Knowtex

38783 liens
  • 17910

    L’expansion terrestre, non pas une théorie mais une réalité !!!

    Cette théorie suscite de vifs débats, car la forme des continents, regroupés sur une sphère plus petite, semble être parfaite. Par contre les explications quant à cette augmentation du globe font défaut. Avec les Sciences revisitées les explications émergent dans la même logique de compréhension.

    • Venom 4/01/2011
      Mort de rire!

      C'est cette bonne vieille théorie de la "terre en expansion", dont le théoricien principal est Neal Adams. Neal Adams qui n'est pas connu pour être un physicien ou un spécialiste de la tectonique des plaques, non, non: il est principalement connu en tant que dessinateur de comics:

      http://en.wikipedia.org/wiki/Neal_Adams

      C'était avant qu'il ne décide de "réorienter" sa carrière vers la promotion des ses théories abracadabrantes, qu'aucun scientifique compétent ne prend au sérieux.

      Pour ceux que cela intéresse, Steven Novella, du Skeptics' Guide to the Universe a eu il y a quelques années un débat avec Neal Adams, où il a vainement tenté de lui expliquer pourquoi sa théorie ne tenait pas la route (sauf si on distordait massivement nos connaissances scientifiques actuelles, ce que Neil Adams ne manque pas de faire bien entendu):

      http://theness.com/neurologicablog/?p=144

      Je suppose que R_Robert a découvert les vidéos que Neal Adams a été poster sur YouTube pour y présenter sa théorie pseudo-scientifique. Par exemple celle-ci:

      http://www.youtube.com/watch?v=7kL7qDeI05U

      Ce qui est cool avec YouTube, c'est qu'il y a des gens qui prennent le temps de lui répondre, pour démystifier ce qu'il raconte. Par exemple:

      http://www.youtube.com/watch?v=pbIJ_GIaGUo
    • R_Robert 4/01/2011
      Lorsque j'ai découvert l'expansion terrestre, je n'avais encore jamais entendu parler d'une telle théorie. Ce sont mes développements scientifiques qui m'ont permis de découvrir cette évidence.

      Si vous étiez un tant soit peu "scientifique" vous essayeriez de comprendre ce qui me permet d'être affirmatif de la sorte. Mais vous préférez camper sur des positions qui, un jour viendra, démontreront votre crédulité envers tous ces "pseudo-scientifiques" qui ne veulent pas voir les évidences.
    • actarus 9/01/2011
      Je suis un tant soit peu "scientifique", et j'étudie, vraiment, la géologie depuis plus de 20 ans (je l'enseigne depuis 15).

      J'ai en horreur les dogmes, et je vais souvent sur le terrain, marteau à la main, pendant mon temps libre, pour éviter de perdre le contact avec les faits. On ne peut donc pas dire que je suis insensible aux "évidences", même s'il faut se méfier des évidences justement.

      La tectonique des plaques (et non pas la dérive des continents, qui est l'explication, intéressante mais incomplète, de Wegener, et qui supposait que les continents "glissaient" sur une croûte océanique, on sait à présent que ça ne se passe pas comme Wegener le croyait) explique de manière très satisfaisante l'ensemble de ces faits : volcanisme, séismes, complémentarité des lignes cotières, coincidence des flores et faunes fossiles etc ...

      La subduction est pleinement confirmée par la tomographie sismique, par exemple. Seules les modalités sont à affiner, à savoir si la convection mantellique se fait sur un ou plusieurs niveaux, quelle est la part de tel ou tel moteur etc ...

      Mais surtout, des observations directes, et les mesures GPS montrent de manière absolument indiscutable qu'au niveau des zones de subduction les plaques lithosphériques se rapprochent.

      En d'autres termes : il n'y a pas que de la divergence, comme le stipulait cette théorie (en tout cas de ce que j'ai pu lire sur plusieurs sites parlant de l'expansion terrestre), mais autant de divergence que de convergence.

      A l'inverse je trouve cette "théorie" de l'expansion terrestre très décevante pour expliquer les faits ... une telle "sélection" des faits me fait d'ailleurs penser aux délires des créationnistes.

      Ce n'est en tout cas pas courtois de traiter tous les chercheurs, enseignants, et étudiants…
      Afficher la suite Je suis un tant soit peu "scientifique", et j'étudie, vraiment, la géologie depuis plus de 20 ans (je l'enseigne depuis 15).

      J'ai en horreur les dogmes, et je vais souvent sur le terrain, marteau à la main, pendant mon temps libre, pour éviter de perdre le contact avec les faits. On ne peut donc pas dire que je suis insensible aux "évidences", même s'il faut se méfier des évidences justement.

      La tectonique des plaques (et non pas la dérive des continents, qui est l'explication, intéressante mais incomplète, de Wegener, et qui supposait que les continents "glissaient" sur une croûte océanique, on sait à présent que ça ne se passe pas comme Wegener le croyait) explique de manière très satisfaisante l'ensemble de ces faits : volcanisme, séismes, complémentarité des lignes cotières, coincidence des flores et faunes fossiles etc ...

      La subduction est pleinement confirmée par la tomographie sismique, par exemple. Seules les modalités sont à affiner, à savoir si la convection mantellique se fait sur un ou plusieurs niveaux, quelle est la part de tel ou tel moteur etc ...

      Mais surtout, des observations directes, et les mesures GPS montrent de manière absolument indiscutable qu'au niveau des zones de subduction les plaques lithosphériques se rapprochent.

      En d'autres termes : il n'y a pas que de la divergence, comme le stipulait cette théorie (en tout cas de ce que j'ai pu lire sur plusieurs sites parlant de l'expansion terrestre), mais autant de divergence que de convergence.

      A l'inverse je trouve cette "théorie" de l'expansion terrestre très décevante pour expliquer les faits ... une telle "sélection" des faits me fait d'ailleurs penser aux délires des créationnistes.

      Ce n'est en tout cas pas courtois de traiter tous les chercheurs, enseignants, et étudiants qui travaillent dans le cadre théorique de la tectonique de "pseudo-scientifiques".

      Wegener est mort "en récoltant des observations sur le terrain" (au Groenland). Il doit se retourner dans sa tombe.
    • R_Robert 10/01/2011
      Bonjour,
      Actuellement la théorie de l'expansion terrestre n'est pas admise car nous n'arrivons pas à expliquer un tel accroissement du volume du globe. L'hypothétique neutrinos en est une très mauvaise solution.
      Ce point est évoqué à la fin de mon livre, car il faut avoir vu tout ce qui permet d'arriver à de telles conclusions.
      Lorsque je traite la géodésie, je démontre que nous commettons des erreurs et que nos gravimètres ne délivrent pas l'information que nous croyons mesurer. Mais ces appareils intègrent une multitude de "corrections" qui dans leur ensemble donnent le résultat souhaité. Quelques accidents sur des chantiers auraient pu être évités si ces appareils avaient réellement détecté les cavités souterraines...

      Prétendre que nous comprenons exactement ce qui se passe dans les profondeurs du manteau terrestre est en fonction des nombreuses hypothèses admises.
      Lorsque de nouvelles hypothèses sont émises, tout bon scientifique devrait les évaluer avant de les rejeter. Aujourd'hui, j'arrive avec une multitude de nouveautés inédites qui, dans leur ensemble, donnent une vision cohérente et malheureusement les "scientifiques" préfèrent ignorer le contenu de mes propos ou alors me tombent dessus à bras raccourci en montrant mes erreurs en citant les hypothèses en qualité de preuve.

      Concernant le créationnisme ou tous ces reproches disant que mes théories appartiennent au paranormal ou que sait-je, je vous précise que ma vision des sciences de la Nature n'interfère jamais avec les sciences humaines contrairement à la dérive de notre connaissance. Je ne me reconnais dans aucune religion et je n'ai pas besoin d'une quelconque divinité pour expliquer la Science.

      Un prochain article sur les mathématiques vous démontrera que les erreurs dans notre réflexion se…
      Afficher la suite Bonjour,
      Actuellement la théorie de l'expansion terrestre n'est pas admise car nous n'arrivons pas à expliquer un tel accroissement du volume du globe. L'hypothétique neutrinos en est une très mauvaise solution.
      Ce point est évoqué à la fin de mon livre, car il faut avoir vu tout ce qui permet d'arriver à de telles conclusions.
      Lorsque je traite la géodésie, je démontre que nous commettons des erreurs et que nos gravimètres ne délivrent pas l'information que nous croyons mesurer. Mais ces appareils intègrent une multitude de "corrections" qui dans leur ensemble donnent le résultat souhaité. Quelques accidents sur des chantiers auraient pu être évités si ces appareils avaient réellement détecté les cavités souterraines...

      Prétendre que nous comprenons exactement ce qui se passe dans les profondeurs du manteau terrestre est en fonction des nombreuses hypothèses admises.
      Lorsque de nouvelles hypothèses sont émises, tout bon scientifique devrait les évaluer avant de les rejeter. Aujourd'hui, j'arrive avec une multitude de nouveautés inédites qui, dans leur ensemble, donnent une vision cohérente et malheureusement les "scientifiques" préfèrent ignorer le contenu de mes propos ou alors me tombent dessus à bras raccourci en montrant mes erreurs en citant les hypothèses en qualité de preuve.

      Concernant le créationnisme ou tous ces reproches disant que mes théories appartiennent au paranormal ou que sait-je, je vous précise que ma vision des sciences de la Nature n'interfère jamais avec les sciences humaines contrairement à la dérive de notre connaissance. Je ne me reconnais dans aucune religion et je n'ai pas besoin d'une quelconque divinité pour expliquer la Science.

      Un prochain article sur les mathématiques vous démontrera que les erreurs dans notre réflexion se cachent à des niveaux élémentaires qui témoignent que d'avoir occulté la compréhension nous a emmené dans cette dérive intellectuelle.
      Tous les articles de mon blog sont, pour la majorité, les conclusions d'une démarche intellectuelle et scientifique. Mais sortis de l'ensemble de ma démarche, ils apparaissent comme de vulgaires reprises de vieilles querelles, or il n'en est rien, car pour la plupart je ne les connaissais pas avant de les redécouvrir.
    • pepejul 10/01/2011
      Donc si je résume votre propos : Sans avoir rien lu sur le sujet vous parvenez à pondre une théorie complète et cohérente sur une expension du globe terrestre malgré le fait que, je vous cite : "n'arrivons pas à expliquer un tel accroissement du volume du globe." Je suis très curieux de lire vos arguments principaux afin de les étuider scientifiquement pour éventuellement décider de leur recevabilité (à titre personnel bien entendu). Je pressens que cet échange sera très instructif !

      Je vous écoute...
    • R_Robert 10/01/2011
      Excusez, j'aurais du écrire :"nous n'arrivions pas..." car j'explique les raisons de cette expansion.
      Pour les comprendre, il faut lire différents articles car sur la base du modèle de l'atome à électrons statiques, je démontre l'importance de l'électron dans tout ce qui fait notre monde.
      De cette première remise en cause, j'explique comment apparait le "poids" en mettant sur la touche le principe de la gravitation de Newton.
      C'est sur cette base et bien sûr, sur toutes les démonstrations qui étayent ces propos, que j'arrive à la conclusion que le noyau astral d'une planète et même des étoiles, se désagrège en créant de la matière qui occupe un volume de plus en plus grand.
      Il m'est impossible de résumer les 480 pages de mon livre et de reprendre tous les articles du blog, mais montrez une curiosité supplémentaire pour affiner vos questions et j'y répondrai.
    • koeuf 10/01/2011
      plusieurs faits avérés posent cependant problème dans cette théorie de l'expansion terrestre :
      Les mesures GPS qui montrent des rapprochements de plaques globalement correspondant aux éloignements. le bilan global est proche de 0 alors qu'il devrait être largement positif.

      les flux géothermiques montrent une zone froide sous des alignements de volcans tels les andes ou les tonga, les données sismiques indiquent qu'un corps au comportement cassant est présent sous ces mêmes zones, et matérialisent le plongement de quelque chose. L'interprétation comme un plongement de plaque est difficile à combattre ici

      l'observation des nappes de roches dans les alpes montrent des empilements de nappes d'âges et de natures identiques, quoi d'autre qu'une collision pour réaliser ces milles-feuilles géants ?

      enfin les points chauds comme Hawaï ou la réunion montrent des directions de plaques peu compatibles avec une expansion
    • R_Robert 11/01/2011
      Concernant les mesures GPS, je pense que l'historique des mesures n'est pas suffisant pour évaluer correctement des comportements qui se déroule dans des temps géologiques beaucoup plus longs.

      Pour la formation des montagnes, dans la théorie de l'expansion terrestre, il faut comprendre que la coquille rigide était plus bombée. Une grande superficie ne pouvait pas conserver cette courbure et de ce fait, elle s'est morcelée. La pression des océans autour de cette forme engendre des forces, qui dans le temps, compriment et plissent cette étendue plus ou moins rigide.

      Les points chauds sont une hypothèse pour tenter d'expliquer certaines observations. Il est surprenant de constater que la ligne des volcans d'Hawaï ne respecte pas exactement la direction du déplacement des fonds marins.

      Si j'ai évoqué la théorie de l'expansion terrestre, alors qu'elle n'apparaitra que dans le troisième tome des Sciences revisitées, c'est qu'elle est la conséquence du modèle de l'atome à électrons statiques qui explique la source énergétique qui permet à notre planète de continuer à déverser des flots de laves.
      Il ne faut pas utiliser des hypothèses pour démontrer que d'autres hypothèses sont fausses, il faut, en toute objectivité, explorer les tenants et aboutissants de ces nouveautés pour voir si cette alternative se rapproche davantage de ce que nous observons effectivement.
      En comprenant ce nouveau modèle de l'atome et le principe de la pesanteur, la théorie de l'expansion terrestre devient une évidence. Évidence qui met à mal d'autres croyances. Par exemple, les planètes géantes ne sont pas des planètes gazeuses, mais constituées des mêmes matériaux que la nôtre. La grande tache rouge (GTR) de Jupiter n'est pas un phénomène météorologique stationnaire mais un immense cratère issu…
      Afficher la suite Concernant les mesures GPS, je pense que l'historique des mesures n'est pas suffisant pour évaluer correctement des comportements qui se déroule dans des temps géologiques beaucoup plus longs.

      Pour la formation des montagnes, dans la théorie de l'expansion terrestre, il faut comprendre que la coquille rigide était plus bombée. Une grande superficie ne pouvait pas conserver cette courbure et de ce fait, elle s'est morcelée. La pression des océans autour de cette forme engendre des forces, qui dans le temps, compriment et plissent cette étendue plus ou moins rigide.

      Les points chauds sont une hypothèse pour tenter d'expliquer certaines observations. Il est surprenant de constater que la ligne des volcans d'Hawaï ne respecte pas exactement la direction du déplacement des fonds marins.

      Si j'ai évoqué la théorie de l'expansion terrestre, alors qu'elle n'apparaitra que dans le troisième tome des Sciences revisitées, c'est qu'elle est la conséquence du modèle de l'atome à électrons statiques qui explique la source énergétique qui permet à notre planète de continuer à déverser des flots de laves.
      Il ne faut pas utiliser des hypothèses pour démontrer que d'autres hypothèses sont fausses, il faut, en toute objectivité, explorer les tenants et aboutissants de ces nouveautés pour voir si cette alternative se rapproche davantage de ce que nous observons effectivement.
      En comprenant ce nouveau modèle de l'atome et le principe de la pesanteur, la théorie de l'expansion terrestre devient une évidence. Évidence qui met à mal d'autres croyances. Par exemple, les planètes géantes ne sont pas des planètes gazeuses, mais constituées des mêmes matériaux que la nôtre. La grande tache rouge (GTR) de Jupiter n'est pas un phénomène météorologique stationnaire mais un immense cratère issu probablement de la collision avec un très gros objet céleste.
    • koeuf 11/01/2011
      quelques cm par an sur plusieurs dizaines d'années, cela suffit quand même pour avoir une tendance claire

      comment les océans peuvent-ils exercer une pression avec une théorie expansionniste ? et provoquer des empilements ?

      et quid des zones de subduction ?

      je n'ai pas énoncé des hypothèses, mais des faits avérés, pour les éxpliquer, une théorie a été bâtie, celle de la tectonique des plaques. elle présente l'avantage majeure d'être en cohérence avec l'ensemble de ces faits
      la théorie de l'expansion terrestre est en désaccord avec plusieurs d'entre eux qui mettent en évidence un racourcissement qui se comptabilise en centaines ou milliers de km (montagnes, subduction, données GPS)
    • R_Robert 11/01/2011
      Le débat est très intéressant et malheureusement nous camperons sur nos convictions car le cœur du sujet est : Le modèle de l'atome actuel est-il correct ?
      En comprenant tout ce qui démontre que les électrons sont statiques et qu'ils jouent un rôle bien différent à ce que nous supposons, toutes nos réflexions en sont modifiées et les faits avérés peuvent prendre du plomb dans l'aile.
    • koeuf 11/01/2011
      je crois que vous faites erreur sur le sujet qui n'est pas ici le modèle atomique, mais bien l'expansion terrestre. certes, cette expansion peut être expliquée par votre modèle de l'atome, mais nos divergences ne reposent pas dessus. Il y a en effet un certains nombre de faits qui vont dans le sens d'une subduction océanique, cette subduction est en contradiction avec un modèle d'expansion terrestre.
      vous disiez précédemment qu'on ne devait pas utiliser des hypothèses pour en éprouver une autre et je souscrit à cela. Donc il ne me parait pas pertinent d'évoquer votre hypothèse de modèle atomique pour démontrer que la tectonique des plaques est fausse. il convient plutôt d'examiner les faits et de chercher à bâtir une explication cohérente. or, si on respecte ce cadre scientifique, on a du mal à retenir un modèle d'expansion terrestre.

      ne pas se tromper dans le type de raisonnement, un raisonnement scientifique part des faits et cherche à les expliquer, un raisonnement dogmatique part d'une explication et cherche à faire rentrer les faits dans cette explication.
    • R_Robert 11/01/2011
      Je ne suis pas dans l'erreur, car le modèle atomique est le point de départ et l'expansion terrestre une de ses conséquences. Le modèle atomique permet d'expliquer le principe de la pesanteur qui diffère grandement de la gravitation de Newton.
      Quand vous dites qu'un raisonnement scientifique part des faits et cherche à les expliquer, ces explications sont basées sur les hypothèses admises comme justes. Si vous remplacez dans vos explications les phénomènes liés à la gravitations par ceux attribuables au principe de pesanteur, certaines évidences ne sont plus présentes et il faut revoir l'ensemble sur ces nouvelles bases. De fil en aiguille les convictions deviennent des doutes.
      La subduction est l'hypothèse du passage de la croûte océanique sous la croûte continentale pour justifier l'apparition de certains volcans. Si nous regardons le globe au-dessus de l'antarctique, nous constatons qu'il est entouré d'une ceinture de feu et qu'aucune subduction n'est constatée sur ses côtes.
      Où passe toute cette matière ?
    • koeuf 11/01/2011
      votre vision de la subduction est assez réductrice et encore une fois votre démarche est dogmatique, pas scientifique. le modèle de l'atome ne m'intéresse pas et n'intervient en rien dans l'explication de faits comme l'empilement des nappes dans les chaines de montagne.

      ou alors on imagine des fragments de coquilles éjectés lors d'une phase d'expansion et brassés dans l'atmosphère plus dense de cette époque (selon vos hypothèses). mais si on en arrive là, autant citer la théorie de Martino et Thurmeier !

      http://www.youtube.com/watch?v=Hf74Sp0Xe6Q
    • R_Robert 12/01/2011
      Dommage que vous ne compreniez pas l'importance que peuvent prendre des bases de réflexion différentes !
    • pepejul 12/01/2011
      Des "bases de réflexion" doivent être solides et le raisonnement doit être construit de manière à ce que l'ensemble soit cohérent... Les grand découvreurs ont toujours commencé par étudier les écrits de leurs prédécesseurs avant d'élaborer leur découverte. Jamais dans l'histoire une découverte scientifique n'est sorti ex-nihilo de l'esprit d'un génie autodidacte...

      Un tas de pierre n'est pas un mur de même un ensemble d'hypothèses et de théories variées ne constitue pas un raisonnement scientifique si elles ne peuvent être reliées de manière cohérente...

      Vous me faites penser à Roland Plocher qui, sans avoir jamais reçu de formation scientifique, prétend avoir mis au point une machine qui transmets des informations vibratoires indétectables à de l'argile pour lui donner les propriétés de l'oxygène !!!
    • R_Robert 12/01/2011
      C'est exactement la démarche de mon livre. Toutes mes réflexions ou hypothèses sont confrontées à celles que nous avons admises en posant toutes les questions sur les tenants et aboutissants. De là, de nouveaux concepts apparaissent qui se valident par des "explications" de phénomènes simples et non plus les interprétations que nous donnons actuellement.
      Pour citer un exemple, nous disons que ce phénomène est une "réaction chimique" ou avec une précision accrue une "réaction physico-chimique". Ces expressions ne sont pas des explications mais l'aveu de notre incapacité à expliquer les choses. Dans mon livre, je cite un grand nombre de phénomènes simples, comme par exemple l'évaporation, avec des explications qui ravissent mes lecteurs, selon leurs propres dires.

      Ma démarche est cohérente car j'ai regardé les conséquences de ces remises en cause dans tous les domaines de la science et non pas exclusivement en géologie.
      Le modèle de l'atome à électrons statiques est le fruit de l'analyse de toute notre connaissance dans les domaines de l'électricité, du magnétisme, de l'optique et de la thermique. Cette vue d'ensemble de toutes les interactions de ces nouveautés est à la base de ces découvertes.
      Je suis persuadé que votre esprit scientifique serait surpris de la simplicité qu'offre mon livre et vous arriveriez certainement à la conclusion que les sciences devaient être revisitées.
    • pepejul 12/01/2011
      Vous n'avez apparemment pas saisi l'ironie dans mon propos...

      Un génie autoproclamé et sans formation qui prétend reprendre toutes les connaissances acquises par les scientifiques des derniers siècles et proposer une explication nouvelle, universelle et simple est ce que j'appelle un illuminé...

      Je suis certain que vous croyez sincèrement à votre démarche tout comme les "inventeurs" de roues à mouvement perpétuel ou de "moteurs à eau"... c'est pourquoi nous n'arriverons pas à vous convaincre.

      Si je puis vous donner un conseil, consultez le forum de zététique : http://www.zetetique.fr/index.php/forum vous y retrouverez plein d'exemples identiques aux votres.
    • pepejul 12/01/2011
      Pour information, les livres d'astrologie ravissent aussi leurs lecteurs avec des explications fausses mais faciles à comprendre....
    • R_Robert 12/01/2011
      Il est toujours plus facile de critiquer et de diffamer sous le couvert de l'anonymat !

      Si scientifiquement vous arrivez à démontrer que mes propos sont faux, alors à vous de jouer.
      Lisez mon livre et démontrez moi toutes mes erreurs !
    • pepejul 12/01/2011
      je m'appelle Julien Pellegrino, je suis professeur de sciences naturelles à Marseille, je ne suis donc pas anonyme...

      C'est vous qui avez la charge de la preuve puisque c'est vous qui affirmez vous avez inventé l'eau tiède. Si vous ne supportez pas la contradiction, ne diffusez pas vos affirmations gratuites au public...

      Je vais aller prendre 3 granules de "charlatan" 5ch pour éviter toute contamination...
    • pepejul 12/01/2011
      "J'affirme que je peux faire chauffer de l'eau grâce à une énergie nouvelle que je suis parvenu à maîtriser par la force de mon esprit. Tous les scientifiques rejettent mes idées car elles sont nouvelles et qu'elles leur font peur (je remets en cause toutes les bases de la chimie, de la metallurige et de la biologie)

      Je canalise une énergie indétectable sortie tout droit de mon anus et je la condense afin de chauffer de l'eau..."


      Allez prouvez moi que c'est faux !
    • R_Robert 12/01/2011
      Les informations que j'expose sur mon blog, sont des échantillons des conclusions que je tire de toutes mes réflexions.
      Elles servent à faire connaître mon livre et susciter la curiosité.
      Je ne renonce jamais à apporter des explications complémentaires, mais souvent les a priori ne plaident pas en ma faveur. J'ai rencontré trop d'individus qui dénigre sans vouloir tenter d'approfondir ma vision des choses. Je ne suis pas un illuminé comme ils disent.
      Votre dernière intervention montre une certaine moquerie...
    • pepejul 12/01/2011
      Et pas qu'un peu !
      Je suis consterné par vos propos...

      Sans aucun à priori j'ai abordé vos arguments en me disant "et s'il avait raison ?" j'ai analysé vos réponses de manière scientifique... et j'en suis arrivé à la conclusion suivante : vous égrenez un bla bla bla pseudoscientifique comme on en trouve des kilomètres sur le Net ou dans les rubriques paranormal et ésotérisme des bibliothèques...

      Pourquoi vous prétendez-vous scientifiques ? Vous êtes sur le terrain de la conviction (je suis sûr d'avoir raison) et vous voulez convaincre que vous détenez la vérité. Vous adhérez à des idées qui ont été maintes fois réfutées (homéopathie et compagnie) c'est votre droit...
      Mais de grâce, ne vous parez pas des nobles couleurs de la science pour déblatérer vos absurdités... vous n'êtes pas un scientifique, vous n'en avez ni la culture ni le raisonnement.
    • pepejul 12/01/2011
      "Les informations que j'expose sur mon blog, sont des échantillons des conclusions que je tire de toutes mes réflexions.
      Elles servent à faire connaître mon livre et susciter la curiosité"

      j'ai bien compris, vous venez vendre votre livre...peut importe qu'il déborde de bêtises.... vous êtes un marchand de vent.

      La ressemblance avec Roland Plocher est de plus en plus flagrante, vous devriez vous associer !
    • GMichnik 12/01/2011
      Donc Galilée, Newton, Einstein, toute la communauté scientifique géophysicienne actuelle, tous, se sont planté. Quelle perte de temps, 2000 ans de retard à cause d'eux... Heureusement que R-Robert est là pour remettre les pendules à l'heure...
      Mais au fait, par quelle opération du saint esprit, les GPS qu'on trouve dans nos voitures fonctionnent-ils : un miracle, ou les équations de Einstein? Ha bah, en fait, il n'était peut-être pas si bête cet homme. Aie, du coup, un doute m'assaille sur le génie de R-Robert...
      Jupiter, de même composition de la Terre avec une tâche rouge qui serait un volcan? Le téléscope Hubble a besoin d'une sérieuse révision, sans parler des sondes... Ou encore un coup de la NASA pour nous obscurcir l'esprit...

      Sérieusement, vous fondez une théorie sur une hypothèse... et non sur des faits. Autant construire une maison sur du sable. La théorie de la tectonique des plaques est une des théories scientifiques les plus solides, étayées par de nombreux faits, des observations, des mesures qui se recoupent et des connaissances héritées depuis de nombreuses générations de savants... Vous me feriez plaisir en retirant le mot Science, que vous entâchez, du titre de votre livre... Après vous pourrez continuer vos délires, moi ça m'amuse... tant que vous vous ne singerez pas le mode de pensée scientifique.
    • R_Robert 13/01/2011
      La base fondamentale dans ma démarche scientifique est la compréhension de l'atome. Malheureusement ceci est la chasse gardée des physiciens qui concentrent leur réflexion autour du noyau et en deçà, alors que tout prend une teneur différente en regardant l'électron dans le rôle qu'il joue et non plus celui que nous lui avons attribué.

      Ne vous en déplaise, pepejul, mais les observations sur le terrain peuvent prendre une définition autre, si les géologues veulent reconsidérer leur connaissance en physique de l'atome.

      Il est plus facile aux affreux jumeaux ou à Étienne Klein de vendre leur navet, car tous les médias en font la publicité. Mes 6 années de travail sont dans ce premier volume de 480 pages pour seulement 30€. Je suis convaincu que vous seriez surpris, en qualité d'enseignant, de la quantité et la qualité de ce travail, et la logique de mes démonstrations mettraient le doute dans vos convictions. Mais là je rêve, vous avez jugé et condamné mes écrits sans connaître le dossier à fond !!!
    • R_Robert 13/01/2011
      @ GMichnik, Voilà de retour le sempiternel et unique argument qui vérifierait la théorie de la relativité d'Einstein.
      Ne serait-ce pas, par hasard, la hauteur et non la vitesse qui justifie cette modification des horloges atomiques ?
      N'oublions pas de mentionner la fameuse éclipse de 1919, que nous n'avons encore jamais voulu contrôler malgré les progrès de notre instrumentation...

      Le télescope Hubble nous à envoyé des images qui montrent les écoulements de masses nuageuses autour et à l'intérieur d'une forme parfaitement stable et qui représente le bord d'une cuvette surélevée.

      J'aime la science qui explique les choses et non pas celle qui interprète des observations. Les Sciences revisitées sont pour cela de véritables Sciences explicatives.
    • koeuf 13/01/2011
      Une question cependant, vous avez bâti une théorie sur l'atome, puis imaginé ses conséquences sur tout un tas de domaines variés dont celui de l'expansion terrestre. Pensez-vous vraiment avoir les compétences nécessaires? Vous semblez par exemple méconnaitre complétement la structure des Alpes comme chaine de collision entretenue depuis des siècles, et là, pas besoin de faire intervenir une théorie sur l'atome, il suffit juste de regarder les nappes de charriage, la hauteur des reliefs et les masses de sédiments arrachés annuellement à ces reliefs. Toutes ces données sont des observations, pas des interprétations, une petite promenade dans les massifs alpins ou une lecture de carté géologique suffira. Revenons également à votre théorie sur la disparition des dinosaures, elle montre que vous ignorez ce qu'est une crise biologique car cette crise n'a pas concerné que les dinosaures, mais des quantités d'êtres vivants terrestres et marins de toutes tailles, de plus il y a eu d'autres crises avant et après. Centrer sur les dinosaures est une erreur classique, mais qui n'a plus cours dans les laboratoires de recherche depuis longtemps. j'ai peur que ces deux exemples ne soient pas isolés.

      un conseil donc, maintenant que votre théorie sur l'atome est construite, et avant de chercher à tout expliquer avec, passez à la phase de test, expérimentez là, mais ne chercher pas à faire rentrer toutes les connaissances dedans. je vous le répète, ce n'est pas là une démarche scientifique, mais une démarche dogmatique utilisée notamment par les créationnistes. Je crois que tant que vous n'aurez pas compris cela, nous serons dans l'incapacité de débattre, vous continuerez à vous accrocher à votre dogme et à ignorer les faits ou à les déformer pour les faire correspondre à votre dogme.
      quand…
      Afficher la suite Une question cependant, vous avez bâti une théorie sur l'atome, puis imaginé ses conséquences sur tout un tas de domaines variés dont celui de l'expansion terrestre. Pensez-vous vraiment avoir les compétences nécessaires? Vous semblez par exemple méconnaitre complétement la structure des Alpes comme chaine de collision entretenue depuis des siècles, et là, pas besoin de faire intervenir une théorie sur l'atome, il suffit juste de regarder les nappes de charriage, la hauteur des reliefs et les masses de sédiments arrachés annuellement à ces reliefs. Toutes ces données sont des observations, pas des interprétations, une petite promenade dans les massifs alpins ou une lecture de carté géologique suffira. Revenons également à votre théorie sur la disparition des dinosaures, elle montre que vous ignorez ce qu'est une crise biologique car cette crise n'a pas concerné que les dinosaures, mais des quantités d'êtres vivants terrestres et marins de toutes tailles, de plus il y a eu d'autres crises avant et après. Centrer sur les dinosaures est une erreur classique, mais qui n'a plus cours dans les laboratoires de recherche depuis longtemps. j'ai peur que ces deux exemples ne soient pas isolés.

      un conseil donc, maintenant que votre théorie sur l'atome est construite, et avant de chercher à tout expliquer avec, passez à la phase de test, expérimentez là, mais ne chercher pas à faire rentrer toutes les connaissances dedans. je vous le répète, ce n'est pas là une démarche scientifique, mais une démarche dogmatique utilisée notamment par les créationnistes. Je crois que tant que vous n'aurez pas compris cela, nous serons dans l'incapacité de débattre, vous continuerez à vous accrocher à votre dogme et à ignorer les faits ou à les déformer pour les faire correspondre à votre dogme.
      quand la classification des éléments ou la théorie de la tectonique des plaques ont été formulées, c'était seulement des constructions mentales, mais elles ont été validées par des observations convergentes, des expérimentations. Tout cela manque à votre démarche, en plus d'un minimum d'humilité. De plus, les observations, comme je le dis plus haut contredisent formellement la théorie de l'expansion terrestre, corollaire de votre axiome principal.

      La science se doit d'évoluer, c'est une certitude, mais en respectant ses principes fondamentaux.

      Maintenant personnellement, j'arrête de débattre avec vous, vous ne semblez pas avoir les bases scientifiques nécessaires pour qu'il y ait un intérêt à cela.
    • GMichnik 13/01/2011
      Il n'y a pas besoin de lire votre livre pour voir que votre démarche "scientifique" est totalement bancale. Je préfèrerais utiliser mes 30 euros et mon temps pour lire un vrai livre scientifique tel que "Comprendre et enseigner la planète Terre" par Caron et al, génial pour les débutants comme vous.

      Le problème est que vous basez toutes vos théories sur quelque-chose de non prouvé donc fictif. C'est donc de la science-fiction. Mais même là vous êtes encore loin des maîtres du genre tel que Azimov...

      Comme vous ne faites pas de la "vraie" science, que vous ne respectez pas le mode de pensée scientifique, il est normal pour un scientifique qu'il soit impossible de communiquer avec vous. J'ai l'impression de parler à un scientologue ou à un raelien ou pire encore à un néocréationniste qui ne dit pas son nom...

      Ceci dit, comme l'a dit Koeuf, tant que vous n'aurez pas prouvé par A+B votre axiome de base, que vous l'aurez testé, fait testé par d'autres scientifiques d'autres pays, fait des observations et mesures reproductibles par n'importe quel laboratoire au monde, c'est peine perdue!
    • R_Robert 13/01/2011
      Pour que la science évolue, il faut que toute nouvelle hypothèse soit confrontée aux hypothèses admises comme étant les plus probables.Cette hypothèse doit être, de ce fait, confrontée dans tous les domaines de la science où elle intervient directement ou indirectement. C'est exactement cette démarche que j'ai faite.
      Je ne suis pas spécialiste en géologie, en chimie, en électricité, en magnétisme, en thermique, en optique, ou en autres, mais par contre mon intérêt, dans tous ces domaines, montre que ce modèle de l'atome répond à certaines interrogations encore mystérieuses.
      Je n'ai pas besoin de le tester en laboratoire car nos observations de certains phénomènes sont avérées mais les explications font toujours défaut et ce modèle les dissipe.

      Arrêtez de vouloir me cataloguer dans ce monde des peudo-sciences, je n'ai besoin d'aucune divinité pour expliquer les sciences et je ne demande à personne de croire en mes propos, mais seulement de se rendre à des évidences qui heurtent l'enseignement que nous avons reçu.
    • GMichnik 13/01/2011
      Je le répète, quels sont les faits et les expériences reproductibles permettant de prouver votre hypothèse de départ et sur laquelle vous basez tout un modèle? Une hypothèse ne peut prouver une autre hypothèse. c'est le bon sens même. Si la base est mauvaise, tout votre modèle s'écroule.
      Votre phrase "Je n'ai pas besoin de le tester en laboratoire car nos observations de certains phénomènes sont avérées mais les explications font toujours défaut et ce modèle les dissipe." ne peut être prise au sérieux et ne le sera jamais . Si vous voulez être pris au sérieux par la communauté scientifique, amenez de quoi être convainquant.
      Réponse claire attendue...
    • R_Robert 13/01/2011
      Lisez les articles sur le modèle de l'atome à électrons statiques et sur la fossilisation pour vous faire une idée et ensuite vous pourrez formuler des questions un peu plus claires.
    • GMichnik 13/01/2011
      J'ai déjà lu et ma question est on ne peut plus clair. Si vous vous prétendez scientifique, vous devriez savoir y répondre...
    • pepejul 13/01/2011
      J'ai lu les articles en question...attentivement..... je me suis fait une idée.... j'ai formulé des questions très claires (notamment sur les dinosaures)...vous n'avez pas répondu par des explications mais par des affirmations péremptoires...

      Vous êtes un farfelu de plus qui pense avoir inventé le tire-bouchon...
    • R_Robert 14/01/2011
      Une démarche scientifique est de confronter des hypothèses à des observations, d'en déduire un modèle et de l'améliorer en fonction des avancées technologiques dans les moyens d'observations.

      Si de nouvelles hypothèses encore inédites sont mises sur pied (ce qui est le cas du MAES), les observations restent les mêmes et la comparaison des hypothèses réside dans l'élaboration d'une liste des défauts et avantages des deux modèles qui en découlent.
      C'est exactement ma démarche avec un questionnement approfondi des différents modèles.

      Il est évident qu'il faut faire la part des choses entre les observations irréfutables et celles qui sont des interprétations en raison du modèle établi. Ce qui est le cas pour toutes les conclusions apportées aux collisions dans les accélérateurs de particules. La vision de ces sous-composants des particules élémentaires n'est pas une vision directe mais l'interprétation des traces laissées sur un cliché. Ces traces peuvent également être celles laissées par les électrons qui se déchargent et du fait de leur tournoiement décrivent ces spirales.

      Le modèle de l'atome à électrons statiques MAES est un modèle cohérent qui répond exactement à l'ensemble des points avérés et va bien au-delà en permettant d'expliquer moult phénomènes de physique (en chimie, en électro-magnétisme, en optique, en géologie, en mécanique, en thermique, etc.).
      Lorsque les explications sont à la portée des scientifiques et des non-scientifiques, il n'est pas nécessaire d'amener autre chose pour être convainquant que de demander à la communauté scientifique de lire, sans a priori, l'ensemble de mes écrits et non pas les bribes qui apparaissent sur mon blog.
    • GMichnik 14/01/2011
      Je n'achèterai certainement pas votre livre. C'est à vous de faire l'effort de présenter vos preuves, expériences et mesures reproductibles par n'importe quel autre laboratoire. Je ne me contenterait pas "d'écrits" assez fumeux rappelant le procédé de groupes sectaires ou religieux, pour lesquels, ce qui est écrit est indiscutable.
      De toutes façons, les preuves ne serait-ce qu'en sciences de la Terre, de différents types et qui se recoupent, contredisent et réfutent toutes votre modèle de base. La théorie d'expansion de la terre n'est que farfelue. D'ailleurs elle expliquerait uniquement la formation des océans actuels (datant de 200 Ma environ). Or les océans plus anciens (océan thétys, iapetus, calédoniens dont les traces sont indiscutables) sont passés sous silence...

      Je pense que nous vous avons suffisamment discrédité sur knowtex et je ne vous ferai plus l'honneur de vous répondre.
    • R_Robert 14/01/2011
      Le discrédit n'est pas sur moi mais sur votre attitude.

      Vous ne voulez pas évaluer une alternative au modèle atomique car votre spécialité n'est pas la physique de l'atome. Vous vous contentez de lire les écrits des théories en vigueur et ne voulez surtout pas faire marcher votre matière grise en élargissant votre champ de réflexion.
      Vous combattez ma vision des choses avec, comme preuve à l'appui, les hypothèses utilisées pour expliquer la tectonique sur un globe invariant.

      Je n'ai aucune croyance spirituelle et ne demande à personne de me rejoindre dans de nouvelles croyances mais bien au contraire, d'utiliser leur esprit critique pour analyser mes propositions en regard de celles proposées par nos sciences modernes.
      L'intelligence de chacun est capable de faire la part des choses entre des explications et des élucubrations intellectuelles où règnent que paradoxes et aberrations.
    • actarus 14/01/2011
      Si nous ne sommes en effet pas des spécialistes de la physique de l'atome (nous en connaissons), en tout cas vous ne semblez pas un spécialiste de la géologie.

      Et de toute façon, il n'est pas nécessaire d'être au courant des dernières théories de mécanique quantique pour comprendre la tectonique des plaques.

      "L'intelligence de chacun est capable de faire la part des choses entre des explications et des élucubrations intellectuelles où règnent que paradoxes et aberrations."

      J'espère que si mes élèves lisent ces commentaires, ils sauront justement faire la part des choses et identifier où se trouve l'élucubration scientifique.

      Salutations.
    • R_Robert 14/01/2011
      Je le reconnais, je ne suis pas spécialiste de la géologie. Par contre, avec le MAES je comprends pourquoi, en cristallographie, les plans de clivage offrent des géométries qui sont stables répétitives et surtout pas aléatoires.

      Je ne vous demande pas de vous perdre dans les méandres de la mécanique quantique, mais tout simplement d'être critique face au modèle de l'atome de Bohr. Les électrons n'ont pas besoin de "graviter" pour tenir la distance du noyau. S'ils sont statiques, il devient tout à fait caduc d'utiliser le principe d'incertitude d'Heisenberg, il suffit de les considérer là où ils sont.

      Vos élèves seraient certainement heureux d'entendre l'enseignement que vous dispensez et mes propos sur le même sujet. Ils retrouveraient l'amour de la science que la forme moderne a tant éloigné de la logique.
    • actarus 14/01/2011
      Le modèle de Bohr a ses limites, et même si dans ma discipline nous ne sommes pas des spécialistes, nous savons y porter un regard critique. Nous savons d'ailleurs porter un regard critique sur nos propres théories, arrêtez de faire croire que les scientifiques sont fermés à toute nouveauté ou à toute nouvelle explication.

      Pour la cristallographie il n'est pas nécessaire de recourir à votre théorie personnelle pour expliquer les plans de clivage.

      Et merci de ne pas mettre sur un même plan mon enseignement, qui est la synthèse du travail de milliers de laboratoires de sciences de la Terre, et qui ne repose pas sur "ma théorie personnelle qui explique tout".

      D'ailleurs des théories "personnelles", j'en lis des tas sur le net, et parfois aussi ailleurs, toutes se proposant d'expliquer ou de réexpliquer le monde, ne sélectionnant que les faits qui les confortent, niant les autres, j'en ai ma claque et je pense perdre mon temps dans un débat qui n'est finalement pas enrichissant.
    • GMichnik 14/01/2011
      Oui, une théorie n'est jamais fixe mais se perfectionne tout le temps, au fur et à mesure des nouvelles découvertes, expérimentations et observations. La théorie de l'évolution a évolué avec les découvertes en génétique, celle de la dérive des continents est devenue celle de la tectonique des plaques avec les découvertes de la mobilité des plaques en divergence et convergence, provoquant des séismes et du volcanisme. *
      Une théorie ne se bâtit pas sur une intime conviction mais après vérification et revérification expérimentale par des confrères d'autres pays et laboratoires, travail indispensable pour éviter les fraudes scientifiques. Il faut être vraiment un grand paranoïaque pour penser que depuis des siècles, les scientifiques font des réunions secrètes pour trouver des moyens pour cacher des choses au grand public... Le complot de folie, lol!
      Enfin n'oublions pas que le monde technologique actuel est le fruit du travail de milliers de scientifiques, de physiciens des siècles passés et que rien n'aurait été possible s'ils avaient présenté des théories erronées... On en serait encore au moyen-âge!
      Bon, j'ai déjà assez perdu de temps ici, je souhaitais seulement confirmer les propos d'Actarus...
    • R_Robert 15/01/2011
      @ actarus, le modèle de Bohr n'explique pas la géométrie des molécules et encore moins les plans de clivage. Le modèle quantique encore moins car il fait intervenir des orbitales qui hébergent des paires d'électrons.
      Par contre le MAES explique clairement les choses. Dans mon livre je prends l'exemple de la molécule d'eau que nous représentons avec un angle de 104°. Avec le modèle quantique, cette molécule serait sur la base d'une pyramide à base triangulaire dans laquelle un angle de 109° pourrait expliquer les liaisons stables de l'eau à l'état solide. Les cristaux de glace trouveraient un agencement sur la base d'un pentagone. Avec le MAES, les 8 électrons de l'oxygène sont au sommet de la forme la plus stable à savoir un hexaèdre, c'est-à-dire un cube dont une face a pivoté. Dans cette configuration un angle de 118° explique une organisation sur la base d'un hexagone. Forme qui présente des angles de 120°. Donc pour passer des 118° aux 120° il faut légèrement augmenter le volume comme nous le constatons avec la glace.

      Je sais qu'il y a des gens qui tentent d'expliquer la science par des approches farfelues. Mon approche n'est pas similaire. Elle se fonde sur le modèle atomique avec toutes ses implications dans tous les domaines de la science.

      @ GMichnik, la théorie de la gravitation de Newton est parfaitement vérifiée par les résultats des équations, mais soulève toujours ce mystère quant à la provenance de cette force d'attraction. En regardant les choses différemment, sur la base du MAES, je découvre que l'éther est le fluide dans lequel baigne notre Univers et qu'autour d'un astre, ce fluide génère un champ de pesanteur avec toutes les explications qui permettent de trouver la progression de cette force élémentaire qu'est "l'action du champ de pesanteur".
      Les…
      Afficher la suite @ actarus, le modèle de Bohr n'explique pas la géométrie des molécules et encore moins les plans de clivage. Le modèle quantique encore moins car il fait intervenir des orbitales qui hébergent des paires d'électrons.
      Par contre le MAES explique clairement les choses. Dans mon livre je prends l'exemple de la molécule d'eau que nous représentons avec un angle de 104°. Avec le modèle quantique, cette molécule serait sur la base d'une pyramide à base triangulaire dans laquelle un angle de 109° pourrait expliquer les liaisons stables de l'eau à l'état solide. Les cristaux de glace trouveraient un agencement sur la base d'un pentagone. Avec le MAES, les 8 électrons de l'oxygène sont au sommet de la forme la plus stable à savoir un hexaèdre, c'est-à-dire un cube dont une face a pivoté. Dans cette configuration un angle de 118° explique une organisation sur la base d'un hexagone. Forme qui présente des angles de 120°. Donc pour passer des 118° aux 120° il faut légèrement augmenter le volume comme nous le constatons avec la glace.

      Je sais qu'il y a des gens qui tentent d'expliquer la science par des approches farfelues. Mon approche n'est pas similaire. Elle se fonde sur le modèle atomique avec toutes ses implications dans tous les domaines de la science.

      @ GMichnik, la théorie de la gravitation de Newton est parfaitement vérifiée par les résultats des équations, mais soulève toujours ce mystère quant à la provenance de cette force d'attraction. En regardant les choses différemment, sur la base du MAES, je découvre que l'éther est le fluide dans lequel baigne notre Univers et qu'autour d'un astre, ce fluide génère un champ de pesanteur avec toutes les explications qui permettent de trouver la progression de cette force élémentaire qu'est "l'action du champ de pesanteur".
      Les mêmes relations qui vérifient la gravitation sont celle qui vérifient le principe de pesanteur.
      Ces relations comportent cependant des interprétations légèrement différentes face aux termes employés. En effet, l'accélération n'est pas une action car elle n'est pas active dans l'espace mais dans le temps. (Un prochain article sur les mathématiques viendra prochainement expliquer ces nuances.

      Les développements technologiques sont pratiquement toujours issus de découvertes basées sur l'observation et la science vient après donner son interprétation. Les hommes des cavernes savaient faire du feu sans avoir étudié la science.
      Le seul développement technologique attribuable au CERN est la mise sur pied d'un protocole qui a permis l'essor d'Internet. Travail d'un informaticien et non pas d'un physicien.
      Pour ne pas dialoguer sur le fond de mes théories soit on m'accuse d'esprit sectaire ou comme vous le faite en parlant de complot. C'est une attitude récurrente pour que votre sens critique soit orienté exclusivement envers mes propos et non pas envers les théories qui sont à la base de notre connaissance.
    • actarus 15/01/2011
      Et voilà, vous vous posez encore en martyre incompris, seul à détenir la vérité contre tous les autres scientifiques qui travaillent, eux, de concert.
    • koeuf 15/01/2011
      j'avais dis que j'arretais, mais tant pis

      vous dites que nous ne dialoguons pas sur le fond de vos théories, mais ceci est faux, nous parlons ici (voir le thème du sujet) de la tectonique des plaques; Nous vous avons soumis des éléments en contradiction avec cette théorie, je les répète :
      - empilement de nappes visibles par des structures telles la dent blanches ou les fenêtres des Tauern
      - formations sédimentaires colossales telles les molasses (par exemple le plateau suisse) ou le delta du Rhône, ces formations ayant des âges anciens de plusieurs millions d'années pour certaines
      - reliefs positifs importants malgré les volumes de roches arrachés en permanence par l'érosion
      - failles inverses et plissements qui se répercutent jusqu'aux côtes atlantiques.
      - présence de minéraux typiques des conditions de ultra haute pression comme la coésite

      ces éléments montrent que les alpes sont une chaine de collision ENTRETENUE, donc une convergence qui existe depuis des dizaines de millions d'années.

      ce que je vous demande, ce n'est pas de repartir de votre théorie de l'électron statique pour me dire qu'il explique une expansion terrestre, c'est de m'expliquer comment un modèle d'expansion terrestre peut intégrer ces faits, et tous ces faits sans en occulter un. jusqu'à présent vous n'avez fait que contourner le problème en revenant à votre théorie initiale en disant qu'elle expliquait tout. Or ce n'est pas le cas quand aux faits que je vous ais exposés
    • R_Robert 15/01/2011
      Comme je l'ai déjà dit, l'expansion terrestre n'implique pas exclusivement un éloignement de grandes plaques les unes des autres. J'ai même cité l'exemple de la banquise, qui en se solidifiant au dessus de l'eau, montre le chaos qui s'installe avec des blocs qui grimpent sur d'autres ou encore s'inclinent.

      Lors d'une phase d'expansion, entre deux grandes plaques il apparait des morceaux de la coquille plus faibles. Si l'eau s'immisce entre ces grandes plaques il y aura un éloignement des deux. Par contre si tel n'est pas le cas, la partie du manteau situées sous ces petits morceaux, en se refroidissant se rétracte et entraine les grandes plaques dans un rapprochement. Les fragments font comme les blocs de glace et offrent de nos jours l'aspect qu'on nos montagnes.
      Bien évidemment il faut mettre sir la touche le principe de l'isostasie qui est là en conséquence de la gravitation et qui n'explique pas la présence des volcans dans les chaines montagneuses américaines.
      Isostasie : Les montagnes seraient le sommet de masses rocheuses s'enfonçant profondément dans le manteau, comme les racines des dents.

      Les collisions des plaques de la coquille initiale ne sont pas l'apanage de la théorie de la dérive.

      Si je reviens souvent au modèle atomique MAES, c'est qu'il est vraiment la base des réflexions dans tous les domaines de la science.
      Le principe de la pesanteur qui en émane montre que sur une sphère deux fois plus petite, les atomes communs proposaient des bulles électroniques plus petites, d'où cette atmosphère très dense et la formation dans de faibles profondeurs de minéraux cristallins. Formation qui, à notre époque, requièrent des pression et température qui nous laissent présager d'un passé en fonction de notre présent et non pas de conditions différentes.
    • pepejul 15/01/2011
      Le modèle de la banquise me fait penser aux vieilles théories éculées d'il y a 50 ou 60 ans et présentant la croute continentale "flottant" sur la croute océanique plus dense (avec les fameux SiAl et SiMa)... cette vision des choses a été réfutée il y a bien longtemps justement par des observations concrètes...

      voir ici un petit rappel de ces théories : http://jabba.unil.ch/objectif-terre/index.php?id=3429
    • koeuf 15/01/2011
      vos explications ne parlent pas des reliefs entretenus, ni des empilements de nappes montrés par les klippes et les fenêtres.

      votre modèle ne tient pas compte du caractère entretenu.

      quand à votre hypothèse sur la formation de minéraux d'UHP type coésite, si elle était exacte, on devrait en trouver un peu partout sur la Terre. Or, assez curieursement, on n'en a trouvé que dans les chaines de montagnes types alpes
    • R_Robert 15/01/2011
      @ koeuf, Je l'avoue, je ne suis pas spécialisé en géologie et ne manie pas le vocabulaire y relatif.

      La pression des mers et des océans engendre une force, qui sur la durée peut occasionner des déformations entretenues.
      Pour connaître pourquoi la répartition des minéraux n'est pas homogène, il faudrait regarder la position initiale des éléments qui constituent ces chaines de montagne, voir le brassage subit et comparer avec des zones situées dans les mêmes conditions sur la coquille initiale. Mais je n'ai pas poussé ma réflexion aussi loin car la théorie de l'expansion terrestre est évoquée dans ce premier volume mais fera l'objet d'un autre tome.

      Il me vient à l'esprit d'une découverte faite il y a 2 ans, je crois. Des os de dinosaures ont été découvert en Australie similaires à ceux déjà vu en Amérique du sud. Dans la théorie de l'expansion ces deux zones géographiques sont contiguës tandis que sur la Pangée elles étaient à l'opposé. Comment expliquer cela ?

      Si vous voyez pepejul, demandez lui de reprendre un semblant de discussion !
    • koeuf 15/01/2011
      "@ koeuf, Je l'avoue, je ne suis pas spécialisé en géologie"

      là, on est d'accord !

      "La pression des mers et des océans engendre une force, qui sur la durée peut occasionner des déformations entretenues"

      absurde, les forces en question n'ont pas les mêmes échelles de grandeur, c'est incompatible avec une hypothèse d'expansion qui va à l'encontre de cette force, de plus, pourquoi les résultats de ces forces ne se verraient que au beau milieu de certains continents ?

      "Dans la théorie de l'expansion ces deux zones géographiques sont contiguës tandis que sur la Pangée elles étaient à l'opposé. Comment expliquer cela ?"

      très simplement, sur la pangée, ces deux blocs ne sont pas très distants, et certaines espèces ont des aires de répartitions très étendues, voire mondiales.

      "Mais je n'ai pas poussé ma réflexion aussi loin car la théorie de l'expansion terrestre est évoquée dans ce premier volume mais fera l'objet d'un autre tome."

      c'est bien là qu'est le problème, vous argumentez sur des sujets dont vous ne connaissez quasiment rien, vous vous débattez en revenant toujours à votre dogme qui explique tout selon vous en niant les faits. De grâce, arrêtez de vouloir expliquer la géologie avec votre hypothèse. Commencez par apprendre les notions de base de géologie, étudiez les faits et tentez après de bâtir quelque chose de cohérent avec. vous arriverez sans nul doute aux mêmes conclusions que les spécialistes de la chose;

      J'ai bien peur également que ce que j'ai dit sur la géologie ne s'applique à d'autres points de vos raisonnements. Et tentez d'appliquer à vous même ce que vous nous demander, à savoir de l'humilité et l'acceptation du doute quand à vos pensées. vous avez sans doute perdu 6 ans (au moins) sur la rédaction de votre ouvrage, évitez de perdre…
      Afficher la suite "@ koeuf, Je l'avoue, je ne suis pas spécialisé en géologie"

      là, on est d'accord !

      "La pression des mers et des océans engendre une force, qui sur la durée peut occasionner des déformations entretenues"

      absurde, les forces en question n'ont pas les mêmes échelles de grandeur, c'est incompatible avec une hypothèse d'expansion qui va à l'encontre de cette force, de plus, pourquoi les résultats de ces forces ne se verraient que au beau milieu de certains continents ?

      "Dans la théorie de l'expansion ces deux zones géographiques sont contiguës tandis que sur la Pangée elles étaient à l'opposé. Comment expliquer cela ?"

      très simplement, sur la pangée, ces deux blocs ne sont pas très distants, et certaines espèces ont des aires de répartitions très étendues, voire mondiales.

      "Mais je n'ai pas poussé ma réflexion aussi loin car la théorie de l'expansion terrestre est évoquée dans ce premier volume mais fera l'objet d'un autre tome."

      c'est bien là qu'est le problème, vous argumentez sur des sujets dont vous ne connaissez quasiment rien, vous vous débattez en revenant toujours à votre dogme qui explique tout selon vous en niant les faits. De grâce, arrêtez de vouloir expliquer la géologie avec votre hypothèse. Commencez par apprendre les notions de base de géologie, étudiez les faits et tentez après de bâtir quelque chose de cohérent avec. vous arriverez sans nul doute aux mêmes conclusions que les spécialistes de la chose;

      J'ai bien peur également que ce que j'ai dit sur la géologie ne s'applique à d'autres points de vos raisonnements. Et tentez d'appliquer à vous même ce que vous nous demander, à savoir de l'humilité et l'acceptation du doute quand à vos pensées. vous avez sans doute perdu 6 ans (au moins) sur la rédaction de votre ouvrage, évitez de perdre encore du temps à tenter de convaincre le monde scientifique que l'eau chaude est en fait froide parce que vous avez bâti une hypothèse et passez à autre chose . Cela vous fera beaucoup de bien je pense
    • koeuf 15/01/2011
      un dernier point pour que ce soit clair, il n'y a pas pour ma part de débat entre nous, il faudrait pour cela d'autres compétences que les vôtres sur le sujet. Il y a juste une volonté de vous expliquer les raisons de vos erreurs pour vous éviter de vous enfoncer. Le plus important sera d'éviter que d'autres personnes ayant les mêmes lacunes que vous en géologie (entre autres) tombent sur vos écrits et ne se rendent pas compte des failles.

      la démarche n'est donc pas celle de scientifiques qui débattent autour d'une hypothèse, mais plutôt le nécessaire recadrage d'un débutant face à ses incohérences.
    • pepejul 16/01/2011
      Je vous conseille de rechercher du côté des symptômes de la psychose maniaco-dépressive :

      "En phase maniaque, la personne est exubérante, exaltée, impulsive. Elle est mégalomane et surestime ses capacités." extrait de : http://www.hartziekte.be/Fr/Questce%20que%20la%20maniacodepression.html

      "La psychose : La psychose est une altération de la personnalité avec installation, développement et extension des idées délirantes permanentes.Ces idées délirantes sont :

      -Individuelles (non partagées par les sujets du même milieu)
      -Non modifiables par la logique ou par l’expérience
      -Stables (différentes des fabulations qui s’enrichissent au fil du discours)
      Les psychoses associent :
      -Une structure psychotique
      -Un trouble de la personnalité
      -Un délire" extrait de : http://www.comite-franco-quebecois.fr/menudroit/documentsutiles/boite/ft/Psychose.pdf

      Comment agir avec une personne souffrant de ce syndrome :
      "Quelques conseils à suivre :
      Parler en termes positifs, tout en restant sincère quant à ses sentiments,
      Accepter la personne telle qu’elle est,
      Accorder et attendre de la personne le respect et le sens des responsabilités,
      Répartir les différentes tâches et faire participer la personne,
      Ne pas tomber dans le piège de la surprotection ou du traitement privilégié,
      Etre attentif à la communication non verbale de la personne (mimique, ton de la voix, solitude, tristesse…)
      Eviter l’isolement de la personne,
      Parler en termes respectueux et non enfantins."

      Possibilités thérapeutiques :

      Les neuroleptiques et les sels de lithium s'avèrent efficaces pour le traitement de l'état maniaque. Quant à l'état mélancolique, il répond favorablement aux antidépresseurs. Certaines dépressions d'origine psychologique nécessitent un traitement par psychothérapie. Il existe…
      Afficher la suite Je vous conseille de rechercher du côté des symptômes de la psychose maniaco-dépressive :

      "En phase maniaque, la personne est exubérante, exaltée, impulsive. Elle est mégalomane et surestime ses capacités." extrait de : http://www.hartziekte.be/Fr/Questce%20que%20la%20maniacodepression.html

      "La psychose : La psychose est une altération de la personnalité avec installation, développement et extension des idées délirantes permanentes.Ces idées délirantes sont :

      -Individuelles (non partagées par les sujets du même milieu)
      -Non modifiables par la logique ou par l’expérience
      -Stables (différentes des fabulations qui s’enrichissent au fil du discours)
      Les psychoses associent :
      -Une structure psychotique
      -Un trouble de la personnalité
      -Un délire" extrait de : http://www.comite-franco-quebecois.fr/menudroit/documentsutiles/boite/ft/Psychose.pdf

      Comment agir avec une personne souffrant de ce syndrome :
      "Quelques conseils à suivre :
      Parler en termes positifs, tout en restant sincère quant à ses sentiments,
      Accepter la personne telle qu’elle est,
      Accorder et attendre de la personne le respect et le sens des responsabilités,
      Répartir les différentes tâches et faire participer la personne,
      Ne pas tomber dans le piège de la surprotection ou du traitement privilégié,
      Etre attentif à la communication non verbale de la personne (mimique, ton de la voix, solitude, tristesse…)
      Eviter l’isolement de la personne,
      Parler en termes respectueux et non enfantins."

      Possibilités thérapeutiques :

      Les neuroleptiques et les sels de lithium s'avèrent efficaces pour le traitement de l'état maniaque. Quant à l'état mélancolique, il répond favorablement aux antidépresseurs. Certaines dépressions d'origine psychologique nécessitent un traitement par psychothérapie. Il existe actuellement un traitement préventif des rechutes, qui est justifié après la survenance de deux à trois épisodes aigus. Il s'agit d'un traitement mis en route pour plusieurs années, dont la base essentielle est constituée par l'utilisation des sels de lithium. La vie des malades atteints de cette forme de psychose a pu en être transformée, leur permettant de retrouver une vie familiale, affective et professionnelle normale.

      extrait de : http://www.larousse.fr/encyclopedie/ehm/psychose_maniaco-d%C3%A9pressive/183410
    • pepejul 16/01/2011
      Je ne vois rien d'autre à rajouter...
    • R_Robert 17/01/2011
      Vous avez raison, il est grand temps de clore cette discussion stérile, car les argumentations de certains deviennent abjectes. Elle est stérile et le restera, car vous opposez des arguments qui sont fondés sur des hypothèses actuellement admises mais qui restent des hypothèses.

      Ceux qui ont lu mon livre, sont stupéfaits de la simplicité et de la cohérence du modèle de l'atome à électrons statiques MAES. Tous les exemples qui l'accompagnent, démontrent la pertinence de ce concept.
      Aimant les sciences, ils attendent la position de la communauté scientifique pour que cette conviction naissante, qu'il existe une vision nouvelle des sciences sur des bases différentes, se formalise en une conviction profonde.
      En réponse à cette attente, je leur ai suggéré de voir certains débats sur le net et en particulier ceux qui apparaissent sur Knowtex.
      Les remarques sont toutes identiques :
      Comment peuvent-ils poster des critiques aussi virulentes, alors qu'ils n'ont pas lu votre livre ?
      C'est là la stérilité de ce débat !
      A bon entendeur
      Salut
    • GMichnik 17/01/2011
      "cette conviction naissante", "une conviction profonde"
      haaaa, merci de le dire! On est donc bien en dehors du domaine des sciences dans lequel on ne bâtit pas tout un modèle, une théorie sur une conviction mais sur des faits et où on n'essaie pas de tout faire rentrer dedans, à toute fin, toute force... ça, c'est la technique favorite des pseudo-sciences (genre homéopathie où rien n'est prouvé et où le seul argument pour la défendre c'est "l'intime conviction"), de l'ésotérisme et même des créationnistes (oui, je sais, vous ne vous intéressez pas aux religions, mais c'est tout comme).
      Voilà qui clôt admirablement le débat...
    • koeuf 17/01/2011
      Vos fans remarqueront également que mes remarques concernant les Alpes contredisent fondamentalement votre théorie et que, plutôt que de l'admettre, vous préférez vous réfugier derrière votre modèle magique qui explique tout ou une exaspération face à un post jugé agressif. ah j'oubliais, ce ne sont que des hypothèses, les reliefs alpins sont des hypothèses (quels prétentieux ces alpinistes !), les empilements de nappes visibles un peu partout sont des hypothèses (une coquille peut se rompre, expulser des morceaux en l'air et ces morceaux vont gentiment retomber les uns sur les autres pour faire un mille feuille parfait), l'érosion alpine est une hypothèse (je suis sûr que c'est encore un coup du MAES ça !), etc, etc ....

      Je ne vais certainement pas lire un livre si i apparait évident que la théorie qu'il contient ne tient pas debout, et la simple existence des Alpes suffit à le démontrer (elles ne sont sans doute pas les seules !). je ne vais pas lire un livre quand son auteur prétend bâtir des théories sur des sujets qu'il ne maitrise pas (de son propre aveu dans ce fil), mais refuse d'admettre qu'il puisse avoir tort.

      moi aussi, j'ai montré ces discussions à d'autres personnes, et les réactions sont tout autres, plus du style "mais comment peut-il ne pas admettre l'évidence ?"
    • pepejul 17/01/2011
      "Aimant les sciences, ils attendent la position de la communauté scientifique "

      Voilà, vous avez eu l'avis de plusieurs scientifiques : vous n'êtes pas crédible.
    • R_Robert 18/01/2011
      Un critique littéraire ne donne pas son avis en se contentant de lire la 4ème de couverture.
      Il est impossible de se faire une idée d'un film sur sa bande annonce.
      Vous êtes plus forts que tous, vous jugez une suite logique de développements en forgeant votre impression sur des résumés de chapitre et en déformant des propos comme bon vous semble. Je n'ai jamais écrit que les Alpes ont été projetées dans les airs ou ne sont qu'une hypothèse, preuve en est, j'ai pris l'exemple de la banquise.
      Mais vous lisez comme ça vous arrange et uniquement ce que vous désirez. Vous ne chercher pas à voir un peu plus loin que le contexte de votre discipline.

      Vous vous prétendez scientifiques mais n'en avez pas l'étoffe. Vous êtes de simples enseignants qui avez peur de devoir retourner apprendre des choses et refaire vos cours qui marqueraient la fin de ce train train quotidien.
      Ce serait également votre image, face à vos élèves, qui serait écornée, car leur regard émerveillé de cet instituteur qui connait tant de savoir serait embrumé par ces erreurs et votre égo en prendrait un coup.

      Les Sciences revisitées s'imposeront tôt ou tard, car les explications sont au rendez-vous.
      Vos commentaires resteront la marque de votre incompétence.
    • GMichnik 18/01/2011
      héhé, je l'attendais ça. Puis qu'on parle d'éducation, voici un extrait du programme de Première S (rédiger par des inspecteurs généraux en collaboration avec les scientifiques et de "simples profs" :
      "L’exemple de la tectonique des plaques donne l’occasion de comprendre la notion de modèle scientifique et son mode d’élaboration. Il s’agit d’une construction intellectuelle hypothétique et modifiable. Au cours du temps, la communauté scientifique l’affine et le précise en le confrontant en permanence au réel. Il a une valeur prédictive et c’est souvent l’une de ces prédictions qui conduit à la recherche d’un fait nouveau qui, suivant qu’il est ou non découvert, conduit à étayer ou modifier le modèle. La solidité du modèle est peu à peu acquise par l’accumulation d’observations en accord avec lui. Les progrès techniques accompagnent le perfectionnement du modèle tout autant que les débats et controverses. NB - À partir de l’exemple de la tectonique des plaques, les élèves seront conduits à comprendre quelques caractéristiques du mode de construction des théories scientifiques."

      Considérez cela comme votre première leçon de géologie. Vous avez à peine le niveau collège"...
    • R_Robert 18/01/2011
      C'est exactement ce que j'essaie de vous faire comprendre tout au long de ce débat !

      La tectonique des plaques est un modèle scientifique basé sur des hypothèses admises car vérifiées. Ces hypothèses sont le modèle atomique de Bohr et la gravitation de Newton. Sur ces bases, l'idée d'une expansion du globe est inexplicable (même pas avec l'hypothétique neutrino) alors elle n'est pas prise en considération dans la réflexion.
      Nous regardons toujours le globe perpendiculairement à un axe passant par les pôles, car si nous regardions ce qui entoure le continent antarctique, la tectonique prendrait du plomb dans l'aile.

      En revisitant l'atome j'ai redécouvert l'éther, ce fluide mystérieux et subtil que depuis la plus haute antiquité les savants prédisaient, lequel explique le fonctionnement des astres et de là le principe de pesanteur (phénomène qui confère à une entité cette force nommée le poids). Ce principe de pesanteur utilise les mêmes formules qui ont servi à valider la gravitation, mais la pesanteur et la gravitation sont deux phénomènes différents.
      L'expansion terrestre est la conséquence de ces remises en cause et les observations actuelles peuvent être TOUTES expliquées sur la base de ce nouveau modèle et non pas uniquement celles qui sont en accord (Antarctique).

      Considérez cela comme une leçon pour devenir scientifique. Il ne faut pas tirer des conclusions sans connaître la totalité du dossier !
    • actarus 18/01/2011
      Pour expliquer pourquoi des failles apparaissent dans mon mur bâti en flanc de colline, je n'ai pas besoin de remettre en question le modèle de l'atome de Bohr ou de revisiter la relativité générale ou la physique quantique.

      Et j'ai beau regardé la Terre sous tous ses angles, je ne vois rien de paradoxal aux limites de plaque et aux mouvements de celles-ci autour de l'antarctique.
    • pepejul 18/01/2011
      Vpus écrivez : "En revisitant l'atome j'ai redécouvert l'éther, ce fluide mystérieux et subtil que depuis la plus haute antiquité les savants prédisaient"

      Vous n'avez pas revisité l'atome car vous n'avez pas les bases de connaissances pour comprendre ce qui a déjà été dcouvert...

      Vous n'avez pas découvert quoique ce soit, vous avez simplement imaginé un concept délirant qui n'explique rien et qui n'est validé par aucune observation concrète... en dehors de vos affirmations diverses et variées dont nous avons montré ici l'incohérence. Je n'ai pas besoin de lire un livre dont l'auteur lui-même nous fait ici un si pitoyable résumé !

      vous dites ensuite :"Considérez cela comme une leçon pour devenir scientifique"

      Nous le sommes par notre formation, nos diplomes et notre pratique quotidienne... Avant de passer notre concours d'enseignant nous avons tous obtenu des diplômes universitaires scientifiques qui valident nos connaissances et nos pratiques de la Science.

      Vous n'avez reçu aucune formation et ne possédez aucun diplôme.

      Je ne vous autorise pas à me donner la moindre leçon dans un domaine où vous n'êtes ni compétant ni reconnu.

      Soignez-vous.
    • R_Robert 18/01/2011
      @ actarus, achetez-vous des lunettes ! Vous verrez qu'il est impossible de regarder un globe sphérique sous tous ses angles et qu'autour de l'Antarctique il y a des failles sur le pourtour et qu'une éventuelle subduction est impossible car elle convergerait vers un périmètre plus petit.

      @ pepejul, il faudrait savoir, vous êtes enseignant ou médecin ? En effet, vous avez fait un diagnostique médical sur ma personne et sans aucun respect du serment d'Hippocrate, vous le divulguez sur le net. Soit vous êtes un médecin condamnable soit vos propos n'étaient que le signe d'un manque d'argumentations valables et raisonnées.
      Oui, j'ai découvert l'éther qui est constitué d'électrons libres. Mais cette vision n'est pas possible à tous ceux qui veulent toujours regarder l'électron avec le rôle que nous lui attribuons avec sa charge électrique.

      Les exemples, qui fourmillent dans mon livre, démontrent que nous pouvons TOUT expliquer avec des arguments simples et même les expériences nucléaires prennent une tournure différente.

      Mais vous êtes bornés, vous vous êtes focalisés sur ces conclusions et n'avez jamais montré le moindre signe de curiosité sur l'ensemble.
      Vous avez décrété que vous ne liriez jamais mon livre, c'est votre choix, mais je suis persuadé que certaines de mes réponses ont semé le doute dans vos esprits, si vous les avez lues.
      Pépéjul, ne soyez pas aussi stupide que vos écoliers dans la cours de récréation. Argumentez, développez, mais ne partez pas dans ces injures gratuites...
    • GMichnik 18/01/2011
      Scientifique, je le suis, au plus profond... Et c'est grâce à cela que je ne me laisse pas abusé par vos délires. Je n'ai aucune leçon à recevoir de vous. Je dirais même que c'est l'inverse.
      Et en tant que scientifique, je suis toujours ouvert à des modifications de théories, pour le peu qu'elles soient solidement étayées par des expérimentations, des recherches sur le terrain et des mesures reproductibles. C'est ainsi qu'avance la science. Vous, vous la faites régresser : Vous en arrivez à imposer un dogme inébranlable sans laisser la moindre place au doute : c'est de l'obscurantisme déguisé.
    • GMichnik 18/01/2011
      Et concernant la mobilité de plaques sur une sphère, je vous conseille de réviser votre géométrie Eulérienne... Ah non, j'oubliais qu'Euler est un parfait idiot^^
    • R_Robert 18/01/2011
      @ GMichnik, tous ces reproches ne sortiraient pas de votre bouche si vous aviez lu mon livre car vous auriez vu que ma démarche est exactement celle que vous attendez d'un scientifique.
    • koeuf 18/01/2011
      Je ne lirais pas ce livre. je me suis penché sur la question de l'expansion terrestre, et elle montre de toute évidence des failles rédhibitoires. Non vous n'avez pas tout expliqué tous les faits en désaccord avec la théorie, votre explication basée sur la banquise n'est pas sérieuse, les failles au niveau de la banquise fonctionnent en sens inverse de celles visibles dans les Alpes, peut-être y a t-il des zones de légère convergence, mais elles ne représentent qu'une faible part du système.
      Vous ne répondez rien sur le coté entretenu du système montré par les reliefs et les sédiments ni sur les klippes et les fenêtres, quand à votre réponse sur la coésite, elle est très évasive et ne peut pas être sérieusement prise en compte. je me répète, mais c'est que vous ne répondez à cela que par un inévitable "regardez l'évidence, le MAES explique tout !" mais non, désolé, il n'explique rien.

      quand à votre remarque sur les enseignants, elle montre que vous avez de bons miroirs chez vous !
      personnellement, je ne m'y reconnais pas, j'aime montrer à mes élèves les limites de la science, ses dernières avancées, ses doutes. j'aime retracer l'histoire des sciences, ses ruptures, ses débats. J'aime découvrir de nouvelles choses, de nouvelles théories bâties par des scientifiques. Je suis capable d'avouer mes erreurs, de changer mon opinion sur un point quand des arguments existent.
      je ne sais pas qui est borné, quand on regarde votre refus d'admettre des faits contradictoires et votre incompétence dans le domaine de la géologie que vous prétendez expliquer

      j'ai lu vos articles avec un regard neutre. j'avoue avoir lu distraitement ce qui concernait l'atome, mais me suis penché plus particulièrement sur l'expansiosn terrestre. l'hypothèse parait séduisante quand on regarde le petit…
      Afficher la suite Je ne lirais pas ce livre. je me suis penché sur la question de l'expansion terrestre, et elle montre de toute évidence des failles rédhibitoires. Non vous n'avez pas tout expliqué tous les faits en désaccord avec la théorie, votre explication basée sur la banquise n'est pas sérieuse, les failles au niveau de la banquise fonctionnent en sens inverse de celles visibles dans les Alpes, peut-être y a t-il des zones de légère convergence, mais elles ne représentent qu'une faible part du système.
      Vous ne répondez rien sur le coté entretenu du système montré par les reliefs et les sédiments ni sur les klippes et les fenêtres, quand à votre réponse sur la coésite, elle est très évasive et ne peut pas être sérieusement prise en compte. je me répète, mais c'est que vous ne répondez à cela que par un inévitable "regardez l'évidence, le MAES explique tout !" mais non, désolé, il n'explique rien.

      quand à votre remarque sur les enseignants, elle montre que vous avez de bons miroirs chez vous !
      personnellement, je ne m'y reconnais pas, j'aime montrer à mes élèves les limites de la science, ses dernières avancées, ses doutes. j'aime retracer l'histoire des sciences, ses ruptures, ses débats. J'aime découvrir de nouvelles choses, de nouvelles théories bâties par des scientifiques. Je suis capable d'avouer mes erreurs, de changer mon opinion sur un point quand des arguments existent.
      je ne sais pas qui est borné, quand on regarde votre refus d'admettre des faits contradictoires et votre incompétence dans le domaine de la géologie que vous prétendez expliquer

      j'ai lu vos articles avec un regard neutre. j'avoue avoir lu distraitement ce qui concernait l'atome, mais me suis penché plus particulièrement sur l'expansiosn terrestre. l'hypothèse parait séduisante quand on regarde le petit film sur le web, mais ne tient pas quand on cherche à expliquer les faits de terrain avec. Je n'ai donc pas envie d'aller plus loin dans mes lectures.

      je ne peux que répeter mon conseil, ne persévérez pas, votre modèle de l'expansion terrestre ne s'imposera pas, et je pense qu'il en sera de même pour le MAES. vous risquer donc de finir aigri, donc passez à autre chose, vraiment, cela vous fera un bien fou
    • actarus 18/01/2011
      "Vous verrez qu'il est impossible de regarder un globe sphérique sous tous ses angles et qu'autour de l'Antarctique il y a des failles sur le pourtour et qu'une éventuelle subduction est impossible car elle convergerait vers un périmètre plus petit."

      Je n'ai pas besoin de lunettes. Comme le dit GMichnik, il faut considérer les mouvements tectoniques selon des axes eulériens. Les plaques sont en rotation, non en translation, et cela implique des vitesses différentes le long des limites.

      Par ailleurs il n'y a rien de choquant à ce qu'une plaque soit délimité sur tout son pourtour (ou presque) par des limites divergentes !

      Certains d'entre nous sont même allés jusqu'à faire calculer la surface de lithosphère océanique produite par les dorsales à leurs élèves (c'est faisable, même en lycée) à partir des données GPS (qui mesurent la vitesse de divergence) et à la comparer avec celle enfouie par subduction.
      Et les 2 surfaces se compensent. Point final, point d'expansion (si ce n'est l'infime accrétion dues aux météorites).

      Arrêtez de vous la jouer seul contre tous. Nous sommes des milliers (des dizaines de milliers) rien qu'en France à étudier, travailler et enseigner ces mouvements tectoniques à nos élèves de collège, de lycée, d'université, de prépa etc ...

      Enseigner ce n'est pas seulement lire un cours, c'est travailler sur des documents, afin de voir comment les exploiter en classe, lire assidument les publications des scientifiques sur le sujet, mais aussi confronter son enseignement aux élèves, et même mes élèves m'apprennent des choses, ou trouvent des failles (ou des erreurs, ça arrive souvent) dans ce que je leur dit.

      Et contrairement à ce que vous pourriez penser, nous n'avons pas reçu nous même un enseignement "doctrinal", au contraire, nous voyons…
      Afficher la suite "Vous verrez qu'il est impossible de regarder un globe sphérique sous tous ses angles et qu'autour de l'Antarctique il y a des failles sur le pourtour et qu'une éventuelle subduction est impossible car elle convergerait vers un périmètre plus petit."

      Je n'ai pas besoin de lunettes. Comme le dit GMichnik, il faut considérer les mouvements tectoniques selon des axes eulériens. Les plaques sont en rotation, non en translation, et cela implique des vitesses différentes le long des limites.

      Par ailleurs il n'y a rien de choquant à ce qu'une plaque soit délimité sur tout son pourtour (ou presque) par des limites divergentes !

      Certains d'entre nous sont même allés jusqu'à faire calculer la surface de lithosphère océanique produite par les dorsales à leurs élèves (c'est faisable, même en lycée) à partir des données GPS (qui mesurent la vitesse de divergence) et à la comparer avec celle enfouie par subduction.
      Et les 2 surfaces se compensent. Point final, point d'expansion (si ce n'est l'infime accrétion dues aux météorites).

      Arrêtez de vous la jouer seul contre tous. Nous sommes des milliers (des dizaines de milliers) rien qu'en France à étudier, travailler et enseigner ces mouvements tectoniques à nos élèves de collège, de lycée, d'université, de prépa etc ...

      Enseigner ce n'est pas seulement lire un cours, c'est travailler sur des documents, afin de voir comment les exploiter en classe, lire assidument les publications des scientifiques sur le sujet, mais aussi confronter son enseignement aux élèves, et même mes élèves m'apprennent des choses, ou trouvent des failles (ou des erreurs, ça arrive souvent) dans ce que je leur dit.

      Et contrairement à ce que vous pourriez penser, nous n'avons pas reçu nous même un enseignement "doctrinal", au contraire, nous voyons bien que les théories s'affinent, que des faits nouveaux apparaissent, et nous mêmes, de programme en programme intégrons ces changements.

      Aucun d'entre nous ne "s'accroche" à une vision du monde, et nous nous réjouissons quand les choses bougent.
    • GMichnik 18/01/2011
      Pas du tout, votre démarche est biaisée dès la base! Vous pouvez construire une cathédrale parfaite dessus que ça ne tiendrait pas debout!
      Rien que les données sismiques montrant le plan de Wadati-Bénioff sur le pourtour de l'océan pacifique invalide la thèorie de l'expansion! De grâce, il serait temps d'arrêter de casser des pots dans un domaine où vous n'y connaissez rien...

      A part ça, j'adore votre poésie : "En revisitant l'atome j'ai redécouvert l'éther, ce fluide mystérieux et subtil". Vous voulez parler de la Force, en fait? Je vous souhaite en tout cas de ne pas basculer dans son côté obscur ;)
    • R_Robert 18/01/2011
      @ actarus, GMichnik et koeuf, merci de ne pas avoir fait partir cette discussion dans une mauvaise dérive.

      Une chose à préciser, l'expansion terrestre est la conséquence de toutes mes réflexions sur l'atome et la pesanteur.
      Je ne connaissais pas cette théorie et l'ai retrouvée en comprenant le fonctionnement des astres. Ce sont mes démarches a postériori qui m'ont montré qu'elle avait été évoquée il y a plus d'un siècle.
      Cette théorie ne pouvait pas être expliquée sur la base de notre modèle atomique et surtout en raison de la gravitation. Les débats houleux, qui à différentes époques ont confronté les partisans et les opposants, se sont soldés par un renoncement à évoquer cette théorie et la jeter dans les oubliettes.
      L'expansion est actuellement impossible et de ce fait elle n'intervient pas dans les explications de nos observations ou plus souvent dans l'interprétation que nous en donnons.

      Vous ne voulez pas imaginer les conséquences qu'engendre la remise en cause de l'atome et c'est fort dommage.
    • koeuf 18/01/2011
      Pour être clair, je ne m'intéresse pas le moins du monde à la remise en cause de l'atome. je n'ai pas les compétences pour cela, et je me passionne pour d'autres choses. dont la tectonique des plaques. Mes collègues et moi-même n'arrêtons pas de vous dire qu'il n'est même pas nécessaire d'évoquer la gravitation, mais juste l'observation pour mettre en l'air cette théorie.

      vous n'arrêtez pas pourtant de nous resservi votre martingale comme seul élément expliquant tout le reste. en gros, vous ne comprenez pas nos arguments, ou vous refusez d'admettre leur pertinence donc vous vous réfugiez derrière un "le MAES explique tout". Il est donc bien normal que cette démarche dogmatique nous rappelle celle des créationnistes, votre MAES remplaçant Dieu

      vous évoquiez également de nombreux soutiens de personnes appréciant vos théories, le moins que l'on puisse dire est qu'il ne brillent pas par leur soutien dans les différents débats autour de vos travaux qui existent sur le web

      Quand à la discussion, elle n'existe pas, je ne crois pas hélas que vous changerez d'avis et votre futur en tant que théoricien risque d'être très décevant. mes remarques sont là pour ceux qui liront vos théories et auraient envie d'y croire, en ignorant qu'elle ne colle pas aux faits. j'aurais quand même tenté de vous raisonner, mais visiblement vous n'êtes pas configuré pour cela et ce point est inquiétant.

      Vos théories ont un seul intérêt, offrir des supports pour que mes élèves se rendent compte (tous seuls, sans influence) de l'incohérence des points exposés. et ils y arrivent très bien.
    • Dune86 18/01/2011
      @koeuf comment pouvez-vous dire: " Vos théories ont un seul intérêt, offrir des supports pour que mes élèves se rendent compte (tous seuls, sans influence) de l'incohérence des points exposés. et ils y arrivent très bien", alors que vous n'avez pas lu sont livre?
      Il me semble que pour juger des théories, il faut déjà les connaître.
    • koeuf 18/01/2011
      la théorie dont je parle ici est celle de l'expansion terrestre, pas celle de l'électron statique. Elle est simple et décrite dans le lien indiqué plus haut. Je n'ai pas besoin de savoir comment cette théorie a pu être élaborée pour voir qu'elle ne colle pas avec les faits exposés dans ce fil.
    • actarus 18/01/2011
      @Dune86 : le peu qu'il en expose dans les articles référencés sur Knowtex suffit largement.
    • pepejul 19/01/2011
      Vous écrivez "Les débats houleux, qui à différentes époques ont confronté les partisans et les opposants, se sont soldés par un renoncement à évoquer cette théorie et la jeter dans les oubliettes."

      cest exactement ce qui arrive aux théories bancales et incohérentes.... vous vous croyez Galilée, vous n'êtes que Ptolémée...

      http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ocentrisme
    • pepejul 19/01/2011
      Pour tous ceux qui liront ces échanges et qui souhaiteraient en savoir plus, je vous conseille la consultation de ce lien : http://astronomie.forumactif.com/t765-theorie-obsolete-de-l-expansion-terrestre très riche d'enseignements...

      on voit que les arguments des défenseurs de la théorie de l'expansion terrestre sont toujours les mêmes et qu'ils ne tiennent pas face aux observation du réel... bonne lecture !
    • R_Robert 19/01/2011
      Un grand merci à Dune86 qui s'est inscrit sur knowtex pour marquer sa consternation face à ces gens qui ne veulent pas voir plus loin que leur bout du nez, plus loin que la limite de leur discipline qui les fait des spécialistes.
      De toute évidence vous avez lu mon livre et appréciez cette nouvelle vision de l'atome qui va bien au delà de la physique de l'atome.
      Je n'arrive pas à leur faire comprendre que les articles référencés ne sont que des résumés succincts, que la culture générale passe par une connaissance globale, que le modèle MAES n'est pas un dogme, etc...

      Ils ne veulent pas admettre que ce n'est pas forcément un spécialiste dans les oreilles qui guérira une otite récurrente, mais plus souvent le généraliste qui conseillera de faire arracher cette dent de sagesse.

      Je ne changerai pas ma vision des sciences car elle va bien au delà de la géologie. Pour expliquer les phénomènes optiques, électriques, magnétiques et thermiques je me confronterai aux mêmes spécialistes dans leur domaine qui ne voudront pas considérer l'atome alors que tout tourne autour de lui.
      Les Sciences revisitées sont parfaitement cohérentes contrairement à celles qui sont actuellement enseignées.
      La révolution scientifique se fera comme toutes les révolutions, par la base et non pas par les élites. Ce sont vos élèves qui montreront plus de curiosité et vous demanderont de justifier ces explications si simples et si évidentes.
    • R_Robert 19/01/2011
      @ koeuf, comment pouvez-vous comprendre ce qui se passe à la surface d'une planète si vous ne comprenez pas ce qui se passe en son centre. Et pour comprendre le noyau d'une planète, il faut comprendre l'atome et un point crucial les forces qui s'exercent.
      Tant que vous raisonnerez avec cette hypothétique force d'attraction gravitationnelle, votre vision se limitera à des interprétations prenant en considération cette hypothèse et tout le reste sera occulté.
    • R_Robert 19/01/2011
      @ pepejul, tous ces débats autour de l'expansion terrestre opposaient des gens, qui étaient surpris de constater cette évidence entre les cicatrices des fonds marins et la forme et la répartition des continents, avec d'autres qui justifient leur propos par la gravitation de Newton.
      Newton s'est trompé, il n'existe pas de force d'attraction entre les masses. Toutes les forces sont transmises au travers des électrons.

      Référencer un lien sur le géocentrisme est la preuve, une fois de plus, que vous êtes hors sujet. (Zéro)
    • Benoit 19/01/2011
      Dune 86 est peut être un amateur de SF ?
    • koeuf 19/01/2011
      vous dites " Et pour comprendre le noyau d'une planète, il faut comprendre l'atome et un point crucial les forces qui s'exercent.
      Tant que vous raisonnerez avec cette hypothétique force d'attraction gravitationnelle, votre vision se limitera à des interprétations prenant en considération cette hypothèse et tout le reste sera occulté."

      mais vous ignorez toujours les faits que je vous expose et en revenez toujours à ce dogme qui n'a par ailleurs pas été expérimenté à ma connaissance autrement que par la pensée.
    • R_Robert 19/01/2011
      @ koeuf, toutes les théories d'Einstein sont issues de sa pensée et non pas de ses expérimentations.
      Le MAES n'est pas un dogme mais un concept qui marche avec toutes nos observations, y-compris le géomagnétisme.

      @ Benoit, Dune86 est peut-être amateur de SF, mais il a fait la démarche de lire mon livre pour se rendre compte que ce ne sont pas des sciences fictives, mais qu'elles reposent sur des réflexions logiques.
    • R_Robert 19/01/2011
      @ GMichnik, vos propos sur la géométrie Eulérienne sont intervenus au même moment que ma réponse sur votre remarque préalable et les interventions successives des autres.
      Si la géométrie eulérienne s'applique assez bien pour les failles du Pacifique et de l'Atlantique avec un pôle eulérien proche du pôle géographique qui fait apparaitre des zones d'accrétion méridiennes, pour les zones qui entourent l'Antarctique, le pôle eulérien doit sans cesse être déplacé, dans un plan pratiquement équatorial, pour que cette approche géométrique se vérifie.
      Une majorité des failles transformantes convergent en direction du pôle sud.
    • pepejul 19/01/2011
      C'est reparti.... "Je n'arrive pas à leur faire comprendre que...... le modèle MAES n'est pas un dogme, etc..." et quelques lignes plus loin : " Newton s'est trompé, il n'existe pas de force d'attraction entre les masses. Toutes les forces sont transmises au travers des électrons" et voilà votre dogmequi pointe son nez...

      Vous précisez : "Le MAES n'est pas un dogme mais un concept qui marche avec toutes nos observations, y-compris le géomagnétisme." nous vous avons donné plusieurs exemples qui infirment purement et simplement cette affirmation gratuite !

      Reprenez le fil de la discussion et répondez précisément à toutes les questions qui vous ont été posées... sans revenir à votre trouble psychotique "le MAES explique tout, le MAES est la vérité universelle, le MAES est omnipotent, le MAES annule et remplace toutes les autres théorie et moi, dans mon garage avec mon C.A.P. de coiffeur j'ai révolutionner le monde des Sciences et j'attends que les scentifiques s'interressent à mon problème...."

      Cela fait plus de 30 ans que vos idées circulent et elles n'ont toujours pas convaincu grand monde... tu parles d'une révolution !
    • pepejul 19/01/2011
      edit : "j'ai révolutionné" au participe passé et non à l'infinitif...à moins que le MAES révolutionne aussi l'orthographe et la grammaire ?
    • koeuf 19/01/2011
      "Le MAES n'est pas un dogme mais un concept qui marche avec toutes nos observations, y-compris le géomagnétisme."

      à partir du moment ou la théorie de l'expansion terrestre ne colle pas avec les faits et que vous ne l'expliqez que par rapport au MAES, alors ce dernier devient un dogme
    • R_Robert 19/01/2011
      @ pepejul, c'est vous qui écrivez "...mon CAP de coiffeur j'ai révolutionner le ..." ????
      Vous voyez bien que vous lisez ce qui vous arrange comme ça vous arrange et n'êtes pas foutu de voir que c'est VOUS qui avez écrit de la sorte.
    • R_Robert 19/01/2011
      Cette conversation a bien trop duré. Elle est biaisée depuis le départ car nous n'avons pas les mêmes arguments à confronter.
      Pour éviter la stérilité de ce dialogue, je vous propose de faire parvenir à chacun, un exemplaire de mon livre pour évaluation.
      Pour ce faire, il vous suffit de me transmettre une adresse de livraison par un message sur Knowtex ou via mon blog.

      Cette démarche témoignera
      - d'une part que vous n'êtes pas bornés et obtus, et que votre esprit scientifique est ouvert à cette curiosité envers de nouvelles théories qui interpellent et chagrinent.
      - d'autre part que tous mes propos ne sont pas qu'une démarche bassement commerciale.
      Vous serez, ainsi, en mesure de juger mon travail et en lisant, dans une première phase rapide, les pages de 15 à 52 vous constaterez que je n'ai aucune prétention à vouloir endoctriner les gens vers des convictions spirituelles.
    • pepejul 19/01/2011
      pffffffffffff... je corrigeais mon propre message....d'où le mot EDIT avant mon rectificatif.... je ne voulais pas laisser une erreur dans mon texte... vous avez pris ma remarque pour une attaque ? Mais ne serait-ce pas là la composante paranoïaque du syndrome de psychose dont vous souffrez ?

      Mon adresse pour la livraison : Décharge municipale, rue des fadaises, 13005 Marseille
    • pepejul 19/01/2011
      "Elle est biaisée depuis le départ car nous n'avons pas les mêmes arguments à confronter."

      Quels sont vos arguments à part votre pseudodécouverte du MEAS ????

      Cet échange n'est pas un échange d'idées, c'est une tentative désespérée d'un jobastre pour approcher le monde scientifique qui ne veut pas de ses idées éculées, absurdes et vides de sens...

      Quand je pense que vous publierez sur d'autres forum la phrase suivante : "mon livre a suscité de vifs débats et une discussion passionante sur un forum scientifique...preuve de la validité de mes théories"... c'est peut-être cela le pire.

      Comme tous les autres farfelus, charlatans ou illuminés qui gravitent dans le monde facile des pseudosciences vous ne vous rendrez jamais compte de l'absurdité de vos propos...

      Je vous parie un milliard d'euros que votre théorie restera éternellement dans les oubliettes de la science, qu'elle ne révolutionnera jamais quoique ce soit et qu'elle ne trouvera jamais aucune application ni concrète ni de recherche... mettez la dans la grande boite des inutilités...

      Il est flagrant de voir que, devant la masse d'arguments qui invalident votre théorie vous préférez cesser la discussion (comme dans le sujet sur les dinosaures où vous n'avez pas su apporter la moindre réponse à vos contradictions révélées...) plutot que d'y répondre.

      Je vous propose de mettre ici tous les passages importants que vous tenez absolument à nous faire lire. Nous prendrons le temps de les décortiquer et d'évaluer la crédibilité de tous vos arguments...

      Nous vous offront une tribune libre et une évaluation complète faite par de vrais scientifiques, prenez votre chance...

      Vous n'avez pas une démarche commerciale ? Tant mieux, il n'y a donc aucun obstacle à ce que vous mettiez ici l'ensemble de…
      Afficher la suite "Elle est biaisée depuis le départ car nous n'avons pas les mêmes arguments à confronter."

      Quels sont vos arguments à part votre pseudodécouverte du MEAS ????

      Cet échange n'est pas un échange d'idées, c'est une tentative désespérée d'un jobastre pour approcher le monde scientifique qui ne veut pas de ses idées éculées, absurdes et vides de sens...

      Quand je pense que vous publierez sur d'autres forum la phrase suivante : "mon livre a suscité de vifs débats et une discussion passionante sur un forum scientifique...preuve de la validité de mes théories"... c'est peut-être cela le pire.

      Comme tous les autres farfelus, charlatans ou illuminés qui gravitent dans le monde facile des pseudosciences vous ne vous rendrez jamais compte de l'absurdité de vos propos...

      Je vous parie un milliard d'euros que votre théorie restera éternellement dans les oubliettes de la science, qu'elle ne révolutionnera jamais quoique ce soit et qu'elle ne trouvera jamais aucune application ni concrète ni de recherche... mettez la dans la grande boite des inutilités...

      Il est flagrant de voir que, devant la masse d'arguments qui invalident votre théorie vous préférez cesser la discussion (comme dans le sujet sur les dinosaures où vous n'avez pas su apporter la moindre réponse à vos contradictions révélées...) plutot que d'y répondre.

      Je vous propose de mettre ici tous les passages importants que vous tenez absolument à nous faire lire. Nous prendrons le temps de les décortiquer et d'évaluer la crédibilité de tous vos arguments...

      Nous vous offront une tribune libre et une évaluation complète faite par de vrais scientifiques, prenez votre chance...

      Vous n'avez pas une démarche commerciale ? Tant mieux, il n'y a donc aucun obstacle à ce que vous mettiez ici l'ensemble de vos chapitres... êtes-vous prêt à jouer le jeu jusqu'au bout ?

      Accepterez vous que l'ensemble de votre livre soit dénigré et qu'il en soit montré l'absurdité et l'incohérence dans son intégralité ?

      Allez, chiche, je m'engage à lire tout ce que vous publierez ici et a en faire une analyse objective ! Alors ? allons-y pour votre premier chapitre...
    • koeuf 19/01/2011
      le problème est que vous ne comprenez pas ce que je dis, je n'attend pas que vous me prouviez la véracité de votre théorie sur le MAES, mais celle de l'expansion terrestre. Je n'attends pas une démonstration que l'expansion terrestre découle du MAES, mais cele que l'expansion terrestre explique les faits de terrain. Je ne suis pas sûr donc que la lecture de votre livre change quelque chose car, au vu de vos peu de connaissances sur le sujet, il ne doit pas traiter de géologie.

      vous parlez de déductions logiques, d'explications cohérentes, mais, dans votre livre, traitez-vous des chaines de montagne, des failles de compression, des zones sismiques, des chaines d'obduction ? si ce n'est pas le cas, vous n'expliquez rien en ce qui concerne la tectonique des plaques. Une explication fausse peut paraitre logique si on ignore une grande partie des faits. Par exemple il est logique de penser que quand un gardien de hand arrête un tir à bout portant, c'est un réflexe qu'il fait sans y penser, on peut donc bâtir une théorie selon laquelle le cerveau n'intervient pas dans ce système avec la moelle épinière comme seul centre nerveux intervenant dans ce système (tout comme le reflexe de posture) la rapidité de l'action n'est à priori pas compatible avec un traitement par le cerveau. Mais, si on examine les circuits nerveux, si on réalise des tests sur les nerfs concernés, sur l'activité du cerveau, on se rend compte que la théorie ne tient plus. C'est exactement ce qui se passe ici, vous ignorez une grande partie des faits (toute la géologie de terrain pour commencer) dans la construction de votre théorie car vous ignorez jusqu'à l'existence de ces faits
    • R_Robert 19/01/2011
      @ pepejul, vous faites vraiment tache dans cette discussion. J'espère que vos élèves suivent vos propos, ils vous connaitront mieux.
      Je retiens le pari et espère que vous disposez de la somme car bientôt je serai riche.

      @ koeuf, je l'avoue, la théorie de l'expansion terrestre est seulement évoquée dans ce premier volume et sera entièrement décrite dans le troisième. Dans ce livre est toutefois développé la géodésie avec quelques surprises.
      Je me répète, mais il est préférable de comprendre ce qui se déroule à l'intérieur d'une planète et l'étude de sa superficie prend des raisonnements qui peuvent changer les théories en place.
      Montrez la curiosité qui vous a animer dans cette discussion et acceptez ma proposition.
    • pepejul 19/01/2011
      T'inquiètes papy, avant que cette théorie ne fasse des étincelles, moi je tordrai des cuillères par télékinésie...
    • pepejul 19/01/2011
      Tiens, au fait...vous n'avez pas mis votre premier paragraphe pour que nous l'étudiions... est-ce un oubli ? Allez, allez...un effort... n'ayez pas peur... exposez-nous TOUTE votre théorie si exceptionnelle dans son intégralité...

      Une dernière citation pour le plaisir des yeux : vous dites à Koeuf : " comment pouvez-vous comprendre ce qui se passe à la surface d'une planète si vous ne comprenez pas ce qui se passe en son centre."

      Et vous ? Comment pouvez-vous comrpendre la tectonique des plaques que vous dénoncez sans connaître les bases de géologie que nos élèves de 14 ans maîtrisent en partie ? Comment pouvez-vous comprendre quoiquece soit en physique, thermodynamique etc...alors que vous ne maîtrisez pas les principes de base ?

      Appliquez-vous à vous mêmes vos bons conseils... après vous pourrez éventuellement vous permettre de dire qui fait tache ici sur un forum DESTINE A DES ECHANGES ENTRE SCIENTIFIQUES, vous vous êtes trompé d'adresse....
    • jjanin 19/01/2011
      Bonsoir,
      en fait vous avez tous faux, la terre est plate et elle est portée par un géant qui s'appelle Atlas. Quand les bateaux arrivent au bord, ils tombent dans le viiiiiiiiiiiiiide !
      J'ai lu ça il y a longtemps dans un livre très sérieux avec de belles images.
    • Dune86 19/01/2011
      @ R_Robert Je suis surpris de votre câlme face à tous ces propos à votre égard.
      J'ai également de la peine a comprendre que sans avoir lu votre livre, ils puissent être aussi affirmatif face à vos théories.
      J'ai remarqué qu'ils n'ont pas compris le but de votre blog, qui n'est pas de publier vos théories, mais seulement du susiter l'interet de votre livre.
      Il est vrai qu'une remise en cause des bases les plus profondes, change totalement la vision actuelle. Ils ne peuvent pas encors le comprendre car ils ne l'ont pas lu.

      En tous cas je vous remercie vivement pour cette lecture passionnante, meilleures salutations.
    • actarus 19/01/2011
      L'article que nous commentons s'appelle : "L’expansion terrestre, non pas une théorie mais une réalité !!!".

      Il s'agit donc ici de savoir si l'expansion terrestre est une réalité.

      Qui dit expansion terrestre, dit mouvements divergents pour toutes les plaques tectoniques, ou du moins non compensation des convergences et divergences.

      Inutile d'aller fouiller jusqu'aux "bases les plus profondes" et remettre en question la nature même de l'atome pour remettre en question cette "affirmation".

      Il suffit de considérer les faits de terrain, notamment ceux en rapport avec la convergence, ironie du sort c'est ce sur quoi je travaille en ce moment (et je n'invente rien), qui contredisent justement et sans appel cette théorie de l'expansion.

      Si je vous dis à tous que j'ai une théorie nouvelle sur l'électron qui explique pourquoi les oiseaux sont incapables de voler, je pense que cette théorie n'intéressera personne puisque les oiseaux sont capables de voler.

      Quand on publie sur Knowtex un article parlant d'une théorie qui expliquerait pourquoi la Terre est en expansion (et pas qu'un peu, elle aurait doublé de rayon d'après l'auteur !), il est inutile d'aller plus loin vu que la convergence lithosphérique est une réalité, un fait, les connaissances actuelles en géologie ne laissant pas de doute là dessus.
    • pepejul 19/01/2011
      Il est sympa Dune86..il s'est inscrit sur Knowtex juste pour venir soutenir notre nouvel ami.... quel dévouement !
    • pepejul 19/01/2011
      Le plus drôle ce serait que Roger Robert aie créé lui-même un nouveau compte sous une autre identitié pour se soutenir lui-même ! Psychose + Schizophrénie... là ça commencerait à devenir marrant !
    • Dune86 20/01/2011
      @ pepejul vous êtes une personne honteuse la seul chose que vous savez faire ces vous moquez d'une personne sans même la connaitre, vous faites que poluer cette conversation, vous apportez rien, ou si peut-être un grand mépris en vers vous.
      Je suis un simple Automaticien je ne suis pas scientifique, mais au moin je lu le livre et j'en ai appris plus qu' a l'école et mes collègues aussi. Il est très intéressent simple et sur ces logique une chose qu'on a besoin dans mon métier, la logique.
      Mais surtout ne jugez jamais une personne sans la connaitre, je me suis refusé a le faire et j'ai pu rencontrer des personne formidable et je pense que vous vous en avez raté beaucoup. Voilà pour cette parrentese. J'espère que la discution pour reprendre sans ces moqueries insessentes. Bonne journée a tous et courage R_Robert.
    • Dune86 20/01/2011
      edit: il est très intéressent simple et SURTOUT ces logiques
    • koeuf 20/01/2011
      Je constate, mon cher Dune86 que vous adoptez le même fonctionnement que l'auteur de ce livre, à savoir refuser d'écouter les faits contradictoires exposés ici au sujet de la tectonique des plaques, et en revenir sans arrêt à la théorie principale liée à l'atome et non à la tectonique. oui, je sais, pour vous, le MAES explique tout, y compris la tectonique, le vol des oiseaux et la chute des cheveux, mais si on reste sérieux, les faits de terrain et de laboratoire contredisent l'expansion terrestre de façon formelle.
    • R_Robert 20/01/2011
      @ actarus, je vous remercie de recentrer cette discussion autour du thème de l'article.

      Je le répète, l'expansion terrestre ne s'oppose pas aux constatations observées sur le terrain mais elle permet de donner des explications différentes.
      La convergence de certaines plaques de la coquille initiale s'explique en fonction de ce qui se déroule dans les profondeurs du manteau et des étendues d'eau en surface.

      Si la tectonique donne une interprétation sur la présence de certains volcans par la subduction d'une plaque océanique sous une plaque continentale, elle n'arrive pas à justifier les points chauds.

      Les observations sur le terrains englobent également l'étude paléontologique, et les os fossilisés découvert en Amérique latine et en Australie restent une énigme. La distance qui séparait ces lieux était considérable, selon la théorie en vigueur. Si ces animaux avaient migré, nous devrions observer des os similaires sur ce parcours. Ce mystère est insoluble avec la tectonique, à moins que nous modifions la théorie de l'évolution de Darwin, en disant que deux espèces, parfaitement similaires, ont réussi à évoluer en deux lieux distants. Ceci serait apporter du grain à moudre pour les créationnistes.

      Pour comprendre et interpréter des observations nous devons nous référer aux bases fondamentales de la physique. Contrairement à ce que vous dites, la gravitation et le modèle de l'atome interviennent indirectement dans toutes les conclusions.
      Certaines théories, comme l'expansion terrestre, ont toujours été contestées car elles n'arrivaient pas à trouver des explications sur les bases fondamentales admises.
      Le modèle de l'atome à électrons statiques est le point de départ d'une vision nouvelle de toutes nos bases fondamentales.
      Entre toutes les explications des…
      Afficher la suite @ actarus, je vous remercie de recentrer cette discussion autour du thème de l'article.

      Je le répète, l'expansion terrestre ne s'oppose pas aux constatations observées sur le terrain mais elle permet de donner des explications différentes.
      La convergence de certaines plaques de la coquille initiale s'explique en fonction de ce qui se déroule dans les profondeurs du manteau et des étendues d'eau en surface.

      Si la tectonique donne une interprétation sur la présence de certains volcans par la subduction d'une plaque océanique sous une plaque continentale, elle n'arrive pas à justifier les points chauds.

      Les observations sur le terrains englobent également l'étude paléontologique, et les os fossilisés découvert en Amérique latine et en Australie restent une énigme. La distance qui séparait ces lieux était considérable, selon la théorie en vigueur. Si ces animaux avaient migré, nous devrions observer des os similaires sur ce parcours. Ce mystère est insoluble avec la tectonique, à moins que nous modifions la théorie de l'évolution de Darwin, en disant que deux espèces, parfaitement similaires, ont réussi à évoluer en deux lieux distants. Ceci serait apporter du grain à moudre pour les créationnistes.

      Pour comprendre et interpréter des observations nous devons nous référer aux bases fondamentales de la physique. Contrairement à ce que vous dites, la gravitation et le modèle de l'atome interviennent indirectement dans toutes les conclusions.
      Certaines théories, comme l'expansion terrestre, ont toujours été contestées car elles n'arrivaient pas à trouver des explications sur les bases fondamentales admises.
      Le modèle de l'atome à électrons statiques est le point de départ d'une vision nouvelle de toutes nos bases fondamentales.
      Entre toutes les explications des différents états de la matière et des phénomènes présents aux interfaces, ce modèle permet de comprendre que la gravitation n'est pas le principe qui engendre le poids.
      Une parfaite compréhension de ces nouveautés permet à chacun de voir les incidences dans son domaine particulier.

      S'obstiner à imaginer que de nos fondations scientifiques sont irréfutables n'est pas une approche scientifique qui se doit de toujours les confronter avec d'éventuelles nouveautés.
      Toute la démarche de mon livre est dans ce sens. Opposer de nouveaux concepts avec ceux existants, sur la base des observations qui valident nos conclusions. Ces nouveaux concepts répondent aux mêmes observations, c'est la raison pour laquelle je n'ai nul besoin de les vérifier en laboratoire, mais seulement que ceux qui se prétendent scientifiques, appliquent cette démarche de lire l'ensemble de mes écrits et non pas exclusivement quelques extraits.

      Montrez cette curiosité scientifique en faisant abstraction de tous ces a priori et ces réponses toutes faites et souvent injurieuses, pour raisonner autour de nos bases fondamentales et après élargir le débat en direction de votre métier et le sujet de cette discussion.
    • GMichnik 20/01/2011
      M. Dune86 : vous choisissez hélas la facilité à la rigueur scientifique. La réalité est beaucoup plus complexe que les dogmes de R_Robert ne le laissent supposer. Cela me désole profondément.
    • R_Robert 20/01/2011
      @ GMichnik, la rigueur scientifique demande que toutes les hypothèses soient évaluées et pour ce faire, il ne faut pas partir sur des impressions d'idées dogmatiques mais de baser votre réflexion sur le contenu entier de cette nouvelle vision de la science.
      Dune86 tente de vous faire comprendre qu'il faut lire mon livre avant de dégoiser sur ma personne et je le remercie de cette démarche.
    • GMichnik 20/01/2011
      Encore une fois, c'est vous qui devez prouvez votre concept de base. C'est vous qui devez mener des expérimentations reproductibles par d'autres labo. Les scientifiques ne vont pas perdre leur temps à le faire pour vous... Ils ont des choses plus sérieuses à faire. En revanche, si vous présentez des résultats expérimentaux convaincants, cela interpellera les scientifiques qui, dans un premier temps, vérifierons de leur côté vos résultats obtenus. C'est ainsi que se fait la science. Autrement vous ne restez que dans "l'intime conviction".

      Les points chauds sont parfaitement expliqués, revoyez vos cours de géologie. De plus TOUS les volcans de marges actives sont expliqués par une subduction.

      La présence d'un fossile d'une même espèce de dino de part et d'autre de l'atlantique par exemple, s'explique avec l'ouverture de l'océan Atlantique. Rien de neuf là dedans, revoyez Wegener. Au stade Pangée, l'Australie, l'Inde, l'Antarctique, l'Amérique du Sud et L'afrique du sud était réunis : les Dinosaures sont réputés pour avoir une vaste aire de répartition, rien de surprenant donc, de retrouver des fossiles d'une même espèce sur plusieurs continents actuels. D'autre part, nous sommes loin d'avoir découvert tous les fossiles de dino, surtout en Afrique, en Antarctique et Inde où la recherche est difficile. Enfin, la fossilisation n'est pas systématique mais un phénomène exceptionnel.
      Selon les données de terrains en Ecosse, en Bretagne, dans les Ardennes, dans le massif central et dans bien d'autres endroits dans le monde, la planète a connu plusieurs cycles de formation de pangées (continent unique) : phases d'ouverture d'océans, puis de fermeture. Ainsi des océans beaucoup plus anciens que le Pacifique, ont existé et se sont refermés pour former des chaines de montagnes…
      Afficher la suite Encore une fois, c'est vous qui devez prouvez votre concept de base. C'est vous qui devez mener des expérimentations reproductibles par d'autres labo. Les scientifiques ne vont pas perdre leur temps à le faire pour vous... Ils ont des choses plus sérieuses à faire. En revanche, si vous présentez des résultats expérimentaux convaincants, cela interpellera les scientifiques qui, dans un premier temps, vérifierons de leur côté vos résultats obtenus. C'est ainsi que se fait la science. Autrement vous ne restez que dans "l'intime conviction".

      Les points chauds sont parfaitement expliqués, revoyez vos cours de géologie. De plus TOUS les volcans de marges actives sont expliqués par une subduction.

      La présence d'un fossile d'une même espèce de dino de part et d'autre de l'atlantique par exemple, s'explique avec l'ouverture de l'océan Atlantique. Rien de neuf là dedans, revoyez Wegener. Au stade Pangée, l'Australie, l'Inde, l'Antarctique, l'Amérique du Sud et L'afrique du sud était réunis : les Dinosaures sont réputés pour avoir une vaste aire de répartition, rien de surprenant donc, de retrouver des fossiles d'une même espèce sur plusieurs continents actuels. D'autre part, nous sommes loin d'avoir découvert tous les fossiles de dino, surtout en Afrique, en Antarctique et Inde où la recherche est difficile. Enfin, la fossilisation n'est pas systématique mais un phénomène exceptionnel.
      Selon les données de terrains en Ecosse, en Bretagne, dans les Ardennes, dans le massif central et dans bien d'autres endroits dans le monde, la planète a connu plusieurs cycles de formation de pangées (continent unique) : phases d'ouverture d'océans, puis de fermeture. Ainsi des océans beaucoup plus anciens que le Pacifique, ont existé et se sont refermés pour former des chaines de montagnes aujourd'hui érodées mais dont on retrouve des traces. On a nommé ces océans dont on a aussi retrouvé des traces (ophiolites, ie : d'anciens fragments de plancher océanique composés de basalte, gabbro et péridotite métamorphisés): Iapetus, Rhéique, Thétys (dont la Méditerranée présente encore quelques restes). En somme, depuis au moins 900 millions d'années, il y a eu plusieurs pangées et non une seule comme le laisse entendre la théorie de l'expansion.
    • R_Robert 20/01/2011
      @ GMichnik, Encore une fois, je prouve mes hypothèses dans mon livre sur la base des observations qui prouvent et démontrent la validité de la gravitation par exemple. Il suffit de lire pour constater qu'il est inutile de refaire des expérimentations reproductibles car elles existent déjà. Il faut simplement comprendre les choses en lisant les démonstrations agrémentées de nombreux exemples.
    • GMichnik 20/01/2011
      Vous considérez alors que l'interprétation des expériences menées par des scientifiques partout dans le monde est erronée. Quelle est donc votre formation de scientifique pour prétendre être capable de réinterpréter ce sur quoi travaillent depuis des années des milliers de physiciens?
    • grindaizer 20/01/2011
      Wah 100 commentaires, mais c'est terrible. Pour un sujet aussi passionnant !

      Je vois en plus que certains critiquent les physiciens, je n'ai pas le courage de tout lire, j'ai le mérite de la franchise ! Mais bon j'ai déjà cliqué sur le lien de l'article il y a quelque temps, et j'avoue qu'avec des amis on a bien rigolé. Je suis vilain je sais, mais non, ne partez pas, je vais expliquer pourquoi, j'y tiens.

      Avant toute chose je suis physicien, je mange des bosons et des fermions tous les jours au petit déjeuner, au moins tout le monde me situera dans le débat.

      Je vais intituler ce commentaire : "qu'est-ce qu'une théorie scientifique ?"

      Une théorie scientifique commence avec des idées. Je crois que ce point là a été bien compris par tout le monde. Ces idées sont là en général pour essayer de comprendre des observations et des faits. Là aussi tout le monde est d'accord. Mais jusque là ce n'est pas encore une théorie scientifique, c'est une juste une idée !

      On passe donc à la deuxième étape, la construction d'une théorie, et les prédictions qui vont avec. C'est la phase où l'idée est rendue exploitable, et surtout prédictive. Prédictive en physique, ça veut dire donner des chiffres, pour faire les mesures correspondantes, et vérifier aux incertitudes près si la théorie est viable. J'insiste sur ce point, je parle ici de prédictions quantitatives. Il ne suffit pas de dire vaguement que ça semble logique au sein du modèle que je vois ceci ou cela. NON ! Il faut clairement dire que le calcul donne telle quantité, cette quantité interagit de cette façon avec telle instrument, donc si j'utilise celui-ci, voila exactement ce que je dois lire.

      On arrive enfin au troisième point, le plus important, la validation de la théorie. En général une ou plusieurs expériences…
      Afficher la suite Wah 100 commentaires, mais c'est terrible. Pour un sujet aussi passionnant !

      Je vois en plus que certains critiquent les physiciens, je n'ai pas le courage de tout lire, j'ai le mérite de la franchise ! Mais bon j'ai déjà cliqué sur le lien de l'article il y a quelque temps, et j'avoue qu'avec des amis on a bien rigolé. Je suis vilain je sais, mais non, ne partez pas, je vais expliquer pourquoi, j'y tiens.

      Avant toute chose je suis physicien, je mange des bosons et des fermions tous les jours au petit déjeuner, au moins tout le monde me situera dans le débat.

      Je vais intituler ce commentaire : "qu'est-ce qu'une théorie scientifique ?"

      Une théorie scientifique commence avec des idées. Je crois que ce point là a été bien compris par tout le monde. Ces idées sont là en général pour essayer de comprendre des observations et des faits. Là aussi tout le monde est d'accord. Mais jusque là ce n'est pas encore une théorie scientifique, c'est une juste une idée !

      On passe donc à la deuxième étape, la construction d'une théorie, et les prédictions qui vont avec. C'est la phase où l'idée est rendue exploitable, et surtout prédictive. Prédictive en physique, ça veut dire donner des chiffres, pour faire les mesures correspondantes, et vérifier aux incertitudes près si la théorie est viable. J'insiste sur ce point, je parle ici de prédictions quantitatives. Il ne suffit pas de dire vaguement que ça semble logique au sein du modèle que je vois ceci ou cela. NON ! Il faut clairement dire que le calcul donne telle quantité, cette quantité interagit de cette façon avec telle instrument, donc si j'utilise celui-ci, voila exactement ce que je dois lire.

      On arrive enfin au troisième point, le plus important, la validation de la théorie. En général une ou plusieurs expériences sont lancées, les mesures arrivent, et on compare. C'est ici très précisément que tout se joue. Une vraie théorie scientifique est toujours falsifiable. Ça veut dire qu'elle donne la possiblité de la discréditer si elle est fausse, de façon claire et nette. Une théorie qui reste vague et générale, et qui se contentent d'expliquer les choses avec les mains, au feeling, n'est pas une théorie scientifique.

      Cher M. R_Robert, de tout ce que vous avez écrit, il me semble que vous n'êtes qu'au premier point. Si vous voulez gagner en crédibilité, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Tant que les 3 points n'ont pas été fait, vous n'avez aucun crédit ! Dans le vrai monde, on appelle ça faire ses preuves.

      PS: des belles théories qui expliquent des choses de façon élégante, il y en a eu beaucoup. Certaines sont restées, d'autres non. C'est toujours le monde réel qui choisit quoi garder.

      PS2: Vous avez beau dire que les modèles utilisés par les physiciens sont faux, ces modèles donnent pourtant des chiffres, et ce sont ces chiffres qui font que votre voiture roule, que votre téléphone appelle, et votre ordinateur s'allume !
    • R_Robert 20/01/2011
      @ GMichnik et grindaiser,
      C'est très bien, nous avons dorénavant un physicien pour converser.
      Si vous aviez lu mon livre, votre remarque (GMichnik) aurez trouvé immédiatement sa réponse.
      L'interprétation des expériences des physiciens sont basée sur le modèle de l'atome de Bohr, dans lequel un électron est une charge électrique négative. Dans leur accélérateur ils prétendent qu'ils sont en présence de plasma qui serait exempt d'électrons et qu'après collision, les interprétations des clichés sont en relation avec des sous-composants des constituants du noyau.
      Je parle bien d'une interprétation des clichés car ce ne sont pas la vision directe des prétendus éléments mais les traces qu'ils laissent.

      Si vous imaginez un modèle dans lequel l'électron est la pièce maitresse de toutes les interactions dans la matière, donc si vous imaginez le MAES, les mêmes observations des traces sur les clichés peuvent être attribuées à l'électron qui se décharge. Son tournoiement initial dans la structure de l'atome pour développer ce que j'ai nommé "la bulle électronique" explique clairement ces figures en spirales ou queues de cochons.

      Sur la base de deux concepts différents les observations prennent une explication ou une autre.
      Lorsque nous poussons ce nouveau modèle MAES dans le domaine macroscopique, nous constatons à la lecture de mon livre, qu'il devient de plus en plus crédible car les explications sont enfin présentes.

      En réponse au PS2, ce ne sont pas les développements scientifiques qui sont à l'origine des découvertes technologiques. Les théories scientifiques se greffent sur ces découvertes pour les comprendre et les quantifier. La physique nucléaire, n'est pour l'heure à l'origine d'aucune découverte technologique.
    • R_Robert 20/01/2011
      @ Tous y compris les élèves de pépéjul.
      Cet excellent prof de sciences naturelles à Marseille, ne cesse de me trouver toutes sortes de maladies mentales et me reproche de ne pas être un scientifique, au moins à son niveau. Il dégoise ses injures ici et sur mon blog.
      Il va jusqu'à me donner le cours de science que je reporte ainsi:
      " je vous rappelle que la fréquence F = 1/L L étant la longueur d’onde… ces deux valeurs sont donc absolument liées par une relation mathématique. Si la fréquence varie, la longueur d’onde également "

      Drôle de science à la pépéjul !
      Vous mélangez Période et Longueur d'onde. Cette erreur aurez du vous sauter aux yeux si vous aviez tenu compte des unités. (Triple Zéro)
      Vous n'êtes pas le scientifique que vous prétendez être, alors abstenez-vous de m'insulter. Je peux vous donner des cours.
    • actarus 20/01/2011
      "L'erreur" de pepejul n'est une simple coquille bien entendu ! J'en fais une dizaine par jour face aux élèves, c'est autrement moins grave que de colporter des idées fausses !
    • pepejul 20/01/2011
      Mais non, car grâce à ma théorie du zéro ondulatoire à parois lisses (lisez mon livre, j'y explique comment cette découverte que j'ai faite dans ma salle de bain) et bien la période change de nom et s'appelle maintenant la longueur d'onde et cela change tout ! Ma connerie devient exacte...

      Je fais comme vous, je prétends que tous mes prédecesseurs se sont trompés, j'utilise du vocabulaire erroné pour justifier mon raisonnement faux... en quoi suis-je moins crédible que vous ?

      Je suis heureux en tout cas de constater que tous les autres reproches que j'ai mis sur votre blog n'ont pas soulevé de réaction et sont donc parfaitement fondés... la conclusion reste la même !
    • pepejul 20/01/2011
      La meilleure tirée de votre propre blog : "“Cette réflexion, autour des phénomènes qui se sont déroulés dans le passé de notre planète Terre, ne pouvait pas intervenir dans la tête d’une autre personne ”

      Le Messie est parmis nous ! L'élu est là ! Incroyable.... et ridicule....
    • grindaizer 20/01/2011
      Attention ceci n'est pas une preuve :

      "Si vous imaginez un modèle dans lequel l'électron est la pièce maitresse de toutes les interactions dans la matière, donc si vous imaginez le MAES, les mêmes observations des traces sur les clichés peuvent être attribuées à l'électron qui se décharge. Son tournoiement initial dans la structure de l'atome pour développer ce que j'ai nommé "la bulle électronique" explique clairement ces figures en spirales ou queues de cochons. "

      Tout le problème de votre raisonnement est dans cette phrase. En physique on n'imagine pas, on fait des PRÉDICTIONS.


      Qu'est-ce qu'une prédiction ?

      Les figures en en spirales ou queues de cochons sont des arcs de cercles. Ils sont caractérisés par deux paramètres, la longueur de la trace, et le rayon de courbure. Il ne suffit pas de dire qu'avec votre modèle, ces figures sont possibles !

      Vous devez DÉMONTREZ :

      1* Que vous obtenez bien une trajectoire circulaire pour vos objets au sein de votre modèle. Ça veut dire avoir une équation du mouvement de la forme x=Rsin(wt) et y=Rcos(wt), en partant des équations qui régissent votre modèle
      2* Que le R (rayon de courbure du cercle oscultateur de la trajectoire) mesuré au laboratoire, par un expérimentateur à l'aide de son abaque, correspond bien à la valeur prédite par votre modèle. Il s'agit d'une vraie mesure, avec des mètres, et c'est à vous de nous prouvez que votre modèle reproduit les bonnes valeurs expérimentales.
      3* La longueur du trajet le long de l'arc de cercle ! Cette longueur aussi se mesure aussi en mètres. Votre modèle doit expliquer pourquoi cette trace a la longueur qu'elle a.

      La physique moderne explique toutes ces choses, et les valeurs mesurées sont en adéquation avec la théorie à une précision qui ne laisse…
      Afficher la suite Attention ceci n'est pas une preuve :

      "Si vous imaginez un modèle dans lequel l'électron est la pièce maitresse de toutes les interactions dans la matière, donc si vous imaginez le MAES, les mêmes observations des traces sur les clichés peuvent être attribuées à l'électron qui se décharge. Son tournoiement initial dans la structure de l'atome pour développer ce que j'ai nommé "la bulle électronique" explique clairement ces figures en spirales ou queues de cochons. "

      Tout le problème de votre raisonnement est dans cette phrase. En physique on n'imagine pas, on fait des PRÉDICTIONS.


      Qu'est-ce qu'une prédiction ?

      Les figures en en spirales ou queues de cochons sont des arcs de cercles. Ils sont caractérisés par deux paramètres, la longueur de la trace, et le rayon de courbure. Il ne suffit pas de dire qu'avec votre modèle, ces figures sont possibles !

      Vous devez DÉMONTREZ :

      1* Que vous obtenez bien une trajectoire circulaire pour vos objets au sein de votre modèle. Ça veut dire avoir une équation du mouvement de la forme x=Rsin(wt) et y=Rcos(wt), en partant des équations qui régissent votre modèle
      2* Que le R (rayon de courbure du cercle oscultateur de la trajectoire) mesuré au laboratoire, par un expérimentateur à l'aide de son abaque, correspond bien à la valeur prédite par votre modèle. Il s'agit d'une vraie mesure, avec des mètres, et c'est à vous de nous prouvez que votre modèle reproduit les bonnes valeurs expérimentales.
      3* La longueur du trajet le long de l'arc de cercle ! Cette longueur aussi se mesure aussi en mètres. Votre modèle doit expliquer pourquoi cette trace a la longueur qu'elle a.

      La physique moderne explique toutes ces choses, et les valeurs mesurées sont en adéquation avec la théorie à une précision qui ne laisse pas de place au doute. Ceci a une conséquence très importante sur votre modèle :


      Une règle du jeu importante :

      Si une équation a été prouvé EXPÉRIMENTALEMENT, vous ne pouvez plus dire qu'elle est fausse, puisque la nature vous dit qu'elle est juste !!!

      Vous devez PROUVEZ que votre modèle redonne les équations qui marchent. Même si la théorie derrière est fausse. Les équations fonctionnent, et donnent des prédictions. Vous êtes donc tenu d'expliquer comment ces équations APPARAISSENT dans votre modèle. Les équations mathématiques s'en fichent des concepts, elles n'en sont qu'une conséquence, et il a déjà été prouvé par la passé qu'il y avait plusieurs façon d'arriver à une même équation.

      Cette règle du jeu, tacite, est toujours dans la tête de tous les chercheurs. Par conséquent, ceux qui construisent des modèles doivent prouver qu'ils englobent les modèles qui les précédent et qui font de bonnes prédictions.


      J'en viens maintenant au modèle de Bohr. Déjà ce modèle est vieux et dépassé. C'est ce qu'on étudie en première année de fac avant de faire de la mécanique quantique. Mais je pense comprendre ou vous voulez en venir. Pour vous ce qui est faux c'est le modèle d'un atome avec un noyau au centre et un nuage électronique qui gravitent autour.

      Pourquoi cette vision est JUSTE : http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Rutherford
      L'expérience a parlé, et malheureusement pour vous ça fait partie des choses qui ne sont plus discutables en physique.

      J'ajouterai deux remarques :

      1* On ne fait pas de physiques sans maths. C'est impossible. Les maths ne sont pas qu'un ensemble de symbole pour faire joli. Les mathématiques sont comme une langue étrangère, dont le vocabulaire a été écrit au fil du temps pour permettre de mieux manipuler les opérations de calculs. C'est l'outil du physicien, même si il n'est pas parfait, et qu'il reste beaucoup de trou à combler.

      2* De la même façon que vous n'allez pas construire une tour de 50 étages sans avoir fait de sérieuses études d'architecture, vous ne pouvez pas faire de la physique sans avoir fait d'études de physique. Je suis désolé, mais la science est élitiste par nature. On peut toujours expliquer les choses avec les mains, mais il faut bien comprendre une chose, contrairement à d'autres métiers où on va acheter ces outils dans le commerce, les outils de la science se forgent dans la tête de chacun. Les études ne servent pas uniquement à connaître le corpus théorique, elles servent à forger les outils abstraits qui permettent de les manipuler.

      Lire trois bouquins de vulgarisations, et regarder les émissions de la cinq, et vouloir faire de la physique théorique, c'est comme vouloir devenir maçon en travaillant avec des cuillères et des fourchettes...
    • pepejul 20/01/2011
      Peut-être qu'une simple formation d'apprenti laborantin à la prestigieuse université... pardon école intercantonale de Lausanne n'est pas suffisante pour s'autoproclamer révolutionneur des Sciences...

      Vous vouliez des réponses de scientifiques... Grindaizer viens de vous en donner une... Il vous en faut combien pour commencer à douter ?
    • GMichnik 20/01/2011
      @Grindaizer : On ne peut pas être plus clair et net, merci :)
    • koeuf 20/01/2011
      Merci également pour cette intervention
    • koeuf 20/01/2011
      si on résume au sujet de la théorie de l'expansion terrestre :

      - les arguments proposés par les différents intervenants de ce fil n'ont reçu aucune réponse construite
      - la seule chose opposée est que les conséquences du MAES expliquent toutes ces choses
      - la dernière intervention de grindaizer montre que le MAES a du plomb dans l'aile

      Bilan : renvoyons cette théorie fumeuse dans l'oubli donc elle n'aurait jamais du sortir, oublions "oui oui fait de la science" et passionnons-nous pour des sujets plus intéressants
    • R_Robert 21/01/2011
      @ grindaizer,
      Vous dites qu'en physique vous faites des PRÉDICTIONS et la suite de vos propos démontrent le contraire. En effet, vous dites que l'expérimentateur est capable de dire quel sous-élément du noyau décrit cette trajectoire, caractérisée par une formule avec une valeur du rayon R, sur la base d'un ABAQUE.
      Ceci veut dire qu'il n'y a aucune prédiction, mais qu'à la suite d'une multitude d'expériences vous avez attribué, à chaque trajectoire différente, le nom d'un sous-élément du quark. Vous ne prédisez pas ce que vous observez, mais vous tirez des hypothèses sur la base des clichés.

      Comment, au sein d'un plasma constitué exclusivement de noyau atomique, expliquez-vous ces trajectoires en spirales après collision alors que rien dans le noyau possède de mouvement de tournoiement. Les trajectoires devraient être rectilignes.
      Avec le modèle MAES, ces figures particulières sont induites par le tournoiement de l'électron.

      Est-il nécessaire de chercher les relations qui caractérisent ces collisions ?
      Pour répondre à cette question, il faut s'en poser une première : Quel sont les objectifs de ces expérimentations ?
      Si nous restons dans la vision actuelle d'un déplacement d'ions au sein d'un vide dans lequel aucune particule n'est présente, ces expériences tentent de prouver la théorie ou de la faire évoluer vers les mystérieux secrets des mathématiques.
      Si nous considérons le MAES, avec lequel la formation du plasma n'est plus plausible et que ces atomes se déplacent dans ce milieu, constitué exclusivement d'électrons libres, qu'est l'éther et que nous nommons le "vide", ces expériences ne revêtent plus aucun intérêts.
      Nous constatons qu'en fonction du concept de base les interprétations divergent. Avec le MAES les explications reprennent une tournure plus…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      Vous dites qu'en physique vous faites des PRÉDICTIONS et la suite de vos propos démontrent le contraire. En effet, vous dites que l'expérimentateur est capable de dire quel sous-élément du noyau décrit cette trajectoire, caractérisée par une formule avec une valeur du rayon R, sur la base d'un ABAQUE.
      Ceci veut dire qu'il n'y a aucune prédiction, mais qu'à la suite d'une multitude d'expériences vous avez attribué, à chaque trajectoire différente, le nom d'un sous-élément du quark. Vous ne prédisez pas ce que vous observez, mais vous tirez des hypothèses sur la base des clichés.

      Comment, au sein d'un plasma constitué exclusivement de noyau atomique, expliquez-vous ces trajectoires en spirales après collision alors que rien dans le noyau possède de mouvement de tournoiement. Les trajectoires devraient être rectilignes.
      Avec le modèle MAES, ces figures particulières sont induites par le tournoiement de l'électron.

      Est-il nécessaire de chercher les relations qui caractérisent ces collisions ?
      Pour répondre à cette question, il faut s'en poser une première : Quel sont les objectifs de ces expérimentations ?
      Si nous restons dans la vision actuelle d'un déplacement d'ions au sein d'un vide dans lequel aucune particule n'est présente, ces expériences tentent de prouver la théorie ou de la faire évoluer vers les mystérieux secrets des mathématiques.
      Si nous considérons le MAES, avec lequel la formation du plasma n'est plus plausible et que ces atomes se déplacent dans ce milieu, constitué exclusivement d'électrons libres, qu'est l'éther et que nous nommons le "vide", ces expériences ne revêtent plus aucun intérêts.
      Nous constatons qu'en fonction du concept de base les interprétations divergent. Avec le MAES les explications reprennent une tournure plus palpable, car elles ne tentent pas de dissimuler des incohérences dans l'apparition et la disparition aussi mystérieuse d'éléments physiques.

      Le modèle de Bohr, n'est plus votre modèle, mais déjà autour de lui certaines réflexions auraient dû soulever quelques problèmes. Pourquoi les électrons doivent-ils graviter autour du noyau, s'ils se repoussent mutuellement du fait de charge électrique de même polarité ? Ces réflexions seraient arrivées à la conclusion qu'une immobilité est également envisageable, mais soulevant d'autres problèmes nécessitant des réflexions sur l'électricité.
      Le modèle quantique avec son nuage électronique, enlève une certaine logique en dématérialisant l'électron au niveau mathématique mais pas au niveau des explications.
      Ce nuage électronique ou plus précisément ce nuage de probabilité de présence suggère que les électrons sont statiques en relation avec le principe d'incertitude d'Heisenberg.
      Mais il n'a pas voulu, une fois encore, considérer des hypothèses de départ pour annoncer que sur certaines orbitales fixes, se trouvent des paires d'électrons. S'ils se repoussent pourquoi seraient-ils par paire ?

      Les mathématiques sont indispensables en science mais les probabilités sont-elles l'outil approprié ?
      Einstein avait déjà répondu ! Il n'était plus convaincu de ses théories car les probabilités ne doivent pas en être la preuve.

      Le modèle MAES est grandement développé dans mon livre et les éléments qui prouvent que ce modèle est plus plausible que les autres vont bien au-delà de la physique de l'atome et va jusqu'à démontrer que l'expansion terrestre en est la conséquence de toutes ces remises en cause vers une science plus compréhensible.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ actarus, pepejul, GMichnik, koeuf, Benoit,
      La compréhension de la géologie ne doit pas se limiter à l'interprétation des observations sur le terrain, mais elle doit également revoir les fondements de nos théories de base.
    • koeuf 21/01/2011
      Nous n'avons jamais dit que la géologie se limitait au terrain, mais le moins qu'elle puisse faire est de proposer des explications cohérentes aux phénomènes reprenons la démarche développée par grindaizer :

      - le modèle de la tectonique des plaques explique TOUTES les constatations de terrain, des études en laboratoire, des modélisation intégrant les données de cette théorie donnent des résultats prévisionnels correspondant aux faits réels

      - le modèle de l'expansion terrestre en oublie un bon nombre (reprenons les, même si c'est agaçant : reliefs, nappes de charriage, érosion, présence de traces d'océans très anciens), et je ne pense pas que votre théorie sur la facturation de la coquille (basée sur l'analogie avec la banquise) tienne la route lors d'une modélisation.

      comment peut-on alors vouloir remplacer un modèle cohérent (avec bien évidemment encore des zones d'ombres et des débats, par exemple sur les mécanismes précis de l'obduction) par un modèle bancal n'expliquant que quelques faits. C'est comme vouloir traiter de la crise Crétacé-Tertiaire en ne s'occupant que des dinosaures ça ne viendrait à l'idée d'aucun scientifique digne de ce nom.
    • grindaizer 21/01/2011
      FAUX : "vous dites que l'expérimentateur est capable de dire quel sous-élément du noyau décrit cette trajectoire, caractérisée par une formule avec une valeur du rayon R, sur la base d'un ABAQUE."

      L'expérience ici ne fait ABSOLUMENT aucune hypothèse, c'est un fait qu'on constate. On constate des traits qui apparaissent, on s'en fiche de savoir si c'est des quarks, des bananes ou des éléphants. On voit des traits et on mesure leurs caractéristiques : longueur, courbure etc.

      Puis viens le théoricien qui dit à l'expérimentateur : ah moi j'ai un modèle qui peut expliquer ces traits, regarde, si j'interprète ce trait comme la trajectoire de telle particule dans un champ électromagnétique, je retrouve bien une équation courbé, ça pourrait coller avec tes mesures.
      L'expériementateur : très bien, dis moi ce que prévoit ton modèle pour la longueur et la courbure, et je te dirais si l'expérience est d'accord avec toi. Sinon ton modèle ira remplir les étagères des modèles qui ne marchent pas !
      ...

      CECI N'EST PAS UNE PREUVE : "Avec le modèle MAES, ces figures particulières sont induites par le tournoiement de l'électron."
      Vous devez me donner l'équation de la trajectoire de vos électrons, ce sont les coordonnées de ce que vous appelez électron en fonction du temps. À l'aide de ces équations, vous calculerez le rayon et la longueur attendue de la trace. Puis vous irez voir un expérimentateur et lui demanderez ces mesures pour comparer.

      FAUX : "Les trajectoires devraient être rectilignes.
      Avec le modèle MAES, ces figures particulières sont induites par le tournoiement de l'électron."
      Si on a des particules chargées dans un champs magnétique, on obtient des équations de la forme x=Rcos(wt) y=Rsin(wt)! c'est un exercice qu'on fait dans le premier cours d'électromagnétisme…
      Afficher la suite FAUX : "vous dites que l'expérimentateur est capable de dire quel sous-élément du noyau décrit cette trajectoire, caractérisée par une formule avec une valeur du rayon R, sur la base d'un ABAQUE."

      L'expérience ici ne fait ABSOLUMENT aucune hypothèse, c'est un fait qu'on constate. On constate des traits qui apparaissent, on s'en fiche de savoir si c'est des quarks, des bananes ou des éléphants. On voit des traits et on mesure leurs caractéristiques : longueur, courbure etc.

      Puis viens le théoricien qui dit à l'expérimentateur : ah moi j'ai un modèle qui peut expliquer ces traits, regarde, si j'interprète ce trait comme la trajectoire de telle particule dans un champ électromagnétique, je retrouve bien une équation courbé, ça pourrait coller avec tes mesures.
      L'expériementateur : très bien, dis moi ce que prévoit ton modèle pour la longueur et la courbure, et je te dirais si l'expérience est d'accord avec toi. Sinon ton modèle ira remplir les étagères des modèles qui ne marchent pas !
      ...

      CECI N'EST PAS UNE PREUVE : "Avec le modèle MAES, ces figures particulières sont induites par le tournoiement de l'électron."
      Vous devez me donner l'équation de la trajectoire de vos électrons, ce sont les coordonnées de ce que vous appelez électron en fonction du temps. À l'aide de ces équations, vous calculerez le rayon et la longueur attendue de la trace. Puis vous irez voir un expérimentateur et lui demanderez ces mesures pour comparer.

      FAUX : "Les trajectoires devraient être rectilignes.
      Avec le modèle MAES, ces figures particulières sont induites par le tournoiement de l'électron."
      Si on a des particules chargées dans un champs magnétique, on obtient des équations de la forme x=Rcos(wt) y=Rsin(wt)! c'est un exercice qu'on fait dans le premier cours d'électromagnétisme à la fac. Tout le monde sait que la force magnétique ne travaille pas, par conséquent elle ne change pas le module de la vitesse mais uniquement la direction des particules chargées.

      CECI N'EST PAS UNE PPREUVE : "Avec le MAES les explications reprennent une tournure plus palpable, car elles ne tentent pas de dissimuler des incohérences dans l'apparition et la disparition aussi mystérieuse d'éléments physiques."
      voir commentaires plus haut sur la prédictivité et les calculs.

      FAUX : "Pourquoi les électrons doivent-ils graviter autour du noyau, s'ils se repoussent mutuellement du fait de charge électrique de même polarité ?"
      Les électrons ne se repoussent pas, ils sont dans une superposition d'états permis par la mécanique quantique. À ce niveau il n'y a pas plusieurs fonctions d'ondes pour tous les électrons, mais une seule fonction d'onde ! (je doute que vous compreniez ceci, mais je suis un peu pressé pour l'expliquer...)

      FAUX : "Ce nuage électronique ou plus précisément ce nuage de probabilité de présence suggère que les électrons sont statiques en relation avec le principe d'incertitude d'Heisenberg. "
      Heisenberg : Delta v Delta x > h/2 pi à des coefficients près.
      Dans le monde quantique, rien ne peut être statique, à cause de la relation de Heisenberg. Vous ne pouvez pas connaître exactement la position et la vitesse d'un objet quantique. Or un objet fixe vous donne une position exacte et une vitesse =0 ! Vous violez dans ce cas le principe d'incertitude.

      "Einstein avait déjà répondu ! Il n'était plus convaincu de ses théories car les probabilités ne doivent pas en être la preuve." Et plusieurs autres grands chercheurs ont systématiquement répondu aux objections d'Einstein !

      FAUX "les éléments qui prouvent que ce modèle est plus plausible" Vous n'avez encore rien prouvé, tant que vous n'aurez pas des chiffres et des prédictions.

      Je réponds aussi à ceci qui m'avait échappé précédemment :
      FAUX "En réponse au PS2, ce ne sont pas les développements scientifiques qui sont à l'origine des découvertes technologiques. Les théories scientifiques se greffent sur ces découvertes pour les comprendre et les quantifier. La physique nucléaire, n'est pour l'heure à l'origine d'aucune découverte technologique. "

      Les bombes atomiques et les centrales nucléaires sont issues des calculs effectués à l'aide de la physique nucléaire. Celle-ci vous donne les proportions de chaque éléments pour être stable ou instable. Et la dernière fois que j'ai vérifié, les bombes ont explosé comme c'était prévu, et 80% de l'énergie en France vient des centrales nucléaires !
      Sans un modèle de physique nucléaire, on serait encore au niveau de Marie Curie ! et tout ce qui est venu après n'existerai pas.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ grindaizer, ce n'est pas moi le gars de mauvaise foi, comme vous dites sur Twitter, mais vous !
      Si les relations sont prédictives pourquoi avoir un abaque ?
      Vous n'avez pas lu mon développement avec le sérieux qu'il se doit, parce qu'avec le MAES les expériences des collisions ne revêt aucun intérêt scientifique et c'est pour cette raison que les physiciens nucléaires ne veulent surtout pas envisager un nouveau modèle qui leur enlèverait de la crédibilité et des sujets de "recherche".

      Si le champ magnétique change la direction des éléments, leurs trajectoires ne seront pas des rectilignes, vous avez raison, ce seront des courbes mais en aucun cas des spirales. La théorie actuelle n'explique pas cette contradiction.

      Pour les réflexions autour du modèle de Bohr, vous vous retranchez derrière la physique quantique. Ceci permet à chacun de vous croire car personne ne la comprend et même pas les physiciens (selon leurs propres aveux).
      Regardez ce modèle comme il est toujours enseigné, et tentez de justifier ce mouvement orbital autour du noyau. Vous constaterez qu'il n'est plus justifié.
      Il est trop facile de se retrancher derrière des relations mathématiques pour expliquer le modèle quantique qui suggère des électrons en des positions stables, mais qui doivent être animés d'un mouvement pour ne pas violer d'autre loi.
      C'est le monde des contradictions, ou plutôt des paradoxes comme vous aimez le dire.

      Comment le modèle quantique explique-t-il les formes géométriques particulières des molécules ?
      Dans le livre, je développe toutes les réflexions autour de la molécule d'eau, et le MAES présente des angles de 118° qui à l'état solide forme une structure hexagonale que nous observons visuellement dans les flocons de neige. Un hexagone est une suite d'angle de 120°…
      Afficher la suite @ grindaizer, ce n'est pas moi le gars de mauvaise foi, comme vous dites sur Twitter, mais vous !
      Si les relations sont prédictives pourquoi avoir un abaque ?
      Vous n'avez pas lu mon développement avec le sérieux qu'il se doit, parce qu'avec le MAES les expériences des collisions ne revêt aucun intérêt scientifique et c'est pour cette raison que les physiciens nucléaires ne veulent surtout pas envisager un nouveau modèle qui leur enlèverait de la crédibilité et des sujets de "recherche".

      Si le champ magnétique change la direction des éléments, leurs trajectoires ne seront pas des rectilignes, vous avez raison, ce seront des courbes mais en aucun cas des spirales. La théorie actuelle n'explique pas cette contradiction.

      Pour les réflexions autour du modèle de Bohr, vous vous retranchez derrière la physique quantique. Ceci permet à chacun de vous croire car personne ne la comprend et même pas les physiciens (selon leurs propres aveux).
      Regardez ce modèle comme il est toujours enseigné, et tentez de justifier ce mouvement orbital autour du noyau. Vous constaterez qu'il n'est plus justifié.
      Il est trop facile de se retrancher derrière des relations mathématiques pour expliquer le modèle quantique qui suggère des électrons en des positions stables, mais qui doivent être animés d'un mouvement pour ne pas violer d'autre loi.
      C'est le monde des contradictions, ou plutôt des paradoxes comme vous aimez le dire.

      Comment le modèle quantique explique-t-il les formes géométriques particulières des molécules ?
      Dans le livre, je développe toutes les réflexions autour de la molécule d'eau, et le MAES présente des angles de 118° qui à l'état solide forme une structure hexagonale que nous observons visuellement dans les flocons de neige. Un hexagone est une suite d'angle de 120° ce qui explique l'augmentation du volume de la glace pour former une structure solide.

      Je n'ai aucun chiffre à présenter pour témoigner des nouvelles logiques induites par le MAES, il faut simplement avoir une attitude scientifique et confronter objectivement les modèles, sur la base de toutes mes démonstrations et non pas de quelques propos sortis d'un contexte où les explications sont en relations avec d'autres qui ont préalablement ébranlé quelques convictions.

      La physique nucléaire explique la fission nucléaire, par un neutron qui vient scinder un gros noyau qui libèrent d'autres neutrons qui vont à leur tour scinder d'autres noyaux. Ceci est une réaction en chaine qui expliquerait les bombes thermonucléaires. Jusque là je comprends ce raisonnement.
      Mais, dans les centrales nucléaires vous dites que le même phénomène se présente !
      Alors, comment arrive-t-on à réguler cette réaction en chaine ?
      Pour la stopper, il faudrait que les neutrons issus de la dernière fission ne trouvent plus d'autres noyaux, il faudrait agir sur la quantité de matière ???
      Or, ce n'est pas le mode de régulation des centrales. Si ce sont les conditions ambiantes qui changent, le principe de réaction en chaine n'est plus plausible. Par contre, le MAES comprend la chose car c'est exactement ce qui se produit au niveau du noyau astral d'une planète et de fil en aiguille justifie l'expansion des astres.

      Faites la démarche intellectuelle de lire l'ensemble de ce qui apparait dans mon livre pour admettre qu'une vision différente de la science et possible et que tous les arguments qui attestent de notre parfaite connaissance de la science trouvent d'autres interprétations.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ koeuf,
      Vous dites que la géologie prédit certains comportements sur la base de modèles qui fonctionnent bien.
      Ces modèles mathématiques sont-ils issus de la théorie ou des mesures qui, dans le temps, permettent de trouver le relation la plus acceptable ?
      Pour répondre à cette question, je prends l'exemple des formules qui permettent de prédire l'amplitude des marées.
      Ces formules sont prétendues correspondre à la théorie dynamique de la gravitation. Cette affirmation est fausse !
      Ces formules sont le cumul de fonctions cycliques, comme l'a démontré Fourrier, qui donnent la fonction cyclique observable en un lieu en fonction des valeurs des constantes qui les composent.

      Rares sont les formules issues de la théorie et bien au contraire, c'est pratiquement toujours la théorie qui s'est greffée autour d'elles.
      Une fois encore, les démonstrations dans mon livre, pour les mouvements circulaires, témoignent de ce que j'avance ici.
    • koeuf 21/01/2011
      les modélisation effectuées en laboratoire ne sont pas toutes des modèles mathématiques, elles correspondent à des simulations de déformations en fonction des contraintes supposées issues du modèle de la tectonique des plaques; et O surprise, les résultats concordent parfaitement avec ce que l'on peut observer.

      je note que, comme d'habitude, vous éludez la deuxième partie de mon post, celle qui parle des faits rendant votre théorie incohérente.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ koeuf,
      Non, je n'élude pas les réponses. J'ai essayé de vous faire comprendre que des observations peuvent trouver des interprétations différentes en fonction des bases qui servent à ces réflexions.
      Il est possible de créer des vagues dans une piscine sans que cette méthode soit le reflet exact de ce que nous rencontrons dans la nature.

      A moi de vous poser des colles.
      Comment sont apparus les galets et le gravier ?
      Selon notre connaissance actuelle, ils sont issus de l'érosion !
      Avec l'expansion terrestre, nous constatons qu'à certaines époques les volcans pouvaient éjecter des matériaux plus dense car les conditions environnantes le permettaient. Ils étaient donc en mesure de déverser des flots de galets plus ou moins gros. O surprise ! Mais lorsque nous coupons la grande majorité de ces galets, nous constatons qu'ils ont l'air d'être formés par une suite de couches concentriques.
      Comment une érosion extérieur aurait-elle réussi à modifier la structure interne?

      Comment expliquer les grandes glaciations ?
      Avec l'expansion terrestre, chaque phase d'expansion était perceptible par une détente de l'atmosphère, d'où une explication fort plausible. (Voir article sur la disparition des dinosaures)
    • grindaizer 21/01/2011
      "Si les relations sont prédictives pourquoi avoir un abaque ?" !!! Pour mesurer le rayon de courbure , vous mesurez avec quoi vous ? vos doigts ?

      "Vous n'avez pas lu mon développement avec le sérieux qu'il se doit," Je n'ai pas à faire l'effort de lire tant que vous n'avez de preuves expérimentales !

      "avec le MAES les expériences des collisions ne revêt aucun intérêt scientifique " Il y a un phénomène, vous DEVEZ l'expliquer, ce n'est pas à vous de dire que ce n'est pas pertinent. Vous DEVEZ dire comment vous interprétez ces signaux dans votre modèle, à la virgule près. Il y a quelque chose qui se passe, et votre modèle doit pouvoir le décrire. Alors au travail, écrivez les équations, interprétez ces expériences dans le cadre de votre modèle, et DONNEZ nous des chiffres. Tant que vous n'aurez pas fait ça, vous n'aurez aucun crédit.

      FAUX "Si le champ magnétique change la direction des éléments, leurs trajectoires ne seront pas des rectilignes, vous avez raison, ce seront des courbes mais en aucun cas des spirales. La théorie actuelle n'explique pas cette contradiction." La théorie dit qu'il n'y pas qu'un champ magnétique, mais également perte d'énergie. C'est de là que vient la variation de la vitesse, comme conséquence de la perte de l'énergie cinétique. Ceci implique que le rayon diminue au court du temps.

      "Ceci permet à chacun de vous croire car personne ne la comprend et même pas les physiciens (selon leurs propres aveux). " C'est là que je ne suis pas content. Je répète, la mécanique quantique permet de déduire des équations, et ces équations fonctionnent et sont prédictives. Le monde réel s'en fiche des concepts et des théories. Tout ce qui compte à la fin, ce sont les chiffres... Je ne suis pas content parce que vous n'avez pas l'air de vouloir comprendre…
      Afficher la suite "Si les relations sont prédictives pourquoi avoir un abaque ?" !!! Pour mesurer le rayon de courbure , vous mesurez avec quoi vous ? vos doigts ?

      "Vous n'avez pas lu mon développement avec le sérieux qu'il se doit," Je n'ai pas à faire l'effort de lire tant que vous n'avez de preuves expérimentales !

      "avec le MAES les expériences des collisions ne revêt aucun intérêt scientifique " Il y a un phénomène, vous DEVEZ l'expliquer, ce n'est pas à vous de dire que ce n'est pas pertinent. Vous DEVEZ dire comment vous interprétez ces signaux dans votre modèle, à la virgule près. Il y a quelque chose qui se passe, et votre modèle doit pouvoir le décrire. Alors au travail, écrivez les équations, interprétez ces expériences dans le cadre de votre modèle, et DONNEZ nous des chiffres. Tant que vous n'aurez pas fait ça, vous n'aurez aucun crédit.

      FAUX "Si le champ magnétique change la direction des éléments, leurs trajectoires ne seront pas des rectilignes, vous avez raison, ce seront des courbes mais en aucun cas des spirales. La théorie actuelle n'explique pas cette contradiction." La théorie dit qu'il n'y pas qu'un champ magnétique, mais également perte d'énergie. C'est de là que vient la variation de la vitesse, comme conséquence de la perte de l'énergie cinétique. Ceci implique que le rayon diminue au court du temps.

      "Ceci permet à chacun de vous croire car personne ne la comprend et même pas les physiciens (selon leurs propres aveux). " C'est là que je ne suis pas content. Je répète, la mécanique quantique permet de déduire des équations, et ces équations fonctionnent et sont prédictives. Le monde réel s'en fiche des concepts et des théories. Tout ce qui compte à la fin, ce sont les chiffres... Je ne suis pas content parce que vous n'avez pas l'air de vouloir comprendre ça. Vous pouvez créer la plus belle théorie qui soit. Si à la fin vous êtes incapable de dire que si vous faites telle expérience, vous allez mesurer telle quantité avec telle valeur, alors votre théorie n'a aucune valeur, aussi élégante et subtil soit-elle. C'est tout le problème actuel de la théorie des cordes actuellement ! Et c'est le problème de cotre théorie aussi. PAS DE CHIFFRES, PAS DE CHOCOLAT !

      FAUX "le modèle quantique qui suggère des électrons en des positions stables" L'électron n'a pas de position, il n'est pas ponctuel ! On ne sait pas ce que c'est que l'électron et on s'en fiche. Ce qui compte ce sont ces propriétés, comme sa masse, sa charge etc. Ces positions stables en mécanique quantique donnent la probabilité d'interagir avec l'électron à cette endroit de l'espace. Vous pouvez trouver que la formulation probabiliste de la MQ est mauvaise, mais vous N'AVEZ PAS LE DROIT de dire qu'elle est fausse, puisque les équations qu'elle permet d'écrire donne les bons chiffres.

      "Comment le modèle quantique explique-t-il les formes géométriques particulières des molécules ?" Ce n'est pas parce que les mathématiques sont complexes à résoudre que ça implique qu'il n'y a pas de solution. Actuellement plusieurs recherches sont menées partout dans le monde pour résoudre numériquement les équations correspondant aux molécules, Seulement ça prend du temps le numérique, mais à la fin, ça donne des chiffres. Et ces chiffres ne sont pas loin de la réalité.

      "il faut simplement avoir une attitude scientifique et confronter objectivement les modèles," Désolé, mais encore une fois, un modèle qui explique avec les mains n'intéresse personne. Soit vous DÉMONTREZ que vous retrouvez des chiffres qui collent avec des mesures expérimentale, soit vous lâchez l'affaire. Parce que là vous n'avez aucune chance de vous faire connaître !

      "Mais, dans les centrales nucléaires vous dites que le même phénomène se présente ! " C'est malheureusement tout le problème des réactions par fission, elles ne sont pas stables, et si on se trompe un peu, ça donne Tchernobyl. C'est la raison pour laquelle beaucoup de gens font tout pour faire marcher la fusion nucléaire. Mais bon, faut pas s'attendre à grand chose avant 50 ans au moins.

      VRAI "il faudrait que les neutrons issus de la dernière fission ne trouvent plus d'autres noyaux" voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Barre_de_contr%C3%B4le_%28nucl%C3%A9aire%29.

      "Faites la démarche intellectuelle de lire l'ensemble de ce qui apparait dans mon livre pour admettre qu'une vision différente de la science et possible et que tous les arguments qui attestent de notre parfaite connaissance de la science trouvent d'autres interprétations. " Le problème n'est pas d'avoir une interprétation différente de la science. le problème c'est de montrer que votre interprétation permet de retrouver ce qui fonctionne déjà !!!!
    • koeuf 21/01/2011
      "Non, je n'élude pas les réponses. "

      ben si désolé, je les attends toujours

      "A moi de vous poser des colles.
      Comment sont apparus les galets et le gravier ?
      Selon notre connaissance actuelle, ils sont issus de l'érosion !
      Avec l'expansion terrestre, nous constatons qu'à certaines époques les volcans pouvaient éjecter des matériaux plus dense car les conditions environnantes le permettaient. Ils étaient donc en mesure de déverser des flots de galets plus ou moins gros. O surprise ! Mais lorsque nous coupons la grande majorité de ces galets, nous constatons qu'ils ont l'air d'être formés par une suite de couches concentriques."

      quels galets ? à quels endroits? associés à quelles productions volcaniques ? vous dites "nous constatons" donc il faut me dire où, sinon, on doit dire "nous supposons" et chercher des preuves de cette supposition
      la grande majorité ? vous en avez coupé combien de ces galets pour affirmer un truc pareil ?


      "Comment une érosion extérieur aurait-elle réussi à modifier la structure interne?"

      facile, elle ne l'a pas fait, mais l'érosion se fait sur des roches préexistantes montrant des structures variées (foliations par exemple), donc l'aspect du galet peut présenter des aspects de ce type, et un observateur inexpérimenté peut se laisser avoir et mal interpréter

      Comment expliquer les grandes glaciations ?

      il y a de multiples explications liées à des phénomènes astronomiques et tectoniques qui donnent des explications cohérentes
      - les variations à de brèves échelles de temps sont dues à des cycles existant au niveau des paramètres orbitaux
      - les variations plus anciennes peuvent s'expliquer par des cycles au niveau des dorsales et des activités volcaniques libérant plus ou moins de CO2
    • koeuf 21/01/2011
      Je reviens sur le délire des galets (car je suis désolé, mais il faut bien l'appeler comme cela). Avez-vous déjà observé des sédiments alpins ? Savez vous qu'il n'y a pas que des galets roulés, et qu'ils ne constituent même pas la majorité des sédiments ? avez-vous observé des galets à la loupe pour constater que, de toute évidence, ils ont subi des frottements répétés dus à l'action de l'eau sur de longues périodes ?
      Vous avez (de votre propre aveu je le rappelle) un niveau en géologie proche du zéro. ce n'est pas grave, plein de gens sont dans le même cas que vous et vivent très bien avec. La grosse différence, c'est que ces gens ne bâtissent pas de théories expliquant les phénomènes géologiques, mais font plein d'autres choses en rapport avec leurs qualités propres. Une autre question se pose également, c'est le temps passé à échafauder votre idée de volcans crachant des galets, 1 heure , 10 minutes ? et en se basant sur quoi ? des années d'observation des volcans et des sédiments ?
    • grindaizer 21/01/2011
      Ah je ne l'avais pas vu celui-là !

      FAUX " Rares sont les formules issues de la théorie et bien au contraire, c'est pratiquement toujours la théorie qui s'est greffée autour d'elles."

      Je commence à cerner votre problème ! déjà il semble qu'on utilise les mêmes mots, mais vous donnez l'impression de ne pas leur donner le sens usuel.

      On va commencer par le commencement avec un exemple. Ceci est une formule empirique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Formule_de_Rydberg ! Ça veut dire quoi ? et bien que c'est un constat expérimental qui ne repose sur AUCUNE THÉORIE ! On a fait des mesures (que tous les étudiants en physique font en TP), on met un gaz chaud d'hydrogène, et on observe que le spectre qui en sort est discret, et on fait des relevés sur un graphe, et ça fait des courbes avec lesquelles on peut fabriquer des lois empiriques.

      Puis vient la théorie, chacun est libre d'inventer ce qu'il veut, par exemple si j'ai envie d'inventer une théorie où des éléphants nains mangent des bananes, et recrachent de la lumière, libre à moi. L'ESSENTIEL, c'est que ma théorie doit REDONNER la formule empirique. Et pour ne pas garder le suspens plus longtemps, OUI, la mécanique quantique redonne cette formule, en résolvant l'équation de Schrôdinger de l'atome d'hydrogène, on retrouve exactement cette relation en 1/L = coeff*(1/n1 - 1/n2). La théorie est donc EN ACCORD avec l'expérience !!!!! Puisqu'elle PRÉDIT le comportement observé en laboratoire !

      Ceci est un exemple parmi d'autre, et c'est comme ça que ça marche. Alors vous prenez votre MAES là, vous écrivez les équations du champ pour l'atome d'hydrogène, et vous me DÉMONTREZ que vous arrivez à la formule de Rydberg. Si vous faites ça, on pourra commencer à s'interroger sur votre cas !
    • R_Robert 21/01/2011
      Je condense un peu mes réponses pour ne pas envoyer des messages de plus en plus long.
      Vous me demandez des chiffres que vous avez déjà en mains. Vous avez fait les expériences, vous avez fait des collisions, vous avez mesuré les formes des traits, vous en avez tiré des équations et des abaques en fonction des conditions de l'expérience.
      Avec le MAES, les expériences physiques restent les mêmes, seule l'interprétation des éléments qui génèrent ces traces diffère. Pour vous ce sont différents éléments du noyau, quant à moi j'attribue ces traces à l'électron.

      Malgré votre objection, vos explications de l'influence du champ magnétique servent à décrire une courbe balistique et non pas une spirale ou autre épicycloïde.
      L'ambiguïté dans les explications de transfert d'énergie, c'est que nous avons un même terme qu'est l'énergie cinétique pour les déplacements rectilignes et curvilignes. Dans le livre je parle du potentiel dynamique pour les mouvements rectilignes et du potentiel cinétique pour les mouvements circulaires. Cette petite nuance permet de trouver le potentiel énergétique d'un objet roulant en faisant la somme des deux précédents. Le résultat est similaire à ce que nous calculons et pour lequel nous introduisons la notion de "masse réduite". Cette masse réduite était nécessaire pour que le résultat soit conforme à l'expérimentation, d'où l'introduction de cet argument un peu étrange.
      Tout ceci pour dire que les relations mathématiques que nous utilisons dans le monde macroscopique de la dynamique, ne sont pas toujours explicables car elles se sont développées pour donner le résultat correct au détriment de la compréhension des phénomènes en présence.
      Pour exemple, j'ai rédigé un article sur les mathématiques dans lequel je démontre que nous avons commis quelques…
      Afficher la suite Je condense un peu mes réponses pour ne pas envoyer des messages de plus en plus long.
      Vous me demandez des chiffres que vous avez déjà en mains. Vous avez fait les expériences, vous avez fait des collisions, vous avez mesuré les formes des traits, vous en avez tiré des équations et des abaques en fonction des conditions de l'expérience.
      Avec le MAES, les expériences physiques restent les mêmes, seule l'interprétation des éléments qui génèrent ces traces diffère. Pour vous ce sont différents éléments du noyau, quant à moi j'attribue ces traces à l'électron.

      Malgré votre objection, vos explications de l'influence du champ magnétique servent à décrire une courbe balistique et non pas une spirale ou autre épicycloïde.
      L'ambiguïté dans les explications de transfert d'énergie, c'est que nous avons un même terme qu'est l'énergie cinétique pour les déplacements rectilignes et curvilignes. Dans le livre je parle du potentiel dynamique pour les mouvements rectilignes et du potentiel cinétique pour les mouvements circulaires. Cette petite nuance permet de trouver le potentiel énergétique d'un objet roulant en faisant la somme des deux précédents. Le résultat est similaire à ce que nous calculons et pour lequel nous introduisons la notion de "masse réduite". Cette masse réduite était nécessaire pour que le résultat soit conforme à l'expérimentation, d'où l'introduction de cet argument un peu étrange.
      Tout ceci pour dire que les relations mathématiques que nous utilisons dans le monde macroscopique de la dynamique, ne sont pas toujours explicables car elles se sont développées pour donner le résultat correct au détriment de la compréhension des phénomènes en présence.
      Pour exemple, j'ai rédigé un article sur les mathématiques dans lequel je démontre que nous avons commis quelques méprises à ne pas vouloir faire la différence entre un phénomène se déroulant dans le temps et le même dans l'espace.
      http://rogerrobert.unblog.fr/2011/01/15/les-mathematiques-ne-detiennent-pas-toujours-la-verite/
      La majeur partie du livre traite de façon graphique des approches argumentées qui permettent de retrouver ces formules connues.

      S'il existe une difficulté à modéliser un phénomène physique et observable, comment prétendre que les modèles applicables au domaine microscopique soient parfaitement corrects.

      Ce n'est pas en alignant des chiffres qu'un modèle doit être validé, car il faut regarder beaucoup plus loin, au niveau des interactions entre des milieux différents pour se rendre compte que certaines réactions chimiques deviennent de simples explications en relation avec la "bulle électronique" qui caractérise la sphère qui interdit aux électrons les contacts rapprochés.

      Le modèle quantique a du mal à expliquer la géométrie des molécule, tandis que pour le MAES c'est une évidence.

      Le lien, pour expliquer la régulation des centrales nucléaires, est vide. Les explications ne sont pas encore là. Avec le MAES j'ai une idée en relation aux conditions et sur un principe qui n'est pas exactement une fission par les neutrons.

      Tous mes développements sont basés autour des observations directes et vont bien au-delà ces explications que peuvent donner nos hypothèses actuelles.

      Dans votre dernière intervention vous revenez avec les formules qui doivent servir à valider mon modèle. Les mathématiques ne détiennent pas toujours la vérité, regardez tout le développement sur les mouvements rectilignes et circulaires pour vous rendre compte que les explications diffèrent et montrent les réserves que nous devons formuler dans l'interprétation du résultat.

      Comme aux autres, je vous propose de recevoir un exemplaire de mon livre pour évaluation.
    • Picdelamirandole 21/01/2011
      Bonjour.
      Moi, je trouve que Monsieur Robert (ou Roger ?) a des choses très intéressantes à dire et qu'il est bien courageux de faire front... parce que les autres sont vraiment trop méchants et j'aurais pas voulu les avoir comme prof.
    • koeuf 21/01/2011
      désolé de notre malveillance cher pic (vous permettez que je vous appelle pic pour faire plus court j'espère ?), mais peut-être souhaitez vous vous joindre à Mr Robert pour nous décrire une éruption de galets ?
    • Picdelamirandole 21/01/2011
      Une éruption de galets ?
      mais... qu'est ce que c'est que ce truc ?
      Moi, je suis déjà monté en haut du Stromboli et j'ai bien vu que les bombinettes qu'il recrachait, ressemblaient à des galets, tout ronds, tout chauds (eh... on ne peut pas les prendre tout de suite pour jouer à le jeter dans la Sciara del Fuoco, mais bon, ils finissent bien par descendre tout seul)... j'ai aussi vu à Lipari des galets volcaniques qui flottent et toutes les plages islandaises (une ile volcanique... je vous signale que Jules Vernes a écrit un livre de gens qui se servent d'un volcan islandais pour aller au centre de la Terre) sont faites de galets volcaniques.
      Bref, je dirais bien que Monsieur Robert a raison sur ce coup.
      Ensuite, il y a galets et galets (et des fois des galettes).
    • R_Robert 21/01/2011
      @ koeuf,
      Si j'ai dit que je n'éludais pas les réponses, c'est pour dire que bien souvent, je vous ai apporté une nouvelle vision pour expliquer les observations, donc une nouvelle façon de réfléchir.
      Dans sa prime jeunesse notre planète était recouverte d'une coquille à base granitique. Ce matériaux était produit en raison de la pesanteur qui régnait et de son atmosphère très dense.
      Dans de telles conditions, les volcans ne crachaient plus de la pierre ponce ou la lave que nous observons dans les conditions présentes, mais des gouttes du matériau le plus commun, du granit, donc des galets, du gravier ou autres blocs plus gros.
      Il y a des galets issus de l'érosion, mais pas tous.
    • Picdelamirandole 21/01/2011
      Merci Monsieur Robert pour vos explications. Je me suis toujours demandé d'où venait le granit.
      Quand vous dites "sa prime jeunesse", ça remonte à combien ?
    • R_Robert 21/01/2011
      Bonjour Pic,
      Sa prime jeunesse est difficile à calculer, mais j'ai peur de vous avouer ma conclusion qui diffère grandement des 4,5 milliards d'années annoncés.
      Merci de votre soutient !
    • R_Robert 21/01/2011
      Merci de votre soutien !
    • koeuf 21/01/2011
      Bien, reprenons donc les molasses (des sédiments périalpins). Ils sont constitué de grès, c'est à dire de grains de sable aglomérés, c'est à dire de la silice. J'imagine donc que vous allez m'annoncer que des volcans peuvent cracher de la lave formée de silice pure.

      partons ensuite sur les dépôts argileux des deltas, la encore, il faut imaginer une lave argileuse ?

      revenons également à votre coquille granitique. d'où vient-elle ? quel est le rapport entre la pesanteur et la formation de granite ?

      un conseil également, observez attentivement ce que vous appelez "gravier", et qui n'est bien souvent pas formé de granite
    • pepejul 21/01/2011
      Finalement vous m'avez convaincu... je pense que le MAES exlique tout mieux que tout ce qui existe aujourdhui, je pense que Roger est un génie visionnaire qui a une telle intelligence que les pauvres scientifiques que nous sommes ne pouvant pas voir aussi clairement la logique de ses conclusions...

      Les volcans crachant des galets me semblent une explication tout à fait plausible et absolument pas ridicule... heureusement, grâce à Roger les scientiifiques aveuglés par des decennies d'ignorance crasse vont enfin comprendre le Monde et remettre tout à plat pour une révolution intelectuelle sans précédent !

      Expliquez moi encore, ça me fait tellement du bien d'avoir des réponses simples à des problèmes compliqués... Vriament, ils ont de la chance à l'Ecole Intercommunale de Lausanne d'avoir eu un étudiant comme vous ! Et votre carrière d'ingénieur en mécanique et en gestion a du être formidable... racontez-nous un peu votre incroyable cursus...Quelle université ? Quels diplômes ? Je brûle de me plonger sur votre passé brillant ! J'aimerais tant être comme vous...

      Racontez-nous comment vous avez redécouvert toutes ces choses avec votre intelligence supérieure, faites-nous rêver !
    • Picdelamirandole 21/01/2011
      Mr Pepejul, vous êtes médisant et je vais aller voir s'il y a des administrateurs qui peuvent prononcer un blâme à votre encontre... je pensais que knowtex était un espace sérieux de discussion.
      Il n'y a pas besoin d'être intelligent pour tout expliquer. Il suffit d'avoir de la logique (et vos années d'étude vous ont bridé votre logique... vous devriez faire du yoga)... après, tout s'enchaine naturellement.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ koeuf,
      Vous voulez repartir dans des détails ici et là. Je sais que je n'aurai pas réponse à tout !
      Mais essayez de comprendre la pesanteur et les incidences sur la formation des différents éléments est une ouverture d'esprit pour voir si de nouvelles hypothèses ne peuvent pas bousculer votre vision de votre science.
      L'électronisation évoquée dans l'article sur la fossilisation est un phénomène qui explique beaucoup de choses à ceux qui veulent les voir et ce phénomène repose sur le MAES.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ Pic,
      Vous avez très bien répondu. Je n'ai jamais prétendu que j'étais plus intelligent que tous les scientifiques, mais par contre j'ai une logique différente issue du désir de vouloir comprendre les choses et les explications.
    • koeuf 21/01/2011
      des détails ? vous n'avez pas la moindre idée de ce qu'est une lave, de ce qu'est un sédiment et vous prétendez expliquer leur formation ?
      effectivement vous n'aurez pas réponse à tout et c'est ce qui prouve la nullité de votre théorie (au contraire de celle de la tectonique des plaques)

      vous parlez d'ouverture d'esprit, mais vous n'en avez aucune, refusant de voir l'évidence, vous prétendez expliquer des mécanismes auxquels vous ne comprenez rien étant une tanche en géologie. je suis une tanche en mécanique quantique qui n'essaye pas d'en expliquer quoi que ce soit.

      vous parlez de science, mais vous en ignorez tout : la démarche, le vocabulaire en mélangeant les termes (constater, supposer, prouver). vous ne comprenez pas que vos idées n'ont aucune valeur tant qu'elles n'ont pas été vérifiées expérimentalement et qu'elles expliquent les choses.

      vous rejetez toute démonstration mathématique car visiblement les mathématiques sont l'ennemi. mais dans les faits, vos articles et votre livre sans doute sont pleins de mathématiques. C'est juste en fait que vous les rejetez quand leurs résultats ne vous plaise pas. C'est là exactement l'attitude malhonnête que vous estimez être la caractéristique de la science aujourd'hui. cette attitude se retrouve dans ce fil et d'autres quand vous refusez certains faits ou quand vous proposez des explications abracadabrantes élaborées sur l'instant.

      vous ramenez tout à votre MAES comme un gourou ramène à son messie, et cela en devient fatiguant

      enfin vos propos font froid dans le dos, sans aucune formation scientifique, vous annoncez que vous allez révolutionner les sciences, rejeter Newton et Einstein (entre autres) aux oubliettes.

      l'ouverture d'esprit que vous nous réclamez et que nous vous avons offert au delà de ce que…
      Afficher la suite des détails ? vous n'avez pas la moindre idée de ce qu'est une lave, de ce qu'est un sédiment et vous prétendez expliquer leur formation ?
      effectivement vous n'aurez pas réponse à tout et c'est ce qui prouve la nullité de votre théorie (au contraire de celle de la tectonique des plaques)

      vous parlez d'ouverture d'esprit, mais vous n'en avez aucune, refusant de voir l'évidence, vous prétendez expliquer des mécanismes auxquels vous ne comprenez rien étant une tanche en géologie. je suis une tanche en mécanique quantique qui n'essaye pas d'en expliquer quoi que ce soit.

      vous parlez de science, mais vous en ignorez tout : la démarche, le vocabulaire en mélangeant les termes (constater, supposer, prouver). vous ne comprenez pas que vos idées n'ont aucune valeur tant qu'elles n'ont pas été vérifiées expérimentalement et qu'elles expliquent les choses.

      vous rejetez toute démonstration mathématique car visiblement les mathématiques sont l'ennemi. mais dans les faits, vos articles et votre livre sans doute sont pleins de mathématiques. C'est juste en fait que vous les rejetez quand leurs résultats ne vous plaise pas. C'est là exactement l'attitude malhonnête que vous estimez être la caractéristique de la science aujourd'hui. cette attitude se retrouve dans ce fil et d'autres quand vous refusez certains faits ou quand vous proposez des explications abracadabrantes élaborées sur l'instant.

      vous ramenez tout à votre MAES comme un gourou ramène à son messie, et cela en devient fatiguant

      enfin vos propos font froid dans le dos, sans aucune formation scientifique, vous annoncez que vous allez révolutionner les sciences, rejeter Newton et Einstein (entre autres) aux oubliettes.

      l'ouverture d'esprit que vous nous réclamez et que nous vous avons offert au delà de ce que vos théories méritaient, vous ne savez même pas ce que c'est.
    • R_Robert 21/01/2011
      @ koeuf,
      Le Modèle de l'Atome à Électrons Statiques, n'est pas un dogme mais un concept qui permet de comprendre l'atome.
      Tout notre environnement est constitué d'atomes et le "vide" cosmique est empli d'éther. Ce fluide qui grâce au MAES est expliqué par des électrons libres. La pesanteur est le phénomène induit par le noyau astral et est vérifié par les mêmes relations qui valident la gravitation. Seules les définitions des grandeurs prennent des sens différents (action, accélération)

      Je ne suis pas réfractaire aux mathématiques, nous en avons besoin. Mais il faut avant tout les comprendre.
      Avec le principe de pesanteur, j'arrive à calculer la taille du noyau de notre planète qui est équivalent à celui mesuré par les ondes sismiques. Et le fonctionnement des profondeurs des astres explique cette chaleur permanente, même pour des objets situés très loin de notre étoile.

      Je ne vous demande pas d'étudier la physique quantique, je vous ai proposé de découvrir toutes mes réflexions parfaitement organisées dans mon livre. Mais vous semblez avoir peur de découvrir que je suis effectivement dans le vrai.
    • grindaizer 21/01/2011
      FAUX "Malgré votre objection, vos explications de l'influence du champ magnétique servent à décrire une courbe balistique et non pas une spirale ou autre épicycloïde."
      Une courbe balistique est une courbe parabolique conséquence d'une accélération constante ! Le mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique est un cercle ! Ceci est observé expérimentalement, et les vraies théories redonnent des équations de cercles, donc le monde réel et l'électromagnétisme sont d'accord sur ce coup-là !

      Ensuite une particule qui tourne en cercle a le module de sa vitesse qui ne varie pas dans le temps. Si on place la particule dans un milieu matériel, il y a nécessairement des termes de frictions qui apparaissent. Ces termes diminuent l'énergie totale de la particule. Si la vitesse diminue, alors la rayon de courbure diminue. Encore une fois, ceci est observé expérimentalement, indépendamment de toute théorie, mais heureusement pour nous, la théorie redonne exactement le même résultat. Encore une fois l'accord entre le monde réel et la théorie est parfait. Donc un cercle dont le rayon diminue dans le temps, je vous le donne en mille, ça ressemble à une spirale !!!!

      En plus on peut même rajouter un terme de dérive si on a le champ électrique qui traine dans le coin. C'est quoi un terme de dérive, et bien c'est une force qui va causer le déplacement du centre du cercle, et ça aussi je vous le donne en mille, ça finit par ressembler à une cycloïde. Vous allez rire, mais c'était le sujet de l'examen de deuxième année de mathématiques pour la physique mardi dernier... Il fallait retrouver ces équations.

      JE RÉCAPITULE : on voit des formes géométriques dans les expériences, et les équations des vraies théories nous redonnent exactement ces formes. Je ne vois vraiment pas…
      Afficher la suite FAUX "Malgré votre objection, vos explications de l'influence du champ magnétique servent à décrire une courbe balistique et non pas une spirale ou autre épicycloïde."
      Une courbe balistique est une courbe parabolique conséquence d'une accélération constante ! Le mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique est un cercle ! Ceci est observé expérimentalement, et les vraies théories redonnent des équations de cercles, donc le monde réel et l'électromagnétisme sont d'accord sur ce coup-là !

      Ensuite une particule qui tourne en cercle a le module de sa vitesse qui ne varie pas dans le temps. Si on place la particule dans un milieu matériel, il y a nécessairement des termes de frictions qui apparaissent. Ces termes diminuent l'énergie totale de la particule. Si la vitesse diminue, alors la rayon de courbure diminue. Encore une fois, ceci est observé expérimentalement, indépendamment de toute théorie, mais heureusement pour nous, la théorie redonne exactement le même résultat. Encore une fois l'accord entre le monde réel et la théorie est parfait. Donc un cercle dont le rayon diminue dans le temps, je vous le donne en mille, ça ressemble à une spirale !!!!

      En plus on peut même rajouter un terme de dérive si on a le champ électrique qui traine dans le coin. C'est quoi un terme de dérive, et bien c'est une force qui va causer le déplacement du centre du cercle, et ça aussi je vous le donne en mille, ça finit par ressembler à une cycloïde. Vous allez rire, mais c'était le sujet de l'examen de deuxième année de mathématiques pour la physique mardi dernier... Il fallait retrouver ces équations.

      JE RÉCAPITULE : on voit des formes géométriques dans les expériences, et les équations des vraies théories nous redonnent exactement ces formes. Je ne vois vraiment pas pourquoi je vais aller chercher encore une autre théorie !!!

      CECI N'EST PAS UNE PREUVE "Avec le MAES, les expériences physiques restent les mêmes, seule l'interprétation des éléments qui génèrent ces traces diffère" Je le répéterai autant que nécessaire, mais dire que vous PENSEZ que votre théorie redonne les bonnes choses avec les mains, ça ne marche pas. Il faut le DÉMONTRER.

      RÈGLE DU JEU : Une théorie scientifique doit être FALSIFIABLE ! dire que votre théorie explique la même chose que les autres théories, ça n'intéresse personne. Vous devez donnez des prédictions, des valeurs, des chiffres, qui correspondent à une réalité physique, qu'on puisse COMPARER le monde réel et votre théorie. SINON ça reste de la SCIENCE FICTION. Et ça n'intéresse personne.

      FAUX "Ce n'est pas en alignant des chiffres qu'un modèle doit être validé" À la fin, c'est le monde réel qui choisit, PAS VOUS ! vous devez prouvez que vous êtes entièrement en accord avec les phénomènes du monde. Si vous avez du mal à quantifier votre modèle, je vous suggère de faire une pause, faire une licence de physique, ça vous prend 3 ans. Vous apprendrez les outils, et vous pourrez quantifier votre modèle. Un modèle où il n'y a que du blabla n'intéresse personne !

      "Avec le MAES j'ai une idée en relation aux conditions et sur un principe qui n'est pas exactement une fission par les neutrons." C'est là le problème, vous n'avez que des idées, les physiciens ont des FORMULES, qui donnent des chiffres, qui sont en ACCORD avec les expériences. Vous vous n'avez que des idées. Je vous suggère de revoir plus haut les 3 points qui font une théorie scientifique. Tant que vous n'aurez pas les 3 points, ça n'intéresse personne !

      FAUX "Les mathématiques ne détiennent pas toujours la vérité" Ces mathématiques dont on parle servent à construire des ponts, des immeuble, des téléphones, des ordinateurs, des centrales électriques, des voitures etc. Les gens utilisent ces maths tous les jours, et depuis 200-300 ans, personne ne s'est plaint ! VOUS N'AVEZ PAS LE DROIT DE DIRE QUE C'EST ERRONÉ, alors que des centaines de millions de gens VÉRIFIENT le contraire tous les jours. C'est comme ça que vous vous décridibilisez ! C'est vous contre le reste du monde, et vous n'avez même pas un début de calcul pour prouver quoi que ce soit ! Ça n'intéresse donc personne.
    • koeuf 21/01/2011
      Je n'ai absolument pas peur que vous soyez dans le vrai. si votre théorie s'avère étayée par des constatations des conséquences vérifiables des expérimentations, ... alors je l'accepterai et l'enseignerais. Je vous ai dans ce fil donné la possibilité de le faire montrant clairement mon ouverture d'esprit. Mais tout cela manque cruellement, nous n'avons que des réflexions théoriques basées sur des faits sélectionnés et biaisés.

      et tiens au fait, je croyais que l'utilisation des ondes sismiques pour reconstituer l'architecture de l'intérieur de la Terre n'était qu'une fumisterie ! ou alors seulement quand cela ne concerne pas les zones de convergence. CQFD
    • R_Robert 21/01/2011
      Votre développement initial est en relation avec des combinaisons de mouvements d'une particule chargée au sein d'un champ magnétique. Je l'admets ceci correspond à une spirale ou une cycloïde. Vous en déduisez les équations.
      Mais les traces observées sont celles induites par une collisions. Comment peut-on appliquer ces mêmes calculs ?

      Vos relations fonctionnent à merveilles car elles sont issues de l'expérience acquise lors des autres expériences.
      Mais malheureusement elles sont déconnectées des explications en relation avec les corpuscules.
      Vous les traitez comme des arguments des relations. Tout est dématérialisé, devient onde ou corpuscule ou autre sous élément.

      Ma démarche est, au grand dam des physiciens, une démarche plus cartésienne, plus matérialiste. J'essaie de comprendre les figures de vos clichés et le tournoiement de l'électron en est un justificatif sérieux.
      Il n'est toujours pas nécessaire de trouver la formule miracle, il suffit d'analyser ce concept dans notre environnement quotidien pour se rendre compte qu'il repose sur de nouvelles interprétations plus simples et plus logiques. Qu'il est applicable en électricité, en thermique, en magnétisme, en optique, etc. Il explique l'éther, mais ce concept est rejeté par les physiciens, or il est bien présent et explique la pesanteur.

      Si les physiciens attendent la formule magique pour valider un modèle logique, nous ne nous comprendrons jamais et le MAES vous sera imposé à la longue, par ceux qui désirent comprendre la réalité de notre environnement.

      Les mathématiques permettent de calculer bon nombre de choses. Mais ces mathématiques n'intègrent jamais les probabilités.
    • pepejul 22/01/2011
      je repose la question centrale : admetez-vous la possibilité de vous être trompé dans votre raisonnement ?
    • pepejul 22/01/2011
      Un lien intéressant pour comprendre comment raisonne un illuminé pseudoscientifique : http://www.charlatans.info/theorie_charlatanesque.shtml
    • R_Robert 22/01/2011
      @ pepejul,
      Non, je ne suis pas dans l'erreur car toutes mes théories sont cohérentes. Elles ont deux bases essentielles la compréhension de l'atome et la compréhension des formules mathématiques.
      C'est en essayant de faire la démarche intellectuelle de comprendre ces notions élémentaires que vous vous rendrez compte de la portée de ces évidences.
      Mais la médiation scientifique a fait son œuvre :
      Tout ceux qui s'opposent au dogme actuel de la science sont forcément des charlatans !
      Vous n'essayez plus de discuter honnêtement autour de thèmes scientifiques. Vous entrez dans la discussion avec la conviction que vous êtes en présence d'un imposteur et cherchez les détails qui possèdent une interprétation admise par la communauté et ne tentez jamais de voir si le moindre doute est envisageable.

      Vous n'avez jamais eu une discussion approfondie. Vous vous êtes réfugié derrière des insultes et des moqueries pour faire rire la galerie et éviter de comprendre la logique de ma démarche intellectuelle. Preuve en est, vous envoyez mon livre à la décharge sans prendre la peine de le lire.

      Je ne suis pas dans l'erreur, je ne suis pas un charlatan, j'aime les sciences et surtout j'aime les comprendre. C'est en osant douter de certaines convictions profondes qu'une logique différente apparait et explique les choses. Lorsque cette nouvelle logique permet d'expliquer des phénomènes dans tous les domaines de la physique, c'est que cette logique devient solide.
      Le Modèle de l'Atome à Électrons Statiques et la compréhension des grandeurs physiques qui entrent dans nos formules font partie de cette logique et c'est pour cette raison que je suis, plus que jamais, convaincu de ne pas m'être trompé dans mon raisonnement.
    • koeuf 22/01/2011
      parlons logique donc, vous admettez que les ondes sismiques peuvent être utilisées pour établir la structuration de l'intérieur de la terre puisque vous acceptez la taille du noyau terrestre calculé à partir de leur étude. les mêmes techniques établissent également de façon claire une subduction océanique en de nombreux points du globe.

      continuons, un véritable scientifique doit intégrer le doute dans son raisonnement, il est possible que ma théorie ne fonctionne pas, avez-vous cette démarche ?

      poursuivons encore : pour chasser ce doute, des expérimentations doivent être menées, les avez-vous réalisées ?

      votre raisonnement mené autour de la sédimentation alpine est effrayant, vous n'en avez aucune connaissance, vous extrapolez à partir d'un caillou ramassé un jour et ignorez tout le reste. désolé de vous le dire, mais non, les argiles ne peuvent pas provenir d'un magma (et ceci quelles que soient les condition de pression, de température et de gravité terrestre), non le granite ne peut pas se former dans un contexte volcanique (là encore la gravité et la pression ne jouent pas, c'est juste une histoire de temps de refroidissement du magma). Non les sédiments alpins ne se limitent pas à des galets, mais à des brèches, des cailloux, des argiles et tout un tas dautres éléments montrant clairement un schém
    • koeuf 22/01/2011
      (désolé je poursuis) un schéma détritique.

      Donc nous voyons ici que vous refusez l'évidence des faits avancés et que vous proposez n'importe quoi sur un sujet que vous ne maitrisez pas. cette attitude jette un discrédit sur tout le reste de votre théorie.

      je retourne la question, qui a peur ? moi je n'ai pas peur, je sais que la science est amenée à évoluer, et que de nouvelles interprétations vont apparaitre et, après une validation expérimentale et collégiale remplacer des interprétations existantes (ce qui vous manque fortement)
      n'est-ce pas vous qui avez peur que votre théorie ne s'effondre complètement en refusant toute idée d'expérimentation et en refusant de douter ne serait-ce qu'un minimum ?
    • R_Robert 22/01/2011
      @ grindaizer,
      Votre modèle CHIFFRE, n'est pas un modèle de l'atome !!!
      C'est la mise en équations des résultats d'une collision.
      Vous interprétez la forme des traces par les sous-éléments des corpuscules du noyau. Vous employez des relations simples issues de la mécanique ou des comportements électromagnétiques pour justifier ces formes. Mais, si un élément ne possède pas de mouvement de rotation sur lui-même, il n'a aucune chance de décrire une cycloïde après la collision. De plus cette cycloïde signifierait, au niveau d'un élément ponctuel, un déplacement qui s'éloigne du point d'impact et s'en rapproche ! Or, si vous regardiez le développement de l'électron dans le MAES, vous verriez que le Faisceau magnétique est assimilable à une ligne, de ce fait, un électron qui tournoie et se déplace en ligne droite, laisse son Faisceau magnétique décrire une cycloïde.

      Votre modèle de l'atome est celui qui possède des nuages électroniques et fait intervenir les probabilités. Malgré cette apparente immobilité des zones de présence des électrons vous n'arrivez toujours pas à calculer la forme des molécules car les calculs sont fastidieux.
      Avec le MAES, je suis arrivé à calculer la forme de la molécule d'eau car les calculs sont simples. Vous n'arriverez jamais au même résultat car vous avez de temps en temps des paires d'électrons. Ces particules qui sont tantôt onde tantôt corpuscule possèdent toujours une charge électrique négative, selon votre théorie, et devraient donc se repousser. Quelle incohérence !

      Pour expliquer la lumière avec vos photons, vous devez revenir au modèle de Bohr et prétendre que c'est en sautant d'une orbite à l'autre qu'un grain de lumière est émis.

      Par ces 3 points, je viens de démontrer les incohérences de vos réflexions et que vous ne possédez…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      Votre modèle CHIFFRE, n'est pas un modèle de l'atome !!!
      C'est la mise en équations des résultats d'une collision.
      Vous interprétez la forme des traces par les sous-éléments des corpuscules du noyau. Vous employez des relations simples issues de la mécanique ou des comportements électromagnétiques pour justifier ces formes. Mais, si un élément ne possède pas de mouvement de rotation sur lui-même, il n'a aucune chance de décrire une cycloïde après la collision. De plus cette cycloïde signifierait, au niveau d'un élément ponctuel, un déplacement qui s'éloigne du point d'impact et s'en rapproche ! Or, si vous regardiez le développement de l'électron dans le MAES, vous verriez que le Faisceau magnétique est assimilable à une ligne, de ce fait, un électron qui tournoie et se déplace en ligne droite, laisse son Faisceau magnétique décrire une cycloïde.

      Votre modèle de l'atome est celui qui possède des nuages électroniques et fait intervenir les probabilités. Malgré cette apparente immobilité des zones de présence des électrons vous n'arrivez toujours pas à calculer la forme des molécules car les calculs sont fastidieux.
      Avec le MAES, je suis arrivé à calculer la forme de la molécule d'eau car les calculs sont simples. Vous n'arriverez jamais au même résultat car vous avez de temps en temps des paires d'électrons. Ces particules qui sont tantôt onde tantôt corpuscule possèdent toujours une charge électrique négative, selon votre théorie, et devraient donc se repousser. Quelle incohérence !

      Pour expliquer la lumière avec vos photons, vous devez revenir au modèle de Bohr et prétendre que c'est en sautant d'une orbite à l'autre qu'un grain de lumière est émis.

      Par ces 3 points, je viens de démontrer les incohérences de vos réflexions et que vous ne possédez toujours pas un modèle de l'atome cohérent.
      Vous interprétez vos expériences avec la conviction que vous n'avez que des noyaux atomiques, de ce fait, vos conclusions sont faussées.
    • R_Robert 22/01/2011
      @ koeuf,
      Vos interventions d'hier étaient un peu agaçantes car vous avez imposé deux discussions différentes.
      Avec les zones d'ombre des ondes sismiques nous sommes en mesure d'imaginer la taille du noyau, mais pas sa nature. Car s'il était effectivement d'une constitution métallique pourquoi interfèrerait-il de cette manière sur la propagation des ondes ? Vous n'avez pas la réponse, moi si ! Il interfère de la sorte car il est constitué exclusivement des éléments présents dans le noyau de atome.
      Le noyau d'un astre est un immense noyau atomique qui en se désagrégeant produit de la matière.

      Les zones de subduction sont l'interprétation du comportement des ondes sismiques. Ce ne sont pas des preuves, mais les justificatifs de la théorie en vigueur qui a besoin de cette subduction pour être cohérente.

      Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je n'ai pas dit que l'argile venait de volcans, je n'ai pas voulu entrer dans votre jeu partant dans des détails. J'ai dit que, si les conditions de pesanteur sont différentes, la nature des éléments peut en être modifiée.
      Vos certitudes face aux volcans sont sur la base des conditions qui règnent actuellement sur Terre. Si vous tentiez de faire l'effort d'imaginer des conditions autres vous seriez plus objectif et approfondiriez le débat vers cette compréhension.

      Oui, j'ai fait preuve d'humilité face à mes remises en cause des théories actuelles. J'ai toujours douté jusqu'à ce que je me rende compte que, dans tous les domaines de la physique, cette nouvelle vision donnait des réponses intelligibles. J'ai fait une approche pluridisciplinaires sans prétendre être un spécialiste de partout, en basant ma réflexion sur toutes les expériences simples et plus complexes pour lesquelles nous avons les résultats. C'est pour…
      Afficher la suite @ koeuf,
      Vos interventions d'hier étaient un peu agaçantes car vous avez imposé deux discussions différentes.
      Avec les zones d'ombre des ondes sismiques nous sommes en mesure d'imaginer la taille du noyau, mais pas sa nature. Car s'il était effectivement d'une constitution métallique pourquoi interfèrerait-il de cette manière sur la propagation des ondes ? Vous n'avez pas la réponse, moi si ! Il interfère de la sorte car il est constitué exclusivement des éléments présents dans le noyau de atome.
      Le noyau d'un astre est un immense noyau atomique qui en se désagrégeant produit de la matière.

      Les zones de subduction sont l'interprétation du comportement des ondes sismiques. Ce ne sont pas des preuves, mais les justificatifs de la théorie en vigueur qui a besoin de cette subduction pour être cohérente.

      Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je n'ai pas dit que l'argile venait de volcans, je n'ai pas voulu entrer dans votre jeu partant dans des détails. J'ai dit que, si les conditions de pesanteur sont différentes, la nature des éléments peut en être modifiée.
      Vos certitudes face aux volcans sont sur la base des conditions qui règnent actuellement sur Terre. Si vous tentiez de faire l'effort d'imaginer des conditions autres vous seriez plus objectif et approfondiriez le débat vers cette compréhension.

      Oui, j'ai fait preuve d'humilité face à mes remises en cause des théories actuelles. J'ai toujours douté jusqu'à ce que je me rende compte que, dans tous les domaines de la physique, cette nouvelle vision donnait des réponses intelligibles. J'ai fait une approche pluridisciplinaires sans prétendre être un spécialiste de partout, en basant ma réflexion sur toutes les expériences simples et plus complexes pour lesquelles nous avons les résultats. C'est pour cette raison que je n'ai pas à prouver mes théories par de nouvelles expériences car elles existes et les résultats sont accessibles à tous.
    • koeuf 22/01/2011
      désolé d'avoir la réponse, mais la zone d'ombre s'explique très simplement par l'existence de deux milieux différents ; un noyau externe liquide et un solide.

      le comportement des ondes sismiques a été étudié en laboratoire et montre des propriétés établies. le ralentissement des ondes sismiques dans les zones de subduction s'interprète avec la présence d'un corps moins visqueux, plus froid. ce qui est confirmé par les mesures du flux géothermique, plus faible dans ces régions.

      Vous rejetez mes arguments en les qualifiants de détails, c'est bien cette attitude que je vous reproche. Vous considérez que tout ce que votre théorie ne peut pas expliquer n'est qu'un détail et donc vous le balayez d'un geste de la main. Et je suis désolé, mais l'érosion des chaines de montagne, les ophiolites récentes et anciennes, les nappes de charriage sont peut être moins connues des non-spécialistes, mais elles doivent l'être de quelqu'un qui prétend expliquer la tectonique globale

      Votre démarche part également d'une erreur de base : vous me demandez d'accepter votre théorie, puis de débattre. Si ce n'est pas dogmatique ça ! il est plus logique de me montrer que votre théorie explique mes "détails" ce que j'attends encore.

      Enfin vous admettez n'avoir aucun doute. Vous devriez en tant que scientifique continuer à en avoir. De gros plantages ont eu lieu dans l'histoire des sciences car les auteurs de théories refusaient le doute. et pour éviter que vous me retourniez l'argument, personnellement, je doute de la tectonique des plaques car, même si elle explique de façon cohérente les faits observés, il y a encore des débats sur certains de ces aspect (quel est le moteur principal par exemple, ou quel est le mécanisme de l'obduction). mais je ne vais pas la balayer pour adopter une théorie…
      Afficher la suite désolé d'avoir la réponse, mais la zone d'ombre s'explique très simplement par l'existence de deux milieux différents ; un noyau externe liquide et un solide.

      le comportement des ondes sismiques a été étudié en laboratoire et montre des propriétés établies. le ralentissement des ondes sismiques dans les zones de subduction s'interprète avec la présence d'un corps moins visqueux, plus froid. ce qui est confirmé par les mesures du flux géothermique, plus faible dans ces régions.

      Vous rejetez mes arguments en les qualifiants de détails, c'est bien cette attitude que je vous reproche. Vous considérez que tout ce que votre théorie ne peut pas expliquer n'est qu'un détail et donc vous le balayez d'un geste de la main. Et je suis désolé, mais l'érosion des chaines de montagne, les ophiolites récentes et anciennes, les nappes de charriage sont peut être moins connues des non-spécialistes, mais elles doivent l'être de quelqu'un qui prétend expliquer la tectonique globale

      Votre démarche part également d'une erreur de base : vous me demandez d'accepter votre théorie, puis de débattre. Si ce n'est pas dogmatique ça ! il est plus logique de me montrer que votre théorie explique mes "détails" ce que j'attends encore.

      Enfin vous admettez n'avoir aucun doute. Vous devriez en tant que scientifique continuer à en avoir. De gros plantages ont eu lieu dans l'histoire des sciences car les auteurs de théories refusaient le doute. et pour éviter que vous me retourniez l'argument, personnellement, je doute de la tectonique des plaques car, même si elle explique de façon cohérente les faits observés, il y a encore des débats sur certains de ces aspect (quel est le moteur principal par exemple, ou quel est le mécanisme de l'obduction). mais je ne vais pas la balayer pour adopter une théorie qui est en contradiction avec de nombreux points expliqués clairement par la tectonique des plaques.
      Je le répète, le doute se chasse avec l'expérimentation. que proposez-vous concrètement et précisément ? (et pas "regarder les nombreuses études qui existent déja")
    • Picdelamirandole 22/01/2011
      Bonjour.
      Je reviens sur ces histoires de galets : un petit tour sur les plages de Normandie nous montre des tonnes de galets noirs... j'en ai cassé, ils sont en silice.
      Visiblement, ils proviennent de "lits" insérés dans une roche blanche (et je crois qu'on appelle ça de la craie)
      Bon... quand on va faire un tour sur le site du BRGM... point de volcans à l'horizon
      Pourriez-vous m'expliquer d'où viennent ces galets ?

      Sinon, je comprends bien qu'à partir du moment où les atomes de votre modèle sont différents des atomes de Bohr, on ne peut pas avoir le même âge pour la Terre et l'Univers.
    • pepejul 22/01/2011
      HA HA HA : "Je ne suis pas dans l'erreur, je ne suis pas un charlatan, j'aime les sciences et surtout j'aime les comprendre. C'est en osant douter de certaines convictions profondes qu'une logique différente apparait et explique les choses"

      Vous dites dans la même phrase : MOI je ne doute pas, j'ai raison, mais tous les autres doivent douter.... vous êtes ridicule...
    • jjanin 22/01/2011
      Pffff, Monsieur Pic, vous avez mal cherché : le volcan est peut être sous la craie ou bien encore dans le fond de la mer qui va en Angleterre.
    • Picdelamirandole 22/01/2011
      wow... ça voudrait dire que le tunnel sous la manche passe au coeur d'un volcan ?
      les proprios du Puy de Lemptegy ont du souci à se faire, parce que là, ils sont clairement battus... avec leur petit train, ils ne font pas le poids...
      Enfin, j'ai trouvé des traces de volcanisme au Nord de l'Irlande (la chaussée des géants) et en Ecosse... peut-être que les galets de Normandie viennent de là.
      L'Ecosse étant en haut de la carte, ça descend peut-être vers le Sud.
    • alice 22/01/2011
      Dommage que je n'ai pas trop de temps...
      J'adooooore lire des arguments parallèles qui jamais ne se recoupent! ni ne se recouperont!
      Et d'ailleurs ... l'intérêt ne serait-il pas dans la joute verbale???
    • Picdelamirandole 22/01/2011
      Les joutes verbales... ça n'est pas sur knowtex que ça doit se faire, mais sur "lettreux.com"
    • koeuf 22/01/2011
      Ce n'est pas une joute verbale, c'est une tentative d'explication de ses erreurs à un apprenti scientifique
    • pepejul 22/01/2011
      on repart !

      vous dites :"L'électronisation évoquée dans l'article sur la fossilisation est un phénomène qui explique beaucoup de choses à ceux qui veulent les voir et ce phénomène repose sur le MAES"

      j'ai lu l'article en question (comme tous ceux de votre blog.. .) et je trouve que votre explication de la fossilisation est encore moins crédible que celle sur l'expansion terrestre...

      VOus prétendez que la matière vivante se cristallise par électronisation... je voudrais bien voir à quoi ressemble cette matière (personne ne l'a jamais observée) ! Vous admettez ensuite que de la matière peut migrer du milieu vers l'animal enfoui, ce qui expliquerait la pyritisation des ammonites de l'aptien par exemple, donc vous niez vous-même votre propre théorie d'électronisation...

      Je vous signale ensuite que contrairement à ce que vous pensez (ce qui nous montre une nouvelle fois le niveau très bas de vos connaissances scientifiques) la plupart des fossiles ne se forment pas par remplissage d'une cavité par des sédiments (ça c'est valable pour les bivalves et les coquillages (j'emploie un terme simple pour ne pas trop vous perturber) par exemple mais c'est tout)

      La conclusion sur cet article reste la même : vous n'avez pas un niveau suffisant de connaissances pour ne serait-ce que comprendre les données scientifiques actuelles... étudiez sérieusement avant d'élaborer des hypothèses de comptoir.

      Vous êtes dans la situation du type qui ne parle ni anglais ni arabe et qui veut faire croire à des américains que sa traduction du Coran est meilleur que l'actuelle...

      on parle des autres articles aussi ?
    • Picdelamirandole 22/01/2011
      Et mes galets de Normandie ???
    • actarus 22/01/2011
      @pepejul : pour plus de lisibilité, ton commentaire devrait se trouver sous l'article correspondant :
      http://www.knowtex.com/nav/l-extinction-des-dinosaures-enfin-des-explications-coherentes_17908

      (ce qui amorcerait une AUTRE discussion tout aussi passionnante)
    • koeuf 23/01/2011
      ça sent le modo ça actarus !!
    • Picdelamirandole 23/01/2011
      les Bivalves ne sont pas des galets ?
    • actarus 23/01/2011
      Cela devait arriver, une élève de 1ère de mon lycée a lu cette discussion (chez elle), et m'a demandé de vous transmettre ses impressions.

      Je colle son message ci-dessous sans le corriger :
      ------------------------------------------
      Je tiens tout d’abord à remercier ce génie incompris (c’est comme cela qu’on nomme communément les fous non ?) pour sa magnifique histoire.

      C’est un gâchis de perdre ainsi un tel talent. Il faudrait être fou (ah c’est peut être finalement le cas alors…) pour vouloir tenir tête à des septiques de l’acabit de mes professeurs de sciences à l’esprit étriqué et pétri de théories scientifiques n’étant soutenues exclusivement que par tous les scientifiques (sérieux) travaillant dans ce domaine.

      Je pense que monsieur Roger Robert, avec tout le respect que je lui dois, devrait se réorienter et écrire des romans de sciences (fiction). J’ai même un très bon titre s’il ne sait pas par où commencer : « A la quête du merveilleux monde de Roger Robert »

      Mais ne partons pas braqués et voyons de plus prés ce que ce monsieur nous propose. Tout le monde doit posséder le droit de parole pour exposer ses idées, quelles qu’elles soient. C’est ainsi que l’on peut se construire un avis sur les choses, voir tous les points de vue et trouver celui qui nous semble le plus « vrai », ou du moins, que nous jugeons par la suite comme tel.

      C’est en tant que simple curieuse et avec mes maigres bagages de première S SVT que je viens me pointer ici. Pourtant, en inconditionnelle « poseuse de questions » que je suis, vos propos m’interpellent au plus haut point et je ne peux me permettre de rester stoïque à tout cela :

      Pour commencer, j’aimerai revenir sur quelques uns de vos post :
      « Tous les articles de mon blog sont, pour la majorité, les conclusions…
      Afficher la suite Cela devait arriver, une élève de 1ère de mon lycée a lu cette discussion (chez elle), et m'a demandé de vous transmettre ses impressions.

      Je colle son message ci-dessous sans le corriger :
      ------------------------------------------
      Je tiens tout d’abord à remercier ce génie incompris (c’est comme cela qu’on nomme communément les fous non ?) pour sa magnifique histoire.

      C’est un gâchis de perdre ainsi un tel talent. Il faudrait être fou (ah c’est peut être finalement le cas alors…) pour vouloir tenir tête à des septiques de l’acabit de mes professeurs de sciences à l’esprit étriqué et pétri de théories scientifiques n’étant soutenues exclusivement que par tous les scientifiques (sérieux) travaillant dans ce domaine.

      Je pense que monsieur Roger Robert, avec tout le respect que je lui dois, devrait se réorienter et écrire des romans de sciences (fiction). J’ai même un très bon titre s’il ne sait pas par où commencer : « A la quête du merveilleux monde de Roger Robert »

      Mais ne partons pas braqués et voyons de plus prés ce que ce monsieur nous propose. Tout le monde doit posséder le droit de parole pour exposer ses idées, quelles qu’elles soient. C’est ainsi que l’on peut se construire un avis sur les choses, voir tous les points de vue et trouver celui qui nous semble le plus « vrai », ou du moins, que nous jugeons par la suite comme tel.

      C’est en tant que simple curieuse et avec mes maigres bagages de première S SVT que je viens me pointer ici. Pourtant, en inconditionnelle « poseuse de questions » que je suis, vos propos m’interpellent au plus haut point et je ne peux me permettre de rester stoïque à tout cela :

      Pour commencer, j’aimerai revenir sur quelques uns de vos post :
      « Tous les articles de mon blog sont, pour la majorité, les conclusions d'une démarche intellectuelle et scientifique. Mais sortis de l'ensemble de ma démarche, ils apparaissent comme de vulgaires reprises de vieilles querelles, or il n'en est rien, car pour la plupart je ne les connaissais pas avant de les redécouvrir. »
      Hors monsieur, si vous les avez « redécouverts » c’est que d’autres avant vous l’avez DEJA « découvert », donc vous n’avez à priori rien trouvé de nouveau…Et rien ne prouve que ce sur quoi vous vous appuyez, des théories poussiéreuses et tombées dans l’oublie avant d’avoir était remise au « gout du jour » par vos soins, soit une juste visions de la réalité !
      « Par exemple, les planètes géantes ne sont pas des planètes gazeuses, mais constituées des mêmes matériaux que la nôtre. La grande tache rouge (GTR) de Jupiter n'est pas un phénomène météorologique stationnaire mais un immense cratère issu probablement de la collision avec un très gros objet céleste. »
      -Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer cela ?

      « Je ne suis pas spécialiste en géologie, en chimie, en électricité, en magnétisme, en thermique, en optique, ou en autres »

      Ce que vous avancez voudrait remettre en cause ce qu’avancent des spécialistes dans chacun de ces domaines, en quoi pensez-vous êtres plus qualifié qu’eux et quels sont vos diplôme je vous pris ?

      « Vos élèves seraient certainement heureux d'entendre l'enseignement que vous dispensez et mes propos sur le même sujet. Ils retrouveraient l'amour de la science que la forme moderne a tant éloigné de la logique. »
      Tiens ? Parlerait-on de moi et de mes condisciples ? Je me permet donc de les représenter : Après être sortie de chez moi, avoir regardée ce qui m’entoure, après être allée en cours et après avoir lue entièrement votre blog et cette conversation opposant deux avis diamétralement opposés, malheureusement pour vous, c’est votre vision des choses qui me semble la plus éloignée de la logique et de la réalité.

      Et je pense que la forme « moderne » de la science (c'est-à-dire qui ne s’arrête pas à ce que pensaient les gens il y a plusieurs siècles) ne fait perdre en rien aux dits-élèves l’amour des sciences mais qu’au contraire la somme des avancées scientifiques dont nous disposons nous permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons en écartant toute élucubration.
      Il s’agit ici de faire travailler son esprit critique et non de se perdre dans de belles histoires. J’ai entendu plus haut le mot zététique…

      En science, il ne suffit pas de croire en un fait pour pouvoir affirmer la véracité de ce dernier ! D’ailleurs à ce propos j’aimerais énoncer un proverbe qui me semble adapté à votre situation car vous semblez prendre le problème à l’envers : « Si tu attends la venu d’un vieille ami, ne prend pas le bruit des battements de ton cœur pour celui des sabots d’un cheval ».

      J’ai l’impression ici vous entendre dire que l’expansion terrestre est véridique et que vous ne chercher qu’ensuite des preuves qui pourraient aller en ce sens tout en occultant des « détails » gênant pour votre théorie !

      Mais passons, penchons-nous sur la suite et le contenu de vos propos, j’ai quelques questions à vous poser :

      - Comment expliquez-vous les points chauds, sans la tectonique des plaques ?

      - L’expansion du globe selon votre « théorie » est constant donc l’ouverture d’un océan ne saurait être stoppé, cependant, je me permets d’attirer votre attention sur le fossé Rhénan, en Alsace, il n’y a pas d’océan à cet endroit, ce qui peut très bien être expliqué par la théorie sur la tectonique des plaques mais, pouvez vous en faire de même avec la votre ?


      - Selon vous, d’où vient l’eau des mers et des océans si à l’origine notre « petite Terre » n’était que croute terrestre ?

      - Revenons à nos galets : où en trouve-t-on ? Selon vous, à proximité des volcans…mais…miracle…il y en a aussi sur les plages, dans le lit des rivières et des fleuves alors à moins que les volcans jouent à cache-cache en dessous de tous les cours d’eau (on aurait du souci à se faire), je pense que l’on devrait s’en tenir à la théorie sur l’érosion pour expliquer l’existence de ces derniers…

      - Quel serait dans votre théorie le moteur à l’origine de l’expansion du globe ?

      - En admettant que vous avez raison et pour simplifier, la Terre serait passée de la taille d’un petit pois à celle d’une orange ( donc si ça continu faites gaffe elle va exploser comme un ballon de baudruche). D’où viendrait la matière qui est venue « grossir » notre Terre ? Et jusqu’à quel point pourrait-elle voir sont diamètre croître notre chère planète ?

      Ceci n’est que la version édulcorée de toutes les questions me venant à la suite de la lecture de cette conversation, mais je pense que ce sont des points importants méritant de votre part des réponses CLAIRES et non une nouvelle dérobade se référant à votre model de l’atome où autre !

      Je suppose que si vous avancez une telle théorie, vous avez des PREUVES solides, étayées de nombreuses expériences approuvées et validées par de nombreux laboratoires indépendant à votre étude. J’aimerais entendre ces preuves.

      S’il vous plait, ne laissez pas la jeunesse dans l’ombre, expliquez nous votre théorie complète ainsi que les preuves qui la soutienne. Je vous laisse ici une petite chance de me convaincre, ne vous manquez pas…

      Je suis réellement curieuse de savoir qu’elle est votre réaction à ce que je viens de dire et j’espère que vous me répondrez.
      À mon sens, ignorer mes propos en agitant au dessus de vous « que je ne suis qu’une gamine » serait pris comme de la couardise de votre part.

      L’âge ne fait pas forcément la qualité de la réflexion et encore moins l’intelligence…

      (Non je n’irai pas acheter votre livre et je pense que si vous êtes sûr de ce que vous avancez, vous pouvez me répondre directement sans vous réfugier derrière les pages d’un livre).
    • R_Robert 24/01/2011
      Bonjour à toutes et tous !
      J'ai passé un excellent week-end, toujours convaincu par ma vision de la science car vos arguments ne sont pas encore suffisants pour jeter le moindre doute.
      Comme l'a demandé Pépéjul, vous trouverez le développement du Modèle de l'Atome à Électrons Statiques MAES (au format PDF) au bas de la page de mon blog qui parle du contenu du livre.
      http://rogerrobert.unblog.fr/ces-theories-qui-derangent/

      Je reviendrai plus tard répondre à tous vos commentaires, pour l'instant je vous souhaite une bonne lecture...
      Cordiales salutations.
    • pepejul 24/01/2011
      et zou...super MAES revient en force...on va lire tout ça et on revient... merci Roger...
    • pepejul 24/01/2011
      je cite ce cher ROger : "@ Pepejul,
      Si, j’ai des aptitudes particulières, je suis autodidacte et je sais faire la part des choses entre des explications cohérentes et des interprétations foireuses, qui dissimulent leur incompétence dans un vocabulaire infondé et qui montre l’intelligence des spécialistes que plus personne ne peut comprendre.
      Les Sciences revisitées s’imposeront et je serai riche du milliard d’euros que vous avez parié.
      Ma seule erreur est de ne pas avoir anticipé l’étendue de la bêtise humaine et de tous ceux qui se prétendent “scientifique”.
      Votre convalescence, lorsque vous serez contraint d’admettre ces nouvelles vérités, sera plus difficile avec tous les commentaires que vous écrivez ici et là."

      Est-il vraiment nécessaire d'aller plus loin dans la discussion ?
    • R_Robert 24/01/2011
      @ Pepejul,
      Ayez l'honnêteté intellectuelle de remettre ces propos dans leur contexte en publiant votre commentaire :
      Pepejul a dit:
      22 janvier 2011 à 16:57
      "Vous n’avez pas d’aptitudes particulières, vous n’avez pas de connaissances approfondies dans aucune des deisciplines que vous prétendez révolutionner… vous confondez simplicité et superficialité…
      Vous êtes comme un petit enfant qui pense comprendre le monde à la lumière de ses connaissances très limitées… je ne voudrais pas briser votre rêve mais, non, vous n’avez rien découvert et votre théorie ne sortira jamais du cercle restreint des pseudosciences. Non pas parceque de méchants scientifiques aveugles ont peur des conséquences de vos idées mais simplement parcequ’elles sont complètement loufoques…
      Admettre votre echec ne vous tuera pas et aidera sûrement votre guérison…"
      Fin de citation.
    • koeuf 24/01/2011
      Moi aussi j'ai passé un bon week end, j'ai même cru un moment que vous admettiez votre incompétence à théoriser la géologie ...
      Bon, j'ai regardé les pages du livre disponibles.

      première remarque, elle ne concernent pas la théorie de l'expansion terrestre, ni même la géologie mais seulement celle du MAES. Je sais, le MAES explique tout, mais comme je l'indiquais, je ne me passionne pas pour ces thématiques.

      ensuite, vous dites que nos arguments ne suffisent pas pour jeter le moindre doute. Il faudrait tout de même que vous y répondiez, que vous montriez comment l'expansion terrestre peut expliquer : (désolé encore une fois des répétitions, mais l'absence d'explications y oblige)
      - les sédiments alpins accumulés depuis des millions d'années autour d'un chaine de montagne = collision entretenue
      - la présence d'ophiolites d'âges variables en des points où aucun espace océanique n'est visible. je précise que les ophiolites sont des fragments de lithosphère océanique
      - la présence de nappes charriées sur des distances considérables
      - les flux géothermiques montrant des anomalies froides à proximité des zones de subduction
      - plus d'autres encore, mais il serait souhaitable d'avoir déja des explications pour ces points.

      Nous ne pouvons les qualifier de détails pour une raison très simple. partons du postulat que votre théorie du MAES est exacte. Votre raisonnement vous a conduit à imaginer une conséquence de cette théorie qu'est l'expansion terrestre. Il est donc nécessaire de valider l'expansion terrestre pour éviter que la théorie du MAES ne s'écrase en vol. Or la présence de zones de collision durables (dizaines de millions d'années) est incompatible avec une expansion terrestre. Comment interpréter donc tous les témoins d'une convergence lithosphérique ?

      vous…
      Afficher la suite Moi aussi j'ai passé un bon week end, j'ai même cru un moment que vous admettiez votre incompétence à théoriser la géologie ...
      Bon, j'ai regardé les pages du livre disponibles.

      première remarque, elle ne concernent pas la théorie de l'expansion terrestre, ni même la géologie mais seulement celle du MAES. Je sais, le MAES explique tout, mais comme je l'indiquais, je ne me passionne pas pour ces thématiques.

      ensuite, vous dites que nos arguments ne suffisent pas pour jeter le moindre doute. Il faudrait tout de même que vous y répondiez, que vous montriez comment l'expansion terrestre peut expliquer : (désolé encore une fois des répétitions, mais l'absence d'explications y oblige)
      - les sédiments alpins accumulés depuis des millions d'années autour d'un chaine de montagne = collision entretenue
      - la présence d'ophiolites d'âges variables en des points où aucun espace océanique n'est visible. je précise que les ophiolites sont des fragments de lithosphère océanique
      - la présence de nappes charriées sur des distances considérables
      - les flux géothermiques montrant des anomalies froides à proximité des zones de subduction
      - plus d'autres encore, mais il serait souhaitable d'avoir déja des explications pour ces points.

      Nous ne pouvons les qualifier de détails pour une raison très simple. partons du postulat que votre théorie du MAES est exacte. Votre raisonnement vous a conduit à imaginer une conséquence de cette théorie qu'est l'expansion terrestre. Il est donc nécessaire de valider l'expansion terrestre pour éviter que la théorie du MAES ne s'écrase en vol. Or la présence de zones de collision durables (dizaines de millions d'années) est incompatible avec une expansion terrestre. Comment interpréter donc tous les témoins d'une convergence lithosphérique ?

      vous ne pouvez pas passer ces points sous silence et ne pas avoir de doutes sur votre théorie. Si vous adoptez le raisonnement logique dont vous parlez abondamment, reconnaissez qu'il y a là un problème.
    • actarus 24/01/2011
      J'espère que le message de mon élève ne passera pas inaperçu. Elle serait déçue.
    • R_Robert 25/01/2011
      @ l'élève d'actarus,
      J'apprécie l'effort que vous avez fait de lire l'ensemble de cette conversation et les articles de mon blog. Je regrette que vous n'ayez pas remarqué que sur une page je parle de moi et de ma formation.
      Je n'ai pas vraiment compris pourquoi vous passez par votre professeur pour vous exprimer et non pas directement sur Knowtex ! Loin de moi l'idée que cette démarche serait intéressée.

      Je réponds à vos questions sans reporter toutes les phrases, mais en suivant approximativement l'ordre d'apparition dans votre lettre.
      A mon époque, l'enseignement de l'expansion terrestre, de l'existence de l'éther ou encore les théories de Giordano Bruno, n'ont jamais été évoquées. Je présume que c'est toujours le cas, car tous les livres scolaires et même les encyclopédies les éludent.
      A mon niveau, j'ai découvert des théories que j’ignorais et en faisant des recherches a posteriori, ces découvertes n'étaient que des redécouvertes.
      La théorie de l'expansion terrestre est tombée en désuétude, car ceux qui en étaient convaincus n’avaient pas les arguments pour justifier ce grossissement. La gravitation de Newton était le frein à la réflexion.
      Un de vos profs de science vous a certainement dit que si nous enlevions tous les électrons qui sont autour de la matière de notre planète, nous aurions une petite sphère dont la « masse » empêcherait à la lumière de s’en éloigner. Nous serions en présence d’un petit trou noir.
      En revisitant le modèle de l’atome, en réfléchissant, sur les interactions des électrons entre eux, sur les géométries particulières des molécules et de la matière solide en général, sur toutes ces expériences et constatations quotidiennes dans tous les domaines de la physique, le modèle de l’atome à électrons statiques s’est montré le plus approprié…
      Afficher la suite @ l'élève d'actarus,
      J'apprécie l'effort que vous avez fait de lire l'ensemble de cette conversation et les articles de mon blog. Je regrette que vous n'ayez pas remarqué que sur une page je parle de moi et de ma formation.
      Je n'ai pas vraiment compris pourquoi vous passez par votre professeur pour vous exprimer et non pas directement sur Knowtex ! Loin de moi l'idée que cette démarche serait intéressée.

      Je réponds à vos questions sans reporter toutes les phrases, mais en suivant approximativement l'ordre d'apparition dans votre lettre.
      A mon époque, l'enseignement de l'expansion terrestre, de l'existence de l'éther ou encore les théories de Giordano Bruno, n'ont jamais été évoquées. Je présume que c'est toujours le cas, car tous les livres scolaires et même les encyclopédies les éludent.
      A mon niveau, j'ai découvert des théories que j’ignorais et en faisant des recherches a posteriori, ces découvertes n'étaient que des redécouvertes.
      La théorie de l'expansion terrestre est tombée en désuétude, car ceux qui en étaient convaincus n’avaient pas les arguments pour justifier ce grossissement. La gravitation de Newton était le frein à la réflexion.
      Un de vos profs de science vous a certainement dit que si nous enlevions tous les électrons qui sont autour de la matière de notre planète, nous aurions une petite sphère dont la « masse » empêcherait à la lumière de s’en éloigner. Nous serions en présence d’un petit trou noir.
      En revisitant le modèle de l’atome, en réfléchissant, sur les interactions des électrons entre eux, sur les géométries particulières des molécules et de la matière solide en général, sur toutes ces expériences et constatations quotidiennes dans tous les domaines de la physique, le modèle de l’atome à électrons statiques s’est montré le plus approprié et celui qui donnait des réponses à bon nombre d’interrogations.
      L’éther s’est présenté à moi comme ce fluide qui empli notre Univers. Mais contrairement aux savants qui présumaient de sa présence, j’ai compris qu’il est constitué d’électrons libres, ceux qui dans le MAES sont les pièces principales avec des fonctions de vecteur de certaines énergies et non plus celui de notre hypothèse de départ doté d’une charge électrique négative. En effet, l’électron du modèle de Bohr reste une hypothèse car nous ne l’avons jamais observé directement et n’y arriverons jamais. Les phénomènes électriques sont interprétés par cette vision du déplacement des électrons et prennent des explications plus simples en regardant des Rayons électriques véhiculés par des électrons statiques. Mais ceci est un autre sujet.
      Les interactions entre les électrons de la matière et de l’éther montrent toute leur importance dans la transmission des forces. Les particules du noyau de l’atome ne participent plus au-delà d’une certaine distance à produire une force d’attraction. C’est ainsi que le principe de la pesanteur a vu le jour. Il n’a plus besoin de cette hypothétique force gravitationnelle, qui avait tant navré son auteur, sir Isaac Newton.
      Sur la base du modèle atomique, de l’énergie qui anime l’électron et le principe de pesanteur qui en découle, il devient simple de conclure que tous les corps célestes (ceux qui possèdent un champ de pesanteur), ont un noyau astral comparable à un immense noyau atomique. La désagrégation de ce noyau requiert des électrons gorgés d’énergie et produit de la matière qui occupe un volume de plus en plus important, d’où l’expansion de TOUS les corps célestes.
      TOUS, signifie que notre étoile est un immense noyau qui nous laisse voir en surface ce qui se passe dans les profondeurs du manteau terrestre.
      Soleil n’est pas une grosse boule de plasma qui rayonne par fusion thermonucléaire, mais un corps céleste qui, de temps à autres, expulse de grandes quantités de matière pour former des planètes… raisonnement qui n’est pas en accord avec le principe d’accrétion issu de la gravitation. Voilà pourquoi les Sciences revisitées forment un tout et sont cohérentes.
      Aucun corps céleste n’est une boule gazeuse. Regardez une vidéo de la grosse tache rouge (GTR) de Jupiter en imaginant que ces mouvements sont des écoulements au sommet d’un cratère et vous constaterez qu’il est possible de formuler une deuxième hypothèses de ce qui se passe là-bas. Si vous regardez les vortex situés derrière ce cratère, vous verrez qu’il y a une forte analogie à ce que nous observons après un objet fixe dans un flux.
      Si le noyaux astral d’une planète forme de la matière qui, en remontant à la surface, continue de se désagréger, cette matière se présente sous les 3 états et produit donc des gaz et des liquides. La quantité d’eau a de ce fait évolué dans le temps.
      Comme déjà mentionné, l’expansion terrestre n’est pas un processus avec des conséquences observables en continu. Elle est passée par des phases plus brutales, qui sont parfaitement visibles sur le plancher océanique, et qui marquèrent une détente de l’atmosphère suivi de périodes très froides. Actuellement, l’apport de matière peut se déverser en douceur au travers des nombreuses entailles encore non cicatrisées.

      Vous me reprochez de ne pas être un spécialiste et de douter des compétences de ceux qui maîtrisent leur discipline. Nous avons un exemple avec Koeuf qui, très grand spécialiste de la géologie des Alpes, ne veut pas comprendre l’importance du MAES.
      La mise en commun d’électrons, que j’ai nommé l’électronisation, est impossible avec le modèle de Bohr et devient l’élément principal pour expliquer la matière. Si le géologue qui analyse les roches ne veut pas revoir ses connaissances sur ce sujet, il sera contraint de camper sur des positions où les interprétations sont issues des hypothèses de base.
      Imaginer ce qui se passe dans les profondeurs du manteau terrestre en mettant sur la touche la gravitation, offre des solutions inédites et comparables à ce que nous observons lorsque nous faisons chauffer sur une plaque un produit visqueux surmonté d’un autre fluide moins dense. La convection naturelle de cette matière surchauffée expliquerait les points chauds d’Hawaï que la tectonique ne peut interpréter.

      Je n’ai pas besoin de procéder à des expériences particulières pour démontrer la validité de mes théories. J’utilise toutes les expériences connues et c’est uniquement au niveau des interprétations que j’ai confronté mes hypothèses avec celles qui ont été admises. Le MAES va bien au-delà de ce que les autres modèles sont capables d’expliquer. C’est pour cette raison que ce modèle reste un modèle mais qu’il se rapproche plus de la réalité de l’atome. Il ne fait appel à aucune croyance, mais simplement à la logique.

      Je suis désolé de devoir expliquer toutes mes théories en revenant sur le MAES, mais toutes nos sciences intègrent un modèle de l’atome et interprètent le déroulement des processus de transformation sur cette base et la gravitation.

      J’espère avoir répondu à vos attentes et que la lecture des premières pages de mon livre vous aura convaincu qu’il existe une autre vision des fondements de nos sciences et que par conséquent elles méritaient d’être revisitées.

      Cordialement.
    • grindaizer 25/01/2011
      Eh ben dis donc, on s'absente quelques jours, et les bêtises s'entassent à très grande vitesse. Je lis encore des choses terribles mais je ne vais pas m'amuser à toutes les lister, c'est que j'essaie d'avoir une vie à côté moi !!!

      Je commence déjà par réitérer mon appel : je veux un modèle de l'hydrogène tiré de MAES qui me donne les bonnes raies spectrales des lampes. Avant d'essayer d'expliquer ce qui ne marche pas, commencer par expliquer ce qui marche.


      FAUX "Votre modèle CHIFFRE, n'est pas un modèle de l'atome !!! C'est la mise en équations des résultats d'une collision. "

      J'insiste et c'est là que j'ai l'impression que vous ne comprenez comment marche la science. Ce que vous appelez modèle chiffre est un modèle théorique à partir du quel on calcule des équations, ces équations n'ont rien à voir avec l'expérience à priori, tout comme les résultats empiriques n'ont rien à voir avec la théorie.

      Il y a bien DEUX MONDES DISTINCTS. Le monde théorique et le monde expérimental. Le monde expérimental a TOUJOURS raison. Le modèle théorique est validée si il redonne ce qu'on voit dans le monde expérimental. Il doit le redonner À LA VIRGULE PRÈS, pas juste expliquer avec les mains. Tant que vous n'avez pas ça, vous n'intéressez personne.


      FAUX "Mais, si un élément ne possède pas de mouvement de rotation sur lui-même, il n'a aucune chance de décrire une cycloïde après la collision" J'ai déjà expliqué avant d'où venait le mouvement, la rotation sur soi-même ne joue pas ici, elle reste négligeable devant les translations. Je ne vois même pas pourquoi vous me parlez de ça!!!!! il suffit d'avoir une particule chargé, un champ magnétique et un terme de dérive qui est souvent dû au champ électrique qui accompagne le champ magnétique (Maxwell tout ça !)


      FAUX "des…
      Afficher la suite Eh ben dis donc, on s'absente quelques jours, et les bêtises s'entassent à très grande vitesse. Je lis encore des choses terribles mais je ne vais pas m'amuser à toutes les lister, c'est que j'essaie d'avoir une vie à côté moi !!!

      Je commence déjà par réitérer mon appel : je veux un modèle de l'hydrogène tiré de MAES qui me donne les bonnes raies spectrales des lampes. Avant d'essayer d'expliquer ce qui ne marche pas, commencer par expliquer ce qui marche.


      FAUX "Votre modèle CHIFFRE, n'est pas un modèle de l'atome !!! C'est la mise en équations des résultats d'une collision. "

      J'insiste et c'est là que j'ai l'impression que vous ne comprenez comment marche la science. Ce que vous appelez modèle chiffre est un modèle théorique à partir du quel on calcule des équations, ces équations n'ont rien à voir avec l'expérience à priori, tout comme les résultats empiriques n'ont rien à voir avec la théorie.

      Il y a bien DEUX MONDES DISTINCTS. Le monde théorique et le monde expérimental. Le monde expérimental a TOUJOURS raison. Le modèle théorique est validée si il redonne ce qu'on voit dans le monde expérimental. Il doit le redonner À LA VIRGULE PRÈS, pas juste expliquer avec les mains. Tant que vous n'avez pas ça, vous n'intéressez personne.


      FAUX "Mais, si un élément ne possède pas de mouvement de rotation sur lui-même, il n'a aucune chance de décrire une cycloïde après la collision" J'ai déjà expliqué avant d'où venait le mouvement, la rotation sur soi-même ne joue pas ici, elle reste négligeable devant les translations. Je ne vois même pas pourquoi vous me parlez de ça!!!!! il suffit d'avoir une particule chargé, un champ magnétique et un terme de dérive qui est souvent dû au champ électrique qui accompagne le champ magnétique (Maxwell tout ça !)


      FAUX "des paires d'électrons. Ces particules qui sont tantôt onde tantôt corpuscule possèdent toujours une charge électrique négative, selon votre théorie, et devraient donc se repousser. Quelle incohérence !" Tiens on dirait que quelqu'un ici n'a pas suivi de cours de théorie des champs... Avec cette "incohérence" comme vous dites, des gens ont obtenu des formules avec des CHIFFRES qui permettent de faire léviter des trains et fonctionner des accélérateurs de particules. voir ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_BCS. Cette théorie a fait ces preuves expérimentales et a de fait gagné le titre de THÉORIE SCIENTIFIQUE, et vous en êtes encore loin... (voir les 3 points de l'un de mes premiers commentaires). C'est avec ce genre de remarques que vous perdez en crédibilité.


      CECI N'EST PAS UNE PREUVE "Par ces 3 points, je viens de démontrer les incohérences de vos réflexions et que vous ne possédez toujours pas un modèle de l'atome cohérent" je regrette mais ce que vous m'avez montré c'est que vos connaissances en physique se limite à la lecture de science et vie et des frères Bogdanov.

      "...ne veut pas comprendre l’importance du MAES" On n'a pas à comprendre l'intérêt d'un modèle, c'est au modèle de démontrer son intérêt..


      Ce que VOUS NE COMPRENEZ PAS, c'est que le modèle atomique de la mécanique quantique est utilisé tous les jours par des millions de gens, que ce modèle est PRÉDICTIF, c'est à dire qu'il donne des chiffres qui sont en accord avec le monde RÉEL. Vous me parlez de collisions, mais vous savez que la mécanique quantique n'est pas que là. Une seule théorie explique pourquoi et comment les semi-conducteurs fonctionnent, permet de comprendre la nature de différents matériaux tel que les matériaux paramagnétiques, l'effet Hall quantique, le spectre discret des étoiles et des lampes, le spectre continu des corps incandescents, le LASER, la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire... et ceci n'est qu'une petite liste. Je ne vous demande pas d'expliquer tout ça, avec les mains, votre théorie doit permettre de déduire, à partir des concepts de base, toutes les formules et les résultats expérimentaux.

      J'INSISTE, par expliquer, je ne parle pas d'explication QUALITATIVES, mais bien de formules mathématiques déduites à partir des principes fondamentaux. Et ces formules ont été VÉRIFIÉES par les expériences.


      FAUX et ARCHI-FAUX "Je n’ai pas besoin de procéder à des expériences particulières pour démontrer la validité de mes théories" Je vous conseille de lire http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9futabilit%C3%A9 . Si vous vous basez uniquement sur les théories qui existent, alors rien ne permet de distinguer votre théorie des autres théories. VOUS DEVEZ FOURNIR une expérience qui ne fonctionne qu'avec votre théorie et qui invalide. C'est le principe de base de la recherche scientifique. Dans le cas contraire, ça n'intéresse personne !


      Je vous suggère encore une fois très fortement de prendre 3 ans, et de vous inscrire à une licence de physique fondamentale, parce que là vous avez juste 300 ans de retard sur la physique !
    • grindaizer 25/01/2011
      http://io9.com/5718774/how-can-i-be-a-more-awesome-crackpot ! C'est fou, je crois bien que vous collectionnez tous les points dis-donc...
    • grindaizer 25/01/2011
      Correction d'un petit souci avec le lien sur BCS, http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_BCS il prenait le . comme faisant parti de l'adresse !
    • R_Robert 25/01/2011
      @ grindaizer,
      Pour montrer là où notre vision de la science diverge, je reprends l'exemple déjà cité et qui concerne les marées.
      Nous avons à disposition un modèle mathématique infaillible qui permet de prédire le coefficient de marée en un lieu précis, sur la base de formules qui possèdent des coefficients propres à ce lieu. Ce modèle est une superposition de courbes cycliques qui dans leur ensemble représente exactement le cycle des marées en ce lieu particulier.
      Ce modèle mathématique n'est pas issu de la théorie de la gravité de Newton, il est déconnecté des phénomènes qui engendre ces marées, et pourtant il donne des chiffres exacts.

      Au niveau de l'atome, il faut faire la distinction entre les modèles mathématiques qui permettent de chiffrer des phénomènes observés et un modèle sous forme de représentation physique qui permet d'expliquer littéralement ces observations.
      Votre modèle qui permet de prédire les raies spectrales de l'hydrogène est issu des observations et non pas du modèle physique. Si ce modèle mathématique fonctionne alors il reste applicable au modèle physique MAES.

      Un modèle de représentation de l'atome doit permettre d'expliquer les interactions entre les atomes, qui apparaissent dans le monde macroscopique, dans le monde du visible. Et c'est là la force du MAES qui explique, avec les mains si vous voulez, une multitude de phénomènes et entre autres la géométries des molécules.
      L'exemple avec la molécule d'eau est certainement le signe que ce modèle physique est plus proche que les autres modèles existants.
    • R_Robert 25/01/2011
      @ grindaizer,
      Je n'ai pas besoin de suivre des cours de physique, où les mathématiques sont légion, pour me rendre compte que déjà en mécanique, première discipline à avoir introduit les mathématiques, une certaine dérive est apparue. Nous avons privilégié le résultat des formules au détriment des explications qui devaient les accompagner.
      Dans le livre, les démonstrations sont nombreuses, les formules ne sont pas entièrement fausses, mais en remettant la compréhension au milieu des raisonnements, des représentations graphiques, d'un déplacement par exemple, permettent d'en déduire les grandeurs qui interviennent et ainsi trouver l'équation.
      Au niveau de la géodésie, je démontre que l'utilisation du gradient du potentiel de pesanteur (qui est la dérivée partielle des potentiels gravifique, axifuge et de marée dans les 3 axes) pour déterminer la valeur de la "gravité", délivre un résultat satisfaisant mais pour lequel nous avons perdu des renseignements utiles ailleurs.

      Si nos relations mathématiques peuvent être prises en défaut dans le monde du visible, que penser de celles qui sont utilisées dans le monde de l'invisible!!!
    • koeuf 25/01/2011
      Bon on avance, vous admettez que votre modèle n'explique pas les points que je vous ai soulevé.
      c'est donc qu'il ne fonctionne pas.

      je vous remercie d'avoir accepté cette évidence
    • R_Robert 25/01/2011
      @ koeuf,
      Vous devenez comme Pépéjul, vous n'avez pas beaucoup de passion pour la thématique de l'atome, selon vos dires, et maintenant vous écrivez n'importe quoi !
      Je le répète, il faut comprendre ce qui se passe sous nos pieds pour être convaincu que nos interprétations des observations soient correctes. En comprenant l'atome et le champ de pesanteur, nombreuses sont les interprétations formelles qui trouvent leur limite voire s'avèrent fausses. La lecture des quelques pages de mon livre n'est pas ardue et éclaire d'un œil nouveau notre environnement.
      Faites ce petit effort.
    • koeuf 25/01/2011
      j'écris n'importe quoi ah ?

      - la lecture des page de votre livre n'a AUCUN rapport avec le sujet de l'expansion terrestre. Je les ais parcouru tout de même sans grand interet je l'avoue.

      - Vous refusez de m'expliquer comment les faits que je vous expose s'intègrent dans la théorie de l'expansion, j'avais cru que vous acceptiez de pouvoir le faire. Ben non ...

      - vous qualifiez ces faits de détails de spécialistes. ces faits sont en lien avce toutes les zones de convergences terrestre. Vous me demandez donc d'accepter la théorie de l'expansion terrestre car elle explique les zones de divergence, mais de ne pas tenir compte de celles de convergence. C'est un peu comme si je vous demande de croire que les éléphants n'ont pas de queue, mais de ne surtout pas les regarder autrement que par devant.

      - enfin, vous me qualifiez de spécialiste des Alpes. il est vrai que du point de vue d'un asticot, un rat peut sembler être une bête énorme, mais je me dois de rectifier. je ne suis pas un spécialiste des Alpes, simplement j'ai quelques connaissances à leur sujet. un véritable spécialiste des Alpes vous aurait encore plus inondé que ce que je n'ai fait de détails de plusieurs milliers de tonnes incompatibles avec une expansion
    • Picdelamirandole 25/01/2011
      Ah... ça n'est pas une queue que les éléphants ont devant ?
    • koeuf 25/01/2011
      mince mauvais exemple, désolé cher pic et permettez moi je vous en prie d'en formuler un autre plus adéquat :
      imaginons donc que, après une matinée de réflexion sur mon hamac au mois d'octobre, j'observe les feuilles des arbres. je les vois tourbillonner autour de moi dans leurs belles couleurs automnales. j'en déduis donc une théorie selon laquelle les feuilles des arbres poussent sur les branches déjà jaunes (et oui, en regardant bien, il y en a des toutes petites qui sont jaunes également et cela la théorie des feuilles qui jaunissent ne l'explique pas !). Bien sûr j'admets que les couleurs peuvent varier vers les rouges et les oranges. par contre, des gens me disent qu'au mois d'avril les arbres sont pleins de feuilles d'un vert tendre à manger des pommes. que nenni rétorque-je, entre mars et octobre, je suis en train de faire des patés de sable au yemen, et je ne vois pas d'arbres à feuilles vertes. ce qui signifie donc que ma théorie est exacte tant que je n'observe pas les arbres au printemps et en été.

      j'espère ainsi, cher pic avoir été de la plus limpide clarté dans l'exposé de cet exemple et avoir évité les désagréments d'une ambiguïté fortuite.
    • Picdelamirandole 25/01/2011
      Merci m'sieur koeuf
      Ca n'est pas parce que les cygnes que je vois dans un lac sont tous blancs que tous les cygnes sont blancs.

      Le MAES peut-il expliquer l'apparition de la vie ?
    • koeuf 25/01/2011
      élève pic, on devrait pouvoir faire quelque chose de vous !
    • Picdelamirandole 25/01/2011
      Le MAES peut-il expliquer le fonctionnement féminin ?
    • pepejul 26/01/2011
      oui dans le cas du syndrome pré MAEStruel....
    • R_Robert 26/01/2011
      @ Picdelamirandole,
      Merci de votre soutien !

      @ koeuf,
      Pour un flic. vous n'êtes pas très perspicace.
      Pour un spécialiste des Alpes, où situez-vous le pic de la Mirandole ?
      Ne cherchez pas sur une carte, André Pic de la Mirandole est mort en 1494.

      Vous n'avez pas compris que cette personne fait preuve d'un humour très pointu, autant que le poignard qu'il dresse au-dessus de ma tête pour m'entrainer vers des contradictions. Ne vous chamaillez pas vous êtes du même côté.

      Je vous propose de continuer, une discussion plus intelligente et constructive, et en relation avec le MAES, sur le lien :
      http://www.knowtex.com/posts/le-modele-de-l-atome-a-electrons-statiques-maes_17607/comments/#comm3573
      Nous reviendrons à l'expansion terrestre lorsque le lien entre la compréhension de l'atome et son interaction dans le fonctionnement des astres aura été assimilé.
    • grindaizer 26/01/2011
      "Pour montrer là où notre vision de la science diverge" C'est là où votre vision de la science diverge du reste du monde !

      INCOMPLET "Votre modèle qui permet de prédire les raies spectrales de l'hydrogène est issu des observations et non pas du modèle physique" Encore une fois vous ne comprenez pas comment ça marche. Dans le cas des raies de l'atome, il y a 2 FORMULES, une formule EMPIRIQUE, et une formule THÉORIQUE. Ce sont 2 FORMULES DISTINCTES, qui n'ont à priori à voir l'une avec l'autre. Oui mais voila, il s'avère que CE SONT LES MÊMES. Quel hasard ! C'est comme ça qu'on dit que la mécanique quantique PRÉDIT ET EXPLIQUE les raies de l'atome d'hydrogène, parce qu'elle permet de déduire le bon comportement, ie la bonne formule mathématique à partir de concepts théoriques. Ça veut dire que les principes de la mécanique quantique IMPLIQUENT le comportement expérimental observé.

      La mécanique quantique PRÉDIT et EXPLIQUE non seulement ça, mais également tout ce que j'ai cité avant. Quand à votre modèle, la seule chose que vous avez, c'est votre exemple avec la molécule d'eau, et bien entendu vous n'avez à aucun moment démontré que cette géométrie est naturelle et stable. Naturelle, ça veut dire qu'en partant de n'importe quel arrangement de départ, c'est celui-là qui est privilégié à la fin. Stable, ça veut dire qu'une fois que cette géométrie est adoptée, une petite perturbation ne la déstabilise pas. Or pour faire ce genre de démonstrations, il faut écrire les équations de champs électromagnétiques, les résoudre, les perturber etc.

      Je recompte les points : mécanique quantique : beaucoup / vous : pas beaucoup !!!!



      FAUX "Nous avons privilégié le résultat des formules au détriment des explications qui devaient les accompagner." Nous privilégions et continuerons…
      Afficher la suite "Pour montrer là où notre vision de la science diverge" C'est là où votre vision de la science diverge du reste du monde !

      INCOMPLET "Votre modèle qui permet de prédire les raies spectrales de l'hydrogène est issu des observations et non pas du modèle physique" Encore une fois vous ne comprenez pas comment ça marche. Dans le cas des raies de l'atome, il y a 2 FORMULES, une formule EMPIRIQUE, et une formule THÉORIQUE. Ce sont 2 FORMULES DISTINCTES, qui n'ont à priori à voir l'une avec l'autre. Oui mais voila, il s'avère que CE SONT LES MÊMES. Quel hasard ! C'est comme ça qu'on dit que la mécanique quantique PRÉDIT ET EXPLIQUE les raies de l'atome d'hydrogène, parce qu'elle permet de déduire le bon comportement, ie la bonne formule mathématique à partir de concepts théoriques. Ça veut dire que les principes de la mécanique quantique IMPLIQUENT le comportement expérimental observé.

      La mécanique quantique PRÉDIT et EXPLIQUE non seulement ça, mais également tout ce que j'ai cité avant. Quand à votre modèle, la seule chose que vous avez, c'est votre exemple avec la molécule d'eau, et bien entendu vous n'avez à aucun moment démontré que cette géométrie est naturelle et stable. Naturelle, ça veut dire qu'en partant de n'importe quel arrangement de départ, c'est celui-là qui est privilégié à la fin. Stable, ça veut dire qu'une fois que cette géométrie est adoptée, une petite perturbation ne la déstabilise pas. Or pour faire ce genre de démonstrations, il faut écrire les équations de champs électromagnétiques, les résoudre, les perturber etc.

      Je recompte les points : mécanique quantique : beaucoup / vous : pas beaucoup !!!!



      FAUX "Nous avons privilégié le résultat des formules au détriment des explications qui devaient les accompagner." Nous privilégions et continuerons TOUJOURS de privilégier le monde RÉEL, et ce monde réel on y accède à travers des expériences qui donnent des CHIFFRES. Une théorie qui ne donne pas de chiffres n'intéresse personne.

      FAUX "Et c'est là la force du MAES qui explique, avec les mains si vous voulez, une multitude de phénomènes et entre autres la géométries des molécules." C'est là la faiblesse du MAES qui n'explique qu'avec les mains, et par conséquent ne montre à aucun moment que ces explications sont vraies.
    • pepejul 26/01/2011
      Difficile
      Echec
      Loufoque
      Incohérent
      RogerRobert
      Energumène
    • R_Robert 26/01/2011
      @ grindaizer,
      C'est sûr que ma vision diverge de celle du monde, car vous nous imposez VOTRE VISION et vous retranchez derrière votre PHYSIQUE QUANTIQUE pour nous dire que nous ne sommes pas assez intelligent pour comprendre la finesse de ces mathématiques.

      Sur la base de quel modèle physique avez-vous établi votre formule théorique ?
      Cette magnifique formule est-elle applicable à tous les atomes ou uniquement à celui de l'hydrogène ?

      L'étude de la molécule d'eau se réfère à des aspects mécaniques simples et compréhensibles. L'atome doit être vu de cette manière et non de la vôtre, vous qui dématérialisez tout et vous vous réfugiez dans les mathématiques pour prouver vos dires. Toutes vos études s'éloignent de la réalité, du monde réel dans lequel nous vivons.

      Comme l'a dit Pépéjul, vous êtes un charlatan. En effet, en voulant, comme d'habitude, m'envoyer ces compliments au sujet de mon œuvre, il m'a traité de charlatan en joignant le lien suivant : http://www.charlatans.info/theorie_charlatanesque.shtml
      Ce n'est pas moi qui ai écrit cet article, mais son auteur arrive à démasquer les charlatans car ils se réfugient derrière la QUANTIQUE. Voici ce qu'il en dit :
      "Le quantique : à moins que l'auteur ne se réfère à la physique ou à la chimie, le recours à des termes ou expressions telles que quantique, principe d'incertitude, entropie, etc. est un signe annonciateur de charlatanisme. "

      Répondez à mes deux questions et profitez de l'occasion de m'expliquer comment fonctionne la régulation des centrales nucléaires car tous vos liens envoient vers des pages vides, comme si aucun physicien n'avait encore réussi à comprendre cela.
    • koeuf 26/01/2011
      vos commentaires sur ce que vous pensez que j'ai cru en lisant ce qu'a écrit pic (ouf !) m'auront au moins bien fait rigoler !

      ensuite, je vais vous faire plaisir, partons du principe que votre théorie du MAES est bonne, comment explique-telle les faits que je vous ai exposé. Nous resterons ainsi dans de l'intelligent et du constructif
    • grindaizer 26/01/2011
      FAUX "C'est sûr que ma vision diverge de celle du monde, car vous nous imposez VOTRE VISION " Ce que j'impose, c'est d'être en accord avec le monde RÉEL. Vous vivez dans un monde d'idées, et ne cherchez à aucun moment à les confrontez à la réalité. Tout le contraire de la science.

      FAUX "Toutes vos études s'éloignent de la réalité, du monde réel dans lequel nous vivons." Vous êtes dans le monde des IDÉES, l'expérience EST le monde réel ! C'est l'expérience SEULE qui décide à la fin. Ni vous, ni moi !

      "Sur la base de quel modèle physique avez-vous établi votre formule théorique ?" L'équation de Schrödinger de la mécanique quantique. En résolvant pour le potentiel de l'atome d'hydrogène qui admet une solution analytique simple.

      "Cette magnifique formule est-elle applicable à tous les atomes ou uniquement à celui de l'hydrogène ?" Applicables à tous, même si il n'y a pas toujours de solution analytique, les résolutions numériques fonctionnent !

      CECI N'EST PAS UNE PREUVE "L'atome doit être vu de cette manière et non de la vôtre, vous qui dématérialisez tout et vous vous réfugiez dans les mathématiques pour prouver vos dires" Seul compte le monde réel. Si vous faites de la science dans une autre optique qu'expliquer (au sens prédictif du terme) le monde, alors vous n'intéressez personne, et ce que vous faites n'est pas de la science.

      "centrale nucléaire" http://fr.wikipedia.org/wiki/Barre_de_contr%C3%B4le_%28nucl%C3%A9aire%29 le problème venait du . en fin de ligne, qui était pris en compte dans l'adresse.

      De plus je ne vous ai pas traité de charlatan, je vous demande simplement d'aller au bout de votre modèle. Vous restez dans les idées, avec les mains, je vous demande des preuves tangibles, qui me prouvent que ça vaut la peine de lire et apprendre une nouvelle…
      Afficher la suite FAUX "C'est sûr que ma vision diverge de celle du monde, car vous nous imposez VOTRE VISION " Ce que j'impose, c'est d'être en accord avec le monde RÉEL. Vous vivez dans un monde d'idées, et ne cherchez à aucun moment à les confrontez à la réalité. Tout le contraire de la science.

      FAUX "Toutes vos études s'éloignent de la réalité, du monde réel dans lequel nous vivons." Vous êtes dans le monde des IDÉES, l'expérience EST le monde réel ! C'est l'expérience SEULE qui décide à la fin. Ni vous, ni moi !

      "Sur la base de quel modèle physique avez-vous établi votre formule théorique ?" L'équation de Schrödinger de la mécanique quantique. En résolvant pour le potentiel de l'atome d'hydrogène qui admet une solution analytique simple.

      "Cette magnifique formule est-elle applicable à tous les atomes ou uniquement à celui de l'hydrogène ?" Applicables à tous, même si il n'y a pas toujours de solution analytique, les résolutions numériques fonctionnent !

      CECI N'EST PAS UNE PREUVE "L'atome doit être vu de cette manière et non de la vôtre, vous qui dématérialisez tout et vous vous réfugiez dans les mathématiques pour prouver vos dires" Seul compte le monde réel. Si vous faites de la science dans une autre optique qu'expliquer (au sens prédictif du terme) le monde, alors vous n'intéressez personne, et ce que vous faites n'est pas de la science.

      "centrale nucléaire" http://fr.wikipedia.org/wiki/Barre_de_contr%C3%B4le_%28nucl%C3%A9aire%29 le problème venait du . en fin de ligne, qui était pris en compte dans l'adresse.

      De plus je ne vous ai pas traité de charlatan, je vous demande simplement d'aller au bout de votre modèle. Vous restez dans les idées, avec les mains, je vous demande des preuves tangibles, qui me prouvent que ça vaut la peine de lire et apprendre une nouvelle théorie. Si votre théorie n'apporte rien de plus, ne prédit aucune nouvelle expérience par rapport aux théories déjà existantes, et ne dispose d'aucun pouvoir prédictif, ça ne m'intéresse pas de lire un pdf de plusieurs pages... C'est à vous de montrer que votre théorie est intéressante, pas à moins de chercher où est l'intérêt !

      "nous ne sommes pas assez intelligent pour comprendre la finesse de ces mathématiques." Vous n'êtes pas assez intelligent pour comprendre mes propos, puisque je n'ai jamais dit ça. Ce que j'ai dit ; "faire des études de physique vous permettra d'acquérir les outils nécessaires pour quantifier votre modèle, alors si vous tenez vraiment à savoir si votre modèle est bon ou non, prenez 3 ans et faites une licence de physique" ! Comme vous pouvez le noter, je n'ai nul part parler d'intelligence... Simplement d'apprentissage.
    • R_Robert 26/01/2011
      @ grindaizer,
      Votre monde RÉEL n'est pas le mien ni celui de quiconque vivant sur Terre. Nous vivons dans un monde en 3 dimensions avec le temps qui marque la quatrième et non dans vos systèmes avec 10 et bientôt 26 dimensions.
      Preuve en est, vous n'avez pas de modèle physique de l'atome mais les équations de Schrödinger pour valider vos résultats chiffrés.

      Vous devez encore trouver le bozon de Higgs pour attester de l'existence de la masse, alors que si vous aviez lu mon développement de l'atome et le reste, vous auriez découvert que la MASSE est une grosse erreur.
      C'est une erreur car nous avons attribué une unité de grandeur à une "quantité de matière", or cette quantité de matière est un nombre de particules, en l'occurrence un nombre d'électrons, et qu'un nombre ne peut avoir d'unité. La méprise de tous entre la masse et le poids en est la conséquence.
      Ce n'est pas un modèle mathématique qui peut en arriver à une telle constatation, car vos formules ne permettent aucune interprétation en relation avec notre monde réel. Vous ne pouvez pas mettre en doute la force d'attraction gravitationnelle car pour vos modèles cette force est là.

      Excusez-moi d'avoir pris la même attitude que pratiquement tous les autres intervenants en vous qualifiant de charlatan. Je reconnais que nos points de vue divergent, mais que vos propos restent dignes et assez pompeux comme le sont ceux des physiciens qui, du haut de leur connaissance, aiment rabaisser ceux qui ne les comprennent.
    • Zelle 26/01/2011
      Bonjour, je suis l’élève d’Actarus, cette fois en live. On en était où ? Ah oui :

      @R_Robert : Brillante idée celle de s’inscrire (une première !), bon maintenant, je suis là.

      Pour bien commencer et juste pour le plaisir, une petite citation :
      « Ceci me permettant de comprendre le langage de la finance sans pour autant comprendre les actes liés à cette “science” »

      Cependant, je ne ferais aucun commentaire, il paraît que c’est contre-productif…

      Ensuite :

      « Soleil n’est pas une grosse boule de plasma qui rayonne par fusion thermonucléaire, mais un corps céleste qui, de temps à autres, expulse de grandes quantités de matière pour former des planètes »

      Absurde. Juste par curiosité, comment expliquez vous le fait que le Terre soit plus proche du Soleil que Jupiter par exemple ? Notre étoile a « expulsé » plus fort ?

      Ce que je remarque c’est qu’une fois de plus que ne vous répondez pas vraiment aux questions posées, voir pas du tout :

      Fossé Rhénan => pas de réponse
      Prévision de l’accroissement maximal de la Terre => pas de réponse
      Moteur de cet accroissement => pas de réponse

      En fait, vous tirez encore une fois votre MAES de votre manche sans tenir réellement compte des arguments que l’on vous oppose.

      Par contre pour l’apparition de l’eau sur Terre, je vous félicite votre réponse est originale.

      @Grindaizer, @Koeuf, @Pepejul, @Picdelamirandole, @Actarus :

      Depuis le début de la conversation on observe une nette dégradation et celle-ci tire désormais plus vers le règlement de compte qu’autre chose…

      Messieurs, je pense pour ma part que c’est peine perdue, les génies incompris le resteront…

      Mais j'avoue que j’aurais appris au moins une chose une chose ici et je vous en remercie :

      On ne raisonne pas l’irraisonnable…

      Comme l’on…
      Afficher la suite Bonjour, je suis l’élève d’Actarus, cette fois en live. On en était où ? Ah oui :

      @R_Robert : Brillante idée celle de s’inscrire (une première !), bon maintenant, je suis là.

      Pour bien commencer et juste pour le plaisir, une petite citation :
      « Ceci me permettant de comprendre le langage de la finance sans pour autant comprendre les actes liés à cette “science” »

      Cependant, je ne ferais aucun commentaire, il paraît que c’est contre-productif…

      Ensuite :

      « Soleil n’est pas une grosse boule de plasma qui rayonne par fusion thermonucléaire, mais un corps céleste qui, de temps à autres, expulse de grandes quantités de matière pour former des planètes »

      Absurde. Juste par curiosité, comment expliquez vous le fait que le Terre soit plus proche du Soleil que Jupiter par exemple ? Notre étoile a « expulsé » plus fort ?

      Ce que je remarque c’est qu’une fois de plus que ne vous répondez pas vraiment aux questions posées, voir pas du tout :

      Fossé Rhénan => pas de réponse
      Prévision de l’accroissement maximal de la Terre => pas de réponse
      Moteur de cet accroissement => pas de réponse

      En fait, vous tirez encore une fois votre MAES de votre manche sans tenir réellement compte des arguments que l’on vous oppose.

      Par contre pour l’apparition de l’eau sur Terre, je vous félicite votre réponse est originale.

      @Grindaizer, @Koeuf, @Pepejul, @Picdelamirandole, @Actarus :

      Depuis le début de la conversation on observe une nette dégradation et celle-ci tire désormais plus vers le règlement de compte qu’autre chose…

      Messieurs, je pense pour ma part que c’est peine perdue, les génies incompris le resteront…

      Mais j'avoue que j’aurais appris au moins une chose une chose ici et je vous en remercie :

      On ne raisonne pas l’irraisonnable…

      Comme l’on dit certains : c’est un peu comme se battre contre des moulins…
    • alice 26/01/2011
      Oui, je suis d'accord avec Zelle....
      Cette discussion est stérile car il est très facile d'être de mauvaise foi...
      la seule chose regrettable et vraiment inacceptable c'est de faire perdre de l'argent au gens en leur vendant n'importe quoi!
    • actarus 26/01/2011
      Hélas Zelle, je crains que tu aies raison sur bien des points ... mais permets moi de te faire remarquer que jusqu'au bout je suis resté courtois (relis rapidement mes réponses).

      En espérant que tu trouveras des articles qui t'intéresseront ou te dirvertiront sur Knowtex.
    • koeuf 26/01/2011
      J'ai essayé également de rester centré sur le sujet du débat, et si on y revient d'ailleurs, je note, comme zelle, que les réponses à mes questions manquent toujours.
    • pepejul 26/01/2011
      Moi j'en ai marre d'être courtois et poli.... j'en ai marre que des gens se croient sortis de la cuisse de Jupiter et assènent au Monde leur nouvelle vérité en exigeant qu'on y croie...

      On a déjà les religions qui nous bassinent depuis 2.000 ans c'est pas pour y rajouter les neuneus illuminés du quartier...

      Ce n'est pas rendre service à un malade (au sens "souffrant d'une pathologie") que de le conforter dans sa psychose...

      Maintenant ce n'est pas notre rôle (ni de notre pouvoir) de convaincre M.Robert qu'il n'est qu'un gentil farfelu mégalo, par contre, en écrivant nos doutes et nos questions précises nous devons faire en sorte que ses écrits ne nuisent pas à l'intelligence et à l'esprit critique des éventuels lecteurs...

      D'où la nécessité de spammer la discussion avec des arguments solides et vérifiables par tous...

      Roger, "il est plus grand l'Homme qui reconnait ses erreurs que celui qui n'en commet jamais" Lao Tseu...
    • R_Robert 27/01/2011
      @ koeuf,
      J’avais commencé cette réponse et une intervention de grindaizer l’a interrompue. Je la présente maintenant après les commentaires d’autres intervenants.

      Voilà une attitude constructive.
      Vous partez de l'idée que le MAES est valide, ce qui vous permet d'admettre que l'éther existe et de ce fait, que le principe de la pesanteur explique le poids des choses et non plus la gravitation. De plus, vous admettez, selon ce modèle, que le noyau astral d'une planète génère, par sa désagrégation, de la matière qui la fait grossir.
      Sur ces bases, tous les gros fragments de la coquille initiale qui forment nos continents flottent à la surface du manteau. Le manteau terrestre est formé de matière malléable à une température élevée.
      Ce qui vous gène dans l'expansion terrestre, c'est que si le rayon augmente, nous devrions observer uniquement une divergence des continents. Or cette convergence est possible, malgré cette expansion.
      Je m'explique de façon imagée comme suit :
      Sur un arc de cercle nous représentons la coquille d’une épaisseur constante. Aux deux extrémités nous considérons la présence d’océans car nous regardons une période où l’expansion s’est déjà manifestée.
      Nous divisons cette surface en deux grandes parties et au milieu, représentons des fragments de coquille. L’expansion est induite par une production de matière, donc le manteau malléable exerce une pression sur toutes les surfaces solides. Selon le principe de Pascal, les fragments de coquille s’élèvent plus que les 2 autres surfaces. Le manteau est plus déformé dans cette zone et le refroidissement est plus intense car les fentes entre les fragments le permettent. Le manteau se rétracte davantage et comprime les fragments entre eux et les grandes plaques se rapprochent.
      Dans les profondeurs du…
      Afficher la suite @ koeuf,
      J’avais commencé cette réponse et une intervention de grindaizer l’a interrompue. Je la présente maintenant après les commentaires d’autres intervenants.

      Voilà une attitude constructive.
      Vous partez de l'idée que le MAES est valide, ce qui vous permet d'admettre que l'éther existe et de ce fait, que le principe de la pesanteur explique le poids des choses et non plus la gravitation. De plus, vous admettez, selon ce modèle, que le noyau astral d'une planète génère, par sa désagrégation, de la matière qui la fait grossir.
      Sur ces bases, tous les gros fragments de la coquille initiale qui forment nos continents flottent à la surface du manteau. Le manteau terrestre est formé de matière malléable à une température élevée.
      Ce qui vous gène dans l'expansion terrestre, c'est que si le rayon augmente, nous devrions observer uniquement une divergence des continents. Or cette convergence est possible, malgré cette expansion.
      Je m'explique de façon imagée comme suit :
      Sur un arc de cercle nous représentons la coquille d’une épaisseur constante. Aux deux extrémités nous considérons la présence d’océans car nous regardons une période où l’expansion s’est déjà manifestée.
      Nous divisons cette surface en deux grandes parties et au milieu, représentons des fragments de coquille. L’expansion est induite par une production de matière, donc le manteau malléable exerce une pression sur toutes les surfaces solides. Selon le principe de Pascal, les fragments de coquille s’élèvent plus que les 2 autres surfaces. Le manteau est plus déformé dans cette zone et le refroidissement est plus intense car les fentes entre les fragments le permettent. Le manteau se rétracte davantage et comprime les fragments entre eux et les grandes plaques se rapprochent.
      Dans les profondeurs du manteau en direction du noyau, les électrons sont de plus en plus gorgés d’énergie thermique. Ceci est la conséquence des explications formulées pour comprendre le champ de pesanteur induit par l’éther.
      Les scientifiques ont constaté une séparation entre le manteau et ce qui est nommé le noyau externe. Cette séparation montre la zone d’interface d’où partent des bulbes de matière surchauffée par convection naturelle. Au-dessus de ces bulbes se forment généralement des volcans. La matière qui monte doit être, en partie, remplacée et engendre des flux dans le manteau. Ces flux peuvent participer, dans une certaine mesure, aux déplacements des continents et donc une dérive, mais elle n’arrive pas à la conclusion de Wegener d’une dérive sur un globe invariable en dimension.

      La zone des fragments de coquille pouvait être un lieu où, initialement, une certaine étendue d’eau abritait la vie. Ces zones qui représentaient des fonds marins sont dorénavant au sommet de montagnes.

      Un second point qui vous chagrine est en relation avec l’érosion due à l’eau. Ce point n’est pas contesté par l’expansion terrestre et les zones de sédiments conservent les explications actuelles. Y compris la formation par érosion de certains galets, mais pas tous.

      J’espère que ces arguments, qui demandent une acceptation de tous les points de départ, répondent à votre attente et je veux bien les compléter si nécessaire.
      Pour les points de départ, il est sûr qu’il faut entreprendre la démarche constructive de tenter de les comprendre en confrontant mon modèle de l’atome avec celui qui est à la base de nos raisonnements.
    • R_Robert 27/01/2011
      @ Zelle,
      Bienvenue sur Knowtex.
      Concernant vos questions restées sans réponse:
      Fossé Rhénan : Je ne désire pas entrer dans des détails particuliers sinon je vais subir la même conversation qu'avec Pépéjul, qui énumérait la liste complète des dinosaures. J'essaie de faire comprendre que lors du processus d'expansion terrestre des mouvements de compression avec soulèvement de terrain et des mouvements d'extension avec affaissement sont possibles.
      Pour donner des explications à un phénomène ou l'autre, il faut savoir que la coquille initiale possédait un rayon constant du fait de sa rigidité et plus faible que le nouveau rayon après chaque phase d'expansion. Un gros morceau de coquille se voit soumis à des contraintes car la partie médiane est plus élevée que ses extrémités. Elle se brise et tous les cas de figure peuvent se présenter. Il faut donc analyser chaque lieu en fonction des alentours pour formuler les explications les plus probables.

      Prévision de l’accroissement maximal de la Terre : Je ne suis pas devin, l'expansion est moins intense que par le passé. L'expansion s'arrêtera lorsque le noyau se sera entièrement désagrégé. Cela signifie également que le champ de pesanteur terrestre aura disparu et l'orbite terrestre deviendra une ceinture d'astéroïdes.

      Moteur de cet accroissement : Vous aviez la réponse, c'est le noyau astral (similaire à un énorme noyau atomique) qui en se désagrégeant produit de la matière.

      @ Tous,
      Vous dites que je suis de mauvaise foi, que je ne veux pas voir dans vos réponses les preuves de mes erreurs. Mais toutes vos réponses sont basées sur des interprétations de notre connaissance qui, pour toutes, intègrent de façon plus ou moins directe le modèle de l'atome actuel et la gravitation de Newton.
      Par exemple, imaginer un noyau…
      Afficher la suite @ Zelle,
      Bienvenue sur Knowtex.
      Concernant vos questions restées sans réponse:
      Fossé Rhénan : Je ne désire pas entrer dans des détails particuliers sinon je vais subir la même conversation qu'avec Pépéjul, qui énumérait la liste complète des dinosaures. J'essaie de faire comprendre que lors du processus d'expansion terrestre des mouvements de compression avec soulèvement de terrain et des mouvements d'extension avec affaissement sont possibles.
      Pour donner des explications à un phénomène ou l'autre, il faut savoir que la coquille initiale possédait un rayon constant du fait de sa rigidité et plus faible que le nouveau rayon après chaque phase d'expansion. Un gros morceau de coquille se voit soumis à des contraintes car la partie médiane est plus élevée que ses extrémités. Elle se brise et tous les cas de figure peuvent se présenter. Il faut donc analyser chaque lieu en fonction des alentours pour formuler les explications les plus probables.

      Prévision de l’accroissement maximal de la Terre : Je ne suis pas devin, l'expansion est moins intense que par le passé. L'expansion s'arrêtera lorsque le noyau se sera entièrement désagrégé. Cela signifie également que le champ de pesanteur terrestre aura disparu et l'orbite terrestre deviendra une ceinture d'astéroïdes.

      Moteur de cet accroissement : Vous aviez la réponse, c'est le noyau astral (similaire à un énorme noyau atomique) qui en se désagrégeant produit de la matière.

      @ Tous,
      Vous dites que je suis de mauvaise foi, que je ne veux pas voir dans vos réponses les preuves de mes erreurs. Mais toutes vos réponses sont basées sur des interprétations de notre connaissance qui, pour toutes, intègrent de façon plus ou moins directe le modèle de l'atome actuel et la gravitation de Newton.
      Par exemple, imaginer un noyau astral constitué exclusivement des particules présentes dans un noyau atomique vous est impossible car, dans votre inconscient, il serait source d'une gravitation gigantesque.
      Voilà pourquoi j'insiste sur le MAES qui change la façon d'appréhender notre environnement y compris au niveau de la pesanteur.

      La discussion avec le physicien grindaizer montre qu'il regarde l'atome via ces modèles mathématiques et non plus via un seul et unique modèle physique. Il n'a cure d'un modèle qui permet d'expliquer les géométries des molécules, ou la constitution de l'éther seules les formules chiffrées font foi.
      Vous qui aimez comprendre les choses de façon visuelle, le MAES est là et les pages de mon livre prouvent qu'il permet d'expliquer énormément de phénomènes jusqu'à présent pas très clairs. Encore faut-il les lire avec l'intention de découvrir quelque chose et non pas avec des préjugés qui masquent une lecture objective.

      J'aimerais que cette conversation autour du MAES soit orientées en fonction des pages annexées et que les critiques servent à faire évoluer les impressions et convictions de chacun. Et si je dois admettre mes erreurs, je veux que ce soit sur des arguments qui les démontrent.
    • koeuf 27/01/2011
      reprenons mes arguments :
      - les ophioloites ne sont pas seulement des sédiments marins, mais également une structure de croute particulière avec des roches biens spécifiques. Vous n'expliquez pas comment elles peuvent se retrouver au sommet de montagnes, en plein milieu de continents.

      - érosion : expliquez-moi comment il peut y avoir une collision entretenue générant des millions de sédiments sur des périodes continues de plusieurs dizaines de millions d'années

      - nappes de charriage : rien n'est dit là dessus

      - flux géothermiques : rine non plus

      j'aurais aimé plus de détails sur les points demandés, et moins sur le lien entre MAES et expansion terrestre
    • R_Robert 27/01/2011
      @ koeuf,
      Vous souhaitez m'entrainer dans un débat de spécialistes que je ne suis pas. Ce débat doit resté entre géologues qui maitrisent le langage spécifique avec des désignations particulières pour chaque type de roche. Ils doivent cependant prendre en considération une hypothèse supplémentaire qu'est l'expansion terrestre en opposition à la tectonique.
      Par exemple, les ophiolites se forment, actuellement, au fond des océans car elles requièrent une certaine pression, condition qui régnait au niveau du sol dans l'atmosphère supercritique. Avec une telle vision, il semble évident que les géologues doivent prendre en considération toutes ces nouveautés. De plus, avec le MAES (désolé) une liaison par mise en commun d'un ou plusieurs électrons peut modifier les interprétations actuelles sur la formation de certains minéraux (voir la fossilisation).
      Vous comprenez que ce débat ne peut être qu'entre géologues.

      - Collision entretenue. Je l'ai dit, l'expansion n'est pas exclusivement le signe de divergence, mais les convergences sont explicables comme je l'ai fait. De plus, des morceaux de coquille possédaient au départ un certain rayon de courbure et se retrouvent sur un rayon plus grand. Ils se déforment et si deux sont jointifs, ils compriment la zone limitrophe.

      - nappes de charriage. La réponse peut inclure la première remarque.

      - les flux géothermiques montrant des anomalies froides à proximité des zones de subduction. Je ne connais pas ces anomalies, mais elles signifieraient que la subduction ne produit pas l'énergie thermique attendue et suggèreraient que la subduction n'est peut-être pas le phénomène qui explique la présence de volcan. A débattre entre géologues !
    • koeuf 27/01/2011
      Si je comprends bien pour les ophiolites, vous indiquez que les conditions de pression atmosphérique plus fortes dans le passé ont permis la formation de croute océanique au niveau du sol, du fait de l'atmosphère supercritique.
    • R_Robert 27/01/2011
      @ koeuf,
      Je dis que c'est une voie à explorer en relation avec les conditions présentes à l'époque. Conditions qui ne sont plus effectives de nos jours et autour desquelles nous établissons les théories des transformations des roches et autres minéraux.
      Si les ophiolites se développent impérativement sous l'eau, il n'était pas nécessaire d'avoir de très grandes profondeurs.
    • koeuf 27/01/2011
      donc résumons,

      - "la formation des ophiolites peut s'expliquer par des pressions plus élevées existant il y a longtemps" rappelons que la croute océanique se forme par une fusion partielle découlant d'une baisse de pression

      - vos explications de bouts de coquille qui appuient l'un contre l'autre pendant des dizaines de millions d'année dans un monde en expansion ne sont pas convaincantes

      - nappes de charriage : aucune réponse

      - flux géothermiques : la zone de subduction n'est pas censée générer un flux thermique, au contraire, la plaque plongeante est froide.

      donc toujours pas d'explications
    • grindaizer 27/01/2011
      "Votre monde RÉEL n'est pas le mien ni celui de quiconque vivant sur Terre. Nous vivons dans un monde en 3 dimensions avec le temps qui marque la quatrième et non dans vos systèmes avec 10 et bientôt 26 dimensions.
      Preuve en est, vous n'avez pas de modèle physique de l'atome mais les équations de Schrödinger pour valider vos résultats chiffrés."

      Comme je l'ai dit, vous n'avez pas suivi de formation en physique, et donc vous n'avez pas acquis les outils nécessaires pour manipuler les différents concepts. Je vais essayer de faire un peu le ménage là-dedans, parce que vous mélanger beaucoup de choses !


      POINT 1 : Différence entre théorie et expérience :

      Avant toute chose, ce que vous appelez le monde réel semble être la représentation mentale des objets physiques. Ce que les physiciens appellent le monde réel est le monde de l'expérience. C'est lui le maître, c'est lui qui décide, nous ne sommes que ces esclaves. Oui nous on sait être humble. Je le réecris en grand pour être sûr que vou sme compreniez : MONDE RÉEL = MONDE DES PHÉNOMÈNES EXPÉRIMENTAUX.

      Ensuite, j'ai bien dit qu'il y avait 2 MONDES. Le monde expérimental et le monde théorique. Ce sont 2 mondes DISTINCTS, qui n'ont aucun raison d'être en accord.

      Pour qu'un modèle soit validé, il doit décrire de façon QUANTITATIVE le monde réel. C'EST LA SEULE FAÇON DE VÉRIFIER SA VALIDITÉ. C'est tout ce dont on dispose, des mesures et des chiffres. Ce que vous ne comprenez pas c'est que ces chiffres sont LA SEULE ET UNIQUE INTERFACE entre ses 2 mondes. Il n'y a aucune autre méthode de comparaison. Vous mêmes l'admettez à demi-mots quand vous parlez de votre molécule d'eau qui fait un angle de tant. Vous êtes donc conscient quelque part qu'il faut un élément de comparaison. Et cet élément ce sont les prédictions…
      Afficher la suite "Votre monde RÉEL n'est pas le mien ni celui de quiconque vivant sur Terre. Nous vivons dans un monde en 3 dimensions avec le temps qui marque la quatrième et non dans vos systèmes avec 10 et bientôt 26 dimensions.
      Preuve en est, vous n'avez pas de modèle physique de l'atome mais les équations de Schrödinger pour valider vos résultats chiffrés."

      Comme je l'ai dit, vous n'avez pas suivi de formation en physique, et donc vous n'avez pas acquis les outils nécessaires pour manipuler les différents concepts. Je vais essayer de faire un peu le ménage là-dedans, parce que vous mélanger beaucoup de choses !


      POINT 1 : Différence entre théorie et expérience :

      Avant toute chose, ce que vous appelez le monde réel semble être la représentation mentale des objets physiques. Ce que les physiciens appellent le monde réel est le monde de l'expérience. C'est lui le maître, c'est lui qui décide, nous ne sommes que ces esclaves. Oui nous on sait être humble. Je le réecris en grand pour être sûr que vou sme compreniez : MONDE RÉEL = MONDE DES PHÉNOMÈNES EXPÉRIMENTAUX.

      Ensuite, j'ai bien dit qu'il y avait 2 MONDES. Le monde expérimental et le monde théorique. Ce sont 2 mondes DISTINCTS, qui n'ont aucun raison d'être en accord.

      Pour qu'un modèle soit validé, il doit décrire de façon QUANTITATIVE le monde réel. C'EST LA SEULE FAÇON DE VÉRIFIER SA VALIDITÉ. C'est tout ce dont on dispose, des mesures et des chiffres. Ce que vous ne comprenez pas c'est que ces chiffres sont LA SEULE ET UNIQUE INTERFACE entre ses 2 mondes. Il n'y a aucune autre méthode de comparaison. Vous mêmes l'admettez à demi-mots quand vous parlez de votre molécule d'eau qui fait un angle de tant. Vous êtes donc conscient quelque part qu'il faut un élément de comparaison. Et cet élément ce sont les prédictions chiffrées que l'on COMPARE. Donc oui VOUS ÊTES DE MAUVAISE FOI, parce que vous ne voulez admettre ce point qui est PRIMORDIAL, alors qu'à côté de ça, vous essayez quand même de l'utiliser pour vous donner un point.


      POINT 2 : Ce qu'on peut et ce qu'on ne peut pas changer en physique !

      Je disais donc, on a 3 choses, 2 mondes et une interface. Le monde réel ne change pas, quelque soit le modèle qu'on essaye de lui coller, les observations expérimentales restent et resteront toujours les mêmes. Le GÉNIE DES ÉXPÉRIMENTATEURS est d'ISOLER et de QUANTIFIER des phénomènes précis. Isoler pour être sûr de ne pas se mélanger les pinceaux en prenant en compte plusieurs choses à la foi, et quantifier pour avoir ces fameux chiffres.

      Puis viennent les THÉORICIENS, qui construisent des théories et en déduisent des chiffres, pour pouvoir aller sonder cette interface. Par exemple quelqu'un développe une théorie, et en fait un modèle 1 qui explique un phénomène 1, si ça marche, alors ce point est acquis. Ensuite on essaie ce modèle sur un phénomène 2, si ça marche, le point est acquis. Puis on arrive on phénomène 6 par exemple, et là ça ne marche plus. Qu'est-ce qu'on fait. On jette tout à la poubelle ? non puisque le modèle marche quand même pour les phénomènes 1,2 ...

      On fait comme les poupées russes. On cherche un autre modèle, le modèle 2, avec des principes plus généraux. Ce modèle DOIT ABSOLUMENT redonner les lois du modèle 1, puisque ces lois sont validées. Ce modèle 2 marchera pour les phénomènes 7...15, puis il marche pas pour 16. Et c'est reparti, il faut un modèle 3 qui englobe le modèle 2 qui englobe le modèle 1.

      Précisons certaines choses avant d'aller plus loin. Il y les CONCEPTS THÉORIQUES, par exemple Newton pensait que les corps étaient attirés les uns envers les autres pour des raisons alchimiques, ensuite il y a l'ÉMANATION MATHÉMATIQUE de ces concepts, c'est ça qu'on appelle un MODÈLE. dans le cas de Newton, c'est le fameux F=ma pour faire court. Ce modèle est l'INTERFACE côté théorie, et est à la limite indépendants des concepts qui l'ont généré. Cette loi est juste, et vérifié pour certaines choses. Mais elle est fausse pour d'autres. Donc Einstein est arrive, il a fait une nouvelle théorie, et a montré que dans certains cas, sa théorie redonne bien la loi de Newton. Donc on a changé de concepts théoriques, mais on a retrouve notre loi dans le cas des phénomènes qu'elle expliquait déjà.

      Faire de la science, c'est pas juste des idées, c'est une démarche. Et cette démarche n'est pas innée, elle s'enseigne, elle s'apprend. Vous ne l'avez pas apprise. Et c'est pour ça que vous resterez toujours incompris. C'est pour ça que vous avez tout faux quand vous parlez de modèle. Vous n'avez aucun modèle pour le moment, vous avez juste des idées. J'insisterai autant que nécessaire là-dessus. Vous n'êtes pas allé au bout de votre idée. Elle n'a aucune valeur scientifique en l'état. Vous devez la quantifier et en faire un modèle prédictif, qui puisse être comparer au monde réel.

      POINT 3: la mécanique quantique

      Maintenant parlons de modèle de l'atome. L'atome de Bohr est un modèle ad-hoc, dont les propriétés explique des choses, mais qui est posé à la main. Les postulats de la mécanique quantique, aussi tordus et bizarre qu'ils soient permettent de DÉDUIRE un modèle de l'atome. C'est pour ça que quand vous dites que tout est interprété en gardant à l'esprit le modèle de l'atome etc, c'est FAUX. Ce modèle n'est pas utilisé pour interpréter, il est une CONSÉQUENCE de la mécanique quantique. Pour expliquer les raies discrètes, on a essayé beaucoup de choses au début du 20 ème siècle, et c'est le modèle de Bohr qui s'avère être la seule solution possible. Donc il fallait construire une théorie qui PRÉDISENT et qui englobe ce modèle. C'est comme ça qu'est né la mécanique quantique.




      Pourquoi vous n'êtes pas prêt de déboulonner la mécanique quantique ? j'ai égrené des numéros de phénomènes en parlant des poupées russes. Je n'ai pas le décompte de toutes les lois, les modèles, les prédictions de la mécanique quantique, mais je peux vous garantir que ça ne se compte pas sur le doigt de la main. Par conséquent toute extension, correction, généralisation de la physique DOIT inclure toutes ces lois et ces modèles que la mécanique quantique contient en elle. VOUS NE POUVEZ PAS FAIRE AUTREMENT. C'est tout là la CONTRAINTE de la recherche. Tout ce qui est dans le monde réel et à l'interface est fixé UNE FOIS POUR TOUTE. Vous pouvez changer tout ce que vous voulez dans le monde théorique, vous êtes tenu de faire coller tout ça avec ce qui a déjà été fixé dans le monde réel et à l'interface.

      POINT 4 : La recherche actuelle en comparaison de votre "recherche" à vous

      Il y a des chercheurs en ce moment qui travaille, donc ça veut dire que les modèles physiques actuels ne sont pas complets. J'insiste aussi là-dessus, entre pas complet et faux, il y a une nuance de taille.

      Vous me parlez de boson de Higgs et de théorie des cordes à 11 dimensions. Ces théories ne sont pas encore validés. Et le jeu est encore ouvert ici. Donc ici, vous avez le droit de venir avec un nouveau modèle. Sachez toutefois que par construction, ces nouvelles théories ont déjà en elle la mécanique quantique et la relativité. Donc ces théories, mêmes si elles ne sont que des théories, EXPLIQUENT déjà tout ce qui est connu. Seulement ce n'est pas SUFFISANT, et ces théories n'ont pas été encore validé pour autant. Expliquer ce qui marche déjà est nécessaire mais non suffisant, ça veut dire que vous devez absolument commencer par respecter cette condition, mais vous devez en plus prouver que vous pouvez allez plus loin. Pourquoi ? parce que des modèles qui expliquent tous la même chose, il y en actuellement beaucoup dans le monde de la recherche. Et là je parle de vrais modèles construits dans les règles de l'art, qui contiennent tous la mécanique quantique, et qui vont beaucoup plus loin. Or il faut pouvoir distinguer entre ces modèles, et donc il faut chercher quelles sont les prédictions qui sont différentes. Si par définition ces modèles redonnent tous ce qui existe déjà, alors ce n'est pas dans ce qui existe qu'on va les différencier. Il FAUT DONC UNE PRÉDICTION QUI N'A ENCORE JAMAIS ÉTÉ FAITE AILLEURS. C'est le deuxième critère qui permet de valider une théorie.

      Le seul problème actuellement, c'est que les modèles théoriques ont atteint une telle précision qu'il faut développer des expériences très pointues pour les différencier. Donc il y a longtemps qu'on ne se retourne plus sur le spectre de l'atome d'hydrogène ! Et pourtant vous vous n'êtes même pas là...

      POINT 5 : mécanique quantique et nouvelles prédictions

      Maintenant que j'ai introduit le point précédent, permettez moi de pointer une énorme erreur de votre argument contre la science actuelle. Vous n'arrêtez pas de réciter comme un mantra le fait que les théories actuelles n'ont aucune valeur, parce que si j'ai bien saisi votre perception des choses, vous pensez que ces théories ne font que conforter des faits expérimentaux. CECI EST FAUX.

      Chaque théorie qui est validée l'est parce qu'elle a fait une ou plusieurs NOUVELLES PRÉDICTIONS qui n'existaient pas et auxquelles on n'aurait pas forcément pensé. Dans le cas de la mécanique quantique, vous pensez qu'on a découvert par hasard le laser ? non c'était une possibilité qui est apparue dans les FORMULES de la mécanique quantique. Encore une fois c'est Einstein qui vu que c'était possible avec les PRINCIPES de la mécanique quantique de faire du pompage optique. Et le premier laser n'a été fabriqué que plusieurs années après la mort de ce grand monsieur. Ceci est l'exemple le plus simple que je puisse sortir, mais des prédictions qui ont été vérifiée par la suite, vous pouvez en trouver des paquets dans des vrais livres de physique, pas dans science et vie et science et avenir !!!! Ces prédictions ont été d'abord faites par la théorie, puis des expérimentateurs se sont décarcassés pour voir comment faire des expériences qui valident ou invalident ces résultats. La mécanique quantique et le modèle atomique qui en découle sont validés et revalidés.

      Oui ce modèle n'est pas complet, mais encore pas complet ne veut pas dire faux !

      Ceci est mon dernier message, parce que je pense avoir exprimé tout ce qui important. J'ai essayé de cerner ou était les trous dans votre raisonnement, et je considère avoir mis tous les éléments importants dans ce message pour pouvoir y répondre. Encore une fois, j'insiste là dessus, il y a une façon de faire de la science, on ne débarque pas les pieds dans le plat en disant que tout ce qui existait avant est faux alors que les résultats expérimentaux disent le contraire. C'est votre parole contre les chiffres du monde réel et de la nature. Un jour vous mourrez, les chiffres eux restent pour toujours. Vous ne pouvez que PLIER face à dame Nature, parce que c'est elle qui décide à la fin, pas vous. Tous les physiciens théoriciens le savent, et tous ceux qui développent des modèles, aussi beaux et aussi élaborés soient-ils ne peuvent rien contre les phénomènes de la nature. C'est en ça que consiste l'humilité du physicien, et ce n'est certainement pas écouter quelqu'un qui vous dit que le modèle de la brique est faux alors que l'immeuble tient très bien debout.
    • R_Robert 28/01/2011
      @ grindaizer,
      Quel cours magistral ! Vous avez certainement impressionné un grand nombre de lecteurs !
      MAIS dès le départ, vous démontrez que les physiciens vivent dans une bulle très éloignée de la réalité. En effet, vous dites :
      "Ce que vous appelez le monde réel semble être la REPRÉSENTATION MENTALE des objets physiques."
      C'est là que réside votre grande erreur, la dérive intellectuelle dans laquelle vous êtes partis. Pour vous une table est un objet immatériel présent uniquement dans l'interprétation que s'en fait l'observateur et étrangement tous les observateurs autour de cette table s’en font la même représentation mentale. Vous avez tout dématérialisé et ne cherchez plus l’utilité d’une représentation en trois dimensions de l’atome car l’expérimentation est votre seule vérité.

      Vos expérimentations au niveau des collisions vous font interpréter les clichés de manière totalement erronée, parce que vous êtes partis sur des présupposés, des hypothèses qui n’étaient plus en relation avec la matière physique, la matière réelle, celle que nous palpons et qui n’est pas une hallucination collective.
      Vos modèles mathématiques permettent de chiffrer et prédire les résultats d’expérimentations similaires, mais les interprétations restent fausses. Vous expliquez les traces observées en utilisant des formules issues de la mécanique et de l’électromagnétisme, or déjà en dynamique, branche de la mécanique, nous avons fait la même erreur de privilégier le résultat à la compréhension des éléments qui entrent dans ces relations. A la lecture de mon livre, vous en auriez la démonstration, si un jour vous osiez confronter votre formation de physicien à la simplicité des explications de notre vie au quotidien.

      Vous dites que je suis de mauvaise foi et vous, de votre côté,…
      Afficher la suite @ grindaizer,
      Quel cours magistral ! Vous avez certainement impressionné un grand nombre de lecteurs !
      MAIS dès le départ, vous démontrez que les physiciens vivent dans une bulle très éloignée de la réalité. En effet, vous dites :
      "Ce que vous appelez le monde réel semble être la REPRÉSENTATION MENTALE des objets physiques."
      C'est là que réside votre grande erreur, la dérive intellectuelle dans laquelle vous êtes partis. Pour vous une table est un objet immatériel présent uniquement dans l'interprétation que s'en fait l'observateur et étrangement tous les observateurs autour de cette table s’en font la même représentation mentale. Vous avez tout dématérialisé et ne cherchez plus l’utilité d’une représentation en trois dimensions de l’atome car l’expérimentation est votre seule vérité.

      Vos expérimentations au niveau des collisions vous font interpréter les clichés de manière totalement erronée, parce que vous êtes partis sur des présupposés, des hypothèses qui n’étaient plus en relation avec la matière physique, la matière réelle, celle que nous palpons et qui n’est pas une hallucination collective.
      Vos modèles mathématiques permettent de chiffrer et prédire les résultats d’expérimentations similaires, mais les interprétations restent fausses. Vous expliquez les traces observées en utilisant des formules issues de la mécanique et de l’électromagnétisme, or déjà en dynamique, branche de la mécanique, nous avons fait la même erreur de privilégier le résultat à la compréhension des éléments qui entrent dans ces relations. A la lecture de mon livre, vous en auriez la démonstration, si un jour vous osiez confronter votre formation de physicien à la simplicité des explications de notre vie au quotidien.

      Vous dites que je suis de mauvaise foi et vous, de votre côté, vous osez critiquer mon modèle atomique sans vouloir regarder tout ce qu’il permet d'expliquer.
      Mon modèle est une représentation physique de l’atome. Il reste un concept qui tente d’expliquer des observations visuelles d’une réalité que tout le monde voit de la même façon. Les 118° de la molécule d’eau caractérisent la valeur géométrique qui colle parfaitement à certains constats.
      Cette représentation se justifie si nous cherchons à comprendre les raisons de cette forme. C’est exactement la démarche que j’ai faite pour trouver les forces qui permettraient d’expliquer cela avec des exemples sortis du monde visible et compréhensible à tous.

      Pour vous l'éther n'existe pas car Einstein l'a dit, et même si par la suite il est revenu sur cette erreur, plus personne n'a voulu l'écouter car entre temps les probabilités s’étaient installées et votre modèle n'en avait plus besoin. De ce fait, toutes vos expériences occultent la présence de ce milieu et les conclusions sont fausses.
      Ayez la démarche scientifique de mettre en opposition les hypothèses actuelles et les miennes en lisant les pages de mon livre qui présente ce MAES et revenez avec des critiques fondées et constructives. Vous arriverez peut-être à démontrer où sont mes erreurs.
    • R_Robert 28/01/2011
      @ koeuf,
      Votre démarche n’est pas très honnête !
      Le sujet est l’expansion terrestre. Je vous ai expliqué que ceci était la suite logique de mes développements du modèle de l’atome à électrons statiques MAES et du phénomène de la pesanteur. Ces développements ne vous intéressent pas car vous pensez que votre discipline ne doit pas interférer avec la physique de l’atome, c’est votre façon de voir.
      J’ai pris le temps d’expliquer comment fonctionne cette expansion et qu’en surface nous pouvons observer des déplacements divergents ou convergents.
      Je vous ai dit que je ne suis pas un spécialiste en géologie et qu’en prenant en considération les conditions qui régnaient lorsque Terre était plus petite, les conclusions que nous formulons aujourd’hui ne sont certainement plus correctes, et que les géologues devraient les intégrer dans leurs réflexions. J’ai évoqué l’électronisation qui sur la base du modèle atomique actuel est impensable, or cette mise en commun d’électrons explique les géométries des solides, particulièrement observables en cristallographie. Ceci a pour conséquence que les théories expliquant les transformations risquent d’être revisitées.

      Je suis entré dans votre jeu avec les ophiolites et vous montrez une mauvaise foi en disant : « Rappelons que la croûte océanique se forme par une fusion partielle découlant d'une baisse de pression. » Que faites-vous de la pression due à la hauteur de la colonne de liquide ?

      Les réponses que vous attendez de ma part seront comparées avec les déductions faites autour de la tectonique. Si mes réponses sont celles que vous souhaitez, vous en conclurez que la tectonique est correcte et que le globe terrestre n’évolue pas, si par contre mes réponses sont en contradiction avec votre savoir, vous en conclurez que mes théories…
      Afficher la suite @ koeuf,
      Votre démarche n’est pas très honnête !
      Le sujet est l’expansion terrestre. Je vous ai expliqué que ceci était la suite logique de mes développements du modèle de l’atome à électrons statiques MAES et du phénomène de la pesanteur. Ces développements ne vous intéressent pas car vous pensez que votre discipline ne doit pas interférer avec la physique de l’atome, c’est votre façon de voir.
      J’ai pris le temps d’expliquer comment fonctionne cette expansion et qu’en surface nous pouvons observer des déplacements divergents ou convergents.
      Je vous ai dit que je ne suis pas un spécialiste en géologie et qu’en prenant en considération les conditions qui régnaient lorsque Terre était plus petite, les conclusions que nous formulons aujourd’hui ne sont certainement plus correctes, et que les géologues devraient les intégrer dans leurs réflexions. J’ai évoqué l’électronisation qui sur la base du modèle atomique actuel est impensable, or cette mise en commun d’électrons explique les géométries des solides, particulièrement observables en cristallographie. Ceci a pour conséquence que les théories expliquant les transformations risquent d’être revisitées.

      Je suis entré dans votre jeu avec les ophiolites et vous montrez une mauvaise foi en disant : « Rappelons que la croûte océanique se forme par une fusion partielle découlant d'une baisse de pression. » Que faites-vous de la pression due à la hauteur de la colonne de liquide ?

      Les réponses que vous attendez de ma part seront comparées avec les déductions faites autour de la tectonique. Si mes réponses sont celles que vous souhaitez, vous en conclurez que la tectonique est correcte et que le globe terrestre n’évolue pas, si par contre mes réponses sont en contradiction avec votre savoir, vous en conclurez que mes théories sont fausses.
      Voilà pourquoi votre démarche n’est pas honnête !
      Il ne faut pas tenter d'entrer dans des détails particuliers, car, suite à tout ce qui est dit plus haut, plus personne n'a de réponse formelle.
    • pepejul 28/01/2011
      Revenons à des choses plus générales, donc. Que feriez-vous si une observation concrète et vérifiable était incompatible avec votre explication ?

      - Prétendriez-vous que votre théorie est fausse et qu'il conviendrait de la changer pour correspondre à l'observation ?

      - Dénonceriez-vous l'observation en affirmant son impossibilité du fait de votre théorie ?

      - Changeriez vous le vocabulaire communément accepté et utilisé afin de faire dire autre chose à l'observation réalisée ?

      Merci de bien vouloir répondre de façon très générale sans rentrer dans les détails du modèle atomique...
    • actarus 28/01/2011
      Koeuf a raison d'insister sur la nécessité de vérifier la véracité des faits de terrain que vous avancez pour conforter votre modèle.

      Ce fil de commentaires fait référence à VOTRE article qui dit que la Terre a doublé de volume depuis environ 180 Ma et que cette expansion explique la complémentarité des lignes cotières.

      Cette affirmation impliquerait entre autres choses (dont la gravité) :

      - que la tectonique est quasiment exclusivement en extension (pas ou peu de convergence des plaques)

      - qu'avant il n'y aurait pas eu d'océans comparables aux actuels, ni de croûtes océaniques (il suffit de voir la vidéo)

      Or :

      - la convergence et la subductions sont confortées par une énorme quantité d'observations, de mesures, de calculs que j'ai exposé plus haut.
      Données GPS (rapprochement des plaques), plan de Bénioff (répartition des foyers sismiques selon un plan incliné passant sous la plaque chevauchante), anomalies du flux géothermiques, tomographie sismique etc ...

      - les ophiolites, qui sont des affleurements qu'on trouve par exemple dans les Alpes, et reproduisant exactement l'organisation de la lithosphère océanique, sont un argument considérable pour l'origine "océanique" du matériel alpin. Sans même parler des basaltes en coussin, des fossiles d'ammonites etc ...
      => un océan existait AVANT l'orogénèse alpine, et D'AUTRES OCEANS EXISTAIENT bien avant (ex : orogénèse Hercynienne)

      - les métagabbros alpins, autrefois appelés schistes bleus, éclogites etc ... contiennent des minéraux (associations glaucophane+grenat par exemple) qui témoignent de conditions de haute pression et basse température identiques à celles de la subduction

      - certains affleurements présentent des blocs basculés avec des strates sédimentaires en éventail et un tas d'autres trucs…
      Afficher la suite Koeuf a raison d'insister sur la nécessité de vérifier la véracité des faits de terrain que vous avancez pour conforter votre modèle.

      Ce fil de commentaires fait référence à VOTRE article qui dit que la Terre a doublé de volume depuis environ 180 Ma et que cette expansion explique la complémentarité des lignes cotières.

      Cette affirmation impliquerait entre autres choses (dont la gravité) :

      - que la tectonique est quasiment exclusivement en extension (pas ou peu de convergence des plaques)

      - qu'avant il n'y aurait pas eu d'océans comparables aux actuels, ni de croûtes océaniques (il suffit de voir la vidéo)

      Or :

      - la convergence et la subductions sont confortées par une énorme quantité d'observations, de mesures, de calculs que j'ai exposé plus haut.
      Données GPS (rapprochement des plaques), plan de Bénioff (répartition des foyers sismiques selon un plan incliné passant sous la plaque chevauchante), anomalies du flux géothermiques, tomographie sismique etc ...

      - les ophiolites, qui sont des affleurements qu'on trouve par exemple dans les Alpes, et reproduisant exactement l'organisation de la lithosphère océanique, sont un argument considérable pour l'origine "océanique" du matériel alpin. Sans même parler des basaltes en coussin, des fossiles d'ammonites etc ...
      => un océan existait AVANT l'orogénèse alpine, et D'AUTRES OCEANS EXISTAIENT bien avant (ex : orogénèse Hercynienne)

      - les métagabbros alpins, autrefois appelés schistes bleus, éclogites etc ... contiennent des minéraux (associations glaucophane+grenat par exemple) qui témoignent de conditions de haute pression et basse température identiques à celles de la subduction

      - certains affleurements présentent des blocs basculés avec des strates sédimentaires en éventail et un tas d'autres trucs qui témoignent d'un épisode de rifting ANTERIEUR à l'océan alpin
      => le continent s'est bien déchiré, une dorsale, un océan se sont bien formés ... pour ensuite se refermer PAR CONVERGENCE et SUBDUCTION

      Des milliers de géologues, de sensibilités différentes, d'opinions différentes, de spécialités différentes, croisent leurs données, les confrontent aux modèles, consacrent LEUR VIE à tel ou tel aspect de la géologie et vous ne les entendez pas.
      Des dizaines de milliers d'enseignants de SVT comme moi passent une bonne partie de leur temps "hors de la classe" à se tenir au courant des dernières avancées dans ces domaines, à approfondir leur maîtrise des documents et des faits, à ajuster voire CORRIGER leur enseignement au gré des découvertes (la science n'est pas un dogme), VONT SUR LE TERRAIN avec des universitaires (stages) ou avec leurs élèves, ou entre eux pour observer DIRECTEMENT la source primaire de toute connaissance : LA REALITE.
      Mais vous, vous balayez tout ça de la main.

      Ma conclusion est sans appel : LA TERRE N'A PAS DOUBLE DE VOLUME EN 300 MA (l'expansion due aux météorites est négligeable) et la structure et la dynamique lithosphériques NE S'EXPLIQUENT PAS PAR L'EXPANSION TERRESTRE.

      Je laisse le soin aux physiciens comme Grindaizer de dire ce qu'ils pensent du MAES.
    • R_Robert 28/01/2011
      @ actarus,
      Vous n'avez pas lu mon précédent commentaire. J'y explique que toutes nos théories actuelles reposent sur des observations qui sont interprétées en fonction des conditions actuelles. Ce ne sont pas ces démonstrations qui peuvent attester ou non de la validité de l'expansion terrestre, mais la compréhension de l'atome.
      Les pages relatives à ma vision de l'atome sont simples à lire. Nombreux sont mes lecteurs, scientifiques ou non, qui ont apprécié ces explications qui leur parlent, comme ils disent.
      Ne reportez pas vos impressions sur celle d'un physicien et faites l'effort de lire ces quelques pages. Éventuellement les pages de 43 à 47 peuvent être occultées.
      Avec cette base, les arguments pour ou contre l'expansion sont discutables.
    • actarus 28/01/2011
      Nous vivons dans la même réalité.

      Reste à savoir qui de nous deux a besoin de lunettes pour voir les faits tels qu'ils sont.

      Et arrêtez de mettre en avant votre théorie de l'atome, elle ne vous dédouane pas d'assumer les conséquences et les incohérences macroscopiques de ce que vous avancez.

      Quant à dire "nombreux sont ... qui ont apprécié ... qui leur parlent", ce n'est pas un argument.

      Une théorie n'est pas validée parce qu'elle plait, ou parce que des millions de lecteurs trouvent qu'elle "leur parle". Vous devriez relire les commentaires forts instructifs de Grindaizer (c'est son métier de participer à la construction de la connaissance scientifique, le mien c'est de la transmettre).
    • R_Robert 28/01/2011
      @ actarus,
      Lisez les pages et nous verrons !
    • actarus 28/01/2011
      Etudiez la géologie et vous verrez.
    • pepejul 28/01/2011
      Revenons à des choses plus générales, donc. Que feriez-vous si une observation concrète et vérifiable était incompatible avec votre explication ?

      - Prétendriez-vous que votre théorie est fausse et qu'il conviendrait de la changer pour correspondre à l'observation ?

      - Dénonceriez-vous l'observation en affirmant son impossibilité du fait de votre théorie ?

      - Changeriez vous le vocabulaire communément accepté et utilisé afin de faire dire autre chose à l'observation réalisée ?

      Merci de bien vouloir répondre de façon très générale sans rentrer dans les détails du modèle atomique...
    • R_Robert 29/01/2011
      @ actarus,
      OK ! Je loue le jeu.
      De mon côté je me replonge dans les livres que j'ai a disposition et particulièrement ma dernière acquisition : "Géologie - Tout-en-un 1er et 2e années BCPST aux éditions Dunod ". De votre côté, vous lisez les quelques pages sur le modèle de l'atome.
    • Zelle 29/01/2011
      @R_Robert,
      Assez purérile comme réaction, bien qu'en y repensant, ça vous fera sans doute le plus grand bien, par contre je suis curieuse de ce que vous avez à répondre à Pepejul, c'est la deuxième fois que sa remarque est ignorée...
    • actarus 29/01/2011
      J'ai lu le pdf dès que vous l'avez mis en ligne. En lisant le début je me suis rendu compte avec soulagement, que je me souvenais encore très bien de ce que j'avais étudié en atomistique, et en chimie, durant mes 3 premières années d'études (avant de changer de voie).

      Je me souviens de ces problèmes d'angles liés aux orbitales, et contrairement à ce que vous semblez penser, mes professeurs de l'époque (fac de Luminy) n'éludaient pas, ni n'esquivaient, ces problèmes et pour autant les expliquaient par d'autres contraintes.

      Je me souviens des problèmes avec le cyclopropane par exemple, et les métaphores ("liaisons bananes") utilisées par mon professeur.

      Ne croyez pas que je néglige la chimie. Beaucoup de mes proches savent qu'à la Fac j'avais toujours sur moi le "Paul Arnaud", livre de chimie, et d'ailleurs certains crétins qui ne comprenaient pas la valeur des études me surnommaient ainsi.

      En lisant la suite, je me dis que vous avez beaucoup d'imagination, parfois de belles infographies, mais je laisse le soin à ceux dont c'est la spécialité (professeurs et chercheurs dans les domaines de la chimie, des sciences physiques) de rentrer dans cette discussion.

      Mais ce n'est PAS le sujet de ce fil de commentaires qui est de savoir si la Terre est en expansion ou pas. Si je me permets de commenter CET article, c'est précisément parce que je suis compétent pour parler de tectonique des plaques.

      Donc : discuter d'expansion terrestre, de tectonique, de faits de terrain, de la disparition des dinosaures : OK. Je suis compétent (mais moins calé qu'un chercheur, je ne prétends pas être autre chose qu'un enseignant à jour dans ses connaissances).

      Discuter de physique quantique ou d'atomistique : non, je ne suis pas compétent (ce qui ne signifie pas que je ne comprends…
      Afficher la suite J'ai lu le pdf dès que vous l'avez mis en ligne. En lisant le début je me suis rendu compte avec soulagement, que je me souvenais encore très bien de ce que j'avais étudié en atomistique, et en chimie, durant mes 3 premières années d'études (avant de changer de voie).

      Je me souviens de ces problèmes d'angles liés aux orbitales, et contrairement à ce que vous semblez penser, mes professeurs de l'époque (fac de Luminy) n'éludaient pas, ni n'esquivaient, ces problèmes et pour autant les expliquaient par d'autres contraintes.

      Je me souviens des problèmes avec le cyclopropane par exemple, et les métaphores ("liaisons bananes") utilisées par mon professeur.

      Ne croyez pas que je néglige la chimie. Beaucoup de mes proches savent qu'à la Fac j'avais toujours sur moi le "Paul Arnaud", livre de chimie, et d'ailleurs certains crétins qui ne comprenaient pas la valeur des études me surnommaient ainsi.

      En lisant la suite, je me dis que vous avez beaucoup d'imagination, parfois de belles infographies, mais je laisse le soin à ceux dont c'est la spécialité (professeurs et chercheurs dans les domaines de la chimie, des sciences physiques) de rentrer dans cette discussion.

      Mais ce n'est PAS le sujet de ce fil de commentaires qui est de savoir si la Terre est en expansion ou pas. Si je me permets de commenter CET article, c'est précisément parce que je suis compétent pour parler de tectonique des plaques.

      Donc : discuter d'expansion terrestre, de tectonique, de faits de terrain, de la disparition des dinosaures : OK. Je suis compétent (mais moins calé qu'un chercheur, je ne prétends pas être autre chose qu'un enseignant à jour dans ses connaissances).

      Discuter de physique quantique ou d'atomistique : non, je ne suis pas compétent (ce qui ne signifie pas que je ne comprends pas ce qu'est l'interaction faible, les orbitales etc ...).
    • koeuf 29/01/2011
      "Je suis entré dans votre jeu avec les ophiolites et vous montrez une mauvaise foi en disant : « Rappelons que la croûte océanique se forme par une fusion partielle découlant d'une baisse de pression. » Que faites-vous de la pression due à la hauteur de la colonne de liquide ? "

      précisez comment cette colonne intervient je vous prie

      ensuite revenons à ce que vous nous demandez. En gros, le monde des géologues doit adopter une théorie qui fonctionne (la tectonique), c'est à dire qui explique de façon cohérente les différents faits constatés par l'expansion terrestre qui n'explique pas certains faits (je vous ai déjà assez souvent indiqué lesquels). Et votre seule réponse est "le MAES doit expliquer tout cela, prenez le temps de le faire entre spécialistes" C'est à vous qu'il incombe de fournir les élèments :
      1- les incohérences de la tectonique des plaques (nous vous avons déjà expliqué comment prendre en compte la plaque Antarctique et les répartitions de faune)
      2- les explications concernant les incohérences de l'expansion terrestre que nous avons soulevés.

      sans cela, la démarche reste dogmatique, je suis désolé de le répéter. pour étéyer cela je vous donne une définition du terme de dogme tirée du "petit robert" , il s'agit d'une opinion émise comme une certitude, une vérité indiscutable les teeme de tolérant, hésitant, sceptique sont indiquer comme contraires
    • pepejul 29/01/2011
      il faudrait la définition du "Petit Roger" maintenant pour être fixés....
    • R_Robert 29/01/2011
      @ actarus,
      Je constate que la lecture de ces quelques pages ont semé un léger doute dans votre esprit.
      Les questions des étudiants que vos professeurs n'arrivaient pas à expliquer vous reviennent en mémoire.
      Si vous avez lu toutes les explications autour des interfaces, vous aurez constaté que le phénomène d'équibullage permet de comprendre certains comportements parfaitement observables et rarement expliqués de manière simple.
      Dans le second volume, viendront des explications autour des phénomènes optiques que l'équibullage permettra d'apporter une vision nouvelle.

      Si ces quelques pages vous ont démontré une nouvelle approche de la chimie ou de la physique nucléaire, je présume que vous êtes assez intelligent pour vous forger votre propre opinion et n'attendez pas que ce soit des spécialistes de ces branches qui vous dises comment vous devez penser.

      L'expansion terrestre ne peut s'expliquer qu'en comprenant l'atome. Il est donc le point de départ de ce fil de commentaires.
      Si, en considérant le modèle atomique à électrons statiques au-delà des domaines précités, vous verrez que toutes les forces passent par les bulles électroniques et qu'en conséquence il n'y a plus de force entre les "masses". La théorie de la gravitation de Newton prend du plomb dans l'aile, car l'état d'équilibre d'un astre passe par ces forces transmises de proche en proche par les électrons libres de l'éther et ceux présents dans toutes la matière.
      Vos observations de terrain permettent d'élaborer des interprétations en fonction de la seule théorie en vigueur, la tectonique. En ayant à disposition une alternative, ces mêmes observations trouvent de nouvelles interprétations. Ceci est, d'une certaine manière, la réponse à la question très tendancieuse de Pépéjul.

      Le MAES est au cœur…
      Afficher la suite @ actarus,
      Je constate que la lecture de ces quelques pages ont semé un léger doute dans votre esprit.
      Les questions des étudiants que vos professeurs n'arrivaient pas à expliquer vous reviennent en mémoire.
      Si vous avez lu toutes les explications autour des interfaces, vous aurez constaté que le phénomène d'équibullage permet de comprendre certains comportements parfaitement observables et rarement expliqués de manière simple.
      Dans le second volume, viendront des explications autour des phénomènes optiques que l'équibullage permettra d'apporter une vision nouvelle.

      Si ces quelques pages vous ont démontré une nouvelle approche de la chimie ou de la physique nucléaire, je présume que vous êtes assez intelligent pour vous forger votre propre opinion et n'attendez pas que ce soit des spécialistes de ces branches qui vous dises comment vous devez penser.

      L'expansion terrestre ne peut s'expliquer qu'en comprenant l'atome. Il est donc le point de départ de ce fil de commentaires.
      Si, en considérant le modèle atomique à électrons statiques au-delà des domaines précités, vous verrez que toutes les forces passent par les bulles électroniques et qu'en conséquence il n'y a plus de force entre les "masses". La théorie de la gravitation de Newton prend du plomb dans l'aile, car l'état d'équilibre d'un astre passe par ces forces transmises de proche en proche par les électrons libres de l'éther et ceux présents dans toutes la matière.
      Vos observations de terrain permettent d'élaborer des interprétations en fonction de la seule théorie en vigueur, la tectonique. En ayant à disposition une alternative, ces mêmes observations trouvent de nouvelles interprétations. Ceci est, d'une certaine manière, la réponse à la question très tendancieuse de Pépéjul.

      Le MAES est au cœur de ce débat. Ce n'est pas un dogme, que seuls, ceux qui n'ont pas lu les pages, peuvent qualifier de la sorte (koeuf). Il est basé sur des démonstrations simples et les exemples en témoignent.

      Afin d'arriver à la conclusion si l'expansion terrestre existe ou non, il serait bon de centrer les réflexions autour de ce qui permettrait ou non ce grossissement, donc autour de l'atome.
    • koeuf 29/01/2011
      vous n'expliquez aucun des faits que je vous avance autrement que par un "Le MAES doit détenir l'explication" donc si, c'est un dogme
    • R_Robert 29/01/2011
      @ koeuf,
      Certaines de vos interrogations apparaissent dans la réponse à actarus.

      Vous êtes vraiment trop spécialisé, ne pas connaître le terme de "colonne de liquide" me désole.
      Rappel : La pression statique est fonction de la densité du fluide et la hauteur jusqu'à sa surface libre, la colonne de liquide.

      Un dogme est fondé sur des idées indémontrables, ce qui n'est pas le cas du MAES, si vous aviez la curiosité de lire les pages de mon livre que vous trouvez sur le billet suivant :http://rogerrobert.unblog.fr/2010/12/11/le-modele-de-latome-a-electrons-statiques-maes-une-evidence/
    • pepejul 29/01/2011
      Vous présentez mes questions comme "tendancieuses" :
      Revenons à des choses plus générales, donc. Que feriez-vous si une observation concrète et vérifiable était incompatible avec votre explication ?

      - Prétendriez-vous que votre théorie est fausse et qu'il conviendrait de la changer pour correspondre à l'observation ?

      - Dénonceriez-vous l'observation en affirmant son impossibilité du fait de votre théorie ?

      - Changeriez vous le vocabulaire communément accepté et utilisé afin de faire dire autre chose à l'observation réalisée ?

      Merci de bien vouloir répondre de façon très générale sans rentrer dans les détails du modèle atomique...

      Je vous signale simplement que c'est ce que vous demandez aux scientifiques... et je fais remarquer que vous n'avez pas répondu (c'est cohérent avec le diagnostic médical de votre pathologie : vous ne parviendrez à guerir que lorsque vous aurez intégré la possibilité d'une faille dans votre raisonnement)
    • actarus 29/01/2011
      "Afin d'arriver à la conclusion si l'expansion terrestre existe ou non, il serait bon de centrer les réflexions autour de ce qui permettrait ou non ce grossissement, donc autour de l'atome. "

      Faux. Est-il nécessaire de repartir du modèle de l'atome pour savoir si les fissures dans mon mur résultent d'un gonflement de ma colline ?

      "Je constate que la lecture de ces quelques pages ont semé un léger doute dans votre esprit. "

      Vous pensez pouvoir lire dans mon cerveau ? Vous vous trompez en tout cas. Lorsque mes professeurs ont mis le doigt sur des situations particulières (je parle du cyclopropane par exemple), ils ont fourni par la suite des explications tout à fait satisfaisantes, en s'appuyant sur l'atomistique classique.
    • koeuf 29/01/2011
      Vos réponses à Actarus ne donnent aucune des explications demandées, je n'ai jamais dit que j'ignorais ce qu'est une colonne de liquide, je vous demandais simplement comment la colonne de liquide intervenait dans le processus de fusion partielle (favorisant ou non)
      précisons également que ce processus se déroule dans les zones de rift et de dorsale avec et sans eau au dessus.
      Vous n'avez pas compris également ce qu'est une démarche dogmatique :
      vous avancez une théorie (expansion terrestre), cette théorie n'explique pas certains faits, vous les expliquez donc avec un "le MAES explique tout" sans plus d'éléments. Vous nous demandez donc de croire sur parole que le MAES peut expliquer les points contradictoires, sans que cette explication ait été faite. Donc cela est bien une démarche dogmatique. remplacez le MAES par raël ou le grand baldu, et vous verrez que le raisonnement reste le même. je précise d'ailleurs que je ne vous accuse nullement de scientologie ou de créationnisme, c'est juste que les méthodes de raisonnement sont les mêmes.
    • koeuf 29/01/2011
      citation de votre ouvrage : "Par contre, au moyen d'appareil approprié, comme par exemple le microscope à balayage, il est toutefois possible d'obtenir une représentation des molécules."

      à revoir, la résolution est nettement insuffisante

      autre citation : "Pour vulgariser un peu ces explications confuses, je prends l'exemple d'une voiture de course qui tourne sur une piste
      circulaire. Cette voiture représente l'électron et tourne immuablement en décrivant ce cercle. Le principe d'incertitude dit qu'il sera fort plus probable, pour le spectateur, de voir la voiture au stand qu'ailleurs sur la piste. Si la chance de la voir au stand est plus grande qu'ailleurs sur la piste, c'est peut-être signe que la voiture est tout simplement arrêtée."

      l'image utilisée pose un problème : si la voiture représente l'électron, que représente l'arrêt au stand ? pour le modèle planétaire, l'électron tourne autour du noyau en permanence.

      pour finir, indiquez moi quelle page de cet ouvrage DEMONTRE la validité du MAES, les pages proposées ne font que DECRIRE la théorie
    • R_Robert 29/01/2011
      @ Pepejul,
      Il faut un exemple concret pour se prononcer.
      Mes théories se sont heurtées à des observations que nous pensions irréfutables. C'est uniquement par une approche pluridisciplinaire qu'il est possible de voir où le bas blesse.

      Il peut arriver qu'il faille changer une désignation. Par exemple, lors de sa chute, une pomme ne subit pas une accélération mais une activation. Ceci n'est pas un changement pour me faire plaisir, mais lorsque nous traçons un graphe sur la hauteur de ce déplacement, la grandeur constante qui agit sur la pomme ne fait pas varier la vitesse mais son "énergie cinétique". Nous sommes incapable de faire l'intégration de l'accélération car cette grandeur agit dans le temps sur la vitesse et l'action est la grandeur qui fait évoluer "l'énergie cinétique" dans l'espace.
    • R_Robert 29/01/2011
      @ actarus,
      Oui, il faut repartir du modèle de l'atome pour comprendre l'expansion.
      Votre exemple de fissures du mur, n'est pas représentatif, car nous regardons le globe terrestre complet et non pas un détail ponctuel.
      L'expansion part du noyau de notre astre et se propage dans toutes les directions.
      Contrairement à tous ceux qui ont tenté de défendre cette théorie, je viens avec des arguments solides qui se basent sur l'atome. Je ne fais pas intervenir cet hypothétique et improbable neutrino, non, c'est la compréhension de ce modèle qui m'a fait découvrir cette expansion.
    • actarus 29/01/2011
      "c'est la compréhension de ce modèle qui m'a fait découvrir cette expansion. "

      C'est sur ce point que je trouve que vous marchez les pieds à l'envers.
    • R_Robert 29/01/2011
      @ koeuf,
      C'est bien, vous venez de commencer la lecture. Mais ne la faite pas n'importe comment ! L'exemple de la voiture est pour expliquer le principe d'incertitude qui s'applique au modèle quantique avec ces orbitales fixes. Dans ce modèle, les physiciens ne considèrent plus l'électron tournant comme dans le modèle de Bohr, c'est un nuage électronique.
      Vous n'avez certainement pas suivi la discussion avec grindaizer, car vous vous seriez rendu compte que les physiciens n'ont plus de représentation graphique de l'atome, ils en ont deux mais aucune n'est valable car seuls les modèles mathématiques priment.

      Lisez toutes les pages sans aucun a priori et vous verrez que j'explique les choses.
    • koeuf 29/01/2011
      Il n'en reste pas moins que votre image ne fonctionne pas, or vous dites qu'elle est à la base de votre réflexion. vous êtes également sans réponse sur les autres points
    • R_Robert 29/01/2011
      @ actarus,
      Non, pas du tout. De ce modèle, que j'ai fait évolué en fonction des comportement en électricité, en magnétisme, en thermique et en optique, je suis arrivé à la constatation que toutes les forces passent par les bulles électroniques. Il n'y avait plus d'interaction directe entre les noyaux des atomes contigus. Ceci veut dire que je ne trouvais plus l'interaction attribuée aux masses entre elles. Je perdais de ce fait un principe essentiel, la gravitation.
      J'ai essayé de voir comment apparaissait cette force qu'est le poids. J'avais pour ce faire, un élément supplémentaire qu'est l'éther.
      J'en suis arrivé à la conclusion qu'un astre est constitué d'un immense noyau, qui pour être stable doit être dans un lieu où règnent certaines conditions de pression et température (pour faire simple) dans un lieu de l'espace où ces conditions sont insignifiantes en comparaison. Cette zone est le champ de pesanteur, au sein duquel les caractéristiques évoluent en direction de son centre.

      Avec ce modèle de l'atome, le noyau d'un astre est similaire à celui d'un atome. Il se désagrège en formant de la matière, qui elle même se désagrège sur la hauteur qui la sépare de la surface, pour afficher uniquement les constituants que nous connaissons.

      Ce noyau est capable de générer un champ magnétique, tandis que notre vision actuelle est confrontée au problème, qu'étant donné les conditions et les matériaux, le magnétisme est impossible.
      Ce noyau comme je le présente est incompatible avec la gravitation, c'est pourquoi les Sciences revisitées forment un tout cohérent.
    • R_Robert 29/01/2011
      @ koeuf,
      lisez intégralement les pages et consciencieusement.
      La MAES signifie : Modèle de l'Atome à Électrons Statiques, donc dans ce modèle les électrons sont immobiles. Le modèle quantique ne le dit pas, mais pour les mathématiques l'électron est également immobile. Ii y a le modèle de Bohr pour expliquer la provenance de ces particules de lumière, les "photons" et ce modèle quantique qui n'est pas en mesure d'expliquer et quantifier les géométries des molécules.
      C'est là l'incohérence de la physique nucléaire qui ne veut pas considérer l'importance de l'électron, avec des fonctions autres qu'un simple vecteur d'électricité.

      Je ne reviendrai pas encore sur des réponses aux particularités observées et interprétées avec la tectonique tant que le pourquoi de cette expansion n'est pas élucidé.
    • actarus 29/01/2011
      Mais arrêtez de nous parler comme si on avait pas compris ce que vous racontez !

      Vous avez imaginé un nouveau modèle de l'atome, ce modèle les physiciens ne veulent pas en entendre parler parce que ce sont de vilains conservateurs.

      L'une des conséquences de votre modèle, qui remet en question les fondements même de la physique moderne, est que le noyau de la Terre, vaguement similaire à celui de l'atome, fabrique de la matière, DONC SELON VOTRE MODELE LA TERRE DOIT ENFLER.

      La question est de savoir si elle enfle pour valider (cela ne suffira pas, voir discussion de Graindizer) ou invalider en retour votre théorie.

      Or, tous les faits de terrains, concrets (allez dans les Alpes, prenez un marteau, et allez voir les ophiolites du Chenaillet, allez voir les schistes bleus) indiquent que la convergence est aussi importante que la divergence.

      La présence de foyers sismiques jusqu'à des profondeurs énormes (presque jusqu'à la limite de Gutemberg) sous les plaques chevauchantes (plan de Beniof) montre qu'une lithosphère RIGIDE (et non juste un flux mantellique comme le disent les défenseurs de l'expansion) plonge jusqu'à la base du manteau (ou presque).

      Quant à l'argument des corrections des systèmes GPS (et ne venez pas me les expliquer, mes amis savent que je suis un fou du GPS) il ne tient pas, car même si de telles corrections existent, elles ne peuvent pas "simuler" une convergence sur TOUTES les zones de subduction.

      Vous dîtes : "J'en suis arrivé à la conclusion qu'un astre est constitué d'un immense noyau" ...

      Voici comment il ne faut pas raisonner en science, c'est la première chose que j'apprends à mes élèves :
      "Mes réflexions personnelles me mènent à une certaine conclusion. Recherchons à présent les faits qui étayent cette conclusion."

      C'est…
      Afficher la suite Mais arrêtez de nous parler comme si on avait pas compris ce que vous racontez !

      Vous avez imaginé un nouveau modèle de l'atome, ce modèle les physiciens ne veulent pas en entendre parler parce que ce sont de vilains conservateurs.

      L'une des conséquences de votre modèle, qui remet en question les fondements même de la physique moderne, est que le noyau de la Terre, vaguement similaire à celui de l'atome, fabrique de la matière, DONC SELON VOTRE MODELE LA TERRE DOIT ENFLER.

      La question est de savoir si elle enfle pour valider (cela ne suffira pas, voir discussion de Graindizer) ou invalider en retour votre théorie.

      Or, tous les faits de terrains, concrets (allez dans les Alpes, prenez un marteau, et allez voir les ophiolites du Chenaillet, allez voir les schistes bleus) indiquent que la convergence est aussi importante que la divergence.

      La présence de foyers sismiques jusqu'à des profondeurs énormes (presque jusqu'à la limite de Gutemberg) sous les plaques chevauchantes (plan de Beniof) montre qu'une lithosphère RIGIDE (et non juste un flux mantellique comme le disent les défenseurs de l'expansion) plonge jusqu'à la base du manteau (ou presque).

      Quant à l'argument des corrections des systèmes GPS (et ne venez pas me les expliquer, mes amis savent que je suis un fou du GPS) il ne tient pas, car même si de telles corrections existent, elles ne peuvent pas "simuler" une convergence sur TOUTES les zones de subduction.

      Vous dîtes : "J'en suis arrivé à la conclusion qu'un astre est constitué d'un immense noyau" ...

      Voici comment il ne faut pas raisonner en science, c'est la première chose que j'apprends à mes élèves :
      "Mes réflexions personnelles me mènent à une certaine conclusion. Recherchons à présent les faits qui étayent cette conclusion."

      C'est ce que font les créationnistes (j'ai bien compris que vous n'en étiez pas un), les négationnistes, les adeptes du Moon Hoax (on n'est jamais allé sur la Lune) etc ...

      Et c'est ce que vous faîtes.
    • koeuf 29/01/2011
      Encore une fois, vous éludez mes remarques : l'erreur sur le MEB, la fausseté de l'image de la voiture utilisée et l'absence de démonstrations autres que théoriques
    • R_Robert 29/01/2011
      Qu'en pensez-vous des explications concernant les interfaces et le principe d'équibullage ?
    • actarus 29/01/2011
      Et si vous en parliez sur un autre fil que celui-ci consacré à (la pseudo-théorie de) l'expansion terrestre ?
    • R_Robert 29/01/2011
    • actarus 29/01/2011
      Parfait, la discussion n'en sera que plus claire.
    • koeuf 31/01/2011
      Je rappelle les questions toujours sans réponses :

      1- les incohérences de la tectonique des plaques (nous vous avons déjà expliqué comment prendre en compte la plaque Antarctique et les répartitions de faune)
      2- les explications concernant les incohérences de l'expansion terrestre que nous avons soulevés.

      de notre coté, nous avons présenté les incohérences de la théorie de l'expansion terrestre, parfaitement expliquées par celle de la tectonique.
      je ne vois donc pour le moment aucune raison d'abandonner une théorie qui fonctionne par des idées qui ne fonctionnent pas tout le temps.
    • koeuf 2/02/2011
      OK, donc admettons l'évidence, la tectonique des plaques a encore de beaux jours devant elle
    • Zelle 2/02/2011
      Vous m'otez les mots de la bouche Koeuf !
    • -florian- 31/05/2011
      Bonjour,
      J'arrive un peu après le débat que je n'ai pas lu en entier. Je connais assez bien cette théorie et ses théoriciens (par pitié pas Adams, mais Carey par exemple). Et si il y a quelques points obscurs, je peux éventuellement vous éclairer.
      Mais pas de miracle, je n'ai pas toutes les réponses.
    • pepejul 1/06/2011
      non merci je dois finir de lire OUI-OUI fait de la géologie avant...
    • -florian- 1/06/2011
      Libre à vous de préférer des interlocuteurs comme ce R_Robert. Je vous souhaite une excellente lecture de votre "OUI-OUI fait de la géologie".
    • -florian- 1/06/2011
      @ Actarus

      Quelques erreurs de compréhensions assez communes.

      "- que la tectonique est quasiment exclusivement en extension (pas ou peu de convergence des plaques)"

      Non, l'advection du manteau engendre des épanchement mantéliques en surface qui expliquent très bien les phénomènes de convergences. Les zones de Benioff correspondent au front de ses courants. Le courant antolien/égéen en est un excellent exemple (voir Le Pichon et Kreemer 10.1146/annurev-earth-040809-152419).

      "- qu'avant il n'y aurait pas eu d'océans comparables aux actuels, ni de croûtes océaniques (il suffit de voir la vidéo)"

      Pas d'océan de même taille oui, mais des bandes océaniques étroites (comprendre à plancher basaltique) de taille assez semblable à la mer rouge, oui. Une des différences importante par rapport à la situation actuelle, disons avant 180 Ma, est qu'en raison d'une vitesse de croissance plus faible, et donc de divergence plus faible, les bassins d'extensions de type océaniques se comblaient au fur et à mesure. Depuis 180 Ma, la vitesse de croissance a augmenté depuis cette période pour atteindre environ 2 cm de rayon/an (moyenne sur les 5 derniers Ma) et les bassins n'ont plus le temps d'être comblés.
    • -florian- 1/06/2011
      ouch! "de compréhension", "des épanchements", "de convergence", "ces courants". Il n'y a pas moyen d'éditer les messages pour corriger les fautes?
    • Zelle 1/06/2011
      Perso, si les "fautes" comme vous les appelez mon cher monsieur étaient "corrigées" ce ne serait plus ce qu'on peut appeler communément un débat mais ça se rapprocherait plus de ce qu'on nomme un model de pensée unique...

      Mais entre nous soit dit, nous ne voulons pas ça, hein ?

      (Ensuite, surement une question de point de vue, mais je préfère encore les fautes d'Actarus ou de notre Pepejul, le dévoreur de OUI-OUI...que vos corrections.)
    • pepejul 1/06/2011
      je pense que Florian faisait allusion aux "fautes" de frappe (coquilles dans le texte) qu'il est effectivement impossible de corriger après avoir envoyé le message...

      Zelle, prenez le temps de bien lire avant de réagir...aaah la fougue de la jeunesse indomptée.... hi hi hi
    • -florian- 1/06/2011
      @Zelle
      ??? Euh, il s'agit bien de corriger *mes* fautes...
    • -florian- 1/06/2011
      @pepejul
      Effectivement :-)
      C'est un peu tendu comme ambiance ici :-/
    • pepejul 1/06/2011
      nos messages se sont croisés sans se voir... hi hi hi

      pour revenir au fond, je repose la base du débat :

      Qu'est-ce que la théorie de l'expansion terrestre explique mieux (et vérifiable sur le terrain par des observations directes ou indirectes et des prévisions fiables) que la tectonique des plaques dans sa forme actuelle (bien qu'imparfaite et incomplète chacun le reconnait volontiers) ?

      après la discussion pourra continuer sur les points techniques....
    • Zelle 1/06/2011
      Oups, veuillez m’excuser....ça m'apprendra à lire "vite"...
    • R_Robert 1/06/2011
      Bonjour -florian-

      Je constate que vous connaissez la théorie de l'expansion terrestre et semblez y adhérer.
      Si j'ai mis la vidéo de Adams c'est parce que je l'ai trouvé bien faite et très explicative pour ceux qui ne la connaissent pas encore. Il y a cependant quelques petites erreurs au niveau du déplacement de l’Australie, mais pour le reste c'est pas mal.

      Vous proposez votre aide pour combler les points obscurs, mais sur quelles bases fondamentales justifiez-vous cette expansion ?
      Avez-vous remarqué que pour ma part, c'est en reconsidérant le modèle de l'atome avec comme conséquence une explication de la pesanteur (sans faire appel à l'hypothétique force d'attraction gravitationnelle de Newton), que je suis arrivé à la conclusion que tous les objets célestes suivent des phases d'expansion.
    • pepejul 1/06/2011
      oh non... l'empileur d'hypothèses bancales est de retour.... alors cette révolution scientifique ça boume ?

      Content de voir que vous vous êtes remis sur pieds... même si je sens que la discussion va vite revenir au MAES tout puissant et au raisonnement circulaire habituel reposant sur des idées non vérifiées et conséquencielles.....
    • R_Robert 1/06/2011
      Bonjour Pépéjul,

      Vous êtes toujours le même à dénigrer des idées parfaitement vérifiées à qui se donne la peine de les lire.
      Retournez dans vos Oui-oui, je suis certain que le niveau n'est pas trop insurmontable pour vous.
    • pepejul 1/06/2011
      mince j'ai vexé papy,

      pour revenir au fond, je repose la base du débat :

      Qu'est-ce que la théorie de l'expansion terrestre explique mieux (et vérifiable sur le terrain par des observations directes ou indirectes et des prévisions fiables) que la tectonique des plaques dans sa forme actuelle (bien qu'imparfaite et incomplète chacun le reconnait volontiers) ?

      après la discussion pourra continuer sur les points techniques....
    • -florian- 1/06/2011
      @ R_Robert
      Vous allez être déçu, car si les vidéo d'Adams sont visuellement souvent très réussies, elles reposent pour la plupart sur des intuitions et pas sur de la science. Et Adams, comme tout crank, est incapable de reconnaître ses erreurs. Sans compter sa fâcheuse tendance à se présenter comme l'auteur de cette théorie, ignorant les travaux remarquables effectués par les véritables scientifiques, alors que sa contribution scientifique personnelle est proche du néant. Pourtant, depuis le temps qu'il s'y intéresse, on se demande bien pourquoi il n'a pas encore réussi à ouvrir un seul bouquin de géologie. Le ridicule ne tue pas.

      Concernant les bases physiques de la croissance, là encore vous allez être déçus. Je n'en ai aucune idée, et je n'ai encore jamais rien vu de plausible (ou au moins pas trop farfelu). Cette physique là reste à découvrir, et cela m'étonnerait que ce soit un quidam armé de ses mathématiques du lycée qui en soit capable :-).
      Il y a mieux à faire à partir des observations bien réelles, que d'aller se perdre dans des spéculations infertiles.
    • R_Robert 1/06/2011
      @ pepejul,
      Il n'est pas nécessaire de chercher laquelle des deux théories explique le mieux les observations de terrain, mais simplement quel est le fonctionnement des astres et de là nous trouvons la théorie ad hoc.

      Sur cette base, nous reprenons toutes les observations et les interprétons en fonction de la théorie.
      De grandes modifications sont à apporter à nos interprétations actuelles, comme par exemple l'hypothèse de la subduction n'est plus nécessaire avec la théorie de l'expansion, etc...
    • pepejul 1/06/2011
      "Vous allez être déçu, car si les vidéo d'Adams sont visuellement souvent très réussies, elles reposent pour la plupart sur des intuitions et pas sur de la science"

      tiens tiens mais ça me rappelle quelqu'un ça !
    • pepejul 1/06/2011
      mais au fait, qu'est-ce que la théorie de l'expansion terrestre explique mieux (et vérifiable sur le terrain par des observations directes ou indirectes et des prévisions fiables) que la tectonique des plaques dans sa forme actuelle (bien qu'imparfaite et incomplète chacun le reconnait volontiers) ?

      après la discussion pourra continuer sur les points techniques....
    • -florian- 1/06/2011
      @ pepejul

      Pour faire court, la croissance terrestre, c'est ce qui reste lorsque certains fondamentaux de la tectoniques des plaques sont réfutés. Dernièrement, j'ai essayé de développé une démonstration à partir de l'interprétation des slabs roll-back. Mais si vous ne savez pas ce qu'est un roll-back, çà va être un peu difficile.
    • -florian- 1/06/2011
      devlopper... J'ai pas fini de me corriger...
    • R_Robert 1/06/2011
      @ florian,
      Pour défendre une théorie comme celle de l'expansion terrestre il faut avant tout justifier ce grossissement. Si les neutrinos vous semblent satisfaisants, pour moi c'est avant tout la compréhension de l'atome qui m'a conduit vers cette théorie que je ne connaissais pas.

      Je ne sais de qui vous parlez avec ces mathématiques du lycée, mais sachez qu'il faut déjà bien les maitriser avant de chercher au travers des maths plus complexes la réalité des phénomènes qu'elles tentent de caractériser.
    • -florian- 1/06/2011
      @R_Robert
      Non, si il y a bien à justifier cette croissance par l'observation, une justification par une théorie physique n'est pas nécessaire. Cette justification peut venir a posteriori.
    • R_Robert 1/06/2011
      @ florian,
      C'est votre point de vue !
      Je vous souhaite beaucoup de courage pour essayer de faire comprendre aux intervenants sur Knowtex, que l'expansion terrestre est une théorie parfaitement exacte.
      à +
    • -florian- 1/06/2011
      @R_Robert
      Non, ce n'est pas un point de vue. C'est un principe épistémologique.
    • -florian- 1/06/2011
      @actarus

      Oui, j'ai donné un article de Le Pichon en référence: http://www.annualreviews.org/doi/abs/10.1146/annurev-earth-040809-152419
      C'est utile de le lire pour comprendre le contexte.
    • actarus 1/06/2011
      Alors ça doit être vous qui en parlez sur futura. Je ne vois pas en quoi cela met à mal le modèle actuel, si ce n'est de pointer du doigt une certaine vision "simpliste" de la subduction (que l'on est bien obligé d'adopter pour l'enseigner).
    • actarus 1/06/2011
      Si on parle de slab roll back (je préfèrerais qu'on emploie des termes comme "plaques" au lieu de "slab" pour que zelle* puisse suivre) la discussion va devenir intéressante. Je vais suivre ça.

      (j'ai aidé très récemment une ancienne élève à présent en master, Claire (qui se reconnaîtra peut-être) à traduire un article anglophone qui en parlait ; c'est très intéressant !)

      (j'ai supprimé l'ancien message et l'ai reposté ici)
    • -florian- 1/06/2011
      @actarus
      Le but n'est pas de simplement critiquer le modèle enseigné qui est effectivement forcément simpliste.
      Le but est de mettre en place de meilleurs concepts pour remplacer des concepts erronés.
    • actarus 1/06/2011
      Ah mais je suis ouvert à l'idée de voir le modèle actuel modifié, affiné, voire (mais je n'y crois pas trop ,car il est solide le bougre) renversé.

      J'attends, comme pepejul, qu'on me démontre que le modèle actuel (sans expansion) n'arrive pas à expliquer certains faits qu'un modèle expansionniste arriverait à expliquer.

      MAIS cela ne suffira pas, il faudra aussi que le nouveau modèle, expansionniste intègre TOUS les faits expliqués par le modèle actuel.

      Et l'idéal serait que le modèle expansionniste soit prédictif, qu'il prévoit des faits non encore observés, et que l'observation future conforterait.

      Pour l'instant je trouve le modèle actuel très très très satisfaisant, aucune comparaison possible avec le modèle précédent, qui devait recourir à des bricolages tordus comme le géosynclinal pour expliquer la formation des chaînes de montagne.
    • actarus 1/06/2011
      Je tiens à préciser que j'ai été dégoûté par le précédent débat, et que je n'entre dans celui-là qu'à reculons. Il se peut que je me contente de le suivre. Bon courage à tous ceux qui y participeraient !
    • -florian- 1/06/2011
      Ce n'est pas un idéal que le modèle soit prédictif. C'est une nécessité. Il se trouve que le modèle expansioniste impose de très fortes contraintes sur les reconstructions ce qui permet de confronté plusieurs type de données aux reconstruction. James Maxlow a fait un travail intéressant à ce sujet. Son travail de thèse est librement consultable: http://espace.library.curtin.edu.au:80/R?func=dbin-jump-full&object_id=9645
      La tectoniques des plaques est très inadaptée quand il s'agit d'expliquer les régions très dynamiques telles que la Méditerranée, les Philippines. Ce n'est pas trop étonnant pour une théorie cinématique un peu rigide. Pour ces régions, il apparaît que les interprétations à base de courants mantéliques s'exprimant en surface sont beaucoup plus adaptées. Il y a deux conséquences à cela. D'une part, on se rend compte qu'on n'a pas besoin de la tectonique des plaques, d'autre part on constate que les implications découlant de ces concepts la réfute. A quoi bon s'accrocher à une théorie qui n'est plus satisfaisante?
      Sinon quels faits ne vous semblent pas expliqués par la théorie de l'expansion terrestre?
    • pepejul 1/06/2011
      rappel préliminaire de la technique dite du noyage de poisson :

      - et un : on commence sousentendre que l'interlocuteur est un abruti (Mais si vous ne savez pas ce qu'est un roll-back, çà va être un peu difficile.)

      - et deux on affirme que tout ce qui a été dit avant est faux (Le but est de mettre en place de meilleurs concepts pour remplacer des concepts erronés. ) (A quoi bon s'accrocher à une théorie qui n'est plus satisfaisante?)

      - et trois on retrourne la question à l'envoyeur sans y avoir répondu (Sinon quels faits ne vous semblent pas expliqués par la théorie de l'expansion terrestre? )

      ceci étant dit, la théorie de l'expansion terrestre soulève plus de problèmes qu'elle n'en résout... notamment sur le processus de création de la matière.

      Pour se détendre un peu je vous invite à lire les commentaires sur ce fil : http://www.planete-revelations.com/t5189-detranges-fissures-terrestres-apparaissent-un-peu-partout-dans-le-monde où l'on constate que des personnes croyant à la théorie de l'expansion terrestre sont aussi persuadés que la Terre craque en surface (d'étranges fissures apparaissent partout sur la planète...mdr) et que cela annonce la très scientifique Fin du Monde de 2012...rions, rions mes frères...
    • -florian- 1/06/2011
      @pepejul
      Il me semblait pourtant avoir été assez clair sur l'inadaptation de la tectonique des plaques pour les interprétations des régions très dynamiques. Donc pour prendre un cas très précis et puisque ces concepts vous sont familiers, que pensez-vous des arguments de Le Pichon (papier cité plus haut), qui le conduisent à conclure que les courants mantéliques jouent un rôle dominant en anatolie/égée par rapport au roll-back?
      Si la région s'interprète très bien en terme de courant mantélique (avec charriage de la croûte) qui s'écoule de l'anatolie vers la méditerranée, quelle est la surface maximale de lithosphère subductée par ce courant par rapport à la surface de ce même courant?
    • -florian- 1/06/2011
      Petite précision: rôle dominant signifie que c'est le courant qui est à l'origine du roll-back et pas le roll-back qui est à l'origine du courant.
    • pepejul 2/06/2011
      Prendre pour vérité supérieure et universelle un modèle complexe qui fait appel à des hypothèses générales en contradiction totale avec toutes les bases de la physique actuelle (création de matière ex-nihilo au centre de la Terre...) en se basant sur le fait que des courants mantelliques de surface expliqueraient des phénomènes localisés sur une portion infime du globe (la mer égée et les côtes Italiennes ne sauraient pour moi valider un modèle général du fonctionnement interne de notre planète) me paraît au mieux optimiste, au pire maladroit pour un génie de la Science comme vous...

      Une question toute bête (oui je ne suis qu'un pauvre petit prof de collège bien insignifiant) : comment la théorie l'expansion terrestre saurait expliquer les séismes profonds dans les zones de subduction ? (Plan de Benihoff etc...vous connaissez ce modèle simplifié par coeur j'en suis sûr)
    • pepejul 2/06/2011
      J'ai lu les quelques discussions sur le sujet pour me remettre un peu à niveau côté argumentaire des pour et des contres... notamment sur futura-sciences... je ne vois pas apparaître clairement le lien entre les courants mantelliques et l'expansion terrestre...

      daignez m'éclairer ô lumière de la géodynamique.
    • -florian- 2/06/2011
      @pepejul

      Bon, je vais bien prendre soin de laisser de côté votre ton ironique et vos provocations gratuites (génie de la Science, pauvre petit prof de collège, lumière de la géodynamique...). Il serait préférable d'éviter ce registre afin de ne pas empoisonner cette discussion.

      De même, qu'est-ce que cette histoire de vérité supérieure et universelle? Et du même tonneau, votre évocation d'une "création ex-nihilo" est un strawman (épouvantail) qui ne repose sur rien. Inutile de noyer la discussion en spéculant de la sorte.

      La réponse à votre "question toute bête": Les séismes profonds des zones de subduction sont dus à la déshydratation d'antigorite serpentinite (voir Green II et al (2010) Nature 467, p828).

      Concernant le lien entre courants mantéliques et expansion terrestre, en amorce de démonstration, j'ai cité un article pour un cas très précis, et posé une question en relation avec ce cas, question à laquelle vous n'avez pas encore répondu. Donc répondez d'abord à cette question. Vous verrez bien où cela nous emmène.
    • pepejul 2/06/2011
      La discussion a déjà eu lieu ici : http://forums.futura-sciences.com/geologie-catastrophes-naturelles/254080-origines-seismes-zones-de-subduction.html et se termine sur un consensus entre l'hypothèse "traditionnelle" : les séismes profonds sont dus aux contraintes liées au plongement ; et l'hypothèse que vous défendez que je qualifierais de "métamorphique" : les séismes sont causés par la déshydratation des amphiboles et phyllosilicates.

      Il semblerait que les deux phénomènes soient associés avec tout de même une "dominance" de la cause mécanique (bien qu'en effet les phénomènes de déshydratation puissent être à l'origine de petits séismes bien localisés comme vous le signalez par ailleurs)

      Dans tous les cas, l'étude de ces zones de subduction ne confirme pas plus la théorie expansioniste qu'elle n'ébranle les bases de la tectonique...

      A votre question : "que pensez-vous des arguments de Le Pichon (papier cité plus haut), qui le conduisent à conclure que les courants mantéliques jouent un rôle dominant en anatolie/égée par rapport au roll-back?" je n'ai pas les compétences pour répondre mais il me semble que :
      - si le phénomène de roll-back n'est pas dominant (ce qui reste encore à démontrer) il en est néanmoins bien présent
      - la prépondérance de l'effet des courants mantelliques réduirait certes l'importance de la convergence mais ne la nierait pas totalement

      J'en conlue donc, si vous me le permettez, que la convergence dans cette zone complexe reste tout à fait compatible avec la tectonique des plaques...

      La Thèse de Caroline Miehl http://merco220.free.fr/pdf/these-caro.pdf me semble très intéressante dans la compréhension de la dynamique de cette région, je vais m'y plonger (m'y subducter ?) avec délectation...

      Pour ce qui est des courants mantelliques,…
      Afficher la suite La discussion a déjà eu lieu ici : http://forums.futura-sciences.com/geologie-catastrophes-naturelles/254080-origines-seismes-zones-de-subduction.html et se termine sur un consensus entre l'hypothèse "traditionnelle" : les séismes profonds sont dus aux contraintes liées au plongement ; et l'hypothèse que vous défendez que je qualifierais de "métamorphique" : les séismes sont causés par la déshydratation des amphiboles et phyllosilicates.

      Il semblerait que les deux phénomènes soient associés avec tout de même une "dominance" de la cause mécanique (bien qu'en effet les phénomènes de déshydratation puissent être à l'origine de petits séismes bien localisés comme vous le signalez par ailleurs)

      Dans tous les cas, l'étude de ces zones de subduction ne confirme pas plus la théorie expansioniste qu'elle n'ébranle les bases de la tectonique...

      A votre question : "que pensez-vous des arguments de Le Pichon (papier cité plus haut), qui le conduisent à conclure que les courants mantéliques jouent un rôle dominant en anatolie/égée par rapport au roll-back?" je n'ai pas les compétences pour répondre mais il me semble que :
      - si le phénomène de roll-back n'est pas dominant (ce qui reste encore à démontrer) il en est néanmoins bien présent
      - la prépondérance de l'effet des courants mantelliques réduirait certes l'importance de la convergence mais ne la nierait pas totalement

      J'en conlue donc, si vous me le permettez, que la convergence dans cette zone complexe reste tout à fait compatible avec la tectonique des plaques...

      La Thèse de Caroline Miehl http://merco220.free.fr/pdf/these-caro.pdf me semble très intéressante dans la compréhension de la dynamique de cette région, je vais m'y plonger (m'y subducter ?) avec délectation...

      Pour ce qui est des courants mantelliques, je ne suis pas spécialiste en la matière mais il me semble qu'ils ne sont pas incompatibles avec un volume constant de la Terre (je ne peux accéder aux différents liens que vous proposez car ils nécessitent tous une inscription me semble-t-il)...

      Très interressant Pdf à ce sujet : http://ec.europa.eu/research/research-eu/pdf/research_eu_earth_fr.pdf

      Je terminerai en citant cet internaute qui me aprdonnera cet emprunt : Pfhoryan
      "Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence." - Arthur Schopenhauer

      C'est clairement ce qui est arrivé à la théorie tectonique...on pourrait donc en conclure qu'il s'agit de la vérité... La théorie de l'expansion terrestre, elle, reste depuis des années au niveau deux... peut-être est-ce une question de temps ou alors les arguments qui la soutiennent sont trop fragiles pour convaincre... peut-être est-ce comme le MAES finalement :o)
    • pepejul 2/06/2011
      Ma deuxième question portera sur l'origine de la matière qui se crée au centre de la Terre :

      cet article reprend de façon simple et synthétique l'histoire de la théorie expansioniste : http://www.crashdebug.fr/index.php/divers/3188

      préférez-vous le modèle à masse constante ou celui à masse croissante ?

      Dans le deuxième cas, l'hypothèse des neutrinos vous satisfait-elle ?
    • -florian- 2/06/2011
      @pepejul

      "Il semblerait que les deux phénomènes soient associés avec tout de même une "dominance" de la cause mécanique (bien qu'en effet les phénomènes de déshydratation puissent être à l'origine de petits séismes bien localisés comme vous le signalez par ailleurs)"

      Vous faites erreur sur une origine mécanique des séismes profonds. Les travaux de Brudzinski sont très convaincant sur ce sujet: La cause des séismes profond jusqu'à 350-400 km est la déshydratation de l'antigorite. Ceux encore plus profonds, jusqu'à 600 km, sont dûs à la transformation d'olivine meta-stable en wadsleyite. (Green II et al (2010) Nature 467, p828)

      "Dans tous les cas, l'étude de ces zones de subduction ne confirme pas plus la théorie expansioniste qu'elle n'ébranle les bases de la tectonique..."

      En effet, alors pourquoi avez-vous posé cette question si elle ne permet pas une discrimination?

      "- si le phénomène de roll-back n'est pas dominant (ce qui reste encore à démontrer) il en est néanmoins bien présent
      - la prépondérance de l'effet des courants mantelliques réduirait certes l'importance de la convergence mais ne la nierait pas totalement"

      Il n'est pas question de nier l'existence d'interfaces de convergence, mais il convient de distinguer un modèle dans lequel deux plaques convergent, créant en se rencontrant une interface de convergence, et un modèle dans lequel c'est le front d'un courant mantélique s'écoulant et enfonçant la lithosphère qu'il rencontre, qui forme l'interface de convergence. Le deuxième modèle n'a rien à voir avec la tectonique des plaques même si il n'est pas incompatible avec elle.

      "J'en conlue donc, si vous me le permettez, que la convergence dans cette zone complexe reste tout à fait compatible avec la tectonique des plaques..."

      Elle n'est pas…
      Afficher la suite @pepejul

      "Il semblerait que les deux phénomènes soient associés avec tout de même une "dominance" de la cause mécanique (bien qu'en effet les phénomènes de déshydratation puissent être à l'origine de petits séismes bien localisés comme vous le signalez par ailleurs)"

      Vous faites erreur sur une origine mécanique des séismes profonds. Les travaux de Brudzinski sont très convaincant sur ce sujet: La cause des séismes profond jusqu'à 350-400 km est la déshydratation de l'antigorite. Ceux encore plus profonds, jusqu'à 600 km, sont dûs à la transformation d'olivine meta-stable en wadsleyite. (Green II et al (2010) Nature 467, p828)

      "Dans tous les cas, l'étude de ces zones de subduction ne confirme pas plus la théorie expansioniste qu'elle n'ébranle les bases de la tectonique..."

      En effet, alors pourquoi avez-vous posé cette question si elle ne permet pas une discrimination?

      "- si le phénomène de roll-back n'est pas dominant (ce qui reste encore à démontrer) il en est néanmoins bien présent
      - la prépondérance de l'effet des courants mantelliques réduirait certes l'importance de la convergence mais ne la nierait pas totalement"

      Il n'est pas question de nier l'existence d'interfaces de convergence, mais il convient de distinguer un modèle dans lequel deux plaques convergent, créant en se rencontrant une interface de convergence, et un modèle dans lequel c'est le front d'un courant mantélique s'écoulant et enfonçant la lithosphère qu'il rencontre, qui forme l'interface de convergence. Le deuxième modèle n'a rien à voir avec la tectonique des plaques même si il n'est pas incompatible avec elle.

      "J'en conlue donc, si vous me le permettez, que la convergence dans cette zone complexe reste tout à fait compatible avec la tectonique des plaques..."

      Elle n'est pas compatible par ses implications. Mais pour le comprendre il faut d'abord que vous réfléchissiez à la question que je vous ai posé: Si la région s'interprète très bien en terme de courant mantélique (avec charriage de la croûte) qui s'écoule de l'anatolie vers la méditerranée, quelle est la surface maximale de lithosphère subductée par ce courant par rapport à la surface de ce même courant? Désolé d'insister un peu lourdement, mais c'est une clé nécessaire à la compréhension.

      "La Thèse de Caroline Miehl http://merco220.free.fr/pdf/these-caro.pdf me semble très intéressante dans la compréhension de la dynamique de cette région, je vais m'y plonger (m'y subducter ?) avec délectation..."

      Je l'ai parcouru rapidement, et elle ne traite pas vraiment de la géodynamique de la région, mais plutôt d'épiphénomènes. Cela dit, son directeur de thèse, Laurent Jolivet, a récemment écris un article assez complet à ce sujet: http://www.springerlink.com/content/fj8031863g1n2kgp/


      " (je ne peux accéder aux différents liens que vous proposez car ils nécessitent tous une inscription me semble-t-il)... "

      Si vous n'avez pas accès à certains articles, n'hésitez pas à me les demander. Voici déjà un lien vers l'article de Le Pichon:
      http://rapidshare.com/files/3025806235/2010_Le_Pichon_AnnuRev-earth_-_The_Miocene-to-Present_Kinematic_Evolution_of_the_Eastern_Mediterranean_and_Middle_East_and_Its_Implications_for_Dynamics.pdf


      "Très interressant Pdf à ce sujet : http://ec.europa.eu/research/research-eu/pdf/research_eu_earth_fr.pdf "

      p13, dans le résumé d'introduction, quand vous lisez "la croûte terrestre repose, à quelques kilomètres de profondeur, sur un tapis roulant magmatique sur lequel se déplacent, depuis quatre milliards d’années, des morceaux de lithosphère." cela ne vous fait pas bondir? Désolé, mais je trouve que c'est de la mauvaise vulgarisation basés sur des concepts obsolètes (tapis roulant).

      "La théorie de l'expansion terrestre, elle, reste depuis des années au niveau deux..."

      J'irai même plus loin que vous. Elle en est seulement au niveau 1.
    • -florian- 2/06/2011
      "préférez-vous le modèle à masse constante ou celui à masse croissante ? "
      La réponse à cette question ne repose pas sur une préférence mais sur un raisonnement logique.
      Les quantifications de la croissance indique un doublement du rayon sur les 250 derniers millions d'années, soit un volume x8. A masse constante, cela implique une densité planétaire moyenne de 40, et une gravité de surface d'environ 40 m.s-2. Je pense que cela suffit à réfuter les modèles à masse constante n'est-ce pas?

      "Dans le deuxième cas, l'hypothèse des neutrinos vous satisfait-elle ?"

      Et sur quelles observations repose cette hypothèse? Est-elle seulement testable? Si tel n'est pas le cas, comment la trouver "satisfaisante"?
      Je n'ai jamais lu d'hypothèse satisfaisante capable d'expliquer ce phénomène.
    • Picdelamirandole 2/06/2011
      Bon, il faut arrêter de délirer...
      Une expansion terrestre depuis 250 millions d'années (doubler de diamètre... mazette)
      La Terre - ou alors on nous ment - est 18 fois plus âgée.
      Qu'en est-il de l'expansion terrestre entre 4500 et 250 Ma ?
      Il y a 500 millions, le rayon terrestre faisait un quart de l'actuel ?
      ah oui, c'est vrai, il y a 4500 Ma, elle faisait la taille d'une boule de billard... d'ailleurs les molécules étaient aussi plus petites et c'est sur une Terre grosse comme un ballon de foot (il y a 4000 Ma) que les molécules avaient le plus de chance de se rencontrer. Voilà la vraie explication de l'apparition de la vie.
      Vous en avez d'autres, des âneries du même ordre ?
      A vous lire, il suffit d'attendre quelques années et la Lune, les autres planètes (qui sont aussi en croissance, c'est vrai que certains matins, je trouve que la Lune est de plus en plus grosse) seront plus proches. Tant mieux, ça nous coûtera moins cher quand il faudra quitter la Terre (en 2012 ? je crains que ces grandes failles inexpliquées se réactivent et finissent par détacher la terre en petits morceaux)
    • Picdelamirandole 2/06/2011
      Tiens... la Terre n'est pas ronde ?

      http://nachon.free.fr/maps/Geoide.png

      Alors avant de sortir des mots savants (rollmops & Cie), il faudrait peut-être reprendre la géologie par la base.
      Les mouvements lithosphériques sont une réalité, il y a des zones de divergence, des zones de convergence.
      Les vitesses ne sont identiques en aucun point... je signale que nous sommes sur une sphère et quand une plaque bouge, il faut changer de mathématiques (merci Euler).
      On peut disserter des heures sur la Mer Egée sous prétexte que les plaques qui y bougent ne le font pas comme professé par un modèle global et simpliste (mais conforté par des années de validations), je ne vois pas en quoi une théorie fumeuse d'expansion terrestre pourrait résoudre le problème.
      En prime et sans expansion, je vous propose une petite modélisation, faite dans ma cuisine, de ce qui peut se passer dans un contexte de subduction.
      http://www.phonat.fr/charger/video/Modele_de_subduction.wmv
      C'est dingue ça, il y a des plaques qui bougent toutes seules...
    • pepejul 2/06/2011
      Merci pour vos réponses,

      Donc si je comprends bien vous proposez un modèle qui est compatible avec quelques situations complexes et très localisées (mer Egée) reposant sur un phénomène de création de matière inexpliqué à la place d'une théorie bien établie et confirmée par la plupart des observations de terrain...

      Selon vous, la mini-Terre d'il y a 250 Ma avait donc une atmosphère extrêmement dense du fait de la gravité plus forte comme le prétend Robby ?
    • R_Robert 2/06/2011
      Bravo Pepejul, mes quelques leçons vous ont apporté une richesse intellectuelle dont vous faites étalage, c'est bien, mais faites attention, il ne faut plus parler de gravité mais de pesanteur.

      Florian, c'est dommage, la théorie de l'expansion terrestre que vous défendez, est parfaitement correcte. Malheureusement, votre philosophie de la science, à ne pas vouloir considérer les causes des phénomènes, fait que vous allez comme Warren Carrey et tant d'autres, vous perdre en conjectures et pour finir vous donnerez encore une fois raison à cette tectonique.
      Bon courage !
    • -florian- 2/06/2011
      @pepejul

      "Merci pour vos réponses,"

      De rien.

      "Donc si je comprends bien vous proposez un modèle qui est compatible avec quelques situations complexes et très localisées (mer Egée) reposant sur un phénomène de création de matière inexpliqué à la place d'une théorie bien établie et confirmée par la plupart des observations de terrain... "

      Evidemment non. Mais si vous arrivez déjà à admettre les implications de ce qu'il se passe en Egée, ce sera déjà pas mal. Je note que vous n'avez toujours pas répondu à ma question?


      "Selon vous, la mini-Terre d'il y a 250 Ma avait donc une atmosphère extrêmement dense du fait de la gravité plus forte comme le prétend Robby ?"

      Non. Je ne vois pas quels éléments permettraient de l'affirmer.
    • -florian- 2/06/2011
      @Picdelamirandole

      "Vous en avez d'autres, des âneries du même ordre ?"

      Comme la boule de billard? Ce sont vos propos, pas les miens.

      "Les vitesses ne sont identiques en aucun point... je signale que nous sommes sur une sphère et quand une plaque bouge, il faut changer de mathématiques (merci Euler)."

      Nous sommes sur une sphère et quand celle-ci change de taille, décrire le mouvement d'éléments de surface par des rotations autour d'un pôle d'Euler ne fonctionne plus. Il faut utiliser au minimum des quaternions.
    • pepejul 3/06/2011
      "Evidemment non. Mais si vous arrivez déjà à admettre les implications de ce qu'il se passe en Egée, ce sera déjà pas mal".

      Pour ce qui est des implications si vous affirmez que les courants mantelliques sont (majoriatirement) à l'origine des déplacements observés (horizontaux et descendants dans les zones de plongement) je ne vois pas ce qui me permettrait de refuser cette idée... par contre je ne vois toujours pas en quoi elle valide l'hypothèse de l'expansion terrestre...

      "Je note que vous n'avez toujours pas répondu à ma question?"

      Pourriez-vous reposer cette question, je pensais vraiment y avoir répondu...de quelle question parlez-vous ?

      Encore quelques précisions s'il vous plait. Qu'en est-il de l'atmosphère il y a 250 Ma ? Son épaisseur était elle également la moitié de l'actuelle ? Dans ce cas comment expliquer son accroissement porportionnel à la taille de la planète ?
    • -florian- 3/06/2011
      @pepejul
      "Pourriez-vous reposer cette question, je pensais vraiment y avoir répondu...de quelle question parlez-vous ?"

      Je la repose: Si la région s'interprète très bien en terme de courant mantélique (avec charriage de la croûte) qui s'écoule de l'anatolie vers la méditerranée, quelle est la surface maximale de lithosphère subductée par ce courant par rapport à la surface de ce même courant?

      Ce n'est pas pour vous embêter que je vous pose cette question, mais je veux vous démontrer que la réponse à cette question est généralisable, et que cette généralisation réfute l'existence d'un équilibre entre accrétion/destruction de lithosphère. C'est un moyen (parmi d'autres) de démontrer qu'il y a bien augmentation de surface de la Terre.


      "Encore quelques précisions s'il vous plait. Qu'en est-il de l'atmosphère il y a 250 Ma ? Son épaisseur était elle également la moitié de l'actuelle ? Dans ce cas comment expliquer son accroissement porportionnel à la taille de la planète ?"

      Ah, je comprends où vous voulez en venir. Vous vous demandez si l'atmosphère était plus importante en densité et/ou volume en faisant l'hypothèse que la quantité de gaz le composant est restée constante. Cette question est valable pour l'hydrosphère mais aussi le manteau et probablement le noyau. Et la réponse est la même dans chaque cas: la quantité ne peut pas avoir été constante ou alors on se retrouverai avec des densités très élevées dans le passé, ce qui est réfuté par les observations.
    • Picdelamirandole 3/06/2011
      @Florian
      "Et la réponse est la même dans chaque cas: la quantité ne peut pas avoir été constante ou alors on se retrouverai avec des densités très élevées dans le passé, ce qui est réfuté par les observations."

      et ça ne vous gène pas ? il y a eu création de matière depuis 250 millions d'années... je serais curieux de savoir comment c'est possible.

      Par ailleurs, je n'ai pas non plus de réponse à la question : et avant 250 Ma ? la Terre, elle était comment ? (rappel, notre planète est 18 fois plus âgée que ces 250 Ma... donc si expansion il y a, donnez moi des indications sur la taille de la Terre il y 1 Ga ou encore il y a 2 Ga...)

      Accessoirement, en cas d'expansion terrestre, les chaines de collision ne devraient pas exister, les nappes d'obduction non plus, les sutures ophiolithiques (que viendraient faire de vieux océans au milieu des masses continentales en perpétuel étirement) sont des vues de l'esprit... que dis-je, un complot ourdi par tous ces géologues qui n'ont rien compris et qui se raccrochent à leur pauvre réalité et leur misérable théorie.
    • pepejul 3/06/2011
      "Je la repose: Si la région s'interprète très bien en terme de courant mantélique (avec charriage de la croûte) qui s'écoule de l'anatolie vers la méditerranée, quelle est la surface maximale de lithosphère subductée par ce courant par rapport à la surface de ce même courant? "


      Ah oui cette question là.... je n'ai pas les compétences pour y répondre... quel est le modèle qui est utilisé pour faire ce calcul ?
    • -florian- 3/06/2011
      @Picdelamirandole
      ""et ça ne vous gène pas ?"

      Vous me demandez si j'ai des état d'âme? Non, je n'en ai plus. Je ne fais que constater.

      "il y a eu création de matière depuis 250 millions d'années... je serais curieux de savoir comment c'est possible."

      Mais moi aussi je suis curieux de savoir d'où vient tout çà.

      "Par ailleurs, je n'ai pas non plus de réponse à la question : et avant 250 Ma ? la Terre, elle était comment ? (rappel, notre planète est 18 fois plus âgée que ces 250 Ma... donc si expansion il y a, donnez moi des indications sur la taille de la Terre il y 1 Ga ou encore il y a 2 Ga…)"

      Les quantifications effectuées jusqu'à présent sont basées sur les données géologiques dont on dispose. Et vous savez qu'elles sont malheureusement de plus en plus fragmentaires lorsque l'on remonte dans le temps. Les estimations sont donc de plus en plus imprécises. Cependant, James Maxlow qui a fait le travail de reconstruction le plus complet à ce sujet dans le cadre de sa thèse (1), a calculé les valeurs suivantes (non exhaustif ; tableau 2.1 p24):

      Period Age Palaeoradius
      Present 0 Ma 6370 km
      Pliocene 6 Ma 6240 km
      Miocene 23 Ma 5910 km
      Oligocene 37 Ma 5650 km
      Eocene 59 Ma 5270 km
      Paleocene 66 Ma 5160 km
      Mid Cretaceous 118 Ma 4435 km
      Late Jurassic 160 Ma 3960 km
      Triassic 245 Ma 3240 km
      Early Carboniferous 320 Ma 2800 km
      Early Devonian 380 Ma 2540 km
      Mid Ordovician 455 Ma 2290 km
      Cambrian 565 Ma 2060 km
      Early Neoproterozoic 700 Ma 1895 km


      Pour les périodes plus anciennes depuis l'Archéen, la formation de lithosphère continentale est somme toute assez épisodique d'après les datations basées sur les rapports isotopiques. Cette carte (grossière) donne une idée de la…
      Afficher la suite @Picdelamirandole
      ""et ça ne vous gène pas ?"

      Vous me demandez si j'ai des état d'âme? Non, je n'en ai plus. Je ne fais que constater.

      "il y a eu création de matière depuis 250 millions d'années... je serais curieux de savoir comment c'est possible."

      Mais moi aussi je suis curieux de savoir d'où vient tout çà.

      "Par ailleurs, je n'ai pas non plus de réponse à la question : et avant 250 Ma ? la Terre, elle était comment ? (rappel, notre planète est 18 fois plus âgée que ces 250 Ma... donc si expansion il y a, donnez moi des indications sur la taille de la Terre il y 1 Ga ou encore il y a 2 Ga…)"

      Les quantifications effectuées jusqu'à présent sont basées sur les données géologiques dont on dispose. Et vous savez qu'elles sont malheureusement de plus en plus fragmentaires lorsque l'on remonte dans le temps. Les estimations sont donc de plus en plus imprécises. Cependant, James Maxlow qui a fait le travail de reconstruction le plus complet à ce sujet dans le cadre de sa thèse (1), a calculé les valeurs suivantes (non exhaustif ; tableau 2.1 p24):

      Period Age Palaeoradius
      Present 0 Ma 6370 km
      Pliocene 6 Ma 6240 km
      Miocene 23 Ma 5910 km
      Oligocene 37 Ma 5650 km
      Eocene 59 Ma 5270 km
      Paleocene 66 Ma 5160 km
      Mid Cretaceous 118 Ma 4435 km
      Late Jurassic 160 Ma 3960 km
      Triassic 245 Ma 3240 km
      Early Carboniferous 320 Ma 2800 km
      Early Devonian 380 Ma 2540 km
      Mid Ordovician 455 Ma 2290 km
      Cambrian 565 Ma 2060 km
      Early Neoproterozoic 700 Ma 1895 km


      Pour les périodes plus anciennes depuis l'Archéen, la formation de lithosphère continentale est somme toute assez épisodique d'après les datations basées sur les rapports isotopiques. Cette carte (grossière) donne une idée de la surface de lithosphère continentale d'âge supérieur à 2500 Ma: http://www.see.leeds.ac.uk/structure/assyntgeology/extra_info/assembly.jpg
      Quand on en fait la somme, on constate que la surface est assez réduite, mais cette surface doit correspondre en gros à la surface de la terre à ces époques. Donc un globe effectivement assez petit.


      "Accessoirement, en cas d'expansion terrestre, les chaines de collision ne devraient pas exister,"

      Faux. Ce ne sont pas des chaînes de collisions mais de chevauchement et elles sont toujours associées à des poussées diapiriques, des poussées verticales au niveau de la zone d'uplift, et des poussées latérales lors de l'étalement du diapre en surface. Ce sont les poussées latérales qui engendrent les nappes et chevauchements. Quand un chevauchement est identifié il faut chercher si il y a une zone d'uplift en amont (caractérisée par de l'extension), ou/et si il y a un courant identifiable par géodésie, par des transformantes (parallèles au flux principal). Par exemple, la faille de Longmenshan, le long du bassin du Sichuan, quelle est l'origine du chevauchement?
      (Rq: C'est dans littérature depuis au moins 10 ans).

      "les nappes d'obduction non plus,"

      Hé si. Poussée latérale à partir d'une zone d'extrusion. Très belle illustration en Papouasie Nouvelle Guinée avec des chevauchements ultrabasiques au niveau de la chaîne d'Owen Stanley.

      "les sutures ophiolithiques (que viendraient faire de vieux océans au milieu des masses continentales en perpétuel étirement)"

      Les sutures ophiolitiques sont attendues dans les régions tumultueuses où les extensions et les courants se superposent spatialement mais pas temporellement. C'est le cas dans les philippines ou dans le bassin méditerranéen…

      "[…] sont des vues de l'esprit… que dis-je, un complot ourdi par tous ces géologues qui n'ont rien compris et qui se raccrochent à leur pauvre réalité et leur misérable théorie."

      oui, et bien épargnez-nous vos états d'âmes et évitez, je vous cite, les "âneries du même ordre".


      (1) James Maxlow (2001) "Quantification of an Archaean to Recent Earth Expansion Process Using Global Geological and Geophysical Data Sets" PhD thesis; http://espace.library.curtin.edu.au:80/R?func=dbin-jump-full&object_id=9645
    • pepejul 3/06/2011
      Tous les astres seraient donc également en extansion ?
    • -florian- 3/06/2011
      @pepejul

      "Ah oui cette question là.... je n'ai pas les compétences pour y répondre... quel est le modèle qui est utilisé pour faire ce calcul ?"

      Ce n'est pas possible que vous n'ayez pas les compétences pour le faire.

      Voici une illustration montrant le courant bien identifié par le déplacement de stations GPS de la région: http://nachon.free.fr/GPS/GPSagean.gif

      On constate d'après les données GPS que l'Afrique la Méditerranée et l'Europe forment une entité assez stable (pas de déplacement relatif significatif à l'intérieur de l'entité). Les déplacements sont limités à une région comprise entre la NAF au nord et la zone de subduction héllénique au sud. C'est typique d'un courant tectonique et c'est aussi l'interprétation de Le Pichon et Kreemer (1). Il n'y a pas d'autre déplacement que celle du courant. Dans ce cas de figure, il y a uniquement subduction de la lithosphère qui se trouvait sur le chemin du courant car c'est le front du courant qui en progressant chevauche la lithosphère rencontrée, la subducte et provoque le roll-back. La surface maximale de lithosphère subductée est logiquement égale à la surface balayée par le front de chevauchement. Cela place une limite haute sachant que calculer exactement la surface balayée par le front n'est pas trivial. Il est plus aisé de calculer la distance parcourue par le front à l'aide de données géologiques. Et d'après Jolivet et Brun (2), le front de chevauchement s'est déplacé d'une latitude d'environ 39.5° N à la fin du crétacé, jusqu'à environ 33.5°N actuellement, soit environ 650 km vers le sud.

      La notion clé est qu'un courant tectonique est un élément dynamique, se déplaçant au milieu d'un substrat statique (dont fait partie la lithosphère subductée). En conséquence, la surface de lithosphère subductée correspond…
      Afficher la suite @pepejul

      "Ah oui cette question là.... je n'ai pas les compétences pour y répondre... quel est le modèle qui est utilisé pour faire ce calcul ?"

      Ce n'est pas possible que vous n'ayez pas les compétences pour le faire.

      Voici une illustration montrant le courant bien identifié par le déplacement de stations GPS de la région: http://nachon.free.fr/GPS/GPSagean.gif

      On constate d'après les données GPS que l'Afrique la Méditerranée et l'Europe forment une entité assez stable (pas de déplacement relatif significatif à l'intérieur de l'entité). Les déplacements sont limités à une région comprise entre la NAF au nord et la zone de subduction héllénique au sud. C'est typique d'un courant tectonique et c'est aussi l'interprétation de Le Pichon et Kreemer (1). Il n'y a pas d'autre déplacement que celle du courant. Dans ce cas de figure, il y a uniquement subduction de la lithosphère qui se trouvait sur le chemin du courant car c'est le front du courant qui en progressant chevauche la lithosphère rencontrée, la subducte et provoque le roll-back. La surface maximale de lithosphère subductée est logiquement égale à la surface balayée par le front de chevauchement. Cela place une limite haute sachant que calculer exactement la surface balayée par le front n'est pas trivial. Il est plus aisé de calculer la distance parcourue par le front à l'aide de données géologiques. Et d'après Jolivet et Brun (2), le front de chevauchement s'est déplacé d'une latitude d'environ 39.5° N à la fin du crétacé, jusqu'à environ 33.5°N actuellement, soit environ 650 km vers le sud.

      La notion clé est qu'un courant tectonique est un élément dynamique, se déplaçant au milieu d'un substrat statique (dont fait partie la lithosphère subductée). En conséquence, la surface de lithosphère subductée correspond à la surface de substrat statique balayée par le front de chevauchement du courant.

      (1) X. Le Pichon et C. Kreemer "The Miocene-to-Present Kinematic Evolution of the Eastern Mediterranean and Middle East and Its Implications for Dynamics" (2010) Ann. Rev. Earth Planet. Sci. 38; 323-351
      (2) L. Jolivet et J-P. Brun "Cenozoic geodynamic evolution of the Agean" (2010) Int. J. Earth Sci. 99; 109-138
    • -florian- 3/06/2011
      @pepejul

      "Tous les astres seraient donc également en extansion ?"

      Non. Il semble que certaines planètes/lunes soint actives, d'autres semblent l'avoir été mais ne le sont plus, et d'autres ne montrent aucun signe d'une activité passé. Et il n'y a aucune chance d'espérer comprendre pourquoi, tant que la physique à la base du phénomène restera à découvrir.
    • pepejul 3/06/2011
      Le courant mantellique suffit-il à valider la théorie de l'expansion terrestre ?
    • -florian- 3/06/2011
      @pepejul

      "Le courant mantellique suffit-il à valider la théorie de l'expansion terrestre ?"

      Non, ils en sont une prédiction, car une croissance en masse doit bien s'accompagner d'une redistribution de matière dans la planète, en particulier vers la surface. Mais on s'attend à ce type de phénomène pour n'importe quel système convectif avec ou sans tectonique des plaques.
      Par contre, si les chevauchements ont majoritairement pour origine ces courants, alors comme pour le cas de l'Egée, on constate que la "destruction" de lithosphère via les chevauchement est très limitée en surface, on perd la balance entre accrétion et destruction de lithosphère et on est forcé de conclure à une expansion de la surface terrestre. C'est le raisonnement qu'à suivi le géologue Sam Carey en 1958.

      Si vous ne connaissez pas Carey, Giancarlo Scalera a écrit une bio sur lui (pdf téléchargeable gratuitement ici http://www.earth-prints.org/handle/2122/2016). C'est toujours intéressant à lire ne serait-ce que pour le côté "histoire des sciences".

      Si vous acceptez l'interprétation sur la région de l'Egée, on peut passer à une autre région, présentant des points communs mais aussi des différences.
    • pepejul 4/06/2011
      Ce qui me chagrine c'est que les subductions sud américaine et est-asiatique montrent clairement un plongement profond de lithosphère... la déshydratation des phyllosilicates sur un plan incliné (à fort ou faible pendage d'ailleurs) me semble tout à fait compatible avec une subduction "traditionnelle".

      Les courants mantelliques sont partout ? :o)
    • pepejul 4/06/2011
      j'aoubliais : en quoi les courants mantelliques sont-ils incompatibles avec une Terre à volume constant ? La convection du Manteau entraîne des courants de surface tout à fait modélisables....
    • -florian- 4/06/2011
      @pepejul
      "en quoi les courants mantelliques sont-ils incompatibles avec une Terre à volume constant ? La convection du Manteau entraîne des courants de surface tout à fait modélisables...."

      Tout à fait, c'est pour quoi j'avais précisé: "Mais on s'attend à ce type de phénomène pour n'importe quel système convectif avec ou sans tectonique des plaques".
    • pepejul 4/06/2011
      Donc, quels sont les autres arguments qui justifieraient de changer de modèle pour un hypothétique accroissement de volume faisant appel à une multitude de phénomènes inexplicables ? De la création de matière...quand même... c'est un peu gros non ?
    • -florian- 4/06/2011
      @pepejul
      "Ce qui me chagrine c'est que les subductions sud américaine et est-asiatique montrent clairement un plongement profond de lithosphère... la déshydratation des phyllosilicates sur un plan incliné (à fort ou faible pendage d'ailleurs) me semble tout à fait compatible avec une subduction "traditionnelle". "

      Ces éléments (plongement profond, déshydratation de serpentinite, plan incliné) ne donnent pas ou peu d'informations sur cette dynamique, car ils seront toujours présents quelque soit la dynamique du système. Mais suivant cette dynamique, les implications sont radicalement différentes en terme de surface de lithosphère subductée.

      Actuellement, la majorité des théoriciens de la tectonique des plaques s'accordent sur le point que c'est la subduction qui en est le moteur (1). C'est elle qui serait à l'origine de tout mouvement, entraînant la convection du manteau. Mais ce point est tout de même remis en cause par certains groupes et leurs arguments sont tout à fait pertinents (2). Bref, selon cette majorité, le slab s'enfonce sous son propre poids et tire à lui toute la plaque. C'est le principe de la nappe qui glisse de la table. Et selon ce concept, on comprend effectivement que des millions de km2 de lithosphère peuvent "glisser" et disparaître dans le manteau.
      Par contre, si la lithosphère ne glisse pas, est donc statique, et si c'est au contraire un courant mantelique qui chevauche la lithosphère, l'enfonce et provoque un roll-back, on comprend que seule la lithosphère qui était sur le chemin du courant aura disparue, soit une surface très limitée.

      "Les courants mantelliques sont partout ? :o)"

      à peu près, et il font tout le boulot : )

      Vous ne m'avez pas dit si vous vouliez bien que l'on passe à l'analyse d'une autre région pour vérifier la généralité…
      Afficher la suite @pepejul
      "Ce qui me chagrine c'est que les subductions sud américaine et est-asiatique montrent clairement un plongement profond de lithosphère... la déshydratation des phyllosilicates sur un plan incliné (à fort ou faible pendage d'ailleurs) me semble tout à fait compatible avec une subduction "traditionnelle". "

      Ces éléments (plongement profond, déshydratation de serpentinite, plan incliné) ne donnent pas ou peu d'informations sur cette dynamique, car ils seront toujours présents quelque soit la dynamique du système. Mais suivant cette dynamique, les implications sont radicalement différentes en terme de surface de lithosphère subductée.

      Actuellement, la majorité des théoriciens de la tectonique des plaques s'accordent sur le point que c'est la subduction qui en est le moteur (1). C'est elle qui serait à l'origine de tout mouvement, entraînant la convection du manteau. Mais ce point est tout de même remis en cause par certains groupes et leurs arguments sont tout à fait pertinents (2). Bref, selon cette majorité, le slab s'enfonce sous son propre poids et tire à lui toute la plaque. C'est le principe de la nappe qui glisse de la table. Et selon ce concept, on comprend effectivement que des millions de km2 de lithosphère peuvent "glisser" et disparaître dans le manteau.
      Par contre, si la lithosphère ne glisse pas, est donc statique, et si c'est au contraire un courant mantelique qui chevauche la lithosphère, l'enfonce et provoque un roll-back, on comprend que seule la lithosphère qui était sur le chemin du courant aura disparue, soit une surface très limitée.

      "Les courants mantelliques sont partout ? :o)"

      à peu près, et il font tout le boulot : )

      Vous ne m'avez pas dit si vous vouliez bien que l'on passe à l'analyse d'une autre région pour vérifier la généralité du phénomène?


      (1) R.J. Stern (2007) When and how did plate tectonics begin? Theoretical and empirical considerations. Chinese Science Bulletin 52, 578-591
      (2) Riguzzi, F., Panza, G., Varga, P., and Doglioni, C. (2009). Can Earth's rotation and tidal despinning drive plate tectonics? Tectonophysics 484, 60-73.
    • Dune86 4/06/2011
      Pour la création de matière, M.Robert vous a donnez les réponses et c'est de la qu'il a découvert cette théorie de l'expansion.
    • -florian- 4/06/2011
      "Donc, quels sont les autres arguments qui justifieraient de changer de modèle pour un hypothétique accroissement de volume faisant appel à une multitude de phénomènes inexplicables ?"

      Pas inexplicables, mais inexpliqués. C'est une nuance importante, car "inexpliqué" sous-entend qu'il y a une explication rationnelle et qu'il faut la chercher, alors qu'inexplicable fait appel à la pensée magique.

      Ensuite, l'argument que j'essaie de développer repose sur les implications liés à l'aspect dynamique de ces courants mantéliques, (voir message précédent). Si il n'y a pas autant de lithosphère qui disparaît dans le manteau que de lithosphère qui est formée au niveau des dorsales, vous êtes forcés d'admettre que la surface de la la Terre augmente. Et le changement de modèle s'impose de lui-même.

      "De la création de matière...quand même... c'est un peu gros non ?"

      Je n'aime pas le terme création car il est connoté (ex nihilo, créationisme etc.). Il faut évidemment une source, mais quelle est-elle?
      Il y a quelque chose de particulièrement satisfaisant avec cette théorie, c'est qu'elle est très fertile, dans le sens où elle engendre des recherches dans des domaines encore inexplorés, recherches qui aboutiront forcément à des avancées importantes dans de multiples domaines. On mesure d'ailleurs souvent l'importance d'une théorie par sa fertilité.
    • R_Robert 4/06/2011
      @ florian,
      Pour la génération de la matière vous avez déjà les explications si vous vouliez les voir et Dune86 l'a bien compris, car contrairement aux intervenants de ce forum, il a lu toutes les explications, lui.
    • -florian- 4/06/2011
      @Dune86
      Oui, à part que j'ai détruit votre théorie avec un seul post.

      http://www.knowtex.com/posts/le-modele-de-l-atome-a-electrons-statiques-maes_17607/comments/#comm5051
    • R_Robert 4/06/2011
      @ florian,
      Vous n'avez rien détruit. Vous alléguer les propos et les théories d'autres, fausses ou vraies et vous en tirez vos conclusions.

      Si vous voulez détruire la théorie du MAES, cherchez d'autres pièces à conviction plus convaincantes, SVP.
    • -florian- 4/06/2011
      #R_Robert
      J'ai lu votre document, votre modèle est très différent du modèle orbitalaire, or il se trouve que le modèle orbitalaire est vérifié expérimentalement. Conclusion votre modèle est faux.

      Mais je citerai Alain Aspect qui répondait à la négation de résulats expérimentaux par une personne assistant à l'une de ces conférences: "Mais Monsieur, vous êtes libre de croire ce que vous voulez".
    • R_Robert 4/06/2011
      Pièces à conviction plus convaincantes et moins frauduleuses !
    • pepejul 4/06/2011
      @ RR : Croire est intellectuellement plus facile que réfléchir....

      @ Florian : "Ensuite, l'argument que j'essaie de développer repose sur les implications liés à l'aspect dynamique de ces courants mantéliques, (voir message précédent). Si il n'y a pas autant de lithosphère qui disparaît dans le manteau que de lithosphère qui est formée au niveau des dorsales, vous êtes forcés d'admettre que la surface de la la Terre augmente. Et le changement de modèle s'impose de lui-même."

      Donc si je comprends bien vous cherchez à prouver que la lithosphère ne disparaît pas autant qu'elle est créée au niveau des dorsales, ce qui impliquerait de facto que la Terre grossit...

      Soit, mais dans l'hypothèse où des courants mantelliques seraient présent non pas du fait de la subduction mais de phénomènes de flux thermiques au sein du manteau et responsables des déplacements de plaques observés, alors la théorie de l'expansion deviendrait inutile n'est-ce pas ?

      Dans le cas où deux théories proposent d'expliquer un phénomène ne convient-il pas de "choisir" celle qui fait appel au moins grand nombre d'hypothèses non validées (c'est le principe du rasoir d'Ockham si je ne m'abuse) ?

      Je suis d'accord pour utiliser le terme "d'inexpliquée" en lieu et place d'inexplicable pour les raisons que vous avez développées.

      "Vous ne m'avez pas dit si vous vouliez bien que l'on passe à l'analyse d'une autre région pour vérifier la généralité du phénomène?"
      Je trouverais intéressant d'aborder l'étude d'une autre région du Globe compatible avec votre argumentaire (même si de là à généraliser il y a un pas..) il est tellement plus agréable et isntructif de converser avec quelqu'un qui maîtrise son sujet et qui ne souffre pas de la paranïoa mégalomaniaque d'un psychotique obsessionnel (salut…
      Afficher la suite @ RR : Croire est intellectuellement plus facile que réfléchir....

      @ Florian : "Ensuite, l'argument que j'essaie de développer repose sur les implications liés à l'aspect dynamique de ces courants mantéliques, (voir message précédent). Si il n'y a pas autant de lithosphère qui disparaît dans le manteau que de lithosphère qui est formée au niveau des dorsales, vous êtes forcés d'admettre que la surface de la la Terre augmente. Et le changement de modèle s'impose de lui-même."

      Donc si je comprends bien vous cherchez à prouver que la lithosphère ne disparaît pas autant qu'elle est créée au niveau des dorsales, ce qui impliquerait de facto que la Terre grossit...

      Soit, mais dans l'hypothèse où des courants mantelliques seraient présent non pas du fait de la subduction mais de phénomènes de flux thermiques au sein du manteau et responsables des déplacements de plaques observés, alors la théorie de l'expansion deviendrait inutile n'est-ce pas ?

      Dans le cas où deux théories proposent d'expliquer un phénomène ne convient-il pas de "choisir" celle qui fait appel au moins grand nombre d'hypothèses non validées (c'est le principe du rasoir d'Ockham si je ne m'abuse) ?

      Je suis d'accord pour utiliser le terme "d'inexpliquée" en lieu et place d'inexplicable pour les raisons que vous avez développées.

      "Vous ne m'avez pas dit si vous vouliez bien que l'on passe à l'analyse d'une autre région pour vérifier la généralité du phénomène?"
      Je trouverais intéressant d'aborder l'étude d'une autre région du Globe compatible avec votre argumentaire (même si de là à généraliser il y a un pas..) il est tellement plus agréable et isntructif de converser avec quelqu'un qui maîtrise son sujet et qui ne souffre pas de la paranïoa mégalomaniaque d'un psychotique obsessionnel (salut Roger ça boume ?)
    • -florian- 4/06/2011
      @pepejul
      "Donc si je comprends bien vous cherchez à prouver que la lithosphère ne disparaît pas autant qu'elle est créée au niveau des dorsales, ce qui impliquerait de facto que la Terre grossit…"

      Oui, c'est un des moyens de le prouver.

      "Soit, mais dans l'hypothèse où des courants mantelliques seraient présent non pas du fait de la subduction mais de phénomènes de flux thermiques au sein du manteau et responsables des déplacements de plaques observés, alors la théorie de l'expansion deviendrait inutile n'est-ce pas ?"

      Encore une fois, l'existence de courants est compatible a priori avec les deux théories. Par contre le fait que ces courants soient à l'origine de la subduction de lithosphère n'est pas compatible avec la tectonique des plaques en raison du déséquilibre que cela implique entre surface de lithosphère apparaissant et disparaissant.

      "Dans le cas où deux théories proposent d'expliquer un phénomène ne convient-il pas de "choisir" celle qui fait appel au moins grand nombre d'hypothèses non validées (c'est le principe du rasoir d'Ockham si je ne m'abuse) ?"

      Oui, mais ce n'est pas le cas ici. Ici, nous avons affaire à deux théories dont l'une est fondée sur une égalité entre deux termes (surface de lithosphère formée=surface de lithosphère disparaissant dans le manteau) et l'autre repose sur une inégalité entre ces deux mêmes termes (surface de lithosphère formée>surface de lithosphère disparaissant dans le manteau). Donc il y a bien là un moyen de les discriminer en vérifiant l'inégalité.

      "Je trouverais intéressant d'aborder l'étude d'une autre région du Globe compatible avec votre argumentaire (même si de là à généraliser il y a un pas..)"

      OK, mais avant, je voudrais être bien certain que vous avez admis que lorsque c'est un courant mantélique…
      Afficher la suite @pepejul
      "Donc si je comprends bien vous cherchez à prouver que la lithosphère ne disparaît pas autant qu'elle est créée au niveau des dorsales, ce qui impliquerait de facto que la Terre grossit…"

      Oui, c'est un des moyens de le prouver.

      "Soit, mais dans l'hypothèse où des courants mantelliques seraient présent non pas du fait de la subduction mais de phénomènes de flux thermiques au sein du manteau et responsables des déplacements de plaques observés, alors la théorie de l'expansion deviendrait inutile n'est-ce pas ?"

      Encore une fois, l'existence de courants est compatible a priori avec les deux théories. Par contre le fait que ces courants soient à l'origine de la subduction de lithosphère n'est pas compatible avec la tectonique des plaques en raison du déséquilibre que cela implique entre surface de lithosphère apparaissant et disparaissant.

      "Dans le cas où deux théories proposent d'expliquer un phénomène ne convient-il pas de "choisir" celle qui fait appel au moins grand nombre d'hypothèses non validées (c'est le principe du rasoir d'Ockham si je ne m'abuse) ?"

      Oui, mais ce n'est pas le cas ici. Ici, nous avons affaire à deux théories dont l'une est fondée sur une égalité entre deux termes (surface de lithosphère formée=surface de lithosphère disparaissant dans le manteau) et l'autre repose sur une inégalité entre ces deux mêmes termes (surface de lithosphère formée>surface de lithosphère disparaissant dans le manteau). Donc il y a bien là un moyen de les discriminer en vérifiant l'inégalité.

      "Je trouverais intéressant d'aborder l'étude d'une autre région du Globe compatible avec votre argumentaire (même si de là à généraliser il y a un pas..)"

      OK, mais avant, je voudrais être bien certain que vous avez admis que lorsque c'est un courant mantélique qui subducte de la lithosphère statique, la surface de lithosphère subductée correspond à la surface de lithosphère statique balayée par le front de chevauchement du courant. Je ferai sans doute un schéma pour l'illustrer quand j'aurai un peu de temps.
    • pepejul 4/06/2011
      en effet un schéma serait plus clair.... :o)
    • -florian- 11/06/2011
      @pepejul

      Voilà, j'ai fait le schéma en question avec vue en coupe et vue du dessus : http://tinyurl.com/65y7okv
      Donc le courant mantélique s'étale et induit le rollback, et au fil du temps (5 millions d'années entre 1, 2 et 3) la fosse et l'arc progressent vers la gauche (distance entre a et b diminue), alors que le bassin d'arrière arc s'ouvre (distance entre b et c augmente).
      On constate que dans ce cas, il y a autant de nouvelle lithosphère apparaissant dans le back-arc que de lithosphère ancienne disparaissant sous l'arc (distance entre a et c constante).
      Il y a donc localement conservation de la surface de lithosphère.

      J'espère que c'est maintenant plus clair et que l'on peut passer à la suite ; )
    • pepejul 13/06/2011
      "Il y a donc localement conservation de la surface de lithosphère."

      je ne parviens pas à ouvrir le lien (mort ou erroné ?) mais si je comprends bien il s'agit d'un modélisation compatible avec les observations de terrain ? Le mot localement indique bien la validité restreinte de ce modèle...

      Je suis impatient de voir les autres zones de la planète où cette théorie de la conservation de la quantité de lithosphère se vérifie encore....
    • actarus 13/06/2011
      Le lien s'ouvrait hier ... c'était un schéma montrant le roll-back et le courant mantellique.

      Rien de surprenant ou de nouveau par rapport à ce que nous enseignons finalement ...

      A ce sujet : lire le pdf de planette-terre (ens Lyon) :
      http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/Images/convection-2005-04-01/convection-2005-04-01-ppt9.pdf
    • -florian- 14/06/2011
      @pepejul

      Désolé, le serveur était down ce week-end. Il est à nouveau actif. Est-ce que le schéma et suffisamment clair? Est-ce qu'il est compréhensible qu'il y a conservation de la quantité de lithosphère? Est-ce que vous êtes d'accord sur l'analogie du schéma avec celui le cas réel de la mer Egée?

      @prince d'euphor :-)
      "Rien de surprenant ou de nouveau par rapport à ce que nous enseignons finalement"

      Il y a pourtant une différence fondamentale avec ce que vous devez certainement enseigner.
      Dans votre enseignement, c'est la surdensité de la plaque qui est le moteur de l'enfoncement de la lithosphère et du roll-back. Et le courant dans le coin de manteau est juste une conséquence de cet enfoncement.
      Alors que dans l'autre cas c'est le courant mantélique qui est le moteur de l'enfoncement de la lithosphère et provoque le roll-back. La surdensité de la plaque ne fait que faciliter le roll-back, et ne participe qu'au second ordre. D'ailleurs, il n'est même pas nécessaire que la lithosphère enfoncée soit plus dense. Mais dans ce cas le roll-back sera plus difficile et si la lithosphère subductée est vraiment moins dense, elle sera probablement soumise à de fortes contraintes en cherchant à se dégager du manteau plus dense qui s'écoule sur elle.

      Bref, on a donc d'un côté "un courant mantélique est à l'origine d'un enfoncement de la lithosphère vers laquelle il se dirige" et de l'autre côté "un enfoncement de la lithosphère est à l'origine de courants mantéliques".
      ça peut paraître subtile, mais les deux situations ne sont pas du tout équivalentes en matière de géodynamique, et leurs implications non plus.
    • actarus 14/06/2011
      "Dans votre enseignement, c'est la surdensité de la plaque qui est le moteur de l'enfoncement de la lithosphère et du roll-back."

      C'est vrai. Mais on n'a jamais nié l'existence ni la contribution de ces courants.

      D'ailleurs en 1ère S, où l'on n'étudiait que la divergence au niveau des dorsales, on insistait sur la convection mantellique (en s'appuyant sur les anomalies du flux géothermiques, et sur les données de la tomographie sismique).

      Ce n'est qu'en Terminale S qu'on envisageait l'augmentation de la densité de la lithosphère (due en fait au refroidissement qui fait descendre l'isotherme 1300°C et donc à l'augmentation de la part relative du manteau lithosphérique lourd, par rapport à la croûte).

      Intéressante discussion.
    • -florian- 14/06/2011
      @ actarus
      "C'est vrai. Mais on n'a jamais nié l'existence ni la contribution de ces courants."

      Ce n'est pas qu'ils sont niés, mais au niveau des zones de Benioff, leur rôle est minoré.

      Les théoriciens comme Robert Stern (Uni Texas) mettent clairement en avant la subduction comme étant le mécanisme à la base de la tectonique des plaques: C'est la plaque plongeante qui brasse le manteau et provoque la convection et non pas les mouvements du manteau qui conduisent à l'enfoncement d'une plaque.

      Mais je trouve que c'est en train de changer tout doucement grâce à l'amélioration des modèles tridimensionnels incluant les mouvements de la lithosphère et du manteau supérieur et mêlant en particulier tomographie et géodésie.

      Je citerai par exemple un papier de Claudio Faccena qui a encore une fois pour objet la Méditerranée: Faccena et Becker,"Shaping mobile belts by small-scale convection" 2010, Nature 465, p602 ; http://www.nature.com/nature/journal/v465/n7298/full/nature09064.html

      Evidemment, le contexte général de ce genre de papier reste la tectonique des plaques.
    • pepejul 14/06/2011
      Le schéma est très clair et intéressant... Est-il toujours valable dans des zones comme la marge ouest de l'Am du Sud ?
    • actarus 15/06/2011
      @pepejul
      Ah ben tiens c'est justement sur cette zone que portait l'article sur lequel j'ai du travailler avec mon ancienne étudiante (elle devait le traduire) :
      http://www.gm.univ-montp2.fr/spip/IMG/pdf/Gutscher-EPSL99-Andes.pdf

      Si tu en as le courage, tu peux le survoler ... la situation est bien plus complexe que ce que je ne le croyais jusqu'à présent.
    • -florian- 18/06/2011
      @pepejul
      Il a besoin d'être adapté suivant les contextes, et la marge ouest de l'Amérique du sud doit être segmentée.

      Justement, entre Am du Sud et Antarctique, il y a une zone très intéressante car elle a de nombreux points communs avec l'Anatolie/Egée. La grosse différence est qu'elle est entièrement immergée. C'est la mer Scotia. On retrouve, comme en égée, un courant mantélique avec ses marges latérales bien marqués par des failles transformantes et au niveau de son front de progression, un arc volcanique et une fosse. Ce courant vient du pacifique est pénètre dans l'atlantique: http://tinyurl.com/3z38kph
    • -florian- 18/06/2011
      "et" pénètre...
    • pepejul 18/06/2011
      Si je comprends bien, il semblerait que localement on trouve des zones où les courants mantelliques provoquent des subductions forcées ayant une "portée" moindre que celle qu'on imaginait préalablement par l'hypothèse du plongement des plaque anciennes plus denses... c'est bien cela ?
    • -florian- 18/06/2011
      Disons que les exemples que j'ai donné permettent de bien comprendre le principe général: Ce sont des courants mantéliques qui provoquent les subduction et pas l'inverse, avec pour conséquence une "destruction" de lithosphère qui est toute relative voire même en bilan une absence de destruction et plutôt une expansion.
    • -florian- 21/06/2011
      Ensuite on peut s'intéresser à la région des Philippines qui est d'apparence très compliquée. Mais en utilisant comme grille de lecture, une subduction provoquée par des courants et des extrusions du manteau, on peut arriver à retrouver l'histoire de la région: http://tinyurl.com/ny4d56

      On a d'abord en marge de l'Asie, de la lithosphère océanique âgée de 175 Ma à 120 Ma avec la particularité que l'âge de cette lithosphère baisse en s'éloignant d'un noyau initiale de 175 Ma, bien visible sur cette vue générale du pacifique nord (http://tinyurl.com/yd6xaao).
      Cette lithosphère ancienne se fait progressivement grignoter à partir de la marge asiatique.
      Dans la mer des Philippines, on identifie un premier bassin d'extension entre 60 et 30 Ma, lui même apparu au milieu de lithosphère âgée d'environ 90 Ma. La dorsale de ce premier bassin est orientée NOO/SEE.

      Ensuite l'activité se décale vers le Sud-Est, soit au nord de la nouvelle Guinée, avec un bassin se développant de -35 à -30 Ma qui s'est apparemment mise en place là où existait de l'ancienne lithosphère âgée de plus de 100 Ma. Ce bassin a deux fragments de dorsales orientés Est-Ouest.

      Ensuite l'activité se redéplace vers le nord avec un troisième bassin d'extension et une dorsale active de 30 à 20 Ma orienté Nord-Sud pour la première fois. Puis alors que cette dorsale s'éteind, l'activité démarre un peu plus à l'Est pour former l'actuel bassin d'arrière-arc des Mariannes. Trois autres foyers d'extrusion s'allument à peu près en même temps, Sulu, Palau et Banda avec des directions d'expansion dans tous les sens.
      En particulier, je pense que le bassin de Banda illustre bien comment un diapir peut, en s'étalant, engendrer une subduction de la lithosphère qui l'entoure sur plus de 180°.

      Bref, de manière identique…
      Afficher la suite Ensuite on peut s'intéresser à la région des Philippines qui est d'apparence très compliquée. Mais en utilisant comme grille de lecture, une subduction provoquée par des courants et des extrusions du manteau, on peut arriver à retrouver l'histoire de la région: http://tinyurl.com/ny4d56

      On a d'abord en marge de l'Asie, de la lithosphère océanique âgée de 175 Ma à 120 Ma avec la particularité que l'âge de cette lithosphère baisse en s'éloignant d'un noyau initiale de 175 Ma, bien visible sur cette vue générale du pacifique nord (http://tinyurl.com/yd6xaao).
      Cette lithosphère ancienne se fait progressivement grignoter à partir de la marge asiatique.
      Dans la mer des Philippines, on identifie un premier bassin d'extension entre 60 et 30 Ma, lui même apparu au milieu de lithosphère âgée d'environ 90 Ma. La dorsale de ce premier bassin est orientée NOO/SEE.

      Ensuite l'activité se décale vers le Sud-Est, soit au nord de la nouvelle Guinée, avec un bassin se développant de -35 à -30 Ma qui s'est apparemment mise en place là où existait de l'ancienne lithosphère âgée de plus de 100 Ma. Ce bassin a deux fragments de dorsales orientés Est-Ouest.

      Ensuite l'activité se redéplace vers le nord avec un troisième bassin d'extension et une dorsale active de 30 à 20 Ma orienté Nord-Sud pour la première fois. Puis alors que cette dorsale s'éteind, l'activité démarre un peu plus à l'Est pour former l'actuel bassin d'arrière-arc des Mariannes. Trois autres foyers d'extrusion s'allument à peu près en même temps, Sulu, Palau et Banda avec des directions d'expansion dans tous les sens.
      En particulier, je pense que le bassin de Banda illustre bien comment un diapir peut, en s'étalant, engendrer une subduction de la lithosphère qui l'entoure sur plus de 180°.

      Bref, de manière identique que pour l'Egée ou la mer Scotia, la surface de lithosphère détruite dans cette région n'est finalement pas plus importante que la surface de nouvelle lithosphère crée bien visible sur ces figures. Le même type d'analyse est possible pour toute la zone située entre Australie et Tonga/Kermadec (http://tinyurl.com/6ermegu).
      Et là, on constate qu'il ne peut pas y avoir à l'échelle globale un équilibre quantitatif entre lithosphère détruite par subduction et lithosphère crée au niveau des dorsales. On est obligé de conclure que la surface du globe augmente.
    • pepejul 21/06/2011
      ok...vraiment intéressant...

      Mais si ces zones "marginales" du Globe étaient effectivement en accroissement, cela voudrait-il forcément dire que la surface totale de la planète augmente ?

      Peut-être que le mouvement des grandes plaques océaniques entraîne de façon "anecdotique" des acroissement de surfaces dans les zones complèxes (Egée, Scotia, Philippine...), cette hypothèse est-elle recevable selon vous ?
    • -florian- 22/06/2011
      Comme ce sont des courants et extrusions mantéliques qui sont à l'origine de la subduction, et pas un déplacement de lithosphère océanique, cela veut effectivement forcément dire que la surface de la planète augmente.

      De manière générale, il faut comprendre que ces courants sont à l'origine des subductions et mais sont aussi orogéniques. Le plus bel exemple est sans doute le courant qui s'écoule du tibet à l'indonésie et que j'ai mis en évidence dans cette figure: http://tinyurl.com/6fustf6
      La chaîne himalayenne et l'arc indonésien sont deux facettes d'un même phénomène. On devine également des ramifications vers l'ouest (Makran, Zagros).
    • pepejul 28/06/2011
      Pas mal mais ça reste une interprétation des faits (très bien étayée et nouvelle je dois bien le reconnaître !)

      Le problème de l'origine de l'énorme quantité de matière reste quand même bien embêtant pour souscrire à cette théorie....
    • -florian- 28/06/2011
      @pepejul
      "Pas mal mais ça reste une interprétation des faits (très bien étayée et nouvelle je dois bien le reconnaître !)"

      Je ne suis pas vraiment d'accord, car il n'y a pas tant de place que cela pour l'interprétation.

      "Le problème de l'origine de l'énorme quantité de matière reste quand même bien embêtant pour souscrire à cette théorie"

      C'est ce qui rebute tout le monde, enfin certains plus que d'autres. Si on avait la moindre idée sur l'origine de cette matière, cela fait longtemps que l'on serait passé en mainstream. C'est assez curieux, car d'un point de vue épistémologique, nous n'avons pas besoin de connaître l'origine de cette matière. On peut très bien se borner à ce qui est observable et aux implications sans se préoccuper du pourquoi/comment il y a ce gain de matière. Cela m'étonne souvent que les physiciens soient si réticents, car en physique, on se borne souvent à décrire les phénomènes par des lois, sans particulièrement se préoccuper du pourquoi. Tant que les lois permettent d'effectuer des prédictions qui sont vérifiées on se fout un peu de ce qu'il y a derrière le décor. C'est typiquement le cas de la mécaQ: On a tout un formalisme qui permet de faire des prédictions diaboliquement précises, mais alors on est incapable de comprendre à quelle réalité physique il correspond.
    • pepejul 29/06/2011
      En cherchant un peu j'ai trouvé ça : http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-subduction-sans-convergence.xml

      Il semblerait que la subduction sans convergence soit tout à fait intégrée à la tectonique des plaques et que cela ne remette pas en cause les autres modèles...

      De plus la formation d'un prisme d'accretion important dans certaines zones ne me parait pas compatible avec le plongement causé par un courant mantellique (je me trompe peut-être...)
    • pepejul 29/06/2011
      article intéressant sur le rôle joué par la déshydratation des roches crutsales le long du Plan de Benhioff : http://www.insu.cnrs.fr/a3704,eau-mer-ne-penetrerait-que-superficiellement-lithosphere-oceanique.html
    • pepejul 29/06/2011
      Il me vient une autre réflexion : La plaque Indienne et son mouvement rapide sud-nord n'est-elle pas incompatible avec une expansion terrestre ?
    • -florian- 29/06/2011
      @pepejul
      "Il semblerait que la subduction sans convergence soit tout à fait intégrée à la tectonique des plaques et que cela ne remette pas en cause les autres modèles..."
      Bien sûr puisque cela revient toujours à un slab roll-back, sauf que dans un cas, c'est le slab qui par sa densité plus élevée que l'asthénosphère s'enfonce sous son propre poids, engendrant un courant mantélique en retour, alors que dans l'autre cas, c'est le courant mantélique qui induit le roll-back du slab. Mais pour les deux interprétations, la surface de lithosphère subductée est très limitée et c'est le point clé.

      "De plus la formation d'un prisme d'accretion important dans certaines zones ne me parait pas compatible avec le plongement causé par un courant mantellique (je me trompe peut-être...)"
      Pourquoi? le prisme d'accrétion, c'est ce qui est poussé en avant du coin de manteau.

      "article intéressant sur le rôle joué par la déshydratation des roches crutsales le long du Plan de Benhioff : http://www.insu.cnrs.fr/a3704,eau-mer-ne-penetrerait-que-superficiellement-lithosphere-oceanique.html"

      çà s'est connu depuis longtemps, c'est ce qui est à l'origine du magmatisme d'arc et des séismes jusqu'à la zone de transition à 410 km. Mais ce qui est un peu nouveau dans ce papier que je ne connaissais pas, c'est la faible quantité d'eau transporté dans le manteau par le slab. Amusant que Brudzinki soit arrivé à la même conclusion l'année dernière et par d'autres moyens (http://www.nature.com/nature/journal/v467/n7317/full/nature09401.html).

      "Il me vient une autre réflexion : La plaque Indienne et son mouvement rapide sud-nord n'est-elle pas incompatible avec une expansion terrestre ?"

      J'ai justement une discussion à ce sujet sur un autre forum. C'est le hasard?
      Non au contraire, le mouvement…
      Afficher la suite @pepejul
      "Il semblerait que la subduction sans convergence soit tout à fait intégrée à la tectonique des plaques et que cela ne remette pas en cause les autres modèles..."
      Bien sûr puisque cela revient toujours à un slab roll-back, sauf que dans un cas, c'est le slab qui par sa densité plus élevée que l'asthénosphère s'enfonce sous son propre poids, engendrant un courant mantélique en retour, alors que dans l'autre cas, c'est le courant mantélique qui induit le roll-back du slab. Mais pour les deux interprétations, la surface de lithosphère subductée est très limitée et c'est le point clé.

      "De plus la formation d'un prisme d'accretion important dans certaines zones ne me parait pas compatible avec le plongement causé par un courant mantellique (je me trompe peut-être...)"
      Pourquoi? le prisme d'accrétion, c'est ce qui est poussé en avant du coin de manteau.

      "article intéressant sur le rôle joué par la déshydratation des roches crutsales le long du Plan de Benhioff : http://www.insu.cnrs.fr/a3704,eau-mer-ne-penetrerait-que-superficiellement-lithosphere-oceanique.html"

      çà s'est connu depuis longtemps, c'est ce qui est à l'origine du magmatisme d'arc et des séismes jusqu'à la zone de transition à 410 km. Mais ce qui est un peu nouveau dans ce papier que je ne connaissais pas, c'est la faible quantité d'eau transporté dans le manteau par le slab. Amusant que Brudzinki soit arrivé à la même conclusion l'année dernière et par d'autres moyens (http://www.nature.com/nature/journal/v467/n7317/full/nature09401.html).

      "Il me vient une autre réflexion : La plaque Indienne et son mouvement rapide sud-nord n'est-elle pas incompatible avec une expansion terrestre ?"

      J'ai justement une discussion à ce sujet sur un autre forum. C'est le hasard?
      Non au contraire, le mouvement vers le nord de l'Inde est bien expliqué par l'expansion de l'océan indien, voir ce schéma (http://tinyurl.com/64dqbzj)
      Par contre les données biogéographiques (et géologiques plus anciennes mais dont les références sont maintenant difficiles à trouver), indiquent une constante proximité entre l'Inde et l'Asie à toutes les époques. Les deux étaient seulement partiellement séparées par une mer épicontinentale beaucoup plus longue que large (Téthys). Les données les plus récentes et accessibles établissent avec certitude une connexion Asie-Inde dès la fin crétacé, ce qui est incompatible avec le modèle le plus abouti (Ali et Aitchinson (2008) ESR 88, p145-166) qui propose une collision avec un arc en début d'éocène et la collision continentale en fin d'éocène. Seule l'expansion terrestre peut expliquer à la fois une constante proximité entre Inde et Asie et un mouvement rapide de l'Inde vers le nord (voir schéma ci dessus). Ali le sait très bien mais il ne veut toujours pas y croire. Il finira bien par rendre les armes ;-p
    • pepejul 29/06/2011
      Le prisme d'accretion peut-il être très important (comme c'est le cas dans la réalité de certaines marges actives) avec une faible surface de plaque subducté ? (c'était le sens de ma question, j'aurais du insister sur le mot "important" dans ma phrase)

      L'article sur la déshydratation des roches en profondeur m'a paru intéressant justement parce qu'il présentait un fait nouveau (la faible profondeur d'infiltration de l'eau si j'ai bein compris)

      [quote]J'ai justement une discussion à ce sujet sur un autre forum. C'est le hasard?
      [/quote] Les recherches sur le sujet mènent effectivement souvent à des discussions dont vous êtes partie prenante (:o)

      Dans le cas de l'Inde, il semblerait que l'épâisseur de la plaque soit inférieure à ce qui était imaginé (à peine une centaine de km) : http://alcaid.spreadix.com/fr/news/t/geologie-1/d/tectonique-des-plaques-linde-championne-de-vitesse_13283/ et que sa vitesse de progression soit très grande.

      Sur le schéma très simpifié que vous proposez la distance Inde / Asie ne change pas (ou très peu) ce qui me parait incompatible avec l'orogénèse himalayenne (vous ne niez pas la collision tout de même ? )

      Si j'ai bien compris cet article : http://www.insu.cnrs.fr/a3166,que-devient-plaque-indienne-sous-plateau-tibetain.html il semblerait que la croute océanique Indienne ne s'enfonce que de 450km sous l'Himalaya, cela constitue-t-il un argument en faveur d'un faible rapprochement dont vous faisiez état ?
    • -florian- 29/06/2011
      @pepejul
      "Le prisme d'accretion peut-il être très important (comme c'est le cas dans la réalité de certaines marges actives) avec une faible surface de plaque subducté ? (c'était le sens de ma question, j'aurais du insister sur le mot "important" dans ma phrase)"

      La surface est faible par comparaison avec ce qu'il faudrait subducter pour compenser l'accrétion au niveau des dorsales, mais un front de Benioff peut quand même parcourir plusieurs centaines de km.


      "Dans le cas de l'Inde, il semblerait que l'épâisseur de la plaque soit inférieure à ce qui était imaginé (à peine une centaine de km) : http://alcaid.spreadix.com/fr/news/t/geologie-1/d/tectonique-des-plaques-linde-championne-de-vitesse_13283/ et que sa vitesse de progression soit très grande."

      Je me rappelle bien du papier de Kumar et al à sa publication dans Nature en 2007 "The rapid drift of the Indian tectonic plate" :-)
      l'argument était que l'affinement de la lithosphère indienne par effet d'un megaplume à l'origine du break-up de Gondwana puis quelques autres plumes situés sur le passage, on fait du continent sans "quille" (par analogie à un bateau) et donc offrant moins de résistance à la traction. C'est juste une intuition.


      "Sur le schéma très simpifié que vous proposez la distance Inde / Asie ne change pas (ou très peu)

      Oui puisque c'est la conclusion que l'on peut tirer des données biogéographiques, litho- et biostratigraphiques.


      " ce qui me parait incompatible avec l'orogénèse himalayenne (vous ne niez pas la collision tout de même ? )"

      Les orogénèses sont diapiriques par nature. Il s'agit d'extrusions qui s'étalent et appliquent une pression latérale en raison de cet étalement (d'où les chevauchement et nappes). C'est comme une zone de Benioff, mais en milieu continental, et…
      Afficher la suite @pepejul
      "Le prisme d'accretion peut-il être très important (comme c'est le cas dans la réalité de certaines marges actives) avec une faible surface de plaque subducté ? (c'était le sens de ma question, j'aurais du insister sur le mot "important" dans ma phrase)"

      La surface est faible par comparaison avec ce qu'il faudrait subducter pour compenser l'accrétion au niveau des dorsales, mais un front de Benioff peut quand même parcourir plusieurs centaines de km.


      "Dans le cas de l'Inde, il semblerait que l'épâisseur de la plaque soit inférieure à ce qui était imaginé (à peine une centaine de km) : http://alcaid.spreadix.com/fr/news/t/geologie-1/d/tectonique-des-plaques-linde-championne-de-vitesse_13283/ et que sa vitesse de progression soit très grande."

      Je me rappelle bien du papier de Kumar et al à sa publication dans Nature en 2007 "The rapid drift of the Indian tectonic plate" :-)
      l'argument était que l'affinement de la lithosphère indienne par effet d'un megaplume à l'origine du break-up de Gondwana puis quelques autres plumes situés sur le passage, on fait du continent sans "quille" (par analogie à un bateau) et donc offrant moins de résistance à la traction. C'est juste une intuition.


      "Sur le schéma très simpifié que vous proposez la distance Inde / Asie ne change pas (ou très peu)

      Oui puisque c'est la conclusion que l'on peut tirer des données biogéographiques, litho- et biostratigraphiques.


      " ce qui me parait incompatible avec l'orogénèse himalayenne (vous ne niez pas la collision tout de même ? )"

      Les orogénèses sont diapiriques par nature. Il s'agit d'extrusions qui s'étalent et appliquent une pression latérale en raison de cet étalement (d'où les chevauchement et nappes). C'est comme une zone de Benioff, mais en milieu continental, et l'Himalaya est l'équivalent d'un prisme d'accrétion. Ce modèle a été dévelopé par Carey il y a plus de 40 ans. Le Tibet est une bonne illustration de ce modèle comme on peut le voir sur cette coupe transversale de l'orogène:
      http://tinyurl.com/3vyz822
      Tout ce qui est entre les suture Indus-Zangbo et Kunlun s'est mis en place par extrusion, et tout ce qui est au delà des sutures et repoussé vers l'extérieur.


      "Si j'ai bien compris cet article : http://www.insu.cnrs.fr/a3166,que-devient-plaque-indienne-sous-plateau-tibetain.html il semblerait que la croute océanique Indienne ne s'enfonce que de 450km sous l'Himalaya, cela constitue-t-il un argument en faveur d'un faible rapprochement dont vous faisiez état ?"

      Oui, cette longueur d'environ 450 km sous le Tibet pourrait correspondre à ce qui a été recouvert par l'extrusion. Cela colle d'ailleurs assez bien avec les modèles de couplage mécanique de la lithosphère du Tibet (http://www.nature.com/nature/journal/v472/n7341/full/nature09926.html).
      Mais il faut quand même prendre les tomographies avec des pincettes. Anderson a écrit un papier critique assez intéressant sur les tomogaphies (http://www.mantleplumes.org/TomographyProblems.html).
    • -florian- 7/07/2011
      Puisqu'on discutait de l'Inde et de ces excès de vitesse, Il y a un papier dans Nature cette semaine qui suggère que la vitesse de dérive vers le nord est en partie due à la poussée d'un panache mantélique, celui de la réunion: http://www.nature.com/nature/journal/v475/n7354/full/nature10174.html
      Cette idée est très controversée comme l'illustre un edito de Müller dans le même numéro:
      http://www.nature.com/nature/journal/v475/n7354/full/475040a.html

      Pour info, c'est la forte croissance du manteau de l'hémisphère sud qui est à l'origine de cette dérive rapide vers le nord. Carey a utilisé le terme de "géotumeur" pour l'imager.
    • R_Robert 19/12/2011
      Pour finir l'année en beauté !

      Voici un article que j'ai rédigé, pour un magazine, sur l'expansion terrestre.
      Il est un peu long, car il reprend tous les points qui me conduisent vers cette évidence !

      http://rogerrobert.unblog.fr/files/2010/11/Top-secret-Expansion-2.doc

      Bonne fêtes de fin d'année et bonne lecture
    • koeuf 19/12/2011
      il y a des éléments amusants dans ce papier (les mammouths notamment !) et tiens si on parle d'ornement disproportionné, on en trouve encore pas mal de nos jours comme les bois des élans (2m d'envergure max) ou les égos
    • pepejul 19/12/2011
      ça faisait longtemps....alors cette révolution scientifique qui bouleverse le monde ? ça avance ?
    • pepejul 19/12/2011
      je cite RR à la fin du texte proposé (qui ne fait que reprendre les errances de sa pseudo-théorie : "Conclusion
      A la lecture de cet article, vous aurez compris que l’expansion terrestre était un prétexte qui permettait de mettre en évidence tous ces égarements de la science. Si ce grossissement des planètes, admis par d’éminents géologues, ne pouvait remettre en cause la théorie de la tectonique, c’est que rien ne permettait de l’expliquer, de plus, la gravitation entravait les réflexions. Nous étions dans une impasse et notre refus systématique d’oser remettre en cause les fondements de notre connaissance nous entraînait dans une dérive intellectuelle."

      Voilà un aveu qui finit de vous discréditer, vous avouez utiliser la théorie de l'expansion terrestre comme support de votre propagande stérile.... pauvre homme...
    • -florian- 19/12/2011
      "vous avouez utiliser la théorie de l'expansion terrestre comme support de votre propagande stérile...."

      Sans rien y comprendre, bien évidemment...
    • R_Robert 20/12/2011
      @ Pépéjul,
      Apprenez à lire !
      Ce document est un article sur l'expansion terrestre, mais pour l'expliquer il faut comprendre ce grossissement qui ne peut l'être qu'en mettant sur la touche la gravitation et le modèle atomique.
      Sinon, ce débat devient un dialogue stérile et incompréhensible entre géologues, comme vous l'avez fait avec Florian !
    • R_Robert 20/12/2011
      @ Koeuf,
      Mettez sur la balance une défense en ivoire de mammouth et le bois d'un élan, et regardez s'il n'y a pas une petite différence par hasard!
    • -florian- 20/12/2011
      "Ce document est un article sur l'expansion terrestre, mais pour l'expliquer il faut comprendre ce grossissement qui ne peut l'être qu'en mettant sur la touche la gravitation et le modèle atomique. "

      Tous deux fonctionnant très bien, c'est à dire capables de prédictions vérifiables et vérifiés. Pas comme votre modèle.

      L'expansion terrestres est une théorie appartenant pour l'instant au domaine des géosciences, car le corpus d'observation qui ont donné naissance à cette théorie appartiennent à ce domaine.
      Par contre, il n'y a pas d'observations du domaine de la physique fondamentale permettant d'aboutir à la théorie de l'expansion terrestre. Vous êtes donc hors sujet.
    • R_Robert 20/12/2011
      @ Florian,
      Que connaissez-vous de mon modèle et des explications que je donne sur la pesanteur ? Rien, vous n'avez pas lu mon livre !
      Si ce sont les 30€ qui vous font mal, vous pouvez consulter l'ensemble de mon livre sur le lien suivant :
      http://rogerrobert.unblog.fr/contenu-du-livre/

      La séparation entre la physique fondamentale et le reste des disciplines est la preuve que la physique n'a pas le bon modèle atomique !
      La science ne fait qu'un tout cohérent et logique, si ses bases sont correctes. Et ce sont ces évidences qui montrent que je suis dans le vrai. Il suffit de LIRE pour s'en rendre compte.
    • -florian- 20/12/2011
      @ R_Robert
      "Que connaissez-vous de mon modèle et des explications que je donne sur la pesanteur ? Rien, vous n'avez pas lu mon livre !"

      Aahhh, vous avez déjà oublié la démonstration que je vous ai faite sur les densités électroniques mesurées expérimentalement qui vont à l'encontre de votre modèle, mais sont en parfait accord avec la mécanique quantique... Tant pis pour vous.
    • R_Robert 20/12/2011
      @ Florian,
      Avec un électron doté d'une charge électrique négative, du pouvoir de se transmuter, au gré de nos désirs, en onde ou corpuscule, il est vrai que la physique quantique démontre mathématiquement certains phénomènes auxquels on leurs donne l'interprétation que l'on veut. C'est le domaine de la quantique, la dérive de la pensée humaine...
      Vous ne désirez pas revenir à la simplicité et la logique, c'est votre choix... Tant pis pour vous.
    • koeuf 20/12/2011
      correction, simplisme, pas simplicité.
    • R_Robert 20/12/2011
      Si le simplisme masque volontairement les complications ! Il faut se poser la question si ces complications sont justifiées ? Ne sont-elles pas issues d'une dérive intellectuelle où l'on cherche à interpréter les résultats des formules mathématiques sans les comprendre ?

      J'en suis convaincu et la simple démonstration avec l'accélération en est la preuve, pour ceux qui veulent la voir !
    • koeuf 20/12/2011
      j'ai peur que ce que vous nommiez dérive intellectuelle ne soit que la simple progression des notions. Sinon, pour revenir à ma remarque sur les bois des élans, il faut aussi tenir compte des poids et tailles respectifs des élans et des mammouths. Ensuite, vous prenez le mammouth comme exemple d'une bestiole n'ayant pas pu survivre sans une atmosphère du type gelée de groseille, mais savez-vous qu'ils ont été contemporains de l'homme et qu'ils n'ont pas disparu il y a très longtemps. La gelée de groseille est donc si récente ? Enfin vous persistez dans une erreur de débutant qui est de vouloir expliquer une crise biologique par la seule observation des dinosaures. Savez-vous que de très niombreux groupes ont disparus, marins comme terrestres, du très gros au microscopique ? savez-vous qu'il y a eu d'autres crises biologiques, et des plus importantes sans qu'on y voit les géants spécialisés dans l'arpentage de la gelée de groseille ?

      je maintiens donc mon qualificatif de simpliste et réfute votre balayage des choses que vous ne connaissez pas ou ne comprenez pas au titre de "complications inutiles"
    • R_Robert 20/12/2011
      @ Koeuf,
      Lisez cet article avec plus d'attention, et vous constaterez que ce n'est qu'un simple résumé du passé de notre planète et de ses habitants.
      L'humanité a connu les mammouths et a su subsister, mais n'a-t-on pas perdu une certaine forme d'intelligence bien antérieur à ce que l'on admet couramment ?
      Certains vestiges et autres mystères ne trouveraient-ils pas d'autres explications ?

      Le changement de l'atmosphère enlève l'énigme des os creux des dinosaures, mais ces phases d'expansion engendraient des modifications de tous les habitats, avec des conséquences sur toutes les créatures vivantes et la végétation...

      Lisez entre les lignes, réfléchissez sur les mystères du passé et faites vos découvertes par vous-même, pour ma part, mes conclusions viendront bien plus tard avec le troisième volume de Sciences revisitées.
    • koeuf 20/12/2011
      c'est bien joli tout ça mais cela ne répond pas à mes interrogations, mais on commence à en avoir l'habitude.
    • pepejul 21/12/2011
      Déjà le troisième volume ? Mais les deux premiers n'ont déjà pas répondu à nos questions... quel suspens !

      A propos des os creux, savez-vous pourquoi les poteaux des téléphériques sont creux au lieu d'être pleins ?
    • R_Robert 21/12/2011
      @ Koeuf,
      En disant : "ces phases d'expansion engendraient des modifications de tous les habitats, avec des conséquences sur toutes les créatures vivantes et la végétation...", je pense avoir répondu à vos questions. Un habitat pouvant être aussi bien marin que terrestre, donc les êtres qui les peuplent, ont toutes les tailles.
      La salinité des océans est apparue soudainement, à l'échelle géologique, car les dômes de sel sont des formations naturelles et non pas des cavités qui se sont remplies d'eau salée. Les formes des couches en sont la preuve, elles ne sont pas en tranches horizontales, mais épousent la forme du dôme. (à méditer!)

      @ Pepejul,
      Certains poteaux des téléphériques sont creux afin d'obtenir le meilleur rapport entre le "moment d'inertie" et le poids de la matière. Par contre, ils n'ont aucun rapport avec les os creux car ils sont en matière dense et non pas poreuse comme le sont les os des dinosaures.
    • pepejul 22/12/2011
      1- un habitat pouvait être aussi bien marin que terrestre ? qu'es acquò ? Un habitat marin n'est pas terrestre et vice-versa...que voulez-vous dire encore ?

      2- pour les dômes de sel, cherchez "diapir" sur google...

      3- qué moment d'inertie ? Aucun rapport... un tube est plus solide qu'un cylindre plein, vous qui avez une formation d'ingénieur mécanicien vous devriez savoir ça par coeur...
    • R_Robert 22/12/2011
      @ Pepejul,
      1- Apprenez à lire et vous constaterez que votre remarque n'a ni pied ni tête !

      2- Justement les diapirs sont des remontées naturelles de la matière produite par désagrégation et en fonction des conditions qui règnent. Les Sciences revisitées expliquent cela, tandis que la géologie actuelle cherche encore des réponses un peu moins sottes.

      3- Le moment d'inertie de surface est une grandeur fondamentale que tous les ingénieurs en mécanique utilisent pour dimensionner la résistance des matériaux. Et tous les ingénieur en mécanique savent par cœur qu'à diamètre extérieur identique un cylindre plein EST PLUS RÉSISTANT qu'un tube. Ce n'est pas au roi des "coquilles" de prétendre le contraire !
    • pepejul 22/12/2011
      Mort de rire !

      1- on dit "ni queue ni tête" pour parler de quelque chose qui n'a aucun sens... votre cheminement de pensée est de plus en plus chaotique... je vous pensais juste un peu barré mais là vous venez de monter d'un cran sur l’escabeau de Foucaud : http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Folie

      2- le phénomène de diapir est bien connu des géologues et explique très bien la formation des dômes de sel. Je ne vois pas où est le problème ni en quoi un dôme de sel confirme votre théorie qui s'effiloche chaque jour un peu plus...

      3- le moment d'inertie concerne les objets en rotation.... quel rapport avec un pilier de télésiège ???? Parlez vous du moment quadratique ? Le terme moment d'inertie n'est plus trop employé pour éviter les confusions...

      3- bis : plus résistant à quoi ? Torsion ? Tension ? choc ? cisaillement ? compression ? Sachez au passage que tous les os sont creux et contiennent de la moelle qui ne joue aucun rôle dans la solidité.

      quelques liens pour vous documenter : http://www.rpn.ch/lddr/physique/dossierMatiere/listeprofs/denise/OC_physique/pdfs/Chapitre3_Elasticite.pdf

      http://www.medix.free.fr/cours/biomecanique-os.php

      Pour une même quantité de matière, le tube creux est plus résistant que le cylindre plein. Ceci permet de comprendre pourquoi la vie a fabriqué des os creux et non plein, il s'agit d'une optimisation de la matière produite. Les oiseaux (qui sont des dinosaures je vous le rappelle) ont des os creux qui résistent parfaitement aux fortes contraintes du vol... dans de l'air fluide et peu dense...

      Encore une fois un simple argument vérifiable met à mal l'ensemble de votre théorie... Allez vous modifier votre théorie (c'est ce que vous demandez aux scientifiques de faire) ? Ou bien allez vous dénigrer la Science,…
      Afficher la suite Mort de rire !

      1- on dit "ni queue ni tête" pour parler de quelque chose qui n'a aucun sens... votre cheminement de pensée est de plus en plus chaotique... je vous pensais juste un peu barré mais là vous venez de monter d'un cran sur l’escabeau de Foucaud : http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Folie

      2- le phénomène de diapir est bien connu des géologues et explique très bien la formation des dômes de sel. Je ne vois pas où est le problème ni en quoi un dôme de sel confirme votre théorie qui s'effiloche chaque jour un peu plus...

      3- le moment d'inertie concerne les objets en rotation.... quel rapport avec un pilier de télésiège ???? Parlez vous du moment quadratique ? Le terme moment d'inertie n'est plus trop employé pour éviter les confusions...

      3- bis : plus résistant à quoi ? Torsion ? Tension ? choc ? cisaillement ? compression ? Sachez au passage que tous les os sont creux et contiennent de la moelle qui ne joue aucun rôle dans la solidité.

      quelques liens pour vous documenter : http://www.rpn.ch/lddr/physique/dossierMatiere/listeprofs/denise/OC_physique/pdfs/Chapitre3_Elasticite.pdf

      http://www.medix.free.fr/cours/biomecanique-os.php

      Pour une même quantité de matière, le tube creux est plus résistant que le cylindre plein. Ceci permet de comprendre pourquoi la vie a fabriqué des os creux et non plein, il s'agit d'une optimisation de la matière produite. Les oiseaux (qui sont des dinosaures je vous le rappelle) ont des os creux qui résistent parfaitement aux fortes contraintes du vol... dans de l'air fluide et peu dense...

      Encore une fois un simple argument vérifiable met à mal l'ensemble de votre théorie... Allez vous modifier votre théorie (c'est ce que vous demandez aux scientifiques de faire) ? Ou bien allez vous dénigrer la Science, les scientifiques et tout ce qui va à l'encotre de votre folie grandissante ?
    • -florian- 22/12/2011
      @ pepejul

      "Pour une même quantité de matière, le tube creux est plus résistant que le cylindre plein."

      Oui, mais R_Robert a bien écrit:

      "à diamètre extérieur identique un cylindre plein EST PLUS RÉSISTANT qu'un tube"

      Donc, sans vouloir être l'avocat du diable, changer la donne pour avoir raison n'est pas une pratique très honnête.
      R_Robert raconte bien assez de trucs faux pour qu'il ne soit pas la peine d'en rajouter.
    • pepejul 22/12/2011
      Dans le cadre de la discussion sur les os des vertébrés la quantité de matière en jeu est un aspect non négligeable... La résistance à la compression ou à l'étirement est certes plus importante pour un cylindre mais en ce qui concerne la torsion ou la flexion le tube creux est plus résistant...

      ma question initiale concernait les poteaux de télésiège... Comme les os ils sont creux pour ces deux raisons :

      - moins de matière employée pour une solidité équivalente
      - résistance supérieure à la flexion / torsion

      L'idée selon laquelle les os creux des dinosaures ne pouvaient pas supporter leur poids est une vaste blague....
    • -florian- 22/12/2011
      "L'idée selon laquelle les os creux des dinosaures ne pouvaient pas supporter leur poids est une vaste blague...."

      Il y a une revue pas mal sur la biomécanique des dinosauriens:
      RM Alexander (2006) Dinosaur biomechanics, Proceedings of the Royal Society B vol 273, p1849

      Ce n'est pas tellement le support qui pose problème mais les postures extrêmes (circulation sanguine dans le cou des sauropodes), ou d'autres cas de figure extrêmes, comme par exemple les chutes des grands théropodes lors de courses rapides. Selon les calculs une chute en pleine course serait simplement fatales à l'animal. Mais tout ceci est largement basé sur des modélisations qui ont leur limite.
    • R_Robert 23/12/2011
      Merci Florian pour cette intervention honnête !
      Il est sûr que pépéjul sait faire pour transformer une coquille en un commentaire comme s'il me donnait une leçon. Sa malhonnêteté l'aveugle.

      Les os des dinosaures posent problème, c'est évident !
      - Par rapport à des animaux actuels, les fémurs de certains étaient 3 fois plus long mais avec la même section. Pour expliquer cette incohérence, nous préférons revoir à la baisse leur poids sans plus de raisons.
      - L'accouplement des sauropodes aurait dû être catastrophique pour les femelles !!!
      - La découverte de "momies" dinosaures entièrement en minéraux, montrent les organes internes et les disques intervertébraux. Ces disques sont beaucoup plus épais qu'envisagés, il faudrait donc revoir à la hausse la taille des vertébrés. Chose qui ne va pas dans le bon sens...

      De tels animaux dans les conditions actuelles de notre atmosphère et de la pesanteur restent improbables, sauf si on triche sur leur poids. C'est la porte ouverte à toutes les dérives sectaires.
      Avec une atmosphère plus dense, TOUS les problèmes disparaissent, et apporte une réponse sensée à la disparition de ces créatures gigantesques...

      Le principe de fossilisation voudrait que la matière organique disparaisse pour laisser place à des minéraux. Comment expliquer que ces différents minéraux remplacent les organes en conservant les formes et parfois les couleurs? Comment un arbre se pétrifie en conservant ses cernes et, plus fort encore, ses fissures? Ces fissures ne devraient-elles pas être les premières à se combler?
      Si vous aviez lu mes explications sur le MAES, vous auriez compris que l'électronisation est une réponse simple et logique à ces mystères!
    • pepejul 23/12/2011
      Se faire traiter de Malhonnête par une personne aussi intègre que vous est un plaisir de fin gourmet...

      On soulève un problème et Roger Robert nous amène sur un autre.... Vous pensez encore (malgré notre discussion sur le sujet) que la fossilisation ne se fait que pas comblement (remplissage) de cavités par des sédiments. Ceci donne des moulages (internes ou externes) dans le cas des bivalves par exemple mais en aucun cas cela ne concerne la minéralisation des organes...

      La fossilisation des os (et par extension des organes) est un processus complexe de minéralisation.... il n'y a pas besoin d'avoir une cavité qui se remplit de sédiments pour que la minéralisation se produise...

      La silicification des troncs dans les forêts pétrifiées en Arizona par exemple est bien connue. L'écorce, le phloème et le xylème ayant des propriétés physiques et chimiques différentes (richesse en lignine, taille des cellules etc...) le remplacement (et non le comblement !) de la matière organique par la silice en absence d'oxygène se fait donc différemment selon le tissu végétal concerné. La minéralisation peut également se produire à partir de carbonate de calcium en lieu et place de silice si le terrain est calcaire.

      De très nombreux fossiles "mous" sont connus depuis la faune d'Ediacra, les schistes de burgess ou d'autres sites...

      Si je me souviens de ce que j'ai lu de vous (parce que depuis le temps j'en ai lu un paquet des pages !) vous prétendez que les atomes de matière organique (protéines, glucides, graisse, phospholipides...) se "transforment" atomiquement en matière minérale ?



      Le modèle de la minéralisation permet d'expliquer la formation des structures observées, je ne vois pas ce qui vous gène dans ce processus bien connu...
    • pepejul 23/12/2011
      Regardez, même en Ardèche (La Voulte) on trouve des céphalopodes entièrement minéralisés et même des chataîgnes !

      [img]http://etudesdromoises.free.fr/images/jpeg/jpeg_articles/numero%201-2%20.%201995/pieuvre.jpg[/img]

      http://etudesdromoises.free.fr/pages/pages_revue/resumes_d_articles/fossiles_ardeche.htm
    • pepejul 23/12/2011
      Voilà un résumé très simple (vous aimez ce qui est simple je crois) des différents processus de fossilisation expliqués par Bernard Riou : http://www.fossilesdardeche.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7&Itemid=14
    • R_Robert 23/12/2011
      Pépéjul à dit : "Le modèle de la minéralisation permet d'expliquer la formation des structures observées, je ne vois pas ce qui vous gène dans ce processus bien connu... "
      Ce qui me gène est qu'il a été observé des micro-structures tubulaires fossilisées. Les explications actuelles voudraient que les atomes organiques soient remplacés au fur et à mesure par des atomes minéraux. Cette construction de proche en proche, demande aux nouveaux atomes de se faufiler entre les autres pour rejoindre la progression de la fossilisation. Dans l'autre sens ça ne fonctionne pas car il faudrait que tous les atomes organiques aient disparu. Ces explications sur la fossilisation sont peu crédibles !

      Sur votre lien Bernard Riou parle des "momies" pour les animaux pris dans dans l'ambre, or d'autres fossiles, entièrement minéraux, sont qualifiés de momies car ils laissent apparaitre les organes internes, les muscles, la peau et autres en pierre.
      http://www.20minutes.fr/sciences/198475-Sciences-Une-momie-de-dinosaure-livre-ses-secrets.php
      Cette momie comme de nombreuses ammonites ne sont pas des moulages, comme ceux effectués à Pompéi, mais bien des transformations atome par atome.

      La différence entre un minéral et un tissus mou, réside souvent par des liaisons avec des atomes d'oxygène. Avec le MAES, ces liaisons sont obtenues par mise en commun d'un ou plusieurs électrons. Liaison qui n'est pas très claire avec la chimie actuelle.
      La compréhension du phénomène de fossilisation est beaucoup plus probable avec le MAES, mais pour en juger, il faut savoir envisager objectivement cette alternative...
    • pepejul 23/12/2011
      "La différence entre un minéral et un tissus mou, réside souvent par des liaisons avec des atomes d'oxygène. " waouh ! Ca sort d'où ça ?
    • pepejul 23/12/2011
      Oh mon petit Roger s'est faché tout rouge sur son blog : "Dorénavant je modère vos propos qui ne sont qu’une propagande nauséabonde digne des plus sales heures de l’histoire.
      Vous ne pouvez rien conclure sur mes théories tant que vous ne les aurez pas lu, et vu que vous êtes assez fainéant pour ne pas les lire, vos conclusions sont irrecevables !
      Sachez que je suis un être humain, que j’ai consacré énormément d’énergie dans ce travail, et que vos commentaires de petit crétin finissent par faire mal !
      Vous sortirez grandi de cet échange le jour où vous démontrerez réellement une erreur, mais pour ce faire, il faudrait que vous descendiez de votre piédestal car vous n’arrivez pas à mes chevilles. Vous n’êtes pas un scientifique et ce sont les nuls comme vous qui me font vomir sur le monde scientifique.
      PERSONNE NE PEUT JUGER QUOI QUE CE SOIT SANS LE CONNAITRE, JULIEN PELLEGRINO NON PLUS !"
    • -florian- 23/12/2011
      @ pepejul

      Surtout que ce dont il se plaint est faux puisqu'on a vraiment pris le temps de le lire.
      Lire ce qu'écrivent des amateurs ne me rebute pas, car ils ont souvent un point de vue original qui n'est pas inintéressant.
      Mais quand on pointe que leur idées sont fausses en montrant pourquoi et qu'ils refusent de l'accepter, c'est qu'ils ont un problème.
    • R_Robert 23/12/2011
    • R_Robert 23/12/2011
      Si vous aviez pris le temps de lire l'intégralité de mon livre, vous seriez venus sur mon blog car il est intégralement visible sous les onglets placés sous celui-ci : http://rogerrobert.unblog.fr/contenu-du-livre/

      Lisez le intégralement et revenez formuler vos questions et vous constaterez que j'y ai toujours répondu avec la même logique qui en découle lorsqu'on connais les tenants et les aboutissants de ces remises en cause. Vous arriverez à la conclusion que vous étiez aveuglés par le savoir qu'on vous a enseigné.

      Pepejul, ceci correspond à un de vos engagement du 19 janvier sur ce même fil, si vous vous souvenez !
    • pepejul 25/12/2011
      On revient toujours au même point :

      Vous répondez par des affirmations ou des hypothèses (propositions de réponses non vérifiées)... et vous,pensez que cela suffit... cela ne suffit pas. Vous avez modéré mes interventions sur votre blog et vous raillez le silence de vos détracteurs...

      Je crois qu'on a fait le tour de la question Roger Robert... au revoir
    • sram9 1/03/2012
      bonjour tous le monde,
      j'arrive un peu en retard dans la discution (et j'avoue que je n'ai pas tout lu)
      je suis loin d'etre un scientifique juste un curieux ( du moins j'essaye de comprendre ce que je peux :) )

      je ne participe jamais aux forums mais je tenais a écrire un mot pour florian car j'ai decouvert cette théorie de l'expantion terrestre recement et en voulant creuser un peu plus le sujet je suis rapidement tombé sur des forums
      sur les deux forum que j'ai lu florian a pris le temps de bien defendre sa théorie rigoureusement et je pense que ca merite des encouragements ! ( vu que ce n'est pas celle qui a le vent en poupe )

      En tous cas pour ma part la tectonique des plaques comme l'expantion terrestre restent toutes deux au stade d'hypotheses meme si je mettrait bien un ptit billet sur l'expantion

      merci pour vos contributions a tous
    • R_Robert 5/04/2012
      Bonjour,

      Voici une vidéo dans laquelle je résume toutes mes théories, lesquelles démontrent au final, que l'expansion terrestre est une évidence !
      http://rogerrobert.unblog.fr/2012/03/28/les-sciences-revisitees-en-video/

      Elle est un peu longue, mais il y a tant à dire, que je n'ai pas réussi à faire plus court.
    • pepejul 2/02/2013
      Je vous annonce la triste nouvelle du Décès de Roger Robert notre interlocuteur au mois de novembre 2012. Bien qu'en désaccord total sur le fond et sur la forme avec cet homme un peu illuminé, j'ai été profondément attristé d'apprendre qu'il était mort.

      Une pensée pour sa famille qui doit pleurer le départ d'un passionné excentrique mais n"néanmoins attachant.
    • alyniang 3/05/2013
      Je m'appelle aly niang je suis un jeune sénégalaise ingénieur en informatique. je m'intéresse à toutes les sauces de la scène notamment la théorie des cordes, l'astrologie et toutes autres choses. Chez cherche les net toutes d'informations scientifiques pour mieux conforter ma croyance en DIEU car je suis un musulman. Donc quand je lus certaines choses dans le CORAN j'ai vais sur le net vois ce que la science en dit. Donc moi je crois bien à la théorie de l'expansion terrestre suit à ce verset du coran : Sourate 41 verset 39 :"ET PARMI SES MERVEILLES EST QUE TU VOIS LA TERRE HUMILIÉE (TOUTE NUE). PUIS AUSSITÔT QUE NOUS FAISONS DESCENDRE L'EAU SUR ELLE, ELLE SE SOULEVÉ ET AUGMENTE [DE VOLUME]. CELUI QUI LUI REDONNE LA VIE EST CERTES CELUI QUI FERA REVIVRE LES MORTS, CAR IL EST OMNIPOTENT."
    • alyniang 3/05/2013
      La véracité de la théorie des plaques que est reconnue ne doit permettre de rejeter ce que dit monsieur Neal Adams peut être que ce phénomène l'expansion de la terre est plus ancienne que celui des plaques qui la conséquence de l'expansion.
    • loop 1/06/2013
      Inutile de parler de compétences, scientifiques ou pas, la théorie des plaques ne convainc pas.
    • loop 1/06/2013
      Le mouvement de plaques, immaginé pour expliquer que 2 hémisphères se mélangent, peut - il être démontré sans mauvaise foi ? Certaines sont elles passées par dessous ??
    • loop 1/06/2013
      J'ai encore cherché pour ne pas dire n'importe quoi, mais il n'y a pas de représentation sphérique de la théorie des plaques, sur internet. Y a vraiment un truc qui doit m'échapper dans ce débat !! Bon courage R. Robert.
    • -florian- 1/06/2013
      "J'ai encore cherché pour ne pas dire n'importe quoi, mais il n'y a pas de représentation sphérique de la théorie des plaques, sur internet."

      Pas assez cherché alors: http://www.gplates.org

      "Bon courage R. Robert."

      Je crois qu'il n'en a plus besoin là où il est.
    • loindevant 17/09/2014
      à tous ceux qui se prennent pour les maitres du monde parce qu'ils savent recracher une soupe à la recette continuellement améliorée mais qui reste une soupe.. je demande simplement de trouver une explication a l'aide de leurs grumeaux à ceci : http://www.maxisciences.com/dinosaure/un-fossile-de-dinosaure-septentrional-trouve-en-australie_art15259.html.
      toutes ses théories sur la gravitation, le MAES, l'expansion etc.. son cohérentes entre elles et tiennent la route si l'on admet de reconsidérer les bases les plus surprenantes..
      Sans forcement adhérer, la quantité de travail qu'il a fourni est tout a fait remarquable et digne d’intérêt. http://rogerrobert.unblog.fr/contenu-du-livre/001-016/
      un autre "alter" propose un modèle atomique suivant des champs primaires sous forme de 2 coupoles magnétiques troués dos à dos, tout aussi intéressante qui explique parfaitement les Fentes d'Young http://www.youtube.com/watch?v=lpI6ikj1G-s
      L'"esprit" scientifique n'est pas empirique, il est continuellement humble et curieux !
    • -florian- 17/09/2014
      Il est illusoire de pouvoir révolutionner la science sans comprendre les théories actuelles, et leur limites...
    • Laisser un commentaire :

      Connectez-vous pour laisser un commentaire.

    Demande de confirmation

    Etes-vous sûr de vouloir continuer ?