Knowtex

38784 liens
  • 4277

    Les twits de la science

    Coup sur coup, voici deux revues scientifiques on ne peut plus sérieuses qui parlent — et vantent — Twitter. Les textes ne sont pas des études scientifiques, plutôt des reportages. Mais leurs conclusions favorables auront valeur de caution morale pour les défenseurs de ce nouvel outil.

    • Marion 11/01/2010
      J'avoue être encore partagée sur cette question des "live-twitts". Celui qui twitte est-il aussi concentré que qqun qui écoute seulement ? Le bénéfice du "direct" n'est-il pas effacé par une certaine banalité des propos ?
    • Nicolas 19/01/2010
      En termes de concentration, je ne ressens pas de perte considérable. En revanche, il y a un risque d'éparpillement lorsqu'un tweet (note, remarque, peut importe) génère des réactions. C'est comme si je bavardais pendant un exposé (sans avoir écouté tout l'exposé et sans que l'intervenant s'exprime).
    • Marion 19/01/2010
      Oui, ce n'est pas tant le fait de réagir qui m'embête. L'autre jour à l'exposition sur le roi Arthur et les chevaliers de la table ronde à la Bibli F. Mitterand (que je conseille vivement en passant), ça m'aurait intéressé de faire un "live-tweet" de ce que je voyais. J'aime ce partage en direct (encore plus lors d'une conférence ou d'un événement ponctuel). En revanche, je n'aurai pas aimé devoir répondre aux commentaires des personnes qui m'auraient suivie. Ca m'aurait (un peu) gâché la visite...
    • Nicolas 19/01/2010
      Pour moi, c'est encore un exercice de funambule. Le fait est que ces twitts - dans une configuration twitt-reporting (lors d'une expo ou la couverture d'un événement) - peuvent te faire gagner beaucoup de visibilité. Si tu perds de l'attention, un nombre non négligeable de personnes NON PRÉSENTES peuvent manifester un intérêt à suivre les informations que tu diffuses (aussi sommaires soit-elles). Autrement dit : le twitt-reporting, c'est d'abord une couverture en temps réel pour tes followers-lecteurs.
    • Marion 19/01/2010
      J'ai bien compris le principe. Je ne l'ai pas encore expérimenté (d'ailleurs, il faut être équipé pour) mais si je devais le faire, je pense que je lancerai mes idées / commentaires et que je répondrai aux éventuels tweets de mes followers une fois rentrée chez moi ou au pire dans un moment de calme dans l'exposition ou l'évènement... Mais réagir du tac au tac comme certains font nécessite soit un esprit aussi rapide que l'éclair, soit une perte de concentration évidente. Mais ce n'est que mon avis ;-)
    • Nicolas 19/01/2010
      En pratique, lorsque tu couvres une expo, tu peux déjà profiter d'être retweeté (par rapport aux images ou au petites infos que tu diffuses). Après, je serai tenté de dire que l'usage de Twitter te fait gagner en réactivité (fast-thinking). Mais ça pas amélioré mes capacités d'analyse (ça reste du bavardage global et une grosse place de marché pour informations).
    • Laisser un commentaire :

      Connectez-vous pour laisser un commentaire.

    Demande de confirmation

    Etes-vous sûr de vouloir continuer ?