà mentionné l'artifice de la "masse réduite" pour les roulements.
      Dans le même ordre d'idée, je démontre que le moment cinétique est une erreur, lorsque le mouvement giratoire voit son rayon varier. Actuellement deux théories s'affrontent, l'énergie cinétique qui est fonction du carré de la vitesse et le moment cinétique qui est fonction de la vitesse. Sur la base de nombreux graphiques, je démontre que si la première est plus souvent vérifiée, il y a des cas pour lesquels ni l'une ni l'autre ne fonctionne.
      Bien évidemment pour comprendre ce que j'avance là, il faut le lire.
      Quoi qu'il en soit, si au niveau de la mécanique, applicable au monde macroscopique,nous avons commis…
      Afficher la suite @ actarus,
      Comme je l'ai déjà dit, je trouve vos commentaires plus constructifs que d'autres. Par contre, vous comme les autres n'avez pas répondu à mes questions sur quelques points particuliers du MAES. Ce qui aurait permis une réelle discussion.

      De ce modèle en découle l'existence de l'éther, fluide qui permet d'expliquer un phénomène que nous connaissons tous, la pesanteur.
      Il faut donc aller plus loin pour voir la logique s'immiscer de partout. Dire que la force d'attraction gravitationnelle n'est pas le phénomène qui confère à une entité son poids, devrait susciter la curiosité de toutes et tous. Mais non, on préfère tout rejeter en bloc et, pour certains, écrire que celui qui annonce de telles âneries est un charlatan malade.

      Les physiciens caractérisent les éléments de matière par différentes grandeurs et en particulier le "moment cinétique". Une très grande partie de ce premier volume est consacrée à l'étude des mouvements. Je démontre que notre démarche, à vouloir écrire la théorie sur la base des formules qui caractérisent un mouvement varié, n'est pas toujours correcte. J'ai déjà mentionné l'artifice de la "masse réduite" pour les roulements.
      Dans le même ordre d'idée, je démontre que le moment cinétique est une erreur, lorsque le mouvement giratoire voit son rayon varier. Actuellement deux théories s'affrontent, l'énergie cinétique qui est fonction du carré de la vitesse et le moment cinétique qui est fonction de la vitesse. Sur la base de nombreux graphiques, je démontre que si la première est plus souvent vérifiée, il y a des cas pour lesquels ni l'une ni l'autre ne fonctionne.
      Bien évidemment pour comprendre ce que j'avance là, il faut le lire.
      Quoi qu'il en soit, si au niveau de la mécanique, applicable au monde macroscopique,nous avons commis quelques erreurs, que dire de ces grandeurs qui sont reprises telles quelles, dans le monde du microscopique.

      Les physiciens du Cern font des collisions de noyaux d'atomes, car pour eux le vide est exempt de tout corpuscule. Ils interprètent les clichés autour des éléments qui seraient, entre autre, dotés de tel moment cinétique. Leurs interprétations sont fausses, car une particule ne pourra jamais décrire une cycloïde allongée (thème également traité dans ce livre). Par contre, ces collisions s'expliquent à merveille si c'est l'électron, qui en se déchargeant, laisse une telle trace.

      Si je vous ai amené sur le MAES, c'est qu'il est à la base d'une infinité d'EXPLICATIONS simples et logiques des Sciences de la Nature.
      En rejetant la gravitation je rejette toutes les théories qui s'y rattachent. La formation des planètes n'est plus issue d'une accrétion et Soleil et toutes les étoiles ne produisent pas leur rayonnement par "fusion thermonucléaire" (principe qui ne fonctionne toujours pas).
      Comme déjà annoncé, un astre possède un noyau qui se désagrège et engendre un grossissement en déversant des flots de matière par des volcans ou alors, elle se déforme plus brutalement et se traduit par une expansion.

      Pour savoir si l'expansion terrestre est une ânerie, il faut déjà savoir si tous les éléments qui conduisent à une telle théorie sont recevables. Pour cela, il est impératif de lire l'ensemble de mes développements.
    • actarus 11/02/2011
      Bon sang mais vous ne m'entendrez jamais : ce n'est pas votre théorie que je juge (je me contente de porter un avis, elle ne me convainc pas c'est tout), je ne suis pas assez compétent en physique, mais justement les PRETENDUS FAITS qui sont censés appuyer votre théorie.

      Votre avant-dernière phrase explique pourquoi nous ne nous entendrons jamais. Avant de discuter d'une théorie, il faut s'assurer que les faits sur lesquels on s'appuie sont avérés.
    • R_Robert 11/02/2011
      @ actarus,
      Tous mes développements autour du MAES sont en relations avec nos observations en électricité, dans la propagation de la lumière, du magnétisme, de la thermique et de la mécanique.
      L'expansion terrestre n'est pas à la base de ma démarche, mais une conséquence. C'est pour cela que je vous demande de faire abstraction de vos a priori issus de la première discussion pour évaluer mes théories en fonction de votre intelligence et non pas de vos connaissances.

      Vous êtes un représentant, dans une certaine mesure, du monde scientifique qui peut se faire une idée sur la pertinence de mes propos.
      Si vous estimez n'avoir pas les compétences, vous pouvez vous joindre avec des collègues pour cette critique.
    • pepejul 14/02/2011
      Roger : "Je ne changerai pas de registre car encore personne ne m'a démontré une éventuelle erreur dans ma vision de notre monde RÉEL. Aucun scientifique n'a encore fait des commentaires sur l'ensemble de mon travail. "

      Pepejul" : un espace constitué d'électrons contigüs doit conduire FORTEMENT le courant (me^me en admettant votre idée du rayon machinchose) or l'espace n'est que TRES TRS FAIBELMENT CONDUCTEUR...

      Ce fait facilement vérifiable invalide à lui seul toute votre théorie...CQFD
    • R_Robert 14/02/2011
      @ pepejul,
      Un gaz est moins conducteur qu'un solide, car la densité électronique est plus faible.
      L'éther est moins dense qu'un gaz, surtout lorsque la pression est réduite. Ce sont ces paramètres que nous rencontrons dans l'espace et c'est pour cette raison que l'éther de l'espace est très très faiblement conducteur.

      Si vous regardiez le développement autour du champ de pesanteur, vous constateriez que l'éther explique de façon simple et sans faire intervenir cette mystérieuse force d'attraction gravitationnelle qui avait, à son époque, tant navré son auteur Sir Isaac Newton. Il avait écrit dans une lettre qu'il n'aurait jamais cru le charlatan qui osa émettre une telle hypothèse.
      L'éther est ce fluide dans lequel baigne notre Univers.
    • pepejul 14/02/2011
      comment des électrons contigus peuvent-ils avoir une densité inférieure à ceux de la matières entre lesquels se trouvent des noyaux atomiques ?

      Si vous me répondez que leur "bulle électronique" est très vaste alors on retrouve la situation initiale : du vide et pas de l'ether...qu'en pensez vous ?
    • R_Robert 14/02/2011
      @ pepejul,
      La densité électronique est le nombre d'électrons par unité de volume. Le "vide" est un volume où les atomes sont raréfiés voire exempt, mais ce volume comporte toujours des électrons libres contigus au niveau de leur bulle électronique. La taille de ces bulles varie dans des proportions limitées car c'est l'intensité du Faisceau thermique qui s'amenuise sans pour cela entrainer une augmentation dans les mêmes proportions du rayon de la bulle.
      La sonde Planck a mesuré la température du fond cosmique à quelques petits degrés au dessus du zéro absolu. Ceci veut dire qu'au fin fond du cosmos, les bulles électroniques se contentent de très peu d'énergie thermique pour conserver ces bulles jointives. Ces mesures ont été attribuées à l'écho fossile du Big Bang !!!

      Le développement pour trouver les caractéristiques du champ de pesanteur est relativement long, car il faut trouver l'outil mathématique pour pouvoir le quantifier. Cet outil est le calcul d'une force par unité de volume, alors qu'au départ, nous utilisons la pression d'éther qui est une force par unité de surface. Nous trouvons ainsi la répartition que la densité suit une fonction en 1/R. C'est une hyperbole, donc la densité est maximale au niveau du noyau astral et trouve une valeur minimale, qui ne s'annule jamais, à la limite du champ de pesanteur.

      Toutes les représentations schématiques d'un atome ou d'un électron avec sa bulle électronique sont des représentations symboliques. La taille réelle d'un électron ne sera JAMAIS mesurable, car nos appareillages réagissent à ce que véhicule l'électron.
    • pepejul 14/02/2011
      bla bla bla... ne dites pas "nous" quand il s'agit que d'idée personnelles...

      N'essayez pas d'enfumer les lecteurs avec votre charabia, vous qui pronez la simplicté, pardon... vous prétendez qu'un volume entièrement comblé d'électrons très proches les uns des autres est moins dense qu'un même volume rempli de matière qui contient, par définiton, moins d'électrons puisque le noyau atomique et l'espace entre noyau et électron est totalement vide... ?

      Comment pouvez-vous simplement envisager cela ?

      Il n'y a rien de simple dans votre idée...elle est totalement illogique...
    • R_Robert 14/02/2011
      @ pepejul,
      Restez avec l'attitude que vous aviez. Ne concluez pas vos questions par des affirmations catégoriques et totalement gratuites.
      J'emploie le "nous" comme dans le livre, car toute ma réflexion est partagée avec le lecteur. Lecteur qui intervient occasionnellement en posant les questions pour faire avancer la réflexion.
      Je sais qu'il est difficile d'imaginer un atome selon le MAES, car des acquis indélébiles occultent cette vision.
      Actuellement le nombre d'électrons, pour un atome électriquement neutre, est obligatoirement égal au nombre de protons. Avec le MAES, cette égalité n'est plus requise, car ce n'est pas le nombre d'électrons qui détermine si un atome est déficitaire ou excédentaire au niveau de son Faisceau magnétique, et par la même occasion, si son potentiel électrique est différent de l'état de neutralité de son environnement.
      Pour cela, j'ai évoqué l'atome d'hydrogène, qui, dans le MAES, possède au moins 2 électrons.

      Je ne parle pas d'un volume comblé d'électrons très proches les uns des autres, mais de bulles électroniques plus grandes et accolées les unes aux autres, pour parler de l'éther. Au sein d'un atome, différentes couches d'électrons peuvent coexister afin d'assurer la stabilité de l'atome. Ceci explique pourquoi le poids volumique de la matière ne progresse pas en fonction du nombre de protons du noyau.
      Ces différentes couches respectent le principe d'équibullage, donc toutes les bulles électroniques d'un même atome possèdent un même rayon.
      Regardez correctement et complétez vos informations en lisant le reste du livre et vous verrez que la logique est toujours présente.
    • pepejul 14/02/2011
      ce n'est toujours pas clair...

      Si les bulles électroniques sont grandes on a donc du VIDE (donc contenant très peu d'électrons)... ce qui correspond à la définition actuelle du vide interstellaire, très peu conducteur d'électricité...

      Si les bulles électroniques sont petites, alors on a une grande masse d'électrons occupant tout le volume...donc un espace plus dense et plus conducteur d'électricité qu'il ne l'est actuellement...

      Ce simple exemple suffit à montrer les limites de votre raisonnement...

      Alors ? quelles dimensions vos bulles electroniques ?
    • R_Robert 14/02/2011
      @ pepejul,
      Donner une grandeur à la taille d'une bulle électronique est impossible.
      Il doit y avoir plusieurs milliards d'électrons par millimètre-cube de vide. Nombre grandement inférieur à ce que l'on trouve dans la matière.
      Nombre qui décroit en fonction de la micro-pression qui caractérise le vide. Donc plus on s'éloigne d'un astre plus fable est la conductivité électrique. Valeur très faible par rapport à celle observée dans les solides.
      L'éther est un fluide où les bulles électroniques sont jointives donc il ne correspond pas à notre vision actuelle du vide cosmique.
      Rappel ; Avec le MAES, l'électron ne possède pas de charge électrique et l'électricité n'est pas un flux d'électrons.
    • pepejul 14/02/2011
      expliquez moi comment la densité électronique peut être inférieure à celle de la matière sans évoquer une "bulle électronique" de grandes dimensions...

      Or si le diamètre de la bulle électronique (pure hypothèse invérifiable et corrélée par aucune observation je le rappelle) est mettons 1000 fois plus grand que le diamètre électronique (ce qui correspond à votre estimation ex nihilo et totalement gratuite de plusieurs milliards d'électrons par millimètre-cube) alors on se retrouve avec du.....vide ! Puisque ce qui sépare les électrons les uns des autres est du vide vous l'avez dit plus haut...

      Donc l'espace n'est pas constitué d'électrons mais de vide dans lequel flotteraient des électrons....soit...

      Vous parlez de la conductivité croissante de l'espace en fonction du rapprochement d'un astre... là encore pouvez-vous nous donner les mesures qui vous permettent une telle affirmation ?

      on parle de la resitivité et de la conductivité du vide ici : http://forums.futura-sciences.com/physique/26355-resistivite-vide.html


      ici : http://etronics.free.fr/dossiers/divers/div01/courant.htm on ne parle de conductivité du vide que lorsqu'on a une anode et une cathode avec DEPLACEMENT D'ELECTRONS de l'une à l'autre...

      Veuillez citez vos sources à propos des données suivantes que vous utilisez pour votre raisonnement :

      - le vide interstellaire est conducteur d'électricité
      - la conductivité du vide interstellaire est fonction de la distance avec l'astre

      Quand vous aurez cité ces sources nous pourrons continuer...
    • R_Robert 15/02/2011
      @ pepejul,
      Votre attitude est vraiment déconcertante. Vous ne lisez pas mes réponses et n'avez pas lu correctement les explications sur le MAES.
      La bulle électronique est le concept pour symboliser les effets combinés du Faisceau thermique et du tournoiement de l'électron. Le Faisceau thermique est l'élément qui génère la force et se propage dans le vide absolu qui entour l'électron.
      A part cela, le vide spatial est constitué d'éther, fluide composé de bulle électronique jointive et parfaitement mobile, ce qui en fait un supra-fluide.

      Vous ne voulez pas comprendre qu'avec ce modèle de l'atome, l'électricité est un flux de Rayons électriques et non plus un flux d'électrons chargés.
      Cette logique vous dérange et vous préférez CROIRE les hypothèses actuelles qui parlent d'un courant électrique dans le vide par l'APPARITION d'un électron et de son antiparticule un positron, puis de leur ANNIHILATION. Ces explications relèvent de la foi et sont, pour ma part et à juste titre, une démarche non-scientifique (pseudo-scientifique).

      Vous refusez de voir la simplicité de toutes mes explications, vous cherchez à préserver vos élèves face aux Sciences revisitées, car vous pensez que vos crétins d'ados immatures risqueraient de découvrir des EXPLICATIONS que vous n'êtes pas en mesure de donner. Vous avez surtout peur de devoir avouer que vous ne disiez pas la vérité mais celle qui prévalait. Votre image de marque en prendrait un sale coup.
      Votre démarche n'est pas scientifique, sinon vous auriez fait l'effort de lire entièrement mon livre et auriez posé des questions plus judicieuses.

      Vous demandez que je cite mes sources, mais je n'ai aucune source à citer. Tout est le fruit de ma réflexion de ma pensée, du questionnement incessant que j'ai entrepris pour trouver des réponses…
      Afficher la suite @ pepejul,
      Votre attitude est vraiment déconcertante. Vous ne lisez pas mes réponses et n'avez pas lu correctement les explications sur le MAES.
      La bulle électronique est le concept pour symboliser les effets combinés du Faisceau thermique et du tournoiement de l'électron. Le Faisceau thermique est l'élément qui génère la force et se propage dans le vide absolu qui entour l'électron.
      A part cela, le vide spatial est constitué d'éther, fluide composé de bulle électronique jointive et parfaitement mobile, ce qui en fait un supra-fluide.

      Vous ne voulez pas comprendre qu'avec ce modèle de l'atome, l'électricité est un flux de Rayons électriques et non plus un flux d'électrons chargés.
      Cette logique vous dérange et vous préférez CROIRE les hypothèses actuelles qui parlent d'un courant électrique dans le vide par l'APPARITION d'un électron et de son antiparticule un positron, puis de leur ANNIHILATION. Ces explications relèvent de la foi et sont, pour ma part et à juste titre, une démarche non-scientifique (pseudo-scientifique).

      Vous refusez de voir la simplicité de toutes mes explications, vous cherchez à préserver vos élèves face aux Sciences revisitées, car vous pensez que vos crétins d'ados immatures risqueraient de découvrir des EXPLICATIONS que vous n'êtes pas en mesure de donner. Vous avez surtout peur de devoir avouer que vous ne disiez pas la vérité mais celle qui prévalait. Votre image de marque en prendrait un sale coup.
      Votre démarche n'est pas scientifique, sinon vous auriez fait l'effort de lire entièrement mon livre et auriez posé des questions plus judicieuses.

      Vous demandez que je cite mes sources, mais je n'ai aucune source à citer. Tout est le fruit de ma réflexion de ma pensée, du questionnement incessant que j'ai entrepris pour trouver des réponses plus logique et ne se référant surtout pas à la croyance.
      Votre question : "la conductivité du vide interstellaire est fonction de la distance avec l'astre" démontre votre incompétence, car le vide interstellaire se situe entre des étoiles. Si vous aviez lu le livre, votre question aurait été : Comment expliquer la variation de la conductivité au sein de l'éthersphère ?, et je vous aurait dit, une fois de plus, que ceci est fonction de la densité électronique de l'éther.
      En fait, vous n'auriez certainement pas posé la question, car vous auriez compris le champ de pesanteur et sa limite physique que les astrophysiciens de la NASA connaissent sous le nom de "sphère d'influence de l'astre". Contrairement à la gravitation de Newton, l'influence d'un astre sur un objet se limite à son éthersphère, son champ de pesanteur.

      Essayez, SVP, de rehausser le niveau de vos interventions si vous voulez que cette conversation soit constructive, merci.
    • pepejul 15/02/2011
      citation : "Vous demandez que je cite mes sources, mais je n'ai aucune source à citer. Tout est le fruit de ma réflexion de ma pensée" ça on a bien compris et c'est bien là le problème...

      citation "la conductivité du vide interstellaire est fonction de la distance avec l'astre" démontre votre incompétence, car le vide interstellaire se situe entre des étoiles."
      mon incompétence ? sans rire ? quand on est loin d'une étoile on n'est pas entre deux étoiles ?

      citation : "Donc plus on s'éloigne d'un astre plus fable est la conductivité électrique" signifie exactement la même chose que ma phrase précédente... c'est à croire que vous ne comprenez pas vos propre phrase... je me marre

      vous me demandez de poser la question "Comment expliquer la variation de la conductivité au sein de l'éthersphère ?" mais cette variation de conductivité n'existe QUE dans votre esprit embrumé....avant d'expliquer un phénomène on cherche à le mettre en évidence !

      citation : "l'influence d'un astre sur un objet se limite à son éthersphère, son champ de pesanteur." donc en dehors de l'étehrsphère on a bien du vide ?
    • R_Robert 15/02/2011
      @ pepejul,
      Lorsque Einstein a établi sa théorie de la relativité en imaginant se déplacer sur un rayon lumineux, un Pépéjul lui a-t-il demandé de citer ses sources ? Je ne pense pas !
      Si la réflexion rejoint une nouvelle logique égarée, c'est la preuve que cette vision des choses se rapproche davantage de la réalité.

      Le vide interstellaire est un lieu où l'éther ne possède pas de force élémentaire orientée, comme vous avez pu le lire dans le chapitre sur le champ de pesanteur. Lorsque vous sortez de l'éthersphère terrestre, vous entrez obligatoirement dans l'éthersphère solaire, le champ de pesanteur solaire, sauf si vous entrez dans l'éthersphère lunaire, bien entendu..

      Vous avez lu le paragraphe sur l'éther dans lequel je demande d'imaginer les limites de l'Univers, le lieu où la pression d'éther est confrontée au néant, donc vous avez toutes les réponses à vos questions.
    • Zelle 15/02/2011
      " je demande d'imaginer les limites de l'Univers"

      Tient ? Moi qui croyait que l'Univers était en continuelle expansion...comment donc en imaginer les limites, vous y êtes allé faire un tour pour voir ? (note ceci ne constitue nullemment une attaque, mais une simple interrogation...)
    • R_Robert 15/02/2011
      @ Zelle,
      Dommage que vous n'ayez pas lu les pages sur le MAES, vous auriez découvert que l'Univers est infini, donc sans limite. Ceci exclu toute forme d'expansion et donc la théorie du Big Bang.
      Allez sur mon blog, pour voir ces développements.
    • Zelle 15/02/2011
      S'il est sans limites, pouvez vous me dire comment donc deux post plus haut vous pouvez demander d'essayer d'en imaginer les limites s'il n'y en a pas ? Il me semble que vous vous contredisez vous même ici...
    • pepejul 15/02/2011
      citation : "Le vide interstellaire est un lieu où l'éther ne possède pas de force élémentaire orientée" : bla bla bla dénué de sens.... on touche au sublime... Robert Einstein rien que ça !


      vous dites que la conductivité de l'espace diminue quand on s'éloigne d'un astre... comment le savez-vous ?
    • Zelle 15/02/2011
      @Pepejul,

      Il y est allé !!! Franchement, qu'est-ce que vous croyez Pepejul ?! C'est de Roger Robert dont vous parlez, pas du commun des mortels !
    • R_Robert 15/02/2011
      @ Zelle,
      Dommage que vous n'ayez pas lu les pages sur le MAES, vous auriez constaté que cette question, adressée aux lecteurs, était une contribution intellectuelle pour comprendre que l'Univers n'a pas de limite.
    • pepejul 15/02/2011
      citation : "Allez sur mon blog, pour voir ces développements. "


      HA HA HA... j'y vais tous les jours sur le blog (je dois être le seul sur Terre à m'y intéresser d'ailleurs) et franchement, vous n'avez fourni que des affirmations gratuites et incohérentes aussi bien sur les dinosaures que sur l'atmosphère...

      On va continuer c'est pas grave... quand tout le monde aura constaté que vous n'avez aucune cohérence dans vos propos ni les compétences nécessaires pour le moindre raisonnement scientifique vous tomberez dans l'oubli...

      au moins ici nous vous considérons... c'est tout ce que l'on peut faire pour soulager votre souffrance... mon pauvre vieux ça ne doit pas être facile de se prendre pour Einstein et passer pour un idiot aux yeux de tous les scientifiques contactés...

      Le pari tient toujours, votre "découverte" va faire un petit prout et vous pourrez vous chauffer en brulant les milliers d'exemplaires invendus de votre blablatage sur papier...

      je repose ma question pour finir ce débat : vous dites que la conductivité de l'espace diminue quand on s'éloigne d'un astre... comment le savez-vous ?
    • R_Robert 15/02/2011
      @ pepejul,
      Ceci est du bla bla bla pour vous qui campez sur une position stupide de ne pas vouloir lire mon livre.
      J'espère avoir commis moins d'erreurs que Einstein.

      Pour votre dernière question, je le sais en fonction du MAES et un contrôle sur place corroborera ou réfutera ma théorie. Voici du grain à moudre pour koeuf.
    • R_Robert 15/02/2011
      @ pepejul,
      Preuve que vous ne savez pas lire, vous prenez les messages pour Zelle à votre propre compte. Une misère.
    • Zelle 15/02/2011
      Remarque, votre blog n'est de toute façon qu'un tissu d'anneries (et oui je l'ai en bonne partie lu...avant qu'un rire triste me gagne...J'ai pitié de vous monsieur...)
    • pepejul 15/02/2011
      "@ pepejul,
      Preuve que vous ne savez pas lire, vous prenez les messages pour Zelle à votre propre compte. Une misère. "

      en plus d'un problème d'égo vous avez des problèmes de compréhension fine....

      je traduis : j'ai bien compris que vous vous adressiez à Zelle et je lui donnait l'information suivante : il est inutile de visiter votre blog puisqu'il ne contient rien de plus que vos hallucinations ici présentes...

      Vous avez tendance à prendre vos propres limites intellectuelles pour la norme cela devient lassant à force...

      devinez qui a dit "
      Je nie et je crie après les sciences quantiques parce qu'elles sont parties dans une dérive intellectuelle infernale qui discrédite à jamais l'intelligence de la pensée humaine. Relisez les et constatez tous les artifices qu'ils ont imaginés pour les faire tenir debout. "

      voilà une belle définition de votre pseudo"raisonnement"... vous inventez des artifices pour faire tenir debout votre théorie...


      Indirectement vous venez d'avouer que votre théorie était fausse car les mesures de conductivité ont été réalisées et montrent une conductivité constante et proche de zéro du vide interstellaire...

      voilà : un fait vient de démonter toute votre théorie...soit vous reprenez tout à zéro en commençant par revoir vos cours de sixième, soit vous admettez avoir une démarche dogmatique auquel cas votre présence sur knowtex n'est plus justifiée...au revoir Monsieur.
    • R_Robert 16/02/2011
      @ Zelle,
      J'espère que vous ne jugez jamais un livre en lisant la 4e de couverture ou la table des matières. J'ose espérer que votre critique est fondée sur votre propre lecture et non exclusivement sur ce qu'en pense les adultes et particulièrement vos profs.
      Concernant mon blog, les articles sont des résumés succincts de différents chapitres développés en détail dans mon livre.
      Aucun détracteur de mes théories n'a eu l'honnête démarche intellectuelle de lire l'intégralité de mon livre, et vous non plus, avant de proférer toutes sortes de dénigrements gratuits et infondés.
      Aucun des intervenants n'a réussi à démontrer la moindre erreur de ma part, car personne n'a axé le débat sur mes théories. Ils ne le peuvent et ne le pourront pas tant qu'ils n'auront pas toutes les explications qui apparaissent dans une lecture objective de mon livre.
      C'est moi qui ai beaucoup de pitié envers l'enseignement français qui a montré une bassesse que je n'osais imaginer.
    • R_Robert 16/02/2011
      @ pepejul,
      S'il y a un représentant de l'enseignement français qui s'est ridiculisé tout au long des commentaires qu'il a laissé trainé ici et là, c'est bien vous. Vos coquilles et vos remarques sont la honte du corps enseignant. Je savais que la lecture n'était pas le fort de la jeunesse française, mais je le comprends avec toutes vos âneries.

      La dernière en date est sur le précédent commentaire.
      devinez qui a dit :
      "Je nie et je crie après les sciences quantiques parce qu'elles sont parties dans une dérive intellectuelle infernale qui discrédite à jamais l'intelligence de la pensée humaine. Relisez les et constatez tous les artifices qu'ils ont imaginés pour les faire tenir debout. "

      voilà une belle définition de votre pseudo"raisonnement"... vous inventez des artifices pour faire tenir debout votre théorie...
      Si vous saviez lire, vous auriez vu que ce sont les sciences quantiques qui font appel à toutes sortes d'artifices.
      Les Sciences revisitées sont cohérentes, tandis que la quantique s'appuie sur le principe de "décohérence", ce n'est pas moi qui l'ai inventé, les physiciens le revendiquent.

      Citez vos sources pour prétendre que la conductivité est constante. Si ces sources parlent du vide interstellaire, sachez qu'à ce jour aucune sonde n'est encore allée dans ce lieu de l'espace.

      Si vous aviez lu mon livre, vous auriez cessé de parler d'une démarche dogmatique. Vous auriez fait preuve d'intelligence, pour une fois. Ma place sur Knowtex est justifiée si les scientifiques y viennent et agissent en scientifique. C'est-à-dire en jugeant des nouveautés sur l'ensemble des explications et non pas sur ces a priori qui disent que quiconque n'est pas en accord avec le dogme actuel est forcément un pseudo-scientifique qu'il faut combattre.
      Ces informations…
      Afficher la suite @ pepejul,
      S'il y a un représentant de l'enseignement français qui s'est ridiculisé tout au long des commentaires qu'il a laissé trainé ici et là, c'est bien vous. Vos coquilles et vos remarques sont la honte du corps enseignant. Je savais que la lecture n'était pas le fort de la jeunesse française, mais je le comprends avec toutes vos âneries.

      La dernière en date est sur le précédent commentaire.
      devinez qui a dit :
      "Je nie et je crie après les sciences quantiques parce qu'elles sont parties dans une dérive intellectuelle infernale qui discrédite à jamais l'intelligence de la pensée humaine. Relisez les et constatez tous les artifices qu'ils ont imaginés pour les faire tenir debout. "

      voilà une belle définition de votre pseudo"raisonnement"... vous inventez des artifices pour faire tenir debout votre théorie...
      Si vous saviez lire, vous auriez vu que ce sont les sciences quantiques qui font appel à toutes sortes d'artifices.
      Les Sciences revisitées sont cohérentes, tandis que la quantique s'appuie sur le principe de "décohérence", ce n'est pas moi qui l'ai inventé, les physiciens le revendiquent.

      Citez vos sources pour prétendre que la conductivité est constante. Si ces sources parlent du vide interstellaire, sachez qu'à ce jour aucune sonde n'est encore allée dans ce lieu de l'espace.

      Si vous aviez lu mon livre, vous auriez cessé de parler d'une démarche dogmatique. Vous auriez fait preuve d'intelligence, pour une fois. Ma place sur Knowtex est justifiée si les scientifiques y viennent et agissent en scientifique. C'est-à-dire en jugeant des nouveautés sur l'ensemble des explications et non pas sur ces a priori qui disent que quiconque n'est pas en accord avec le dogme actuel est forcément un pseudo-scientifique qu'il faut combattre.
      Ces informations sont celles que je développe dans mon dernier article : http://rogerrobert.unblog.fr/2011/02/15/la-mediation-scientifique-ou-linquisition-moderne/
    • pepejul 16/02/2011
      Voilà un bon résumé de votre situation...

      vous ne comprenez pas ce que vous lisez... je traduis encore :

      Vos critiques de la "science quantique" contiennent des reproches qui sont appliquables à votre propre raisonnement, voilà le sens de ma remarque... Vos attaques ad-hominem ne font que confirmer votre état : incapable de vous défendre avec des arguments vous êtes aux abois et serinant : j'ai raison, j'ai raison, j'ai raison...

      Je vous contredis encore sur trois points :

      - vous demandez de citer des sources alors que vous n'en citez aucune : appliquez à vous-même vos exigences vous verrez alors votre égarement... je vous affirme que l'espace n'est pas conducteur, prouvez-moi le contraire ! Prouvez moi que j'ai tort...
      - vous affirmez qu'aucune sonde n'est jamais allé dans l'espace interstellaire... qu'est-ce que vous appelez l'espace interstellaire ? Des centaines de sondes parcourent l'espace depuis des décennies... les sondes Voyager ou Pionner par exemple lancées dans les années 70 qui ont atteint des distances phénoménales...
      - enfin vous affirmez avoir votre place sur Knowtex A CONDITION que les scientifiques présents agissent en tant que tel : Je vous rassure sur ce point, à part vous (dont tous les scientifiques qui lisent vos messages se moquent comme d'un benêt) tous les membres participant à ce débat agissent en scientifiques en exposant des questions précises et une argumentation construite sur un raisonnement fiable...

      Les lecteurs se feront une idée en confrontant les arguments des uns et des autres... où en étions-nous déjà ?

      Ah oui, l'espace n'est pas conducteur d'électricité donc votre théorie est nulle.... au revoir monsieur
    • -florian- 2/06/2011
      Qui a dit que l'on ne pouvait pas voir des orbitales moléculaires?

      En voici une jolie illustration, avec en haut les modèles théoriques de densité électronique, et en bas les données expérimentales correspondantes: http://www.jbc.org/content/286/5/3587/F2.large.jpg

      Pour ceux que çà intéresse, l'article complet est ici: http://www.jbc.org/content/286/5/3587.full
    • R_Robert 3/06/2011
      @ florian,
      Très belles vues artistiques de ce que certains imaginent. Certes nous pouvons voir ces dessins, mais ceux-ci ne sont pas des photos directes de la réalité, donc ce ne sont pas des preuves !
      Ces trois types de représentation (qui ne représentent pas exactement la même chose) montrent des géométries particulières.

      Si nous faisions le même montage en considérant les électrons immobiles autour de leur noyau et que nous mettions en commun 1 ou 2 électrons, la surprise serait grande de constater des géométries similaires !
      Cette constatation signifierait que le MAES représente, au plus proche, l'atome.
      Je n'ai pas fait cette construction, par contre des assemblages de carbone avec le MAES, montrent clairement la différence entre le graphite et le diamant. Dans un cas il n'y a pas de mise en commun d'électron tandis que dans l'autre un maximum d'électrons sont substitués et le diamant reste électriquement neutre, d'où la nécessité de comprendre les notions de Rayons électrique et lumineux.

      Vu que vous arrivez juste sur Knowtex, je vous conseillerais, si ce n'est fait, de lire les articles de mon blog qui traitent de ce sujet et plus particulièrement le PDF disponible ici. http://rogerrobert.unblog.fr/2010/12/11/le-modele-de-latome-a-electrons-statiques-maes-une-evidence/
    • -florian- 3/06/2011
      @ R_Robert

      "Très belles vues artistiques de ce que certains imaginent. Certes nous pouvons voir ces dessins, mais ceux-ci ne sont pas des photos directes de la réalité, donc ce ne sont pas des preuves !"

      hé si, les données expérimentales sont justement des photographies, tridimentionnelles qui plus est. Elles sont faites en utilisant une longueur d'onde plus petite que la lumière visible (rayons X), justement pour avoir une résolutions atomique. Donc ce sont des preuves, qui sont en accord avec le modèle théorique, ce dernier étant très différent de votre modèle. J'en conclue que votre modèle est faux. Désolé.
    • pepejul 3/06/2011
      bien dit...
    • R_Robert 4/06/2011
      @ florian,
      Une radiographie aux rayons X donnent des photographies tridimensionnelles, je suis heureux de l'apprendre !
      Que les instruments de mesure permettent de visualiser une géométrie particulière d'une molécule, je veux bien l'admettre, mais me faire croire que ces instruments visualisent des nuages électroniques, je dis non!
      J'ai vu récemment un reportage dans lequel un scientifique renommé, utilisait des vues d'artiste comme pièces à conviction, pour démontrer qu'il avait observé des transits d'exoplanètes en sens rétrograde. Au niveau juridique ceci est "faux et usage de faux".

      Les soi-disant pièces à conviction que vous présentez ne démontrent en rien que le modèle atomique MAES est faux.

      Vous qui vous opposez à ces milliers de géologues qui sont convaincus de la tectonique, faites l'effort d'analyser le MAES à la limites de ses incidences sur notre connaissance, et vous constaterez qu'il est au centre de la théorie de l'expansion terrestre.
      Le MAES explique la consistance de l'éther, éther qui explique la pesanteur, etc...
      Toutes nos idées préconçues sont remise en cause avec une logique qui est en accord avec notre intelligence.

      Un astre possède un noyau, constitué de protons, qui se désagrège en produisant des éléments de matière. Ceux-ci occupent un plus grand volume. D'où l'origine de cette expansion.
      Ces éléments de matière, en progressant dans le manteau, se désagrègent encore pour former de plus petit éléments solides, liquides et gazeux. Donc l'expansion terrestre s'effectue avec une variation des fluides à sa surface.

      Montrez un peu plus de curiosité envers le MAES et vous trouverez tous les arguments qui vous font défaut pour lutter contre la tectonique, et par la même occasion, vous vous mettrez à dos des milliers de physiciens qui…
      Afficher la suite @ florian,
      Une radiographie aux rayons X donnent des photographies tridimensionnelles, je suis heureux de l'apprendre !
      Que les instruments de mesure permettent de visualiser une géométrie particulière d'une molécule, je veux bien l'admettre, mais me faire croire que ces instruments visualisent des nuages électroniques, je dis non!
      J'ai vu récemment un reportage dans lequel un scientifique renommé, utilisait des vues d'artiste comme pièces à conviction, pour démontrer qu'il avait observé des transits d'exoplanètes en sens rétrograde. Au niveau juridique ceci est "faux et usage de faux".

      Les soi-disant pièces à conviction que vous présentez ne démontrent en rien que le modèle atomique MAES est faux.

      Vous qui vous opposez à ces milliers de géologues qui sont convaincus de la tectonique, faites l'effort d'analyser le MAES à la limites de ses incidences sur notre connaissance, et vous constaterez qu'il est au centre de la théorie de l'expansion terrestre.
      Le MAES explique la consistance de l'éther, éther qui explique la pesanteur, etc...
      Toutes nos idées préconçues sont remise en cause avec une logique qui est en accord avec notre intelligence.

      Un astre possède un noyau, constitué de protons, qui se désagrège en produisant des éléments de matière. Ceux-ci occupent un plus grand volume. D'où l'origine de cette expansion.
      Ces éléments de matière, en progressant dans le manteau, se désagrègent encore pour former de plus petit éléments solides, liquides et gazeux. Donc l'expansion terrestre s'effectue avec une variation des fluides à sa surface.

      Montrez un peu plus de curiosité envers le MAES et vous trouverez tous les arguments qui vous font défaut pour lutter contre la tectonique, et par la même occasion, vous vous mettrez à dos des milliers de physiciens qui croient au modèle quantique.
      Vous serez le bien venu dans ce monde de "scientifiques" à la pépéjul.
    • -florian- 4/06/2011
      @ R_Robert
      "Une radiographie aux rayons X donnent des photographies tridimensionnelles, je suis heureux de l'apprendre !"

      J'en suis fort aise.

      "Que les instruments de mesure permettent de visualiser une géométrie particulière d'une molécule, je veux bien l'admettre, mais me faire croire que ces instruments visualisent des nuages électroniques, je dis non!"

      Croyez ce que vous voulez. Il s'agit exactement d'une photographie des nuages éléectroniques.
    • R_Robert 4/06/2011
      @ florian,
      Ce n'est pas moi qui le crois, mais vous.
    • -florian- 4/06/2011
      @R_Robert Les photons formant les images proviennent de la diffraction par les électrons des molécules analysés. C'est de la photographie (et pas de la radiographie).
    • pepejul 4/06/2011
      Aaaaaaah ce bon vieux Roger Robert.... alors cette révolution scientifique ça avance ?
    • R_Robert 4/06/2011
      @ pepejul,

      Alors Julien quand est-ce que tu regardes à l'intérieur de mon livre ?
      Tu risquerais d'être un très grand promoteur de mes idées, mais ça te fera perdre ton pari.
      Ce n'est pas grave, qu'est-ce-qu'un milliard de nos jours.
    • pepejul 4/06/2011
      pfff...

      Si quelqu'un qui aurait lu votre livre le trouvait creux et inutile, cela suffirait-il à vous convaincre ? Qu'y a-t-il donc dans ce livre qui rattrapperait toutes les absurdités que vous déversez sur les forums ? Arrêtez de venir vendre votre soupe ici, cela fait des années que vous essayez de convaincre et ça ne marche pas....

      Vos arguments ne sont PAS pertinents...vous projetez vos fantasmes et vos raisonnements circulaires sur papier pour prétendre ensuite avoir "démontré" et "expliqué" des phénomènes que vous ne comprenez pas... revoyez les définitions des mots que vous employez (démontrer, raisonner, argumenter, prouver, conclure, penser, imaginer, rêver, croire..) Vous mélangez tout ça allégrement.

      Prenez plutôt exemple sur Florian qui, bien qu'ayant des idées que je ne partage pas, parvient à conduire une discussion sensée, argumentée et cordiale...

      Vous ne faites pas partie de la communauté scientifique, vous en rêvez mais vous ruminez votre déception en crachant sur ceux qui vous rejettent... écrire un livre peut faie partie de votre thérapie, c'est bien, mais n'essayez pas de forcer les gens à vous suivre.... s'il vous plait, intervenez sur votre blog tant que vous voulez, vos amis et votre famille vous soutiennent et c'est très bien mais ici vous ne trouverez que frustration et déception... arrêtez de vous faire du mal...

      Mon pari tient toujours j'en reformule ici les termes : "je parie un milliard d'euros que votre théorie ne trouvera aucun écho dans la communauté scientifique et qu'elle ne révolutionnera rien du tout, qu'elle n'aboutira sur aucune application concrète permettant le moindre porgrès scientifique..." Il n'y a pas de clause de fin ce qui vous permettra de garder espoir jusqu'au bout... non vous n'êtes pas Gallilée...
      Afficher la suite pfff...

      Si quelqu'un qui aurait lu votre livre le trouvait creux et inutile, cela suffirait-il à vous convaincre ? Qu'y a-t-il donc dans ce livre qui rattrapperait toutes les absurdités que vous déversez sur les forums ? Arrêtez de venir vendre votre soupe ici, cela fait des années que vous essayez de convaincre et ça ne marche pas....

      Vos arguments ne sont PAS pertinents...vous projetez vos fantasmes et vos raisonnements circulaires sur papier pour prétendre ensuite avoir "démontré" et "expliqué" des phénomènes que vous ne comprenez pas... revoyez les définitions des mots que vous employez (démontrer, raisonner, argumenter, prouver, conclure, penser, imaginer, rêver, croire..) Vous mélangez tout ça allégrement.

      Prenez plutôt exemple sur Florian qui, bien qu'ayant des idées que je ne partage pas, parvient à conduire une discussion sensée, argumentée et cordiale...

      Vous ne faites pas partie de la communauté scientifique, vous en rêvez mais vous ruminez votre déception en crachant sur ceux qui vous rejettent... écrire un livre peut faie partie de votre thérapie, c'est bien, mais n'essayez pas de forcer les gens à vous suivre.... s'il vous plait, intervenez sur votre blog tant que vous voulez, vos amis et votre famille vous soutiennent et c'est très bien mais ici vous ne trouverez que frustration et déception... arrêtez de vous faire du mal...

      Mon pari tient toujours j'en reformule ici les termes : "je parie un milliard d'euros que votre théorie ne trouvera aucun écho dans la communauté scientifique et qu'elle ne révolutionnera rien du tout, qu'elle n'aboutira sur aucune application concrète permettant le moindre porgrès scientifique..." Il n'y a pas de clause de fin ce qui vous permettra de garder espoir jusqu'au bout... non vous n'êtes pas Gallilée...
    • R_Robert 4/06/2011
      @ pepejul,
      Je vous cite : "Croire est intellectuellement plus facile que réfléchir...."
      Excusez-moi de vous avoir fatigué à vouloir vous faire réfléchir autrement.

      Vous dites encore : "Si quelqu'un qui aurait lu votre livre le trouvait creux et inutile, cela suffirait-il à vous convaincre ?"
      Oui ! Mais actuellement ceux qui l'ont lu ne le trouve pas si creux que cela.

      Ou encore : "Qu'y a-t-il donc dans ce livre qui rattrapperait toutes les absurdités que vous déversez sur les forums ?"
      Si vous aviez eu la grandeur scientifique de regarder dedans, vous le sauriez. Contrairement aux sujets de débat ici et là, sur divers forum, toutes les idées sont organisées dans une suite logique, avec à l'appui des nouveautés celles qui ont été préalablement découvertes.

      Vous ne pouvez pas juger mes compétences scientifiques uniquement sur le fait que je ne raconte pas ce que vous voulez entendre ou parce que d'autres scientifiques ont prétendu que la vérité, c'est ça et pas autre chose.
      Si les physiciens étaient vraiment convaincus de leurs croyances, ils auraient le courage de lire mon livre avant d'émettre leurs critiques. Ils doutent de leurs théories et ont peur de leur avenir tout tracé, au cas où il faudrait réfléchir autrement.
      J'ai la conviction de ce que j'affirme là, car un physicien a vu dans mon modèle atomique certaines explications qu'il n'avait pas encore. Mais il ne faut pas froisser les collègues, alors au dernier moment on se range du côté du plus grand nombre.

      Vous avez raison, je ne fais pas partie de votre communauté "scientifique" qui ne cherche pas à comprendre le monde qu'elle prétend expliquer. Cette communauté qui se complait dans une forme d'ignorance et discrédite allègrement ou occulte tout simplement, ce qui risquerait de déranger.
      Personne…
      Afficher la suite @ pepejul,
      Je vous cite : "Croire est intellectuellement plus facile que réfléchir...."
      Excusez-moi de vous avoir fatigué à vouloir vous faire réfléchir autrement.

      Vous dites encore : "Si quelqu'un qui aurait lu votre livre le trouvait creux et inutile, cela suffirait-il à vous convaincre ?"
      Oui ! Mais actuellement ceux qui l'ont lu ne le trouve pas si creux que cela.

      Ou encore : "Qu'y a-t-il donc dans ce livre qui rattrapperait toutes les absurdités que vous déversez sur les forums ?"
      Si vous aviez eu la grandeur scientifique de regarder dedans, vous le sauriez. Contrairement aux sujets de débat ici et là, sur divers forum, toutes les idées sont organisées dans une suite logique, avec à l'appui des nouveautés celles qui ont été préalablement découvertes.

      Vous ne pouvez pas juger mes compétences scientifiques uniquement sur le fait que je ne raconte pas ce que vous voulez entendre ou parce que d'autres scientifiques ont prétendu que la vérité, c'est ça et pas autre chose.
      Si les physiciens étaient vraiment convaincus de leurs croyances, ils auraient le courage de lire mon livre avant d'émettre leurs critiques. Ils doutent de leurs théories et ont peur de leur avenir tout tracé, au cas où il faudrait réfléchir autrement.
      J'ai la conviction de ce que j'affirme là, car un physicien a vu dans mon modèle atomique certaines explications qu'il n'avait pas encore. Mais il ne faut pas froisser les collègues, alors au dernier moment on se range du côté du plus grand nombre.

      Vous avez raison, je ne fais pas partie de votre communauté "scientifique" qui ne cherche pas à comprendre le monde qu'elle prétend expliquer. Cette communauté qui se complait dans une forme d'ignorance et discrédite allègrement ou occulte tout simplement, ce qui risquerait de déranger.
      Personne ne m'a encore démontré la moindre erreur dans mes écrits et ce n'est pas avec une telle attitude que ceux qui se prétendent scientifiques y parviendront.
      Je vous salue !
    • pepejul 4/06/2011
      bla bla bla...

      - vous croyez à votre théorie et vous qualifiez d'hérétiques ceux qui ne veulent pas livre LE livre... vous êtes dans une démarche religieuse cela ne m'interesse pas.

      - le dénommé Kweeky a lu votre livre et l'a trouvé insignifiant... et vous l'avez accusé de partialité et de complot etc...

      - à chaque argument que vous présentez des personnes qualifiés de tous horizons vous expliquent vos erreurs et vous les insultez...

      - vous ne dérangez rien du tout, vous ne menacez personne, vos idées sont éculées et incohérentes et votre livre révolutionne à peu près autant la science que celui d'Elizabeth Tessier influence le commerce extérieur de la corée du Nord, c'est vous dire...

      - vous revenez sur Knowtex après avoir dit que vous partiez (au moins ici des gens vous considèrent) et vous ressassez votre argutie insipide

      Allez donc à la pêche ça vous reposera...
    • -florian- 4/06/2011
      @R_Robert
      "Vous avez raison, je ne fais pas partie de votre communauté "scientifique" qui ne cherche pas à comprendre le monde qu'elle prétend expliquer. Cette communauté qui se complait dans une forme d'ignorance et discrédite allègrement ou occulte tout simplement, ce qui risquerait de déranger. "
      Je ne me reconnais pas du tout dans ce portrait, ni mes collègues d'ailleurs. Le milieu scientifique est conservateur par essence. Et c'est justement en partie ce qui permet de construire des théories solides. Parfois il y a des ratages, mais c'est toujours temporaire, car la méthode scientifique permet de corriger le tir au final.

      Dans votre modèle, les électrons occupent une position bien précise, très différente de ce que prévoit le modèle orbitalaire. Donc soit votre modèle est correct, soit celui des orbitales l'est, mais pas les deux. Il suffit donc de mesurer expérimentalement la densité des électrons dans une molécule pour vérifier si elle correspond à votre modèle ou à l'autre. Je vous ai donner un exemple de mesure de densité d'électron qui confirme la prédiction du modèle orbitalaire. C'est donc que votre modèle est faux, la Nature a tranché.
      Ce n'est pas grave, imaginer des modèles que l'expérience réfute, c'est le lot quotidien du chercheur, c'est normal. Par contre, vous ne pouvez pas niez ou ignorer des résultats expérimentaux parce qu'il ne vous plaisent pas, car ce ne serait plus de la science, et n'avancerait pas à grand chose.
    • SAMAIN 29/08/2014
      Bonjour,

      Je suis nouveau sur ce blog et très intéressé par les différents modèles de l'atome. J'ai lu avec intérêt votre fichier pdf. Je reste néanmoins sur ma faim quand aux prédictions des différentes raies spectrales avec votre modèle. Pouvez-vous me tenir informé sur ce point, qui a nom sens, sera de nature à vous donner du crédit. Peut-être dans votre second livre ?
    • miska 21/05/2015
      Super intéressante cette vision de l'atome.
      Cependant, comment peut-elle expliquer les transmutations à basse énergie constatées par Louis Kervran notamment ?
      Comment réussir ce prodige qui n'est pensable, en théorie, que dans un réacteur nucléaire ?

      J'en conclus, qu'en définitive, personne ne sait ce qu'est réellement la matière, mais je me permets de faire un parallèle avec les trois couleurs, visibles, de base du spectre lumineux, pour émettre l'idée que trois éléments de base du tableau périodique, l'hydrogène, le carbone et l'azote, pourraient se combiner pour donner tous les autres, sur un modèle vibratoire étagé en octaves, tel que le montre Walter Russell.
      Mais alors, qu'est-ce qui en déciderait ?
    • Laisser un commentaire :

      Connectez-vous pour laisser un commentaire.

    Demande de confirmation

    Etes-vous sûr de vouloir continuer ?