Knowtex Blog

Un learning center sur l’innovation à Lille 1

Le 29 décembre 2010 par Marion Sabourdy

En arrivant sur le campus de l’Université des sciences et technologie Lille 1, on ne peut pas louper la Bibliothèque universitaire (BU), avec sa forme ronde et sa façade aux motifs tourmentés. « La BU est un peu l’emblème du campus, nous indique Laurent Matejko, chef de projet Learning center et responsable du service public ; c’est le tout premier bâtiment du campus, construit dans les années 1960 selon les plans de l’architecte Noël Le Maresquier ».

Original, le plan du campus se veut être une sorte de cellule dont la BU représente le noyau et les autres secteurs les organites. Visiblement passionné par le sujet, Laurent Matejko poursuit : « le bâtiment a une conception singulière, panoptique, ce qui signifie qu’on a une vue à 360° à l’intérieur et sans mur porteur. Seuls des pylônes de sécurité soutiennent l’ensemble ».

Mais si le projet architectural est intéressant, il masque mal ses lacunes. « D’une part, le bâtiment n’est plus aux normes techniques et d’autre part, cette bibliothèque n’a absolument pas été conçue pour les besoins pédagogiques des étudiants d’aujourd’hui, déplore Laurent, par exemple, nous n’avons pas assez de prises électriques pour que chacun puisse brancher son ordinateur et le travail en équipe n’est pas facilité ».

Depuis le début de l’année universitaire, la BU est donc entrée dans une longue période de mue, avec pour objectif d’augmenter le nombre de places de travail (1000 au lieu de 650 actuellement dont la moitié pour le travail en groupe), de prises électriques et d’atteindre une connectivité totale à internet, via le Wifi et le filaire par endroits. « A terme, les 8000 m² du bâtiment originel devront atteindre des objectifs de Haute qualité environnemental (HQE) », ce qui ne sera pas une mince affaire pour ce bâtiment cerné de baies vitrées, véritable gouffre à énergie.

Mais ces menues modifications ne représentent qu’une infime partie du projet, bien plus vaste, porté par une équipe composée de Laurent Matejko, Julien Roche, l’actuel directeur de la bibliothèque et du service commun de documentation, depuis leur arrivée en juillet 2005, et André Tordeux, chargé de mission de l’université. Car c’est bien un « learning center » sur le thème de l’innovation et intégrant la BU qui se dessine sur le campus de Lille 1.

Pour monter ce projet, l’université, la Communauté urbaine de Lille et surtout la Région Nord-Pas-de-Calais (principal financeur) se sont inspirées des centres européens et canadiens (1), tout en apportant leur grain de sel : « la région a proposé une thématisation des deux learning center universitaires (2) de Lille, ce qui est une originalité ». L’équipe projet s’est déjà mise en contact avec les Pôles de compétitivité « dont le Learning center deviendrait la vitrine technologique, grâce à son architecture d’abord et ensuite en présentant leurs réalisations ».

Un learning center est une « place to explore and to stay », un lieu de rencontre entre plusieurs pratiques, entre des étudiantS, le « grand public » et les professionnels de la documentation et de l’apprentissage. « On y reste pendant des heures pour travailler seul ou en groupe ou boire un coup avec un professeur ». Suivant cette définition et avec une ambition non dissimulée, Laurent Matejko et ses collègues ont « travaillé avec pôles de compétitivité et développé une stratégie de diffusion de la Culture de l’Innovation dans un campus qui a 40 ans d’histoire scientifique. C’est le fil d’Ariane entre les différentes fonctions que nous souhaitons développer ».

Laurent nous révèle ensuite le détail de ces différentes fonctions (encore en projet) : une bibliothèque universitaire « puissante » en termes de ressources et de personnels, un « internet café » avec une centaine de places et des horaires élargis (plus de 60 heures d’ouverture  hebdomadaire), des espaces d’exposition (3), un auditorium et un « expérimentarium » qui permettrait de pérenniser l’activité lancée lors de la Fête de la Science.

L’expérimentarium « serait animé par des enseignants-chercheurs et des étudiants en master ou doctorat, avec une perspective universitaire ou lycéenne – un public qui nous échappe un peu – afin de ne pas empiéter sur les publics du Forum départemental des sciences » et ce, en lien avec l’Espace culture de l’université.

Avec une enveloppe de 35 millions pour réhabiliter ce bâtiment, transformer ses fonctions, et éventuellement l’étendre, « nous sommes la plus grosse opération du plan campus Lille (4), le troisième projet français le plus cher de la dernière décennie en termes de bibliothèques. Au niveau européen, nous nous situons dans la fourchette classique de coût des learning centers, qui se situe entre 25 et 50 millions d’euros ».

Au jour le jour, Laurent Matejko « prépare le déménagement provisoire des 55 agents dans un autre bâtiment, tout en assurant la continuité du service ». Son plus gros travail, vraie « révolution copernicienne des bibliothécaires », résidera dans le passage d’une activité centrée sur l’enrichissement des collections à une activité centrée sur le service à l’usager (dont la collection fait partie) avec les nouvelles compétences que cela sous-entend. A

ctuellement, la BU accueille un flux de 300 000 entrées par an. Avec ce nouveau projet, le personnel devra faire face à une augmentation de la fréquentation et surtout des publics différents prédit Laurent Matejko. « Nous faisons déjà des formations avec les 2500 étudiants primo-arrivants, par groupes de 30. En deux fois deux heures, nous leur apprenons le « kit de survie » dans une BU, pour savoir se repérer dans l’espace, apprendre à se documenter, faire sa bibliographie, connaître le schéma de circulation des publications… ».

En clair, le learning center sera un « lieu de test vis-à-vis du public » avec le recours à la technologie RFID pour le prêt des livres ou l’insertion de flash codes sur les lieux d’exposition pour développer l’autonomie des usagers et étendre l’usage des smartphones.

Et l’offre se prolongera également sur le web. « Dans le cadre du réseau des learning center régionaux, nous sommes invités à mettre en place un learning center virtuel, annonce Laurent Matejko, son aspect et ses contenus étant encore à définir ». En attendant, la BU va bientôt lancer un futur blog d’information sur les travaux, proposer des renseignements en ligne, étendre ses ressources virtuelles comme sa base d’annales de sujets d’examens (consultée plus de 300 000 fois par an) et celles à destination de La Recherche. « Le changement n’est pas révolutionnaire mais le saut sera néanmoins important culturellement parlant ».

Notes

  1. Voir le Rolex Learning Center (LC) de Lausanne, le Learning & Development Centre à l’Imperial College de Londres, le LC de Kingston au Canada, le Centre de ressources pour l’apprentissage et la recherche de l’université de Barcelone (Espagne) ou encore le LC de l’université d’Avans (Pays-Bas).
  2. Le deuxième learning center lillois en projet sur le site « Pont de bois » aura pour thème l’archéologie. Voir la fiche des deux projets ici.
  3. L’espace n’aura pas vocation à créer d’exposition. Il en accueillera seulement, par exemple les collections de l’Association de solidarité des Anciens de Lille 1 (objets recueillis dans les laboratoires)
  4. Concernant le plan campus Lille, lire la présentation de l’exposition « 12 campus du 21ème siècle », le site du projet « Campus Grand Lille », le communiqué et une vidéo du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et la page du conseil régional Nord Pas-de-Calais.

>> Illustrations : Atelier Stereograph (deuxième photo)

1 commentaire

  1. learning center | Pearltrees le 26 mars 2012 à 21:35

    [...] Un learning center sur l’innovation à Lille 1 | Knowtex Blog En arrivant sur le campus de l’ Université des sciences et technologie Lille 1 , on ne peut pas louper la Bibliothèque universitaire (BU), avec sa forme ronde et sa façade aux motifs tourmentés. « La BU est un peu l’emblème du campus, nous indique Laurent Matejko, chef de projet Learning center et responsable du service public ; c’est le tout premier bâtiment du campus, construit dans les années 1960 selon les plans de l’architecte Noël Le Maresquier ». Original, le plan du campus se veut être une sorte de cellule dont la BU représente le noyau et les autres secteurs les organites . [...]

Ajoutez un commentaire

Pas encore membre ? Inscrivez-vous pour laisser un commentaire ! Déjà membre ? Connectez-vous

Tous les contenus, sauf exception signalée, sont sous licence Creative Commons BY-NC-SA